Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/09/2017

Islamisme : 60 ans de lutte antiterroriste...

Les éditions Tallandier viennent de publier une enquête de Frédéric Charpier intitulée Islamisme - 60 ans de lutte antiterroriste. Journaliste d'investigation, Frédéric Charpier est l'auteur de plusieurs enquêtes intéressantes, comme, notamment Histoire de l'extrême gauche trotskiste (Editions 1, 2002), La CIA en France : 60 ans d'ingérence dans les affaires françaises (Seuil, 2008), L'économie, c'est la guerre ! (Seuil, 2012) ou L'agent Jacques Duclos (Seuil, 2015).

 

Charpier_Islamisme-60 ans de lutte antiterroriste.jpg

" En 2015, les Français subissent avec stupeur les vagues d’attentats perpétrés au coeur de Paris par les soldats du Califat et découvrent la réalité du terrorisme islamiste. Un phénomène récent ? Au contraire, comme le prouve cette enquête inédite.
Des premières heures de la décolonisation dans les années 1950, de l’émergence de la mouvance islamiste des années 1970, notamment iranienne, en passant par la génération GIA des années 1990 dont les protagonistes préconisent déjà la restauration d’un Califat salafiste, sa radicalisation en France avec Khaled Kelkal et ses émules, jusqu’aux attentats-suicides des djihadistes de l’ère Daech, Frédéric Charpier dresse le portrait des groupes activistes et décrit leurs liens avec le grand banditisme.
Il démontre comment les attentats d’origine islamiste sévissent sur notre territoire avec des fondements idéologiques et des modes opératoires différents selon les époques. Les renseignements français, depuis les années 1960, se sont illustrés dans cette lutte complexe par leur compétence et leurs techniques d’investigation toujours à la pointe. Pourtant de lourdes défaillances ont émergé ces dernières années. Aurait-on oublié une partie du savoir-faire ?
Dans cette enquête passionnante et très documentée, le journaliste reconstitue plus de 60 ans de lutte antiterroriste et dresse un tableau sans concessions de cette guerre de l’ombre pour mieux montrer combien l’Histoire éclaire la dure actualité. "

12/07/2014

Dominique Venner - Une pensée, une œuvre, un destin... (2)

Vous pouvez découvrir ci-dessous le deuxième volet d'un long entretien avec Dominique Venner, réalisé par Philippe Conrad, Philippe Milliau et Jean-Yves Le Gallou entre le 27 et le 28 février 2013.

Dans cette partie, Dominique Venner évoque la période de la guerre d'Algérie ainsi que sa passion pour la chasse...

 

22/10/2012

Hollande et l'Algérie...

Vous pouvez regarder ci-dessous la chronique d'Éric Zemmour sur RTL, datée du 19 octobre 2012,  dans laquelle il nous livre une analyse impeccable de l'exercice de repentance de François Hollande sur la manifestation parisienne du FLN du 17 octobre 1961...

 


"La Chronique d'Eric Zemmour" : Hollande et... par rtl-fr

23/06/2012

Une tragédie gaullienne ?...

Les éditions Michalon viennent de publier Chronologie d'une tragédie gaullienne - Algérie 13 mai 1958 - 5 juillet 1962, un ouvrage d'Henri-Christian Giraud consacrée au conflit algérien sous le régime gaulliste. Ancien journaliste au Figaro, Henri-Christian Giraud  a consacré de nombreuses études historiques au général De Gaulle et a aussi publié un excellent récit de la révolution hongroise de 1956, Le printemps en octobre (édition du Rocher, 2006).

 

Tragédie gaullienne.jpg


"L'internationalisation du conflit algérien étant déjà très avancée lors de son arrivée au pouvoir en 1958, de Gaulle s'emploie à refaire de la guerre d'Algérie un problème intérieur et à lui trouver une «solution française». Pour obtenir le soutien des Américains, il n'hésiteras pas à mettre en balance l'appartenance de la France à l'Alliance atlantique. Ce qui n'empêchera pas l'ONU, que de Gaulle appelait le «Machin», d'infliger, en décembre 1960, une cuisante défaite diplomatique au chef de l'État français qui avait fait de la question algérienne une affaire personnelle. De plus, en choisissant - après avoir affirmé le contraire - de privilégier, dans la précipitation, la voie de l'indépendance et le seul choix du FLN comme interlocuteur, de Gaulle referme brutalement le piège sur les pieds-noirs et les musulmans fidèles à la France, condamnant les uns à l'exode et les autres au massacre.  Une «solution française» , qui, cinquante ans après, continue de susciter un profond malaise. Jour après jour, au long de ces quatre années terribles, voici les dates-clés - officielles ou cachées - de cette triple tragédie.
Une chronologie très fouillée, enrichie d'archives internationales inédites notamment américaines particulièrement éclairantes."

