Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2015

« Migrants : les interventions « humanitaires » ne font en général qu’aggraver les choses »...

Nous reproduisons ci-dessous entretien avec Alain de Benoist, cueilli sur Boulevard Voltaire et consacré à la crise migratoire...

 

Alain de Benoist 2.jpg

 

« Migrants : les interventions « humanitaires » ne font en général qu’aggraver les choses »

La photo de cet enfant syrien échoué sur la plage serait-elle en passe de retourner les opinions européennes ? En notre époque de « storytelling », il s’agit apparemment de montrer que l’affaire des migrants est un « drame humain »

Bien sûr que c’est un « drame humain ». Il faut avoir le cœur sec ou être aveuglé par la haine pour ne pas s’en rendre compte. Des musulmans menacés par l’islamisme djihadiste, des familles entières qui fuient un Proche-Orient déstabilisé par les politiques occidentales, c’est un « drame humain ». Mais c’est aussi une affaire politique, et même géopolitique. Il s’agit alors de savoir quels rapports doivent exister entre le politique et l’humanitaire. Or, l’expérience montre que les interventions « humanitaires » ne font en général qu’aggraver les choses. Et que la domination des catégories politiques par les catégories morales est l’une des causes majeures de l’impuissance des États.

Le tsunami migratoire auquel nous sommes en train d’assister ne fait lui-même qu’ajouter au désastre. On a d’abord calculé en milliers de réfugiés, puis en dizaines de milliers, puis en centaines de milliers. Plus de 350.000 migrants ont franchi la Méditerranée ces derniers mois. L’Allemagne a accepté d’en recevoir 800.000, soit beaucoup plus qu’elle n’enregistre de naissances chaque année. On est loin de l’immigration interstitielle d’il y a trente ans ! Face à ce déferlement, les pays européens ne se demandent qu’une chose : « Comment les accueillir ? », jamais : « Comment les empêcher d’entrer ? » Laurent Fabius trouve même « scandaleuse » l’attitude des pays qui veulent fermer leurs frontières. En sera-t-il de même quand les entrées se compteront par millions ? Les politiques continueront-ils à se préoccuper des innombrables « drames humains » qui se produisent dans le monde plus que du bien commun de leurs concitoyens ? Toute la question est là.

Au-delà de l’émotion déclenchée par le « choc des photos », quels sont les arguments employés par ceux qui veulent nous convaincre du bien-fondé des migrations ?

Ils se déploient sur deux registres : les arguments moraux (« ce sont nos frères, nous avons une obligation morale envers eux ») et les arguments économiques (William Lacy Swing, directeur général de l’Organisation internationale pour les migrations : « Les migrations sont nécessaires si l’on veut que l’économie prospère. »). Les premiers, qui confondent la morale personnelle et privée avec la morale politique et publique, relèvent du même universalisme que les seconds. Ceux qui les emploient pensent qu’avant d’être des Français, des Allemands, des Syriens ou des Chinois, les individus sont d’abord des « êtres humains », c’est-à-dire qu’ils appartiennent de façon immédiate à l’humanité, alors qu’ils n’y appartiennent en réalité que de façon médiate, en tant que membres et héritiers d’une culture donnée. Pour eux, le monde est peuplé de « personnes » abstraites, hors-sol, dont la principale caractéristique est d’être interchangeables. Quant aux cultures, ils n’y voient que des épiphénomènes. C’est ce que disait Jacques Attali à la revue Cadmos en 1981 : « Pour moi, la culture européenne n’existe pas, elle n’a jamais existé. »

Le département des affaires économiques et sociales des Nations unies vient de publier un rapport selon lequel, dans les pays européens, la baisse de la natalité fait que « le déclin de la population est inévitable en l’absence de migration de remplacement ». Il y est indiqué que « pour l’Europe dans son ensemble, il faudrait deux fois le niveau d’immigration observé dans les années 1990 », faute de quoi l’âge du départ à la retraite devra être repoussé à 75 ans. L’Europe vieillit, l’immigration va la sauver : voilà une parfaite illustration de l’idée que les hommes sont interchangeables quelle que soit leur origine, et que les impératifs économiques doivent primer sur tous les autres. La morale des « droits de l’homme » n’est qu’un habillage des intérêts financiers.

