Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2011

Quelques chroniques d'actualité...

Nous vous signalons la parution en kiosque d'un nouveau mensuel, Chroniques d'actualité, réalisé par l'équipe du Magazine des livres autour de Joseph Vebret. Les plumes sont libres et la tonalité générale très "anar de droite". On trouve les signatures de Gerald Messadié, d'Alain Sanders, de Marc Laudelout, de Luc-Olivier d'Algange, de Frédéric Saennen ou de Marc Alpozzo ... A lire !

Chroniques d'actualité 2.jpg

Prends ça dans ta gueule Mouammar !...

Nous reproduisons ci-dessous le coup de colère de Xavier Eman à propos de la guerre en Libye , publié sur le blog du Choc du mois...

 

guerre libye télévision.jpg

Prends ça dans ta gueule Mouammar !...

Après le pogrom anti-serbes, le génocide irakien et l’embourbement tragique en Afghanistan, on pouvait penser que le bombardement citoyen et la frappe chirurgicalement démocratique auraient un peu moins bonne presse.
Il n’en est rien.
Le français et ses porte-voix médiatiques semblent toujours aussi fiers et contents de jouer les croisés du Bien et de la Liberté. Par petits soldats interposés bien sûr.
Ayant décidés, une fois pour toute, grâce aux fines analyses géopolitiques de TF1 et en se basant sur des éléments indiscutables dont on attend encore l’énumération mais dont on est convaincu de l’existence, que les insurgés sont les « gentils », sorte d’exotiques sans culottes assoiffés de suffrage universel et d’égalité devant le supermarché, tandis que les sbires de Khadafi, l’ex squatteur des jardins de l’Elysée, ne sont pour leur part qu’un ramassis de nazis orientaux, cruels et cupides, le français s’enorgueillit donc d’entendre tous les soirs au 20 heures, en attendant Carré VIP, le récit des exploits de nos beaux Rafales hors de prix dézinguant à tout va les antiques chars d’assaut du fou sanguinaire de Tripoli dont l’ignominie viscérale a mis plus de 40 ans à apparaître clairement aux yeux de nos perspicaces et sourcilleux gouvernants.
Et tant pis si quelques uns de ces fameux civils que nous sommes venus « protéger » font les frais définitifs de cette belle démonstration de puissance occidentaliste. On ne fait pas de belle omelette démocratico-libérale sans casser une poignée d’œufs !
Ils ont déjà bien de la chance qu’on vienne leur apporter clefs en mains notre mirifique système égalitaro-républicain, depuis le temps qu’ils enviaient le sort des bienheureux irakiens arrachés  aux chaînes saddamites par les missiles à têtes chercheuses du monde libre, ils ne vont pas se plaindre en plus, ces ingrats !
Sur sa grande lancée émancipatrice, Nicolas Sarkozy pourrait d’ailleurs peut-être suggérer à nos fiers chasseurs de combats de prolonger un peu leur vol afin de frapper la junte Birmane qui persécute et assassine la minorité Karen depuis plus de 40 ans… Ha mais non… là, il semblerait que Total ait posé son veto.

Xavier Eman (Blog du Choc du mois, 30 mars 2011)

 

30/03/2011

La crise est dans nos têtes ?...

Les éditions Jacob-Duvernet viennent de publier le dernier essai de Michel Maffesoli, intitulé La crise est dans nos têtes !. L'auteur de L'ombre de Dionysos (Livre de poche, 1982) ou de La part du diable (Champs-Flammarion, 2004), toujours brillant et irritant, nous livre sa vision d'une crise qui marque selon lui la fin de l'ère du progrès...

 

Maffesoli.jpg

"Ce livre est un pied de nez aux analyses sentencieuses et dramatisantes sur la crise en même temps qu’une introduction à l’un des principaux penseurs de la postmodernité. Livre stimulant qui nous enseigne que la Crise n’est pas dans les faits, mais dans nos têtes : elle n’est pas le chemin de l’époque, mais le mauvais œil que nous portons sur elle. Ce que nous appelons « crise » n’est rien d’autre que le retour du tragique ; le tragique, non le dramatique, soit une nouvelle ère où vont s’épanouir le jeu, les pulsions, les individus, ces derniers ne voulant plus perdre leur vie à la gagner. L’ingrès, c’est-à-dire le règne du qualitatif, remplace le progrès et sa tyrannie du quantitatif, l’écologique prend la place de l’économique, la consumation celle de la consommation. Au regard du nouveau monde qui s’avance, la querelle des chiffres que se jettent au visage les Sachants s’apparente au débat moyenâgeux sur le sexe des anges. L’économie est seconde, le sociétal est premier. Fidèle à Durkheim qui nous apprend que « la loi suit les mœurs », Maffesoli nous rappelle que la crise économique n’est qu’une conséquence d’une mutation sociétale profonde et jouissive."

