Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/01/2015

A chacun son sacré !...

Vous pouvez découvrir ci-dessous une chronique courageuse et lucide d'Éric Zemmour sur RTL, datée du 20 janvier 2015 et consacrée à la liberté d'expression et aux tabous propres à chaque civilisation...

 


Éric Zemmour : "À chacun son sacré" par rtl-fr

09/10/2014

Zemmour, Vichy et Léa Salamé...

Vous pouvez découvrir ci-dessous un extrait de l'émission On n'est pas couché, diffusée le 4 octobre 2014 sur France 2 et dont l'invité était Eric Zemmour. Interrogé par la journaliste franco-libanaise Léa Salamé, sur un chapitre consacré à Vichy dans son dernier livre , Le suicide français (Albin Michel, 2014), Eric Zemmour fait face à la meute avec aplomb...

Vous pouvez également découvrir ci-dessous des liens vers deux articles de l'historien Alain Michel, que cite Eric Zemmour au cours du débat :

Rafle du Vel d'hiv : les sept erreurs de François Hollande

Quand la mémoire klarsfeldienne piétine l'histoire

06/10/2014

Mon Holocauste...

" Si la littérature avait encore une influence, ce livre salutaire abolirait les Jeux olympiques de la victimisation auquel nous assistons aujourd'hui. " Alain Finkielkraut (Journal du dimanche, 21 septembre 2014)

 

Les éditions du Cherche-Midi viennent de publier Mon holocauste un roman de Tova Reich. Fille de rabbin, ex-femme du directeur du musée de l’Holocauste de Washington, Tova Reich est romancière. Mon Holocauste est son premier livre publié en France. Ceux qui veulent découvrir le fond de réalité de cette satire pourront utilement se reporter à l'essai de Norman G. Finkelstein, L'industrie de l'holocauste  : réflexions sur l'exploitation de la souffrance des juifs (La Fabrique, 2001)...

 

Mon holocauste.jpg

" Bienvenue dans la famille Messer. Le père et le fils, Maurice et Norman, vivent par et pour le génocide juif. Le premier dirige le musée de l'Holocauste de Washington, le second préside une société, Holocaust Connections, Inc., chargée de distribuer une appellation « Holocauste compatible » aux produits de ses clients. Autour d'eux se presse une foule de donateurs, d'artistes, d'intellectuels, tous soucieux d'obtenir un label socialement désirable et commercialement rentable. Tout va pour le mieux jusqu'au jour où Nechama, la fille de Norman, décide de se convertir au catholicisme et d'entrer au carmel d'Auschwitz.

Avec ce roman furieux, sans hypocrisie ni tabou, Tova Reich s'en prend, sous la forme d'une satire irrésistible, aux « professionnels de l'Holocauste ». Salué par la critique américaine, comparé aux oeuvres de Philip Roth, Mon Holocauste a fait scandale lors de sa sortie aux États-Unis. "

16:00 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : holocauste, shoah, génocide, juif |  Facebook | Pin it! |

11/08/2013

Quelques menteurs et affabulateurs...

Les éditions Mithra ont récemment publié un ouvrage documenté d'Anne Kling intitulé Menteurs et affabulateurs de la Shoah. Quand quelques individus (comme Jerzy Kosinski, Misha Defonseca ou Martin Gray, par exemple) profitent d'un drame historique et humain particulièrement douloureux pour assouvir leur soif de notoriété et remplir leur porte-monnaie... Un livre qui par rebond apprend la prudence face aux histoires édifiantes qu'aiment nous servir les médias...

 

Menteurs et affabulateurs.jpg

" Au fil des années, la shoah s’est transformée en sujet totalement tabou et sacralisé dans nos sociétés occidentales. Echappant aux historiens qui risquaient de la « banaliser », crime suprême, elle a fini par quitter le domaine du rationnel et de la critique historique pour entrer de plain-pied dans celui du « mystère ». Pour ne pas dire de la religion.