Précisément, il y a aussi l’aspect démographique. Vous connaissez ces mots de l’ancien président algérien Houari Boumédiène, que les gens de droite ne se lassent pas de citer : « Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire. » Grand Remplacement ?

Selon les uns, Boumédiène aurait tenu ces propos en février 1974 au 2e sommet islamique de Lahore, au Pakistan ; selon les autres, le 10 avril 1974 à la tribune de l’ONU. Cette incertitude est déjà révélatrice, d’autant que le texte intégral de ce prétendu discours n’a jamais été produit par personne. Houari Boumédiène, qui n’était pas un imbécile, savait par ailleurs très bien que le Proche-Orient se situe dans l’hémisphère nord, et non dans l’hémisphère sud ! Il y a donc de très bonnes chances pour qu’il s’agisse d’un texte apocryphe.

En ce domaine, il est plus sûr d’écouter les démographes. La population du continent africain a bondi de 100 millions d’habitants en 1900 à plus d’un milliard aujourd’hui. Dans les années 2050, soit dans trente-cinq ans seulement, les Africains seront entre deux et trois milliards ; ils dépasseront les quatre milliards à la fin du siècle. Même si les rapports démographiques ne se ramènent pas à un simple phénomène de vases communicants, il faut être naïf pour imaginer que cette prodigieuse croissance démographique, que nous avons nous-mêmes favorisée, n’aura pas d’incidence sur les migrations futures. Comme l’écrit Bernard Lugan, « comment espérer que les migrants cesseront de se ruer vers un “paradis” européen non défendu et peuplé de vieillards ? » Grand Remplacement ? Personnellement, je parlerais plutôt de Grande Transformation. Le Grand Remplacement, à mon avis, ce sera le remplacement de l’homme par la machine, en clair la substitution de l’intelligence artificielle à l’intelligence humaine. Un danger plus réel qu’on ne le croit.

Alain de Benoist, propos recueillis par Nicolas Gauthier (Boulevard Voltaire, 9 septembre 2015)

07/09/2015

Flux migratoires : l’action doit primer sur la dictature de l’émotion...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Philippe Migault, cueilli sur le site de l'agence d'informations russe Sputnik et consacré à la crise migratoire.

Philippe Migault est directeur de recherche à l'Institut de Relations Internationales et stratégiques (IRIS).

 

Les photos d'un tout petit enfant Aylan Kurdi noyé étendu sur une plage de Turquie

 

Flux migratoires : l’action doit primer sur la dictature de l’émotion

La mort du petit Aylan Kurdi est une tragédie. Pourtant elle ne doit pas dicter dans l’urgence un infléchissement des politiques migratoires française et européenne. A défaut, c’est toute l’UE qui risque d’être déstabilisée.

L'attitude des quatre Etats membres du groupe de Visegrad (Pologne, République Tchèque, Slovaquie, Hongrie), qui se réunissent aujourd'hui pour manifester leur refus de se voir imposer par l'Union européenne la politique proposée par la France et l'Allemagne, l'accueil obligatoire d'un certain quota d'immigrants, accentue une première fracture au sein de l'UE. Après les Britanniques et les Baltes, de plus en plus de pays signifient leur refus de se voir imposer des populations qu'ils ne peuvent, ni ne veulent, accueillir.

Critiqués par les médias européens qui ont diffusé en boucle, jusqu'à l'écœurement, la photo du garçonnet, les dirigeants de ces pays ne s'en montreront sans doute pas moins inflexibles. Tous sont conscients que l'afflux d'un tel nombre de réfugiés, issus d'une culture allogène, est de nature à accroître très sensiblement la montée en puissance des mouvements politiques identitaires en Europe. Alors que les dernières élections européennes se sont traduites par une percée de ces derniers, il serait contre-productif pour les partis de l'ensemble socio-démocrate/démocrate-chrétien actuellement aux affaires en Europe, d'apporter de nouveaux arguments aux « UEsceptiques ».

