Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/07/2017

L’idée européenne comme volonté de puissance...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Gérard Dussouy, cueilli sur Metamag et consacré à l'urgence de relancer l'édification d'une véritable Europe-puissance... Professeur émérite à l'Université de Bordeaux, Gérard Dussouy est l'auteur d'un essai intitulé Contre l'Europe de Bruxelles - Fonder un Etat européen (Tatamis, 2013).

 

Volonté.jpg

L’européisme (l’idée européenne) comme volonté de puissance

Tout le monde connaît l’aphorisme de Nietzsche « l’Europe se fera au bord du tombeau » !

Hé bien, elle n’en est plus très loin, de ce bord ! De tous les points de vue, mais plus particulièrement de ceux de la démographie (la dimension qui conditionne toutes les autres) et de la culture. C’est, probablement, une affaire de trente à cinquante ans, compte tenu de la concomitance de la dénatalité européenne et de l’amplification continue de l’immigration (Cf. les dernières données de l’INED), pour que la civilisation européenne, engloutie ou ravagée, perde toute son authenticité !

Or, rien ne dit que les Européens ne vont pas y aller sans réagir, dans le tombeau de l’Histoire, les uns après les autres, faute d’une prise de conscience rapide, et faute de s’être unis, car il n’existe aucune réponse nationale possible, sauf pour les Tartarins du souverainisme, aux défis du monde du XXI° siècle. Sans une volonté de puissance de leur part, leur destin, commun et funeste, est scellé.

La revitalisation de l’idée européenne, qui a perdu tout son sens, dénaturée et dévaluée qu’elle a été, toutes ces dernières années, par l’idéologie libérale et mondialiste, est le dernier espoir. Après avoir permis l’instauration de la paix entre les Européens, l’européisme est désormais la condition de leur survie. Conçu sous la forme d’une volonté de puissance qui permet d’articuler prise de conscience et praxis.

Nous entendons ici, par volonté de puissance, deux choses

D’abord, la volonté d’être et de durer, de rester soi-même dans l’Histoire d’un monde devenu connexe et synchrone, en se donnant pour cela les moyens politiques adaptés, ceux de la puissance continentale.

Ensuite, et cela va de pair, la volonté de déclencher, à l’échelle du continent, un processus de convergence. Celui par lequel des forces ou des configurations de forces donnent sens à une action, à une politique, en permettant de créer une autre configuration que celle que l’on subit. Pour tout dire, en rendant possible une métamorphose, celle  de l’Europe, bien entendu.

C’est, autrement dit, la volonté de rassembler les forces vives du continent pour re-construire l’Europe sauvegarde (comme entité politique souveraine, protectrice de ses nations et de leur civilisation singulière) et pour réinventer l’Europe des esprits libres (ceux qui sont débarrassés de toute anxiété métaphysique ou moraliste) qu’elle a été.

Ceci implique la réfutation du nationalisme, parce qu’il est source de repli et de dispersion et par conséquent d’affaiblissement, et qu’il ne permet pas de lutter contre le mondialisme, qu’il soit libéral et affairiste, tel qu’on le connaît aujourd’hui, dominant et arrogant, ou qu’il procède du vieil internationalisme marxiste qui aspire à une « autre mondialisation », mais qui reste un melting pot idéalisé. Car dans ces deux cas les intérêts et les identités des peuples européens sont sacrifiés au nom d’une vision millénariste du monde qui les invite à disparaître. Et puis, ce n’est pas l’heure de rouvrir des querelles entre Européens. Ce que pourraient être tentés de faire des partis populistes-nationalistes parvenus au pouvoir, dont les programmes économiques démagogiques auraient aggravé les problèmes qu’ils prétendaient résoudre.

L’européisme est donc la volonté de penser le monde tel qu’il est, sans illusion, et de permettre aux Européens d’affronter ses défis en créant pour cela de nouvelles formes politiques, en donnant à l’Europe l’instrument étatique indispensable à sa continuité. Et dans ce but, la volonté d’organiser la configuration de forces qui permettra de forger cet instrument.

Etre et durer en changeant l’Union européenne

L’Europe politique, ou l’État européen, fédéral, régional et multinational, est une nécessité historique.

La mondialité a sonné le glas des États-nations, tous aussi impuissants les uns que les autres. Leur cycle s’achève, et les peuples en ont bien conscience qui, au cours des dernières consultations électorales en Autriche, aux Pays-Bas et en France ont, finalement, refusé leurs suffrages aux partis séparatistes, à ceux qui préconisent la sécession, soit avec la zone euro, soit avec l’Union européenne.

Le cycle moderne des États-nation est en train d’être remplacé par le cycle postmoderne des hégémonies. Celui des puissances qui ne se limitent pas à  contrôler de vastes territoires, comme au temps pré-moderne des empires, mais qui détiennent des positions dominantes dans les sphères économique, financière, technologique, et idéelle. Celles qui ont accès au pouvoir mondial et qui fixent les normes.

Comme parler de pouvoir, c’est parler de domination, les nations européennes sont désormais face à un dilemme :

– ou bien elles s’accrochent à leurs États nationaux respectifs, et alors, elles demeureront ou passeront sous l’influence de l’une des grandes hégémonies ;

-ou bien, elles se sauveront ensemble en abandonnant l’État national pour se retrouver dans un autre Etat , un Etat de taille continentale, à la mesure de ceux qui mènent déjà le monde. Dans cette perspective, répétons le, les derniers échecs électoraux des populistes n’impliquent pas une adhésion ferme des Européens à l’UE telle qu’elle existe, et surtout pas à sa politique, mais ils révèlent un sentiment, même implicite, de solidarité européenne face aux périls et aux expansionnismes.

Certes, l’hégémonie américaine qui a imposé le libre-échange et le règne de la finance sur toute la planète, semble sur le recul. Surtout que Donald Trump a promis à ses électeurs d’en finir avec les traités de libre-échange contractés par les États-Unis. Ce qui met un terme à la négociation du traité transatlantique, et ce qui est toujours cela de gagné. Mais, il faut rester méfiant, parce qu’il ne pourrait s’agir que de velléités du nouveau président qui, dans bien domaines, est déjà revenu sur ses positions électorales. Il faut s’attendre à d’autres volte-face de sa part. Et, de toutes les façons, un mandat de quatre ans, cela ne représente rien dans la longue durée, celle à laquelle appartient la politique interventionniste américaine, inchangée depuis Théodore Roosevelt.

