Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/12/2017

Bruxelles, un chaudron multi-ethnique...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue d'Alain Destexhe, sénateur belge de centre-droit, cueilli sur Figaro Vox et consacré aux violences ethno-communautaires qui secouent désormais régulièrement la capitale belge...

 

Bruxelles_émeutes.jpg

Bruxelles, un chaudron multi-ethnique

La publication par toute la presse belge ce jeudi 14 décembre, des portraits de neuf individus recherchés par la police pour leur participation aux émeutes du mois dernier à Bruxelles est une gifle aux journalistes des media traditionnels qui s'obstinent à refuser de voir le caractère ethnique des émeutes à répétition qui secouent la capitale de l'Europe.

Neuf portraits, neuf jeunes, blacks ou de type méditerranéen comme disait encore il y a peu la police, tous d'origine extra européenne et assez peu représentatifs, statistiquement, d'une population d'origine européenne. Tous recherchés pour destruction de mobilier urbain, pillages de magasins et agressions contre des policiers. Des faits criminels d'un nouveau genre, apparus il y a quelques années, qui n'étaient pas concevables, jadis, dans la ville de Jacques Brel.

Impossible cette fois de nier l'évidence de l'origine des auteurs: ce sont les photos communiquées par la police qui l'attestent. Unanime, la presse refuse pourtant de qualifier correctement les faits et leurs auteurs autrement que de «jeunes». Lorsque nos médias emploient ce terme, le commun des mortels comprend désormais et ajoute mentalement «d'origine étrangère». Des jeunes «Belges», sans doute puisqu'on a naturalisé à tour de bras, mais qui ne sont pas perçus par la population majoritaire comme faisant partie de la communauté nationale.

Pourtant, il ne fallait pas faire un grand effort d'imagination pour voir que cette violence est d'origine communautaire ou ethnique. Ainsi le 20 octobre dernier, à la porte d'Anderlecht, ville du célèbre club de football, une centaine de migrants syriens et des jeunes (Belgo-marocains) s'affrontaient dans la rue pour le «contrôle de l'espace public du quartier», notamment la jouissance d'un parc public.

Le 11 novembre, c'est à la suite du match Côte d'Ivoire-Maroc que le centre ville s'enflammait. L'incitateur de ces émeutes avait posté, la veille sur Facebook ce message: «On va tout cramé à Lemonnier Maroc city». Lemonnier, c'est le nom du boulevard en question mais l'expression «Maroc city» peut-elle signifier autre chose qu'une volonté de s'approprier, au moins pour un soir, ce territoire? Cela n'a pas empêché un député écologiste de déclarer le plus sérieusement du monde à la télévision qu'on ne connaissait pas l'origine des émeutiers!

Quatre jours plus tard, sur la place de la Monnaie, un symbole de l'indépendance de la Belgique, de jeunes immigrés semaient à nouveau la panique et pillaient des commerces en plein centre-ville, à l'occasion de la venue de Vargasss92, un Youtubeur français prénommé Mansour («béni de Dieu pour être victorieux»). Le 10 décembre, c'est un jeune roumain de 29 ans qui est décédé au métro Bockstael à Laeken, après une bataille rangée entre bandes rivales dans les couloirs de la station. Plusieurs Roumains ont été arrêtés.

Un peu plus tôt, le 28 novembre, c'est à la suite d'une manifestation contre l'esclavage, rassemblant surtout des Africains dans le haut de la ville, près du quartier de Matongé (du nom d'une commune de Kinshasa), que des «jeunes» s'en sont pris aux commerces et aux forces de police. Arrivé peu après sur les lieux, policiers et témoins me confirmèrent que les fauteurs de troubles - une centaine de personnes - étaient tous des jeunes noirs, mais peut être s'agissait-il d'un groupe de skinheads qui s'était déguisé en pères fouettards pour semer le doute, au moins dans l'esprit des journalistes.

A propos de skinheads, je n'ai aucun souci à reconnaître qu'il s'agit d'un phénomène violent qui concerne presque exclusivement des individus «de race blanche» et je ne me sens nullement offensé, stigmatisé ou victime d'amalgames, pour reprendre les expressions médiatiquement consacrées, si on le décrit comme tel.