Dans ces conditions, il n’est guère étonnant que des petits malins aient exploité à leur profit un filon qu’ils jugeaient prometteur. Cet ouvrage relate un certain nombre des tromperies avérées de ces menteurs de la shoah, récits d’imaginaires souffrances ou de tribulations présentées comme autobiographiques. Il relate également les affabulations, exagérations, inventions ou récupérations d’autres personnages, y compris celles d’anciens déportés dont les récits soulèvent quelques questions. 

30/10/2012

Quand la mémoire klarsfeldienne piétine l'histoire...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de l'historien Alain Michel, cueilli sur son blog Vichy et la Shoah et consacré à l'emprise qu'exerce Serge Klarsfeld sur la question de l'application en France de la Solution finale.

Alain Michel enseigne l'histoire en Israël et est, notamment, l'auteur de L'étoile et la francisque - Les institutions juives sous Vichy (Le cerf, 1990) et de Vichy et la Shoah, en quête sur le paradoxe français (CLD, 2012)

 

La-Rafle.jpg

 

Quand la mémoire klarsfeldienne piétine l'histoire

La France, depuis 40 ans vit non seulement au rythme du « politiquement correct », mais surtout, en ce qui concerne l’application de la Solution Finale en France, à l’heure du mémoriellement correct. Une lecture univoque, imposée et obligatoire des événements est devenue le discours obligatoire dans le monde politique et même, hélas, dans une majorité du monde universitaire. La consécration de cette lecture, sa « panthéonisation », a été réalisée par le discours de Jacques Chirac en été 1995, qui citait presque intégralement les mots que les gardiens du Temple lui avaient soufflés, au premier rang d’entre eux Serge Klarsfeld. A partir de ce moment là, la seule interprétation des événements était celle imposée par celui-ci, sans possibilité de critiques ou de remises en cause. Entendons nous bien, il ne s’agit pas de remettre en cause l’événement lui-même, l’arrestation par la police parisienne les 16 et 17 juillet 1942 de près de 13000 hommes, femmes et enfants, tous Juifs apatrides et qui presque tous seront déportés et assassinés à Auschwitz. Mais l’interprétation de Serge Klarsfeld de cet événement est, selon nombre d’historiens dont moi-même, en grande partie erronée, particulièrement quant au rôle joué par le gouvernement de Vichy dans cette tragédie. Mais Serge Klarsfeld a un compte personnel à régler avec le régime de Vichy, et tout doit être fait et dit, depuis la confiscation du libre droit d’expression de l’historien à la déformation des faits et en passant par l’intimidation, afin que le narratif imposé par Klarsfeld ne soit pas remis en cause.

Confiscation du libre droit d’expression de l’historien : toute tentative de proposer une autre lecture est aussitôt dénoncée comme négationniste et alimentant la cause du Front national, ou alors est carrément passée sous silence. Dès 1989, Léon Poliakov écrivait dans « L’envers du destin » (p. 36), à propos de la rafle que « Pour ma part, j’ai toujours pensé, contrairement à l’opinion commune, que Laval, qui n’était nullement antisémite, ne mérite pas sa mauvaise réputation ». L’approche surprenante du grand historien de l’antisémitisme, lui-même Juif résistant, a-t-elle été objet d’analyse ou de discussion dans les médias français si friand habituellement de débats et de remise en cause, ou même dans le monde universitaire ?

Déformation des faits : comment peut-on mêler la résistance intérieure ou la France libre au sauvetage des Juifs, alors qu’aucune initiative de sauvetage n’a été prise par ces organismes ? Il y a eu des résistants qui ont sauvé individuellement des Juifs, mais la Résistance en tant qu’institution est restée totalement indifférente à leur sort. Quant au chef de la France libre, il n’a pas eu un mot, dans ses nombreux discours, pour dénoncer les arrestations et les déportations des Juifs ! Et que penser des déformations du film « La rafle » où tout est fait pour que l’ensemble des Français de l’époque ait l’air d’ignorer les événements, jusqu’à placer le camp de Beaune-La-Rolande au milieu d’une véritable forêt vierge, alors qu’il était en pleine ville ! Mais il est vrai que le conseiller historique de ce film au large succès populaire s’appelle … Serge Klarsfeld.