Certes, on ne peut exclure qu'un calcul électoral à courte vue ne pousse a contrario au laxisme d'autres Etats. François Hollande sait qu'il n'est sans doute en mesure de gagner la présidentielle française de 2017 qu'à condition de se retrouver au second tour face au Front National et à Marine Le Pen. Il a donc tout intérêt à favoriser la progression de cette dernière.
Mais il portera alors la responsabilité d'une crispation dramatique de la société française. 14% des Français vivent en dessous du seuil de pauvreté, plus de 22% si on ajoute à cette statistique ceux qui seraient sous ce seuil s'ils ne bénéficiaient pas des différentes allocations de l'Etat. Avec plus de 3,5 millions de chômeurs, 5,7 si on inclue toutes les catégories, une explosion du travail précaire, la peur de perdre son travail est le sentiment le plus partagé des Français. Comment, dans ces conditions, leur expliquer que nous avons les moyens d'accueillir des milliers de personnes, improductives, dont la subsistance dépendra d'un Etat incapable de juguler la montée de la misère parmi ses propres citoyens?

Certaines belles âmes expliquent que l'assisté d'aujourd'hui sera le cotisant de demain et que l'accueil des immigrants revient à investir sur le long terme. D'autres ajoutent, avec une belle inconscience et un cynisme assumé, que ces immigrants acceptant d'occuper des postes peu qualifiés, ils poussent les Français vers des métiers exigeant une formation accrue. Ils oublient simplement que l'éducation nationale ne sait pas, ou ne veut pas, préparer les jeunes Français aux métiers qui recrutent. Quant à leur argument, il se résume d'un point de vue moral à signifier que nous avons besoin d'hilotes, d'une main d'œuvre à bas coût pour des entreprises qui bâtissent leur marge sur le low-cost, rémunérant leurs salariés aux taux les plus bas. Belle conception du libéralisme ou du socialisme selon le côté de la barrière où l'on se trouve. Au nom de l'ouverture des frontières, du mythe du village planétaire, nourrissons un peu plus misère et inégalités. Pour le MEDEF et les fonctionnaires quelle importance? Seules les classes moyennes seront impactées…Avec les conséquences politiques induites à moyen terme. Il est vrai que les politiques et les chefs d'entreprise ont ceci de commun que la plupart d'entre eux ne réfléchissent plus qu'à l'horizon des trois ans au mieux, des six mois au pire.

Mais s'il y a de quoi désespérer, il y a aussi de quoi rire dans les arguments de ceux qui prônent la générosité, l'ouverture à double battants de nos portes.

Le Liban, nous dit-on, a accueilli un nombre de réfugiés équivalent au quart de sa population, nous donnant l'exemple à suivre. Se rend-t-on compte que le Liban et la Syrie, des décennies durant, ont vécu en étroite symbiose? Qu'il n'existe pas de barrière linguistique, religieuse entre deux peuples divisés suivant les mêmes lignes communautaires? Que le Liban, Etat faible, voisin immédiat des zones de combat, n'est pas en mesure de repousser ces immigrants et n'a donc d'autre choix que de les accueillir? Que le pays, justement, est animé par un vent de contestation notamment suscité par les conséquences de cet afflux massif de Syriens? Que la dernière fois que le Liban a accueilli autant d'immigrants c'était les Palestiniens? Que la présence de ceux-ci a déclenché la guerre civile en 1975 et que cinquante ans après leur arrivée ils sont toujours là, parqués dans des camps de misère, sans eau ou presque quelquefois? Est-ce cela que nous voulons en Europe?
 
Bien entendu un tel discours est de nature à susciter l'indignation des bien-pensants, à se voir étiqueté xénophobe et raciste. Il est tellement plus facile de clouer au pilori les porteurs d'alerte que de s'avouer ses faiblesses. Car ce sont nos faiblesses, celle des Européens, qui ont suscité la rupture des digues qui retenaient le flux migratoire.
 
Faiblesse par angélisme d'abord. « We are the world… » On connaît la chanson.
 