Car ces nouveaux phénomènes d'émeutes, de cocktails Molotov lancés contre des commissariats, de policiers victimes d'embuscades, de pompiers empêchés d'intervenir, de contrôleurs de la société de transport public tabassés, de bandes urbaines, de zones de non droit,… sont tous et toujours reliés aux conséquences de la politique d'immigration incontrôlée que la population belge a subie depuis 30 ans, sans jamais avoir la possibilité d'en débattre. Décrire ces nouveaux types de délinquance sans les relier à l'immigration et à l'échec de l'intégration est en soi une désinformation.

Le système médiatique n'autorise à nommer correctement les choses que lorsqu'il s'agit de le présenter sous l'angle de la victimisation. Ainsi, lors d'une émission de la RTBF (la chaîne publique) consacrée aux émeutes, seule l'invitée voilée d'origine immigrée, a été autorisée à parler de «la jeunesse issue de l'immigration marocaine, maghrébine, disons de confession musulmane» pour dénoncer son «abandon». Le même discours, s'il était tenu par un politique belgo-belge pour caractériser les délinquants aurait été qualifié de «grave dérapage».

Puisqu'il s'agit de faits pourquoi ce refus de parler de «jeunes Maghrébins», de «jeunes noirs», de «jeunes Congolais», lorsque, régulièrement des opposants au régime du président Kabila créent des troubles à Bruxelles?

Sans doute parce que l'intégration des communautés étrangères a totalement échoué, même si beaucoup d'individus l'ont réussie.

Sans doute parce qu'il ne faut pas admettre que Bruxelles, est une poudrière incontrôlable, qui commence a ressembler à ce hell hole (trou d'enfer) décrit par Donald Trump, expression que, curieusement, la presse belge a traduite de manière créative par «trou à rats».

Sans doute parce qu'il faut nier que Bruxelles est une juxtaposition de communautés qui vivent entre elles, sans rien partager, ne lisant plus les mêmes journaux, ne regardant plus les mêmes chaines de télévisions et ne célébrant plus les mêmes fêtes. Et qu'il faut masquer cette triste réalité à grand renfort de slogans comme le «vivre ensemble» ou de couteuses campagnes célébrant la «diversité» ;

Sans doute parce qu'il ne faut pas nommer la grande responsable, l'immigration incontrôlée, tellement massive qu'elle empêche l'intégration, une immigration voulue par des dirigeants de presque tous les partis politiques pressés de vivre dans le paradis multiculturel et de jeter par dessus bord l'ancien monde de la «Belgique de papa».

Sans doute parce qu'il faut minimiser l'exode des classes moyennes d'origine belge (mais aussi d'origine immigrée plus ancienne) qui cherchent par tous les moyens à fuir certains quartiers de la capitale et sont contraintes de s'exiler en Flandre ou en Wallonie.

Sans doute parce que nul ne sait que faire face à la montée en puissance inquiétante de l'islam et de l'islamisme alors que le reste de la société belge est de plus en plus sécularisée.

Sans doute aussi parce que Bruxelles est une ville en voie de paupérisation avec un revenu par habitant qui diminue où 90% des allocataires sociaux sont d'origine immigrée.

Enfin et surtout parce qu'il faut masquer l'échec total de la gestion du Parti socialiste au pouvoir dans la région bruxelloise depuis… 28 ans sans interruption.

Alain Destexhe (Figaro Vox, 20 décembre 2017)

21/12/2017

Le Front national peut-il arriver au pouvoir ?...

Le nouveau numéro de la revue Réfléchir & agir (n°57 - automne 2017) est disponible en kiosque. Le dossier est consacré au Front national et s'interroge sur la capacité de ce mouvement politique d'arriver un jour au pouvoir après son échec du printemps 2017.

Réfléchir&Agir 57.jpg

Au sommaire :

Tour d'horizon

Antipasti

Zbigniew Brzezinski, par Edouard rix

DOSSIER : Le FN peut-il prendre le pouvoir ?

Le Front National peut-il prendre le pouvoir ? , par Eugène Krampon

Entretien avec Stéphane Ravier

Entretien avec Jean-Yves Le Gallou

Entretien avec David Rachline

Le FN face à son destin, par Eric Lerouge

Entretien avec Chantal Dounot et Didier Carette

Après le Front, par Georges Feltin-Tracol

Grand entretien

Eric Lerouge

Réflexion

Hermann von Keyserling, par Bruno Favrit

Géopolitique

Le réchauffement climatique en Arctique, par Klaas Malan

Mystères

L'affaire Glozel, par Thierry Durolle

Littérature

Maurice Blanchot, par Georges Feltin-Tracol

Un livre est un fusil

Youcef Hindi. Occident contre Islam, par Eugène Krampon

Notes de lecture

Beaux-arts

Norman Lindsay, par Christian Bouchet

Disques

 

Dr. Emmanuel et M. Macron : chronique d'une imposture écologique...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Joachim Imad cueilli sur Figaro Vox et consacré à la politique d'Emmanuel en matière d'écologie. l'auteur est vice président de l'association Critique de la Raison européenne.

