Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/03/2018

Des médias audiovisuels peuplés de clones journalistiques...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Jean Ansar, cueilli sur Metamag et consacré à la polémique déclenchée par les propos de Jean-Luc Mélenchon à propos du "parti médiatique". Jean Ansar est journaliste.

 

Journalistes Franceinfo.jpg

Quelques clones de la chaîne France info

 

Le parti médiatique existe, je l’ai rencontré. L’audiovisuel est peuplé de clones journalistiques

Dire qu’il n’y a pas de parti médiatique en France en se référant à l’existence d’une diversité d’opinions représenté notamment par Valeurs actuelles face à l’ Obs est une Fake News évidente.

Quand on parle de parti médiatique, on se réfère à l’audiovisuel qui manipule en prétendant l’informer, 80 % de la population. Ce parti existe.
Les rédactions des radios et télévisions sont constituées de journalistes ayant la même sensibilité à plus de 80 % et les autres se taisent. Ils sortent d’écoles syndicalisées au niveau très disparate mais à l’endoctrinement uniforme. Il suffit d être dans le moule pour devenir journaliste. La compétence et la culture sont des critères moins décisifs.

La carte de presse ne prouve plus rien depuis longtemps dans la plupart des cas.

Ce n’est plus un certificat de compétence professionnelle. On peut ne rien savoir sur rien, devenir journaliste et être propulsé spécialiste selon les besoins du paracétamol ou du Kosovo.
Ces journalistes clonés qui dans les chaines d’infos en continue se multiplient à une vitesse aussi effrénée que la profession se féminise, pensent tous la même chose. Leur modèle c’est en gros Libération, Le Monde, un zeste d’Obs et une pointe de Canard Enchaîné. De temps en temps un éditorialiste de droite est là pour donner le change.
Ces journalistes pensent avoir la noble tache non pas d’informer mais de former et ce n’est pas la même chose. Ils se sentent investi de la mission de protéger la démocratie. Tous résistants contre la bête immonde dont le ventre est encore fécond.

Il y a un parti médiatique sinon pourquoi aurait-on, dans toutes les chaines audiovisuelles, les mêmes sujets dans la même hiérarchie et au même moment avec les mêmes points de vues.
La diversité de l’information audiovisuelle est un mensonge. La multiplication des médias disant la même chose est le contraire de la diversité des opinions, qui seule prouve la liberté de la presse. La liberté d’opinion et faites pour toutes les opinions surtout celles qui contestent le système dominant.
Car quelle différence entre des médias d’un régime autoritaire disant tous la même chose et les médias d’une soi-disant démocratie disant tous la même chose ? Aucune !

Quelle est donc la ligne politique du parti médiatique.

Elle est antiraciste, féministe, contre toutes les discriminations et exclusions. C’est la soutane des gentils curés cathodiques contre les forces du mal.
Les forces du ma,l ce sont ceux qui se référent aux valeurs qui ont fait les civilisations différenciés et qui n ont pas honte notamment d’être blanc, mâle et hétérosexuel .Le mâle blanc hétérosexuel, le voila l’ennemi du parti médiatique.

Les médias sont pour le cannabis contre le vin rouge, pour tout ce qui est mondialiste et contre l’héritage des traditions.
Pour le mariage homo contre les familles à la catholique, pour toutes les races qui n’existent pas sauf la blanche qui est raciste, pour l’avortement mais plus  en Europe qu’ailleurs, pour les droits de la femme et des minorités surtout musulmanes, pour les migrants et les immigrés contre ceux qui ont fait les nations.

Le parti médiatique est un gauchisme sociétal audiovisuel.

Son point faible est de vouloir assumer tout le monde. Il se retrouve dans la position du caméléon qui meurt à force de vouloir prendre toutes les couleurs de la couverture écossaise.
Le parti médiatique ne cesse heureusement de se discréditer. C’est pourquoi il traque les faks news et à partir de cas particuliers pour interdire un traitement de l’information, déviant par rapport à des dogmes politiques et sociétaux.
Le parti médiatique c’est croire informer en disant que Poutine est méchant sans rien connaitre ni comprendre l’âme russe. Et c’est cela pour tous les sujets. Il y a pire que la Fake news, il y a la désinformation dominante fille de l’inculture et du militantisme.