Cependant, la mondialisation est maintenant de plus en plus chinoise

La montée en puissance de la Chine est irrésistible. Il faut avoir conscience que son niveau actuel correspond à la modernisation, d’à peine, oserait-on dire, 300 à 400 millions de Chinois. Et il en reste plus d’un milliard en réserve ! D’ailleurs le plan 2049 (en l’honneur du centenaire de la révolution) arrêté par Pékin ne cherche pas à dissimuler ses intentions de permettre à la Chine de prendre le leadership mondial. Les Européens n’ont pas encore compris que la réorganisation des affaires planétaires se fait à partir de l’Asie orientale.

Non seulement le monde a basculé, du mauvais côté pour les Européens, mais il est aussi le champ des expansionnismes démographiques et culturels, issus du monde musulman et d’Afrique, dont l’Europe commence, seulement, à ressentir les premiers effets. Il est probable que la conjonction des crises politiques, économiques, climatiques et alimentaires, inéluctables, va les renforcer, de manière quasiment mécanique.

Ni l’Union européenne, parce que ses dirigeants ne veulent pas connaître la nouvelle donne mondiale lourde d’adversités, ni les États-nation, parce qu’ils ne le peuvent pas, sont en mesure de faire face. Il faut dire qu’un grand nombre de ces derniers, parce qu’ils sont mal gérés depuis longtemps, et qu’ils se sont fortement endettés, sont passés sous le contrôle des oligopoles financiers et bancaires auprès desquels ils ont emprunté sans discernement. Les abus de l’État-providence (le laxisme social dans beaucoup de pays européens) ont abouti à l’épuisement et au démantèlement de la puissance publique.

Comment, dans ces conditions, peut-on, renouer avec la souveraineté qui, en termes concrets, réalistes, signifie la levée des contraintes extérieures les plus lourdes, et se traduit par la possibilité de s’auto-organiser en fonction de ses propres valeurs, de ses identités, de ses préférences éthiques, sociales, et de ses traditions ? Sinon qu’en envisageant la chose dans un cadre politique autonome parce que puissant, suffisamment vaste et riche en ressources pour conduire des politiques de restructuration et des stratégies impossibles à mener à l’échelle nationale. La seule option réaliste est la prise du pouvoir dans l’Union Européenne, avec comme but sa transformation en un Grand Régulateur.

La volonté de réunir la configuration de forces favorable au changement

La politique de la table rase, prônée par certains, comme le voie du repli, choisie par d’autres, sont des impasses. Il est toujours difficile de reconstruire sur des ruines, surtout quand la convergence des volontés est faible.

Malgré l’euro-pessimisme écrasant, l’alternative reste « l’Europe ou la mort », comme le stipulait, dans un livre déjà ancien, Michel Poniatowski. En dépit de tout ce qui peut être dit et écrit, il n’en existe pas d’autres. C’est bien pourquoi, l’européisme se comprend comme la volonté d’organiser la configuration de forces capable d’obtenir le changement en Europe.

Il ne faut pas détruire Bruxelles, mais s’en emparer. Et dans cet objectif, il convient de fédérer toutes les forces éclairées qui entendent sauvegarder les identités et les intérêts des peuples européens, à quel qu’échelon territorial que ce soit. La dispersion et la prétention à faire bande à part sont des faiblesses rédhibitoires. Au contraire, le regroupement des forces populaires dans un même faisceau et dans la même direction est la seule force qui, d’ores et déjà, ferait pâlir de peur la Commission européenne, et l’obligerait à revoir sa politique.

Pour inspirer confiance aux électeurs européens, ces forces identitaires doivent montrer qu’elles sont responsables, qu’elles sont en prise avec le réel, celui du monde globalisé, sans nostalgie. Et qu’elles sont capables d’innover, de créer des formes politiques adaptées au monde d’aujourd’hui. C’est par l’agrégation de leurs moyens, par l’agglutination de leurs déterminations que les partisans européens pourront se réapproprier l’Union.

Le mot d’ordre est à la convergence, au rassemblement

Face à un environnement mondial plein de risques et de menaces, l’État communautaire est le seul cadre de survie des nations européennes. Cela les mouvements protestataires ne l’ont pas encore compris. Et s’ils ne le comprennent pas, Ils sont condamnés à n’être que les témoins d’une désespérance à laquelle ils n’ont pas les moyens de répondre. La solution n’est pas dans le retour aux frontières intérieures de l’Europe, mais dans le renforcement de la frontière extérieure de l’Europe.

L’Histoire est une succession de contextes et tout reste possible

L’Histoire n’a aucun sens obligatoire. Elle est une succession de configurations dont chacune est héritière de la précédente, sans jamais être une réplique de ce qui a déjà existé. Et chaque configuration n’est pas autre chose que le résultat de l’interaction des hommes. Autrement dit, ceux d’entre eux qui le veulent et qui s’en donnent les moyens, peuvent toujours recontextualiser leur monde, le refaire. Rien n’est jamais acquis, mais rien n’est jamais perdu. Rien n’est prescrit, et il n’y a pas de complot.

Certes, la situation actuelle de l’Europe est déprimante, plus par la léthargie des Européens et par la résignation qui semble les avoir gagnés. La crise sociale qui frappe une partie des populations européennes épargne tous ceux que le système libéral mondialisé favorise et tous ceux qui vivent sur les acquis d’un système qui n’est plus finançable. Dès lors, les élites qui dirigent ce système fondent son maintien sur l’approfondissement du marché et la libération totale des flux humains, matériels et immatériels.

Mais cette politique engendre une endogamie sociale de plus en plus aiguë, entre les élites mondialisées et leurs peuples originaires, et communautaire, de moins en moins lisse, entre les populations autochtones et les différents groupes ethnoculturels allogènes.