Intimidation : Il n’y a qu’à lire le texte publié cette année par Klarsfeld dans le journal Le Monde quelques jours avant la commémoration de la rafle à laquelle devait participer le Président François Hollande pour comprendre à quel point on ne peut que constater tristement, 17 ans après, que François Mitterrand avait au moins raison sur un point, lorsqu’il dénonçait un véritable « Lobby de la mémoire ».

Alors oui, disons-le, François Fillon a raison lorsqu’il déclare que : « C'est aux historiens de parler de ces sujets, pas aux responsables politiques. »* Ni d’ailleurs aux professionnels de la mémoire lorsqu’ils outrepassent leur rôle.

Alain Michel (Vichy et la Shoah, 23 octobre 2012)

 

* Note de Métapo infos

Pour ces simples propos, le très prudent et très raisonnable François Fillon a eu droit à une admonestation de la police de la pensée, sous la plume de... Serge et Arno Klarsfeld !

Les trous de mémoires de François Fillon (Le Monde, 23 octobre 2012)

16/10/2012

L'erreur funeste des institutions juives de France...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Jean Robin, cueilli sur son site Enquête&débat et consacré à la question de l'antisémitisme. L'auteur rappelle quelques faits intéressants...

 

Salafistes.jpg

L’erreur funeste des institutions juives françaises

Dans les années 80 et 90, les institutions juives françaises ont vu leur intense lobbying parvenir à ses fins, à savoir faire plier à leur désiderata le sommet de l’État français.
François Mitterrand tout d’abord, qui devait se faire pardonner sa francisque, son amitié avec René Bousquet (principal responsable de la rafle du Vel d’Hiv), et quelques autres broutilles antisémites. Il fut le premier à faire du dîner annuel du CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France) un rendez-vous incontournable, en y envoyant la moitié de son gouvernement. Comble de l’hypocrisie, ce dîner anti-républicain au possible fut qualifié de “républicain” par les spin doctors du pouvoir, alors que la France ne reconnaît qu’une communauté, la communauté nationale. Mitterrand fut aussi le premier Président de la République à manifester dans la rue en tant que Président, ce fut pour l’histoire sordide de Carpentras, une manipulation pour accuser (à tort) le FN d’antisémitisme. C’est enfin sous Mitterrand que fut imposée (et non votée) la loi Gayssot, valorisant ainsi le révisionnisme, et faisant des négationnistes des stars internationales, comme nous le constatons aujourd’hui.
Jacques Chirac s’engouffra en 1995 dans une des dernières brèches judéomanes laissées par Mitterrand (pour protéger la mémoire de son défunt ami Bousquet), en déclarant l’Etat français responsable de la rafle du Vel d’Hiv (donc en partie de la Shoah), alors que le pays était alors sous occupation nazie. Cette demande de Serge Klarsfeld (en tant que responsable de l’Association des fils et filles de déportés) et des Institutions juives de France, CRIF en tête, allait contribuer par retour de boomerang à développer la repentance, le communautarisme et l’antisémitisme, comme les actions précédentes de Mitterrand.
Lionel Jospin, en tant que 1er ministre, lors du dîner annuel du CRIF de 1999, accorda plus de 27 000 € à chaque orphelin de déporté juif, oubliant ainsi les orphelins de déportés non-juifs, pourtant beaucoup plus nombreux et n’ayant pas plus choisi leur sort que les orphelins juifs. La discrimination raciale était inscrite dans la loi par décret le 13 juillet 2000, 10 ans jour pour jour après le décret instaurant la loi Gayssot, le 13 juillet 1990. Il fallut attendre les plaintes répétées des organisations de déportés résistants pour obtenir la même indemnisation, sous Jean-Pierre Raffarin, en 2004, et sans rattrapage alors que les orphelins en question étaient déjà âgés, comme mon propre grand-père. Le cynisme fut poussé au paroxysme : on préférait attendre qu’un maximum meure pour ne pas avoir à les indemniser. En tout c’est près d’1 milliard d’euros qui fut ainsi distribué, plus de 300 millions pour les juifs, le reste pour les non-juifs. Aucun média ne vous en a jamais parlé, c’est ce qu’on appelle un tabou de la République. Alors qu’on cherche des millions pour boucher le trou de la dette, l’État a alors accordé un milliard. Et toujours avec la bénédiction des institutions juives.