Faiblesse par culpabilité colonialiste ensuite. Hors de question de mettre les Etats arabes et turcs devant leurs responsabilités. Pourtant pourquoi la Turquie n'est-elle pas mise en accusation dans le drame du petit Aylan? Pourquoi personne ne souligne-t-il que celui-ci venait de Kobané, pilonné des jours durant par les fous de l'Etat islamique sous le regard impavide des équipages de chars turcs, attendant que les islamistes les débarrassent de ces Kurdes? Pourquoi ne relève-t-on pas que ces mêmes Turcs, qu'il faut soi-disant accueillir eux aussi en Europe, ferment les yeux sur le trafic de pétrole qui finance l'Etat islamique à la frontière anatolienne, laissent passer les convois d'armes et les volontaires désirant rejoindre l'EI? Si la Turquie ne jouait pas un double jeu, l'Etat islamique n'aurait pas la même capacité de nuisance. Il en va de même des monarchies pétrolières du Golfe. Quelques voix s'élèvent pour s'étonner que celles-ci, gavées de pétrodollars, limitrophes des combats, n'accueillent pas ces immigrants, de confession majoritairement musulmane, laissant aux Etats de culture chrétienne, situés à des milliers de kilomètres, le soin de le faire. Mais ce discours n'est guère relayé. Il ne faut surtout pas souligner que nul, au Moyen-Orient, ne rêve du paradis démocratique et de l'accueil généreux que proposent Riad, Doha ou Abu Dhabi…
 
Faiblesse par idéologie aussi. Parce que nous sommes incapables de préférer le moindre mal, que nous considérons qu'il vaut mieux un affreux chaos qu'un chef d'Etat autoritaire, nous avons tout fait pour que la guerre se prolonge en Syrie, pour pousser Bachar el-Assad vers la sortie. Si nous avions choisi de combattre l'EI avec Bachar, quelle que soit l'opinion que l'on puisse avoir de ce dernier, au lieu de soutenir les islamistes par notre passivité, voire plus, Aylan serait-il mort?
 
Faiblesse tout court enfin. Parce que « l'Occident » refuse l'usage de la force nous n'avons rien fait pour détruire les navires des passeurs, comme nous l'avions un temps envisagé, lorsque ceux-ci sont vides de passagers. Aylan serait-il mort s'il n'avait pu prendre la mer faute d'embarcation?
 
Nous pleurons cet enfant. Nous finirons par l'oublier. Combien d'autres enfants avons-nous vu mourir sur nos écrans avant de revenir à nos préoccupations matérialistes? On ne compte plus. Mais en supposant que sa mort suscite notre réaction, elle ne doit pas nous pousser à subir une vague migratoire que nous ne pouvons supporter. Elle doit nous pousser à mettre fin, au Moyen-Orient et en Afrique mêmes, aux crises que nous avons déclenchées ou entretenues par nos faiblesses. A défaut il serait hypocrite de s'émouvoir à chaque nouvelle image d'un enfant mort.
 
Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes.

Philippe Migault (Sputnik, 4 septembre 2015)

 

12/05/2011

Nucléaire : un pari français...

Spectacle du Monde 2011-05.jpg

 

Le numéro de mai 2011 de la revue Le spectacle du monde est en kiosque. 

Le dossier est consacré à la question du nucléaire. On pourra y lire , notamment, un article d'Eric Branca ("La dictature de l'émotion"), de Olivier Zajec ("Aux origines du nucléaire civil français") et de Marie-Thérèse Ferracci ("La suprématie française").

Hors dossier, on pourra lire un article de Bernard Lugan sur la Côte d'Ivoire ("Côte d'Ivoire : Nord contre Sud"), un article de François Bousquet sur Eric Werner et un article de Michel Marmin consacré au héros de Souvestre et Allain, Fantômas ! Et on retrouvera aussi  les chroniques de Patrice de Plunkett et d'Eric Zemmour.

16/02/2011

Halte à la diplomatie émotionelle !...

Nous reproduisons ci-dessous un communiqué d'Aymeric Chauprade, publié ce jour sur le site Realpolitik et consacré à l'affaire Florence Cassez... 

 

Florence-Cassez-1.jpg

Affaire Cassez : halte à la diplomatie émotionnelle !