Les lanceurs d’alerte et autres journalistes citoyens ou blogueurs de l’impossible sont la preuve de la bonne conscience politique d’ une profession qui a perdu le sens de sa vocation d’informer à charge et à décharge laissant aux éditorialistes le rôle de dire ce qu’ils pensent et à eux seuls.

Chaque journaliste se croit aujourd’hui éditorialiste de ses propres préférences politiques. La carte de presse ne lui donne pas le droit de tenter d’imposer ses préférences. Il affirme ne pas être dans un Parti, mais il est partisan.

Plus personne n’est dupe. Le dégagisme ne l’épargne plus. L’affolement d’une caste journalistique vis à vis de certaines attaques politiques est très dangereux pour ce qui reste dans les médias audiovisuels du droit de ne pas être d’accord avec l’idéologie dominante.

Car si les medias ne sont pas un parti structuré, ils sont une idéologie.

Jean Ansar (Metamag, 7 mars 201_)

09/03/2018

Parti médiatique : un gros mot ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Philippe Bilger, cueilli sur son blog Justice au singulier et consacré à la mise en cause des médias comme parti ou système diffusant une pensée unique... Ancien magistrat, Philippe Bilger est notamment l'auteur de récits ou d'essais comme 20 minutes pour la mort (Rocher, 2011) ou Contre la justice laxiste (L'Archipel, 2014).

 

Parti des médias 2.jpg

Parti médiatique : un gros mot ? 

Jean-Luc Mélenchon se doutait de ce qu'il allait déclencher en dénonçant "le parti médiatique" auquel il fallait s'opposer à tout prix. La coupe n'étant pas assez pleine, il a défendu sur son blog la liberté de parole de Laurent Wauquiez et fustigé des médias ennemis de la liberté d'expression.

L'intéressant est que cette polémique et cette dénonciation, pour une fois, ont contraint les médias, tous genres confondus, à se défendre et à considérer que ces attaques, en gros, portaient atteinte à la démocratie dont ils auraient été les intercesseurs privilégiés.

Cette joute dépassait de loin le seul cas de LFI puisqu'on mettait dans le même sac, pour la pourfendre, la coagulation critique à l'encontre du rôle des médias qui réunissait donc non seulement JLM et sa verve caustique mais Laurent Wauquiez chargeant, à la suite de son épisode lyonnais, l'indécence médiatique, Marine Le Pen et sa permanente mise en cause de la partialité médiatique et, enfin, le président de la République avec sa méfiance théorisée et maintenue à l'égard de médias trop corporatistes et peu doués pour appréhender la pensée complexe. J'ai conscience de l'hétérogénéité de cet inventaire mais il résulte d'un éditorial du Monde : Haro sur les médias !, tout à fait éclairant sur la conception orgueilleuse et clairement irréprochable que ce quotidien, qui les représente, donne d'eux-mêmes.

Au fond il n'y aurait pas de parti médiatique mais au contraire le service "d'une mission permanente à laquelle les médias s'emploient : informer scrupuleusement, enquêter solidement, raconter honnêtement, décrypter aussi intelligemment que possible la réalité au service de leurs lecteurs ou auditeurs. Bref transmettre la culture, nourrir la lucidité des citoyens".

Quel magnifique programme mais qui malheureusement relève plus de l'autopersuasion que d'une vérité dont la pratique démontrerait la validité, aussi bien pour la presse écrite que pour l'audiovisuel, tant en matière politique que dans le domaine culturel où le clientélisme fait la loi !

Certes Le Monde, confronté à ces assauts à la fois disparates mais impressionnants contre le "parti médiatique", laisse échapper, du bout de l'esprit, que "non que les médias soient au-dessus de tout reproche. Qui peut y prétendre ?". C'est tout et un peu court. Se réfugier derrière la noblesse d'une ambition sans approfondir plus avant les dysfonctionnements qui ne cessent de l'altérer manque pour le moins de lucidité.

