Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2018

Le retour en force des néoconservateurs américains…

Nous reproduisons ci-dessous entretien avec Alain de Benoist, cueilli sur Boulevard Voltaire, dans lequel il évoque la politique moyen-orientale de Donald Trump... Philosophe et essayiste, Alain de Benoist a récemment publié Le moment populiste (Pierre-Guillaume de Roux, 2017), Ce que penser veut dire (Rocher, 2017) et L'écriture runique et les origines de l'écriture (Yoran, 2017).

Alain de Benoist 2.jpg

Alain de Benoist : « Donald Trump, ou le retour en force des néoconservateurs américains… »

Le monde entier semble critiquer le retrait américain de l’accord sur le nucléaire iranien, oubliant qu’il s’agissait de l’une des promesses de campagne de Donald Trump. Emmanuel Macron, après avoir tenté de faire changer d’avis le président américain, s’est vu renvoyer dans les cordes. Quelles conséquences ?

La décision délirante de Donald Trump ne peut avoir que des effets désastreux, puisque à court terme, elle va renforcer en Iran la position des plus « durs », qui y voient déjà la confirmation qu’on ne peut jamais faire confiance aux Occidentaux, et qu’à moyen terme, elle peut tout simplement déclencher une nouvelle guerre. (Souvenons-nous qu’en 1941, le Japon avait été poussé à l’entrée en guerre à la suite de l’embargo maritime américain sur son pétrole et son acier.) Trump a, en revanche, été applaudi par Israël, pays qui possède plus de 200 têtes nucléaires braquées en permanence sur Téhéran et qui prétend lui interdire tout accès à l’arme nucléaire alors qu’il s’en est doté lui-même de manière illégale et n’a jamais autorisé le moindre contrôle international de ses propres installations.

Cette décision, qui confirme que la politique étrangère des États-Unis est à nouveau passée sous le contrôle des néoconservateurs, est aussi et peut-être surtout une véritable déclaration de guerre aux pays européens qui se voient intimer l’ordre de violer à leur tour un accord multinational qu’ils ont mis des années à négocier, et que l’Iran a jusqu’ici scrupuleusement respecté, sous peine d’exposer leurs entreprises à d’énormes sanctions. Les Américains montrent ainsi le mépris dans lequel ils tiennent leurs partenaires au sein de l’Alliance atlantique.

Du coup, c’est l’heure de vérité pour une Europe dont les entreprises ont déjà massivement investi là-bas : peut-elle et a-t-elle la volonté politique de tenir le coup face au diktat de la Maison-Blanche ? Tout cela profitera-t-il finalement à Pékin, qui est déjà le premier partenaire commercial de Téhéran ?

L’Union européenne a fait savoir qu’elle envisageait quelques timides mesures de rétorsion et qu’elle allait demander aux États-Unis de bien vouloir autoriser quelques « exemptions ». La vérité est qu’elle n’en fera rien ou que cela ne débouchera sur rien : PSA et Total se sont d’ailleurs déjà couchés, preuve que ces entreprises ne se font aucune illusion sur les dirigeants de l’Union européenne. La seule réponse efficace serait, pour les Européens, d’annoncer solennellement que, désormais, ils ne reconnaissent plus l’extra-territorialité des lois intérieures américaines. Mais personne n’osera le faire. L’affaire est donc pliée d’avance.

La Chine sera sans doute la première à profiter du retrait des entreprises européennes en Iran, ce qui ajoutera encore à sa spectaculaire montée en puissance. En parité de pouvoir d’achat, son PIB est d’ores et déjà supérieur à celui des USA, dont elle est aussi le premier créancier étranger (1.200 milliards, sur les 20.200 milliards de dettes fédérales). La Chine dispose à la fois de l’étendue, du nombre, de la puissance et d’une très active diaspora. Déjà en guerre économique et technologique avec les États-Unis, son alliance avec la Russie est plus solide qu’on ne le dit généralement. Son projet de nouvelle « route de la soie », dit projet OBOR (One Belt One Road), témoigne de sa volonté de se désenclaver de son environnement montagneux et de sa façade maritime limitée pour renouer avec sa tradition d’expansion commerciale vers l’Europe et l’Asie.

Avec Trump, nous assistons au renforcement de l’axe Washington-Riyad-Tel Aviv, à savoir trois capitales n’ayant lutté que de loin contre l’État islamique – quand elle ne le finançait pas, pour ce qui concerne la deuxième. C’est un fait nouveau ?

