Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2011

Mitterrand et le mystère français...

La Nouvelle Revue d'Histoire est en kiosque (n°54, mai - juin 2011).

Le dossier central est consacré à François Mitterand. On peut y lire, notamment, des articles de  Charles Vaugeois ("Un séducteur énigmatique") de Jean-Claude Valla ("La Cagoule : des liaisons dangereuses"), de Dominique Venner ("François de Grossouvre : le mort de l'Elysée"), d'Alain de Benoist ("Réseaux et pouvoirs de l'intelligentsia") et un entretien avec le sociologue Paul Yonnet ("François Mitterrand : une personnalité troublante"). 

Hors dossier, on pourra lire, en particulier, une analyse d'un ouvrage américain de Christopher Caldwell (Reflections on the Revolution in Europe. Immigration, Islam and the West, Anchor Books, 2009) sous la plume de Jean Monneret, un article de Philippe d'Hugues sur Jean Fontenoy, un article de Péroncel-Hugoz ("Souvenir de la Khadafie") et un entretien avec l'historien Martin Aurell, consacré à la noblesse de l'Occident médiéval. 

 

NRH 54.jpg

 

Les terroristes de l'hygiénisme...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Philippe Randa, publié sur son blog, à propos de l'hygiénisme bien pensant imposé par le Nouvel Ordre Moral...

 

hygiénisme.jpg

Les terroristes de l'hygiénisme
 
La moitié de la France a beau être en vacances scolaires sous un soleil inhabituel en ce mois d’avril, le Nouvel Ordre Moral veille. Tous les Big Brother contemporains n’ont de cesse de criminaliser les automobilistes, de pourfendre les pollueurs, de s’insurger contre la montée du Front national, de faire bombarder les dictateurs récalcitrant au Nouvel Ordre Mondial au nom de la sacro-sainte démocratie universelle, de leurs droits de l’homme obligatoires et du coca-cola pour tous…
Ces jours-ci, une nouvelle campagne est lancée contre les fumeurs… via leurs paquets de cigarettes qui seront désormais décorés “d’images chocs”, dignes des pires films d’horreur de la Hammer ou, plus simplement, du quotidien des sanatoriums : tumeurs malignes par-ci, poumons pourris par-là, dents avariées, boutons purulents, ganglions crevassés et abcès de toutes les couleurs… Nul doute que voilà une idée qui tentera sans doute le très médiatisé artiste Andrès Serrano, celui qui vient de mettre en scène un crucifix trempé dans son urine pour une exposition plus scandaleuse qu’artistique en Avignon…
Reste évidemment à savoir si cette énième campagne d’informations portera ses fruits, voire quelques fruits ou non… L’avenir le dira, mais la tâche est ardue, sachant, comme le rapportait Le Figaro en octobre dernier qu’“en 2010, près d’un adulte sur trois fume quotidiennement ou de manière occasionnelle en France. Soit environ 15 millions de personnes, âgées de 15 à 75 ans. Un nombre en hausse “pour la première fois de manière significative depuis la loi Evin” a précisé lundi l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES), en rendant publics les résultats du Baromètre santé 2010. En cinq ans, le pourcentage de fumeurs quotidiens a ainsi augmenté de 2 points, pour atteindre 28,7 % de la population, tandis que les fumeurs occasionnels se maintiennent à 4,7 %.
Ce qui tenterait à prouver que plus on harcèle les fumeurs, moins il y a de résultats…
Dans la même logique, on se demande pourquoi terroriser ainsi les seuls fumeurs…
Pourquoi ne pas obliger les propriétaires de voiture à repeindre celles-ci avec des carcasses de véhicules accidentés où apparaîtraient des visages explosés, des cadavres sanguinolents, des bras et jambes broyés, etc. ?
Pourquoi ne pas obliger les fast-foods à orner leurs vitrines de fresques explicites sur les dégâts que leurs matières grasses provoquent sur l’organisme humain ?
Pourquoi ne pas obliger les producteurs de vins et d’alcool à décorer leurs bouteilles avec des photos de foies explosés, de visages couperosés, d’intestins pourris ?
Pourquoi ne pas obliger les banques à afficher à l’entrée de leurs agences le nombre de ménages surendettés par les crédits à la consommation ? Le nombre de clients ruinés par les placements foireux de leurs Conseillers ?
On pourrait ainsi décliner à l’infini les obligations des uns et des autres pour une plus saine vie citoyenne…
Avant la dernière guerre mondiale, on disait de la Suisse que tout ce n’y était pas interdit y était obligatoire… Dans la société idéale des sévères hygiénistes contemporains, nul doute que tout ce qui n’y sera pas dénoncés en permanence, nous sera imposé.
 
Philippe Randa (Le blog de Philippe Randa, 21 avril 2011)

29/04/2011

Est-il fou ?...