Plus grave encore, l’anti-antisémitisme est l’antiracisme qui s’est le plus développé pendant la période 1980-2010, à tel point qu’il est devenu plus grave d’être suspecté à tort d’antisémitisme que d’être réellement communiste. On a hurlé chaque jour ou presque au retour des heures les plus sombres de notre histoire. Les affaires de dénonciation de (faux) antisémitisme se sont multipliées, avec l’amplification de médias craintifs et moutonniers : affaire du RER D (par une mythomane même pas juive), incendie du centre Popincourt (par un ancien salarié juif du centre), poignardage du rabbin Fahri (qui s’est en fait poignardé lui-même pour faire croire à une attaque antisémite), etc.
Moins il y avait d’antisémitisme classique dans le pays, plus les médias et les institutions juives hurlaient à l’antisémitisme. Mais la montée du véritable antisémitisme, d’origine musulmane et banlieusarde, fut occulté quasiment totalement, malgré des rapports officiels comme le rapport Obin en juin 2004.
Une première claque de rappel à la réalité fut donnée début 2000, avec l’intifada en Palestine et l’affaire Al Dura sur France 2 qui embrasèrent les banlieues. Le réveil fut si brutal et douloureux pour certains qu’ils en furent excessifs dans leur dénonciation : ainsi Alain Finkielkraut parla de “nuit de cristal à bas bruit”, ne craignant pas de banaliser la véritable nuit de cristal, autrement plus violente. Mais les représentants des institutions juives, et les judéomanes en transe préférèrent au même moment s’acharner sur un homme seul, Renaud Camus, qui avait eu le malheur de critiquer la judéomanie d’une émission à vocation généraliste de France Culture. Laure Adler ne ressentit aucune honte en proclamant : “Renaud Camus est pire qu’Hitler”. Aucun représentant de la “communauté juive” ne s’éleva pour dénoncer cette banalisation du nazisme, donc de la Shoah. Seuls des intellectuels isolés, comme Alain Finkielkraut et Elisabeth Lévy, prirent la défense de l’écrivain pseudo-génocidaire, et se firent très mal voir pour cela.
Cette série d’erreurs funestes des institutions juives françaises suit le même schéma que le petit garçon qui, par jeu, hurle au loup, ce qui sème la panique parmi les habitants de son village. Jusqu’au jour où, alors qu’un loup véritable se présente à l’orée du bois, il en avertit les villageois qui ne le croient plus. Nous venons de voir des dizaines, peut-être des centaines de musulmans hurler sur les Champs-Elysées, en arabe, et à plusieurs reprises, “égorgeons les juifs”. Une vidéo, visionnée plus de 800 000 fois à ce jour, a gravé dans le marbre numérique cet instant qu’on croyait révolu à jamais en France, après la Shoah. A part Shmuel Trigano, Gilles-William Goldnadel et une poignée d’autres, qui a dénoncé ces horreurs qui, pour le coup, rappellent vraiment les heures les plus sombres de notre histoire ? Serge Klarsfeld ? Non. Le CRIF ? Encore perdu, celui-ci était trop occupé à dénoncer les insupportables stigmatisations des musulmans par les caricatures de Charlie Hebdo et le film anti-islam diffusé sur Youtube. Le véritable antisémitisme est là, devant nos yeux, à l’état brut, décomplexé, comme si rien ne s’était passé entre 1933 et 1945, mais personne ne réagit, et surtout pas les institutions juives françaises. L’antisémitisme est de retour dans le pays, et ces institutions en sont en partie responsables, voilà la vérité.

Jean Robin (Enquête&débat, 4 octobre 2012)