Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2017

La première guerre mondiale et ses responsables...

Les éditions du Toucan viennent de publier dans leur collection L'Artilleur un essai de Bertrand Blandin intitulé  1914, la France responsable ? - Les secrets de la déclaration de guerre. Bertrand Blandin est professeur d'histoire.

 

Blandin_1914 - La France responsable.jpg

" Les secrets de la déclaration de guerre

Le 3 octobre 2010, l’Allemagne fit son dernier versement à la France dans le cadre des réparations de guerre imposées par le traité de Versailles de juin 1919.

C’est dire à quel point la culpabilité totale et absolue de l’Allemagne dans le déclenchement du premier conflit mondial est restée acquise, enseignée à des générations d’écoliers depuis un siècle.

Or, en scrutant les faits et les idées non seulement sur une longue période mais aussi dans les toutes dernières semaines de l’été 1914, Bertrand Blandin montre qu’une France aux bases républicaines encore fragiles et très proche de la Russie tsariste dans ses alliances, joua en réalité un rôle actif et déterminant dans l’ouverture des hostilités.

L’examen précis des crises politiques de la France d’avant-guerre et l’étude inédite de la correspondance secrète de l’ambassadeur de Russie dévoilent les manœuvres du président Poincaré qui n’ont en fait qu’un seul objectif : la guerre.

Bien sûr, on peut être choqué de cette hypothèse d’une culpabilité française quand on pense à l’immense sacrifice consenti par le pays pendant quatre ans. Il ne s’agit donc en aucun cas d’instruire un procès à charge ou de faire acte de repentance mais plutôt d’en finir avec un mensonge historique. "

10/01/2013

La chute d'un président...

Nous vous signalons la parution de La Chute du président Caillaux, un récit historique de Dominique Jamet publié aux éditions Pygmalion. Dans ce livre Dominique Jamet revient sur la figure de Joseph Caillaux, l'homme d'état qui, en 1914, voulait éviter à la France un nouveau conflit avec l'Allemagne, qu'il pressentait catastrophique, et qu'un complot politique a réussi à abattre...

 

Chute de Caillaux.jpg

"Joseph Caillaux… Ce nom est aujourd’hui largement et injustement oublié. Oublié le grand ministre des Finances et le combat opiniâtre qu’il poursuivit de 1899 à 1914 pour doter la France d’une fiscalité moderne, techniquement efficace, socialement équitable, par la création de l’impôt sur le revenu. Oublié le « coup d’Agadir » de 1911 : confronté en tant que chef du gouvernement français à une crise majeure provoquée par l’empereur d’Allemagne, Caillaux sut éviter la guerre programmée par les boutefeux des deux côtés de la frontière. En revanche, on se souvient encore de l’assassinat, le 16 mars 1914, de Gaston Calmette, directeur du Figaro, par Mme Caillaux. Le quotidien menait depuis trois mois une campagne d’une violence inouïe contre son mari. Grand favori des élections législatives d’avril 1914, Caillaux était pour la droite et pour les partisans de la « revanche » l’homme à abattre. Derrière la campagne de Calmette, il y avait Raymond Poincaré, Louis Barthou, Aristide Briand et, selon toute apparence, la Russie tsariste. La preuve n’a jamais été apportée de la machination ourdie par ce clan contre Caillaux. Aussi bien ce récit, scrupuleusement respectueux des faits historiques avérés, ne présente leur complot que comme la plus crédible des hypothèses, sur la base de présomptions à vrai dire accablantes. Les conséquences du geste irraisonné d’une femme qui croyait rendre service à son mari furent désastreuses. Sa première victime était Calmette ; la deuxième Caillaux lui-même, dont la carrière et les ambitions furent brisées net. La troisième… la paix !"

 

 

15/08/2012

Le rouge et le gris...

Les éditions Hors oeil ont publié en 2007 un livre-DVD intitulé Le Rouge et le Gris - Ernst Jünger dans la Grande Guerre et réalisé par François Lagarde et Lionel Broye. Le Rouge et le Gris est le titre que Jünger avait initialement envisagé de donner à Orages d'acier... A découvrir

 

