Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2018

Quand le féminisme américain donne le la...

Vous pouvez découvrir ci-dessous une chronique d'Éric Zemmour sur RTL, datée du 16 janvier 2018 et consacrée aux délires du féminisme communautariste d'origine américaine...

 

                                  

14/01/2018

Les snipers de la semaine... (156)

Femme_menace.jpg

 

Au sommaire cette semaine :

- sur Vu du droit, Florence Rault dézingue le féminisme androphobe...

Le féminisme guerrier ou le triomphe de la pensée magique

Femme_pensée magique.jpg

 

- sur Metamag, Bernard Plouvier allume Emmanuel Macron déguisé en pourfendeur des fake news...

Super-Macron et les fausses nouvelles

Super-Macron.jpg

 

Feu sur la désinformation... (169)

Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours d'Hervé Grandchamp.

Au sommaire :

  • 1 : Complotisme, a-t-on le droit de douter ?
    « 79% des français croient à au moins une théorie complotiste ». Après les « fake news », les théories du complot se retrouvent sous la lumière ! « C’est le côté obscur de la France ». Le complot, un mot fourre-tout englobant le grand remplacement, mais aussi la théorie de la terre plate.
  • 2 : Le Zapping d’I-Média
    Le « migrant mineur isolé » a 55 ans ! Témoignage sur RMC de Rémy, famille d’accueil pour migrants isolés. En 1 an Rémy a accueilli une dizaine de migrants, pas un seul n’était mineur. Mieux Rémy a eu affaire à un malien d’environ 55 ans. Sur les papiers le malien déclarait avoir 16 ans !

  • 3 : CSA : La chasse aux Blancs est ouverte
    Jeudi 04 janvier le Conseil supérieur de l’audiovisuel publie son baromètre sur la question de la « diversité ». « La télévision représente toujours mal les non blancs ». Scandale dans les médias les blancs sont « encore largement majoritaires ». Le CSA ouvre une chasse à l’homme blanc sous prétexte de « diversité » et institue une politique ouvertement raciste.
  • 4 : Les tweets de la semaine
    Marche en avant de la censure grâce aux entreprises privées : Sur Facebook, le clip de la marche pour la vie est signalé comme « possiblement malveillant », En Angleterre l’entreprise Virgin a décidé de ne plus distribuer « Le Daily Mail » dans ses trains car le journal est jugé comme pas assez favorable à l’immigration.
  • 5 : Dictature féministe, une seule ligne possible !
    Stop à la haine contre les hommes !!! Un collectif de 100 femmes revendique la liberté d’être importunée, « draguer c’est la liberté d’exprimer son désir sexuel ». Émoi chez les journalistes, des femmes ont osés exprimer un avis différent de la doxa féministe. Leur avis est dangereux c’est une gifle pour les femmes. Pour les médias il temps de les faire taire.

 

                                           

31/12/2017

De Benoist, Levy, Cluzel et Riocreux explorent le féminisme...

Dans ce nouveau numéro de l'émission de TV Libertés, « Les idées à l’endroit », Alain de Benoist reçoit Elisabeth Lévy, journaliste et directeur de Causeur, Gabrielle Cluzel, journaliste, et Ingrid Riocreux, agrégé de français et auteur de La langue des médias (Toucan, 2016), pour évoquer la question du féminisme.

 

                             

29/12/2017

Femmes plus petites que les hommes : un complot phallocrato-carniste ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Philippe Lemoine, cueilli sur Figaro Vox et consacré à la polémique autour des origines du dimorphisme sexuel dans les sociétés humaines lancée par une anthropologue féministe du CNRS. Philippe Lemoine est chercheur en logique et en épistémologie.

Sur le même sujet, on pourra également lire les articles de Peggy Sastre sur Slate :

Si les femmes sont plus petites que les hommes, ce n'est pas à cause du steak

Pourquoi autant de médias ont relayé la thèse du «patriarcat du steak»

 

Kalidor.jpg

Conan, phallocrate carniste des Ages sombres, surpris dans son antre

par l'anthropologue féministe Priscille Touraille...