 Le numéro 64 de Flash, le journal gentil et intelligent, s'interroge sur la santé mentale de notre bon président et demande son diagnostic au docteur Plouvier... A côté, Pierre Le Vigan nous livre un dossier sur l'immigration et ceux qui veulent nous la "vendre" pour notre bien, mais aussi sur . A lire ! ...

Flash 64.jpg

Au sommaire :

Nicolas Sarkozy est-il fou pour de bon ?

- Le diagnostic du docteur Bernard Plouvier

- La potion des journalistes de Marianne

- Et la tisane de Topoline

ONU, grand patronat, hyperclasse mondialisée... Ils nous vendent l'immigration à marche forcée. Un dossier de Pierre Le Vigan.

Syrie : les socialistes nationaux syriens redressent la tête.

Prochain président du Pérou :  Ollanta Humala incarne la revanche des indiens.

Pierre Jourde :  faux réac et vrai moderne ?

Arnaud Guyot-Jeannin s'interroge sur la "droite zemmourienne" et Philippe Randa sur ces radio-crochets qu'on voudrait nous faire passer pour des primaires

Mondialisation : pendant les révolutions et les catastrophes, la crise continue.

Georges Brassens et Michel Audiard, deux tontons flingueurs à (re)découvrir.

Immigration : l'incohérence française...

En attendant le nouveau numéro du Choc du mois, le numéro 42, consacré au populisme, qui doit sortir en kiosque  le 5 mai 2011, nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Xavier Eman consacré aux gesticulations du pouvoir dans l'affaire de Lampedusa...

immigants tunisiens lampedusa.jpg

 

Immigration : l’incohérence française

Bien sûr, dans la crise de Lampedusa, chacun peut fort légitimement être choqué par l’attitude du gouvernement italien qui ne semble envisager, comme solution au débarquement rapide et massif (bien que, par comparaison aux flux globaux, numériquement « relativement » faible…) d’immigrés clandestins tunisiens sur son sol, que le fait de se délester du problème sur son voisin français.

D’un point de vue « identitaire » comme « européen », cette « panico generale » du gouvernement berlusconio-leganordien est incontestablement éminemment condamnable.

Pour autant, face à elle, les rodomontades « frontiéristes » de Nicolas Sarkozy, via son porte-flingue électoraliste Claude Guéant, n’apparaissent guère plus efficientes ni défendables, bien au contraire.

Une l’analyse un tant soit peu dépassionnée fait rapidement apparaître le triste constat suivant : égoïsme national (de circonstance), politique à courte vue, déclarations démagogiques, stratégies électoralistes et incohérence générale prévalent de la même façon des deux côtés des alpes.

Côté français, c’est surtout l’incohérence absolue qui domine de façon tout particulièrement éclatante le psychodrame de Lampedusa.

Tout d’abord, on aimerait bien que Messieurs Sarkozy et Guéant nous expliquent en quoi les 25 000 clandestins de Lampedusa sont un problème plus urgent et plus dramatique que les 200 000 autres clandestins qui arrivent tout au long de l’année dans notre beau pays par d’autre voies d’immigration.

Parce que, en cette période pré-électorale, les premiers sont plus visibles et médiatiques que les seconds ? Sans doute. Et c’est ainsi, qu’an nom de considérations de politique politicienne intérieure et dans l’optique notamment de la lutte contre la progression du Front National, le petit Nicolas, malgré son bilan absolument catastrophique en matière de gestion de l’immigration, nous rejoue Fort Alamo à Vintimille, au risque d’enterrer les derniers espoirs de solidarité européenne.

C’est pourtant aux frontières extérieures de l’Europe que se joue l’avenir de nos peuples et non dans des bisbilles picrocholines internes et des tenatives de maintenir en vie l’illusion du « souverainisme » et du possible contrôle de frontières nationales que les actuels Davy Crocket de L’Elysée et de Matignon ont passé toute leur carrière politique à démanteler.

Mille immigrés clandestins arrivant par Roissy, ça va, dix arrivant par l’Italie, bonjour les dégâts !

Ensuite on aimerait aussi beaucoup que nos gouvernants nous expliquent pourquoi il convient de se fâcher tout rouge contre nos cousins italiens au nom des 25 000 immigrés qu’ils nous envoient (il est vrai assez « lâchement »…) alors que, parallèlement, nos élites ne cessent de nous rabâcher, dans un grand concerto libéral et nihiliste (pléonasme), que la France va devoir impérativement accueillir dans les prochaines décennies plusieurs millions (sic) de nouveaux immigrés pour à la fois assurer son renouvellement démographique, pérenniser son système de retraites et relancer son développement économique (Alleluïa !).

Immigré Medef, très bien, Immigré transalpin, chagrin ?

Enfin, on aimerait également savoir comment reprocher à l’Italie d’être moins attractive que la France pour les populations immigrées quand nous nous enorgueillissons quotidiennement des merveilleux mécanismes « sociaux et sociétaux » (CMU, RSA, AME, criminalisation de la « préférence nationale »…) qui ont fait de notre pays un eldorado fantasmé pour toute la misère du monde.