Rouge et gris.jpg

"L'utopie est elle l'avatar d'une espérance illusoire selon laquelle toute guerre serait la dernière ? « Grande » fut qualifiée celle de 1914 qui n'était que l'avant-dernière, en attendant les suivantes, La Grande Guerre était bien la dernière d'un siècle où les soldats, en uniformes chamarrés et voyants, montaient encore à cheval, sabres au clair, au son des trompettes, avant de se fondre bientôt dans la grisaille vestimentaire et la gadoue des tranchées. Villages rasés, forêts ravagées, corps déchiquetés, monceaux d'obus et de ferraille, territoires lunaires, voilà ce que nous ont conté des écrivains qui allèrent aussi au feu : Erich Maria Remarque, Maurice Genevoix, Henri Barbusse, Fritz Von Unruh, Richard Aldington, Blaise Cendrars ; voilà ce que nous montrent, dans Le Rouge et le Gris (Livre DVD-Rom, réalisation de F. Lagarde et Lionel Broye, Hors Œil Editions), les innombrables photographies que François Lagarde a patiemment récoltées pendant dix ans sur tous les lieux où l'écrivain allemand Ernst Jünger fut quatorze fois blessé, reçut sa Croix pour le Mérite et mûrit secrètement son premier livre, Orages d'acier. C'est en suivant pas à pas cet itinéraire, en consultant des archives allemandes officielles ou familiales, des mairies, des historiens locaux, que le photographe, enquêteur obstiné, a pu composer un portrait inédit de cette Grande Guerre qui n'a pas tardé à passer de l'Histoire à la Légende. Du côté français, nous avions, certes, L'Illustration et Le Miroir, mais il nous manquait un autre aspect des champs de bataille. Le Rouge et le gris (premier titre d'Orages d'acier) nous révèle la face allemande de la guerre. Grâce à ces photos, collectées par François Lagarde avec la même passion qu'Ernst Jünger pour les coléoptères, nous pouvons réaliser ce que fut la vie quotidienne des fermes, des villages et de leurs habitants dans la tourmente. Suivre la guerre d'Ernst Jünger, c’est aussi accepter une vision différente, complémentaire, et jusqu'à maintenant inédite, d'un tragique épisode de notre Histoire.

Un terme convient pour définir la Grande Guerre, c'est l'Héroïsme, ferment de la Légende. Les morts furent décrétés à jamais glorieux ; l'horreur, consacrée par la mémoire. Un quart de siècle plus tard, les noms de Birkenau, Buchenwald, Auschwitz, symboles de l'épouvante et de l'abjection, ont oblitéré ceux d'El Alamein, Stalingrad, Cassino ou Omaha Beach. L'Histoire de la « dernière » ne sera pas de sitôt transfigurée par la Légende. La guerre d'Ernst Jünger, telle que François Lagarde la recompose dans Le Rouge et le Gris, nous touche d'autant plus que, des deux côtés du Rhin, personne n'est plus là pour porter témoignage. Avant d'ouvrir cet émouvant et remarquable documentaire, il convient de lire la nécessaire préface par laquelle François Lagarde expose la genèse de son « aventure » dans le sillage d'un combattant, écrivain en puissance.

Ce coffret comprend un DVD-Rom, Le Rouge et le Gris, Ernst Jünger dans la Grande Guerre, accompagné d'une préface de François Lagarde suivie d'un livret de photographies "Visite à Wilflingen". Le Rouge et le Gris se présente comme un film documentaire. Nous y entendons la voix du comédien Stéphane Laudier lisant des passages d'Orages d'acier. Nous découvrons l'ensemble des croquis d'Ernst Jünger extraits de ses carnets de guerre, associés à plus de 2000 photographies essentiellement allemandes.

À travers les 20 chapitres d'Orages d'acier, une navigation constituée de cartes et diaporamas, permet une lecture des thématiques et séquences liées à la Grande Guerre et aux lieux traversés par Jünger. Dix ans de recherches furent nécessaires pour réunir ces photographies pour la plupart inédites et montrer le point de vue, méconnu, du vaincu."

11/11/2011

Quelle mémoire pour la France ?...

Nous reproduisons ici, en ce jour du 11 novembre, une belle réflexion de Jean-Yves Le Gallou sur la mémoire de la France, initialement publiée sur le site de Polémia.

jean-yves le gallou,shoah

11 novembre : la mémoire de la France est davantage à Verdun qu'à Auschwitz

Le ministre de l’Education nationale a choisi symboliquement le jour de la rentrée scolaire, le 1er septembre 2011, pour recevoir Richard Prasquier, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), et le cinéaste Claude Lanzmann, auteur du film Shoah. Luc Chatel leur a redit solennellement l’importance primordiale qu’il accordait à l’enseignement de la « Shoah », une importance telle qu’elle justifie d’ailleurs l’existence d’un site officiel dédié sur le portail de l’Education nationale.

