Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/12/2018

Un dictionnaire de la langue gauloise !...

Les éditions Errance ont publié récemment un Dictionnaire de la langue gauloise établi par Xavier Delamarre. L'auteur mène depuis plusieurs années des recherches de lexicographie dans le domaine indo-européen et celtique. Il dirige également la revue d'études indo-européenne Wekwos.

 

Delamarre_Dictionnaire de la langue gauloise.jpg

" La langue gauloise se révèle peu à peu. Elle est connue par des inscriptions rédigées en alphabet étrusque, grec ou latin, par l'onomastique (noms de personnes, noms de lieux, noms de dieux), par des emprunts que lui ont faits les langues actuelles et par les gloses, ces annotations sur les manuscrits qui aidaient le lecteur à comprendre dans sa langue des mots d'origine étrangère. Les linguistes, après un très long travail étymologique et comparatif, commencent à décrypter cette langue celtique que parlaient les habitants de la Gaule quelques siècles avant J.-C. et dont ils conservèrent l'usage au tout début de notre ère. L'archéologie fait régulièrement découvrir de nouveaux documents épigraphiques, ouvrant la perspective de comprendre de mieux en mieux le vocabulaire et la grammaire du gaulois. Ce Dictionnaire comprend un peu plus de huit cents entrées. "

03/11/2018

Nos ancêtres les Français...

Le magazine Valeurs actuelles publie un numéro hors-série intitulé  Celtes, Gaulois, Francs : Nos ancêtres les Français. Un numéro agréable à consulter, qui pourra utilement  être mis dans des mains d'adolescents.

VA HS 16.png

Gardiens de notre identité française, Celtes et Gaulois ont été la colonne vertébrale de notre instruction publique avant d'en être chassés. Leurs successeurs gallo-romains nous ont transmis une civilisation pétrie de romanité et furent, avec les Francs, les transmetteurs de la France chrétienne. Puis, tous subirent le rejet d'un enseignement "politiquement correct" coupeur de racines et soumis à l'idéologie immigrationniste. Ce que nous leur devons est pourtant essentiel. A travers mille faits de gloire et récits oubliés, c'est à cette formidable épopée de nos illustres ancêtres que notre hors-série Valeurs actuelles-collection le Spectacle du monde rend aujourd'hui hommage : 130 pages richement illustrées pour restituer les huit siècles fondateurs de notre pays.

Au sommaire :

Nos ancêtres les Gaulois par François d'Orcival

Celtes, Gaulois, Francs:petite(s) histoire(s) de nos grands ancêtres par Arnaud Folch

Astérix, l'esprit français par Laurent Dandrieu

LES CELTES, NOS AÏEUX DES AGES FAROUCHES :

Il était une fois les Celtes par Georges Langlois

Portfolio : d'or et de bronze

LES GAULOIS, FORGERONS DE L'ÂME FRANCAISE :

Une journée dans la vie d'un Gaulois par Philippe Delorme

A la table des Gaulois par Arnaud Folch

Portfolio : des animaux et des hommes

A la mode gauloise...

Vercingétorix, "roi suprême des guerriers" par Dimitri Casali

Guerriers gaulois contre soldats romains par Dimitri Casali

L'autre bataille d'Alésia par Mickaël Fonton

Les derniers feux gaulois par Marie Clément-Charon

Secrets de druides par Arnaud Folch

"Druide aujourd'hui : ni une secte, ni une religion" propos recueillis par Philippe Delorme

Comment ils sont devenus nos "ancêtres"... par Jean Kappel

Lavisse:"L'image vous montre une maison gauloise..."

"Accusés Gaulois, cachez-vous !" par Maurice Lemoine

L'historien qui nie les Celtes par Marie Clément-Charon

LES GALLO-ROMAINS, TRANSMETTEURS DE LA FRANCE LATINE :

Dans l'intimité des Gallo-Romains par Dimitri Casali

Bainville:"Ce que nous devons aux Romains..."

Portfolio:opulence gallo-romaine...