Dans ces conditions, le contexte historique pourrait vite devenir un contexte de crises. A commencer par un nouvel accès de fièvre dans la crise migratoire non-stop, compte tenu des masses de migrants qui se pressent sur la rive sud de la Méditerranée. La France, plombée par ses déficits jumeaux(public et commerce extérieur), évitera-t-elle encore longtemps la faillite ? Et combien de temps le colosse économique allemand, où la précarisation sans fin de l’emploi pallie au drame du chômage, tiendra-t-il sur son pied d’argile démographique ? Selon les réponses apportées, ou pas, à ces questions cruciales et à bien d’autres encore résulteront, peut-être, des situations favorables au changement.

Dans cette perspective, deux types d’acteurs existent, qui sont compatibles et qui pourraient converger dans leurs actions : certains des États existant et des mouvements de partisans européens. En effet, parmi les Etats, quelques uns comptent des gouvernants qui ont pris acte de toutes les dérives de l’Union européenne, de toutes ses orientations politiques nocives pour les peuples européens, de l’insignifiance ou de l’indifférence à la cause européenne de ceux qui la dirigent, et qui tentent déjà de changer le cours des choses. On pense ici aux États du groupe dit de Višegrad.

Au plan des mouvements de partisans, tout reste à faire. Peut-être que les échecs répétés des populistes-nationalistes ouvriront bien des yeux ? Il n’est pas impossible, en tout cas risquons l’analogie, que ce qui s’est passé dans la Chine subjuguée et en partie démembrée de la fin du 19ème siècle, où la révolte des Boxers a abouti à la révolution nationaliste de 1911, se répète dans une Europe en crise et ouverte à toutes les pénétrations étrangères. Le souci, par rapport à cette expérience historique victorieuse, est l’absence, dans le Vieux continent, de générations conséquentes de jeunes adultes, homogènes parce qu’ouvrières et paysannes, comme il en existait au siècle dernier. La résignation guette les peuples vieillissants.

Quoi qu’il en soit, le processus à engager est celui d’une agrégation  de tous les acteurs potentiels. Il faut inventer des organes politiques transnationaux dont l’objectif, à terme, est l’investissement coordonné du Parlement européen. Car le Parlement a les pouvoirs de changer l’Union européenne de l’intérieur, dès lors qu’existerait en son sein un bloc nettement majoritaire de députés solidaires dans leur vision d’une Europe émancipée de ses vieux tabous idéologiques, et conscients de la précarité de son avenir.

Le changement est toujours possible, à la condition qu’il soit voulu, quand le contexte lui devient favorable. Et c’est l’organisation de la lutte qui permet de garder l’espoir.

Gérard Dussouy (Metamag, 29 juin 2017)

 

Enregistrer

15/03/2016

Quand les intellectuels français rêvaient d'une union européenne...

Les éditions  du CNRS viennent de rééditer dans leur collection de poche Biblis un essai de Bernard Bruneteau intitulé Les « collabos » de l'Europe nouvelle. L'ouvrage a déjà été publié sous le titre L'Europe nouvelle de Hitler, en 2003, aux éditions du Rocher. Professeur de science politique à l’université de Rennes, Bernard Bruneteau a notamment publié Le Totalitarisme : origines d’un concept, genèse d’un débat 1930-1942 (Cerf, 2010).

 

Collabos de l'Europe nouvelle.jpg

" « L’Europe nouvelle » : c’est ainsi qu’en 1940 les sirènes de la propagande qualifièrent le continent unifié de force par les armées du IIIe Reich. Si ce fut synonyme pour des millions d’Européens de dépendance, de réquisitions et de travail obligatoire ou forcé, ce fut aussi symbole d’espoir pour certains intellectuels français et belges qui voulurent y voir l’annonce d’une possible union européenne. Pacifistes rêvant d’en finir avec la souveraineté absolue des États, « techniciens » confiants dans les vertus d’un gouvernement économique, socialistes en quête d’une dernière utopie mobilisatrice : tous furent victimes d’une illusion qui les fit croire à la volonté européenne de Hitler, les rendant aveugles aux réalités monstrueuses de son ordre nouveau. Tout à cette illusion tragique, les intellectuels européistes de Vichy continuèrent les réflexions commencées au temps d’Aristide Briand sur une fédération politique et économique. Avec parfois des expressions troublantes : « communauté de communautés », « organe de gestion supra-continental » ou « monnaie fédérale unique »… "

17/06/2012

"Le populisme, c'est le retour du refoulé des peuples"...

Vous pouvez regarder ci-dessous un entretien avec Vincent Coussedière, réalisé par Jean Robin pour son site Enquête&Débat. Vincent Coussedière, professeur de philosophie, est l'auteur d'un essai intitulé Eloge du populisme. Des idées intéressantes, mais bien entendues discutables sur certains points...

31/03/2012

Les européistes contre l'Europe, la vraie...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Maurice Gendre, cueilli sur Enquête&Débat et consacré à la question européenne. Maurice Gendre est un collaborateur régulier et inspiré du site Scriptoblog - Le Retour au source 

 

 

barroso - van rompuy - ashton.jpg

 

Les européistes contre l'Europe, la vraie

Moi je dis qu’il faut faire l’Europe avec pour base un accord entre Français et Allemands. (…) Une fois l’Europe faite sur ces bases (…), alors, on pourra se tourner vers la Russie. Alors, on pourra essayer, une bonne fois pour toutes, de faire l’Europe tout entière avec la Russie aussi, dut-elle changer son régime. Voilà le programme des vrais Européens. Voilà le mien”. Charles de Gaulle (1949)

Les peuples européens ont à faire face à “un Islam que sa force encore indomptée pousse de ses territoires surpeuplés vers l’Europe”, à une concurrence économique “des peuples d’Extrême-Orient” et enfin à “une Amérique qui les aliène culturellement”, “qui les rackette économiquement” et “qui les vassalise politiquement”. Jordis Von Lohausen dans la postface écrite en 1995 de Les Empires et la puissance

Ce qui est : l’Empire du Rien

Qu’est-ce que l’Europe ?