 

Femmes plus petites que les hommes : un complot phallocrato-carniste ?

C'est un fait que, aussi bien sur le plan physiologique que psychologique, les hommes et les femmes sont différents. Les différences physiologiques sautent tellement aux yeux qu'il ne vient à personne l'idée de les nier. Non seulement les hommes et les femmes ont des organes sexuels différents, mais les hommes sont en moyenne plus grands que les femmes, ont une masse musculaire bien plus importante même en tenant compte du fait qu'ils sont plus grands, etc. L'ensemble de ces différences physiologiques entre hommes et femmes constitue ce qu'on appelle le dimorphisme sexuel.

Il est plus commun de nier l'existence de différences psychologiques entre les sexes, mais celles-ci sont pourtant également bien établies, notamment sur le plan des traits de personnalité. Mais l'existence de différences psychologiques entre hommes et femmes ne nous dit rien sur leur origine. Elles pourraient être le produit de différences génétiques entre hommes et femmes, de facteurs culturels ayant pour conséquence que les garçons et les filles ne sont pas traités de la même façon, d'une combinaison des deux et/ou d'une interaction subtile entre facteurs naturels et culturels. Les féministes ont tendance à nier l'importance des facteurs naturels et à affirmer que, dans la mesure où il existe des différences psychologiques entre hommes et femmes, elles sont le produit de l'ensemble de forces sociales qu'ils appellent le patriarcat. (Peu importe qu'il semble que, dans les pays où l'égalité entre les sexes est plus importante, les différences psychologiques entre les sexes sont également plus marquées.) Mais c'est beaucoup plus difficile dans le cas du dimorphisme sexuel, qui est généralement présumé être entièrement le fruit de forces naturelles.

C'est précisément cette idée qu'est venue remettre en cause Priscille Touraille, anthropologue au CNRS, dans un livre publié en 2008. Selon elle, si le fait que les hommes sont en moyenne plus grands que les femmes s'explique principalement par des différences génétiques entre les sexes, ces différences elles-mêmes sont le produit de facteurs culturels ayant influencé l'évolution de notre espèce. Touraille remarque d'abord que, pour des raisons médicales diverses, les risques de complication pendant la grossesse et l'accouchement sont moins importants chez les femmes plus grandes et leurs enfants ont de meilleures chances de survie.

D'après elle, les femmes ayant des gènes codant pour une plus grande taille auraient par conséquent dû avoir un succès reproductif plus important et donc transmettre leurs gènes plus souvent, ce qui aurait dû rendre les femmes aussi grandes, voire peut-être même plus, que les hommes. Or, comme nous l'avons vu, ce n'est pas le cas: les hommes sont plus grands que les femmes, bien qu'à des degrés divers, dans toutes les sociétés humaines.

Pour expliquer ce qu'elle voit comme un paradoxe, Touraille affirme que, dans la plupart des sociétés mais notamment dans les sociétés de chasseurs-cueilleurs (comme l'étaient nos ancêtres pendant la plus grande partie de l'évolution de notre espèce), les femmes avaient un accès restreint à la nourriture, notamment à la viande que les hommes se réservaient en priorité. Comme les besoins énergétiques d'un individu, peu importe son sexe, sont d'autant plus importants qu'il est grand, les femmes plus grandes avaient de ce fait moins de chance de survivre et de se reproduire.