Macron_Hulot.jpg

Dr. Emmanuel et M. Macron : chronique d'une imposture écologique

Avec l'ouverture ce mardi à Paris du sommet pour le climat, Emmanuel Macron réaffirme son ambition de faire de la France un acteur décisif sur la question écologique. Ce projet trouve ses racines dans son intention consistant à «Make our planet great again», exprimé habilement suite au retrait du président américain Donald Trump de l'Accord de Paris. Si nous ne pouvons que déplorer la décision de ce dernier, il importe tout de même d'admettre que malgré sa puissance symbolique indéniable, l'Accord de Paris demeure largement insuffisant pour espérer endiguer le processus de destruction de notre planète. Cette destruction menace l'Homme lui-même et des experts estiment que près de 200 millions de personnes seront considérées comme des déplacés environnementaux, mais l'indifférence sur ce sujet semble généralisée. Brandir l'étendard du bien en se posant comme le défenseur de l'Accord de Paris comme le fait Emmanuel Macron est moralement coupable en plus d'être concrètement inefficace. Une telle posture vise certainement à nous aveugler sur ses incohérences en matière écologique. Il est en effet légitime de craindre que la sensibilité écologique revendiquée d'Emmanuel Macron, relativement nouvelle et probablement opportuniste, ne finisse par se heurter à son adhésion sans faille à l'Union européenne et à la mondialisation néolibérale. Emmanuel Macron n'échoue jamais à afficher son européisme béat comme nous l'avait montrée la cérémonie de célébration de sa victoire à la présidentielle, placée sous les auspices de l'hymne à la joie. Pourtant, l'Union européenne telle qu'elle est construite et pensée idéologiquement est incompatible avec tous les engagements qu'il conviendrait de prendre pour défendre un programme résolument écologique et capable de sauver notre «maison commune».

L'Union européenne est tout d'abord anti-écologique de par son ADN authentiquement libéral. L'Acte Unique de 1986, qui sanctifie la libre-circulation des marchandises, des services, des capitaux et des personnes, représente la quintessence de cette vision du monde, tout comme l'ensemble des traités qui l'ont suivi et n'ont en rien abdiqué cette croyance folle aux vertus de la circulation sans limites.

L'Union européenne acte le refus d'un modèle de société fondé sur la réhabilitation du local et des circuits courts, pourtant davantage respectueux des savoir-faire des producteurs et dont le rôle est salvateur pour nos terroirs comme pour l'environnement. L'UE soutient même une philosophie fondamentalement antithétique à l'écologie en ceci que ses règlements et les traités de libre-échange qu'elle promeut, à l'instar du CETA qui est déjà appliqué sans pourtant avoir été ratifié par la France, imposent une distance toujours plus accrue entre le producteur et le consommateur et promeuvent des modèles de production allant toujours plus loin en matière d'élevage intensif.

La construction de la ferme-usine des 1000 vaches en Picardie était déjà suffisamment inquiétante, mais plus rien ne semble en mesure de s'opposer à la marche néo-libérale de l'Europe lorsque l'on découvre l'existence d'une ferme industrielle aux 2000 vaches à Kemberg en Allemagne. Une telle course au gigantisme, qui consacre par ailleurs notre droit à traiter l'animal comme un produit à l'usage des besoins humains et à le soumettre à l'inquiétante ivresse de notre toute-puissance, est évidemment encouragée par les traités de libre-échange qui poussent au nivellement par le bas des normes mais aussi par la logique de la PAC. L'attribution des aides de la PAC dépend en effet du nombre d'hectares et pousse donc inexorablement les exploitants agricoles à agrandir leurs fermes. Cela va évidemment de pair avec le développement de modes de production qui contaminent l'environnement, notamment en raison de l'emploi d'engrais et pesticides très concentrés et nocifs. L'agriculture fait figure d'exemple parmi tant d'autres des erreurs funestes de l'Union européenne en matière d'écologie, mais c'est bien la logique de libre-échange qui lui est inhérente qui constitue le fond du problème. Emmanuel Macron ne compte aucunement revenir sur ce postulat fondateur des traités européens. Pire encore, il y souscrit.

