Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2011

Un sens à la vie dans la roue des saisons...

 Nous vous signalons la parution du quatrième numéro de la belle revue Figures de proues, dirigée par Pierre Bagnuls.

 

Figures de proue 4.jpg

Editorial

• Un Sens à la Vie dans la Roue des Saisons par Pierre Bagnuls

 

Pistes de réflexion

• Il faut donner un sens à la vie des hommes par Antoine de St-Exupéry

• L’archipel de la culture par Abel Bonnard

• Proue vers la Haute Mer par Jean Cazeneuve

 

Essai Culture Littérature Poésie Mémoire

• Voyage littéraire au cœur-même du nihilisme par Pierre Bagnuls

 

Les Sources Vives

• Fingal et Ossian : le Chant du cygne gaélique par Pierre Bagnuls

 

Textes fondateurs

• Réflexions magistrales sur les Fiannas par Marie-Louise Sjoestedt

• Ossian et l’école romantique par Junius Castelnau

• Ossian et les bardes d’Ecosse par Jean-Jacques Ampère

• La Quête des Hautes Terres par Philippe Le Guillou

 

Horizons nordiques

• L’Islande entre rêve et réalité par Pierre Bagnuls

• Ultima Thulé par Xavier Marmier

• Thulé d’Islande par Paul Gayet-Tancrède, dit Samivel

 

Notre tradition

• En attendant le retour du soleil par Jean Mabire

• Être, c’est se taire, penser, agir par Jean Mabire

• Le recours à la tradition par Dominique Venner

• Permanence et tradition par Alain de Benoist

• Conservation et tradition par Arthur Moeller van den Bruck

• Pulsions et tradition par Arnold Gehlen

• Le Réveil de notre tradition par Dominique Venner

• Réaction et tradition par Nicolas Gomez Davila

 

Géographie sacrée

• Dans le labyrinthe secret du Mythe et de l’Histoire :

l’énigme atlante par Pierre Bagnuls

Figures de proue 4.gif

Pour une Afrique maîtresse de son destin !...

Vous pouvez visionner ci-dessous une présentation par Bernard Lugan de son livre Décolonisez l'Afrique !, publié aux éditions Ellipses. Pour l'auteur, "l'Afrique subit une recolonisation économique, politique et morale. Un demi siècle après les fausses indépendances, la véritable libération de l'Afrique est donc à la fois nécessaire et urgente."


Bernard Lugan : "Décolonisez l'Afrique !" par realpolitiktv

29/11/2011

Le dieu de la guerre...

Les éditions Perrin viennent de publier un ouvrage de Bruno Colson et... Napoléon, intitulé De la guerre. Historien, politologue et stratégiste, Bruno Colson est un spécialiste des guerres napoléoniennes. Dans ce livre appelé à devenir un classique, il met en regard la pensée stratégique de Clausewitz et celle de son inspirateur, Napoléon.

Napoléon guerre.gif

"Le grand traité sur la guerre que Napoléon voulait écrire à Sainte-Hélène.

Isolé à Sainte-Hélène, Napoléon envisagea de rédiger le grand traité stratégique dans lequel il aurait dévoilé les secrets de son génie. Mais il renonça, laissant à la postérité des bribes éparses.
Bruno Colson a relevé le gant, d'abord en rassemblant tous les propos existants de l'Aigle : lettres nombreuses, confessions orales notées par les mémorialistes sans compter des inédits puisés aux archives. Ensuite, il a ordonné cette riche matière en suivant le plan choisi par Clausewitz dans son fameux traité De la guerre, de bout en bout inspiré par l'épopée impériale.
Le résultat dévoile comme jamais la pensée et l'action de celui que Clausewitz qualifiait de « dieu de la guerre ». Vitesse, concentration éclair, manoeuvres, capacité à exploiter l'instant charnière de la bataille, art de la poursuite ; autant d'inventions matricielles de la guerre de masse et de mouvement se révèlent dans un style limpide et percutant. Le dialogue au sommet établi avec Clausewitz, dont les idées maîtresses sont exposées en ouverture de chaque partie, achève de hisser cet ouvrage sans précédent au rang de futur classique pour quiconque aspire à comprendre la guerre moderne."

L'Union européenne contre l'Europe !...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue d'Andrea Massari cueilli sur Polémia et consacré à la trahison de l'europe par l'Union européenne... 

