Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/06/2014

Mondial du Foot : ça suffit !...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue décapant de Michel Geoffroy, cueilli sur Polémia et consacré au football, comme instrument de manipulation de masse...

S'agissant du dopage, qu'évoque rapidement l'auteur, on lira avec intérêt un article du quotidien Le Monde, signé par Rémy Dupré  et intitulé La machine bleue tourne à plein régime, qui évoque avec insistance les performances physiques étonnantes des joueurs de l'équipe de France en ce début de compétition...

 

Hollande football.jpg

Mondial du Foot : ça suffit !

Le conditionnement par le sport

L’abrutissement sportif constitue un rouage important du conditionnement des populations occidentales par le Système. Que ce soit par la promotion individualiste du faire-du-sport-pour-rester-en-bonne-santé (mais à condition d’acheter des chaussures Nike et des sacs Adidas, bien sûr) ou par la promotion collectiviste du sport de masse.

Le sport de masse permet en effet de créer des foules psychologiques, comme disait Gustave Le Bon. Le Mondial vampirise les médias – c’est-à-dire les recettes publicitaires – et donc l’attention de chacun. On soupèse et commente ainsi les moindres faits et gestes des joueurs, comme s’il s’agissait des oracles de notre temps. Un tel a fait un doigt d’honneur, tel autre a donné un coup de boule. Tel joueur a « marqué ». Un autre a plaqué sa petite amie ou bien a insulté son entraîneur. Les médias s’en donnent à cœur joie pour nous « informer », c’est-à-dire pour nous submerger de cette grotesque insignifiance !

Dans le métro on nous annonce même les résultats des matchs. Pas question de rester indifférent ne serait-ce que l’espace d’un déplacement ! L’indifférence au foot devient suspecte. Presque un signe de fâââchisme…

 

Le foot mondialisé c’est un patriotisme débile

On agite les drapeaux comme s’il s’agissait de saluer une victoire militaire ou un grand événement national. Le foot serait-il le dernier refuge du patriotisme ?

Mais ces héros que l’on nous fait célébrer ne sont que des mercenaires et, leurs combats, des spectacles factices, sinon truqués ou dopés.

Les supporteurs s’arrogent pourtant le droit de « manifester leur joie » à chaque match en faisant un tintamarre de tous les diables, en hurlant pour chaque but marqué, en bloquant la circulation ou en cassant tout.

Les municipalités et les préfectures recommandent maintenant aux braves gens de ne plus circuler les soirs de matchs : couvre-feu obligatoire pour les autochtones les soirs de foot ! On voit combien ce « sport » adoucit les mœurs et l’intégration… Le mieux ne serait-il pas finalement de rester scotché devant sa télé en priant sainte Pub ?

 

La grand-messe du déracinement planétaire

Le Mondial du foot c’est aussi la grand-messe du déracinement planétaire : celle qui sert à raffermir périodiquement la foi cosmopolite. Voilà pourquoi le foot intéresse tant le Système.

Le Mondial célèbre le déracinement européen d’abord, puisque nos équipes « nationales » se composent principalement désormais de joueurs cosmopolites, dont beaucoup proviennent d’Afrique. Hier « espagnol », aujourd’hui « français », demain « anglais » peut-être par la magie des contrats en or, le joueur de foot incarne le héros aux semelles de vent, celui qui n’est nulle part chez lui.

Le Mondial souligne aussi le déracinement immigré, à l’instar de ces supporteurs « franco-algériens » qui sifflent la Marseillaise et ne brandissent que le drapeau de leur vraie patrie : l’Algérie, démontrant par là même qu’ils ne se sentent pas chez nous chez eux.

Le foot c’est enfin le déracinement programmé pour tous ces petits Africains ou descendants d’Africains que les clubs et les manageurs achètent comme une vulgaire ressource humaine à faire fructifier.

Et tout cela pour que ce beau monde des « sportifs » achète force maillots, ballons et portraits de ces héros frelatés : les joueurs de foot ! Heureux consommateurs de produits dérivés qui allez enrichir l’oligarchie du sport et des médias, le Système vous remercie !

Car le sport ne peut plus exister sans publicité ni sans sponsors, c’est-à-dire sans se soumettre à Mammon. Ultime déracinement. Ultime décadence.

 

Décadence du sport ou sport de la décadence ?

Les saturnales du Mondial offrent enfin l’avantage de détourner l’attention des tristes réalités du moment.

Hier, Jacques Chirac s’appropriait la Coupe du monde pour tenter de sauver sa présidence stagnante en vantant les vertus sportives du métissage, en réponse au Front national. Aujourd’hui, François Hollande commente les buts des autres à défaut de commenter son propre désastre.

Dans la Rome décadente on offrait du pain et des jeux, pour calmer la plèbe de plus en plus agitée. Mais cela n’a pas empêché la chute finale.

Dans l’Europe décadente et désindustrialisée on offre le foot télévisé aux chômeurs. Cela ne durera pas non plus.

 Michel Geoffroy (Polémia, 23 juin 2014)

24/06/2014

Racaille Football club...

Les éditions J'ai lu viennent de rééditer Racaille football club, l'enquête critique de Daniel Riolo sur le football professionnel en France, parue en 2013. Un bon moyen de prendre un peu de recul et de conserver sa lucidité sur les prestations de la sélection nationale au Brésil, pour la Coupe du monde... Daniel Riolo est journaliste sportif sur RMC.

