Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2018

Mythes et réalités de l'Espagne islamique...

Les éditions Jean-Cyrille Godefroy viennent de publier la traduction d'un essai historique de Dario Fernández-Morera intitulé Chrétiens, juifs et musulmans dans al-Andalus - Mythes et réalités de l'Espagne islamique. Diplômé de Harvard et professeur au département d’espagnol et de portugais de l’Université Nortwestern (Illinois),  Dario Fernández-Morera est l'auteur de nombreux livres sur l’Espagne médiévale et le Siècle d’or.

Sur le même sujet, on pourra également consulter Al Andalus, l'invention d'un mythe - La réalité historique de l'Espagne des trois cultures (Toucan, 2017) de Serafin Fanjul.

Fernández-Morera_Chrétiens, juifs et musulmans dans al-Andalus.jpg

" Universitaires, journalistes et hommes politiques, tous nous présentent « Al-Andalus », l’Espagne sous domination musulmane, comme un paradis multiculturel où musulmans, chrétiens et juifs vivaient en harmonie. Ce conte de fées est un mythe.

 Dans Chrétiens, juifs et musulmans dans al-Andalus, un ouvrage décapant, l’historien Darío Fernández-Morera révèle la réalité de l’ »Espagne arabo-musulmane », à partir de sources volontairement ignorées et de récentes découvertes archéologiques.

 Ce prétendu paradis de la coexistence heureuse a commencé avec la conquête de l’Espagne par le califat islamique. Les armées de l’islam, composées de Berbères incultes, détruisirent un Royaume Visigoth qui avait conservé l’héritage de la culture classique après la chute de l’Empire romain d’occident, et dont le niveau de civilisation était largement supérieur.

 Loin d’être un espace de tolérance, l’ »Espagne musulmane » fut le lieu d’une régression culturelle dans tous les domaines de la vie. Chrétiens et juifs y furent marginalisés et opprimés par des autocrates religieux. Considérés comme subalternes dans une société hiérarchisée, ils furent réduits au rang de dhimmis, et eurent le choix que les gangsters donnent à leurs victimes : payer pour être protégés, ou disparaître.

 Tandis que politiciens et idéologues continuent de célébrer l’ »Espagne musulmane » pour son « multiculturalisme » et sa « diversité », Darío Fernández-Morera montre que cette construction politiquement utile est une falsification de l’histoire. "

29/06/2018

Franco, symbole des féroces guerres de mémoire...

Vous pouvez découvrir ci-dessous une chronique d'Éric Zemmour sur RTL, datée du 21 juin 2018 et consacrée à la guerre des mémoires autour de Franco relancée par le nouveau premier ministre socialiste espagnol... 

 

                                 

28/10/2017

Al Andalus, l'invention d'un mythe...

Les éditions du Toucan viennent de publier, dans leur collection L'Artilleur, un essai de Serafin Fanjul intitulé Al Andalus, l'invention d'un mythe - La réalité historique de l'Espagne des trois cultures. Professeur de littérature arabe à l’Université autonome de Madrid, membre de l’Académie Royale d’Histoire, Sébastien Fanjul a consacré sa vie à l’étude de l’Islam comme phénomène religieux, sociologique, économique et politique.

Fanjul_Al Andalus.jpg

" Dans l’Europe actuelle confrontée à une immigration musulmane continue, on aime bien se référer au modèle de cohabitation pacifique des trois cultures d’Al-Andalus.

L’histoire de l’Hispanie musulmane ou d’Al-Andalus est ainsi un enjeu archétypique. Au Moyen Âge, la Péninsule ibérique aurait connu une remarquable et inhabituelle cohabitation pacifique entre juifs, chrétiens et musulmans. Une admirable symbiose culturelle qui aurait duré vaille que vaille du VIIIe siècle jusqu’à l’expulsion des juifs en 1492, voire, jusqu’à l’expulsion des morisques en 1609.

Serafín Fanjul, affirme qu’il s’agissait, dans la réalité des FAITS, d’« un régime très semblable à l’apartheid sud-africain » et d’une époque globalement « terrifiante ». Soulignant que les motifs et les facteurs de luttes et d’affrontements entre l’Espagne musulmane et l’Espagne chrétienne ont été prédominants pendant toute la période concernée, il montre qu’Al-Andalus a été tout sauf un modèle de tolérance.

Il ne s’agit pas pour lui de nier qu’il y a eu des éléments de communication culturelle (surtout d’origine hellénistique) jusqu’au XIIe siècle. Mais il s’agit de montrer qu’il n’y a jamais eu un merveilleux système mixte sur lequel aurait reposé la cohabitation pacifique ; qu’il n’y a jamais eu un mode de vie partagé par tous, une même perception du monde valable pour tous. "

01/09/2017

Les enseignements de l'attentat de Barcelone...