 

UE contre Europe.jpg


L'Union européenne contre L'Europe

La confusion entre l’Union européenne (institution politico-bureaucratique politiquement correcte) et l’Europe (héritage culturel et mythologique) est un mensonge qui fait beaucoup de mal. Car ce qui va de travers est attribué à l’Europe alors que ce qui est en cause, c’est l’Union européenne et son idéologie néfaste.

Destruction des frontières et conflits de frontières

En fait, la destruction des frontières et la volonté générale de normalisation et de centralisation dressent les Européens les uns contre les autres :

- ce sont l’Irlande et la Pologne qui s’opposent à propos des immigrés polonais en Irlande ; ou la Roumanie qui entre en conflit avec les autres pays à propos des Roms ;
- ce sont l’Italie et la France qui se chamaillent à propos des migrants clandestins de Lampedusa ;
- c’est le Danemark qui se fait gourmander quand il rétablit des contrôles à ses frontières ;
- ce sont les pays du nord qui ne veulent pas payer pour les pays du sud, appelés avec mépris les pays de « Club Méd » ;
- ce sont les pays du sud qui se sentent humiliés par les pays du nord qui veulent racheter leurs îles et leurs côtes ;
- ce sont les petits pays qui regimbent devant les diktats des plus grands.

« L’Europe c’est la paix » est un slogan qui parle encore aux générations qui ont connu la guerre. Mais dans la réalité d’aujourd’hui, c’est de la novlangue, car l’Union européenne – qui n’est pas l’Europe – est un multiplicateur de conflits entre Européens.

L’euro et le retour de la germanophobie

L’euro a imposé une monnaie unique à des pays qui ne constituaient pas une zone monétaire optimale. L’euro a imposé le même carcan monétaire à des pays de culture économique et monétaire différente. La monnaie commune était une idée heureuse, la monnaie unique une idée dangereuse.

Aujourd’hui les craquements de l’euro – sorte de Mark continental – développent l’acrimonie entre Européens. Les Allemands se plaignent de l’irresponsabilité et de la nonchalance de leurs voisins. La France et les pays du sud répondent que le modèle allemand n’est pas généralisable : pour une raison simple, l’Allemagne réalise ses excédents commerciaux non sur le reste du monde (elle a eu, en 2009, 19 milliards de déficit commercial sur la Chine) mais sur les autres pays européens. Si les voisins de l’Allemagne s’alignaient sur le modèle allemand, l’Allemagne plongerait dans la déflation.

Cette analyse objective s’accompagne souvent de commentaires germanophobes : sur le site Atlantico, l’essayiste Jean-Luc Schaffauser, qui se présente comme « Alsacien, Germain et Français », écrit : « Il revient à la France, avec l’appui de l’Espagne et l’Italie, et d’autres pays de l’Europe du Sud, de contenir le démon allemand. A défaut, l’Europe n’aura aucune chance de survie. Nous sommes, en effet, en train d’aller vers une Europe allemande, c’est-à-dire vers plus d’Europe du tout ! L’Allemagne, après avoir détruit deux fois l’Europe, risque fort de la détruire une troisième fois par la guerre des temps modernes, la guerre économique. L’Allemagne a besoin d’une correction ; sa correction, c’est la vérité sur sa politique ! ». « Europe allemande », « démon », « correction » : derrière une analyse économique rationnelle, c’est le retour d’un vocabulaire stigmatisant, culpabilisant et diabolisant, peu propice à l’amitié entre les peuples.

Dans le même esprit un auteur des Echos avait sérieusement envisagé que l’Allemagne prenne en charge la dette grecque au titre de « réparations » dues pour la Seconde Guerre mondiale pourtant officiellement terminée il y a… deux tiers de siècle.

La faute de l’Union européenne : ne pas s’être (op)posée face au reste du monde

L’Union européenne a un marché unique et une monnaie unique mais elle n’a pas de politique commerciale face au reste du monde. L’Union européenne est la zone économique la plus ouverte du monde ; son déficit commercial n’est pas dû à ses faiblesses économiques mais à ses faiblesses politiques. Son tort est d’accepter le dumping social et environnemental des pays émergents ; son tort est d’accepter les pratiques commerciales déloyales de ses principaux concurrents ; son tort est d’accepter sans réagir la politique mercantiliste de la Chine qui impose un yuan sous-évalué tout en exigeant des exportateurs européens qu’ils transfèrent leur technologie et abandonnent, de facto, leurs droits de propriété intellectuelle.