L’Europe est une civilisation, somme des civilisations qui la composent.
Pour qui regarde avec recul une carte du continent, quatre ensembles émergent. Une Europe latine, marquée par la catholicité et, dans une certaine mesure, par le rejet républicaniste de cette dernière (laïcité française, anarchisme espagnol).
Une Europe « anglo-saxonne », ou disons anglo-hollandaise, caractérisée historiquement par la prédominance d’un protestantisme que nous qualifierons pour simplifier de « libéral » (acceptation de la liberté individuelle, encadrée par une véritable mystique de concurrence).
Une Europe germanique, caractérisée historiquement par la prédominance d’un protestantisme que, toujours pour simplifier, nous qualifierons « d’ordo-libéral » (conjonction d’une métaphysique luthéro-réformée inégalitaire et d’une acceptation relative du libre examen).
Une Europe slave, dominée par l’orthodoxie, puis par sa sécularisation parfois inconsciente, mais surtout subie, dans des systèmes à la fois autoritaires et/ou égalitaristes (tsarisme absolutiste, soviétisme).
Ces quatre ensembles possèdent en outre des zones de recouvrement périphérique. Une partie de la Hollande est en réalité germanique. La Scandinavie est caractérisée par l’interpénétration des deux héritages protestants. La Pologne est catholique, donc latine, et pourtant fondamentalement slave. A l’inverse, la Roumanie, principalement orthodoxe, est un pays linguistiquement latin.
Certains pays sont même traversés de façon radicale par une ou plusieurs de ces ruptures anthropologiques. L’exemple le plus frappant étant l’Ukraine, dont la partie occidentale, longtemps dominée par la Pologne, est uniate, de rite orthodoxe mais reconnaissant l’autorité romaine, tandis que la partie orientale est rigoureusement orthodoxe et tournée vers Moscou. La France elle-même est traversée par plusieurs de ces ruptures, même si le temps a largement effacé les lignes de partage, monarchie capétienne et jacobinisme obligent : l’Alsace-Moselle est germanique, par exemple.
Facteur additionnel de diversité (la vraie), l’histoire a engendré au sein des quatre grands ensembles des mécanismes réactionnels complexes qui ont produit, à partir d’un héritage culturel relativement homogène, des variantes très significatives. Le cœur parisien de l’ensemble français s’oppose, par sa tradition laïque ancienne, aux marches profondément catholiques (Vendée). Le sud de l’Espagne et la Catalogne, anarchisants, s’opposent au nord castillan héritier d’une pure tradition catholique autoritaire. L’Allemagne du sud, majoritairement catholique (Bavière), présente des traits presque latins aux yeux d’un Allemand du nord.
Paradoxalement, c’est de cette extrême diversité religieuse, culturelle et anthropologique que l’Europe tire son unité. L’existence d’une infinité de variantes capables de se combiner et de se recombiner participe du génie européen. Elle rend impossible la création de fractures irréversibles. Comme il n’existe en réalité aucun grand pays européen homogène sur le plan anthropologique, chaque grand pays « contient » en quelque sorte une partie des autres. C’est particulièrement vrai pour la France, mais pas seulement pour la France.
Ce qui a rendu possible ce miracle, ce mariage improbable d’une multitude de variantes apparemment inconciliables, c’est l’existence d’un sous-jacent commun : le socle civilisationnel chrétien, formulation de l’hellénisme dans le cadre du message biblique (Cf. Saint-Thomas d’Aquin). Ce socle civilisationnel implique un ensemble de valeurs communes : la reconnaissance de la personne humaine comme sujet du religieux, donc du politique, porte en germe des idées de démocratie, d’égalité ontologique des êtres humains, et, par conséquent, d’égalité de respect accordée aux citoyens dans la Cité, aux conjoints dans le couple, etc. (1) Même si la notion d’égalité n’a pas la même portée et le même sens selon les variantes culturelles de la civilisation européenne, lorsqu’il s’agit fondamentalement d’une exigence de respect accordé à l’Autre (le vrai), les Européens, entre eux en tout cas, se reconnaissent toujours.
L’Europe, la vraie, c’est cela.

Qu’est-ce que l’Union Européenne ?