Je pourrais me contenter de justifier le concept de parti médiatique par la propension des médias, précisément, à fonctionner en vase clos, à se satisfaire trop souvent d'un processus où des journalistes parlent à des journalistes et se complaisent, malgré de corporatistes et feints antagonismes, à développer une homogénéité de points de vue et une approche peu ou prou similaire. Le parti médiatique domine les particularités idéologiques et appose une chape uniforme sur l'infinie diversité de la société et des courants qui l'irriguent ou l'affaiblissent.

Cette appellation de parti médiatique et l'unité qu'elle suppose, que les médias soient de droite ou de gauche, les constitue d'abord comme un monde refusant toute critique sur ce qu'il est, toute interrogation sur son impartialité, son objectivité et la pauvreté de son pluralisme mais s'enivrant des hommages formels que de plus en plus il est le seul à s'adresser.

La distinction fondamentale entre information et opinion a volé en éclats de même que la séparation, pourtant la base d'un journalisme de qualité, entre le réel correctement transmis et son commentaire. On peut dorénavant parler plutôt d'une infopinion ou d'une opininfo, un mélange qui fait perdre à l'information ce qu'elle doit avoir d'irréfutable et à l'opinion ce qu'elle a le droit d'afficher comme une subjectivité assumée.

Surtout cet opprobre jeté sur "le parti médiatique" déchire le voile pudiquement jeté sur un univers qui a longtemps réussi à faire croire qu'il ne se trouvait pas impliqué dans la mêlée et le débat politiques ni gangrené par les solidarités professionnelles et culturelles mais, en quelque sorte, en surplomb, détaché, extérieur à la furie partisane, analyste froid et équitable. Pus du tout juge, totalement partie.

On sait bien, et plus que jamais, que si cette période a peut-être existé dans sa pureté - on peut d'ailleurs en douter -, c'en est bien fini de ce simulacre, de cette fausse distance au bénéfice d'empoignades, de disputes et de contradictions où le journaliste est devenu un citoyen comme les autres.

Ce qui a modifié radicalement la donne est le fait que la neutralité du questionnement n'est plus présumée mais se voit suspectée, soupçonnée par ceux qui répondent et qui hier demeuraient passifs.

Qu'il y ait un "parti médiatique" dépassant et transcendant les frontières apparemment clivantes est une évidence. Ceci ne signifie pas que la mission d'informer vraiment et d'analyser honnêtement soit facile à accomplir. Les remous ayant accompagné le lancement et le développement du "Le Média" de LFI ont constitué une parfaite illustration de ce que la dénonciation des médias classiques est aisée mais que l'invention d'une communication exemplaire est épouvantablement difficile.

Mais il est certain que les médias ne se sortiront pas de la nasse critique d'aujourd'hui en se contentant de traiter avec mépris et condescendance ce "haro sur eux". Il convient qu'ils s'interrogent et qu'ils en tirent des leçons. Le temps de la révérence par principe et de l'impunité par crainte est révolu.

S'ils ne constituent pas un parti médiatique, qu'ils démontrent alors qu'ils sont authentiquement une chance - concrète, quotidienne, irréfutable et donc respectée - pour la démocratie.

Philippe Bilger (Justice au singulier, 4 mars 2018)

07/03/2016

Quand on sonne les cloches à Richard Millet...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Jean-Paul Brighelli, cueilli sur son blog Bonnet d'âne et consacré au dernier épisode en date de la chasse à l'homme lancée par la bien-pensance contre l'écrivain Richard Millet...

Millet_Brighelli.jpg

 

Quand on sonne les cloches à Richard Millet, ce n’est pas l’angélus !