Un système que personne (ou presque.. et en tout cas nullement Sarkozy et son gang…) n’entend remettre en cause, ce qui serait pourtant autrement plus cohérent et efficace pour lutter contre la submersion migratoire que le grand guignol joué aujourd’hui par quelques compagnies de gendarmes à la frontière italienne…

Xavier Eman (Blog du Choc du mois, 18 avril 2011)

28/04/2011

Terrorisme : un concept piégé ?...

Les éditions èRe viennent de publier Terrorisme - un concept piégé, un essai du philosophe critique Frédéric Neyrat, qui était déjà l'auteur de Biopolitique des catastrophes (MF éditions, 2008).

Il convient de signaler que les éditions èRe ont publié en 2007 La guerre civile mondiale, un recueil d'articles de Carl Schmitt.

 

Terrorisme concept piégé.jpg

 

"Le terrorisme est un concept piégé. Pour le déminer, il faut le saisir comme un acte à prétention souveraine dans un monde globalisé. Les actes « terroristes » révèlent d’abord ce que nous sommes : des sociétés soumises à l’illimitation des pouvoirs souverains de la destruction comme à la prolifération globale des risques qui pèsent sur l’avenir des formes de vie. Mais ils révèlent aussi nos fantasmes, car la fabrique du terrorisme est inséparable de celle d’une sécurisation des existences. Cet essai pose dès lors deux questions : 1. quels vrais dangers nous menacent ? 2. jusqu’où désirons-nous être libres ? Pour y répondre, il faut en passer par l’histoire supposée du terrorisme. En examinant les théories de Chaliand, Baudrillard, Lénine, Schmitt ou Appadurai, Frédéric Neyrat explore les multiples sens que recouvre le terme de terrorisme, ses justifications théoriques comme ses composantes fictionnelles. C’est aussi le moyen pour le philosophe de revisiter certaines figures majeures de l’anarchisme, de la gauche extrême ou de l’activisme insurrectionnel qui, d’Action Directe aux islamistes en passant par la Fraction Armée Rouge et Unabomber, ne peuvent nullement se rabattre sur le portrait-robot du terroriste. Un portrait-robot qui est au cœur des stratégies étatiques actuelles : l’installation d’une police préventive."

 

Sommaire :

1. APPROCHES DU TERRORISME
Menace et crédibilité
Sécurité et liberté
2. OPERATIONS DE DEMINAGE
Constellation signifiante
Cadre de pensée, piège conceptuel
Acte, intention et devenir
« Nombreux sont les Terribles… »
3. L’ACTE ET L’HISTOIRE
L’acte et la technique
Chaliand : le terrorisme comme technique transhistorique
Baudrillard : le terrorisme comme acte symbolique
Le terrorisme à l’ère globale
Théorème de Mr Smith
4. L’ENIGME ET LA FICTION
Une triple scène
Sean : il était une fois
Fraction Armée Rouge : une zone de souveraineté limitée
Theodore Kaczynski : de la bombe à l’oreille
Nihilistes et mécréants
Anarchismes et destructions
Avatars du mobile explosif
La fiction qui vient
5. ILLIMITE
5.1 L’ABIME DE LA SOUVERAINETE
« Lancer la foudre »
Demande de Terreur
La justice, la vengeance et la guerre
De la souveraineté
Terreur et terrorisme selon Thermidor
5.2 LENINE : LE TERRORISTE, LE PARTISAN ET LE DICTATEUR
Le terrorisme, en attendant…
Terreur de masse, épuration et dictature
« Dictature souveraine »
Réaction léniniste : le double héritage de 1789
5.3 CARL SCHMITT : LE PARTISAN MOTORISE A TRAVERS LE MONDE
Amis et ennemis
Le partisan contre l’État
L’époque de l’illimitation
Partisan, révolutionnaire et terroriste
5.4 RADICALITES ISLAMIQUES
Discours de Base
Coups de force
Séparation des pouvoirs : jihad et fitna
« Post-islamisme » et globalisation
Politique du partisan islamiste globalisé
Emballement
5.5 A L’OMBRE DES MINORITES SEDITIEUSES
Des majorités incomplètes…
… aux minorités effrayantes
Phobie de l’échange
Brouillage terroriste
Civilisation des chocs
Exophobies
5.6 POLICE SOUVERAINE
Police préventive
L’Intention sans les Actes
Surréaction
Souveraineté exsangue
Chronopolitique du désastre
6. DERNIERES EXTREMITES
Action Directe
Errance de la souveraineté
Banalité de la Terreur
Sabotage des formes de vie
Autre-de-l’acte et laisser-être
Civilisation post-terroriste et liberté

La chronique d'analyse politique d'Emmanuel Ratier - 2

Animateur de la remarquable lettre d'information Faits et documents, Emmanuel Ratier nous livre sa deuxième chronique d'analyse politique et la consacre à la situation du parti socialiste et aux manoeuvres autour de la candidature de Dominique Strauss-Kahn...