L’Union européenne a une monnaie unique mais elle n’a pas de politique financière commune. Elle se trouve donc exposée aux pratiques prédatrices de la finance anglo-saxonne. Les déficits budgétaires américains et britanniques sont supérieurs à ceux de l’Italie et de la France ; leur endettement public et privé est aussi supérieur : pourtant la spéculation (« les marchés ») s’attaque à l’Italie et à la France, non, pour le moment du moins, aux Etats-Unis et à la Grande-Bretagne. La raison en est simple : les banques centrales anglo-saxonnes rachètent la dette des Etats anglo-saxons ; la Banque centrale européenne ne rachète pas (elle n’en a d’ailleurs pas le droit) les dettes des Etats européens. Résultat : la masse monétaire créée par les Anglo-Saxons est disponible pour spéculer sur les dettes européennes. Inspiré par l’Allemagne, le modèle monétaire de la BCE est sans doute vertueux mais il n’est pas tenable dans un monde complètement ouvert. L’Union européenne devra choisir : réglementer et protéger son marché financier ou faire, comme les autres, fonctionner la planche à billets.

L’Union européenne cherche à construire un gouvernement économique commun mais les personnalités mises en avant appartiennent toutes à la superclasse mondiale : le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, est un homme du Bilderberg et de la Trilatérale ; comme l’est Mario Monti, le nouveau premier ministre italien, par ailleurs ancien de Goldman Sachs ; tout comme Mario Draghi, le nouveau président de la BCE. Ce qu’on appelle la « gouvernance européenne » est de fait au service de la finance mondialisée.

L’Europe, une figure singulière face aux trois impérialismes : américain, musulman, chinois

Les peuples et les nations européennes sont en train de reprendre leurs chicaneries.
Pour deux raisons :

- l’Union européenne veut leur imposer des règles communes qui ne leur conviennent pas ;
- et dans le même temps l’Union européenne les livre pieds et poings liés à trois impérialismes :

  • l’impérialisme financier des Etats-Unis et de la superclasse mondiale ;
  • l’impérialisme commercial des Chinois ;
  • l’impérialisme migratoire et civilisationnel des musulmans.

En face de cela, l’Europe ne peut survivre qu’en retrouvant le sens de son identité, de ses frontières et de ses intérêts. L’Europe a des concurrents, des adversaires, des prédateurs et même des ennemis. Son problème c’est que l’Union européenne ne veut pas en tenir compte.

Andrea Massari (Polémia, 24 novembre 2011)

28/11/2011

Au bord du gouffre...

Les éditions Krisis viennent de publier Au bord du gouffre - La faillite annoncée du système de l'argent, le nouvel essai d'Alain de Benoist. Le directeur des revues Krisis et Nouvelle Ecole dresse la généalogie de la crise systémique qui secoue le monde globalisé et en analyse les conséquences avec sa clarté habituelle. 

Le livre est disponible sur le site de la revue Eléments : http://www.revue-elements.com/

Au bord du gouffre.jpg

"Le 11 septembre 2001, à New York, les tours du Centre mondial du commerce (WTC) s’enflamment. Un symbole ! Sept ans plus tard, une crise financière profonde se déclenche aux Etats-Unis, puis s’étend rapidement au reste du monde. Elle trouve son origine immédiate dans une surchauffe de l’endettement privé. Pour sauver les banques et les compagnies d’assurances, les Etats empruntent à leur tour. En 2011, la crise de la dette privée s’est muée en crise de la dette publique. Les marchés financiers attaquent les Etats les plus faibles. La Grèce est la première touchée, suivie par le Portugal et l’Espagne, en attendant l’Italie et la France. Aujourd’hui, tout le monde pilote à vue. Le système financier international vacille sur ses bases, l’euro semble au bord de l’implosion. La dette ne cesse d’augmenter, doublée de déficits d’une ampleur encore jamais vue. Les estimations contradictoires des experts s’ajoutent à l’impuissance des politiques. Est-ce la fin annoncée du système de l’argent ?
Ce livre retrace les étapes de la crise financière mondiale actuelle, et s’efforce d’en identifier les causes. Mais il va bien au-delà. Il fait le point sur la situation économique qui prévaut de nos jours et sur les problèmes sociaux qui l’accompagnent. La crise actuelle n’est pas une simple crise conjoncturelle, mais une critique structurelle, systémique. Elle est la conséquence de la logique du capital, qui ne connaît qu’un mot d’ordre : toujours plus ! Toujours plus de profits, plus de marchandises, plus d’échanges, fût-ce au prix de mesures d’austérité qui frappent les plus faibles. Un tel système ne peut durer éternellement. Voici pourquoi."