 

Racaille Football club.jpg

" Juin 2012 : la France est éliminée de l'Euro. Pour la troisième fois consécutive, les Bleus quittent une compétition internationale têtes basses. Outre ces piteux résultats sportifs, l'équipe de France de football se retrouve au coeur de polémiques qui vont alimenter les chroniques bien au-delà des pages sportives. On reparle de maillot français sali, d'hymne national pas chanté, bref d'une sélection nationale que les Français n'aiment plus.
L'attitude des joueurs est au cœur du problème. Et la récupération politique est là, en embuscade. Les racailles, la culture racaille. Fantasmes et réalités se côtoient. 80 % des footballeurs sont originaires de banlieue et ce n'est pas sans conséquence. Oui, l'islam est la première religion du foot hexagonal. Et oui, la formation "à la française" est coupable, entraînant de nombreux débats où tout se mélange : banlieue, intégration, respect ou irrespect, immigration, communautarisme.
Les Bleus reflètent un problème social. Et sur l'échiquier politique, le dossier de l'accusation est plus ou moins lourd selon qu'on déplace le curseur de l'extrême droite vers l'extrême gauche... Mais est-il permis d'aller au-delà des discours politiques convenus et caricaturaux ? Le foot français est-il vraiment devenu un "Racaille Football Club" ? "

22/06/2014

Les snipers de la semaine... (87)

Archère et cheval.jpeg

Au sommaire cette semaine :

- sur Boulevard Voltaire, Pierre Cassen mouche les médias qui font preuve d'un unanimisme un peu étonnant vis-à-vis du joueur de football Karim Benzema...

La France sommée d’idolâtrer Benzema

Benzema.jpg

- sur Figarovox, Laurent Obertone, à propos de l'affaire Darius, dézingue les médias et les politiques qui font preuve d'une indignation très sélective...

Rom lynché, l'indignation indécente

Indignation sélective.jpg

19/06/2014

Le foot, miroir de notre société ?...

La revue Réfléchir et Agir publie dans son dernier numéro (n°47 - été 2014), disponible en kiosque, un dossier sur le football, comme miroir de notre société...

 

Réfléchir&Agir 47.jpg

Au sommaire :

Quenelle
Dieudonné

Dossier : Le football, miroir de notre société

D'où viens-tu football ?
par Pierre Gillieth

Le foot moderne, miroir de notre époque
par Pierre Gillieth

Quand le football était encore un sport populaire
par Eugène Krampon

Qatar: le sport comme outil de réputation
par Eugène Krampon

Au royaume des trous de balle
par Benoît Lambert

Footballistiquement incorrect
Entretien avec Alexis Bosetti, propos recueillis par Pierre Gillieth

Entretien avec Yann Vallérie, propos recueillis par Pierre Gillieth

L'exemple de Coubertin
par Pierre Gillieth

Entretien
Béatrice Bourges

Actualité
Me Frédéric Pichon: de la manif pour tous à la répression pour tous
propos recueillis par Eugène Krampon

Histoire
La Commune n'est pas morte
par Pierre Gillieth

Réflexion
Immigration, arme du capital
par Laurent Rodesches

Politique étrangère
L'Ukraine, pivot géopolitique de l'Eurasie
par Edouard Rix

Notes de lecture
Cinéma

Art
Raymond Espinasse
par Pierre Gillieth

Musique
Soldat Louis
par Eugène Krampon

Disques

 

04/04/2014

Le plus beau but est une passe...

Les éditions Flammarion viennent de publier dans leur collection Climats un essai de Jean-Claude Michéa intitulé Le plus beau but est une passe. Philosophe, Jean-Claude Michéa est un de ceux qui ont produit au cours des quinze dernières années une des critiques les plus brillantes et les plus radicales du système, au travers d'essais comme Impasse Adam Smith (Flammarion, 2006), Le complexe d'Orphée (Flammarion, 2011) ou Les mystères de la gauche (Flammarion, 2013). Passionné de football, il a également écrit un essai consacré à ce sport et intitulé Les intellectuels, le peuple et le ballon rond (Flammarion, 1998).

 

 

Ecrits sur le football.jpg

" Le souci du beau jeu a progressivement cédé la place à l'idée jugée plus « réaliste » selon laquelle une équipe doit d'abord être organisée pour ne prendre aucun but. La nécessité de marquer des buts, elle, ne repose plus sur une culture spécifique et sur des phases construites et apprises à l'entraînement, mais seulement sur les erreurs de l'adversaire, sur l'exploit individuel et sur les coups de pieds arrêtés. C'est ce refus a priori de privilégier la construction du jeu qui explique que tant de matchs soient, de nos jours, si ennuyeux à regarder. Et pourtant, les admirateurs du beau jeu ne manquent pas, comme en témoigne l'auteur de ce livre, lequel doit son titre à l'une des répliques cultes du film de Ken Loach, Looking for Eric. Comme Eric Bishop (le working class hero du film) lui demandait quel était le plus beau but de sa carrière, Éric Cantona avait répondu : « Mon plus beau but ? C'était une passe ! » Boutade de génie, qui constitue assurément le plus bel hommage à ce passing game qui définit, depuis la fin du xixe siècle, l'essence même du football ouvrier et populaire, autrement dit, construit et tourné vers l'offensive. "

19/05/2013

Deux poids, deux mesures ?...

Vous pouvez découvrir ci-dessous la chronique d'Éric Zemmour sur RTL, datée du 17 mai 2013 et consacrée à l'affaire des saccages commis à Paris, le 13 mai, par des hordes de casseurs venus de banlieue, à l'occasion de la victoire du club Paris-Saint-Germain en championnat de France de football...


"La Chronique d'Eric Zemmour" : Hollande et les... par rtl-fr