Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2016

Syrie : un martyre sans fin

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Caroline Galactéros, cueilli sur son blog Bouger les lignes et consacré à la guerre de Syrie. Docteur en science politique et dirigeante d'une société de conseil, Caroline Galactéros est l'auteur de  Manières du monde, manières de guerre (Nuvis, 2013) et publie régulièrement ses analyses sur le site du Point.

 

Damas_Ruines.jpg

Un quartier de Damas en ruines

 

Syrie : un martyre sans fin

Le storytelling fait rage depuis 2011 en Syrie. Il brouille les sens et l'entendement. Les Bons et les Méchants sont là, devant nous, Blancs et Noirs, chacun dans leur boîte, crimes de guerre et atrocités contre « rebellitude » armée, sur les victimes de laquelle on s'attarde beaucoup moins, surtout à l'OSDH (Observatoire syrien des droits de l'homme, une ONG basée à Londres)… Le jusqu'au-boutisme des uns et des autres tend l'affrontement vers son paroxysme et semble rendre toute évolution politique pragmatique impossible. Chacun pense encore, du fond de son tunnel mental, pouvoir venir à bout de l'adversaire en faisant assaut de sauvagerie et de résilience. En menant une guerre d'usure de l'horreur et de l'absurdité. L'enchaînement cynique des provocations et des représailles paraît sans fin.

Il est très difficile de continuer à raisonner politiquement devant un tel désastre humain, de ne pas s'abandonner à l'écœurement devant les images insoutenables. Difficile de ne pas juste s'insurger contre ce régime, et contre lui seul, qui résiste si brutalement à l'anéantissement, aux dépens d'une partie de son peuple, pour le sortir des griffes des islamistes ultra-radicaux que l'on nous présente inlassablement comme des rebelles démocrates. Alors, au risque de paraître insensible et précisément au nom de toutes ces victimes innocentes, il faut malgré tout renvoyer à l'enchaînement du drame et faire apparaître sous les gravats les inspirateurs sinistres d'une telle déconstruction humaine et nationale. Car les acteurs locaux de ce carnage planifié, que ce soit le régime syrien ou les innombrables mouvements islamistes qui ont fondu sur le pays depuis 2011, demeurent largement des marionnettes – actionnées avec une habileté fluctuante. Et il est devient chaque jour plus indécent de feindre de croire que ces poupées de chiffon enragées décideront seules du sort du conflit.

Un cessez-le-feu mort-né

La simili-trêve signée à Genève par messieurs Kerry et Lavrov le 9 septembre dernier a volé en éclats. Évidemment. L'administration Obama et les faucons « libéraux » qui l'environnent paraissent en effet de plus en plus tentés d'en finir avec Assad pour gonfler le bilan du président sortant. Quant à la Russie, elle n'a pas d'alternative à la sécurisation d'une « Syrie utile » la plus élargie possible, qui lui assure la part du lion d'un règlement politique ultime. Alors on joue à se faire peur, de plus en plus peur. Moscou accuse Washington d'avoir pavé la voie à une contre-offensive de l'organisation État islamique à Deir ez-Zor (est du pays) en bombardant les forces du régime, tuant plus de 80 militaires syriens. Washington accuse les forces syriennes et russes (incriminant tour à tour la chasse syrienne, puis les hélicoptères russes et enfin des Sukhoï Su-24 qui auraient frappé le convoi deux heures durant) d'avoir bombardé un convoi humanitaire aux portes d'Alep assiégée. Impossible de savoir ce qu'il en est réellement. On peut juste constater que les dommages sur les camions semblent avoir été causés par le feu et par des obus, sans grosse frappe directe ; se souvenir que les rebelles ont rejeté le cessez-le-feu depuis son entrée en vigueur officielle, manifesté contre l'acheminement d'aide humanitaire au profit des populations qu'ils retiennent sous leur contrôle à l'est de la ville, et avaient même accusé l'ONU de partialité. Quel intérêt les forces syriennes auraient-elles eu à attaquer, dans une atmosphère hautement inflammable, un convoi du Croissant rouge islamique avec lequel elles sont en bons termes et dont elles savaient qu'il ne transportait pas de contrebande ?

