Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jean-michel blanquer

  • Fin de monde... Fin de mois

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Michel Lhomme, cueilli sur Metainfos et consacré à la crise des Gilets Jaunes, comme acte inaugurale d'un nécessaire changement de modèle.

     

    Gilets jaunes_Fin de monde.jpg

    Fin de monde... Fin de mois

    « Le monde antique sombra également, mais il n’en savait rien. Il croyait à une existence éternelle. Il vécut ses derniers moments avec une joie totale, chacun pour soi, comme un cadeau des dieux. Mais nous, nous connaissons notre histoire. Nous mourrons conscients et nous suivrons tous les stades de notre propre dissolution avec le regard infaillible du médecin averti ».

    Oswald Spengler, Le Déclin de l’Occident.

    L’écologiste Noël Mamère lors de la marche sur le climat à Paris du samedi 8 décembre liait la crise écologique à la question sociale. Rien de très original : les médias embrayent depuis le début sur cette récupération possible du mouvement autochtone. Les bobos sont donc aussi de la partie pour entraîner à terme la suppression des centrales nucléaires, le développement irréaliste de l’éolien et des voitures électriques un accroissement de la pollution par les métaux rares et les batteries, la bétonisation accrue de nos campagnes et des océans, la surtaxe permanente sur le prix de l’électricité sans garantie de ne pas être à l’abri demain d’un black électrique. Les décroissants disent autre chose : ils en appellent à la prise de conscience de la valeur réelle de la possession et de la marchandisation du monde. Ils réclament une fin de modèle.

    Mais surtaxé, privé de ses biens, privé de la possibilité de consommer, le peuple des bas salaires  ne désespère-t-il pas en préférant la révolte de la destruction à l’effort du changement de modèle ? Pourtant, le changement de modèle est bien présent dans le mouvement en particulier devant les grands centres commerciaux de province, dans le retour par exemple à des parcours courts de distribution, à un enracinement local de la production et de la consommation, à une alternative écologique de vie comme celle de l’économie solidaire. 
    Spengler avait souligné au début du vingtième siècle les raisons de notre décadence : notre monde est faustien. 

    De fait, revenons sur le Faust II de Goethe. Dans le « grand monde », Faust se trouve pour la première fois confronté au problème de l’état politique. Après un passage satirique où Faust devient un haut dignitaire d’État, il entreprend une « descente chez les mères », déesses del’origine de toute chose. Ayant alors rapporté à la cour un trépied sacré, son regard soutient à peine la vérité révélée devant toute la cour par l’apparition magique d’Hélène de Troie : le but suprême de l’existence est la quête de la beauté. Les territoires périphériques, la banlieue c’est aussi d’abord et avant tout la défiguration du monde, l’enlaidissement de la nature, l’esthétique affreuse des rond-points. Voué à l’économisme, le politique enlaidit la cité et comme le soulignait des sites crées récemment comme l’Iliade (https://institut-iliade.com/)  ou Ligne droite (https://lignedroite.club/), il ne saurait y avoir de renouveau politique sans retour de l’esthétisation du monde et d’un certain baroque. A la fin de la tragédie de Goethe, Faust trouve le but de sa quête : « Vivre sur une terre libre au sein d’un peuple libre ». Il arrache alors à la mer un lambeau de terre afin de la rendre fertile pour le bien des hommes. Nonobstant, on n’a peut-être pas assez souligné que se confronte ici chez l’homme faustien du renouveau deux principes de civilisation accomplie : la cité grecque et le modèle hollandais caractérisé par la conquête de polders sur la mer. Ce sont les deux formes exemplaires de la culture occidentale. Ce sont ces deux paradigmes qui se retrouvent aujourd’hui en quelque sorte face à face.

