Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2014

Liber amicorum Alain de Benoist !...

Les éditions des Amis d'Alain de Benoist viennent de publier le Liber amicorum Alain de Benoist 2. Dix ans après le premier volume publié à l'occasion du soixantième anniversaire de l'auteur de Mémoire vive (De Fallois, 2012), ses amis lui adressent un nouvel ensemble de textes qui sont autant de points de vue sur l’œuvre et l'homme. A lire !...

 

liber_amicorum_2.jpg

 

 

" En 2003, Michel Marmin avait coordonné un premier Liber amicorum Alain de Benoist. Dix années se sont écoulées, et Alain de Benoist fête aujourd’hui ses soixante-dix ans. Né le 11 décembre 1943, il a traversé la guerre froide, vécu l’effondrement du mur de Berlin, puis les événements du 11 septembre. Sa vie, pour l’essentiel consacrée au travail de la pensée, a englobé toute la seconde moitié du XXe siècle et enjambe désormais le nouveau millénaire. Il a ainsi pu analyser en spectateur privilégié les soubresauts d’une période qui fut certainement l’une des plus denses et des plus décisives que l’humanité ait connue. En l’espace de quelques dizaines d’années, le monde s’est transformé d’une manière stupéfiante, tant du point de vue de ses structures sociales, politiques et économiques que du point de vue culturel. Avec l’accélération du développement technique, c’est l’ensemble de notre univers civilisationnel qui s’est métamorphosé à une vitesse inédite dans l’histoire. Alain de Benoist fut un observateur attentif de tous ces changements et ne cesse d’exercer son esprit acéré sur les bouleversements en cours. Avec une insatiable énergie, il a écrit près d’une centaine de livres, des milliers d’articles, créé plusieurs revues et fondé un réseau de contacts qui s’étend dans bien des pays, sur presque tous les continents. Ses activités ne se sont pas arrêtées au tournant du siècle; il continue inlassablement d’enrichir son œuvre, fait évoluer ses idées et ne cesse de dialoguer avec une quantité toujours croissante d’intellectuels, venus des horizons les plus divers. Puisque cette pensée reste en perpétuel mouvement, et qu’elle renouvelle sans cesse ses influences, l’heure est venue aussi de lui adresser une nouvelle série d’hommages, en rassemblant les témoignages d’amis récents ou plus anciens.

 

Cette entreprise s’impose d’ailleurs d’autant plus qu’Alain de Benoist a lui-même ouvert la voie à une approche biographique de son œuvre: dans Mémoire vive, il fait le récit de son itinéraire riche et foisonnant, à la fois sous l’angle de sa vie personnelle et de la maturation de ses idées. Cependant, le témoignage intime qu’il a apporté resterait parcellaire s’il n’était complété par le témoignage extérieur de ceux qui l’ont côtoyé: on examine toujours mieux un problème lorsqu’on l’appréhende de deux points de vue différents. Les lecteurs trouveront donc ici un complément heureux à la démarche entamée par Alain de Benoist dans son propre livre."

 

06/10/2013

Rencontre avec Aymeric Chauprade...

Vous pouvez découvrir ci-dessous un entretien avec Aymeric Chauprade, réalisé par l'équipe de Fdesouche à l'occasion de la sortie de la nouvelle édition de Chronique du choc des civilisations (Edition Chronique, 2013).

 


Entretien avec Aymeric Chauprade par Pierre_Premier

28/11/2011

Au bord du gouffre...

Les éditions Krisis viennent de publier Au bord du gouffre - La faillite annoncée du système de l'argent, le nouvel essai d'Alain de Benoist. Le directeur des revues Krisis et Nouvelle Ecole dresse la généalogie de la crise systémique qui secoue le monde globalisé et en analyse les conséquences avec sa clarté habituelle. 