Le sexisme des hommes préhistoriques aurait donc créé une pression sélective suffisante pour contrecarrer celle issue du fait que les femmes plus grandes ont moins de complications obstétriques et que leurs enfants survivent plus souvent. Autrement dit, si les hommes de Cro-Magnon avaient lu Judith Butler, les femmes ne seraient peut-être pas plus petites que les hommes aujourd'hui…

Cette théorie a récemment remporté un grand succès auprès des féministes et fait l'objet d'une couverture médiatique où l'on chercherait en vain le moindre esprit critique. En 2014, Arte a notamment diffusé un documentaire qui présentait cette théorie, qui avait fait l'objet d'une recension dansLe Monde et d'un article de la part de l'AFP. Elle a connu un regain de popularité ces dernières semaines, durant lesquelles elle a notamment été défendue sur RFI, France Inter et Libération. C'est aussi dû à la publication d'un livre de la journaliste Nora Bouazzani, dans lequel elle reprend cette thèse, qui a été recensé favorablement sur Slate,Télérama, etc. et a été présenté par l'auteur dans une vidéo sur le site de l'Obs. Même Françoise Héritier, anthropologue au CNRS (qui avait dirigé la thèse de Priscille Touraille), reprenait cette théorie sans la moindre réserve dans une interview au Monde peu avant son décès.

Dans tous les cas, pas le moindre doute n'est émis quant à la validité de cette théorie, qui est le plus souvent présentée comme un fait établi. Le moins que l'on puisse dire est que, pour des gens qui nous rebattent les oreilles à longueur de journées au sujet des méfaits supposés du patriarcat, les féministes ont plutôt bonne presse! C'est d'autant plus remarquable que la théorie de Touraille est très loin d'être un fait scientifique établi et que les raisons de douter de sa validité ne manquent pas. Je n'en évoquerai ici que quelques unes, sans prétendre clore le débat, qui de toute façon ne peut pas être réglé dans les pages du Figaro.

D'abord, la théorie de Touraille repose sur l'hypothèse que chez nos ancêtres les femmes étaient moins bien nourries que les hommes, mais les données dont nous disposons sont assez pauvres à ce sujet. Elle note que, dans beaucoup de sociétés de chasseurs-cueilleurs contemporaines, des chercheurs ont observé que les femmes étaient sujettes à des restrictions alimentaires dues à l'existence de tabous divers et variés, mais ces observations n'ont quasiment jamais donné lieu à des études quantitatives du type qui serait requis pour établir cette hypothèse indispensable à la théorie de Touraille.

D'autre part, s'il est bien établi que les femmes plus grandes ont moins de complications obstétriques, il ne s'ensuit pas qu'elles ont un succès reproductif plus important. Il est possible que cet avantage qu'ont les femmes grandes soient plus que compensé par des inconvénients qui résultent d'autre part de leur grande taille. En particulier, plus un individu est grand, plus ses besoins énergétiques sont importants. Or, dans la plupart des endroits et à la plupart des époques, les êtres humains ont été confronté à la disette, y compris chez les chasseurs-cueilleurs. Le fait que les femmes petites ont des besoins énergétiques moins importants a donc pu leur conférer un avantage.

On répondra que, pour la même raison, les hommes petits auraient également dû être avantagés et avoir un succès reproductif plus important. Mais c'est oublier que, contrairement aux hommes, les femmes étaient souvent enceintes ou avec des enfants en bas âge qu'elles devaient allaiter. (D'autant que les infortunées femmes de Cro-Magnon n'avaient pas accès à la pilule.) Or la grossesse et l'allaitement, qui chez l'être humain durent très longtemps, augmentent radicalement les besoins énergétiques de la femme. C'est d'ailleurs l'une des explications qui ont été proposées pour expliquer le dimorphisme sexuel chez les primates.

En effet, le dimorphisme sexuel n'existe pas que dans notre espèce, mais il est fréquent dans le règne animal. En particulier, chez les mammifères et plus encore chez les primates, les mâles sont généralement plus gros que les femelles. (C'est notamment vrai chez les chimpanzés, nos cousins les plus proches.) Il existe de nombreuses hypothèses pour expliquer ce phénomène, dont certaines pourraient également s'appliquer à l'homme.

En particulier, d'après l'hypothèse de la sélection sexuelle (qui remonte à Darwin), il y a une compétition entre les mâles pour l'accès aux femelles et, de ce fait, les plus gros sont favorisés par l'évolution car ils ont plus de chances de sortir vainqueurs de combats et/ou d'être choisis par les femelles pour se reproduire. Il y a de nombreuses raisons de penser que la sélection sexuelle explique en partie le dimorphisme sexuel dans notre espèce. D'ailleurs, la théorie de Touraille n'est pas incompatible avec l'hypothèse de la sélection sexuelle, ni avec beaucoup d'autres explications du dimorphisme qui ont été proposées.