C’est surtout un éclaircissement des fronts. On a désormais, d’un côté, un axe Washington-Riyad-Tel Aviv (si le jeune prince saoudien n’est pas assassiné à court terme), de l’autre un axe Moscou-Damas-Téhéran. D’un côté les sunnites, de l’autre les chiites. Bien entendu, je simplifie. La Russie n’a pas l’intention d’affronter directement les Israéliens (avec plus d’un million d’individus, les Juifs d’origine russe constituent la première communauté juive en Israël), les intentions de la Turquie restent comme d’habitude labyrinthiques et, d’autre part, le maillon faible de l’axe n° 1 est de toute évidence l’Arabie saoudite. Mais géopolitiquement, cette confrontation a un sens. Dans de telles conditions, l’intérêt politique, stratégique et civilisationnel de la France et de l’Europe serait de toute évidence de se tourner vers l’Est, c’est-à-dire de rompre son allégeance aux États-Unis et de se solidariser de l’ensemble continental eurasiatique. Mais c’est, précisément, le moment que semble avoir choisi Emmanuel Macron pour multiplier les signes d’allégeance atlantiste – ce qui est dramatique.

Le 4 octobre 2016, un mois avant l’élection de Donald Trump, le général Mark Milley, alors chef d’état-major de l’armée américaine, affirmait : « Une guerre future de haute intensité entre des États-nations de grande puissance est pratiquement certaine. Elle sera très hautement mortelle. » Et pour qu’on comprenne bien, il ajoutait : « Ne vous y trompez pas, l’armée américaine détruira n’importe quel ennemi, n’importe où, n’importe quand. » Nous voilà prévenus.

Alain de Benoist, propos recueillis par Nicolas Gauthier (Boulevard Voltaire, 14 juin 2018)

14/06/2018

Qui c'est le boss ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Michel Geoffroy, cueilli sur Polémia et consacré au dernier sommet du G7, qui a vu le président des Etats-Unis imposer sa volonté aux autres dirigeants. Ancien haut-fonctionnaire, Michel Geoffroy vient de publier La Superclasse mondiale contre les peuples (Via Romana, 2018).

 

Trump_Merkel_G7.jpg

G7 de Toronto : Amérique 15, Europe 0

La photo, emblématique du dernier G7, a fait le tour du monde, ou à tout le moins du Web. On y voit le Président américain assis, face aux autres participants, debout de l’autre côté de la table. Et Mme Merkel se pencher vers lui, en ayant l’air de lui demander quelque chose. Mais Donald Trump reste les bras croisés, un sourire ironique aux lèvres. Il ne cédera rien. America first !
Il paraît qu’une « image vaut mieux que 1 000 mots ». Cette photo nous dit beaucoup de choses en effet.

Le boss des Occidentaux

Elle nous montre d’abord qui est le boss chez les Occidentaux : celui qui reste assis quand les subalternes, même de sexe féminin, sont debout, comme dans le salon ovale de la Maison Blanche.

Le boss, c’est bien sûr le patron américain qui dicte ses conditions aux membres européens du G7 et qui décide de taxer unilatéralement les importations en provenance du Vieux Continent. Ou de sortir de l’accord sur le climat ou encore du traité sur le nucléaire iranien. Quelle sera la prochaine annonce ?

On appelle cela en langage diplomatique l’unilatéralisme. Autrefois, on appelait cela l’impérialisme, quand la gauche ne s’était pas encore ralliée au néo-capitalisme mondialiste.

Fuck the UE semble penser Donald Trump dans son for intérieur. C’est moi qui décide. C’est moi le boss.

Seuls les hommes parlent

Sur la photo on voit aussi que seule Mme Merkel vient de parler, manifestement. Normal car en Europe, c’est elle la patronne : la vraie patronne de la BCE, du mark – pardon de l’euro – fort et de la priorité à la lutte contre l’inflation, pour garantir les économies des épargnants allemands. Celle aussi qui nous a imposé d’accueillir toujours plus d’immigrants clandestins.

C’est pourquoi les autres participants écoutent ou baissent la tête. On voit à peine le front plissé d’Emmanuel Macron, de profil, derrière la Chancelière. A l’évidence, dans le fameux « couple franco-allemand », ce n’est pas lui le chef de famille ! Emmanuel ne fait pas le poids face à Madame Angèle.

