Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/02/2018

Être postmoderne ?...

Les éditions du Cerf viennent de publier un essai de Michel Maffesoli intitulé Être postmoderne, avec une postface d'Hélène Strohl. Sociologue, ancien élève de Julien Freund et de Gilbert Durand, et penseur de la post-modernité, Michel Maffesoli est l'auteur de nombreux ouvrages marquants comme La violence totalitaire (1979), L'ombre de Dionysos (1982), Le temps des tribus (1988) ou La part du diable (2002). Il a récemment publié, avec Hélène Strohl, Les nouveaux bien-pensants (Editions du Moment, 2014). S'il est parfois irritant, Michel Maffesoli reste un auteur dont on ne peut nier la pertinence des intuitions et des anticipations...

 

Maffesoli_Etre postmoderne.jpg

" La postmodernité n’est pas un « concept » à la mode, c’est une manière de nommer le monde tel qu’il est, de comprendre les sociétés contemporaines plutôt que de les juger ou de dénier le changement. Pour appréhender l’actuel et le quotidien, Michel Maffesoli convoque les images, analyse les ambiances, et pénètre le climat de son époque. L’inventeur des notions de « tribalisme » et de « nomadisme » revient sur ces figures évocatrices de notre nouvelle manière d’être au monde : l’oxymore ou le fait d’être ceci et cela, le retour de l’enfant éternel (juvenoïa), la métapolitique et l’émergence de diverses formes de religiosité. Autant la modernité (xviie-xxe siècle) a été paranoïaque, autant la postmodernité est « épinoïaque » : non plus un homme éduqué pour être maître et dominateur, mais une co-initiation des hommes faisant partie intégrante de la nature.
Une postface d’Hélène Strohl (Inspectrice générale honoraire des Affaires Sociales, IGAS) applique ces diverses caractéristiques sociétales à un homme politique contemporain, Emmanuel Macron, en se demandant si les habits postmodernes, grâce auxquels il a prétendu incarner l’imaginaire contemporain, en font une icône ou un fake. "

31/10/2013

Bon anniversaire, Eléments !...

Le nouveau numéro de la revue Eléments (n°149, octobre - décembre 2013) est disponible en kiosque.

Dans ce numéro, Pascal Esseyric et Patrick Péhèle nous livre  un dossier consacré aux 40 ans de la revue avec une sélection de textes marquants publiés au fil des années, ainsi que des articles consacrés à Jean-Claude Michéa, à Gilbert Durand, à Pierre Boutang, à Nicholas Georgescu-Roegen ou à Dieudonné, mais aussi au modèle suisse, au racisme et à l'extrême gauche. Et on trouvera également la chronique de Xavier Eman, «Une fin du monde sans importance», et l'éditorial de Robert de Herte intitulé « Quarante ans ».  

Vous pouvez commander ce numéro ou vous abonner sur le site de la revue : http://www.revue-elements.com....

 

 

Eléments 149.jpg

Au sommaire de ce numéro :

 

Éditorial

« Quarante ans» par Robert de Herte

Forum, vous nous écrivez ...

Cartouches

L'actualité des idées, des sciences, du cinéma, des arts et des lettres

René Guénon, à front renversé par Michel Marmin

Cartouches: économie, religions, philosophie ...

Un bagnard en Sibérie par Olivier François

Guerre et paix par Alain de Benoist

La chronique cinéma de Ludovic Maubreuil

Justine Niogret, par Pierric Guittaut

Portrait littéraire: Camille Lemonier par Frédéric Guchemand

Une fin du monde sans importance par Xavier Eman

Sciences par Bastien O'Danieli

 

Le combat des idées

Dieudonné, un héros de l'art contemporain? Par François-Laurent Balssa

Pour en finir avec «le racisme» par Alain de Benoist

La face cachée du modèle suisse par Eric Werner

Armée de conscription: la Suisse à l'épreuve par David L'Epée

« L'extrême gauche est dans l'impasse » par Charles Robin

Le crime de Jean-Claude Michéa par Alain de Benoist

Le réalisme magique de Jacques Sommer par Alfred Eibel

« Gilbert Durand, mon maître» par Michel Maffesoli

Vienne vaut bien une séance par Laurent Schang

Nicholas Georgescu-Roegen par François Bousquet

Pierre Boutang, intellectuel corsaire par Olivier François et Michel Marmin

Pierric Guittaut, l'appel aux esprits des lieux par Thierry Marignac

 

Dossier

40e anniversaire: les trésors d’Éléments

La religion de l'Europe par Alain de Benoist

Pour en finir avec la civilisation occidentale

Paysages et sens du lieu par Luisa Bonesio

La crise! Quelle crise?

L'économie totalitaire: l'exemple de l'immigration

Ils l'ont dit dans Éléments

16/09/2010

La sortie du XXème siècle...

Les éditions du CNRS viennent de rééditer en un volume, intitulé La sortie du XXème siècle et préfacé par Michel Maffesoli, plusieurs ouvrages de Gilbert Durand, anthropologue et spécialiste de l'imaginaire et des mythes, qui s'est fait connaître dans les années 60 avec un livre à contre-courant, Les structures anthropologiques de l'imaginaire. Pour Gilbert Durand, comme l'indiquait Gilbert Destrée dans un article de la revue Eléments (n°88, avril 1997), "toutes les sociétés - y compris la nôtre - s'articulent autour d'ensembles imaginaires immuables qui constituent la colonne vertébrale de l'Homo sapiens. Une pensée "polythéiste" intéressante à découvrir !

Gilbert Durand.jpg

 

"Publié en 1960, le livre majeur de Gilbert Durand, Les Structures anthropologiques de l’Imaginaire, traduit en de nombreuses langues, s’est imposé comme un manifeste de l’imaginaire réhabilité. Dans la foulée, les divers livres rassemblés ici, précisent, de son « Introduction à la mythodologie » aux pages sur Joseph de Maistre quelles sont tout à la fois la méthode et la fonction des mythes.

Loin de considérer l’imagination comme « la folle du Logis », induisant en erreur, Gilbert Durand montre qu’elle est une dimension constitutive de l’humanité. Véritable terreau à partir duquel peut croître le vivre-ensemble.

De ce fait ce livre sera des plus utiles à tous les esprits curieux qui, au-delà des idées convenues, veulent comprendre l’étonnant retour, dans la littérature, les films, la musique, le théâtre, la chorégraphie de ce « luxe nocturne de la fantaisie ». Fidèle à sa méthode, voir loin en arrière (archétypes) pour voir loin en avant, il donne des clefs pour lire, après la saturation du rationalisme moderne, la socialité en gestation."