Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2012

Une quatrième théorie politique ?...

Les éditions Ars Magna viennent de publier La Quatrième théorie politique, un essai d'Alexandre Douguine, précédé d'une courte préface d'Alain Soral. Théoriciens politique russe, influencé par les penseurs de la Révolution conservatrice des années 30 ainsi que par les nouvelles droites européennes, Alexandre Douguine est la figure principale du mouvement eurasiste. Les éditions Avatar avaient déjà publié en 2006,   dans leur collection Heartland, Alexandre Douguine, prophète de l'Eurasie, un recueil d'articles de cet auteur.

 

Quatrième théorie politique.jpg

 

 

"Quand la droite et la gauche en politique ne veulent plus rien dire, quand les libéraux et les libertaires sont d'accord sur l'essentiel, quand les trois grandes théories politiques du XXème siècle, le communisme, le fascisme et le capitalisme ont prouvé leur incapacité à gouverner, que reste-t-il à faire ? Il reste à inventer une Quatrième théorie politique, nous dit Alexandre Douguine, l'intellectuel le plus écouté aujourd'hui en Russie. Sa pensée, située au-delà des clivages idéologiques artificiels et des réflexes conditionnés par les médias, préconise de se ressourcer aux spiritualités traditionnelles pour affronter l' avenir de manière résolument conquérante. La guerre est donc déclarée au postmodernisme occidental, ce mélange morbide de société du spectacle et de consommation émanant de l'empire anglo-saxon et de ses projets de domination mondiale définitive. Douguine montre que la construction d'un monde multipolaire fondé sur des valeurs de vie authentiques ne sera possible qu'en maintenant à tout prix une extériorité à l'Occident atlantiste. Comment ? En préservant sans condition la souveraineté géopolitique des puissances du continent eurasiatique, Russie, Chine, Iran, Inde, garantes de la liberté des autres peuples sur la planète. Véritable manuel de guérilla culturelle, cet ouvrage démontre une fois de plus que les idées ne se défendent toujours en dernier recours qu'avec des armes."

Vers un « système des dépouilles » à la française ?...

Sur Realpolitik.tv,  Hervé Juvin dénonce la mise en place en France du « spoil system », une pratique américaine contraire aux traditions des états-nations européens.

 


Hervé Juvin : vers un "spoil system" à la... par realpolitiktv

30/10/2012

Eloge du communautarisme ?...

Les éditions Krisis, dirigées par Alain de Benoist, viennent de publier Eloge du communautarisme - Aristote - Hegel - Marx, un essai de Costanzo Preve préfacé par Michel Maffesoli et  solidement présenté par Yves Branca, son traducteur. Intellectuel marxiste atypique, auteur d'une Histoire critique du marxisme (Armand Colin, 2011), Costanzo Preve a fait scandale en Italie en affichant sa préférence pour Marine Le Pen dans la présidentielle française dans un texte que Métapo infos avait repris à l'époque.

 

Eloge du communautarisme.JPG

"Le communautarisme dont il est question ici n'est pas celui dont on parle le plus en France aujourd'hui, Comme en témoigne le sous-titre de ce livre, c'est à une réflexion en profondeur sur la notion même de communauté que Costanzo Preve convie le lecteur: A l'époque du « Capitalisme Absolu », à la fois post-bourgeois et post-prolétarien, post-communiste et post-fasciste, comment les communautés humaines peuvent-elles faire face à l'emprise de la marchandise et du marché? Comment comprendre aujourd'hui la nécessaire articulation de la liberté et de la solidarité? Qu'opposer à la pensée unique? L'auteur aborde ces questions à la lumière d'une tradition philosophique qui remonte à Aristote et se prolonge, à l'époque moderne, avec les œuvres de Hegel et de Marx, Se définissant lui-même comme un marxiste « hérétique », il s'adresse aux dissidents de l'idéologie dominante, déployant à cet effet une vaste fresque, riche d'enseignements, qui propose une véritable « contre-histoire» du libéralisme et du communisme, et développe des considérations percutantes dans le domaine de la géopolitique."

Quand la mémoire klarsfeldienne piétine l'histoire...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de l'historien Alain Michel, cueilli sur son blog Vichy et la Shoah et consacré à l'emprise qu'exerce Serge Klarsfeld sur la question de l'application en France de la Solution finale.

Alain Michel enseigne l'histoire en Israël et est, notamment, l'auteur de L'étoile et la francisque - Les institutions juives sous Vichy (Le cerf, 1990) et de Vichy et la Shoah, en quête sur le paradoxe français (CLD, 2012)

 

La-Rafle.jpg

 