Le deuxième problème majeur que pose l'Union européenne à tout écologiste convaincu réside dans le poids pris par les lobbies dans ses institutions et dans ses cercles de décisions. Comme l'a brillamment montré la juriste Anne-Marie Le Pourhiet, la Commission européenne est ainsi courtisée par des lobbies de grandes entreprises qui manœuvrent dans l'ombre afin de défendre des intérêts privés, par essence, contraires à l'intérêt général, et particulièrement à l'intérêt de la planète.

Les débats sur l'interdiction du glyphosate, un herbicide particulièrement controversé, ont constitué une démonstration probante de la tyrannie des lobbies à Bruxelles. Nous savons à présent que l'agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) a copié-collé, dans son rapport sur le glyphosate, plus d'une centaine de pages émanant d'un document produit directement par Monsanto, une entreprise américaine qui utilise du glyphosate pour produire son produit phare, le Roundup.

Cependant, le refus de voir le réel semble être la chose la mieux partagée au monde par les dirigeants européens. Quiconque s'interroge sur la prégnance des lobbies dans l'Union européenne ou encore sur l'existence de conflits d'intérêts, qui conduisent souvent à sacrifier les intérêts de la planète par ailleurs, est immédiatement voué aux gémonies au nom de l'accusation de complotisme. Emmanuel Macron, s'il était sincèrement animé de la sensibilité écologique qu'il prétend porter, dénoncerait le poids des lobbies à Bruxelles. Il ne le fera pas, pas plus qu'il ne le fait à l'échelle nationale. Cela n'est évidemment pas une surprise lorsque l'on connaît le poids des intérêts privés et des grandes fortunes dans sa campagne, mais n'en reste pas moins grave pour autant. Entre l'Union européenne et sa promesse d'interdire le glyphosate en France d'ici trois ans, Emmanuel Macron choisira certainement la première pour ne pas risquer toute querelle avec les commissaires européens.

Au-delà des pudeurs, voire de la servitude, d'Emmanuel Macron sur la question européenne, on peut regretter que son entourage soit traversé par des contradictions irréconciliables. La nomination au ministère de l'écologie de Nicolas Hulot aurait pu être de bon augure, mais la ligne qu'il incarne semble de plus en plus marginalisée, ce qui n'est pas surprenant lorsque l'on mesure l'étendue des différences qui l'opposent au Premier ministre Edouard Philippe, l'ancien directeur des affaires publiques d'Areva.

Le projet du président français de prendre la tête du mouvement écologique au niveau mondial n'est rien d'autre qu'une façade idéologique, un excellent coup de communication, discipline dans laquelle Emmanuel Macron règne en maître. Son hypocrisie sur la question écologique est à l'image de sa gouvernance de la France, entièrement fondée sur l'ambivalence et l'ambiguïté, la volonté de satisfaire toutes les sensibilités intellectuelles, par la manipulation sémantique. Après avoir théorisé l'idée de souveraineté européenne sans demos européen, Macron nous vend l'écologie libre-échangiste comme nouvelle fin de l'histoire. Le monde décrit par George Orwell n'est jamais bien loin.

Emmanuel Macron espère en effet s'appuyer sur des mesures techniciennes, sur les progrès de la science et sur le bon vouloir des entrepreneurs pour régler le drame écologique dont notre terre est le théâtre. Il refuse néanmoins d'interroger les idéologies et le rapport fou à la consommation qui encadrent la vie des habitants des sociétés occidentales. Il existe une contradiction fondamentale entre la philosophie libérale qui l'anime et l'écologie politique. Tandis que le libéralisme repose sur le refus de toute entrave au marché, au nom du dogme de la concurrence libre et non faussée, l'écologie est conservatrice par essence et nous invite à nous donner des limites. Or notre société se meurt précisément du fait qu'elle a oublié l'idée chère à Aristote de juste mesure et criminalise toute éthique de la transmission.

L'urgence n'est plus au changement ou à la recherche effrénée de croissance, mais à la modestie et à l'acceptation de la finitude du monde et de l'homme lui-même. Une formule somptueuse d'André Thérive gagnerait à être méditée de tous, tant elle s'applique à l'écologie: «Ce que nous voulons poser par simple prudence, c'est le mécanisme du frein. La pente n'a pas besoin de défenseur.» Nous sommes cependant en droit de douter qu'Emmanuel Macron, comme la Commission européenne, qui se rejoignent dans une même soumission à l'hubris, sauront se montrer à la hauteur de l'histoire et tirer les leçons que l'urgence de la situation climatique rend pourtant indispensables.

