Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2012

Gens de Campagnol...

Les éditions Flammarion viennent de publier Gens de Campagnol, une chronique villageoise de Christian Combaz. Romancier, Christian Combaz est aussi, à ses heures, un observateur à la plume acérée. Nous reproduisons ci-dessous la critique de cet ouvrage faite par Bruno de Cessole dans Valeurs actuelles.

 

Gens de Campagnol.jpg

A force de s’entendre seriner sur tous les tons et sur toutes les ondes que la France silencieuse est celle des “quartiers difficiles” et des “minorités visibles”, on en vient à oublier qu’il existe un pays réel qui ne s’exprime guère et dont les médias parlent peu : la France des campagnes.

Cette France oubliée, dédaignée, à l’écart des nouvelles technologies et des effets de mode, Christian Combaz – qui fut longtemps un chroniqueur très apprécié de nos lecteurs – la connaît bien. Il y vit depuis longtemps, aujourd’hui en Savoie après avoir habité un village de l’Aveyron. Et c’est à elle qu’il donne la parole dans son nouveau livre, Gens de Campagnol.

Savoureuse, juste, iconoclaste et jubilatoire, sa chronique villageoise, tenue par un narrateur qui n’est pas sans lui ressembler, met en scène cette majorité qui ne s’exprime pas – hors de l’isoloir – parce qu’on ne lui donne jamais la parole, sauf pour la ridiculiser ou la dénigrer. L’auteur la qualifie, drôlement, de France du 13 heures, l’heure du journal télévisé, « l’heure où la France qui a le temps regarde s’agiter l’autre ». Autrefois, elle était constituée de ce qu’on appelait les “bonnes gens” ou les “braves gens”. « Henri IV, écrit Christian Combaz, en parlait sans cesse, Fénelon a sévèrement rappelé leur existence à Louis XIV, Voltaire n’a pas aimé la façon dont Louis XV les traitait, Rousseau les tenait pour naturellement bons, la Révolution les a armés, Napoléon les a décorés, Hugo les a sanctifiés. »

Or, depuis 1968, poursuit l’auteur, on ne saurait gouverner que contre elle : « Il faut l’accabler, la vilipender en public et, quand on ne s’en prend pas nommément à elle, défendre sous son nez le contraire de ce qu’elle tient pour juste, bon et honorable. »

Bafoués dans leur dignité et leurs aspirations les plus légitimes, menacés de déclassement, les “braves gens”, ceux qui sont “nés quelque part” et aspirent à rester eux-mêmes, s’indignent en vain, car les représentants des soi-disant élites évoluées ne répercutent presque jamais leurs indignations, tandis que les politiques ne feignent de s’intéresser à eux que pour capter leurs votes.

À la longue, ces éternels cocus de l’histoire contemporaine finissent par piquer une colère et dire des gros mots. En votant contre les duettistes institutionnels de la vie politique, par un bulletin de vote en faveur des extrêmes, qu’ils se nomment Mélenchon ou Le Pen. Pourtant, ils ne sont ni de droite ni de gauche, mais du parti du bon sens, ce bon sens tourné en dérision par nos “mieux-disants”, ceux qui détiennent le monopole de la parole publique.

Fi donc, encore un pamphlet populiste, s’exclameront en se pinçant le nez les porte-parole des “éclairés” et des “affranchis” ! Pourtant, Christian Combaz ne tombe nullement dans le travers de la caricature ou du ressentiment. En romancier, il ne dessine pas des archétypes sociaux mais donne corps et voix à des personnages hauts en couleur, truculents et contradictoires, aux vies ordinaires et exemplaires. Par son entremise, Campagnol réconcilie l’univers de Marcel Aymé et les colères de Philippe Muray.

Bruno de Cessole (Valeurs actuelles, 2 février 2012)

Commentaires

Merci à cet auteur de se souvenir qu'il existe une France muette et silencieuse qui ne fait pas brûler de véhicules au 31 décembre, qui voit chaque jour ses villages perdre non seulement ,ses commerces, ses services publics ses habitants mais aussi son existence et qui ne manifeste pas .Cette province qui entend à longueur de journée des journalistes bien parisiens annoncer des expositions au Grand Palais , des concerts à l'opéra Bastille, où elle ne mettra jamais les pieds ;cette province qu'on abreuve des problèmes survenus sur la ligne B du RER ou des embouteillages sur le perif en qui subit en silence toute l'arrogance de la capitale et la prédominance de l'urbain sur le plouc .Il suffit de regarder les publicités : le gars des villes bien propre sur lui ,toujours, et le bouseux qui vend du camembert, tourné en ridicule comme l'agriculteur de l'amour est dans le pré . Grand merci donc à Mr Combaz pour ce livre jubilatoire

Écrit par : dominique sol | 23/11/2012

Les commentaires sont fermés.