    Pour conquérir la mer, il faut travailler et la remplir de terre, il faut économiser le monde et veiller à la dépense   puis demain il faudra cimenter et ensuite déloger de force les paysans ou les pêcheurs nomades qui y seraient restés avec leur vie simple et idyllique. La conquête d’îles artificielles sur les mers, de pistes d’aéroports sur les tombants ne s’embarrasse pas des barrières de corail ou de préserver les mangroves. La montée des océans est liée, on ne dira jamais assez avant tout à la bétonisation généralisée en cours de tous les littoraux maritimes et par conséquent à ce modèle hollandais et faustien de la liberté par la possession de terres. Dès lors, les soucis matériels et les besoins, les fins de mois difficiles viennent rappeler à Faust la puissance destructrice du modèle économico-industriel d’exploitation de la nature.

    Pour construire la cité, Sparte n’hésite pas à employer la force et la contrainte sur un peuple d’ouvriers, de cultivateurs et de petits artisans et ce sont alors les politiques qui sont chargés de la basse besogne pendant que les économistes et les marchands du port d’Athènes dépècent les forêts alentour pour construire leur marine marchande. Comment concilier l’exigence de liberté civile et l’oppression politique nécessaire à l’exploitation économique du monde et à son enrichissement ? De fait, l’idéal politique de la modernité technique n’est plus la démocratie mais la  technocratie car la technologie moderne sa cybernétisation  exige en permanence  des procédures gardées secrètes que l’on songe en particulier à la simple gestion d’une centrale nucléaire avec ces incidents quotidiens inévitables. Le monde de la technique devient inéluctablement celui des experts et des spécialistes, des ingénieurs de Centrale. Sur ces élites se greffe la ploutocratie politique, souvent les derniers incapables du fond de la classe (le modèle Castagnette à l’Intérieur) de hauts fonctionnaires énarques qui savent mieux que le peuple ce qui est bon pour lui, en somme  la pire des aristocraties,  celle de la moraline universaliste du Bien.

    Or la liberté politique se conquiert par la lutte et le sentiment d’un corps social uni pour une cause commune. C’est seulement pour travailler à leur propre liberté quel’on peut forcer ses citoyens.

    La liberté de l’homme vient de son activité perpétuelle de création et de construction d’un régime solidaire contre les forces de l’égoïsme et de l’accaparement, de la spoliation et de l’exploitation. Ces forces connaissent bien le poids de leurs dépravations physiques  puisque comme Méphistophélès elles ne cessent d’évoquer pour faire peur les menaces de la fin du monde , du réchauffement climatique, de la mer qui voudrait reconquérir ses droits sauf que le peuple sait une chose : il ne pourra lutter seul contre la mer. Contre l’alternance infinie de la création et de la destruction, il sait qu’il faut renoncer à croire que le collectif seul peut construire des polders pas l’individu. Le plus pernicieux par exemple  de la réforme Blanquer du futur lycée light qui en est même son soubassement idéologique  c’est de  faire croire par exemple que l’élève peut construire seul son parcours professionnel et son savoir, c’est ainsi vouloir  détruire la notion d’appartenance à un groupe en construisant des parcours individualisés, des classes inversées sans maître substituant aux cours traditionnels attachés au groupe classe, l’individu errant dans les couloirs à la quête de bribes de compétences. C’est ainsi vouloir casser l’union possible des promotions alors que le salut cosmologique de l’homme est justement la  transmission infinie de ses forces de générations en générations de groupes de jeunes  en groupes de jeunes C’est par la fondation des cités et des groupements, que l’homme peut en fait mourir en paix. C’est par l’activité sociale que l’homme atteint à l’éternité et non par la consommation individuelle ou l’éducation solitaire fut-elle numérisée.

    Les élites intellectuelles bourgeoises paraissent aujourd’hui abasourdies par la force et la richesse du mouvement collectif, par le réveil d’une France rebelle, populaire et périphérique mais la convergence des différentes révoltes n’aura de sens que si elle aboutit à sortir du chaos libéral, de l’individualisme outrancier, du modèle hollandais, faustien et technocratique du monde. Nous faisons notre la revendication des Gilets jaunes de Dissolution de l’Assemblée nationale et de démission du chef de l’État mais il faut surtout démacroniser la société c’est-à-dire sortir des manipulations millénaristes de fin du monde, proposer le retour à une forme de communauté populaire authentique, enracinée et civique, rétablir le lien entre l’instant suprême de l’individu et l’immortalité d’un peuple libre et d’un collectif solidaire. L’existence est la lutte éternelle des hommes d’action pour conquérir la beauté sur la mer, la liberté sur la servitude, le collectif sur l’égoïsme, la solidarité sur le néant de la dématérialisation et de la marchandisation du monde.