Vous pouvez découvrir ci-dessous un entretien de Charlotte d'Ornellas avec Xavier Raufer réalisé le 26 août 2017 pour Boulevard Voltaire, et consacré à l'attentat de Barcelone. Criminologue et auteurs de nombreux essais, Xavier Raufer a récemment publié Les nouveaux dangers planétaires (CNRS, 2012) et Criminologie - La dimension stratégique et géopolitique (Eska, 2014) et a également coordonné l'ouvrage collectif intitulé La première cyber-guerre mondiale ? (Eska, 2015).

 

                                        

07/07/2017

Ramiro Ledesma Ramos et le fascisme en Espagne...

Les éditions Ars Magna viennent de publier un essai inédit de Ramiro Ledesma Ramos intitulé Le Fascisme en Espagne. Intellectuel, fondateur du national-syndicalisme, Ramiro Ledesma Ramos fusionne son mouvement à la Phalange de José Antonio de Rivera avant de s'en séparer à la veille de la guerre civile. Arrêté peu avant le soulèvement militaire, il est assassiné en prison, en octobre 1936, par des miliciens du Front populaire.

 

Ramiro-Ledesma-Ramos_Le fascisme en Espagne.jpg

" Publié en Espagne en 1935, Le Fascisme en Espagne, ses origines, son développement, ses hommes, de Ramiro Ledesma Ramos n’avait jamais été traduit en français. La chose est faîte et elle était nécessaire car ce livre est d’une grande importance historique.

Rédigé par un intellectuel brillant, Le Fascisme en Espagne rend compte de l’ambiance politique du début des années 1930 dans la péninsule Ibérique. Une ambiance marquée par les assassinats politiques, la répression, l’incapacité des libéraux et des monarchistes, le laïcisme militant des partis de gauche et la montée aux extrêmes qui aboutit au Fronte Popular et à la Guerre d’Espagne. Le lecteur y découvrira les premiers pas de la Phalange espagnole des JONS, ses débats stratégiques et idéologiques, ses conflits internes et sa scission de 1935 suscitée par l’auteur de cet ouvrage. "

22/03/2014

Ivre d'un rêve héroïque et brutal...

« Il dort au lit profond creusé par les eaux vierges.
Qu'importe un monument funéraire, des cierges,
Le psaume et la chapelle ardente et l'ex-voto ?

Puisque le vent du Nord, parmi les cyprières,
Pleure et chante à jamais d'éternelles prières
Sur le Grand Fleuve où gît Hernando de Soto. »

José Maria de Hérédia (Les Trophées, Le Tombeau du Conquérant)

 

Les éditions de Fallois viennent de rééditer un roman de Marcel Brion, intitulé Ivre d'un rêve héroïque et brutal. Mort en 1984, historien de l'art et romancier, Marcel Brion est, notamment, l'auteur d'une étude réputée intitulée L'Allemagne romantique (Albin Michel, 1962-1978) et de biographies de Frédéric II de Hohenstaufen et de Charles le téméraire.

Marcel Brion.jpg

" Hernando de Soto est un des conquistadores les plus connus de la Conquête des Amériques (José Maria de Heredia lui a d’ailleurs consacré un très beau poème).

L’ouvrage inédit de Marcel Brion n’est pas une biographie historique – bien que les faits relatés soient exacts – mais un véritable roman picaresque, où l’auteur a voulu restituer un épisode remarquable de la Conquête des Amériques, comme un homme de l’époque pourrait l’avoir écrit.

La vie d’Hernando de Soto, depuis sa jeunesse en Espagne, ses expéditions au Pérou, à Cuba, jusqu’à sa fin tragique en Floride, est une suite d’aventures extraordinaires. On retrouve dans ce roman les héros de la conquête, des plus prestigieux comme Pizarro aux plus humbles soldats, les affrontements avec les Indiens, les interrogations face aux injustices que ceux-ci subissent (il défendra notamment, sans succès, le grand Atahualpa).

C’est une histoire pleine de bruit et de fureur, mais aussi une histoire d’amour pour un continent, sa beauté, ses femmes, ses mystères, et d’où l’humour n’est jamais absent, grâce à une galerie de personnages truculents.

La personnalité d’Hernando de Soto, très complexe et attachante, traitée avec une grande finesse et une absence totale de manichéisme, donne une vision moderne et ambiguë de cette époque. "