La persécution dont les juifs ont été victimes durant la seconde guerre mondiale est naturellement un élément central de la mémoire juive. Et les souffrances des juifs français sont bien évidemment un élément important de la mémoire française. Nul ne peut oublier le souvenir de nos 25.000 compatriotes juifs français (et des 50.000 juifs étrangers présents en France) déportés dans les camps de concentration dont bien peu eurent, comme Simone Veil, la chance de revenir en France.

Hypermnésie de certaines souffrances, amnésie des autres

Mais ces souffrances-là ne doivent pas conduire à nier ou à minimiser les autres drames français. Or, l’hypermnésie de la souffrance des uns conduit souvent à l’amnésie de la souffrance des autres. A-t-on le droit d’oublier (chiffres donnés par Jacques Dupâquier dans Histoire de la population française) :

  • - les 123.000 militaires tués en 1939/1940 ; dans la bataille de France, en ce printemps 1940, c’est 3.000 hommes qui sont tombés chaque jour, le plus souvent en combattant, à l’instar des Cadets de Saumur ; - les 45.000 prisonniers de guerre qui ne revinrent jamais ;
  • - les 20.000 tués des FFI et des FFL ;
  • - les 27.000 résistants morts en déportation ;
  • - les 43.000 morts de l’armée de la Libération ;
  • - les 40.000 requis morts en Allemagne ;
  • - les 125.000 victimes des bombardements aériens (pas toujours justifiés militairement) et terrestres.

Oublier ces victimes, ce n’est pas seulement un déni de compassion, c’est les tuer une deuxième fois ; c’est aussi trahir la vérité historique.

Ce qui compte dans la mémoire d’un peuple c’est ce que ses ancêtres ont charnellement vécu

Et pourtant ces victimes furent honorées dans l’immédiat après–guerre : par les timbres-postes, les noms de rue, les livres, les films, les disques, et ce jusqu’au début des années 1970, avant de disparaître dans l’obligation de repentance et l’oubli officiel. Pourtant ces victimes-là sont encore très présentes dans la mémoire française : parce que, les événements qui ont provoqué leur mort, ceux qui ont survécu les ont aussi connus et pas seulement au… cinéma. Or ce qui se transmet dans la mémoire des familles et des lignées, c’est ce que les ancêtres ont vécu. La patrie, c’est la terre des pères.

Français de souche ? Avoir son patronyme inscrit sur un monument aux morts

C’est pourquoi dans chaque famille française la mémoire de 1914 est si vive. Chaque famille conserve le souvenir des 1.400.000 morts de la Grande Ordalie : 1.000 morts par jour pendant quatre longues années. Et les Français vivants ont tous un père, un grand-père, un arrière-grand-père ou un trisaïeul qui a combattu à Verdun. Dans cette guerre civile européenne, c’est le sang gaulois qui a coulé. La présence dans nos villes et nos villages des monuments aux morts est infiniment poignante.

Réfléchissons un instant à ce qu’est un Français de souche : un Français de souche, c’est un Français dont le patronyme est inscrit sur l’un de nos monuments aux morts.

Un Français de souche, c’est un Français qui a dans ses archives familiales les lettres ou les carnets d’un ancêtre qui raconte avec des mots simples le quotidien de la Grande Guerre. Alors qu’approche le centenaire du 2 août 1914, ces écrits simples, précis et sans emphase, trouvent le chemin de l’édition : pieuses autoéditions familiales ou publication chez de grands éditeurs comme le carnet de route du sous-lieutenant Porchon (*). N’oublions pas non plus le succès du Monument, livre de Claude Duneton, qui raconte la vie des hommes dont les noms sont inscrits sur le monument aux morts d’un village du Limousin. Comme le dit un lecteur sur le site d’Amazon : « Vous ne traverserez plus jamais un petit village de France sans chercher des yeux son monument aux morts et avoir une pensée émue pour ces hommes dont le nom est gravé. Quels auraient été leurs destins et celui de leurs villages sans cette guerre ? Un livre à lire et à faire lire pour ne pas oublier. »

Reprendre le fil du temps dans la fidélité à la longue mémoire

Le siècle de 1914 s’achève : après avoir vu disparaître le fascisme, le national-socialisme, le communisme, c’est le libre-échangisme mondialiste qui s’effondre sous nos yeux. Le centenaire de 1914 approche, et il sera, n’en doutons pas, profondément commémoré. Pour la France et l’Europe le moment est venu de reprendre le fil du temps et de la tradition. Un fil du temps interrompu il y a un siècle. Un fil du temps à reprendre dans la fidélité à la longue mémoire.

