Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 6

  • Les snipers de la semaine... (231)

    Nikita_Train bleu.jpg

    Au sommaire cette semaine :

    - sur Causeur, Jean-Paul Brighelli mouche Darmanin, bon représentant d'une oligarchie qui ne cache plus qu'elle déteste le peuple...

    « Populiste ! » — l’injure à laquelle le capitaine Haddock n’avait pas pensé

    Populiste_argument.jpg

     

    - sur Hashtable, H16 prend dans son viseur la classe politico-médiatique occidentale et son durcissement répressif...

    La mise en place de « dictatures démocratiques »

    Ottawa_Convoi de la liberté.jpg

    Lien permanent Catégories : Snipers 0 commentaire Pin it!
  • Feu sur la désinformation... (364)

    Vous pouvez découvrir ci-dessous un numéro de l'émission I-Média sur TV libertés consacrée au décryptage des médias et animée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, et Jules Blaiseau.

    Au sommaire :

    • 1 - L'image de la semaine
      Lundi 7 février à Paris s'est déroulée la XIII ème cérémonie des Bobards d'Or. Une cérémonie satirique qui récompense les meilleurs mensonges de l'année de la part des journalistes ! Revenez avec Jean-Yves Le Gallou sur cette étape importante de l'année, que vous pourrez visionner sur TV Libertés à partir du 17 février !
    • 2 - Macron chez Poutine, la France humiliée !
      Macron ressort grandi de son voyage en Russie, c'est du moins ce que les médias laissent penser en le présentant comme le médiateur incontournable du conflit russo-ukrainien. D'après Jean-Yves Le Gallou, il s'agit pourtant d'une humiliation diplomatique en règle.
    • 3 - Revue de presse
      Apolline de Malherbe face à Darmanin, mort de Rayan au Maroc, Dupond-Maserati s'achète une Moretti en cash...
    • 4 - Drahi auditionné par le Sénat
      Après Vincent Bolloré et Bernard Arnault, Patrick Drahi est le troisième milliardaire à être auditionné par une commission sénatoriale au sujet de la concentration des médias. Étudiez avec nous le dessous des cartes des médias, ou plutôt ceux qui les distribuent.

     

                                        

    Lien permanent Catégories : Décryptage, Manipulation et influence, Multimédia 0 commentaire Pin it!
  • Comprendre la genèse de l'État profond occidental...

    Les éditions terre et Peuple viennent de publier les trois premiers livrets d'une étude de Jean-Patrick Arteault intitulée Comprendre le mondialisme et les origines de l’État profond occidental et qui en comportera sept au total. Jean-Patrick Arteault collabore à la revue Terre & Peuple Magazine.

     

    Arteault_Comprendre les origines du mondialisme.jpg

    " Le premier livret est une grosse introduction sur les concepts, la méthodologie et les bases historico-culturelles du mondialisme occidental, en précisant que  mondialisme et occidentalisme sont des quasis synonymes.

    Le second s’intéresse aux premières décennies de la Société Secrète de Cecil Rhodes (la désignation est de lui-même) et du Groupe de Milner.

    Le troisième est consacré aux premiers temps de la Société Fabienne qui n’est ni la matrice du groupe Rhodes – Milner ni sa création, contrairement à ce qu’on peut lire ici ou là dans la littérature « conspirationniste » française."

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Les Européens de souche existent-ils ?...

    Vous pouvez découvrir ci-dessous une vidéo réalisée par Thaïs d'Escufon et consacré à la question des Européens de souche. Porte-parole talentueuse et courageuse du mouvement Génération identitaire, Thaïs d'Escufon développe désormais une activité de publiciste sur les réseaux sociaux.

     

                                            

    Lien permanent Catégories : Multimédia, Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • De Gaulle et la Russie...

    Les éditions Perrin viennent de publier un essai d'Alexandre Jevakhoff intitulé De Gaulle et la Russie - Le prix de la grandeur. Historien et haut fonctionnaire, ancien élève de l'ENA, Alexandre Jevakhoff est l'auteur de plusieurs ouvrages dont Kemal Atatürk (Tallandier, 1989) et  La Guerre civile russe (Perrin, 2017).