 

L'Europe après la globalisation, l'effet boomerang ?...

Vous pouvez visionner ci-dessous un excellent exposé d'Hervé Juvin autour de la thématique de son dernier livre Le renversement du monde (Gallimard, 2010). Lucidité, réalisme et clarté...

 

29/03/2011

Justice et littérature...

Les Presses Universitaires de France viennent de publier Justice et littérature, un essai de Jacques Vergès. L'avocat, au détour des pages, nous fait croiser Jeanne d'Arc, Antigone, Dostoïevski, Speer, Saint-Just, Balzac, Von Salomon, Voltaire et bien d'autres. Une belle promenade dans l'histoire judiciaire et la littérature... 

 

Vergès justice littérature.jpg

"Essayons d’imaginer ce que sera l’avocat du futur. Jacques Vergès s’y est essayé laissons-lui la parole : « J’aimerais faire l’éloge de l’avocat du futur, capable de comprendre tous les hommes, les nomades du grand désert et les paysans des collines, les chasseurs de la brousse et les pêcheurs des lagunes, l’animiste, le chrétien, le bouddhiste et le musulman, l’athée et le taoïste. La victime et l’assassin, la dupe et l’escroc, la femme adultère et l’époux jaloux, l’aborigène et le colon, le terroriste et le légionnaire, le capitaliste et le prolétaire, le puritain et le débauché. Loup des steppes, renard des sables, à la fois numide, romain et grec, capable de toutes les métamorphoses, homme et bête, magicien et poète, faisant de ses procès une création permanente et d’une tragédie individuelle celle de tous, toujours en mouvement et assumant mieux que personne l’humanité tout entière. »
De la tragédie d’Antigone au scandale de l’affaire Calas, des mystères de Jeanne d’Arc à l’énigme de Jack l’Éventreur, Jacques Vergès nous plonge ici dans les arcanes des grands procès de l’histoire, plaidant avec brio en faveur d’une esthétique de la justice, nourrie de l’héritage mythique et littéraire."


 

 

Quelques arrière-plans d’une croisade au petit pied...

Nous reproduisons ci-dessous un entretien avec Pierre Le Vigan cueilli sur le site Voxnr et consacré à la guerre en Libye.

 

lybie-le-colonel-kadhafi-prend-le-pouvoir-sur-un-coup-detatkad3-.jpg

Guerre de Libye. Quelques arrière-plans d’une croisade au petit pied.

Un entretien avec Pierre Le Vigan

Où va la Libye, à feu et à sang depuis les manifestations qui ont débutées le 13 février à Benghazi ?

La Libye est déchirée par la situation actuelle. Inutile de revenir sur les morts, des centaines ou des milliers. Visiblement Kadhafi ne veut pas finir lamentablement comme Moubarak ou Ben Ali. Il a de l’énergie, et un grain de folie, ce qui n’atténue pas la réalité de ses erreurs ou de ses crimes.

Au-delà de la période actuelle et des crimes des gouvernementaux et des soutiens de Kadhafi – et peut-être pas seulement des crimes d’un seul coté -, qu’a représenté Kadhafi dans l’histoire de la Libye ?

Il faut effectivement ne pas réagir « à chaud ». La politique n’est pas la morale. L’essentiel n’est pas de « s’indigner » mais de comprendre et ensuite de faire des choix politiques. Il faut d’abord rappeler ce qu’est la Libye : moins de 7 millions d’habitants, dont 2 millions à Tripoli et 650 000 à Benghazi (en fait plus d’un million avec la banlieue), la deuxième ville du pays. 90 % d’Arabes et moins de 5 % de Berbères (arabisés pour la majorité), à l’ouest, près de la Tunisie. Beaucoup d’immigrés aussi : ils constituent 20 % de la population et 50 % de la population active. Une population essentiellement concentrée sur la zone côtière. Et trois régions, la Tripolitaine à l’Ouest, la Cyrénaïque à l’est, le Fezzan, presque désert, au sud.