De Richard Millet, je ne sais pas grand-chose. Nous fîmes une émission ensemble chez Ardisson en 2005, je venais de sortir la Fabrique du crétin, et lui le Goût des femmes laides — un joli roman fort bien écrit sur un sujet somme toute assez peu labouré, sinon par Brassens dans une chanson moins connue que d’autres.
Puis il a disparu de mon radar jusqu’en 2012. Cette année-là, il publiait Langue fantôme, un pamphlet sur l’état assez peu littéraire de la langue littéraire actuellement en usage en France, suivi d’un (très court) Eloge d’Anders Breivik, éloge paradoxal qui lui servait de prétexte à fustiger cette Europe ouverte à toutes les migrations. Et non, comme ont voulu le croire tous ceux qui ne l’avaient pas lu, à célébrer le tueur norvégien.
Emoi dans Boboland ! Annie Ernaux se fendit aussitôt dans le Monde d’une tribune-pétition, co-signée par une foule d’écrivains connus (Le Clézio, dont Millet cultive une sainte horreur depuis vilaine lurette) et inconnus (tous les autres) réclamant la tête de l’imprécateur de ce vivre-ensemble que la rue de Grenelle, à la même époque, érigeait opportunément en totem de l’Education. Millet, qui vivait essentiellement d’un poste de lecteur chez Gallimard (à qui il a tout de même permis d’obtenir le Goncourt au moins en deux occasions, pour les Bienveillantes et pour l’Art français de la guerre) se trouva fragilisé, marginalisé, et confiné dans une léproserie. En attendant le prochain faux-pas qui permettrait de lui coller douze balles dans la peau et la tête dans la lunette de la Veuve.
Du coup, je m’étais intéressé aux écrits polémiques de ce garçon un peu trop chrétien pour moi, qui se la joue « hanté pénultième » selon le joli mot d’un critique, mais qui dit des choses justes sur l’état actuel de la littérature française (pas très loin de ce qu’avaient asséné en leur temps Pierre Jourde dans la Littérature sans estomac et Jourde & Naulleau dans leur Précis de littérature du XXIème siècle) et l’apocalypse molle dans laquelle on engloutit la langue, littéraire ou non — dans une déconstruction dont j’ai moi-même analysé la chronologie, les intentions et les effets dans Voltaire ou le jihad.
Sur ce, Millet, briguant manifestement la palme du martyre, a accumulé aux éditions Pierre-Guillaume de Roux ou Fata Morgana les petits essais assassins. Evidemment, la Bien-pensance Unique ne l’avait pas lâché, et il ne l’a pas lâchée. Ainsi, quand notre homme, dans un article publié dans la Revue littéraire et intitulé « Pourquoi la littérature française est nulle », a récemment tiré à vue le dernier livre de Maylis de Kerangal (qui ça ?), ex-signataire de la pétition Ernaud — une dame très bien du tout-Paris qui compte —, le petit peuple des écrivains en cour a supplié Antoine Gallimard de se débarrasser enfin du trublion… Tous (BHL en tête, qui ne s’en serait douté ?) ou presque tous — Sollers par exemple a intelligemment continué à dialoguer avec Millet, expliquant que « Richard Millet a eu un tort, celui de mêler à ses considérations sur la littérature des idées politiques, et des idées politiquement incorrectes. Elles ont permis à l’opinion, surtout l’opinion militante, se voulant extrêmement engagée, de l’accuser, avec des mots injurieux, d’être révisionniste et d’avoir écrit une immondice ; allant jusqu’à s’en prendre aux éditions Gallimard en s’exclamant : « Comment avez-vous pu publier une chose pareille ?! » Cette immédiateté de la réaction inquisitoriale, et je dirais même stalinienne, m’amène à dire que désormais, n’importe quelle interprétation peut avoir lieu sur des motifs « politiques » – je mets des guillemets – où on accuse d’emblée l’autre de racisme, d’ antisémitisme, etc., et je trouve que ça commence à bien faire. Pas vraiment parce que ça m’indigne « personne ne ment davantage qu’un homme indigné », a dit Nietzsche – mais parce qu’il y a une volonté d’éviter le débat de fond, c’est-à-dire ce que Richard Millet voit comme un désenchantement, un effondrement, une dévastation de la littérature, et sur quoi je suis en partie d’accord.»Pour avoir écrit ces lignes, il sera beaucoup pardonné à Sollers.
Comme nous l’avons vu avec Kamel Daoud, la pétition-indignée-fatwa est l’actuel substitut du couteau de boucher dans le Nouveau Totalitarisme de l’Impensée-Unique. Antoine Gallimard, qui a un côté anarchiste bourgeois, avait longtemps fait le gros dos devant les hurlements des pintades. Mais bon, Mme de Kerangal est un auteur-maison, il y avait comme une déloyauté à pointer sa vacuité tout en travaillant pour la rue Sébastien-Bottin — désormais rue Gaston Gallimard…
Aux dernières nouvelles, rapportées par Jérôme Béglé dans le Point, Millet prend la porte. Pas content, le bougre.