Le livre est disponible sur le site de la revue Eléments : http://www.revue-elements.com/

Au bord du gouffre.jpg

"Le 11 septembre 2001, à New York, les tours du Centre mondial du commerce (WTC) s’enflamment. Un symbole ! Sept ans plus tard, une crise financière profonde se déclenche aux Etats-Unis, puis s’étend rapidement au reste du monde. Elle trouve son origine immédiate dans une surchauffe de l’endettement privé. Pour sauver les banques et les compagnies d’assurances, les Etats empruntent à leur tour. En 2011, la crise de la dette privée s’est muée en crise de la dette publique. Les marchés financiers attaquent les Etats les plus faibles. La Grèce est la première touchée, suivie par le Portugal et l’Espagne, en attendant l’Italie et la France. Aujourd’hui, tout le monde pilote à vue. Le système financier international vacille sur ses bases, l’euro semble au bord de l’implosion. La dette ne cesse d’augmenter, doublée de déficits d’une ampleur encore jamais vue. Les estimations contradictoires des experts s’ajoutent à l’impuissance des politiques. Est-ce la fin annoncée du système de l’argent ?
Ce livre retrace les étapes de la crise financière mondiale actuelle, et s’efforce d’en identifier les causes. Mais il va bien au-delà. Il fait le point sur la situation économique qui prévaut de nos jours et sur les problèmes sociaux qui l’accompagnent. La crise actuelle n’est pas une simple crise conjoncturelle, mais une critique structurelle, systémique. Elle est la conséquence de la logique du capital, qui ne connaît qu’un mot d’ordre : toujours plus ! Toujours plus de profits, plus de marchandises, plus d’échanges, fût-ce au prix de mesures d’austérité qui frappent les plus faibles. Un tel système ne peut durer éternellement. Voici pourquoi."

20/09/2011

Le 11 septembre a-t-il eu lieu ?...

Les éditions Le Retour aux Sources viennent de publier un ouvrage collectif intitulé Le 11 septembre n'a pas eu lieu, dans lequel on retouve des contributions de Michel Drac, d'Alain Soral et de Pierre Dortiguier notamment. Il s'agit de réfléchir, à l'écart des "vérités" assénées par le système médiatique, à cet événement dont les répercussions géopolitiques ont été considérables...

 

Le 11 septembre n'a pas eu lieu.jpg

"Le 11 septembre 2001 fut une journée historique : voilà un point sur lequel tout le monde s’accorde. Mais quant au sens de cette journée et à la nature réelle de l’évènement qui eut lieu aux USA ce jour-là, il n’existe plus aujourd’hui de consensus.

Il n’en est pas toujours allé ainsi. Sur le coup, la retransmission télévisuelle imposa le fait avec une telle puissance d’impact que nos esprits furent en quelque sorte sidérés. Personne, au fond, ou disons presque personne, ne pensa immédiatement le 11 Septembre comme un simulacre. Il fallut attendre quelques semaines, et la publication en France du livre de Thierry Meyssan, « L’Effroyable Imposture », pour que l’idée surmonte la fausse évidence de l’image.

Dix ans plus tard, l’image a perdu son pouvoir de fascination. La place existe, à nouveau, pour l’idée.

Pour notre part, nous n’en déduisons pas nécessairement que l’on puisse aujourd’hui savoir précisément ce qui s’est passé ce jour-là. Mais une chose nous paraît claire : à tout prendre, les versions alternatives évoquées par les détracteurs de la version officielle ne sont pas plus délirantes que cette dernière. A vrai dire, elles ne peuvent pas être plus délirantes, car avec ses avions de ligne capables d’accomplir des manœuvres physiquement impossibles, ses passeports ignifugés et ses immeubles s’effondrant sans raison architecturalement valables, la version officielle implique un scénario que même Hollywood rejetterait comme ridicule.