Quand la mémoire klarsfeldienne piétine l'histoire

La France, depuis 40 ans vit non seulement au rythme du « politiquement correct », mais surtout, en ce qui concerne l’application de la Solution Finale en France, à l’heure du mémoriellement correct. Une lecture univoque, imposée et obligatoire des événements est devenue le discours obligatoire dans le monde politique et même, hélas, dans une majorité du monde universitaire. La consécration de cette lecture, sa « panthéonisation », a été réalisée par le discours de Jacques Chirac en été 1995, qui citait presque intégralement les mots que les gardiens du Temple lui avaient soufflés, au premier rang d’entre eux Serge Klarsfeld. A partir de ce moment là, la seule interprétation des événements était celle imposée par celui-ci, sans possibilité de critiques ou de remises en cause. Entendons nous bien, il ne s’agit pas de remettre en cause l’événement lui-même, l’arrestation par la police parisienne les 16 et 17 juillet 1942 de près de 13000 hommes, femmes et enfants, tous Juifs apatrides et qui presque tous seront déportés et assassinés à Auschwitz. Mais l’interprétation de Serge Klarsfeld de cet événement est, selon nombre d’historiens dont moi-même, en grande partie erronée, particulièrement quant au rôle joué par le gouvernement de Vichy dans cette tragédie. Mais Serge Klarsfeld a un compte personnel à régler avec le régime de Vichy, et tout doit être fait et dit, depuis la confiscation du libre droit d’expression de l’historien à la déformation des faits et en passant par l’intimidation, afin que le narratif imposé par Klarsfeld ne soit pas remis en cause.

Confiscation du libre droit d’expression de l’historien : toute tentative de proposer une autre lecture est aussitôt dénoncée comme négationniste et alimentant la cause du Front national, ou alors est carrément passée sous silence. Dès 1989, Léon Poliakov écrivait dans « L’envers du destin » (p. 36), à propos de la rafle que « Pour ma part, j’ai toujours pensé, contrairement à l’opinion commune, que Laval, qui n’était nullement antisémite, ne mérite pas sa mauvaise réputation ». L’approche surprenante du grand historien de l’antisémitisme, lui-même Juif résistant, a-t-elle été objet d’analyse ou de discussion dans les médias français si friand habituellement de débats et de remise en cause, ou même dans le monde universitaire ?

Déformation des faits : comment peut-on mêler la résistance intérieure ou la France libre au sauvetage des Juifs, alors qu’aucune initiative de sauvetage n’a été prise par ces organismes ? Il y a eu des résistants qui ont sauvé individuellement des Juifs, mais la Résistance en tant qu’institution est restée totalement indifférente à leur sort. Quant au chef de la France libre, il n’a pas eu un mot, dans ses nombreux discours, pour dénoncer les arrestations et les déportations des Juifs ! Et que penser des déformations du film « La rafle » où tout est fait pour que l’ensemble des Français de l’époque ait l’air d’ignorer les événements, jusqu’à placer le camp de Beaune-La-Rolande au milieu d’une véritable forêt vierge, alors qu’il était en pleine ville ! Mais il est vrai que le conseiller historique de ce film au large succès populaire s’appelle … Serge Klarsfeld.

Intimidation : Il n’y a qu’à lire le texte publié cette année par Klarsfeld dans le journal Le Monde quelques jours avant la commémoration de la rafle à laquelle devait participer le Président François Hollande pour comprendre à quel point on ne peut que constater tristement, 17 ans après, que François Mitterrand avait au moins raison sur un point, lorsqu’il dénonçait un véritable « Lobby de la mémoire ».

Alors oui, disons-le, François Fillon a raison lorsqu’il déclare que : « C'est aux historiens de parler de ces sujets, pas aux responsables politiques. »* Ni d’ailleurs aux professionnels de la mémoire lorsqu’ils outrepassent leur rôle.

Alain Michel (Vichy et la Shoah, 23 octobre 2012)

 

* Note de Métapo infos

Pour ces simples propos, le très prudent et très raisonnable François Fillon a eu droit à une admonestation de la police de la pensée, sous la plume de... Serge et Arno Klarsfeld !

Les trous de mémoires de François Fillon (Le Monde, 23 octobre 2012)

29/10/2012

L'homme superflu ?...

Les éditions Le Passager clandestin viennent de publier L'homme superflu - Théorie politique de la crise en cours, un essai de Patrick Vassort. Universitaire, l'auteur dirige la revue transdisciplinaire Illusio.

 

Homme superflu.jpg

"Le monde capitaliste est engagé désormais dans ce qui risque d'être la plus importante et la plus longue de ses crises. Non pas que sa dimension économique soit inattendue ou plus violente que les précédentes, mais bien parce que celle-ci touche désormais au fondement même de la vie humaine, de la vie en société et du système capitaliste. C'est à partir de ce postulat que Patrick Vassort revisite, dans cet ouvrage, les théories althussériennes sur les appareils idéologiques d'Etat pour montrer leur obsolescence et leur transmutation en ce qu'il nomme " Appareils stratégiques capitalistes ". Ainsi les appareils classiquement désignés comme idéologiques (école, famille, religion, syndicats, etc.) ont subi des transformations sociales et politiques, la vitesse et l'accélération devenant les outils centraux de la formation des individus dans toutes les formes de compétitions mondialisées. Ces appareils idéologiques, devenus des appareils stratégiques de " mise en conformité " des populations mondiales, font disparaître la complexité, l'altérité et écrasent les différentiations culturelles et historiques. Ils mettent entre parenthèses l'humanité de l'homme dans toute sa diversité universelle faisant de celui-ci l'appendice du développement accéléré des techno-sciences au service de la productivité capitalistique. C'est au travers de la structuration de ces appareils que le monde capitaliste touche à sa contradiction ultime qui le mène à la crise inévitable tout en mettant, enfin, en lumière la catégorie centrale essentielle à son développement, au développement de la valeur, du travail en tant qu'exploitation, de la marchandise et du spectacle, de l'écrasement définitif de son environnement : la superfluité de l'homme, de toutes ses productions, de son environnement et de la vie."

