Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/08/2018

Le monde d'Homère...

Le nouveau numéro du Figaro Histoire (août - septembre 2018) consacre son dossier central à Homère et à la guerre de Troie...

 

Figaro histoire 39.jpg

" Alors que l'un des plus anciens fragments connus de l'Odyssée vient d'être découvert sur une tablette à Olympie, Le Figaro Histoire explore cet été l'œuvre passionnante et généreuse d'Homère. Le poète aveugle a-t-il existé? La guerre de Troie a-t-elle eu lieu? Faisant la part du mythe et de l'histoire, les meilleurs spécialistes se penchent sur l'histoire du monde mycénien, des siècles obscurs et de la cité grecque émergente, et partent sur les traces de Schliemann, le découvreur de Troie. Un portfolio du masque d'or d'Agamemnon et du trésor de Priam, un dictionnaire des héros de l'Iliade et un décryptage de la série Troie complètent ce numéro exceptionnel.

Au cœur de l'actualité, Le Figaro Histoire revient sur l'histoire cachée du printemps de Prague en montrant comment, il y a cinquante ans, les troupes du pacte de Varsovie écrasèrent les tentatives de démocratisation de la Tchécoslovaquie avec l'accord tacite de De Gaulle. Côté reportage, il vous emmène au Vietnam, sur les sentiers secrets de la piste Hô Chi Minh, et vous fait visiter les coulisses d'un tournoi de béhourd, ce spectaculaire sport de combat qui reproduit dans les règles de l'art les joutes médiévales. "

07/06/2018

Le premier guerrier de l'histoire...

Antiquité, le magazine de l'antiquité européenne nous livre un superbe numéro hors-série consacré au hoplite à la période classique. Publiée par les éditions Heimdal, cette revue trimestrielle est dirigée par George Bernage et Damien Bouet.

Antiquité HS2.jpg

Au sommaire : La période classique, de la guerre du Péloponnèse à Alexandre le Grand

La guerre de Péloponnèse

L'hoplite au IVe siècle

Se préparer à la guerre dans le monde grec

Postérité de l'hoplite

L'hoplomachia : un art martial grec

 

 

31/05/2018

Avec Homère et Sylvain Tesson...

Les éditions des Equateurs viennent de publier un essai de Sylvain Tesson intitulé Un été avec Homère. Géographe, aventurier et journaliste, Sylvain Tesson est l'auteur de récits tirés de ses expéditions comme L'axe du loup (Robert Lafont, 2004), Dans les forêts de Sibérie (Gallimard, 2011) ou Sur les chemins noirs (Gallimard, 2016), mais aussi de recueils de nouvelles, parfois grinçantes, comme Une vie à coucher dehors (Gallimard, 2010) ou Vérification de la porte opposée (Phébus, 2010).

 

Tesson_Un été avec Homère.jpg

" Un Été avec Homère ou l'Iliade et l'Odyssée comme on ne vous les a jamais racontées. Un voyage entre la mythologie et le monde d'aujourd'hui, érudit, épique, drolatique, époustouflant.

L'Iliade est le récit de la guerre de Troie. L'Odyssée raconte le retour d'Ulysse en son royaume d'Ithaque. L'un décrit la guerre, l'autre la restauration de l'ordre. Tous deux dessinent les contours de la condition humaine. À Troie, c'est la ruée des masses enragées, manipulées par les dieux. Dans l'Odyssée on découvre Ulysse, circulant entre les îles, et découvrant soudain la possibilité d'échapper à la prédestination. Entre les deux poèmes se joue ainsi une très violente oscillation : malédiction de la guerre ici, possibilité d'une île là-bas, temps des héros de côté là, aventure intérieure de ce côté ci.

Ces textes ont cristallisé des mythes qui se répandaient par le truchement des aèdes dans les populations des royaumes mycéniens et de la Grèce archaïque il y a 2500 ans. Ils nous semblent étranges, parfois monstrueux. Ils sont peuplés de créatures hideuses, de magiciennes belles comme la mort, d'armées en déroute, d'amis intransigeants, d'épouses sacrificielles et de guerriers furieux. Les tempêtes se lèvent, les murailles s'écroulent, les dieux font l'amour, les reines sanglotent, les soldats sèchent leurs larmes sur des tuniques en sang, les hommes s'étripent et une scène tendre interrompt le massacre pour nous rappeler que les caresses arrêtent la vengeance.