Qu’on me comprenne bien.
Comme Pierre Jourde qui a écrit sur le sujet des choses sensibles et définitives, je suis très loin de co-signer toutes les déclarations de Millet. Mais qu’un quarteron de littérateurs s’arroge le droit de demander sa tête me révulse. Que le trio infernal Louis / Lagasnerie / Eribon pense avoir le droit de dire qui doit vivre (les homos de gauche ?) et qui doit mourir (les hétéros de droite ?) me paraît symptomatique d’une époque qui faute de savoir se colleter au réel s’en remet encore une fois à l’idéologie : c’est vrai en littérature, en Education et en Economie, sans parler des Affaires étrangères. La question n’est même pas de savoir si Millet a raison de dénoncer comme il le fait l’emprise de l’Islam et le métissage — il y a dix mille manières de le dire. Le problème est qu’on lui interdise de parler — quoi qu’il dise. Qu’on lui interdise de vivre — quoi qu’il fasse. Que les petits marquis de la Gauche (je reviendrai quelque jour sur ce que le Point, il y a peu, appelait finement « la gauche Finkielkraut ») profitent bien des micro-particules de pouvoir qu’ils pensent aujourd’hui posséder. Le retour de bâton pourrait être terrible, et je ne lèverai pas le petit doigt pour leur épargner la géhenne — comme dirait Millet qui pense Bible en main, Belzébuth m’en préserve !

Jean-Paul Brighelli (Bonnet d'âne, 4 mars 2016)

30/10/2015

Le décalage entre le discours officiel et la réalité n’a jamais été si grand...

Nous reproduisons ci-dessous entretien avec Alain de Benoist, cueilli sur Boulevard Voltaire et consacré au politiquement correct...

 

Alain de Benoist 2.jpg

 

« Le "politiquement correct" est l’héritier direct de l’Inquisition »

Zemmour, Onfray, Finkielkraut, Debray et les autres… La gauche n’en finit plus de dénoncer le retour des « néo-réactionnaires ». Laurent Joffrin va jusqu’à dire qu’ils constituent la vraie « pensée unique » ! Qu’est-ce qui se passe donc dans le paysage intellectuel ?

Il se passe deux choses. La première, c’est que l’idéologie dominante a cessé de se renouveler. La gauche, en particulier, qui avait dans le passé fourni bien plus que la droite la preuve de ses capacités intellectuelles et théoriques, est devenue un disque rayé. Elle n’a plus rien à dire. Le PS avait cru pouvoir remplacer le socialisme par le projet européen. Compte tenu de ce qu’est l’Union européenne, cela n’a fait qu’accélérer son ralliement au système du marché. C’est ce que constate Gaël Brustier dans son dernier livre (À demain Gramsci) : « Soumission à l’idéologie de la crise ou rappel à l’idéologie d’hier, la gauche n’invente plus rien. » La seconde est qu’un nombre grandissant d’auteurs, d’universitaires, d’écrivains se rebellent pour des raisons diverses contre les diktats figés du « politiquement correct ».