« Quand les hommes parlent, les gonzesses se barrent » dit un truand dans le célébrissime film Les Tontons Flingueurs de George Lautner. L’homme de l’Union européenne c’est Angela Merkel : c’est elle qui décide et qui parle. Les autres ne font que de la figuration ou de la com’.

L’ombre de la Grande Asie

Quant au premier ministre japonais, impénétrable comme le veut la politesse asiatique, on le voit sur la photo regarder ailleurs, les bras croisés.

Le spectacle pitoyable de l’impuissance européenne face à l’unilatéralisme américain ne semble manifestement pas le concerner. Il regarde en effet vers la grande Asie qui vient. Et il pense au Japon qui se prépare déjà à la fin du parapluie militaire américain, à la différence des naïfs Européens, toujours prisonniers de l’OTAN.

Un symbole de la dramatique impuissance européenne

Le G7 de Toronto restera dans les annales comme un symbole pitoyable de l’impuissance européenne dans le monde qui vient. Comme fut pitoyable la réponse du ministre français de l’économie Bruno Le Maire qui déclarait ne « pouvoir comprendre, que nous, alliés des États-Unis, puissions être frappés par les tarifs américains ». Il ne comprend pas, le pauvre : on dirait un mari trompé dans une comédie de Labiche… Ridicule !

Les Européens n’ont toujours pas compris en effet que le XXIe siècle serait celui du choc des civilisations et non le monde de Bisounours auquel ils feignent de croire. Ils continuent d’y croire, malgré le chaos migratoire et le terrorisme qui les frappe. Ils y croient encore malgré l’unilatéralisme à répétition de leur « allié ». De leur suzerain en fait, mais un suzerain malheureusement indifférent au sort de ses vassaux.

Le roi est nu

« Le nationalisme économique, c’est la guerre » a déclaré martialement Emmanuel Macron, répétant ce qu’on lui a appris à Davos ou aux Young Leaders. Hélas l’Europe ne sera pas sauvée par ce genre de déclaration, qui ouvre la voie à toutes les capitulations, mais par des actes.

L’Union européenne, nain diplomatique, militaire et politique ne compte pas. On l’a vu à Toronto. Le roi européen est nu.

Car face aux puissants de ce monde, il faut opposer la puissance et non des mots.
Il serait temps de construire enfin l’Europe de la puissance !

Michel Geoffroy (Polémia, 12 juin 2018)

12/11/2017

Feu sur la désinformation... (161)

Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours d'Hervé Grandchamp.

Au sommaire :

  • 1 : Jeux vidéo.com méga troll ou catharsis ?
    Après l’insulte, la censure, le site jeux vidéos .com victime de l’acharnement des journalistes pour avoir osé s’attaquer à la journaliste Nadia Daam. C’est tout une caste qui défend son pré-carré : le pouvoir de dénigrer sans en payer les conséquences.
  • 2 : Le Zapping d’I-Média
    Le journaliste Samuel Laurent appelle à la fermeture de comptes twitters pour « trolling ». Invité dans l’émission C à vous sur France 5, le journaliste des décodeurs a qualifié Sébastien Jallamion de « Troll d’extrême droite ». Réaction d’Anne Elisabeth Lemoine animatrice principale de l’émission : « On ne peut pas fermer leur compte ? » Saint-Laurent et Bergé, « deux être malades sexuellement ». I-Média 167 parlait de l’hommage mitigé rendu à Pierre Bergé lors de sa mort. Une modération étonnante qui s’explique après les révélations fracassantes de son ancien chauffeur Fabrice Thomas dans son ouvrage « Saint-Laurent et moi : une histoire intime ».

  • 3 : Trump 1 an après : les médias en lutte
    Les médias toujours en guerre contre Donald Trump. Belliqueux, raciste, gamin, retour sur 1 an de couverture sur le président américain toujours détesté par la presse mondiale.
  • 4 : Les tweets de la semaine
    La meilleure garantie pour remporter un prix littéraire, serait de parler des nazis. L’idée a été relevée par le Huffington post : Depuis vingt ans un quart des ouvrages primés par les quatre principaux prix littéraires ont trait à la Deuxième guerre mondiale. Paradise Paper, touchez pas au patron. Dans le cadre des nouvelles révélations sur l’évasion fiscale, les journalistes ciblent particulièrement certaines personnalités. La Une du monde du 09 novembre évoque Bernard Arnaud Julien Clerc etc. Xavier Niel (propriétaire du Monde) est évoqué, mais dans un petit encart au milieu du journal.
  • 5 : Pascal Praud, buzzer sans se laisser intimider
    Bad Buzz en enfilade pour Pascal Praud. L’animateur star de C-News fait l’objet de toutes les critiques pour avoir osé s’opposer à l’anti racisme béat. La presse dénonce un dérapage et même une agression.