Quoi qu'il en soit, le cessez-le-feu était de toute façon mort-né comme les précédents. Moscou ne pouvait réellement souhaiter la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne qui aurait cloué au sol l'aviation syrienne à l'orée de reconquêtes décisives. Surtout Washington, contrevenant aux termes de l'accord du 9 septembre, n'avait nullement l'intention de pousser ses alliés islamistes « rebelles » à se séparer des plus radicaux d'entre eux, le Front al-Nosra (Al-Qaïda) rebaptisé Fateh al-Sham. Logique d'ailleurs, puisqu'ils se servent depuis des années de ces groupuscules pour déstabiliser le régime. Enfin, les États-Unis auraient tout récemment déployé, sans le moindre accord ou consultation du régime de Damas, des forces spéciales et matériels divers dans sept bases militaires au nord-est de la Syrie (là où se trouvent des forces kurdes)... Une préparation dans la perspective d'une offensive générale sur Mossoul ou sur Raqqa, ou simplement dans celle d'un engagement plus décisif encore aux côtés des rebelles et des Kurdes contre les forces du régime syrien ? Bref, la pression monte, à Washington, pour un coup d'éclat, une salve de martialité sur les décombres d'un grand État laïque sciemment livré à une régression antédiluvienne, un fantasme punitif, une rapacité chronique. Tandis que la « coalition » se hâte lentement en Irak vers la reprise de Mossoul, mais doit encore gérer l'indocilité grandissante des Kurdes locaux jaloux de leur autonomie et de leur pétrole, et des milices chiites peu contrôlables qu'elle craint d'armer, on feint encore, en Syrie, de vouloir éradiquer Daech tout en laissant agir ses avatars islamistes les plus forcenés. Tout n'est que jeux d'ombres et de dupes.

Une guerre d'intimidation

Au-delà de cet imbroglio sanglant de plus en plus difficilement lisible, il est clair que le sort des Syriens et de leur splendide pays, partiellement réduit en cendres, est le cadet des soucis des protagonistes principaux qui se toisent et s'affrontent à ses dépens, et qui ont non seulement des intérêts divergents, mais des conceptions radicalement opposées de ce que peut et doit être son avenir.

Les Américains voient en fait, dans les soi-disant « rebelles », des supplétifs commodes à un engagement au sol auquel ils se refusent. Des « terroristes » peut-être, mais surtout des islamistes sunnites anti Assad qui peuvent encore lui ravir le pouvoir et instaurer un équilibre local favorable à leurs intérêts face à l'Iran, et en lien avec la Turquie et l'Arabie saoudite qui demeurent des alliés de fond et de poids pour l'Amérique. À leurs yeux, le terrorisme n'est rien d'autre que l'arme d'un chantage politique s'exerçant contre Damas, mais visant aussi Moscou et Téhéran…

Quant à la Russie, tout l'art de Vladimir Poutine consiste à s'engager suffisamment pour consolider son influence régionale et conserver sa base au Moyen-Orient, sans s'enliser ni devoir entrer dans une confrontation ouverte aérienne avec Washington dont il a de fortes chances de sortir humilié. Dans cette « guerre des perceptions », chaque capitale doit intimider, irriter, faire douter l'Autre, tout en contrôlant le cycle provocations-représailles pour éviter une « sortie de route » difficilement maîtrisable donc aucun ne souhaite encourir les conséquences. On frôle donc quotidiennement la catastrophe dans les airs, entre chasseurs des deux camps, tandis qu'au sol pullulent les missiles américains TOW livrés aux rebelles par les Saoudiens et les S-400 russes basés à Hmeimim… Depuis le chasseur russe abattu fin 2015 par la chasse turque (dûment renseignée sur le plan de vol des Sukhoï et probablement préparée à cette « mission »), et surtout depuis le bombardement russe, le 16 juin dernier, d'une base d'islamistes aux frontières jordaniennes, attaque jugée « hautement provocatrice » par Washington, la montée des tensions devient inquiétante. Et les pressions politiques à Washington pour en finir militairement avec Assad peuvent faire craindre une opération éclair US ouvrant sur une possible « montée aux extrêmes ». Pourrait-on alors tempérer les réactions d'un Kremlin acculé et humilié ? Moscou vient d'annoncer le déploiement prochain de son porte-avions amiral Kouznetzov au large de la Syrie. Une façon d'exprimer son exaspération croissante ? Sa détermination ? Ou de manifester une nouvelle « ligne rouge » ? L'issue de la bataille d'Alep sera géopolitiquement cruciale, au-delà même du martyre de sa population.

