Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/07/2018

Que sera la guerre au XXIe siècle ?...

Le nouveau numéro de la revue Conflits (n°18, juillet-août-septembre 2018), dirigée par Pascal Gauchon, vient de sortir en kiosque. Le dossier central est consacré à la guerre au XXIe siècle.

Conflts 18.jpg

Au sommaire de ce numéro :

ÉCHOS

ÉDITORIAL

Le brouillard de la guerre, par Pascal Gauchon

ACTUALITÉ

ENTRETIEN

Colonel Michel Goya. Les guerres de demain

PORTRAIT

Mohammed ben Salmane, par Meriadec Raffray

ENJEUX

L'Autriche, centre de l'Union européenne, par Jean-Marc Holz

ENJEUX

Kaliningrad, la nouvelle confrontation russo-occidentale, par Jordi Lafon

ENJEUX

L'Angola, 3e puissance d'Afrique, par Tigrane Yégavian

ENJEUX

Rêves d'Empire, par Sylvain Gouguenheim

IDÉES REÇUES

L'après-pétrole ? Pas maintenant, par Jean-Marc Huissoud

IDÉES

Les États mènent-ils la politique de leur âge ?, par Florian Louis

GRANDE STRATÉGIE

De la Byzantina Roma à l'Ottomania Roma, par Gilles Texier

GRANDE BATAILLE

Vienne (12 septembre 1683). Le commencement de la fin, par Pierre Royer

ENTRETIEN

Gérard Chaliand. Comment gagner les guerres aujourd'hui ?

GÉOPOLITIQUE ET ENTREPRISE

La guerre économique, un enjeu politique, par David Simmonet

GÉOPOLITIQUE ET ENTREPRISE

Entretien avec le général Desportes. Les atouts du monde militaire pour l'entreprise

GÉOPOLITIQUE ET ENTREPRISE

Entretien avec Rony Brauman. Guerre, droit humanitaire et aide internationale

L'HISTOIRE MOT À MOT

"Faites l'amour, pas la guerre", par Pierre Royer

LA LANGUE DES MÉDIAS

Yémen : un silence venu d'en haut ?, par Ingrid Riocreux

BOULE DE CRISTAL DE MARC DE CAFÉ

Soudan du Sud : indépendance, un triste mot ?, par Jean-Baptiste Noé

BIBLIOTHÈQUE GÉOPOLITIQUE

La lame de fond chinoise, par Gérard Chaliand

CHRONIQUES

LIVRES/REVUES/INTERNET /CINÉMA

GÉOPO-TOURISME

Sao Paulo et Rio : deux symboles du Brésil, par Thierry Buron

 

DOSSIER : Que sera la guerre au XXIe siècle ?

Leçons des guerres d'aujourd'hui pour les guerres de demain, par le général Vincent Desportes

Retours d'expérience :

Les Malouines, par Pierre Royer

Afghanistan, par le colonel Michel de Mesnay

Bosnie, par le colonel Michel Goya

Proche-Orient, par le colonel Michel Goya

Syrie, par Frédéric Pichon

Dynamique des guerres de demain, par Bernard Wicht

Territoires et visages de la guerre au début du XXIe siècle, par Christophe Chabert

La guerre sur mer : changement de décor à vue, par Martin Motte

Le nouvel âge des cyberconflits, par Olivier Kempf

Guerre de l'information et opérations militaires, par Hervé Kirsch

Stratégies militaires : la fin de l'hémiplégie occidentale ? , par Olivier Zajec

 

06/03/2017

Le pouvoir des villes...

Conflits HS5.jpg

La revue Conflits, dirigée par Pascal Gauchon, vient de sortir en kiosque un cinquième numéro hors-série passionnant consacré au rôle géopolitique des villes.