                                        

22/05/2017

Trump contre l'Etat profond ?...

Vous pouvez découvrir ci-dessous une chronique d'Éric Zemmour sur RTL, datée du 18 mai 2017 et consacrée à la lutte engagée, avec l'aide des médias, par l'"État profond" américain, pudiquement appelée la "communauté du renseignement", contre le Donald Trump, président démocratiquement élu à la suite d'un processus électoral régulier...

On ne s'étonnera pas de la complaisance avec laquelle les médias français commente cette tentative manifeste de coup d'état quand on découvre les réactions approbatrices qui ont a accompagné la révélation récente de l'existence d'un plan de "protection de la République" destiné à être mis en œuvre en cas de victoire de Marine Le Pen à l'élection présidentielle...

 

                                        

13/01/2017

Le grand mensonge des Démocrates américains...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Stéphane Trano, cueilli sur son blog Objectif Washington et consacré au refus des Démocrates et d'une grande parties des médias américains d'accepter la défaite d'Hillary Clinton. Un refus qu'on retrouve, nourri des mêmes arguments, dans les médias européens... Journaliste indépendant installé aux Etats-Unis, l'auteur a été un des observateurs les plus lucides et les plus intéressants à lire de la dernière campagne électorales.

 

Obama_fin de mandat.jpg

 

Le grand mensonge des Démocrates américains

On ne peut pas blâmer les Démocrates américains de tenter, par tous les moyens, de masquer la portée de leur échec en l’attribuant à toutes sortes de motifs, même les plus fantaisistes. La pilule est certes amère. Toutefois, la part la plus intéressante de cette hystérie collective est le phénomène d’auto-persuasion qui en est le moteur et que la plupart des grands médias du pays alimentent.

L’argument numéro un des perdants est la faillite du système électoral et, en particulier, le fait que la candidate démocrate, Hillary Clinton, a remporté le scrutin populaire. C’est oublier que la situation, même si elle n’est pas commune, s’est produite à quatre reprises au cours de l’Histoire des Etats-Unis, et qu’elle ne constitue pas de difficulté particulière aux termes de la Constitution. De plus, le 115ème congrès, sorti des urnes le 8 novembre 2016 et en fonction depuis le 3 janvier 2017, a vu 52% des électeurs voter pour les Républicains au Sénat et 55% à la Chambre des représentants. Il n’y a donc aucune anomalie dans les élections de 2016 de ce point de vue.

Le second argument est celui du piratage informatique à grande échelle des élections, sur ordre du président russe Vladimir Poutine, afin de faciliter l’élection de Donald J. Trump. Là encore, l’idée ne tient pas debout. Aucune trace de défaillance dans le nombre limité de votes électroniques aux élections n’a été décelée. Les services du renseignement américain, en dépit de leur conviction affichée selon lesquelles il existe un indice « haut » de confiance dans le fait qu’il y a eu piratage, ne sont pas tenus de produire le moindre élément de preuve au public, puisque de telles informations sont par essence classées « secret défense ». Il faut donc les croire sur parole.

Poussés par ceux qui demeurent sceptiques sur la manière dont on s’y prend pour influencer le résultat d’une élection par des moyens électroniques, des experts affirment, par dizaines, que le régime russe a répandu de « fausses informations » à grande échelle afin de porter atteinte à l’image de la candidate Hillary Clinton. Les mêmes sont incapables d’expliquer concrètement comment l’on s’y prend et pourquoi il faut des « hackers » pour influencer les esprits dans leur choix lors d’un vote.

 

Une mauvaise candidate

Hillary Clinton n’a eu besoin ni de Vladimir Poutine, ni de Julien Assange et encore moins de « pirates » pour perdre les élections de 2016. Ce ne sont pas de prétendues « fausses » informations qui ont heurté sa réputation déjà bien entamée auprès de nombreux électeurs américains, par exemple, dans l’affaire des emails, mais au contraire, son refus obstiné de prendre cette affaire au sérieux et de répondre aux interrogations. On ne voit pas, non plus, quelles « fausses » informations ont poussé l’électorat noir américain à se sous-mobiliser lors du vote du 8 novembre, ou les femmes et les plus jeunes à bouder sa candidature, après la défaite de Bernie Sanders lors des primaires démocrates.