Une tragédie où l'Occident tient le pire rôle

La France, elle, parle de crimes de guerre (peut-être à raison) et, fort martialement, dit : « Ça suffit ! » À qui parle-t-elle ? Au régime ? Aux rebelles ? À Moscou ? Même en guise d'écho docile au discours américain, c'est un peu court. C'est d'un cynisme fou surtout, quand on songe à la politique de déstabilisation et de soutien aux islamistes soi-disant démocrates choisie par Paris dès le début de la crise syrienne, au nom de la nécessité d'en finir avec le régime honni et récalcitrant d'Assad. Mais, Dieu merci, notre influence sur le Grand jeu ne s'est exercée qu'à la marge. Même nos alliés américains nous ont lâchés en 2013, sur le point de lancer la curée, au prétexte de l'emploi d'armes chimiques par le régime qui n'a jamais été avéré. Mais les choses auraient, paraît-il, changé et nous serions désormais d'humeur plus lucide et pragmatique. La diplomatie française aurait enfin fait son aggiornamento et pris conscience de la réalité du monde, de certains faits, de son humiliante marginalisation sur la scène mondiale à force de mauvais calculs et de dogmatisme entêté, et en dépit de la valeur et de la compétence de ses armées dont l'excellence l'aurait trop longtemps dispensée d'une vision stratégique véritable. Cette mutation salutaire est encore loin de sauter aux yeux... Et le temps passe.

Le plus tragique est peut-être que, nous (l'Occident) n'avons pas le beau rôle dans cette sombre affaire, mais le pire : celui de fossoyeurs naïfs d'États laïques complexes, certes répressifs et inégalitaires, mais aussi protecteurs d'une diversité religieuse et communautaire précieuse. Peut-être, en France, notre inhibition face à notre propre édifice régalien, notre engloutissement consenti dans le communautarisme, le renoncement à notre histoire et à notre avenir en tant que puissance structurée, inclusive et protectrice, n'y sont-ils pas pour rien.

Caroline Galactéros (Bouger les lignes, 27 septembre 2016)

28/08/2016

Feu sur la désinformation... (100)

Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et présentée cette semaine par Hervé.

Au sommaire :

  • 1 : Omran une photo au service de la propagande de guerre
    Omran devenu le symbole de la guerre Syrie. Lors d’une frappe de la ville d’Alep, l’enfant est blessé. Le photographe et militant politique Mahmoud Rslan immortalise la scène. La photo sera diffusée dans l’ensemble des médias pour faire bouger les consciences et changer les politiques. I-Média réinforme.
  • 2 : Le zapping d’I-Média.

  • 3 : Nice, polémique autour d’un voile.
    Polémique autour d’un contrôle de police sur femme voilée sur une plage de Nice. La scène a été photographiés, les images tournent en boucle sur les réseaux sociaux et dans les médias. Julien Dray évoque une machination. Décryptage dans I-Média..
  • 4 : Tweets d’I-Média.
  • 5 : Omran et le petit Aylan  :2 photos une même manipulation. Retrouvez le décryptage d’I-média sur la photo d’un enfant mort sur une plage de Bodrum...

26/08/2016

Le visage d'Omrane...

Nous reproduisons ci-dessous une chronique de Richard Millet, cueillie sur son site personnel, qui revient sur le battage médiatique provoqué par la diffusion d'une photo d'un enfant syrien de la ville d'Alep, victime d'un bombardement des forces aériennes russes ou gouvernementales.

On notera, tout de même, que la photographie du jeune "Omrane", un peu trop parfaite pour être honnête, a suscité la curiosité de certains médias "grand public", qui n'ont pu que relever quelques faits particulièrement troublants se rapportant à la personnalité de son auteur...

 

Richard Millet Liban 2.jpg

 

 Le visage d’Omrane

« Le visage d’Omrane est capable d’arrêter le temps », lit-on dans Le Monde, qui ne recule pas devant l’enflure à propos de la banale photo d’un enfant aleppin couvert de poussière et de sang, et rescapé des « bombes » (anglicisme pour obus) larguées par le « régime » ou par des avions russes – les obus des « rebelles » n’atteignant jamais, on le sait, les enfants ni les femmes. Prenant la place du petit Aylan noyé sur une plage grecque, « Omrane » est donc (s’il existe réellement) le « vrai visage de la guerre » en Syrie, comme autrefois les mères en larmes des guerres du Liban, de Yougoslavie, du Kossovo et d’Algérie, d’Afghanistan…