18/04/2012

Un massacre oublié...

Le cinquantième anniversaire de la fin du conflit algérien nous vaut une riche actualité éditoriale sur ce thème. Dans le flot des nouveautés ou des rééditions, on notera Oran 5 juillet 1962, l'enquête documentée de Guillaume Zeller, publiée aux éditions Tallandier, qui relate le massacre, à Oran, de plusieurs centaines de Français, hommes, femmes et enfants, par les Algériens, qui fêtent dans le sang leur indépendance, ainsi que la coupable inaction de l'armée française...

 

Oran juillet 1962.gif

"5 juillet 1962 : l'Algérie est officiellement indépendante.
Mais à Oran, la liesse et les défilés de voitures chargés de musulmans vont se transformer en un véritable massacre. Il suffira d'un coup de feu, encore sujet à polémiques (a-t-il été tiré par l'OAS ou par le FLN ?), pour que la chasse aux pieds-noirs s'ouvre dans toute la ville. On égorge, on tue au revolver ou à la mitraillette, on pénètre dans les magasins et les appartements. Ce massacre fera plusieurs centaines de morts et de disparus chez les civils européens, le bilan reste inconnu chez les musulmans.
Après huit années de conflit, d'attentats, de tueries et de pressions psychologiques intenses menées par l'OAS, l'heure est venue de la vengeance. Ceux qui ne meurent pas lynchés sont conduits dans des centres d'exécutions de masse. Les 18 000 soldats français, cantonnés dans la ville, attendront de longues heures avant de recevoir enfin l'ordre d'intervenir. Lorsqu'ils sortent enfin de leurs casernes, les cadavres jonchent la ville...
Le massacre du 5 juillet aurait fait près de 700 victimes, dont plusieurs centaines de disparus qui n'ont jamais été recherchés. Aujourd'hui, leurs familles n'espèrent plus mais souffrent toujours. 50 ans après ce drame, Guillaume Zeller livre enfin le récit inédit, impartial et précis des événements, en s'appuyant sur des témoignages exclusifs de survivants, de leurs familles, de témoins, et sur des archives inédites, en particulier celles de l'ambassade de France en Algérie.
Il révèle tous les tenants et les aboutissants de cette tragédie méconnue."

24/11/2011

Les centurions...

« … On nous a dit, en quittant notre sol natal, que nous partions défendre les droits sacrés qu’on nous avait conférés… et parce que c’était vrai, nous n’hésitions pas à répandre notre tribut de sang… Mais alors qu’ici nous sommes là-dessus inspirés par cet état d’esprit, on me dit qu’à Rome, des factions et des conspirations règnent, que la traîtrise s’épanouit… Si nous devions laisser nos squelettes blanchis dans ces sables désertiques en vain, alors prenez garde à la colère des Légions ! »

 

Les éditions des Presses de la Cité viennent de rééditer Les Centurions, le célèbre roman de Jean Lartéguy qui retrace le parcours algérien d'officiers parachutistes meurtris par leur défaite en Indochine. Il fait partie de ces livres qu'il faut avoir lu si l'on veut comprendre ce qu'a été la guerre d'Algérie pour une partie de l'armée française...

 

Les centurions.jpg

"Un camp de prisonniers français dans la jungle asiatique après la défaite de Diên Biên Phu. « Rééduqués » à la doctrine communiste vietminh, les officiers Raspéguy, Boisfeuras, Merle, Esclavier ne seront plus jamais les mêmes. Ces hommes ont assisté à la mort cruelle et soudaine des copains, rencontré parfois l'amour et sont marqués par le charme de l'Asie.
De retour au pays, comment reprendre le fil d'une vie de famille normale, entouré de femme et enfants ?
Arrivent les premiers événements en Algérie. On a besoin d'hommes aguerris et expérimentés. Ils rempilent donc pour le 10e régiment de parachutistes coloniaux.
Le Maghreb va les happer, mais rien ici ne ressemble à l'Asie. Il n'y a qu'une chose semblable : la guerre.
Les bombes, les terroristes, les colons, le Djebel et Alger la blanche.
C'est une autre guerre ici, même si le motif rejoint celui des Indochinois... L'indépendance..."