Jean-Yves Le Gallou (Polémia, 7 novembre 2011)

(*) La précision de ces textes est admirable. J’ai eu la surprise de lire la narration des mêmes événements – attaques et contre-attaques aux Eparges en janvier/février 1915 – dans trois textes différents :
- Carnet de route du sous-lieutenant Porchon, saint-cyrien, chef de section, tué au combat, commandant la section voisine de celle du sous-lieutenant Genevoix ;
- Ceux de 14, admirable somme de Maurice Genevoix, blessé au combat ;
- Mémoires d’Auguste Finet, mon grand-père, simple soldat, sorti de l’école à onze ans et écrivant bien le français, blessé au combat.
Ce sont les mêmes faits qui sont précisément décrits, presque avec les mêmes mots. A cet égard la belle reconstruction littéraire de Maurice Genevoix est d’une fidélité parfaite aux événements.

26/09/2011

Mourir pour le yuan ?...

Les éditions François Bourin viennent de publier Mourir pour le Yuan ?  - Comment éviter une guerre mondiale, de Jean-Michel Quatrepoint. Journaliste et professeur d'économie, Jean-Michel Quatrepoint dénonce le déclin consenti de l'Europe face à la Chine et en appelle à une politique de puissance du noyau carolingien de notre continent. Sinon, l'accumulation des déséquilibres mènera inéluctablement à la guerre...

 

Mourir pour le yuan.jpg

"Faillite de la Grèce. Endettement record des États-Unis. Crise de l’euro. Rigueur et austérité un peu partout en Occident.
Chômage de masse. Économies exsangues. La globalisation, censée apporter bonheur et prospérité au plus grand nombre, tourne au cauchemar pour des centaines de millions de membres des classes moyennes, lentement mais sûrement paupérisés. Trois ans après la chute de Lehman Brothers, rien n’a été réglé. Bien au contraire. Les causes de la crise – déséquilibres commerciaux et déficits qui en découlent – sont toujours là. La Chine, avec son yuan sous-évalué, continue d’engranger des excédents et poursuit sa stratégie de conquête. L’Allemagne mercantiliste est tentée de jouer cavalier seul. Multinationales et financiers imposent leurs lois à des États de plus en plus impuissants. Les inégalités explosent, et avec elles, les risques d’implosion sociale.
Comment éviter la catastrophe qui s’annonce ? Comment faire pour que cette seconde globalisation ne connaisse pas le même sort que la première, qui s’est fracassée un jour d’août 1914 ?"

22/04/2011

1914 : une tragédie européenne !...

Spécialiste de la pensée antique et de l'histoire des idées politiques, Yves-Marie Adeline vient de publier chez Ellipses un essai historique intitulé 1914 - Une tragédie européenne.

« Cela fait 35 ans que je cultivais ce jardin secret: la Grande Guerre comme mouvement de bascule. Tout le monde sait bien que, comme écrivait Chesterton, “cette guerre fut aussi une révolution”. Mais j’ai essayé d’apporter un regard nouveau sur le déclenchement de la guerre. Je vous promets que vous ne serez pas déçus. J’ai consacré énormément de recherches à ce travail, et je prétends, avec la certitude de ne pouvoir être contredit par personne, pas même le plus mal-intentionné de mes lecteurs, qu’il n’existe aucun livre équivalent sur cet événement. »

 L'ouvrage est préfacé par Philippe Conrad.

 

Tragédie européenne.jpg

"En 1914, l’Europe gouverne le monde; un habitant sur quatre est un Européen ou de souche européenne. Mais cette civilisation est la proie de tensions idéologiques, culturelles et territoriales graves, et pour remédier à ces tensions, elle ne dispose que de valeurs qu’elle croit fortes mais qui se révéleront superficielles.

Ce livre raconte le déclenchement de la Grande Guerre de 1914 comme une tragédie, au sens que lui donnaient les Grecs antiques : dès le commencement de l’histoire, toutes les conditions sont réunies pour que les événements tournent au pire. Il n’y a donc rien à faire pour l’éviter. D’autant qu’aux tensions habituelles va s’ajouter un engrenage technique imprévu qui emporte tous les acteurs vers la catastrophe.

Après une présentation générale complète du théâtre du drame et des puissances d’alors, aussi bien mineures que majeures, ce récit raconte les événements depuis la fin juin à Sarajevo jusqu’au milieu du mois de novembre (quand le piège se referme tout à fait), mettant au jour des vérités ignorées, analysant les événements sans parti pris, offrant une vision panoramique jamais atteinte, et créant peu à peu un climat de suspense qui tient le lecteur en haleine. Plutôt qu’un requiem pour une Europe défunte, il est écrit dans un esprit équitable, réconciliateur, résolument européen."