Joachim Imad (Figaro Vox, 15 décembre 2017)

20/12/2017

On achève bien les éleveurs...

Les éditions L'échappée viennent de publier un recueil collectif coordonné par Aude Vidal et intitulé On achève bien les éleveurs. Aude Vidal est journaliste, engagée dans l'écologie et auteur d'essais critiques sur le libéralisme.

 

 

Collectif_On achève bien les éleveurs.jpg

" Ce que nous nommons encore élevage se trouve aujourd’hui pris entre deux feux. D’un côté, le souci légitime de l’impact écologique et sanitaire de la production industrielle de viande et de produits d’origine animale rejoint le refus de maltraiter – voire tuer – les animaux. De cela émerge une remise en cause profonde du geste d’élevage. Est-ce là un progrès pour notre humanité ou un nouveau stade de l’« administration du désastre » ?
De l’autre côté, les éleveurs sont dépossédés de leur métier par des procédures toujours plus rigides et intrusives : puçage RFID des ovins et caprins, chantage aux primes agricoles, bureaucratisation croissante, reproduction artificielle… Décriés d’une part, ils sont administrés de l’autre – en attendant que disparaisse la possibilité même d’élever des animaux autrement qu’en les concentrant dans de gigantesques usines. Ces menaces qui pèsent sur l’élevage sont un des symptômes de la soumission toujours plus grande de toutes et tous à la société industrielle. Le monde se referme alors que la liberté s’efface devant le contrôle systématique : au fond, ce que nous faisons subir aux animaux, nous nous l’infligeons également à nous-mêmes.
Éleveurs et chercheurs qui les accompagnent dans leurs luttes, toutes et tous expliquent dans ce livre pourquoi l’élevage doit être préservé afin que nos vies restent authentiquement humaines. "

Réflexions sur l'énigme Macron...

Vous pouvez découvrir ci-dessous L'hebdo politique de TV Libertés, présenté par Élise Blaise, qui recevait Michel Drac, pour évoquer le cas Macron. Essayiste non-conformiste et éditeur, mais aussi analyste rigoureux et mesuré de la situation politique, qui a notamment publié Triangulation - Repères pour des temps incertains (Le Retour aux sources, 2015),  Michel Drac vient de publier un livre intitulé Voir Macron - 8 scénarios pour un quinquennat (Le Retour aux sources, 2017)...

 

 

                                 

19/12/2017

Introduction à l'anthropologie philosophique...

Les éditions Gallimard viennent de publier un essai d'Helmuth Plessner intitulé Les degrés de l'organique et l'homme - Introduction à l'anthropologie philosophique. Philosophe et sociologue, Helmuth Plessner est un des principaux représentants de l'école allemande de l'anthropologie philosophique, avec Max Scheler et Arnold Gehlen. De ce dernier, on pourra utilement consulter les Essais d'anthropologie philosophique (Maison des sciences de l'homme, 2010) pour découvrir cette école de pensée.

 

Plessner_Les degrés de l'organique et l'homme.jpg

" Helmuth Plessner (1892-1985) est l'un des fondateurs d'un courant de la pensée allemande encore peu connu en France, l'anthropologie philosophique. Ce mouvement, né dans les années 1920 et illustré par des auteurs comme Max Scheler ou Arnold Gehlen, se propose d'établir le propre de l'homme en le fondant sur une philosophie de la vie. Les Degrés de l'organique et l'Homme, paru en 1928, est l'une de ses expressions majeures. L'ouvrage s'efforce d'identifier la caractéristique essentielle d'un organisme et de rendre intelligible les niveaux d'organisation qu'il est susceptible d'atteindre. Le concept de "positionnalité" permet de mettre en lumière les trois degrés d'activité par rapport au milieu qui correspondent à la plante, à l'animal et à l'homme. Dans cette perspective, le propre de l'homme apparaît tenir à son "excentricité", c'est-à-dire à la façon de faire advenir l'existence d'un "je" capable de tout objectiver sans être lui-même objectivable. L'enquête ouvre ainsi la voie d'un humanisme non anthropocentrique qui conserve à l'homme sa qualité de vivant tout en affirmant sa capacité singulière de se décentrer en permanence par rapport à son organisme. "