    L’homme faustien rejette parfois sur la décadence et l’idée de fin du monde la vanité qui lui est propre. Mais pris à son propre piège, on voit bien comment la crise écologique a glissé aussi vers une crise sociale d’une volonté débridée d’embrasser le monde par la surabondance matérielle et d’un excessif désir de liberté individuelle, la vision libertarienne. Le faustien perd sous nos yeux en menant le peuple aux fins de mois difficiles et à la destruction écologique du monde par un avenir en ciment armé. Mais on peut résister et vaincre : il suffit d’être soi-même un arbre enraciné qui saisisse la profondeur et le secret de la forêt collective et refuse l’achèvement de l’Histoire en une immense caserne, agenouillés et mains derrière la tête. En fait, nous ne voulons plus gagner de nouvelles cités sur la mer mais embellir celles que nous avons déjà construites.

    Michel Lhomme (Metainfos, 9 décembre 2019)

    Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • Education nationale : la fin de la Blanquer-mania ?...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Michel Geoffroy, cueilli sur Polémia et consacré à la politique de Jean-Michel Blanquer à la tête du Ministère de l’Éducation nationale. Ancien haut-fonctionnaire, Michel Geoffroy a récemment publié La Superclasse mondiale contre les peuples (Via Romana, 2018).

     

    Blanquer_Valeurs actuelles.jpg

    Une couverture de Valeurs Actuelles datant de février 2018...

     

    Claude Meunier-Berthelot annonce la fin de la Blanquer-mania

    Le livre de Claude Meunier-Berthelot, Blanquer, ce monstre froid – Remède de cheval contre la « blanquer-mania »[1], arrive à point nommé au moment où le ministre de l’Education nationale – la bien mal nommée – annonce son intention catastrophique d’encourager l’enseignement de l’arabe à l’école.

    Car Claude Meunier-Berthelot dénonce dans cet essai vigoureux, mais aussi rigoureux, l’escroquerie politique et pédagogique incarnée par Jean Michel Blanquer, le ministre qu’adule une certaine droite qui ne sait pas aller plus loin que les déclarations d’intentions relayées par des médias complaisants.

    Claude Meunier-Berthelot sait de quoi elle parle : elle connaît le Mammouth de l’intérieur et a déjà écrit de nombreuses études dénonçant l’entreprise de déracinement qu’est devenue d’Education nationale, notamment depuis la loi de « refondation de l’école » de 2013.

    L’analyse clinique de la manipulation

    Son essai est de nature clinique : il en a la sèche objectivité, sans fioritures inutiles.

    Point par point, depuis l’école maternelle jusqu’à ParcourSup, en passant par la laïcité, l’autonomie des établissements ou les écoles hors contrat, Claude Meunier-Berthelot met en effet en regard des affirmations ministérielles, la réalité des circulaires, des budgets et du fonctionnement de l’Education Nationale.  C’est plus qu’un essai de 171 pages : c’est à une véritable dissection que l’auteur nous invite, décryptant et démontant chaque composante de l’escroquerie Blanquer.

    Avec un remarquable esprit de synthèse, Claude Meunier-Berthelot démontre le double langage permanent du ministre. Car en digne représentant de la macronie, Jean Michel Blanquer est avant tout passé maître dans l’art de la communication, c’est-à-dire de l’enfumage médiatique de la population. Car il dirige surtout le ministère de la parole.

    Blanquer, le ministre du statu quo

    Claude Meunier-Berthelot nous montre que Jean-Michel Blanquer, homme du Système, ne change rien du tout, sinon dans le mauvais sens. Il ne fait que poursuivre la ligne de ses prédécesseurs dont il constitue un nouveau clone.

    Il ne remet pas en cause, notamment, le cadre dressé par le vieux Plan Langevin Wallon d’inspiration communiste de 1947 et par la loi de refondation de l’école de 2013 élaborée par le socialiste Vincent Peillon, le ministre qui voulait « arracher » l’enfant de toutes ses « servitudes » pour lui inculquer les droits de l’homme.