Vous pourrez y découvrir, notamment, outre un entretien avec Gérard-François Dumont ("Géopolitique des métropoles"), des articles de Pascal Gauchon ("La plus importante question géopolitique" ; "La tentation de la sécession"), de Julien Damon ("L'urbanisation du monde" ; "Les métropoles vont-elles gouverner le monde ?"), de Pierre Royer ("L'archipel des villes globales" ; "« On n'est pas d'un pays, mais on est d'une ville»"), de Florian Louis ("Les penseurs de la géographie urbaine" ; "Le nouvel âge des cités-États"), de Jean-Philippe Antoni ("La logique pavillonnaire" ; "En défense de la ville"), de Jean-Baptiste Noé ("Ville et agriculture. Complémentarité ou contradiction ?" ; "L'uniformisation architecturale des métropoles"), d'Alexandre Moustafa ("L'aéroport. Un microcosme de la mondialisation"),  de Bruno Tallent et Erik Bertin ("Cité, identité, stratégie"), de Grégoire Dupont-Tingaud ("Comment attirer ?"), de Thibaut Renard ("La guerre des tours"), du général Vincent Desportes ("La guerre, le soldat et la ville"), de Tancrède Josseran ("Bombe, béton et population. Le terrorisme en ville"), de Xavier Raufer ("Métropoles, crime et «politique de la ville»"), de Bernard Quirin ("La ville utopique, cité idéale ?"), de Serge Le Diraison ("Quand le pouvoir se donne à voir"), de Sylvie Brunel ("La ville africaine, menace pour le monde ou opportunité ?"), de Hervé Juvin ("Peurs sur la ville") ou de Frédéric Laupiès ("Supériorité de la ville : ce que disent les mots").

07/02/2016

Tour d'horizon... (103)

observateur russe.jpg

Au sommaire cette semaine :

- sur la Voie de l'épée, Michel Goya s'intéresse à la formation des maîtres de la tactique...

Comment devenir un Mentat

Mentat Thufir Hawat.jpg

 

- sur Figaro Vox, Véronique Nguyen analyse les conséquences sur l'économie européenne de la globalisation du libre-échange...

Bruxelles : pourquoi l'Europe ne fabrique plus de téléviseurs

Pathé Marconi.jpg

 

- sur le site de Comes Communication, le général Vincent Desportes, dans un entretien donné à Bruno Racouchot, rappelle la nécessité pour les armées de développer une stratégie d'influence pour retrouver toute leur place dans la cité...

Nos armées au défi de l'influence

Vincent Desportes.jpg

- le site de l'Obs publie un texte important de Scott Altran qui analyse les ressorts du pouvoir de séduction de l’État islamique...

L'Etat islamique est une révolution

général vincent desportes,michel goya,bruno racouchot,véronique nguyen,mentat,influence,tactique,désindustrialisation

18/06/2015

L'éternel retour de la guerre...

NRH HS 10.jpg

Le dixième numéro hors-série de La Nouvelle Revue d'Histoire est en kiosque. Il est consacré à la guerre et à ses métamorphoses.

Au sommaire de ce numéro :

Éditorial : Vers l'explosion de la poudrière mondiale ?
Par Philippe Conrad

L'histoire des guerres, l'histoire du monde
Entretien avec le général Vincent Desportes, propos recueillis par Grégoire Gambier

La préhistoire de la guerre
Par Philippe Conrad

La guerre dans les anciennes sociétés indo-européennes
Par Henri Levavasseur

La chevalerie ou le modèle médiéval de la guerre
Par Bernard Fontaine

Les ordres militaires médiévaux
Par Bernard Fontaine

La Révolution militaire à l'époque moderne
Par Jean-Pierre Bois

La petite guerre, auxiliaire de la "grande"
Par Sandrine Picaud-Monnerat
La "guerre de course" des Bretons
Par Yves de Tréséguidy

De la guerre des rois à la guerre des peuples
Par le général Maurice Faivre

Guerre industrielle, guerre totale
Par Philippe Conrad

La Grande Guerre des écrivains
Par Philippe Colombani

La permanence de la guerre économique
Par Pascal Gauchon

La guerre révolutionnaire,"le pouvoir au bout des fusils"
Par Yves Nantillé

L'école française de la contre-insurrection
Par Mériadec Raffray

La guerre n'est plus un tabou
Entretien avec le colonel Michel Goya, propos recueillis par Philippe Conrad

Comment le cinéma voit la guerre
Par Philippe d'Hugues

29/06/2014

L'avenir de la guerre...