Hillary Clinton, dont l’ambition n’est pas éteinte par la défaite, a affiché un visage froid, autoritaire et cassant, durant sa campagne. Elle n’a pas su développer un programme à la fois lisible et crédible, qui aurait pu emporter un vote, à la fois populaire et du collège électoral, si tranché qu’il n’y aurait eu aucune contestation. Comment, en effet, se revendiquer de l’héritage de Barack Obama, lorsque cet héritage peine à brandir autre chose que l’Obamacare, dont même les démocrates savent qu’il n’est pas financé au-delà de 2017 et coûte, en réalité, une fortune au regard des bénéfices qu’il apporte ?

 

Mensonges et déni

Car au-delà de cette loi sur la santé qui n’est en rien un système généreux et égalitaire tel qu’on le pense du côté des Européens, c’est le vide. Même si le Secrétaire d’Etat John Kerry blâme ces derniers jours le gouvernement anglais, prétendant qu’il est à l’origine de l’incapacité d’Obama à agir plus concrètement et durablement au Moyen-Orient contre l’état islamique, la mémoire de tous est par chance encore assez fraîche pour se souvenir que les huit années de ce président ont été celles d’une grande hypocrisie diplomatique et militaire. Mais le déni, dans ce domaine comme dans bien d’autres, est plus puissant que la mémoire.

Les âmes sensibles sont outrées par l’idée de construire un mur à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. On a beau leur montrer les mille kilomètres de ce mur déjà construit, y compris sous le premier mandat d’Obama, cela n’a guère d’effet et n’entraîne aucune interrogation sur les raisons pour lesquelles le bon président n’en n’a pas retiré une seule pierre.

Un autre exemple est celui de la crise financière de 2008 et du retour au « plein emploi » huit ans plus tard : quel président n’aurait point réussi ce « prodige » en creusant le déficit de son pays, comme Barack Obama l’a fait, de près de 5000 milliards de dollars ?

La période 2008-2016 n’a pas non plus été celle de législations majeures en matière d’armes à feu, d’incarcérations, de recul de la peine de mort, de maîtrise des frais de scolarité ou de gestion des prêts étudiants parvenus à des hauteurs astronomiques.

Quel est donc ce succès dont les Démocrates se revendiquent au juste? Est-ce celui des villes défigurées sous les coups de boutoir du géant Amazon, à la fois propriétaire du puissant Washington Post et importateur massif de toutes les chinoiseries possibles qui inondent un marché américain ou l'on ne sait plus fabriquer une chaussette? Est-celui de Saint Zuckerberg, le jeune patron de Facebook, "le" média des "millénaires" qui ne savent plus à quoi ressemble un livre et qui entre désormais en politique avec de hautes ambitions? Est-ce celui du mariage gay et de la dépénalisation du cannabis, hautes priorités s'il en est dans un monde où tout le monde se fout des 250 000 morts du Sud Soudan, bien moins "sexy" que ceux de Syrie? 

Quel héritage Obama?

Alors, que reste t-il de cet héritage Obama, au juste ? Une posture, bien évidemment. Après George W. Bush et le mensonge irakien, n’importe quel président aurait été auréolé de gloire. On attendait d’Obama, toutefois, un peu plus qu’un physique avenant, un talent rhétorique et l’humour dont il a tant usé. Car c’est à ce que laisse un président que l’on mesure son impact, pas à sa performance sur la scène du pouvoir. L’Amérique n’est pas plus sympathique dans le monde qu’elle ne l’était avant son arrivée, ni plus sûre, ni plus égalitaire. Mais elle a la chance d’être un pays pragmatique : en ramenant au pouvoir, contre toute attente, les Républicains, elle a flanqué une gifle magistrale aux « progressistes » qui se croyaient tout permis. Elle ne l’a pas fait par folie ou par irresponsabilité mais parce qu’elle a confiance dans la capacité de ses institutions à « encaisser » ce type de choix démocratique, si perturbant soit-il pour des milieux qui s’estiment mieux éduqués et éclairés que les autres. On appelle cela l’alternance, une banalité que les Démocrates veulent aujourd’hui faire passer pour un scandale et une catastrophe.