    L’enfumage médiatique permanent

    La première méthode d’enfumage du ministre consiste à affirmer devant les caméras des orientations qui paraissent souhaitables : par exemple le port de l’uniforme ou la méthode d’enseignement de la lecture.

    Tout le microcosme médiatique, complice, se met alors à gloser sur l’audace ministérielle afin de faire croire que de simples propos correspondraient à une véritable volonté politique et ensuite à une réalité sur le terrain.

    Mais ensuite rien ne se passe : aucun texte, aucun cadrage national, ne vient confirmer les propos du ministre. Et si la rue de Grenelle accouche finalement d’une circulaire, celle-ci remettra les vagues intentions ministérielles dans le droit fil du pédagogiquement correct.

    Claude Meunier-Berthelot montre par exemple dans le détail comment Jean Michel Blanquer a trompé son monde sur la question de la méthode d’apprentissage de la lecture : car la méthode « syllabique » qu’il présente comme une alternative à la méthode « globale » n’est en réalité… qu’un succédané de cette dernière, comme l’illustre l’analyse précise de la circulaire du 26 avril 2018 à laquelle se livre l’auteur.

    Blanquer : le ministre des Autres

    La seconde manipulation, la plus lourde de conséquences, consiste à passer sous silence que l’essentiel des réformes destinées à améliorer la qualité de l’enseignement public annoncées par Jean Michel Blanquer, ne concernent en réalité… que les zones classées REP et REP+[2] ! C’est-à-dire les zones où sont scolarisés en majorité les enfants issus de l’immigration légale ou non, ceux que l’Education Nationale appelle du doux euphémisme : EANA – élèves allophones nouvellement arrivés.

    Conformément au programme présidentiel d’Emmanuel Macron, le ministre Blanquer organise en effet cyniquement une école à deux vitesses, mais bien sûr au nom de l’égalité !

    D’une part une école qui enseigne les savoirs mais avant tout pour les enfants des immigrants et qui vampirise les moyens budgétaires et humains notamment à cause du dédoublement des classes de CP.

    On ferme ainsi des « moyens d’enseignement » – donc des classes – dans la France profonde pour financer de dédoublement des CP dans les banlieues de l’immigration. Car cette école des REP et des REP + bénéficie de toutes les attentions ministérielles et présidentielles. Les banlieues de l’immigration ne sont-elles pas une… chance pour la France ?

    L’enseignement de l’ignorance pour les petits Français

    Et de l’autre côté, l’école des petits français souchiens, devenue une garderie (un lieu de vie) où l’on n’enseigne pas grand-chose car on continue d’y appliquer tous les délires pédagogiques et où l’on met des enseignants à la qualification déclinante[3]: transversalité, interdisciplinarité, « construction » des savoirs par les élèves eux-mêmes par le moyen de « parcours » sont les maîtres mots de cette nouvelle garderie. Mais une garderie où l’on veille surtout à diffuser la doxa bien-pensante, repentante, droit de l’hommiste et LGBT friendly auprès des futurs électeurs….

    Mais cela ne gêne pas l’oligarchie, bien au contraire.

    Car comme le montre Claude Meunier-Berthelot, citant Rousseau, l’ignorance ouvre justement la voie à la sujétion des Européens : « Le pauvre enfant qui ne sait rien, qui ne peut rien , qui ne connaît rien , n’est-il pas à votre merci ? »

    La destruction du savoir c’est-à-dire de la transmission de la culture et de l’identité par l’Education nationale ne résulte pas d’un accident de parcours, mais bien d’une volonté politique : celle qui programme la mise en servitude des autochtones.

    La fin de la Blanquer-mania

    Il faut donc lire le livre de Claude Meunier-Berthelot car il constitue un exemplaire et salutaire exercice de décryptage de l’enfumage macronien, d’autant plus salutaire qu’une partie de l’opinion de droite – généralement ignorante des questions d’éducation – s’est laissée prendre à l’habile communication de Jean-Michel Blanquer.