Vous pouvez découvrir ci-dessous une conférence donnée le 2 juin 2014 par le général Vincent Desportes devant le Cercle Aristote, sur le thème « L'avenir de la guerre ».Sanctionné en 2010 pour une prise de position hostile à l'engagement français en Afghanistan, le général Desportes est l'auteur de plusieurs ouvrages de réflexion sur la guerre et la stratégie, tels que Comprendre la stratégie (Economica, 2001), Décider dans l'incertitude (Economica, 2004), La guerre probable (Economica, 2008) et dernièrement Le piège américain (Economica,2011).

 


Le général Desportes sur l'avenir de la Guerre par webtele-libre

29/04/2014

La guerre au nom de l'humanité ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue d'Alain de Benoist, cueilli sur Boulevard Voltaire et consacré aux guerres "humanitaires" d'aujourd'hui... 

 

alain de benoist,turbocapitalisme,hollande,taubira,révolution

 

 

Les guerres idéologiques modernes ont pris le relais des anciennes guerres de religion…

Autrefois, des princes cyniques se faisaient la guerre afin d’agrandir leurs territoires respectifs. Aujourd’hui, les conflits semblent avoir changé de nature…

Ils ont changé de nature parce que le regard sur la guerre a changé. Elle était considérée autrefois comme un événement désagréable, mais dont aucune société ne pouvait faire l’économie. Peu à peu, l’idée s’est fait jour, cependant, que l’on pouvait en finir avec la guerre. Cela a abouti en 1928 au pacte Briand-Kellogg, signé par 63 pays qui déclarèrent solennellement qu’ils condamnaient le recours à la guerre pour le règlement des différends internationaux et y renonçaient en tant qu’instrument de politique nationale. Cela n’a évidemment pas empêché la Deuxième Guerre mondiale d’éclater ! À partir de 1945, la guerre d’agression ayant de nouveau été mise hors la loi, on s’est empressé de trouver des moyens de tourner cette interdiction. L’une des astuces à laquelle on a eu recours a été la notion de « légitime défense préventive », dont les États-Unis et Israël se sont faits les théoriciens. Mais la trouvaille majeure a été de décréter qu’il était licite de faire la guerre lorsque les motifs étaient d’ordre éminemment moral : rétablir la démocratie, sauver les populations civiles, éliminer une dictature. Le recours à la force contre des États souverains a donc été justifié par des considérations d’ordre interne. La charte de l’ONU, élaborée au départ en vue du maintien de la paix, a parallèlement été réinterprétée comme devant assurer le primat du « droit international humanitaire », fût-ce par le moyen de conflits armés. Ainsi sont nées les « guerres humanitaires » inspirées par l’idéologie des droits de l’homme.

Grande est l’impression que, désormais, non content de battre l’ennemi, il faut l’annihiler, le criminaliser, voire le convertir… N’assistons-nous pas à des parodies de croisade, les droits de l’homme ayant remplacé les Évangiles ?

Dès que l’on se situe sur le terrain de la morale, une telle évolution est inévitable. Les guerres de religion sont par définition les plus meurtrières, parce que l’ennemi n’y est plus perçu comme un adversaire du moment, qui pourrait éventuellement devenir un allié si les circonstances changeaient, mais comme une figure du Mal. C’est pour en finir avec les guerres de religion qu’au lendemain des traités de Westphalie (1648) un nouveau droit de la guerre (jus ad bellum), lié à l’avènement de ce qu’on a appelé le jus publicum europaeum, a vu le jour. Son but explicite était d’humaniser la guerre, de la « mettre en forme », selon l’expression de Vattel. C’était une guerre à justus hostis : on admettait que celui-là même que l’on combattait pouvait avoir ses raisons. Il était l’ennemi, mais il n’était pas le Mal. La victoire s’accompagnait d’un traité de paix, et nul ne cherchait à perpétuer, au lendemain des combats, une hostilité qui n’avait plus lieu d’être.