            Rotation des images, rapide changement d'« icônes », comme dans l’économie publicitaire : « the show must go on », et Omrane est proposé au statut iconique dans une quête de symboles qui relève évidemment de la propagande et du voyeurisme, pendant naturel du narcissisme occidental. En réalité, Omrane est un « cliché », à tous les sens du mot, et il est donc obscène : pornographie de la presse stipendiée, qui choisit évidemment des enfants non chrétiens ; car la photographie est en vérité tout le contraire de l’icône, quoi qu’en disent le langage journalistique officiel et les « réseaux sociaux » : ce qui se joue, ici, c’est la vision païenne et marchande de l’image (un paganisme idéologique) contre la pureté de l’icône chrétienne. Nous n’avons pas besoin de ces images-là, nous autres chrétiens : nous savons ce qui meurt en chaque enfant, et l’amour de celui qui a pensé à nous avant que nous existions.

            Que les Américains s’en émeuvent, voilà bien le comble du cynisme, surtout quand on sait que le régime d’Obama ne combat pas réellement l’Etat islamique, qu’il ferme les yeux sur le nettoyage ethnique auquel se livrent parfois les Kurdes dans les zones qu’ils libèrent (selon une tradition inaugurée lors du génocide assyrien de 1915, parallèlement au génocide arménien), et qu’il surestime sciemment le nombre des victimes occasionnées par les frappes de la « coalition », laquelle ne sert qu’à faire oublier le crime politique que fut la guerre d’Irak. Peut-on d’ailleurs attendre autre chose d’un président à qui, à peine élu, on avait décerné le prix Nobel de la paix sur ses intentions et sur sa seule couleur de peau ? Quant aux manquements aux droits de l’homme à propos desquels l’organisation para-gouvernementale américaine Amnesty International rappelle que « des flots de sang » coulent des prisons du « régime » syrien, on nous permettra de rappeler la conduite des soldats yankees à Abou Ghraïb et à Guantanamo.

            Pendant ce temps, la France, qui se décompose à vue d’œil, comme on le voit en Corse et ailleurs, lutte contre l’islamisme en tentant d’interdire le « burkini » sur les plages, suscitant un de ces « débats » qui entendent prouver la « vitalité » du jeu démocratique – suscitant également la désapprobation d’associations immigrationnistes qui vont contester en justice cette décision, la presse stipendiée tentant, de son côté, d’intimider l’opinion, en assurant que nous sommes à ce propos la risée de l’étranger – en réalité des Anglo-saxons, notamment des Anglais et de tous ceux qui se sont déjà convertis au multiculturalisme d’Etat et se vautrent devant le capitalisme islamique.

            La lutte contre la « radicalisation » (mot qui permet d’éviter celui d’islamisme) est également à l’œuvre à Calais, où une « initiative solidaire », composée de « cuisinières mais aussi de comédiennes et de communicantes passionnées de gastronomie », a affrété un « food truck » pour « nourrir, créer du lien et favoriser l’insertion des réfugiés à travers des repas et des ateliers de cuisine » propres à mélanger « les cultures et les origines », déclare la très boboïque initiatrice de ce projet, qui ajoute que « la cuisine est un vecteur de lien social fort, tourné vers la vie et la communauté. C’est aussi un moteur d’insertion puisque la restauration en France représente plus de 20.000 emplois, dont 34.000 restent à pourvoir en cuisine : autant de chances pour ces réfugiés de se constituer un avenir ici ». Etrange discours dans un pays qui compte des millions de chômeurs qui pour beaucoup préfèrent, il est vrai, vivre des ressources du non-travail… Quant aux repas servis, ils sont bien sûr nutritivement corrects, et proposent une « assiette gourmande, vivante, variée, végétarienne, parce que c’est plus consensuel mais aussi plus éthique, moins cher et plus facile à stocker ».

            Contre ce grotesque catéchisme, qui fera hurler de rire les réfugiés et leurs maîtres de l’Etat islamique, on peut aussi bien suggérer d’envoyer non plus un « food truck » mais un « book truck », chargé des moins pires romans de la « rentrée littéraire », s’il s’en trouve, leurs auteurs les accompagnant pour des ateliers de lecture et d’écriture avec des « migrants » devenus des « icônes » et Calais « the place to be » pour se rendre favorables les jurys littéraires de l’automne : nul doute que les migrants, en voyant arriver cette nef des fous, renonceront à passer en Angleterre et retourneront dans leur pays d’origine.