La vérité c’est que la Libye moderne est née avec Kadhafi. Romanisée sous l’Antiquité, normande quelques années au XIIe siècle (!), colonie turque conquise par les Italiens en 1911-12, évacuée par ceux-ci début 1943, la Libye devient indépendante en 1951 sous un roi, en fait l’ancien émir de Cyrénaïque, chargé implicitement de la maintenir dans l’orbite anglo-saxonne. Il n’y a alors qu’un million d’habitants en Libye. C’est à l’époque le principal pays africain producteur de pétrole, avec un gros essor à partir des découvertes de 1958. En 1969 le coup d’Etat du capitaine Mouammar Kadhafi et d’un groupe d’ « officiers libres », - la terminologie est la même qu’en Egypte -, est un coup de tonnerre anti-occidental.

Qui était Kadhafi ?

Kadhafi est alors jeune : il est né en 1942. Il est issu d’une famille de bédouins, du coté de Syrte, en Tripolitaine. L’aspect des liens tribaux est important en Libye et surtout l’était avant l’urbanisation massive. Le capitaine, devenu colonel, Kadhafi, fait évacuer les bases anglo-américaines de Libye, et nationalise les compagnies pétrolières en 1973. C’est un proche de Nasser. Kadhafi tente une fusion avec l’Egypte et la Syrie en 1971. Elle éclate 2 ans plus tard. En 1974 c’est avec la Tunisie qu’une tentative de fédération est menée. Elle avorte aussi. Kadhafi publie en 1976 son Livre Vert sur la troisième voie. Il y critique l’enrichissement personnel incompatible avec la justice, et prône la démocratie directe, en fait une démocratie plébiscitaire, à la place de la démocratie parlementaire occidentale. C’est la « Jamâhîriyya », l’Etat des masses, l’équivalent de ce que les nationalistes révolutionnaires français ont parfois appelé l’Etat du peuple tout entier. Il en est le Guide, et c’est encore aujourd’hui son seul titre officiel.

Comment a évolué le régime du colonel Kadhafi ?

La radicalisation anti-américaine et anti-israélienne de Kadhafi, son soutien présumé (par ses adversaires) à des groupes terroristes amène les Américains à essayer de l’assassiner en avril 1986 par des raids meurtriers sur Tripoli et Benghazi. La fille adoptive de Kadhafi est tuée. A partir de là l’évolution dictatoriale et erratique de Kadhafi s’accentue. Ses sorties médiatiques s’orientent vers une certaine clownerie involontaire, même si, en France ou avec G-W Bush nous avons parfois été confrontés à ces décalages entre l’être et la fonction. Un jour, il annonce que William Shakespeare est en fait un Arabe («Cheikh Spir »), un autre jour il plante sa tente bédouine à coté de l’Elysée. Le Kadhafi de maintenant n’est plus le Kadhafi des années 70.
Jusqu’à la fin des années 90 la Libye est mise au ban de l’ONU et soumise à un embargo militaire. La détente s’amorce à partir de 2003-2004 avec la fin de l’embargo militaire (« Le nouveau Kadhafi », Le Monde, 7 janvier 2004). Kadhafi se rapproche des Occidentaux, démantèle son programme nucléaire, et se présente comme un rempart contre le terrorisme. Et aujourd’hui encore il prétend que les émeutes sont manipulées par Al-Qaida Maghreb, la prétendue AQMI.

Pourquoi ce tournant occidentaliste de Mouammar Al-Kadhafi ?

Vous aurez remarqué que 2003 c’est la deuxième guerre du Golfe et l’agression américaine contre l’Irak. Cela donne à réfléchir. Surtout quant on voit que l’Irak, pays de 30 millions d’habitants, à réelle tradition militaire, n’a rien pu faire contre les envahisseurs alors que la Libye ne compte qu’un peu plus de 6 ou 7 millions d’habitants.

Quel est le rapport de Kadhafi à l’Islam ?

