Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2014

Le soldat impossible...

Les éditions Pierre-Guillaume de Roux viennent de publier un essai de Robert Redeker intitulé Le soldat impossible. Professeur de philosophie, essayiste à l'origine classé à gauche, Robert Redeker vit depuis plusieurs années sous protection policière à la suite des menaces de mort qu'il a reçues pour la publication dans le Figaro d'un texte hostile à l'islamisme. L'évolution qu'a connue sa pensée au cours des dernières années est particulièrement intéressante...

 

Soldat impossible.jpg

" Mourir pour la France, faire la guerre, tomber au champ d’honneur... Les jeunes générations y songent-elles encore ? Il est vrai que la désacralisation de la chose militaire, propagée par l’hédonisme-pacifisme triomphant, a eu raison de cette aspiration traditionnelle. Le 14 juillet des dernières décennies n’est-il pas devenu une fête pour la fête parmi tant d’autres, où les défilés militaires s’exposent au regard comme un spectacle de foire ? L’École a, elle-même, renoncé à exalter les vertus de la nation et de la patrie tant glorifiées par la Révolution. Cette mise au ban du soldat comme de l’Histoire ne traduit-elle pas un déni de réalité caractérisé ? Comme s’il suffisait de fermer les yeux sur les multiples motifs d’hostilité entre les États pour en neutraliser la bête noire : l’éternel retour de la guerre et de ses innombrables morts que l’esprit victimaire d’aujourd’hui récupère insidieusement. C’est oublier que la France ne serait pas la France sans ces guerres qui ont fait date, sans un choix décisif de société, sans un refus de se soumettre à la loi de l’Occupant. Bref, sans une certaine idée de la France... Les figures d’épouvantail successives sous lesquelles disparaît désormais le soldat – gendarme, bourreau, nazi, etc. – achèvent de brouiller le sens profond de son sacrifice. Où la part de sang versé et répandu, renforçant le lien de l’individu à la Nation, révèle aussi la part inconnue, transcendante, de l’homme face à la mort. "

16:00 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.