Cette Europe s’est progressivement désagrégée à partir de la Première Guerre Mondiale. Elle avait déjà été perturbée (euphémisme) par les guerres de religion et les aventures sanglantes napoléoniennes, mais le « système Europe » s’était malgré tout reconstitué, autour de la conscience partagée de valeurs communes.
A partir de 1914, et surtout à partir de 1917, ce « système Europe » s’est disloqué. Les bolcheviks ne reconnaissent pas la valeur de la personne humaine en leur adversaire. Par opposition, ce sont apparemment des non-européens, les nord-américains, qui semblent porteurs d’une exigence accrue de respect, y compris pour leurs adversaires (nous n’entrerons pas ici dans le débat relatif à la sincérité de Wilson). Ensuite, à partir de 1933, et surtout de 1938, les logiques du nazisme viennent contredire totalement les fondamentaux de la civilisation européenne. Le « sous-homme » slave n’est plus un être humain, et, en réponse, l’Armée Rouge démontrera en 1945 qu’elle ne tient pas le respect des populations civiles pour une donnée primordiale.
Après le collapsus du « système Europe », un mouvement général se produisit, au niveau des classes dirigeantes, pour faire en sorte que « plus jamais ça ». Dès le départ, ce mouvement fut ambigu : ses instigateurs principaux, messieurs Monnet, Spaak, De Gasperi et Schuman, n’étaient en effet pas nécessairement d’accord sur tout, et leurs mandants propres pouvaient avoir des demandes bien distinctes. Si l’on s’en tient à la version officielle, les motivations de ces pères fondateurs issus de la démocratie chrétienne pour la plupart ne relevaient que de l’universalisme européen.
La réalité semble avoir été un peu plus complexe. Prenons les deux Français. Monnet est un ancien haut fonctionnaire, auteur, en 1940, d’un projet d’union franco-britannique, et il joua pendant toute la Seconde Guerre Mondiale un rôle charnière entre Grande-Bretagne et États-Unis. On ne lui connaît pas de liens particulièrement forts avec l’Eglise catholique. Robert Schuman, franco-luxembourgeois de langue allemande, fit partie du premier gouvernement Pétain, avant d’être arrêté par les Allemands pour des raisons obscures. Evadé, il rejoignit la Résistance, dans un de ces parcours incompréhensibles aujourd’hui, mais caractéristiques de l’époque.
Un procès en béatification de Robert Schuman a été ouvert par l’Église catholique : Monseigneur Pierre Raffin, évêque de Metz, a autorisé l’ouverture du procès en 1991. En 2004, le procès diocésain a été clôturé. Les documents ont été envoyés au Vatican où la Commission pour la Cause des Saints est en train d’étudier le dossier.
Qu’est-ce qui peut bien avoir réuni deux hommes aussi dissemblables ? L’universalisme chrétien ? Peut-être (hum). Une explication un peu plus sérieuse semble avoir été fournie au début de ce siècle par le journaliste du Daily Telegraph Ambrose Evans-Pritchard : Robert Schuman était, au début des années 50, employé par les services secrets américains. Étant donné le parcours de monsieur Monnet pendant la Seconde Guerre Mondiale, il semble bien que nous tenions ici le chaînon manquant…
En fait, l’Union Européenne, au berceau, apparaît comme une créature des États-Unis. Les Américains (plus précisément les réseaux Rockefeller) ont pris appui sur le traumatisme de l’Europe, devenue inconsciente d’elle-même, pour la fédérer sous leur coupe. Dès l’origine, c’est bien de cela qu’il s’agit.
Vue sous cet angle, l’Union Européenne est un proconsulat de l’Empire américain. Exactement comme César unifia la Gaule pour la dominer, après avoir soigneusement attisé les tensions entre les tribus pour se rendre incontournable, l’Amérique a capté à son profit le besoin que l’Europe, après le collapsus de son système historique, avait de reprendre conscience d’elle-même et de son destin.
Dès lors, toute l’histoire de l’Union Européenne peut être vue comme le processus par lequel, à travers de multiples vicissitudes, un continent désuni, privé de son identité structurante, va devoir utiliser, pour se refonder, les structures mêmes de son maître étranger. Avec évidemment, au bout du chemin, une seule vraie question : peut-on retourner contre l’Amérique la ruse par laquelle elle a dupé l’Europe ? Peut-on, après que César a unifié la Gaule, refonder une Gaule indépendante ?
En tout cas, ça n’en prend pas le chemin. Depuis qu’elle avance, et se félicite de chaque avancée, l’Europe des « il faut plus d’Europe » ne semble jamais se poser la question de vers où, au juste, elle « avance ». Cet ensemble qu’on pourrait définir comme l’Empire du Rien, même pas capable de s’entendre sur une référence aux valeurs chrétiennes dans un traité constitutionnel européen (TCE), même pas fichue d’assumer une citation de Thucydide dans le préambule dudit TCE, s’est en revanche montrée tout à fait capable « d’avancer », comme son « partenaire » américain l’exigeait, vers l’intégration à marche forcée de pays aussi stables et compétitifs que la Bulgarie et la Roumanie. Pour l’instant, on nous a épargné la Bosnie, mais c’est uniquement parce que les eurocrates n’ont toujours pas trouvé quelqu’un avec qui négocier ! (authentique : la Bosnie souhaite intégrer l’UE, mais Bruxelles doute de l’unicité du pays ! – et quand des Bruxellois ont des doutes sur l’unicité d’un pays…).

Ce qui va probablement arriver

Dislocation probable de l’Euroland

Un doute subsiste sur la genèse de l’Euroland.
Une première interprétation serait que les dirigeants européens, une fois la plupart des restrictions au commerce levée par l’OMC, se sont aperçus soudainement qu’il n’existait à vrai dire plus rien qui distingue formellement leur projet d’une simple déclinaison locale du libre-échange global. Dès lors, l’euro aurait été un moyen, pour l’Empire du Rien, de maintenir la fiction de son existence.
Une deuxième interprétation, moins crédible car supposant l’existence d’une réflexion stratégique dans les cervelles de messieurs Mitterrand et compagnie, serait que l’euro a été décidé pour arrimer fermement l’Allemagne réunifiée à l’Europe. Le destin a voulu qu’en fin de compte, ce fut l’Europe désunie qu’on arrima à l’Allemagne, mais ceci est une autre histoire.
Une troisième interprétation, qui nous paraît pour notre part la plus envisageable, est que l’euro a été pensé dès l’origine comme la matérialisation d’une zone-mark assez étendue pour faire contrepoids au dollar, dans la perspective d’un marché transatlantique unifié, selon les logiques relativement claires et, il faut le reconnaître, assez judicieuses d’un point de vue américain, du sieur Zbignew Brzezinski (lire à ce sujet « Le Grand Échiquier », et la théorie d’un Occident 1 + 1 associant Europe et Amérique du Nord). Là encore, le destin risque d’être facétieux, puisque la grande question du moment est de savoir si le dollar implosera après ou avant l’explosion de l’euro.
Quoi qu’il en soit, le caractère irrationnel, pour ne pas dire fictionnel, de l’entreprise « euro » comme monnaie unique, et non simplement commune, saute aujourd’hui aux yeux même des aveugles. On se demande en toute sincérité qui a bien pu avoir l’idée saugrenue de concevoir une politique monétaire unifiée et intégrée pour la Grèce et l’Allemagne. Le simple examen des différentiels de compétitivité croissant depuis 2002 entre l’Europe du nord et l’Europe du sud montre immédiatement qu’on a voulu marier artificiellement et enfermer dans une logique homogénéïsante des pays trop hétérogènes, et même des cultures fondamentalement différentes. En arrière-plan, on trouvera ici de toute évidence une ignorance crasse de ce qu’est véritablement l’Europe, telle que nous l’avons défini au début de ce texte : des valeurs communes appuyées fondamentalement sur l’helléno-christianisme, mais pour le reste, des civilisations diverses.
L’explosion de l’euro est désormais une quasi-certitude. Seul un traité uniquement soumis à la voie parlementaire (et surtout pas référendaire), qui permettrait un passage à un fédéralisme fiscal et budgétaire, empêcherait l’inéluctable. Mais si une telle décision était prise, l’UE, une fois encore, prouverait sa dimension antidémocratique, pour ne pas dire tyrannique. Et en outre, même ce fédéralisme budgétaire et fiscal ne résoudrait pas tout. Il y a un moment où on doit comprendre que, peut-être, tout simplement, les sociétés latines ne peuvent pas fonctionner comme des sociétés germaniques – et si on les y oblige, tôt ou tard, la réalité se vengera.
Les images de cette femme grecque menaçant de se suicider en sautant de son balcon après avoir appris son licenciement de son administration, licenciement qui ne lui permettra plus de payer les soins de son enfant gravement malade, en disent beaucoup plus long que n’importe quelles données chiffrées ou n’importe quel tableau statistique, sur l’état de faillite morale des élites de ce continent, sur l‘étendue de leur échec et – n’ayons pas peur des mots – sur leur degré de trahison. (2)