Richard Millet (Site officiel de Richard Millet, 21 août 2016)

PS

Je voudrais profiter de cette chronique pour remercier tous ceux qui m’envoient des messages de soutien : écrire comme je le fais suppose, ils l’ont compris, une forme de solitude quelquefois difficile, mais qui ne me fera pas démordre de la ligne que je me suis fixée : lutter en témoignant contre la grande inversion contemporaine.

 

 

17/04/2016

Tour d'horizon... (108)

 

Artillery observer.jpg

 

 Au sommaire cette semaine :

- dans la lettre Communication & Influence, Frédéric Pichon, historien arabisant, spécialiste du proche-orient, décrypte les opérations de désinformation et de manipulation qui ont été mises en œuvre contre l'Iran et la Syrie au cours des dernières années...

 

Frédéric Pichon.jpg

- sur Youtube, Romain Filstroff dit Linguisticae fait une présentation didactique et dynamique des langues indo-européennes et des différents proto-peuples indo-européens...

Les langues indo-européennes

D'où viennent les Indo-européens? - Les cultures archéologiques

Kernosivka.jpg

28/03/2016

Alexandre Douguine et la place de la Russie dans le jeu géopolitique mondial...

Au moment même où la Russie annonce le départ de ses troupes militaires de Syrie , le philosophe et écrivain Alexandre Douguine répond aux questions de TV Libertés. S’exprimant dans un Français remarquable, l’intellectuel polyglotte et particulièrement influent à Moscou évoque le rôle toujours plus central que joue la Russie de Vladimir Poutine dans le jeu géopolitique mondial.
Dans cet entretien exclusif, il aborde trois questions d'importance : l'Ukraine, la Russie dans l'ordre international et enfin le multipolarisme comme nouvelle mission russe. Un document rare réalisé par Pierre-Antoine Plaquevent.

Pour découvrir de façon plus approfondie les idées d'Alexandre Douguine, on pourra se reporter à L'appel de l'Eurasie (Avatar, 2013), le texte d'une longue conversation entre lui et Alain de benoist, mais également à deux de ses œuvres traduites en français, La Quatrième théorie politique (Ars Magna, 2012) et Pour une théorie du monde multipolaire (Ars Magna, 2013).

 

21/03/2016

La Russie se "retire" de Syrie ou l'art de mener la danse

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Caroline Galactéros, cueilli sur le site du Point et consacré à l'annonce surprise d'un retrait partiel des forces russes de Syrie. Docteur en science politique et dirigeante d'une société de conseil, Caroline Galactéros est l'auteur de  Manières du monde, manières de guerre (Nuvis, 2013).

Poutine_Syrie.png

La Russie se "retire" de Syrie ou l'art de mener la danse

L'annonce par le président Poutine, le 14 mars, d'un désengagement partiel de ses forces déployées en Syrie a paru surprendre gouvernements et médias occidentaux. Dès le 2 octobre dernier pourtant, quelques jours seulement après le lancement de la campagne russe en Syrie, Alexeï Pouchkov, président de la commission des Affaires étrangères de la Douma, interrogé sur Europe 1, avait estimé que « les frappes russes en Syrie dev[r]aient durer trois ou quatre mois », et que c'était l'intensité de la campagne, non sa durée, qui ferait son succès, comme le démontrait d'ailleurs, par contraste, le peu d'efficacité des opérations occidentales prolongées... Si même le président Assad a été prévenu par Moscou, on peut gager que les autorités américaines ont été mises dans la confidence du mouvement tactique russe.

Vladimir Poutine a justifié cette décision par le fait que « la tâche qui avait été demandée à notre ministère de la Défense et aux forces armées a été globalement accomplie ». Le mandat des forces russes engagées, sur requête officielle du gouvernement syrien, dans leur première opération militaire en dehors des frontières de l'ex-Union soviétique depuis la guerre d'Afghanistan (1979-1989), était en effet clair et limité : « stabiliser les autorités légitimes et créer les conditions pour la mise en œuvre d'un compromis politique ».