Cherchez l’erreur.

Stéphane Trano (Objectif Washington, 8 janvier 2017)

11/01/2017

Interférences, post-vérité et post-démocratie...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de François-Bernard Huyghe, cueilli sur son site Huyghe.fr et consacré aux accusations de la CIA, largement reprises par les médias occidentaux, visant à faire passer l'élection de Donald Trump comme le fruit d'une opération de manipulation russe, orchestrée par Vladimir Poutine... Spécialiste de la stratégie et de la guerre de l'information et directeur de recherches à l'IRIS, François Bernard Huyghe vient de publier La désinformation - Les armes du faux (Armand Colin, 2015).

 

Post-vérité.jpg

Interférences, post-vérité et post-démocratie

Les accusations d'interférence russe dans les élections présidentielles américaines nourrissent un courant qui voudrait encadrer la démocratie au nom du péril démagogique et du du risque d'intoxication sur les réseaux sociaux.

Selon le Washington Post l'essentiel est dans ces onze lignes : "Nous affirmons que le Président russe Vladimir Poutine a dirigé en 2016 une campagne d'influence contre l'élection présidentielle américaine. Les objectifs de la Russie étaient de saper la confiance publique dans le processus démocratique US, de dénigrer la Secrétaire H. Clinton et d'attenter à sa capacité d'être élue et sa capacité de devenir présidente. Nous affirmons en outre que Putin et le gouvernement russe ont développé une claire préférence nette pour le président-élu Trump. Nous avons une sérieuse assurance en ces affirmations. " Tel serait l'essentiel du rapport des services de renseignement sur la fameuse affaire du piratage russe des élections.
Mais le même rapport consultable ici des services de renseignement n'apporte aucune preuve "forensique" comme on dit là-bas, c'est-à-dire au sens criminologique, un indice matériel qui permette d'imputer un fait à un auteur par une trace particulière qu'il aurait laissée (comme une empreinte, un enregistrement de sa voix, de l'ADN).

Simplement cela veut dire :
Soit que les services de renseignement US déduisent le fait que des ordinateurs du service démocrate ont été piratés par les russes à partir de de considérations générales de vraisemblance (ce serait bien leur style, ce serait bien leur intérêt !) Ou alors d'indices qui seraient faciles à contrefaire (les attaques ont été faites aux heures de bureau moscovites, il y a des bouts de code en cyrillique, cela pourrait provenir d'une adresse IP sur le territoire russe, des agences privées ou publiques soupçonnent des groupes de hackers avec des noms comme fancy bearqui sonnent très russe, etc.)
Soit les services américains ont des preuves par des agents infiltrés ou par des enregistrements satellite ou leurs propres piratages informatiques qu'au Kremlin, Poutine a commandé cette opération à un service d'État ou à des hackers tolérés par les services d'État. Mais si cette preuve existe, elle ne peut être communiquée au risque de démolir toute l'argumentation : il serait licite de mettre un micro sous le bureau de Poutine pour prouver qu'il cherche à faire tomber H. Clinton et il serait criminel de s'emparer de mails authentiques du parti démocrate prouvant que H. Clinton reçoit les question des journalistes avant d'aller sur un plateau ou qu'elle fréquente des lobbyiste.

Nous atteignons ici des sommets d'hypocrisie. Sur le fond nul ne doute que Poutine n'ait voulu la peau d'Hillary et vice-versa, ni qu'il existe des services d'espionnage russes, y compris dans le cyberespace, mais nul ne doute non plus que la NSA ait espionné les téléphones de trois présidents français et de Mme Merkel comme elle a consulté les mails de millions de citoyens, y compris Français. Nul ne doute pas que la Russie ne désire interférer dans les élections occidentales, mais nul ne doute pas non plus que les services américains, par leur financement, leurs services leur diplomatie, des Ong amies, leurs médias ou leurs relais idéologiques n'aient essayé d'influencer des centaines d'élection à travers le monde.

