Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/05/2018

Les snipers de la semaine... (163)

connery-zardoz.jpg

 

Au sommaire cette semaine :

- sur le site d’Égalité & Réconciliation, on prend dans le viseur Gérard Miller, patron de fait du Média de La France insoumise...

Qui est Gérard Miller ?

Miller_le-media.jpg

- sur L'Incorrect, Gabriel Robin dézingue Frédéric Potier, commissaire politique en charge de la police de la pensée...

Génération Identitaire, Eric Zemmour : l’ombre de la DILCRAH

Dilcrah.png

Feu sur la désinformation... (184)

Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours de Thibaud Bastide.

Au sommaire :

  • 1 : Censure de Génération Identitaire : les médias jubilent
    Après la réussite du coup de communication de l’opération Defend Europe au col de l’échelle, les identitaires ont été victimes de leur succès. Le patron de Facebook France, Laurent Solly, a succombé aux sirènes du gouvernement mettant à mal la liberté d’expression.
  • 2 : Le Zapping d’I-Média

  • 3: Robert Ménard agressé dans l’indifférence médiatique
    Le week-end dernier, le maire de Béziers, Robert Ménard, devait tenir une conférence à Saint-André de Cubzac en Gironde. A son arrivée, il a été violemment agressé par des dizaines de militants d’extrême-gauche. Pourtant selon la presse, il ne s’agirait que d’une petite bousculade bien loin de la terrible agression subie par Nathalie Kosciusko-Morizet l’année dernière.
  • 4 : Les tweets de la semaine
  • 5 : Fodé Moussa Camara, le clandestin aux multiples casquettes
    Homosexuel menacé de mort, acrobate, les medias mainstream et l’association Aides ne manquent pas d’arguments pour tenter d’empêcher l’expulsion du clandestin Moussa.  Problème : une députée de la République en marche et ancienne fonctionnaire de police affirme qu’il est hétérosexuel.

 

                               

12/05/2018

Contre les Galiléens !...

Les éditions Vrin viennent de rééditer le texte de combat de l'Empereur Julien, dit le Philosophe, intitulé Contre les Galiléens. Empereur de 361 à 363, Julien est resté célèbre, malgré un règne court, pour sa volonté de s'opposer à la domination du christianisme dans l'empire.

On peut lire de belles pages consacrées à l'Empereur Julien dans La Source pérenne (L'Age d'Homme, 2007), de Christopher Gérard.

 

Julien_Contre les Galiléens.jpg

" Élevé dans la religion chrétienne avant de devenir l'adversaire du christianisme, tout à la fois homme d'étude et chef de guerre, philosophe et empereur, Julien dit l'Apostat est un personnage singulier. Honni pendant des siècles comme traître à la vraie foi, il devient peu à peu, à partir du XVIe siècle, une figure exemplaire de la liberté et de la tolérance pour une partie des écrivains européens. Il est l'auteur d'une œuvre variée, où alternent écrits politiques, philosophiques et polémiques, ainsi que d'une importante correspondance. Son œuvre subsiste en quasi-totalité et est facilement accessible, à l'exception du Contre les Galiléens. Cet écrit de combat dans lequel Julien avait rassemblé ses griefs contre la religion chrétienne a en effet disparu, mais il a été partiellement conservé par les citations qu'en ont faites ses adversaires chrétiens dans leur tentative de le réfuter. C'est à partir de ces répliques qu'on tente depuis le XVIIIe siècle de restituer l'ouvrage original. La dernière de ces "restaurations" permet aujourd'hui d'accéder au Contre les Galiléens dans de meilleures conditions et, en comblant une lacune de l'édition, de mettre à la disposition du lecteur ce témoignage historique d'un christianisme contesté. "

Nos rêves de France et d'Europe...

Vous pouvez découvrir ci-dessous un documentaire intitulé Nos rêves de France et d'Europe et consacré à une réflexion sur la nécessité, au-delà de la sinistre réalité de l'Union européenne et de ses dérives, de renouer avec le rêve européen. Écrit et réalisé par Nicolas Tomov, nourri de nombreux témoignages,  ce documentaire est diffusé par TV Libertés.

 

                               

11/05/2018

Journal de Dracula...

Les éditions Xénia viennent de publier un roman de Marin Mincu intitulé Journal de Dracula. Roumain, Marin Mincu a enseigné dans les universités de Milan et de Turin et est l'auteur de nombreux romans et ouvrages critiques publiés en Italie et en Roumanie.

 

Mincu_Journal de Dracula.jpg

" Le premier exploit de ce roman est de démolir le cliché du "vampire" auquel le roman mythique de Bram Stoker réduisit le bien réel Vlad III, dit l'Empaleur. Mincu rétablit un portrait du prince de Valachie tel qu'il fut, et tel qu'il aurait pu s'imaginer : le guerrier hors pair, l'unique terreur de Mehmed II le Conquérant, l'érudit, l'ami et l'égal de l'élite néoplatonicienne. Mais aussi un surhomme à l'ego démesuré, victime et bourreau, forgeant sa propre légende du fond de la geôle de Visegrád où il croupit par la traîtrise de ses royaux "amis". A une époque où la cruauté était la règle, la cabale orchestrée contre lui est un comble d'hypocrisie. Sa réaction sera de combattre le feu par le feu. "Je vais tous les aider dans cette campagne orchestrée contre moi. J'inventerai des histoires truffées d'exactions abominables et j'alimenterai copieusement le fardeau de mensonges dont on m'accable. je serai moi-même l'inventeur des faits les plus monstrueux que la rumeur m'attribuera". Encerclé par des centaines de rats, plongé dans une perpétuelle obscurité, Vlad peu à peu perd la notion du temps et jusqu'à la conscience précise de sons propre corps. Sa confession apparaît comme un poignant entrelacement du rêve et du vécu, où l'écriture finit par s'imposer comme plus énergique et plus vraie que la réalité même. Trouvaille originale, Mincu nous dépeint un Dracula déjà conscient de sa propre légende noire et tient le lecteur en haleine d'un bout à l'autre du roman. "

L'Iran n'est pas la Corée du Nord...

Vous pouvez découvrir ci-dessous une chronique d'Éric Zemmour sur RTL, datée du 10 mai 2018 et consacrée aux conséquences de la décision des États-Unis de dénoncer l'accord sur le nucléaire iranien...