Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/01/2017

Notre existence a-t-elle un sens ?...

Les éditions Fayard rééditent, dans leur collection de poche Pluriel, un essai de Jean Staune intitulé Notre existence a-t-elle un sens ?. Diplômé en mathématiques, sciences politiques et paléontologie, Jean Staune, qui enseigne la philosophie des sciences à HEC, est l'auteur de Au-delà de Darwin (Jacqueline Chambon éditions, 2009).

 

Staunes_Notre existence a-t-elle un sens.jpg

" Jean Staune nous fait voyager à travers l'infiniment petit et l'infiniment grand, les sciences de la vie et les sciences de la conscience. Un parcours fascinant qui nous amène à une incroyable conclusion : la vision classique que nous avons aujourd'hui de l'homme et du monde est aussi inexacte que pouvait l'être au Moyen Âge celle d'un Univers de petite dimension dont la Terre occupait le centre ! La vision nouvelle issue de cette synthèse nous décrit un monde ouvert sur d'autres niveaux de réalité, où notre conscience ne se résumerait pas à l'activité de nos neurones, où la vie serait inscrite dans les lois de l'Univers.
De telles découvertes, qui selon de nombreux scientifiques permettent un " réenchantement du monde ", ont de très grandes implications philosophiques et sociétales. Parmi celles-ci, la possibilité d'un rapprochement, après des siècles de séparation, de nos connaissances rationnelles et des intuitions des grandes traditions religieuses, pour contribuer à donner aux hommes du XXIe siècle une vision unifiée et cohérente du monde. "

17/12/2015

La liberté dans l'évolution...

Les éditions Wildproject viennent de publier un essai de Kinji Imanishi intitulé La liberté dans l'évolution. Ecologiste, anthropologue et primatologue japonais, mort en 1992, Kinji Imanishi est l'auteur d'une théorie écologique de l'évolution. Le même éditeur a déjà publié en 2011 un autre de ses essais, Le monde des êtres vivants.

 

Liberté dans l'évolution.jpg

" Le testament philosophique du plus célèbre naturaliste japonais. Peut-on réduire l'évolution du vivant aux mécanismes extérieurs de la sélection . L'évolution pourrait-elle être conçue, non comme un simple mécanisme, mais comme une initiative du vivant ? À la fin d une vie consacrée à l'étude de la nature, Imanishi examine et met au clair ses convictions sur l'évolution. En revendiquant pour le vivant la qualité de sujet, il choisit de s'opposer au dualisme néo-darwinien. Pour Imanishi, il s'agit d entrer dans le monde de chaque espèce, où elle forme avec son milieu une unité concrète qu il appelle sumiwake, écospécie. Le travail d'Imanishi converge avec la mésologie d Augustin Berque (étude des milieux vécus), qui travaille aujourd'hui à l'articulation entre histoire naturelle et histoire humaine. "

02/12/2015

La domination masculine n'existe pas !...

Les éditions Anne Carrère viennent de publier un essai de Peggy Sastre intitulé La domination masculine n'existe pas. Docteur en philosophie des sciences, spécialiste de Nietzsche et de Darwin, elle a écrit plusieurs essais sur les questions sexuelles dans une optique biologique et évolutionniste.

 

Domination masculine_Sastre.jpg

 

" L’homme (avec un petit h et un pénis de taille variable) est une pourriture : c’est lui qui vole, viole, tape, tue, refuse de laver ses slips et préférerait crever plutôt que de vivre dans un monde où des bonniches ont le droit de devenir PDG. Voici la « version officielle » de notre histoire. L’histoire humaine est, dit-on, l’histoire d’une domination masculine, faite par et pour des hommes prêts à tout pour tenir les faibles femmes à leur botte.

Sauf que cette histoire est fausse. Du moins en partie.

Si les hommes ont le pouvoir, c’est parce que les femmes l’ont bien voulu, tout au long des 99,98 % de l’histoire de notre espèce. Et ces millions d’années qui nous ont vus devenir lentement ce que nous sommes, elles les ont passés à frétiller du derche au moindre indice de force, de puissance et de brutalité. Pourquoi ? Parce lorsque votre organisme renferme des ovaires et un utérus, que votre reproduction vous fait courir un danger vital aussi extrême qu’indispensable, et que vous vivez dans un environnement hostile, de tels attributs sont encore les meilleurs pour vous protéger, vous et le fruit de vos entrailles, et vous aider à transmettre vos gènes aux générations suivantes.

En d’autres termes, il n’y a pas de domination masculine. Un tel système oppresseur, vertical et unilatéral n’existe pas. Ce qui existe, c’est une histoire évolutive qui aura poussé les deux sexes à des stratégies reproductives distinctes.