Mais parler de « nouvelle pensée unique » est franchement ridicule. S’il est vrai que l’on constate aujourd’hui des évolutions notables et des nouveaux clivages, s’il est vrai que la banquise a visiblement commencé à se désagréger, il serait naïf de croire que l’on est passé de l’autre côté du miroir. Quelques hirondelles ne font pas le printemps, et l’idéologie dominante reste plus que jamais majoritaire chez les faiseurs d’opinion. Que je sache, aucun professeur d’université ne s’est encore fait huer par ses élèves pour s’être réclamé de l’idéologie des droits de l’homme ou de celle du progrès ! L’hégémonie d’hier est donc toujours en place. La différence, c’est que cette hégémonie apparaît de moins en moins supportable, parce que le décalage entre le discours officiel et la réalité n’a jamais été si grand.

Les partisans du « politiquement correct » n’auraient-ils pas mieux à faire que d’organiser des chasses aux sorcières ?

Le « politiquement correct » est l’héritier direct de l’Inquisition, qui entendait lutter contre l’hérésie en dépistant les pensées mauvaises. L’idéologie dominante est elle aussi une orthodoxie, qui regarde comme hérétiques toutes les pensées dissidentes. Comme elle n’a plus les moyens de réfuter ces pensées qui la gênent, elle cherche à les délégitimer – non comme fausses, mais comme mauvaises. C’est pourquoi « le champ de ce qui ne fait plus débat ne cesse de s’étendre », comme le disait Philippe Muray. L’insipide bavardage sur les « valeurs » (« valeurs républicaines » contre « valeurs traditionnelles ») a remplacé le débat sur de vraies convictions.

La méthode la plus commune consiste à reconduire tout discours s’écartant de la doxa médiatique à du déjà-vu-déjà-disqualifié (le colonialisme et le racisme, les « années trente », les « heures les plus sombres », etc.). La « réduction au pire » (Pierre-André Taguieff) permet ensuite de justifier l’exclusion. Tel est explicitement le programme de deux petits inquisiteurs parmi d’autres, Geoffroy de Lagasnerie et Edouard Louis : « Refuser de constituer certains idéologues comme des interlocuteurs, certains thèmes comme discutables, certains thèmes comme pertinents » (sic). Dialoguer avec l’« ennemi », ce serait en effet lui reconnaître un statut d’existence. Ce serait s’exposer soi-même à une souillure, à une contamination. On ne dialogue pas avec le Diable. Il faut donc diaboliser.

Une autre méthode, d’une simplicité biblique, est d’affirmer que les propos dissidents « font le jeu du Front national ». Là encore, que les propos en question soient justes ou non n’a strictement aucune importance. Ce qui compte, c’est la façon dont on suppose qu’ils pourraient être instrumentalisés contre l’empire du Bien. Cela ne trompe évidemment plus personne, car chacun sait bien que la seule chose qui fait le « jeu du Front national », ce sont les agissements de ceux qui sont au pouvoir (pour ne rien dire du fossé qui s’est ouvert entre la gauche et le peuple), mais qu’importe ! Le procédé est pratique, il est devenu rituel. On en use donc sans modération. Comme si le FN était devenu le premier parti de France grâce à Zemmour ou à Michel Onfray !

Toute cette évolution traduit-elle vraiment une « droitisation » de la pensée ?

C’est ce qu’affirme une certaine gauche et ce dont se réjouit naïvement une certaine droite. Elles se trompent l’une et l’autre. Prenons l’exemple de l’immigration. Pour la vulgate officielle, si l’on critique l’immigration, c’est qu’on est de droite. Que cette critique se répande comme elle le fait aujourd’hui devient dès lors la preuve d’une « droitisation ». Mais la prémisse est fausse, car on peut très bien critiquer l’immigration sans pour autant être « de droite ». Ce qu’il faudrait dire, en réalité, c’est que la critique de l’immigration touche maintenant les milieux politiques les plus différents, ce qui n’est évidemment pas la même chose.