    Comme la Macron-mania n’est désormais qu’un lointain souvenir quand les sondages montrent que deux Français sur trois désapprouvent l’action et le comportement du président de la république, Claude Meunier-Berthelot nous annonce maintenant la fin de la Blanquer-mania.

    Et c’est une bonne nouvelle.

    Michel Geoffroy (Polémia, 23 septembre 2018)

     

    « Blanquer, ce monstre froid » – Remède de cheval contre la blanquer-mania – Editions des Trianons

    [1] Editions des Trianons  2018, avec une préface de François Billot de LOCHNER ;

    [2]Réseaux d’éducation prioritaire et réseaux d’éducation prioritaire renforcée ; il y en a environ 1200 REP

    [3] « emploi-avenir-professeur », « contrat de service civique » et autre « réserve citoyenne »

    Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • Le piège Blanquer ?...

    Au-delà des apparences et des effets d'annonces, que veut et que fait réellement Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'éducation nationale ? Veut-il véritablement éradiquer le pédagogisme au sein de l'Education nationale comme l'a dit Eric Zemmour dans une de ses chroniques sur RTL ? Claude Meunier-Berthelot, enseignante et essayiste spécialiste des questions éducatives, a donné un point de vue intéressant sur Polémia, que nous reproduisons ci-dessous...

     

    Blanquer_Valeurs.jpg

    Zemmour pris au piège de Blanquer ?

    Dans son éditorial sur RTL du 13 février 2018, Eric Zemmour a présenté la politique de Blanquer comme une « souffrance [pour les] pédagogistes ». Ces pédagogistes qui ont littéralement saccagé l’Education Nationale depuis des décennies… Souffrent-ils au vu des décisions que Blanquer serait censé prendre ? « Chaque jour est un jour de souffrance, chaque jour est une torture, chaque jour sa catastrophe, chaque jour son offense, son humiliation… » dit-il, faisant un inventaire à la Prévert : « Un jour c’est la méthode syllabique, le bon vieux B.A.BA qui revient en majesté, un jour c’est la dictée, et maintenant les quatre opérations, même la division dès le cours préparatoire, demain peut-être, la fin du bac dans une pochette surprise et pourquoi pas la sélection à l’université…non ! C’est trop de douleur ! Entendre un membre de la commission Villani dire “l’objectif de la mission est de rompre avec l’engrenage dans lequel l’enseignement est plongé depuis 40 ans”, c’est plus qu’ils n’en peuvent supporter… »

    Mais derrière le discours de Blanquer quelle est la réalité ? Une mise en œuvre sélective des bonnes orientations. Toutes les décisions prises par Blanquer et qui s’apparentent à un projet « authentiquement réactionnaire » (sic) – c’est-à-dire en réalité à des conceptions qui ont fait la gloire passée de notre Ecole -, sont bien mises en œuvre, mais uniquement dans les « réseaux d’éducation prioritaire », c’est-à-dire uniquement en faveur des élèves issus de l’immigration. Et le plus redoutable axe de communication de Jean-Michel Blanquer consiste à présenter avec le cynisme le plus éhonté, tous les dispositifs salutaires pour le système éducatif mais qui s’appliquent uniquement dans les REP (réseaux d’éducation prioritaire) comme s’ils étaient applicables et appliqués à tous, c’est-à-dire également à nos enfants.

    Et quand il visite des écoles où il met en évidence, la lecture acquise dès le CP dans des classes dédoublées et avec des méthodes éprouvées, les dictées, les fables de La Fontaine, les leçons de morale, les chorales, les cours de latin-grec… il se situe toujours dans les écoles des réseaux d’éducation prioritaire.

    Deux systèmes éducatifs aux objectifs et moyens diamétralement opposés

    A cet égard, rappelons qu’en vertu de la loi de refondation de l’école du 7 juillet 2013, loi résultant de l’aboutissement d’un lent processus de bi-partition qui a pris naissance depuis plusieurs décennies, il existe deux système éducatifs qui fonctionnent en parallèle avec des objectifs et des moyens éducatifs totalement opposés.