Le risque d'une nouvelle provocation turque... ou saoudienne

Il n'a jamais été question pour Moscou, sauf dans les cauchemars occidentaux nourris de l'anti-russisme primaire d'observateurs et de responsables qui crient au loup - rouge - (mais se trompent de prédateur), d'une présence militaire russe de long terme, d'un écrasement en solitaire (de facto impossible) de l'État islamique, ou du contrôle de l'ensemble du pays au profit du régime syrien. L'armée russe n'a jamais eu ni les moyens ni l'ambition d'une telle implication. Moscou ne peut défaire militairement l'État islamique ; les législatives russes de septembre approchent et le soutien populaire toujours massif au président - plus qu'à l'intervention en Syrie - ne doit pas être compromis par une quelconque contre-démonstration d'efficacité. L'enlisement a toujours été un spectre omniprésent, les limites logistiques et financières une réalité, et le risque d'une nouvelle provocation turque (un Mig 21 syrien a été récemment abattu… peut-être par un TOW) ou même saoudienne grandissant. L'Arabie saoudite vient en effet d'annoncer la livraison de missiles sol-air et antichars aux « rebelles ». Même si Washington interdit à Riyad de s'en servir, cette nouvelle a dû faire réfléchir Moscou qui envisageait d'acheminer des chars ultra-modernes sur le théâtre !

C'est en fait le moment quasi idéal pour le président russe, scénariste de haut vol de sa propre politique et qui pratique avec brio l'adage « faire de nécessité vertu », de quitter avec les honneurs une partie dont il a su rebattre toutes les cartes. Il a imprimé sa marque et son rythme. Si, militairement, au Moyen-Orient, son « empreinte demeure légère », elle est très profonde en termes politiques et symboliques. Or, la grande politique est faite d'intérêts prosaïques et de symboles… d'où l'art, précieux entre tous, de savoir jusqu'où ne pas aller trop loin. Débarquer spectaculairement donc, « faire le job » prévu, ni plus ni moins, savonner la planche des concurrents au passage, puis passer le flambeau avec magnanimité aux diplomates, tout en mettant la pression sur son allié syrien pour le rendre plus conciliant dans les négociations qui s'ouvrent, et aussi sur son partenaire iranien, soudainement bien seul au sol et avec lequel les contentieux se multiplient. Tout cela pour conforter ses chances d'un deal global avec Washington.

Un jeu simultané sur plusieurs échiquiers

Car le chef du Kremlin joue en simultané sur plusieurs échiquiers - géographiques et thématiques - une partie mondiale, dont l'enjeu ultime demeure la restauration et la consolidation du statut de la Russie comme puissance globale incontournable dans la redéfinition des rapports de force mondiaux en duopole… avec Washington. Bien avant Pékin. Et puis il y a l'Arabie saoudite, avec laquelle il faut malgré tout savoir garder contact et lien, car les intérêts de ces deux immenses producteurs d'hydrocarbures convergent aussi partiellement, a minima contre l'Iran, qui cherche à revenir dans le jeu pétrolier et semble au fond plus un adversaire qu'un allié de long terme pour Moscou dans la région.

Washington aussi mène une lutte d'influence globale et tous azimuts avec Moscou. Une lutte d'essence stratégique. Mais l'Amérique reste ponctuellement en convergence tactique avec la Russie. Car elle ne peut risquer d'aller au choc militaire frontal et doit gérer ses alliés saoudien et surtout turc avec doigté et fermeté, pour gêner la Russie en Europe et sur son flanc ouest, sans se laisser entraîner, avec l'Otan (qui chaque jour remet un peu d'huile sur le feu), dans une confrontation gravissime. Dans ce couple pragmatique, chacun joue en conséquence alternativement de postures agressives et conciliantes, poursuivant ses intérêts tout en empêchant la dynamique propre du conflit et ses acteurs secondaires de le pousser à un duel où il devrait reculer en s'humiliant.