Il faut aussi rappeler que, contrairement à ce que s’imaginent ceux qui ne les ont pas lus, ceux qu’on désigne sous l’étiquette absurde de « nouveaux réactionnaires » sont bien loin de représenter un bloc homogène. Éric Zemmour est un bonapartiste antilibéral qui cherche à parler au nom du peuple. Alain Finkielkraut est un conservateur juif, nourri de la pensée de Hannah Arendt et de Milan Kundera, qui se désespère de la « désintégration française ». Michel Onfray est un proudhonien qui reproche à la gauche de ne plus être de gauche. Jean-Claude Michéa est un disciple de George Orwell qui reproche au progressisme sociétal d’avoir trahi le socialisme. Régis Debray est un républicain nostalgique du gaullisme et théoricien de la vidéosphère. Pierre Manent, Marcel Gauchet, Jacques Julliard, Élisabeth Lévy, Natacha Polony, etc., campent encore sur d’autres positions. Leur seul point commun est d’être aujourd’hui traités en suspects. Quand ce n’est pas en proscrits.

Alain de Benoist, propos recueillis par Nicolas Gauthier (Boulevard Voltaire, 15 octobre 2015)

23/09/2015

Onfray en crimepenseur !...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de François-Bernard Huyghe , cueilli sur son site Huyghe.fr, qui démonte les mécanismes orwelliens à l’œuvre dans la polémique autour de Michel Onfray, entretenue par le système depuis les attaques de Manuel Valls contre le philosophe...

 

Onfray_crimepenseur.JPG

Onfray en crimepenseur

L'affaire Onfray défraie la chronique depuis une semaine.
Résumons
Episode 1) Le philosophe déjà accusé par Manuel Valls de préférer une vérité dite par Alain de Benoist à une fausseté de BHL aggrave son cas en donnant une interview au Figaro où
il fait remarquer que la photo du petit Aylan comme toute photo est "une idée" à qui sa légende donne son sens rhétorique et qu'à l'ère numérique tout peut être détourné (deux idées que d'autres ont exprimé des centaines de fois)
il se plaint que "criminaliser la seule interrogation, c'est transformer en coupable quiconque se contenterait de la poser, ce qui paraît le bon sens même
il dit que le peuple français est méprisé depuis la conversion socialiste à l'Europe libérale de 1983
il en veut "moins à Marine Le Pen qu'à ceux qui la rendent possible" et avoue comprendre la souffrance des ceux - paysans en faillite, chômeurs, sur-diplomés sous-employés, retraités qui se demandent ce que l'on fait pour eux sans être pour autant xénophobes.

Episode 2) Libération consacre six pages à crucifier Onfray autour du thème : "il fait le jeu du FN". Une exécution par Laurent Joffrin opérant en personne la fonction forensique (recherche des preuves du crime), la catéchèse (mise en garde et rappel des valeurs) et l'excommunication du philosophe, décrété renégat de la gauche, hérétique et dangereux.

Episode 3) Depuis, la controverse continue avec la réponse de Onfray, les controverses que l'on imagine...
Sans prétendre ajouter nos propres commentaires sur le déclin des intellectuels ou la liberté de penser, quelques remarques à la volée sur les techniques du nouveau maccarthysme.