Les guerres idéologiques modernes ont pris le relais des anciennes guerres de religion, avec lesquelles elles ont une évidente parenté : il y est toujours question du Bien et du Mal. Ces guerres modernes ressuscitent le modèle médiéval de la guerre à justa causa, de la « guerre juste », c’est-à-dire de la guerre qui tire sa légitimité de ce qu’elle défend une « juste cause ». L’ennemi est, dès lors, nécessairement tenu pour un criminel, un délinquant, qu’il ne faut pas seulement vaincre, mais dont on doit aussi éradiquer tout ce qu’il représente. Les guerres « humanitaires » d’aujourd’hui sont des guerres au nom de l’humanité : qui se bat au nom de l’humanité tend nécessairement à regarder ceux qu’il combat comme hors humanité. Contre un tel ennemi, tous les moyens deviennent bons, à commencer par les bombardements de masse. Dès lors s’effacent toutes les distinctions traditionnelles : entre les combattants et les civils, le front et l’arrière, la police et l’armée (les guerres deviennent des « opérations de police internationale ») et finalement la guerre et la paix, puisque avec la « rééducation » des populations conquises, la guerre se prolonge en temps de paix. Quant au soldat, comme l’écrit Robert Redeker, l’auteur du Soldat impossible, il est « remplacé par un mixte de policier, de gendarme, d’intervenant humanitaire, d’assistance sociale, d’infirmier et de pédagogue », chargé de « convertir, en punissant les récalcitrants, tous les États aux droits de l’homme et à la démocratie ». Ce n’est plus qu’une apparence de soldat.

D’un autre côté, on ne cesse de nous vanter des « guerres propres » avec « zéro mort ». N’y aurait-il pas contradiction ?

Dans le meilleur des cas, le « zéro mort » n’est jamais envisagé que pour « les nôtres » ! Les pertes ennemies ne sont pas prises en compte. L’idée est née de l’évolution des techniques de guerre. On est passé du corps à corps à la flèche, puis au carreau d’arbalète, à la balle, au boulet de canon, à l’obus, à la bombe aérienne. En clair : la distance entre celui qui tue et celui qui est tué n’a jamais cessé de croître. L’avion qui lâche ses bombes incendiaires sur des populations civiles ne prend guère de risques si l’ennemi ne possède ni batteries anti-aériennes ni missiles sol-air. On atteint aujourd’hui un sommet avec les drones qui tuent des gens par centaines en Afghanistan, mais sont manœuvrés des États-Unis par des fonctionnaires qui appuient sur des boutons comme s’ils jouaient à un jeu vidéo.

Cela dit, le recours à des outillages technologiques de plus en plus sophistiqués n’est pas gage de victoire : gagner une bataille n’est pas gagner la guerre. On l’a bien vu en Irak et en Afghanistan : c’est après le succès initial que les problèmes commencent. « À la guerre, chaque adversaire fait la loi de l’Autre », rappelait Clausewitz. En France, où l’armée de terre ne représente plus que 119.000 hommes, on n’a cessé de diminuer les effectifs et de rogner sur le budget de la Défense (aujourd’hui 1,5 % du PIB), avec comme résultat que l’armée française n’a plus les moyens d’intervenir sur plus d’un front. Ce que rappelait récemment le général Vincent Desportes, ancien directeur de l’École de guerre : « Des forces réduites de haute sophistication sont de plus en plus aptes à remporter les batailles et de moins en moins capables de gagner les guerres, adaptées surtout aux conflits que nous ne voulons pas mener. »

Alain de Benoist, propos recueillis par Nicolas Gauthier (Boulevard Voltaire, 24 avril 2014)