Tensions probables au sein de l’UE

L’incapacité plus ou moins flagrante à organiser un protectionnisme continental, et la volonté manifeste de ne surtout pas laisser les États en organiser un à l’échelle nationale, double-conséquence du “concept-zombie” (se référer au sociologue allemand Ulrich Beck) de libre-échange, s’avère d’ores et déjà suicidaire.
Ce refus idéologique des technocrates bruxello-maastrichtiens de laisser les gouvernements ou les Chefs d’Etat (avec l’accord plus ou moins tacite de ces derniers) à mettre en place des mesures de protection, devenues désormais vitales face à la concurrence sud-est asiatique notamment, relève d’une attitude parfaitement mortifère et criminelle pour l’industrie européenne. Y compris allemande. Car la “désinflation compétitive” présentera aussi ses tragiques limites à plus ou moins court terme.
Il ne serait donc guère surprenant que l’on assiste dans un avenir plus ou moins proche à des tentatives agressives, unilatérales et sans aucune concertation préalable d’un “retour aux frontières”, pour user de cette expression qui visiblement leur donne des sueurs froides.
Autre solution possible : aucune mesure forte et d’envergure n’est prise et la situation pourrit progressivement.
Dans ce cas, deux options : apathie générale des populations européennes, lassitude et résignation l’emportent ou au contraire le continent s’embrase avec des insurrections ici et là, une colère de plus en plus vive avec les conséquences dramatiques que l’on peut envisager (recours au terrorisme, stratégie de la tension entretenue par les États et la nomenklatura européiste, émeutes incontrôlables). Bref, ces deux options n’en sont pas.
A moins d’accepter que le destin européen n’est plus.
Les Européens authentiques et sincères ne devront évidemment jamais accepter un tel état de fait.

Fractures identitaires irrémédiables ?

La crise aidant, les divisions internes à chaque pays vont probablement se faire sentir plus cruellement encore.
Des pays comme l’Espagne avec la Catalogne et le Pays Basque, le Royaume-Uni avec l’Écosse mais surtout la Belgique avec la Flandre vont voir s’accentuer les pressions sécessionnistes et devront se frotter au prurit indépendantiste. Même remarque pour l’Italie avec le Tyrol du Sud (plus connue sous le nom de Haut-Adige ou province autonome de Bolzano) dont quelques responsables politiques de la province ne font plus mystère de vouloir renforcer leur autonomie par rapport à Rome.
Tous les pays européens vont également être confrontés plus durement à la problématique (insoluble?) des populations extra-européennes présentes sur leur sol. La composante musulmane n’étant au final qu’un facteur aggravant mais pas la cause première d’un chaos ethnique et communautaire qui pourrait marquer l’acte de décès de l’Europe en fonction de l’ampleur de la déflagration.
Le tragique précédent ex-yougoslave ne pousse guère à l’optimisme si une explosion générale de ce type venait à frapper le continent.

Le retour des irrédentismes et des pan-nationalismes ?

Lors du grand délire anti-hongrois des dernières semaines, les commentateurs “éclairés” ont fustigé et brocardé, avec l’esprit de nuance qu’on leur connaît, les mesures “liberticides” prises par Orban et le Fidesz (alors que BHO et le Congrès promulguaient les paragraphes 1021 et 1022 du NDAA, mais passons…), mais étrangement ont oublié de dénoncer la seule mesure réellement condamnable de cette grande réforme constitutionnelle, en l’occurrence la réactivation de l’irrédentisme hongrois.
Une partie de la droite populiste magyare se réfère toujours à la Grande Hongrie et ne reconnaît pas le traité de Trianon (1920). Le Fidesz s’est engagé à accorder le droit de vote aux Hongrois de souche situés en Voïvodine, en Slovaquie ou en Roumanie.
Cette décision a très fortement irrité les voisins de la patrie de Saint-Etienne. Est-ce vraiment surprenant ?

La Hongrie pourrait faire école dans cette affaire. On peine à croire que la pasionaria des Allemands réfugiés et expulsés des provinces orientales de l’Allemagne et d’Europe de l’Est, la Frau Erika Steinbach, membre de la CDU et femme extrêmement courageuse au demeurant, ne s’engouffre dans la brèche pour réclamer des réparations substantielles, la restitution des biens et remettre en question avec plus de véhémence qu’elle ne l’a déjà fait, la légitimité du tracé de la frontière germano-polonaise. Ce qui ne manquera pas de déclencher une nouvelle fois l’ire des Polonais qui en ont fait leur ennemi juré.
Même remarque pour la République tchèque qu’elle agace prodigieusement. Elle a en effet mis en doute à plusieurs reprises le bien-fondé de la réconciliation diplomatique germano-tchèque, là encore pour des motifs frontaliers essentiellement (voir les décrets Benes à ce sujet).
Les Allemands étant très largement culpabilisés et s’enfonçant dans une espèce de contrition éternelle, il n’est pas certain que ces récriminations rencontrent beaucoup d’écho au sein de la population, mais parfois les choses peuvent changer extrêmement vite. La crise est en ce sens un accélérateur de transformation et une machine à bouleverser la donne y compris la psychologie collective des peuples.

Ces tensions présentent des risques faibles de concrétisation en conflit ouvert, mais lorsque tout se déglingue, plus rien ne devient impossible et il faut dès lors envisager ce qui semble le plus saugrenu et le plus incongru.
Comme dit l’adage populaire : “Mieux vaut prévenir etc.”