La criminalisation du sujet mélange de la compassion pour l'âme que l'on voit se perdre (on est attristé de son évolution, il fut des nôtres, il avait du talent), la mise en cause des facteurs d'époque (la zemmourisation, la ménardisation des esprits, l'environnement favorable au FN, le faible a cédé) mais aussi l'analyse de ses motivations obscures (un étrange "ressentiment", un simplisme "inquiétant", une "méchanceté brutale", de l'anathème, un règlement de comptes avec son ancienne famille). Moitié faible et conformiste, moitié pervers, en somme.
Tout argument de Onfray est ramené au "complotisme" : si, à propos de la photo, il critique les versions officielles de conformité, des émotions et des discours dominants, n'est pas la même rhétorique que les obsédés de la conspiration ? S'il critique les médias, s'il croit que certaines questions ne peuvent être posées, s'il parle du peuple, ce qui sent déjà le populisme, s'il argue de sa souffrance et de la coupure des élites, n'est-il pas entré dans une paranoïa que l'on connaît bien ? Disant cela, Joffrin ne réalise pas ses propres contradictions. D'une part l'emploi de la catégorie vague de "conspirationniste" (toute personne qui attribue du pouvoir aux minorités qui contrôlent la politique, l'argent ou les médias, est-elle délirante ?) est elle-même passablement conspirationniste : tous ces gens ont un pouvoir incroyable (la preuve : Onfray peut s'exprimer dans le Figaro, de quoi se plaint-il ?), ils poursuivent un dessein commun de Le Pen à Onfray, de Finkelkraut à Riouffol, c'est bien connu. D'autre part, le chroniqueur en ricanant sur "les questions qu'il serait interdit de poser" ou la prétendue bien-pensance - il n'y a rien à voir, circulez -, et cela dans ce qui est presque un numéro spécial anti-Onfray qui équivaut à un permis de chasse médiatique, ne réalise pas qu'il lui donne raison : il y a bien une idéologie dominante. Elle n'a pas le monopole de l'expression (elle peut même être très différente de l'opinion dominante, ce qui n'a rien à voir) mais elle a le monopole des questions qui font débat et des termes dans lesquels elles sont autorisées. Si la critique hors clous ne peut être que le fait de délirants ou d'obsédés du bouc émissaire
La dénégation pure et simple. Tout va bien : la photo n'est pas truquée, et la presse honnête, il n'y a aucun simplisme émotionnel (argument d'autorité : des experts, des représentants d'organisation, Merkel, Piketty, Habermas plaident pour l'accueil), la gauche de gouvernement où il y a encore des gens d'origine populaire comme Mauroy et Delors a fait tout son possible ou le moins mal possible, sans morgue ni mépris, on fait un maximum pour les Français, il n'y a pas de catégories abandonnées, ni de privilège, etc. Les agriculteurs ne sont pas abandonnés, En corollaire : l'argument ad consequentiam : si on écoutait Onfray, on finirait par ne plus soigner les sans-papiers et par donner raison au Front National. Bref, il n'y a pas d'alternative.
Joffrin utilise une démarche que l'on aurait qualifiée de typiquement de droite il y a quelques années : ceux qui critiquent l'ordre global du monde - sans doute le moins mauvais possible, vu les circonstances - suivent un délire idéologique aveugle au réel et poursuivent des desseins obscurs. L'idée, par exemple, que les idéologies que nous professons puissent avoir le moindre rapport avec notre situation matérielle et nos intérêts réels, est totalement exclue.

François-Bernard Huyghe (Huyghe.fr, 20 septembre 2015)

23/02/2015

Des chansons contre la pensée unique ?...

Les éditions des Cimes ont récemment publié une étude de Thierry Bouzard intitulée Des chansons contre la pensée unique. Historien de la musique et de la chanson, Thierry Bouzard a publié plusieurs ouvrages et recueils de chants. Il a animé plus de cinq ans une émission musicale sur Radio Courtoisie et a participé à la réalisation de nombreux CD.

 

Des chansons contre la pensée unique.jpg

" La musique joue sur nos émotions, nous faisant privilégier les styles connectés à notre sensibilité et notre culture.

Du fait du morcellement des répertoires, nos choix ignorent des courants musicaux nombreux et créatifs, d’autant plus que le totalitarisme culturel ambiant les occulte et les combat.

Grégorien, chanson traditionnelle, chanson de soldat, oi!, rock identitaire, RAC, rock metal et indus… Venance Fortunat, Botrel, le Père Doncœur, Méfret, Gavino, Barbelivien, Fraction, Vae Victis, In Memoriam… l’inventaire serait incohérent si les compositions qui en émanent n’étaient l’expression d’une certaine identité, en butte à la pensée dominante.

L’abondante diversité de ces courants musicaux alternatifs soigneusement tenus à l’écart des médias devait être présentée, car elle témoigne d’une vitalité et d’une richesse insoupçonnées.

Tout ce qui a pu se faire « à droite » est répertorié et mis en perspective. Le tout est accompagné d'une réflexion savante sur le lien entre ces expériences musicales et l'engagement politique. "