Préparons nous : nous passerons des fleuves et des champs de bataille, nous serons jetés dans la mêlée, conviés à l'assemblée des dieux, nous essuierons des tempêtes et des averses de lumière, nous serons nimbés de brumes, pénétrerons dans des alcôves, visiterons des îles, prendrons pied sur des récifs. Parfois, des hommes mordront la poussière, à mort. D'autres seront sauvés. Toujours les dieux veilleront. Et toujours le soleil ruissellera et révèlera la beauté mêlée à la tragédie. Des hommes se démèneront pour mener leurs entreprises mais derrière chacun d'eux, un dieu veillera et jouera son jeu. L'Homme sera-t-il libre de ses choix ou devra-t-il obéir à son destin ? Est-il un pauvre pion ou une créature souveraine ?

Les poèmes auront pour décor des îles, des caps et des royaumes dont un géographe, Victor Bérard, effectua dans les années 1920 une très précise localisation. La Mare Nostrum est ce haut lieu d'où a jailli l'une des sources de notre Europe, qui est la fille d'Athènes autant que de Jérusalem.

Mais une question nous taraude. D'où viennent exactement ces chants, surgis des profondeurs, explosant dans l'éternité ? Et pourquoi conservent-ils à nos oreilles cette incomparable familiarité ? Comment expliquer qu'un récit de 2500 ans d'âge, résonne à nos oreilles avec un lustre neuf, un pétillement aussi frais que le ressac d'une calanque ? Pourquoi ces vers paraissent-ils avoir été écrits pas plus tard qu'aujourd'hui, par un très vieux poète à la jeunesse immortelle, pour nous apprendre de quoi seront fait nos lendemains ? En termes moins lyriques (Homère est le seul maître en la matière) d'où provient la fraîcheur de ce texte ? Pourquoi ces dieux et ces héros semblent malgré la terreur qu'ils inspirent et le mystère qui les nimbe, des êtres si amicaux ? "

16/05/2018

Jean Mabire, le grand éveilleur...

Les éditions Pardès viennent de publier dans leur collection Qui suis-je ? un Mabire, signé par Patrice Mongondry. Originaire du Maine, Patrice Mongondry est membre de l'association des Amis de Jean Mabire.

 

Mabire_Mongondry.jpg

" «J'estime davantage les libres penseurs que les conformistes, les aventuriers que les pantouflards, les anarchistes que les dévots, les instinctifs que les intellectuels, les enracinés que les cosmopolites, les enthousiastes que les sceptiques, les écrivains populaires que les auteurs hermétiques, mais j'aime autant les romantiques que les classiques et les révolutionnaires que les conservateurs.»

Né à Paris en 1927, écrivain de la guerre et de la mer, journaliste, illustrateur, Jean Mabire se voudra normand et européen tout à la fois. Cette foi normande et cette ambition d'une Europe impériale guideront sa vie entière. Fondateur de la revue Viking en 1949, il créera, en 1954, l'atelier d'art graphique Les Imagiers normands et deviendra, deux ans plus tard, journaliste à La Presse de la Manche. En 1969, il sera, avec d'autres, à l'initiative du Mouvement de la jeunesse de Normandie. Officier de chasseurs alpins durant la guerre d'Algérie, il en reviendra marqué à jamais, la croix de la Valeur militaire en poche. Monté à Paris en 1963, il occupera divers postes au sein de la presse dite «de droite» (Europe-Action, Valeurs actuelles, Minute, etc.). Il participe à la fondation du Groupement de recherche et d études pour la civilisation européenne. À partir de 1973, il se consacre entièrement à l'écriture. Ce travailleur infatigable, disparu en 2006, laisse plus d'une centaine d'ouvrages: des essais (Thulé : le soleil retrouvé des Hyperboréens; Les Dieux maudits), des romans (Les Paras perdus, prix de la ville de Caen; La Mâove, prix des libraires de Normandie), la série des 9 volumes Que lire?. Ce «Qui suis-je?» Mabire lève le voile sur un séducteur malicieux et optimiste jovial, qui aura su garder une âme d'enfant tant il fut rêveur et romantique de ces âmes qui permettent toutes les utopies. "

 

23/04/2018

Sparte, la cité des arts, des armes et des lois...