Dans ce contexte, il nous a paru intéressant de proposer au public une sorte de photographie des points de vue dissidents, en France, à l’heure actuelle. Que disent, au juste, les détracteurs de la version officielle ? Comment appréhendent-ils la question ? Quels enjeux posent-ils ? Quelles réponses croient-ils pouvoir apporter, et dans quelle mesure osent-ils avouer leur ignorance ?

Il ne s’agit pas pour nous de prendre parti. C’est pourquoi nous avons approché des intervenants représentant un éventail aussi large que possible, de la gauche internationaliste à la droite nationaliste, chrétiens, musulmans, religieux ou irréligieux. Si certaines plumes fameuses sont absentes de cet ouvrage, ce n’est pas parce que nous les avons oubliées, mais parce qu’elles n’ont pas trouvé le temps de contribuer à notre démarche.

A l’exception des questions légales et du classique travail éditorial sur la forme, nous n’avons rien censuré. Il en résulte que des formulations abruptes subsistent ici ou là, au fil des pages. Tant mieux : nos lecteurs doivent s’attendre à être choqués.

Au moins cet ouvrage aura-t-il ainsi le mérite de permettre aux dissidents, issus de courants très divers, de se découvrir mutuellement. C’est en tout cas l’ambition que nous lui avons assigné."

16/09/2011

La nouvelle impuissance américaine...

Les éditions L'Oeuvre viennent de publier un essai d'Olivier Zajec, intitulé La nouvelle impuissance américaine - Essai sur dix années d'autodissolution stratégique. L'auteur, saint-cyrien, agrégé d'histoire et diplômé de Sciences-po, est directeur d'un cabinet de conseil et publie régulièrement des articles de géopolitique et de relations internationales  (Le Monde diplomatique, la Revue de Défense nationale, Monde chinois, Stratégique, Défense et Sécurité internationale).

 

Nouvelle impuissance américaine.jpg

"Le XXIe siècle sera-t-il américain, comme l’a été le XXe ? Rien n’est moins sûr. Devenus dominants après la Première Guerre mondiale, les États-Unis sont aujourd’hui une puissance déclinante et surendettée. Malgré un budget militaire faramineux, les États-Unis n’arrivent plus à imposer leur loi, comme ce fut le cas après la chute de l’URSS. Après la chute de l’URSS, la chute des États-Unis ? Avec un sens aigu de l’analyse, Olivier Zajec brosse dans la Nouvelle impuissance américaine un portrait inattendu du monde. Les États-Unis se désintéressent de l’Europe qui va se diviser entre pays adeptes de l’atlantisme (Grande-Bretagne, Hollande, Espagne, Portugal), et ceux qui seront tentés par un rapprochement avec la Russie (France, Allemagne, Italie). Le principal intérêt de ce livre est néanmoins l’état du monde dix ans après le 11 septembre 2001. Le XXIe siècle naît sous nos yeux, et il sera différent du XXe."

13/09/2011

Enquête sur une nouvelle religion...

Dans le numéro 74 de Flash, le journal gentil et intelligent, on doute de la "Vérité révélée" sur les attentats du 11 septembre avec Aymeric Chauprade... On rencontre, avec Christian Bouchet, un furieux de l'extrême droite israëlienne qui a commencé sa carrière au Kach du rabbin Kahane et on assiste, avec Topoline, au retour de l'idole médiatique DSK... Bonne lecture !

 

Flash 74.jpg

 

Au sommaire :

11 septembre 2001... La nouvelle religion ? Aymeric Chauprade attente à la vérité révélée... Un entretien exclusif qui percute en page 3 à 5.

Avigdor Leskin : "Je souhaite le départ de tous les Juifs d'Europe et de tous les autres pays...". Christian Bouchet confesse un ponte de l'extrême droite israëlienne en page 6 et 7.

Faut-il supprimer les partis politiques ? Arnaud Guyot-Jeannin pose la question qui tue en page 9.

A un an des JO de Londres... Prométhée au Sofitel ? Coubertin revient en page 12.

DSK à Paris : le retour du Messie ? Topoline en doute en page 2.