La Libye est sunnite mais Kadhafi écarte en fait la sunna (la tradition) comme seconde source de l’Islam. Il ne reste donc que la première source, le Coran, ce qui exclut la possibilité de la charia puisqu’il n’y a de charia qu’avec la prise en compte de la sunna et des hadiths (paroles du prophète). Pourtant tout en luttant contre les « Frères Musulmans », Kadhafi, pour leur couper l’herbe sous le pied, adopte une version de la charia dans son pays en 1994. C’est l’une des contradictions et des dérives anti-laïques et post-nasseriennes habituelles chez les dirigeants comme Kadhafi dont l’élan modernisateur et populiste s’essoufflait.

Que restera t-il de Kadhafi quand on pourra poser un regard distancié sur son action politique ?

La modernisation du pays, un formidable effort d’éducation qui fait de la Libye le pays du Maghreb où il y a le plus haut niveau d’éducation, l’accession des femmes à l’enseignement – elles sont actuellement majoritaires dans l’enseignement supérieur -, le recul de l’âge du mariage des femmes, la mixité jusqu’à l’équivalent du collège, en fait, globalement on retiendra une modernisation-occidentalisation accélérée tout en étant jusqu’aux années 1990 un ennemi déterminé des politiques impérialistes de l’Occident. Il est clair que les 15 dernières années du régime de Kadhafi, années décadentes et sans souffle tendent à faire oublier ce qu’a été l’élan de Kadhafi, le révolutionnaire nassérien à l’origine.

Ce que nous montre la géographie des émeutes, c’est que l’est de la Libye semble particulièrement hostile à Kadhafi tandis que ce dernier parait encore en mesure de contrôler l’ouest, du coté de la capitale Tripoli. Dés lors, la Libye n’est-elle pas appelée à disparaitre, à éclater ? N’est-elle pas un Etat artificiel ?

La Libye n’est pas plus artificielle que la France, c’est une construction historique. Libye désignait sous l’Antiquité tout ce qui est à l’ouest de l’Egypte en Afrique du Nord. Il y eut le royaume de Cyrène des VI et Ve siècle av. JC, habité par les Libous (Libyens), et la Marmarique, entre Egypte actuelle et Libye. La capitale de la province de Libye était Barqa, à 100 km à l’est de Benghazi. Il se trouve que la Libye a déjà – ce n’est pas rien – une identité négative : elle n’est pas l’Egypte, elle n’est pas non plus la région de Carthage. C’est sans doute néanmoins avec la Tunisie qu’il y aurait le plus de raisons pour la Libye – et réciproquement pour la Tunisie - de se rapprocher. D’autant que le poids démographique des deux nations est proche et que de ce fait aucun n’a à craindre d’être absorbé par l’autre.

Et l’intervention occidentale ? Où en est-elle ?

La situation est d’autant plus complexe que militairement rien n’aurait été possible pour la France et la Grande Bretagne sans l’appui américain, et que en même temps il n’est pas exclu que Sarkozy ait un peu forcé la main aux Américains, en tentant de reprendre en Libye des positions que la France a perdu en Tunisie, au profit justement des Américains.

Nous avons une politique de gribouille. D’ores et déjà les Occidentaux vont bien au-delà d’une simple zone d’exclusion aérienne, ils lancent de nombreuses attaques au sol. Nous n’en sommes pas encore à l’engagement au sol et à son préliminaire que serait l’emploi d’hélicoptères mais nous n’en sommes pas loin. L’idée des Occidentaux est bien sûr plutôt d’armer les rebelles de Cyrénaïque que d’envoyer nos soldats en direct dans des combats des rues contre les pro-Kadhafi.

La situation n’est pas sans évoquer les bombardements de l’OTAN contre la Serbie en 1999 qui avaient fini par la faire plier mais avait duré 78 jours. Inutile d’insister sur le fait que cette guerre occidentale amènera plus de morts qu’une négociation que Kadhafi se disait prêt à faire et qu’il n’a en fait cessé de faire entre les différentes tribus et factions libyennes. Quand à la « sortie de crise », comme on dit pudiquement, c'est-à-dire la paix, difficile d’en dire plus dans cette affaire où la France n’a pas - c’est le moins qu’on puisse dire – ni un coup d’avance ni un plan B.

Pierre Le Vigan (Voxnr, 25 mars 2011)