Le fantôme des présidentielles...

Nous reproduisons ci-dessous un excellent point de vue d'Hervé Juvin, cueilli sur son blog Regards sur le renversement du monde et consacré à la souveraineté des peuples d'Europe.

 

 

indépendance.jpg

 

Le fantôme des présidentielles

Un fantôme hante l’élection présidentielle, la vie politique, et, bien au-delà, une partie de l’Europe. Non, ce n’est pas celui de Marine Le Pen, de Jean-Pierre Chevènement ou de Jean-Luc Mélanchon en France, non plus que celui de Fini en Italie ou du populisme un peu partout. C’est celui de l’autonomie. L’histoire politique de l’Europe depuis trois siècles pourrait être résumée comme une conquête de l’autonomie des peuples d’Europe, contre l’empire et les tentations impériales successives, contre l’autorité religieuse, contre Rome et toute forme de pouvoir venu d’en haut, contre les idéologies qui dépassent les Etats-Nations, et aussi contre toutes les minorités qui voudraient faire prévaloir leur intérêt particulier contre l’intérêt commun. Et l’autonomie signifie que les peuples d’Europe, constitués en Nation, ont décidé de ce qui les concernait.

Ce n’est plus le cas. Manipulation habile ou naufrage provoqué, le projet de referendum grec suit une longue liste de referendums, de débats ou de choix où la volonté populaire a été bafouée, ou interdite d’expression. Il est grave que l’Union européenne ait été le prétexte, ou le moyen, de nier l’autonomie des  Nations. Soit qu’elle se soit exprimée dans les règles, et qu’il n’en ait pas été tenu compte, et le contournement du « non » français au referendum sur la Constitution européenne de 2005 est une forfaiture qui se paiera au prix fort ; soit qu’elle voit son expression interdite, au moyen d’un arsenal où la pensée unique, l’intimidation médiatique et les lois de censure s’allient efficacement ; soit encore, et surtout, que le principe même d’un débat et d’un choix démocratique, confié à la majorité, soit refusé. Les naïfs qui vont déplorant la tiédeur de la France à se réformer devraient sortir dans la rue ; la plus grande transformation de la France en une génération est là, dans les effets d’une immigration de travail d’abord, de peuplement ensuite, d’occupation enfin ; ceux qui y sont n’y étaient pas. Les Français ont-ils jamais pu en débattre, en être informés, et en décider, alors que cette transformation, pour le meilleur ou pour le pire, va déterminer leur avenir, et celui de leurs enfants, dans des proportions que nul ne veut imaginer ? Les mêmes en appellent à la réforme ; au plus vite, obéir à la banque, à la finance et au marché, au plus vite défaire l’héritage de deux siècles de débats, de mouvements et de combats de société pour établir des mutualisations, des protections, et pour faire de la France la France de tous les Français. Fin des retraites par répartition, fin du droit de grève, fin du droit de tous les Français à être soignés, éduqués, et représentés. On voit bien l’intérêt de ceux qui plaident pour le libre échange, l’ouverture des frontières et les droits universels ; la réduction de la société à une somme d’individus atomisés, sans identité, sans histoire et sans repère, assure le triomphe sans limite du marchand et du banquier, et prépare celui de l’usurier et du colon. Et la démutualisation, effet obligé de l’ouverture sans limite des frontières au mouvement des capitaux, des biens et des services, assure le triomphe des contrats privés sur les solidarités collectives – et l’importation du sous-développement dans nos territoires. D’autres en appellent à plus d’Europe, pour sortir d’une crise qui vient sans doute et en premier lieu d’avoir fait de l’Europe une forme indéfinie, invertébrée, sans frontière et sans identité, incapable d’agir. L’Union européenne est la zone la plus ouverte du monde ; nous en voyons les effets. L’Union européenne est la zone qui s’interdit toute préférence pour soi, et ses intérêts vitaux ; chaque conférence internationale est l’occasion de constater le désarmement de l’Union face à des Etats-Unis et une Chine qui savent où sont leurs intérêts vitaux, qui n’ont aucune pudeur à afficher leur préférence nationale en vertu du principe simple ; ce que nous ne faisons pas pour nous, personne d’autre ne le fera. L’état d’apesanteur stratégique de l’Europe, produit de la conscience malheureuse infligée aux Européens, de la repentance et de la haine de soi inculquées depuis trop d’années, vaut à l‘Europe de se poser comme cible ; non seulement l’Europe ne nous protège de rien, mais elle nous expose désarmés, notamment en raison des intolérables atteintes aux souverainetés nationales que multiplient des administrations bruxelloises et des Cours de justice pléthoriques et surtout, indépendante de la souveraineté et de la volonté populaire.