Le bilan de 5 mois et demi d'opérations russes positif

Le terme de « victoire » fera évidemment grincer bien des dents, mais on peut difficilement méconnaître les résultats obtenus par Moscou. Le « mission accomplished » russe semble plus fondé que celui de George W. Bush en 2003, après quelques semaines de campagne irakienne, qui signa le début d'un enlisement américain dangereux pour toute la région et le monde. Alors que fin septembre 2015, l'armée gouvernementale syrienne était en grande difficulté et que le territoire sous son contrôle fondait à toute vitesse, l'équilibre s'est inversé et l'initiative a changé de camp. Le bilan de 5 mois et demi d'opérations russes est sans équivoque : 9 000 vols, des tirs massifs jusqu'à 1 500 kilomètres de distance avec missiles air-sol et mer-sol, le ralentissement de l'approvisionnement des terroristes, la coupure des voies principales de transit des hydrocarbures vers la Turquie et des canaux essentiels d'approvisionnement en armes et munitions ; la libération de Lattaquié, la communication avec Alep rétablie, la libération en cours de Palmyre occupée, la remise en fonctionnement de gisements pétroliers et gaziers, la libération de la majeure partie des provinces de Hama et de Homs, la levée du blocus de la base aérienne de Kuweires - assiégée depuis trois ans –, l'élimination de plus de 2 000 djihadistes (y compris russes), et 17 chefs de guerre, la destruction de 200 sites d'extraction, de traitement et de transfert du pétrole, ainsi que celle de près de 3 000 moyens de transport des hydrocarbures et camions-citernes, la libération avec les forces syriennes de 400 villes et villages et de plus de 10 000 kilomètres carrés de territoire. Les armements, la logistique, l'agilité et l'inventivité opérationnelle de la manœuvre aérienne russe, avec notamment l'emploi d'une aviation tactique permettant l'attaque au sol à basse altitude (SU25) conjuguée aux avions de diverses générations et à capacités plus classiques ou très sophistiquées, ont spectaculairement prouvé leur efficacité, et les soldats leur courage.

Le soutien se poursuit à certaines opérations en cours, comme la reprise de Palmyre, et les bases de Tartous et de Khmeimim conserveront leur régime actuel de fonctionnement et de protection. Elles incarnent la permanence de l'intérêt de Moscou sur la région et son implication dans le respect du cessez-le-feu. Last but not least, pour faire pâlir d'envie les états-majors occidentaux, le président russe vient d'annoncer un coût total de l'opération… d'environ 420 millions d'euros déjà budgétés par le ministère de la Défense pour les exercices militaires et l'entraînement des troupes en 2015 !

Embryon de gouvernement de transition

Diplomatiquement, ne nous en déplaise, le cessez-le-feu proclamé par les présidents Poutine et Obama n'a été rendu possible que par le revirement dans les combats induit par l'intervention russe. La Russie dirige désormais en duo avec Washington, et en surplomb par rapport aux autres acteurs, le processus de négociations à travers le Groupe international de soutien pour la Syrie. Moscou a surtout influé sensiblement sur la composition de « l'opposition », mettant en avant des interlocuteurs adoubés autour des Kurdes syriens (jusque-là évincés diplomatiquement sur pression d'Ankara), et d'autres « opposants » jugés respectables, formant avec eux le « Groupe de Khmeimim », embryon possible d'un gouvernement de transition pouvant négocier avec les représentants du régime, puisque ses membres n'ont pas pris part à la lutte armée contre le régime d'Assad. Il semble aussi probable qu'un accord avec Washington ait été obtenu permettant à Bachar el-Assad de ne pas être livré à la sauvagerie de ses adversaires comme en son temps l'Afghan Najibullah. La réputation de Moscou et celle de son président en interne et dans le monde dépendent aussi de ce point-clé.

Mais le plus remarquable reste le bilan stratégique. Mettant fin à une série d'humiliations et de provocations européennes et américaines en Europe, mais aussi au Moyen-Orient, depuis 15 ans, Moscou a :

- réaffirmé son statut d'acteur politique et militaire global ;

- bousculé le jeu occidental au Moyen-Orient et enrayé le projet américain soutenu par Riyad, Doha et Ankara de renversement du régime syrien pour s'emparer de ce verrou énergétique stratégique pour l'alimentation de l'Europe en pétrole et gaz eurasiatique et moyen-oriental ;

- démontré que c'étaient les États-Unis et leurs alliés qui ne voulaient pas d'une coalition antiterroriste globale et révélé les doubles jeux et les atermoiements dans la lutte contre l'islamisme salafiste ;

- équilibré auprès de Damas l'influence de son partenaire/concurrent iranien ;

- sécurisé sa base de Tartous, établi celle de Lattaquié et 2 bases aériennes ;

- pris des positions commerciales avantageuses sur l'exploration des gisements off shore syriens en Méditerranée orientale ;

- remis la Turquie à sa place en faisant ravaler au président Erdogan sa morgue et ses ambitions néo-ottomanes... sans se laisser entraîner dans une « montée aux extrêmes » dangereuse avec Ankara ;

- repris langue avec Israël et l'Égypte ;