En revanche, les différends entre Polonais et Russes ne vont probablement pas s’apaiser. Depuis la catastrophe aérienne de Smolensk (sur laquelle planent des zones d’ombres), des dirigeants polonais n’ont pas caché leur inquiétude concernant le rapprochement germano-russe et l’itinéraire prévu pour un certain gazoduc…
Le “partage de la Pologne” a laissé des traces dans les mémoires polonaises.
En cas de découplage États-Unis/Allemagne, les E-U tenteront probablement de s’appuyer sur les autorités libérales polonaises pour conserver une “base” au cœur du continent européen.
On peut donc imaginer aisément les conséquences graves qui résulteraient de frictions fortes entre la Pologne et la Russie.
Mise sous tutelle accrue par les États-Unis
Le risque face au scénario du pire évoqué plus haut est une mainmise étasunienne encore plus prégnante qu’elle ne l’est déjà sur le continent européen.
Le parachutage récent d’hommes de Goldman Sachs à des poste-clefs en constitue probablement un signe
avant-coureur.
Évidemment, il ne faudra guère compter sur Barroso, Ashton ou Van Rompuy pour faire ce qui doit être fait afin d’éviter qu’un tel cataclysme moral et humain n’advienne.
Seuls les Allemands pourraient être en mesure de contrecarrer ces plans. Si la haute bourgeoisie industrielle allemande sent que les États-Unis, tels qu’ils sont depuis 1945 touchent à leur fin, elle décidera peut-être de couper le cordon ombilical avant d’être entraînée elle aussi dans la Chute.
De tête de pont des États-Unis en Europe, l’Allemagne pourrait ainsi se métamorphoser en passerelle entre la partie occidentale du continent et le Grand-Est.
Il s’agirait de l’acte de naissance de l’axe Paris-Berlin-Moscou cher à Henri de Grossouvre pour ne citer que lui. (3)

Chine en embuscade

Au-delà de la permanente menace étasunienne, la Chine semble également aiguiser ses incisives et n’hésitera pas à se joindre au festin lorsqu’il faudra dévorer l’agneau européen.
Le rachat d’une partie des dettes européennes et l’achat d’actifs dans des secteurs déterminants sont à cet égard emblématiques de l’appétit féroce du Vampire du Milieu.
La signature d’un contrat de concession de l’ordre de 3,3 milliards d’euros dans le port du Pirée a notamment permis à l’entreprise publique chinoise Cosco de lancer un programme qui a pour objectif de rivaliser avec Rotterdam.
Rien de moins !
On citera aussi l’affaire baptisée “Pékin sur Shannon”. Il s’agit d’un projet pharaonique. Un groupe d’entrepreneurs chinois espère obtenir l’autorisation de développer un projet de 48 millions d’euros à Athlone, dans le centre de l’Irlande, afin de construire un centre de production d’articles chinois comprenant des appartements, des écoles, des transports ferrés et des usines. Le projet prévoit de faire venir 2 000 travailleurs chinois pour ériger le site – déjà surnommé le “Pékin sur Shannon” – où devraient également travailler 8 000 Irlandais (Source : Daily Telegraph).

Ce qui serait souhaitable

Éclatement de l’UE pour repartir sur des bases saines
Paradoxalement, malgré le dépeçage de la Grèce, par la Commission européenne et la BCE notamment, l’UE bénéficie auprès d’une certaine couche de la population d’un capital sympathie qui ne se dément pas. Pourquoi une telle mansuétude ? Malheureusement, pour un ensemble de raisons extrêmement triviales. Nombre d’Européens se satisfont de l’UE aux seuls motifs que, grâce à Schengen par exemple, ils peuvent traverser les frontières sans attendre une trentaine de minutes à la douane lorsqu’ils partent en vacances chez leurs voisins, ou lorsqu’ils se déplacent dans un pays de l’Euroland ne sont plus obligés de changer la monnaie ou bien encore peuvent s’accorder une année quasi sabbatique pour faire la fête sur un campus universitaire dans le cadre du programme Erasmus.
Devant de telles considérations, il y a évidemment de quoi être affligé, mais il en est ainsi.
Évidemment, le jour où les Européens se satisferont de l’UE (ou de la structure qui l’aura remplacé) car ils ont pu profiter d’échanges européens consacrés aux œuvres de Mozart, Molière, Dante, Cervantès, Verdi, Cioran, Wilde, Rembrandt, Tarkovski etc. l’Europe aura fait un très grand pas.
Inutile de préciser que l’Europe en est très, très loin.

C’est seulement lorsque la phase de dislocation sera enclenchée, si phase de dislocation il y a, que les Européens comprendront que l’Union qualifiée par antinomie “d’européenne” ne les protège en rien, n’est qu’une passoire, un nain politique voire une variable d’ajustement et un terrain de jeu pour des puissances confirmées ou émergentes.
Si le vernis ne craque pas définitivement, l’Europe-Potemkine continuera à afficher sans vergogne son décor de carton-pâte et le tout avec l’assentiment dramatique des peuples.
Seul l’effondrement permettra peut-être aux peuples et Nations d’Europe d’entrevoir dans toute sa laideur le visage de leur bourreau et de ne plus se vautrer dans cette forme insupportable de soumission librement consentie.

Une Europe des européens, par et pour les européens

Pour renaître l’Europe devra rompre avec l’homogénéisation destructrice, le fonctionnalisme, l’obsession normative, son impéritie diplomatique, sa naïveté économique, sa bureaucratie soviétoïde, sa sujétion face aux puissances d’argent et aux forces mondialistes, sa crédulité désarmante dans tous les domaines, en deux mots avec son inaptitude chronique.
Autant dire qu’il y a beaucoup, beaucoup de travail !
Les peuples et les Nations qui la composent devront recouvrer leur liberté, en clair leur souveraineté.
Toutes les alliances, toutes les coopérations devront être promues et encouragées.
Une Europe des cercles concentriques se dessinera probablement de façon intuitive et spontanée, en fonction d’intérêts bien compris et partagés basés sur des considérations diverses (proximité linguistique, géographique, psychologique etc).
L’Europe devra développer une économie de puissance dans le cadre de stratégies permettant de faire face à la concurrence déloyale et faussée émanant des autres espaces civilisationnels.
Des agences européennes (réellement européennes celles-là contrairement à Airbus!) devront exister dans tous les secteurs primordiaux.