    Jevakhoff_De Gaulle et la Russie.jpg

    " Toute sa vie, de Gaulle a eu une certaine idée de la Russie. Née avec la visite de Nicolas II à Paris, murie pendant la Première Guerre mondiale lors de son emprisonnement avec Toukhatchevski, vécue à l'occasion de la guerre polono-soviétique (1919-1920), cette idée a façonné les relations du chef de la France libre avec Staline et les communistes français, puis celles du président de la Ve République avec Khrouchtchev et Brejnev.
    La relation particulière entre de Gaulle et la Russie ressemble à un miroir dans lequel se découvrent la personnalité du Général, son rapport à l'Histoire, ses réussites et ses échecs. Alexandre Jevakhoff, privilégiant les sources peu connues et fort de témoignages et de documents inédits (correspondance avec l'amiral de Gaulle, entretiens avec le président Giscard d'Estaing, archives soviétiques et de services de renseignements déclassifiées), brosse avec talent l'histoire de cette relation intense qui a façonné la personnalité du fondateur de la Ve République et largement conditionné l'histoire diplomatique des années 1940-1970.
    Partant, il donne aux relations entre Charles de Gaulle et la Russie une lecture bien plus ample et plus contrastée que celle admise à ce jour. Que ce soit dans la Russie d'avant 1917 ou dans celle du régime soviétique, inspiré par l'éducation paternelle, de Gaulle a cherché un support et même un renfort pour la grandeur de la France. C'était sans compter sans les spécificités de l'URSS et de ses dirigeants pour lesquels la France représentait un objectif et non un partenaire... "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Sahel : et maintenant, que faire ?...

    Nous reproduisons ci-dessous l'éditorial de Bernard Lugan au numéro de février de sa revue L'Afrique réelle, consacré à l'échec politique de l'engagement français au Mali, et écrit avant l'expulsion de l'ambassadeur de France par les "autorités" maliennes.

    Historien et africaniste, Bernard Lugan a publié de nombreux ouvrages, dont Histoire de l'Afrique (Ellipses, 2009), Atlas historique de l'Afrique (Rocher, 2018), Esclavage, l'histoire à l'endroit (L'Afrique réelle, 2020), Pour répondre aux « décoloniaux », aux islamo-gauchistes et aux terroristes de la repentance (L'Afrique réelle, 2021) et Comment la France est devenue la colonie de ses colonie (L'Afrique réelle, 2022).

    Mali_Ambassadeur.jpg

     

    Sahel : et maintenant, que faire ?

    Au Sahel, la France s’arc-boute sur l’idéologie démocratique désormais vue en Afrique comme une forme de néocolonialisme. Résultat, après la Centrafrique, elle va être « éjectée » du Mali alors que ses soldats y tombent pour assurer la sécurité de populations abandonnées par leur propre armée... Les incessantes manifestations de Bamako, les convois français bloqués « spontanément » par des civils au Burkina Faso ou au Niger, ainsi que les déclarations enflammées de responsables politiques locaux, appellent donc à un total changement de paradigme qui doit déboucher sur un désengagement rapide.

    Le fond du problème est que le Mali, le Burkina Faso et le Niger, Etats faillis aux armées incompétentes, accusent la France de « néocolonialisme », alors que ses soldats font la guerre à leur place… Or, si guerre il y a, c’est parce que ces trois pays ont, comme je ne cesse de le dire depuis des années (voir mon livre Les guerres du Sahel des origines à nos jours), toujours refusé de prendre en compte les revendications de leurs minorités ethniques, Touareg ou Peul, sur lesquelles se sont opportunément greffés les jihadistes. C’est en effet sur les braises des quatre guerres touareg du Mali qu’ont su souffler ces derniers. Sans parler des humiliations permanentes subies par les pasteurs peul. De toute évidence, le rôle de Barkhane n’était pas de régler ces questions ethno-politiques inscrites dans plusieurs siècles d’histoire. 

    En réalité, ceux qui dénoncent la France ont choisi de le faire afin de flatter leurs opinions publiques. Nous sommes en présence d’une entreprise de défausse rendue d’autant plus facile que l’accusation de néo-colonialisme est toujours prompte à échauffer des esprits gangrenés par la rente mémorielle et encouragés par l’ethno-masochisme des élites françaises. Une situation dangereuse pour les populations locales car, de cette dénonciation de la France ne sort aucune proposition, aucune alternative, en dehors d’épanchements de bile momentanés qui font bien rire les mercenaires russes…

    Voilà donc la France devenue bouc-émissaire permettant aux élites locales qui ont systématiquement pillé leurs pays respectifs de cacher six décennies de corruption, de détournements, d’incapacité politique, en un mot d’incompétence. Regardons la réalité en face :

    - Est-ce la faute de la France si, au Mali, au Burkina Faso et au Niger, le désastre est total, si les crises alimentaires sont permanentes, si l'insécurité est généralisée et si la pauvreté atteint des niveaux sidérants ?

    - Est-ce la faute de la France si les armées locales s’enfuient devant les groupes armés après avoir pillé ceux qu’elles étaient censées protéger ?

    Face au ressentiment antifrançais, l’urgence est donc de laisser les faillis face à leurs responsabilités. D’autant plus que la « françafrique » est un fantasme, la France n’ayant, ni économiquement, ni stratégiquement, ni politiquement, de véritables intérêts dans la région. 

    Bernard Lugan (L'Afrique réelle, 1er février 2022)

    Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!