- « retourné » habilement les Kurdes syriens (Moscou livre même désormais quelques armes à ceux d'Irak pourtant très étroitement liés à Washington) en les utilisant dans la lutte anti-« tous terroristes » et en les imposant comme interlocuteurs cardinaux dans les négociations. Les Kurdes syriens s'enracinent dans le nord de la Syrie, formant désormais (presque) un mur à la frontière avec la Turquie. Ils viennent d'annoncer l'établissement d'une entité « fédérale démocratique » dans les trois zones autonomes du nord de la Syrie sous leur contrôle, malgré les mises en garde de Damas et d'Ankara. Dans ces conditions, la Russie est plus que jamais en position de force pour les négociations avec les États-Unis et les puissances sunnites afin de pouvoir garantir ses objectifs stratégiques (enjeux pétroliers et gaziers, bases militaires, contrepoids à l'influence iranienne - Téhéran reste à moyen terme un concurrent énergétique de premier plan) ;

- offert une vitrine incomparable à ses armements et à ses capacités logistiques et de projection, en déployant à bas coût un groupe militaire réduit très efficace, alliant des forces et des équipements diversifiés (renseignement spatial, drones, aviation de chasse et d'assaut, forces de la marine qui ont utilisé des armes très modernes lancées par des navires de surface et des sous-marins depuis la Méditerranée et la mer Caspienne, système antiaérien puissant basé sur les systèmes de missiles sophistiqués S-400, etc.) ;

- réaffirmé l'autorité de l'État syrien sur une grande partie de son territoire, donc l'importance du respect de la légalité internationale contre les tentations occidentales de redessiner les frontières et de changer les gouvernements en place au gré de leurs intérêts ;

- commencé à retourner l'arme de l'élargissement européen (fortement encouragé par Washington) à ses ex-satellites à son profit à l'occasion de la crise migratoire. Désormais, Bulgares, Tchèques, Hongrois, Slovaques et autres pays balkaniques candidats à l'entrée dans l'UE, qui se sentent menacés par les utopies solidaires des technocrates européens, et le renoncement aux nations que sous-tend l'approche bruxelloise et surtout allemande de la gestion des flux de réfugiés, considèrent le voisinage russe comme une protection culturelle et civilisationnelle non dénuée d'intérêt… La crise ukrainienne est toujours vive par ailleurs, et face à un gouvernement de Kiev incapable de réformes, ultra-corrompu, et à un pays en faillite, ce cadeau empoisonné de l'Amérique à l'Europe pourrait finir par lasser cette dernière et redorer le blason de la tutelle russe sur Kiev.

Un retrait partiel à tout moment réversible

La guerre est loin d'être finie. La ligne de front restera mouvante, l'État islamique n'est pas en déroute mais en phase de repli et de redéploiement, notamment vers la Libye. Moscou cherche d'ailleurs à consolider son influence auprès du Caire, qui pourrait être à la manœuvre au sol en cas d'opération de la Coalition. Le président russe Poutine a beaucoup à gagner à cette nouvelle phase en coopération avec les Égyptiens, qui ne peuvent intervenir tout à la fois à l'ouest et dans le Sinaï.Que vont faire les adversaires d'Assad en Syrie et à l'étranger après le retrait du gros des troupes aériennes russes ? Le processus de négociations sera long, peut s'interrompre à tout moment, et les combats vont se poursuivre. En cas de reprise généralisée de la guerre, et sans un soutien massif russe, l'armée syrienne pourrait recommencer à perdre la guerre.

Vladimir Poutine vient de rappeler, à toutes fins utiles, que son retrait partiel est à tout moment réversible et que ses forces peuvent se redéployer si nécessaire « en quelques heures » ! À bon entendeur, salut ! La Russie ne quitte pas la Syrie. Elle consolide son influence et réarticule les formes de son empreinte locale, régionale et globale.

Quant à la France, il est trop douloureux d'en parler. Nous ne sommes pas dans ce nouveau « grand jeu ». Nous sommes hors-jeu. Durablement. Alors pourtant que nos armées valeureuses et nos forces de sécurité ne déméritent nullement sur le terrain ni sur le territoire national. Alors que notre nation, « travaillée » en toute impunité par un communautarisme militant, est une cible de choix pour le djihadisme mondial et que nos concitoyens sont les spectateurs menacés et impuissants d'un renoncement identitaire incompréhensible. Impardonnable.

Caroline Galactéros (Le Point, 18 mars 2016)