César Imperator par Arnaud Folch

Le saint, l'empereur et le poète... par Yves Kerhuon

Portfolio:Le génie gallo-romain à l'oeuvre dans l'architecture

Arles, "la petite Rome des Gaules" par Franck Chevallier

A Nîmes, sur la trace des gladiateurs par Arnaud Folch

Provocator, thrace, mirmillon...

LES FRANCS, BATISSEURS DE LA FRANCE CHRETIENNE :

Pharamond, Clodion le Chevelu, Childéric les Francs des origines par Philippe Delorme

Portfolio:les barbares bijoutiers

Clovis le magnifique par Arnaud Folch

"Dépose tes colliers, fier Sicambre" par Arnaud Folch

L'arianisme, cette hérésie vaincue par le baptême par Eric Letty

Clotilde, la femme qui a converti Clovis par Eric Letty

Rémi, l'évangélisateur par Yves Kerhuon

L'Indiana Jones du baptistère perdu par Arnaud Folch

"Quiconque aura coupé le nez, le pied ou la main d'un autre homme..." par Arnaud Folch

Bibliographie.

13/10/2018

Les Dragons dans les mythes indo-européens...

Les éditions Yoran viennent de publier un essai de Bernard Sergent intitulé Les Dragons - Mythologies, rites et légendes. Chercheur au CNRS, spécialiste des Indo-Européens et président de la Société de Mythologie française, Bernard Sergent a publié de nombreux ouvrages dont Les Indo-Européens - histoire, langue, mythes (Payot, 1995), Celtes et Grecs - Le livre des héros et Le livre des dieux (Payot, 2000 et 2004) et Le Dieu fou - Essai sur les origines de Siva et Dionysos (Les Belles Lettres, 2016).

 

Sergent_Les dragons.jpg

" Ce livre étudie les mythes, les légendes et les fêtes rituelles du dragon chez les Celtes , les Hittites, les Grecs et même et les Indiens (Inde) etc...
Combattu par l'Eglise du haut Moyen Âge, car il était assimilé au Diable (ex : St Michel terrassant le dragon), il était surtout une survivance de l'ancienne religion.
Les traditions celtes sont à l'honneur du fait de l'importance du dragon dans celles-ci.
Un chapitre entier montre de manière inédite jusque-là que les saints vainqueurs d'un dragon se répartissent sur les quatre fêtes de l'année celtique.
Le chapitre sur le dragon hédoniste – il aime la musique – parle d'un dragon breton tandis que ceux sur saint Marcel à Paris et sur saint Véran dans les Alpes, montrent l'origine entièrement celtique de leurs légendes. Ailleurs à Lérins, la mythologie celtique s'est mélée à un apport grec.
Ainsi se décèle la richesse et la diversité des mythes sur les dragons. "

28/07/2018

Le mariage, ses formes et son origine...

Les éditions du Lore rééditent un essai de Hans F. K. Günther intitulé Le mariage, ses formes, son origine, qui avait été publié initialement en 1952, aux éditions Payot. Anthropologue allemand de la première moitié du XXe siècle, dont les travaux ont eu une influence intellectuelle inégale sous le IIIe Reich, Hans F. K. Günther a eu une partie de son œuvre traduite en français, dont, notamment Mon témoignage sur Adolf Hitler (Pardès, 1990), Les peuples d'Europe (Lore, 2006) ou Religiosité indo-européenne (Lore, 2013).

 

Günther_Le mariage, ses formes, son origine.jpg

" Les lecteurs de l’éminent professeur Hans F. K. Günther ignorent bien souvent que ce dernier entreprit des études d’ethnographe à Paris durant l’année 1911. C’est en partie grâce à ce passé d’étudiant parisien que lui vint la détermination pour rédiger le présent ouvrage près d’une trentaine d’années plus tard.

Loin d’être un simple survol des différents types d’union qui régissent l’Humanité, ce travail ethnologico-sociologique englobe tous les éléments afférents au mariage : interdictions et règles matrimoniales, formes de la conclusion du mariage, influence des formes du mariage sur la sélection, formes de la famille et de la parenté, etc.

Hans F. K. Günther fait également apparaître au prisme de son étude les grandes différences de formes d’union selon les peuples, chaque peuple étant caractérisé par des éléments civilisateurs et raciaux qui lui sont propres.