    – Un pour nos enfants, basé sur des méthodes anti-pédagogiques destructrices de l’intelligence et de la formation intellectuelle et notamment sur les méthodes de lecture de nature globale qui perdurent avec Blanquer – dont la dernière supercherie en date est de qualifier « syllabiques » les méthodes « semi-globales » – et sur le constructivisme, autrement dit, système où la transmission des savoirs et la formation intellectuelle disparaissent et où les élèves sont censés construire leur savoir à travers des activités diverses et variées, suivant un parcours qui leur est personnel, sans obligation de résultat.

    « Et çà ne marche pas … » , comme l’a déclaré Jean-Pierre Chevènement le 4 septembre 2017 sur LCI au micro d’Audrey Mara mais méthodes que Jean-Michel Blanquer ne remet absolument pas en cause contrairement à ce que prétend Jean-Pierre Chevènement, puisque le ministre a dit qu’il conservait l’interdisciplinarité – marque du constructivisme – « qui va dans le bon sens » (sic).

    – Un système éducatif pour les réseaux d’éducation prioritaire (REP et REP+ – 1100 sur le territoire national scolarisant 1 200 000 élèves), autrement dit pour les élèves issus de l’immigration y compris les enfants de clandestins scolarisés dans les REP+, c’est-à-dire les REP renforcés. Dans ce système, est dispensé un enseignement de qualité accompagné d’un soutien personnalisé, avec un personnel spécifiquement formé, des méthodes pédagogiques efficaces (sic), l’acquisition d’une « culture solide » (sic), l’objectif d’excellence de résultats rigoureusement contrôlés (avec remise de prix, d’excellence notamment). C’est le point le plus important. A lire sur le sujet :  Ecole, la haute trahison (Editions Apopsix 2017).

    Autres erreurs

    Mais d’autres erreurs se sont glissées dans le discours d’Eric Zemmour.

    Quand il encense Claude Allègre – en réalité, pédagogiste parmi les pédagogistes dont personne « n’a eu la peau » (sic) mais qui a « eu la peau » de l’Ecole, contrairement à une idée largement répandue – et attaque à Najat Vallaud-Belkacem – qu’il est de bon ton de critiquer si l’on veut faire apparaître Blanquer comme un redresseur de torts – il est tout autant dans l’erreur.
    Enfin, quand il dit que Blanquer oblige les pédagogistes à démissionner de tous leurs lieux de pouvoir, il est encore dans l’erreur : Michel Lussault, directeur du CSP (Conseil Supérieur des Programmes) a été poussé à la démission tout simplement parce que sa mission de refonte des programmes des collèges était terminée mais pas une seule décision prise par Jean-Michel Blanquer ne s’est démarquée fondamentalement de la politique de son prédécesseur. Contrairement aux annonces faites dans la presse, de simples assouplissements ont été apportés et encore ! Le prétendu rétablissement des classes bi-langues qui n’avaient jamais été supprimées, le prétendu retour du latin sans aucune disposition de fond correspondante, etc…

    Conclusion

    Alors quand Eric Zemmour prétend que Jean-Michel Blanquer « reconstruit l’Ecole pierre après pierre, l’Ecole d’avant qu’ils [les pédagogistes] ont tant haïe » , il faut bien s’imprégner de cette réalité catastrophique pour l’avenir de nos enfants et de la société française : cette politique éducative de « l’Ecole d’avant » n’est pas pour nos enfants et Jean-Michel Blanquer ne fait que poursuivre et renforcer une politique déjà très aboutie en la seule faveur des élèves issus de l’immigration dans les réseaux d’éducation prioritaire.

    Claude Meunier-Berthelot (Polémia, 17 février 2018)

    Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • Vers l'éradication du pédagogisme à l'école ?...

    Vous pouvez découvrir ci-dessous une chronique d'Éric Zemmour sur RTL, datée du 13 février 2018 et consacrée à l'action méthodique et résolue, mais bien tardive, du Ministre de l’Éducation nationale contre le pédagogisme et ses sectateurs....

     

                                       

    Lien permanent Catégories : Multimédia, Points de vue 0 commentaire Pin it!