En décortiquant les principaux territoires de la « domination masculine » – les inégalités scolaires et professionnelles, le harcèlement, les violences familiales et conjugales, le viol et les violences sexuelles, la culture de l’honneur, l’agressivité, la guerre et le terrorisme –, cet ouvrage non seulement les éclaire d’une lumière radicalement nouvelle dans notre paysage intellectuel, mais il permet surtout de mieux les comprendre et de les expliquer, quitte à risquer de saisir, au passage, que les femmes ne s’en sortent vraiment pas si mal… "

18/10/2015

Tour d'horizon... (96)

 

japanese officers khalkhin gol.jpg

 

Au sommaire cette semaine :

- sur le Plus de l'Obs, Peggy Sastre explique pourquoi l'héroïsme guerrier masculin est un avantage darwinien....

La guerre, c'est "sexy" ? Pourquoi l'héroïsme guerrier est une affaire d'hommes

leonidas_gorgo.jpg

 

- sur Metamag, Pierre Le Vigan revient sur la société du dernier homme, anticipée par Nietzsche et qui est devenue la nôtre...

Après le dernier homme, quoi ? (1)

Après le dernier homme, quoi ? (2)

dernier homme.jpg

29/10/2011

Dans la tête de Richard Wagner...

Les éditions Fayard viennent de publier une énorme étude de Christopher Looten consacrée à Richard Wagner et intitulée Dans la tête de Richard Wagner - Archéologie d'un génie. Christopher Looten, compositeur et théoricien de la musique, a puisé dans les milliers de pages d'écrits du maître de Bayreuth pour présenter sa pensée et ses sources d'inspiration. Indispensable pour tous les wagnériens !

 

allemagne,bach,balzac,bayreuth,beethoven,calderon,christianisme,christopher looten,compositeur,dante,darwin,dresde,enfer,eschyle,faust,génie,homère,inspiration,musique,nietzsche,parsifal,saussure,schopenhauer,shakespeare,sophocle,tragédie,wagner,walkyrie,wittgenstein 


"Richard Wagner avait une opinion sur tout : de la mode à l’atome, en passant par la tragédie grecque, Schiller ou Darwin. Il vénérait Goethe et admirait Balzac, trouvait les vêtements des Allemandes indécents et vantait la nudité grecque. Shakespeare était à ses yeux le plus grand poète allemand et il se voyait lui-même comme le successeur d’Eschyle. 
Rarement lus, les dix volumes des Œuvres en prose où Wagner expose ses opinions demeuraient jusqu’à aujourd’hui un domaine inexploré. Christophe Looten en a extrait les pensées du compositeur pour nous les offrir dans une nouvelle traduction. Les cent dix sujets de cette autobiographie intellectuelle sont enrichis de commentaires, de nombreuses citations du Journal de Cosima, ainsi que de passages de lettres inédites en français. 
Il nous restitue une image fidèle d’un aspect encore méconnu du compositeur : l’homme de culture, le lecteur, le bibliophile, exemple même de l’artiste génial de la fin du XIXe siècle. 
Ce voyage dans l’esprit d’un des plus grands génies de la musique nous fait entrer dans le monde de Richard Wagner. Guidés par l’un de ses meilleurs connaisseurs, nous allons à la rencontre d’un homme dont la musique exerce toujours une fascination incomparable."

08/10/2009

Au-delà de Darwin !

Vulgarisateur scientifique, Jean Staune publie chez Jacqueline Chambon Editions, Au-delà de Darwin - Pour une autre vision de la vie.

Staune.jpg
"Depuis la publication, il y a cent cinquante ans, de L'Origine des espèces, on considère que les êtres vivants sont issus d'un processus de sélection naturelle et de lutte pour la vie.
Or, des résultats de recherche provenant de diverses disciplines - paléontologie, génétique, biochimie - montrent que la structure des êtres vivants ne provient pas d'une série d'adaptations mais est inscrite dans les lois mêmes de la nature. Les organismes vivants ne sont pas des machines assemblées au hasard de l'évolution, ils possèdent leur propre logique interne. C'est cette dernière qui, à long terme, commande l'évolution des espèces, et non la sélection induite par les changements de l'environnement.
Les tenants du darwinisme et du créationnisme commettent donc la même erreur : considérer les structures et les formes des êtres vivants comme des résultats arbitraires, façonnés par un concepteur pour les uns, par la sélection naturelle pour les autres. Cette nouvelle vision, qui remet en cause la conception communément admise de l'évolution, ouvre la voie à une révolution copernicienne dans le domaine des sciences de la vie."