Surtout, même si Touraille avait raison, ça ne nous dirait rien sur le sexisme aujourd'hui. On se doute que les hommes de Cro-Magnon se fichaient pas mal de l'égalité hommes-femmes, mais quand bien même leur sexisme aurait-il contribué au dimorphisme actuel (ce qui est douteux), ça ne prouverait pas l'existence du patriarcat aujourd'hui. La théorie de Touraille, même si elle n'est pas vraie, illustre la façon dont la sélection sexuelle peut interagir avec la culture, ce qui est important et souvent méconnu, mais elle n'aide guère les féministes d'aujourd'hui, sinon à leur donner la satisfaction un peu dérisoire, voire même franchement puérile, de penser que même la différence de taille entre hommes et femmes est un produit du sexisme.

Philippe Lemoine (Figaro Vox, 26 décembre 2017)

15/12/2017

La nouvelle guerre civile...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue d'Eric Werner, cueilli dans le n°106 d'Antipresse, lettre d'information de Slobodan Despot, dont la nouvelle formule sera disponible en début d'année 2018. L'auteur évoque une Europe en passe de devenir une terre de confrontation entre deux idéologies totalitaires, l'islamisme et le féminisme...

Auteur d'un essai essentiel, L'avant-guerre civile (L'Age d'Homme, 1998 puis Xénia, 2015), Eric Werner vient de publier dernièrement Un air de guerre (Xénia, 2017).

Féminisme-versus-islamisme.jpg

La nouvelle guerre civile

On assiste à l’heure actuelle au déferlement d’une marée féministe, mais en face il y a la marée islamiste. D’une certaine manière, le féminisme et l’islamisme sont les deux grandes idéologies de notre temps. Il en existe d’autres, assurément, mais leur importance est comparativement moindre.

Il y a une trentaine d’années, l’historien allemand Ernst Nolte avait écrit un ouvrage intitulé: La guerre civile européenne, 1917–1945: national-socialisme et bolchevisme[1]. On serait tenté aujourd’hui d’écrire: islamisme et féminisme, la nouvelle guerre civile européenne.

Islamistes et féministes mènent parfois des combats communs. L’ennemi de mon ennemi est mon ami. Voyez ainsi l’attitude de certaines féministes sur la question du voile intégral. La haine de l’ancien monde l’emporte ici sur certaines peurs: peurs, objectivement parlant, pourtant, bien fondées (il est permis au moins de le penser). La dénonciation du sexisme par les féministes est à géométrie variable. On l’a bien vu encore lors des émeutes sexuelles de Cologne en 2015.

Pour autant, ces deux idéologies n’en sont pas moins fondamentalement antagonistes.

Il n’est pas inutile à cet égard de revenir sur l’affaire Ramadan. Cette affaire est emblématique à plus d’un titre. Elle montre, en particulier, quelque chose d’important, à savoir que la seule force aujourd’hui capable d’équilibrer l’islamisme en Europe occidentale, autrement dit de le tenir en échec, est le féminisme. Ailleurs (en Russie, en Inde, au Moyen-Orient même, etc.), il en va peut-être autrement. Mais on ne parle pas de ce qui se passe ailleurs. On parle de ce qui se passe en Europe occidentale. S’il n’y avait pas aujourd’hui le féminisme, si le féminisme n’existait pas, l’islamisme, à coup sûr, aurait probablement aujourd’hui partie gagnée dans nos pays. Il y régnerait d’ores et déjà en maître. Car, à part le féminisme, qu’est-ce qui lui fait encore obstacle: les anciennes Églises chrétiennes désormais converties à l’islamophilie? Il est assez manifeste que non. L’État laïc et républicain? Le dernier roman de Houellebecq, Soumission, décrit bien la mécanique inexorable d’assujettissement progressif dudit État à l’islamisme. Mais il y a le féminisme.