Le président de la République et sa ministre des Affaires étrangères ont choisi de sacrifier ala relation entre la France et l’un des pays les plus importants d’Amérique Latine, le Mexique, officiellement au nom de « l’innocence d’une Française », en réalité au nom d’une pitoyable stratégie de communication émotionnelle à usage purement intérieur.

L’instrumentalisation du sentiment s’est désormais complètement substituée, dans tous les domaines (sécurité, justice, économie…), à la vraie politique, laquelle consisterait à traiter en profondeur la racine des problèmes. Nos gouvernants ne savent plus que larmoyer, devant des micros, tout en s’agrippant aux caméras des familles de victimes.

Attardons-nous un instant sur le fond de cette lamentable affaire Cassez. En décembre 2005, l’arrestation d’Israel Vallarta Cisneros et de sa compagne française, Florence Cassez, sonne le glas d’un terrible gang de kidnappeurs, « Los Zodiacos » lequel s’est rendu coupable de dizaines d’enlèvements, d’assassinats, de tortures et de viols. Plusieurs victimes, hommes, femmes et enfants témoignent et accusent Florence Valdez d’avoir participé aux séquestrations d’otage (qui se passaient dans le ranch où elle vivait avec son compagnon).

Voici un extrait du témoignage écrit de la dernière victime du clan « Los Zodiacos », paru dans la presse mexicaine et bien sûr occulté par la presse française :

« Mon nom est Cristina Rios Valladares. J’ai été victime d’une prise d’otage, aux côtés de mon époux Raul et de mon fils Christian qui avait 11 ans (…) Nous avons appris la nouvelle de la peine de prison que Florence Cassez méritait, cette femme dont j’avais écouté la voix à maintes reprises pendant ma captivité. Une voix d’origine française qui bourdonne encore aujourd’hui dans mes oreilles. Une voix que mon fils reconnaît comme celle de la femme qui lui a pris du sang pour l’envoyer à mon époux, avec une oreille qui lui ferait penser qu’elle appartenait à mon fils (…) Maintenant j’apprends que cette Florence réclame justice et clame son innocence. Et moi j’entends dans ces cris la voix de la femme qui, jalouse et furieuse, hurlait sur Israel Vallarta, son petit ami et chef de la bande, que s’il recommençait à s’approcher de moi, elle se vengerait sur ma personne ».

Contrairement aux partis dominants qui, à l’unisson, semblent vouloir faire de Florence Cassez un nouveau Dreyfus, nous ne voulons pas être définitifs sur cette affaire. La reconstitution spectaculaire devant les caméras de la télévision mexicaine, au lendemain de l’arrestation, en 2005, obéissait sans doute à une volonté de la part du gouvernement mexicain de médiatiser son action de répression de ce qui est un véritable fléau au Mexique : les enlèvements de personnes privées avec demande de rançon et mutilations. N’oublions pas que le président mexicain est confronté à des gangs criminels et des cartels qui, depuis 2006, ont fait plus de 30 000 morts dans ses forces de sécurité. Il s’agit d’une véritable guerre, et c’est la raison pour laquelle le petit caprice émotionnel du Tout-Paris n’impressionne guère les Mexicains. Il n’en demeure pas moins que cette reconstitution a contribué à ternir la procédure judiciaire mexicaine ; mais il faut raison garder : elle ne doit pas en effacer le contenu.

La vérité, c’est que le Mexique, grand pays membre de l’ALENA, et puissance importante de l’Amérique Latine, dispose d’un vrai système judiciaire, et que les faits sont accablants pour Florence Valdez. Les témoignages sont là, et il est difficile par ailleurs (simple remarque de bon sens) de faire croire que Florence Cassez ait pu vivre pendant autant de temps dans un ranch où s’activaient une bande de tueurs, avec des armes et des munitions partout, des otages cachés et souvent torturés, ceci sans n’avoir jamais rien remarqué ! On la sent en tout cas beaucoup moins naïve depuis qu’elle s’occupe de sa défense et que, de derrière les barreaux et depuis son téléphone mobile, elle dicte au Président de la France la politique qu’il faut suivre.