Les éditions Perrin viennent de publier un essai historique de Nicolas Richer intitulé Sparte - Cité des arts, des armes et des lois. Professeur à l'Ecole normale supérieure de Lyon et spécialiste de l'histoire grecque des époques archaïque et classique, Nicolas Richer est déjà l'auteur de La religion des Spartiates (Les Belles Lettres, 2012).

 

Richer_Sparte.jpg

" « Sparte brille comme un éclair dans des ténèbres immenses ». Ainsi Robespierre caractérisa-t-il la cité des Spartiates en 1794. Une telle formule manifestait un grand enthousiasme à l'égard d'une cité dont la législation, prêtée à Lycurgue, était censée pouvoir rendre les hommes égaux. Mais des hommes qui ont vécu il y a plus de deux millénaires peuvent difficilement être assimilés à ceux qui disent s'inspirer d'eux. C'est donc en pratiquant l'examen d'événements anciens que l'on peut, selon le conseil de Plutarque, s'essayer à "obliger la fable, épurée par la raison, à se soumettre à elle et à prendre l'aspect de l'histoire".
Car Sparte doit bien d'abord être considérée comme une cité grecque de Grecs en Grèce. En d'autres termes, la culture des hommes de Sparte dans l'Antiquité était très semblable à celle des autres Grecs, bien que leurs organisations et leurs priorités différaient. Seront ainsi présentés les traits majeurs de l'évolution de la cité, du VIIIe au IVe siècle av. J.-C., non seulement d'un point de vue politique mais aussi artistique ou social. La richesse de la documentation portant sur les usages éducatifs, politiques, religieux et militaires permet ainsi d'examiner le fonctionnement d'une collectivité fascinante et originale, dont l'un des traits originaux consiste dans l'importance qu'elle accorde à la guerre. "

30/03/2018

Thésée et l'imaginaire athénien...

Les éditions La découverte viennent de rééditer un essai de Claude Calame intitulé Thésée et l'imaginaire athénien - Légende et culte en Grèce antique. Professeur de langue et littérature grecques et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales à Paris, Claude Calame est notamment l'auteur de Mythe et histoire dans l’Antiquité grecque (Payot, 1996).

 

Calame_Thésée et l'imaginaire athénien.jpg

" Le mythe, le rite, constituent deux objets privilégiés de l’anthropologie culturelle et sociale, deux concepts dont l’origine est censée remonter aux Anciens. Si, de fait, il n’en est rien, en revanche les Grecs se sont montrés de véritables maîtres dans la création et la manipulation, d’une part, des récits héroïques que nous, modernes, identifions comme des mythes, d’autre part des pratiques cultuelles que nous dénommons rites. Mais, en régime polythéiste, ce qui importe ce sont les rapports pratiques entre ces productions d’un même processus symbolique ; il est animé par de grands poètes et des cités puissantes, et ses manifestations, dans leurs dimensions historique et politique, constituent un domaine d’enquête foisonnant.
Dès la fin du VIe siècle avant notre ère, à l’aube de l’âge supposé être celui de la démocratie et de la raison, ne voit-on pas les Athéniens s’approprier la figure du jeune Thésée pour en faire, sous les apparences du néo-initié, le modèle du futur citoyen ? Assorti d’autres « travaux », le célèbre épisode du combat du jeune héros contre le Minotaure est dès lors recentré sur Athènes. Présentées comme des gestes premiers, civilisateurs, les actions du jeune héros permettent non seulement de reformuler le sens des rituels offerts aux divinités tutélaires de la cité, mais elles légitiment aussi une politique d’expansion économique et maritime, soutenue par un désir de domination culturelle. Se dessine ainsi un nouvel espace fait de réalité historique et façonné par l’imaginaire, marqué par des actions héroïques fondatrices et habité par des gestes rituels qui entretiennent les relations avec les dieux.
À partir de textes et d’images, la saga de Thésée nous offre un terrain privilégié d’enquête à la fois sémio-narrative et anthropologique pour explorer un florissant travail de production symbolique, à visée pratique. "