Jusqu’ici, Ramadan volait de succès en succès. Toutes les portes lui étaient ouvertes (médias, universités, etc.). Il pouvait tout dire, tout se permettre. Ce grand islamologue, disait-on. Sauf que, pour une fois, il s’est cassé les dents. A force de fréquenter l’ancien monde, il s’était mis en tête que les choses iraient désormais très vite. L’ancien monde? Une pomme pourrie. Mais il avait oublié le féminisme. Là, pour une fois, Ramadan a trouvé à qui parler. Un adversaire à sa mesure, en quelque sorte.

On ne se fait pas trop de souci pour Ramadan lui-même. Tôt ou tard il rebondira. Il n’est même pas sûr qu’il passe par la case prison. Salafisée (ou qatarisée) comme elle l’est aujourd’hui, jamais la France officielle n’osera l’envoyer derrière les barreaux. Ou ce serait très surprenant. Mais ce qui vient de se passer n’en laissera pas moins des traces. Ce n’est pas impunément qu’on se heurte aujourd’hui au féminisme. C’est une idéologie puissante. L’islamisme aussi, bien sûr. Mais justement l’islamisme trouve ici sa limite.

En théorie, le féminisme se bat pour l’égalité entre les sexes. Il est bien connu depuis Tocqueville (De la Démocratie en Amérique) que lorsque des groupes, quels qu’ils soient, en viennent à se mobiliser pour l’égalité (sociale, raciale, etc.), l’égalité est d’ores et déjà une réalité. Les groupes en question sont toujours en retard en ce domaine: en retard sur l’évolution objective. Il subsiste, certes, aujourd’hui encore, certaines inégalités entre les sexes. Mais souvent au détriment des hommes. En Suisse, par exemple, les hommes sont astreints au service militaire, et non les femmes. C’est un lourd handicap pour les jeunes hommes, en particulier ceux poursuivant des études universitaires. En Suisse toujours, l’âge de la retraite est plus bas pour les femmes qu’il ne l’est pour les hommes, alors même que l’espérance de vie des premières est plus élevée que celle des seconds. En contre-partie, il est vrai, les salaires des femmes sont souvent moins élevés que ceux des hommes. Le principe, à travail égal salaire égal, n’est pas toujours respecté. Etc.

Laissons cela. Le véritable objet du combat féministe n’est pas l’égalité entre les sexes (même s’il en est souvent question). Il est, ce qui est différent, de changer la nature humaine. On veut créer un homme nouveau (au féminin comme au masculin). C’est ce que résume l’idéologie du genre. En ce sens, le féminisme rejoint le marxisme-léninisme. Car changer la nature humaine, c’est aussi ce que voulaient Marx, Lénine, Staline. Le genre s’enseigne aujourd’hui dans les écoles et les universités d’Europe occidentale comme, autrefois, le diamat [2] dans les universités de Russie et d’Europe orientale. C’est notre petit diamat à nous.

Le féminisme est aujourd’hui ce qui fait barrage à l’islamisme. On lui en saurait évidemment gré s’il n’était lui-même, comme on le constate de plus en plus, porteur de risques graves en termes d’atteintes à l’État de droit et aux libertés personnelles. L’hystérie qui caractérise les campagnes actuelles contre le «harcèlement», les surenchères qui l’accompagnent (pogroms à répétition, lois «attrape-tout», etc.), en témoignent assez. La charia d’un côté, l’idéologie du genre de l’autre. Se résignera-t-on indéfiniment à ne pouvoir combattre une espèce donnée de totalitarisme que par une autre ?

Eric Werner (Antipresse n°106, 10 décembre 2017)

 NOTES

  1. Trad. fr. Éditions des Syrtes, 2000 (rééd. Librairie Académique Perrin, 2011.)
  2. Diamat = matérialisme dialectique. Le mot désignait le corpus idéologique stalinien.