L’Europe devra toujours avoir à l’esprit qu’elle doit lutter contre : la submersion migratoire, l’hiver démographique, le déracinement, le libéralisme hors-sol, la Haute finance transnationale, l’hédonisme consumériste, l’absence de sensibilité artistique et de curiosité scientifique, les menaces extérieures de toutes sortes.
L’Europe devra toujours avoir à l’esprit qu’elle doit assurer : l’approvisionnement énergétique des peuples en développant les partenariats intra-européens (inter-continentaux faute de mieux), la prospérité en choisissant autant que possible de privilégier les accords économiques entre pays européens (“l’Europe de Reykjavik à Vladivostok”),

l’auto-suffisance alimentaire, une agriculture respectueuse des sols et du cycle des saisons, relocalisée et favorisant la réémergence des petites exploitations, une industrie variée et forte et enfin un système de santé gratuit et performant (autant que cela est possible pour la gratuité).
L’Europe devra concentrer des efforts particuliers dans le domaine de la Recherche (fondamentale et appliquée), la technologie de pointe, l’aérospatiale, l’aéronautique, la chirurgie de haute précision, le nucléaire de quatrième génération et bien évidemment l’armement (conventionnel ou non).

Européens nous avons du pain sur la planche ! Haut les cœurs !

Maurice Gendre (Enquête&débats, 23 mars 2012)

(1) La médiéviste Régine Pernoud rappelait dès 1975 (voir Pour en finir avec le Moyen-Âge) que durant le millénaire essentialisé sous l’appellation unique de « Moyen-Âge », les femmes détenaient un pouvoir tant religieux que laïc. Dans les assemblées urbaines comme dans les communes rurales, les femmes votaient, tout comme les hommes. La monarchie comportait donc certains éléments propres à une démocratie.
(2) La Grèce a doublé en trois ans son taux de suicide. Elle présentait un des taux les plus bas d’Europe en 2008, désormais elle affiche un des plus élevés. Une manifestation-commémoration a également eu lieu le 14 mars en Italie pour rendre hommage aux deux mille patrons de PME qui se sont donné la mort depuis le début de la crise qui frappe la péninsule.
(3) On peut également évoquer Jordis Von Lohausen et la réunion de la grande communauté des peuples européens au sein d’un espace continental allant de “Cadix à Vladivostok”, d’une “Europe grand-eurasienne”.

23/10/2011

Alain de Benoist s'entretient avec David L'Epée (1/2)...

De nationalité suisse, David L'Epée est un jeune journaliste d'idées indépendant.  Alain de Benoist répond à ses questions...

Thèmes abordés :

1 – Alain de Benoist : penseur de gauche ou de droite ?
2 –  Qu’est-ce que la Nouvelle Droite ?
3 –  Les médias et l’étiquette de droite
4 –  Une évolution intellectuelle de la droite vers la gauche ?
5 –  L’intellectuel engagé face au militant de parti
6 –  Quête de vérité et recherche d’efficacité
7 –  L’élite et le peuple
8 –  Gramsci et la méthode du combat culturel
9 –  Une droite allergique aux intellectuels
10 –  L’Europe fédéraliste des peuples : contre l’Union européenne et contre les nationalismes
11 –  Quelle alternative à la technocratie européiste ?
12 –  Un exemple de résistance à l’européisme : la Suisse
13 –  La géopolitique des blocs pour un monde multipolaire.


Entretien avec Alain de Benoist 1/2 par davidlepee

01/08/2010

Quand l'européisme sentait le souffre...

Julien Prévoteaux, chercheur en histoire contemporaine à l'Université de Sao Paulo, au Brésil, vient de publier aux éditions François-Xavier de Guibert, sous le titre Un européisme nazi, une étude intéressante sur la pensée européiste développée pendant  la période de l'occupation allemande par le groupe Collaboration, présidé par Alphonse de Châteaubriant et dont l'activité était centrée sur l'organisation de conférences et de manifestations culturelles à travers la France. Un livre qui remet en cause certaines idées convenues...

Européisme nazi.jpg
"Respectabilité morale et politique obligent, l'histoire de l'Union semble, d'un premier abord, aisée à retracer et sans ambiguïtés. Entre l'essor de l'idée d'Europe unie, les tentatives manquées de l'entre-deux-guerres, et sa concrétisation après 1945, l'expérience de la guerre sert de prise de conscience générale, prélude à l'unification. Les historiens traitant de l'européisme s'accordent sur ce schéma de la continuité de l'idée européenne, troublée un ultime moment par les dérives du nationalisme. Ainsi, la Seconde Guerre mondiale n'a pas sa place dans l'idée d'Europe au XXe siècle. L'Europe nouvelle chère aux nazis est réduite à un instrument de la propagande allemande alors que la Résistance aurait préparé soigneusement ses projets unionistes et fédéralistes en attendant la défaite des pays de l'Axe. Cette image d'Epinal ne résiste pas à une analyse objective des faits et des idées. Il apparaît ainsi clairement que, dans la Résistance, le sentiment national prime généralement sur le sentiment européen : le projet générique d'" Europe des nations libres " en est le symbole. Son intérêt pour l'union du continent a été exagéré après guerre pour légitimer la cause européenne, les ennemis du nazisme semblent, à juste titre, profondément désorientés et méfiants devant cette idée d'Europe qui est l'axiome favori des partisans du Reich. En effet, à l'inverse, sur le continent unifié par les armes, officiels nazi et intellectuels engagés dans la voie de la collaboration sont, la source d'une réflexion intarissable sur l'Europe visant à définir ses contours et son identité, commentant sa future organisation politique, économique, juridique ou sociale. Le Groupe Collaboration se place dès sa création en septembre 1940 dans cette perspective. Il se veut un pôle attractif, principalement parisien, de réflexions et de promotion culturelle pour tous les intellectuels désireux d'ébaucher plans et projets d'une union européenne imminente, d'encourager le rapprochement franco-allemand et la solidarité continentale. Même si les plus ardents européistes d'aujourd'hui ne sauraient être assimilés à des groupes de pensée dévoyés, cette étude très documentée permet d'analyser l'idéologie européenne dans une perspective historique plus réaliste et, comme telle, nouvelle. Cette grille de lecture donne, de manière surprenante, des clefs pour mieux comprendre les enjeux qui se dessinent devant nous pour demain.