Au moment où la diplomatie française semble définie par la famille Cassez, il convient de remarquer que celle-ci n’a pas toujours dit la vérité. Ainsi, les parents de Florence Cassez ont-ils affirmé à la presse française qu’ils ne connaissaient pas le compagnon de Florence, Israel Vallarta. Manque de chance, la presse mexicaine a publié les photos de Bertrand Cassez, le père, en train de trinquer avec Israel Vallarta dans le ranch Las Chinitas, à 29 km de Mexico !

Cette affaire me fait penser à celle des deux Françaises, Sarah Zaknoun et Cécile Faye, emprisonnées en 2008 en République dominicaine pour trafic de drogue, et graciées en décembre 2009 par le président dominicain à la suite d’une campagne médiatique puis politique, depuis Paris. Je suis personnellement bien placé pour savoir que dans cette affaire, le même impératif médiatique et émotionnel faisait office de politique et écrasait le fonds du dossier. Heureusement pour les deux gentilles « vacancières », le Président dominicain voulait faire plaisir à la France et à son président. Mais la justice dominicaine n’avait pourtant pas été prise d’hallucination collective, pas plus que celle du Mexique et des victimes qui ont témoigné !

Il semble donc que dans notre pays, il y a des théories du complot autorisées et d’autres qui ne le sont pas. Il est par exemple autorisé et même encouragé de penser (reprenez les chroniques de pseudo-experts de la Russie après le récent attentat de l’aéroport de Moscou) que les Russes s’infligent des attentats tout seul, comme il est manifestement souhaitable de penser qu’une Française puisse être victime d’un gigantesque complot hier dominicain, aujourd’hui mexicain. Décidément, ne sont pas forcément xénophobes ceux que l’on croit. A lire la presse aujourd’hui, l’Amérique Latine c’est Tintin chez les Picaros ou l’Oreille cassée, au choix. Ah ces Mexicains, tous des « sergents Garcia » corrompus !

Je pense aussi à l’affaire Cesare Battisti, ce terroriste italien d’extrême-gauche, que les médias français s’étaient mis en tête de faire libérer, au mépris de la justice italienne et des relations avec ce pays ami. On y a retrouvé les traditionnelles leçons de morale française, le mépris pour nos voisins et amis, le déni de justice et de souveraineté d’un partenaire de l’Union européenne.

Je pense aussi à la gestion de l’affaire Bettancourt (la première, celle d’Ingrid), qui fut lamentable pour nos relations avec la Colombie.

Nous avons tout faux dans ces affaires ! Non seulement, à chaque fois, il est beaucoup plus probable que nous nous préoccupions de coupables que d’innocents, mais qui plus est, nous affichons devant le monde entier une arrogance sans nom, un mépris pour la justice et la souveraineté de ces pays, comme si d’ailleurs notre justice et notre démocratie étaient exemplaires !

En définitive, le problème fondamental de notre diplomatie en Amérique Latine ne tient-il pas au fait que nos gouvernants n’y aient aucune habitude de vacances ? S’ils avaient des villas en Colombie, ou s’ils se doraient sur les plages du Mexique, plutôt qu’en Tunisie ou en Egypte, peut-être feraient-ils preuve de moins d’arrogance ? Avec beaucoup d’humour, Elisabeth Levy suggérait que Florence Cassez avait la chance que le Mexique ne s’intéresse pas à l’avion Rafale, sinon elle serait oubliée depuis longtemps, par le pouvoir… et aussi par les médias !

Ces opérations médiatiques à usage intérieur, qui visent ici, notamment pour la Ministre des affaires étrangères, à se refaire à bon compte une image émotionnelle positive après l’affaire de Tunisie, ne sont pas dignes du gouvernement de la France. Cette politique émotionnelle, « du coup médiatique », qui contamine jusqu’à notre politique étrangère, est devenue absolument insupportable ; elle finira d’ailleurs pas se montrer contre-productive pour ceux qui en usent. Car si les Français ont des émotions et peuvent tomber dans ce genre de piège, ils comprennent par ailleurs de plus en plus que le pays est gouverné dans l’instant, sans vision stratégique, et que sa tête se pose de moins en moins la question du Bien commun.

Aymeric Chauprade (15 février 2011)