Qui parle aujourd’hui aux Français de leur capacité à agir, à choisir, et de la liberté souveraine d’une Nation à choisir son destin ? Qui leur dit que l’avenir n’est jamais écrit, qu’il y a toujours une alternative, et que « la seule voie possible » est la négation même de la politique ? Qui, dans les partis dits « de gouvernement », se sent plus lié au peuple français qu’aux contrats et aux directives ?

Le fantôme de l’autonomie prend en otage le débat présidentiel, comme tous les débats à venir. Pour mesurer le délabrement de la classe politique et des partis dits de gouvernement, de l’UMP au Parti socialiste, il suffit de mesurer la médiocrité des réponses à une crise dont chacun sait bien qu’elle n’est économique qu’en surface, et que derrière l’euro, c’est l’Europe qui est en jeu, dans son identité, dans sa frontière, et dans sa liberté. Il suffit aussi d’observer comment les accusations faciles contre les banquiers, les assureurs, les financiers, sont portées par ceux-là même qui se vantaient d’une croissance financée à crédit, et d’un confort social payé par la dette, c’est-à-dire par la dépendance. Et il suffit de voir. que le combat pour la souveraineté et la liberté des Français du général de Gaulle, celui de l’appel du 18 juin, celui aussi du choix de l’indépendance algérienne « pour que Colombey les Deux Eglises ne devienne pas Colombey les Deux Mosquées », n’est plus représenté par personne au sein des deux partis qui prétendent monopoliser la légitimité du pouvoir et de la représentation nationale, alors qu’il est le combat de la France, d’abord, et de la France dans et pour l’Europe ensuite – parce que si l’Europe n’est pas le moyen de l’autonomie des peuples européens dans un monde en voie de chaos, il faut la défaire. Depuis l’abandon par les socialistes de la volonté de faire société, au prix du ralliement à un internationalisme du consommateur qui fait si bien les affaires des multinationales, depuis que les socialistes ont choisi  le luxe de la bien pensance contre la réalité du combat social, depuis que la droite de la complicité avec les Etats-Unis et ses alliés liquide ce qui restait de l’exigence et de la dignité gaullistes – l’affaire libyenne, iranienne demain, ruinant l’autorité morale que le refus français de s’associer à l’agression américaine contre l’Irak lui avait valu – la quête de l’autonomie, contre l’anomie collective et l’amnésie historique, contre l’uniformisation marchande et le sans frontièrisme des trusts, ne se retrouve que dans ce qui se nomme, faute de mieux, les extrêmes, qui veut s’appeler droite populaire, qui aurait pu s’appeler gaullisme, et qui continue de vouloir, envers et contre tout, la liberté et la démocratie. Il faut mesurer la situation, pour ce qu’elle a d’exceptionnel et d’interpellant ; il est grave que seuls les extrêmes parlent du peuple, parlent de la France aux Français, et disent que rien n’est perdu tant que la bataille n’est pas livrée. Au moment où le mot de « résistance » s’entend de nouveau dans une opinion atterrée de la complicité avec la colonisation qui s’affiche au parti socialiste et chez les prétendus « Verts », au moment où les Français s’interrogent sur la soumission de leurs élus à des intérêts qui ne sont pas ceux de la France, il est bon de s’en souvenir ; celles ou ceux qui incarneront, aujourd’hui et demain, l’autonomie des Français et des Européens, seuls ont des chances, dans six mois, dans cinq ou dans dix ans, d’entrer dans l’histoire, et de gouverner la France. Et ceux-là seuls peuvent prétendre incarner l’Etat, qui n’est rien s’il n’est le moyen de l’autonomie des Français, de leur projet et de leur destin communs.

Hervé Juvin (Regards sur le renversement du monde, 21 novembre 2012)