Un livre qui permet un recentrage salutaire quelques années après la promulgation en France de la scélérate loi dite « Mariage pour tous ». "

17/03/2018

Georges Dumézil et les Indo-Européens...

Dans ce nouveau numéro de l'émission de TV Libertés, « Les idées à l’endroit », Alain de Benoist reçoit  Xavier Delamarre, linguiste et  co-éditeur, avec Romain Garnier de la revue d'études indo-européennes Wékwos, et Jean Haudry ancien professeur de linguistique et de sanskrit à l'université Lyon-III, et auteur, notamment, d'un Les Indo-Européens, dans la collection Que-sais-je, récemment réédité.

 

                                   

21/02/2018

Sur Pierre-Joseph Proudhon, penseur localiste et fédéraliste....

Nous vous signalons la parution du nouveau numéro de la revue Nouvelle Ecole (n°67, année 2018), dirigée par Alain de Benoist, avec un dossier consacré à Pierre-Joseph Proudhon. La revue est disponible sur le site de la revue Éléments ainsi que sur celui de la revue Krisis. Les parisiens pourront également la trouver à la Librairie Facta. 

 

Nouvelle Ecole 67.png

Maurras, qui ne l’aimait guère, le qualifiait de «rustre héroïque», Edouard Berth voyait en lui «un des plus grands moralistes que la France ait produits», Bakounine et Courbet furent ses amis. Sainte-Beuve le considérait comme le plus grand prosateur de son temps. Jacques Julliard affirme aujourd’hui qu’il fut «plus grand que Marx, parce que son anthropologie est fondée sur la réciprocité» On a beaucoup glosé sur ses «contradictions», dont on a exagéré l’importance. Proudhon a certes évolué au cours de sa vie, comme tout un chacun, mais les lignes de force apparaissent rapidement. Proudhon est un philosophe de la liberté. Il ne la conçoit pas de façon abstraite, ni comme prétexte à vouloir n’importe quoi, mais comme émancipation vis-à-vis des contraintes politiques et sociales. Qu’il se réclame de l’anarchisme, du mutuellisme ou du fédéralisme, qu’il critique la «propriété» ou fasse l’éloge de la «possession» c’est au fond toujours d’autonomie qu’il veut parler. Il s’agit pour lui de mettre en place un ordre qui permette aux hommes d’être le moins gouvernés possible, de décider le plus possible par eux-mêmes et pour eux-mêmes. Hostile au socialisme phalanstérien, dont il voit bien les naïvetés, comme au socialisme d’Etat d’un Louis Blanc, dont se réclamera au contraire Jules Guesde et après lui le mouvement communiste international, Proudhon se méfie de la politique, et surtout de l’institution parlementaire qui lui apparaît comme une mystification. «Si le socialisme de Proudhon est le seul aujourd’hui envisageable, écrit encore Jacques Julliard, c’est qu’il est une parfaite illustration du principe de subsidiarité, qui veut que l’on s’efforce de résoudre les problèmes sociaux au niveau le plus bas possible, le plus proche possible des producteurs et des usagers».



Au sommaire :
Proudhon, un penseur localiste (Thibault Isabel)

Proudhon, héraut et philosophe du peuple (Chantal Gaillard)

Du principe fédératif (Pierre-Joseph Proudhon)

Fédéralisme et étatisme dans le système politique de Proudhon (Fawzia Tobgui)

Les conceptions politiques de Proudhon (Jacques Langlois)

Proudhon libéral ? (René Berthier)

Proudhon et Courbet (Jean-François Gautier)

Proudhon en Amérique latine (Michel Lhomme)

Bibliographie de Pierre-Joseph Proudhon (Alain de Benoist)

Et aussi…
Histoire et politique à la lumière de l’Éternel Retour (Philippe Ducat)

Utopie et action historique (Panajotis Kondylis)

Du syllogisme paradoxal (Alexandre Bellas)

Génétique des Indo-Européens (Jean Manco)

Alain de Benoist, L’écriture runique : recension (Jean Haudry)