Mais s'il y a eu intrusion électronique (hack) et non fuite de l'intérieur (leak) rien ne prouve que ce soit le fait du gouvernement russe, même si des internautes russes sont éventuellement intervenus. Rien ne prouve que ces documents soient faux (fakes), tout au contraire si la "victime" proclame qu'ils ont été prélevés illégalement, elle avoue qu'ils sont authentiques, sinon il suffirait de les dénoncer comme des forgeries.
De l'aveu du même rapport, il n'y a aucune preuve que ce soient des services russes qui aient infecté les ordinateurs démocrates (pour mettre sur la place publique des faits scandaleux à la manière d'un journaliste d'investigation), mais il n'y en a pas non plus qu'ils aient perturbé le fonctionnement des machines électorales ou le décompte des voix (choses techniquement impossibles sans se faire prendre par un recompte et il y en a eu).

On en revient donc au même point :
Qui que ce soit qui ait fourni des documents à Assange et à Wikileaks qui les a révélés au public, tout repose sur la réceptivité d'une part de l'électorat à ce genre de nouvelles qui confirmait sont opinion sur la "tricheuse" Clinton et ses protections
Nous ne savons pas de quel poids a pesé cette révélation-là, faite entre beaucoup d'autres (à commencer par celles du FBI lui-même sur les mails de H. Clinton) et ce dans les deux sens (il y a eu aussi des "leaks" sur la sexualité ou les affaires de Trump) sur les électeurs;
Si des révélations ont eu cette influence c'est à mesure sinon de leur vérité, du moins de leur véracité ou de leur crédibilité, et parce qu'elles répondaient aux attentes d'une partie de l'électorat, notamment celui qui pense précisément que les élites sont complices et que les médias entretiennent dans le déni de la réalité.

La vraie question n'est pas s'il y a eu piraterie informatique d'un niveau si sophistiqué que seul un État ait pu l'organiser ou si ces révélations sont favorables aux objectifs d'un État (mais si l'on va par là, les prétendues ADM de Saddam Hussein sont un meilleur exemple d'interférence par l'information) l'important est de savoir qui popularise ces contenus et comment le public les reçoit.

Pendant la guerre froide les États-Unis ont diffusé par leurs radios transmettant au-delà du rideau de fer des nouvelles qui contredisaient les thèses soviétiques. Et cela s'appelait de la diplomatie publique. Durant les guerres de Yougoslavie et du Golfe, profitant des télévisions diffusées par satellite, ils ont imposé largement une vision de la réalité favorable à leurs interventions militaires. Il est fort possible que les Russes exercent une influence sur une fraction de l'opinion occidentale en plusieurs langues et via des médias comme Russia Today ou à travers les réseaux sociaux.
Il y a des tentatives d'influence dans le sens est-ouest ou ouest-est : c'est indéniable.

La question est de savoir à quel point une fraction de l'opinion vit dans la méfiance à l'égard du discours d'en haut, dans son propre pays (politiciens, experts, journalistes et tous ceux qui tentent d'imposer une vision de la réalité) et pourquoi elle adhère à un contre-discours sensé venir de l'extérieur. Traiter ces populations comme naïves, refusant d'écouter un discours raisonnable et poursuivant leurs seules passions à l'ère de la post-vérité c'est manifester un mépris de la plèbe ou une volonté de bétonner le débat sur quelques vérités indiscutables opposées à la "post-vérité" (circonstances où les faits objectifs ont moins d'influence que les appels à l'émotion ou aux opinions personnelles). C'est aussi se boucher les yeux sur quelques échecs politiques récents (Brexit, Trump, référendum italien...) en les attribuant à une causalité diabolique (les démagogues qui, devinez quoi, mentent pour raconter au peuple ce qui flatte ses instincts) ou à des traîtres et à des services d'influence étrangers.
La pente est dangereuse qui mène ainsi à conclure que, pour que le vote du peuple soit valable, il faudrait qu'il soit protégé :
par des services secrets qui lui révèlent combien des forces étrangères essaient de l'influencer idéologiquement (mais sans révéler comment ils l'ont su, puisque ce sont des services secrets)
par des experts qui délimitent le cercle du débat raisonnable (en matière d'économie, de santé, de climatologie, de géopolitique) et celui des délires démagogiques
par des médias qui vérifieraient la véracité du discours public (fact checking), chasseraient les discours de haine et ne mettraient pas toutes les opinions sur le même plan, qui éliminerait les complotistes, par exemple
si possible par des algorithmes ou des interventions des grands du Net pour purifier la Toile des fakes et rumeurs qui la polluent.
En somme la seule solution pour échapper aux mauvaises influences et au règne de la post-vérité, ce serait de passer à celui de la post-démocratie ?

François-Bernard Huyghe (Huyghe.fr, 8 janvier 2017)