Criminalité et terrorisme : le temps des hybrides...

Nous reproduisons ci-dessous un article de Xavier Raufer, cueilli sur le site du Nouvel Economiste et consacré aux menaces hybrides.

 

bokoharam2.jpg

 

Criminalité et terrorisme : le temps des hybrides

Le temps des entités strictement criminelles ou idéologiques est fini.

Produisons plutôt de pertinents diagnostics, loin d’une pittoresque coalition de magistrats retraités, d’experts du 11-Septembre 2001 et de journalistes débordés, tous excités par des ministres qui cauchemardent sur un Merah bis.

Le rôle majeur du diagnostic est ici d’éviter la guerre de retard. Dans la France de 2012, d’éviter le scénario de 1990 où, figés dans leur gloire, incapables de se renouveler, des combattants de la guerre froide prétendaient que, loin d’avoir disparu, le KGB était d’autant plus dangereux qu’il faisait le mort… Des années durant, ces anciens combattants nous ont-ils ainsi abreuvés de leurs radotages, avant de sombrer devant ce qui émergeait dans la décennie 1990 : la manifeste, l’aveuglante menace salafiste. Or aujourd’hui, qu’il s’agisse de machines à tuer d’une “extrême dangerosité” ou de pathétiques charlots, nous avons à coup sûr affaire à des hybrides. Qu’est-ce qu’un hybride ? C’est un individu, ou un groupe, évoluant entre banditisme et terrorisme.

Parfois, c’est un terroriste qui tourne gangster après avoir perdu ses illusions ou son fanatisme (voir ci-après). Parfois aussi, c’est un voyou qui pense s’acheter une conduite, ou une place au paradis, en agissant dans un cadre “honorable” : défense du peuple ou de la patrie, jihad, etc. Mohamed Merah entre clairement dans cette seconde catégorie, et les récents interpellés (Torcy, Cannes, etc.), aussi.

Cette menace des hybrides dépasse de loin la France. Elle est même mondiale :

- A l’été 2012, on apprend que la guérilla dégénérée des Farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie) est désormais “en affaires” avec un sanguinaire cartel mexicain : le clan Beltran-Leyva. Le 30e “front” des Farc (le long de la côte du Pacifique), et le 48e front (frontière avec l’Equateur) exportent de la cocaïne pour le compte de ce clan.

- Au même moment le méga-gang colombien dit des “Rastrojos” (un des héritiers du grand cartel de Norte del Valle), affaibli par l’arrestation successive de deux de ses chefs, s’associe avec une autre guérilla dégénérée, l’ELN (Armée de libération nationale) au sud-ouest de la Colombie, pour produire et exporter de la cocaïne en direction du Venezuela.

Après les hybridations guérillas-entités criminelles, voici celles impliquant des sectes. Là, l’étrange mutation vient du Mexique. A l’origine, “La Familia Michoacana”, cartel d’environ 1 200 bandits spécialiste des drogues chimiques. Particularité de cette “famille” : dans le fort catholique Mexique, elle est fanatiquement calviniste. En décembre 2010 son chef, Nazario Moreno Gonzalez (1970-2010) dit “le super-dingue” (El mas loco) est abattu par la police.

Un segment de la “famille” reprend le flambeau sous le nom de “Chevaliers Templiers” (Caballeros Templarios). Or à l’été 2012, un culte (lui, plutôt catholique ?) commence à être rendu à Nazario Moreno : lors de rafles, les policiers découvrent des autels portant des statues hautes d’un mètre du Mas loco, en armure dorée et brandissant un glaive. Dans un livret, les prières adressées au nouveau “martyr”: “Saint Nazario, chevalier du peuple, protecteur des misérables, donne-moi la vie, protège-moi…”.

Or, côté hybridation, ce qu’il advient à Liverpool (Grande-Bretagne) est bien plus inouï encore, comme incroyable mélange. Après un siècle d’inexpiables guerres, six siècles de haine farouche, des ennemis acharnés comme la planète en compte peu, des anciens de l’IRA provisoire (“papists”) et d’ex-loyalistes de l’Ulster Volunteer Force (“prods”, pour protestants) contrôlent désormais ensemble le trafic du crack dans la ville. La cocaïne arrive d’Amérique latine dans la banlieue de Dublin, à Ballyfermot. De là, elle est livrée à Liverpool et vendue dans leurs fiefs par les ex-loyalistes.Si ces séculaires et mortels ennemis s’entendent maintenant et travaillent ensemble, la cause est entendue. C’est qu’un tsunami de mutations balaie la planète. C’est que le temps des entités strictement criminelles ou idéologiques est fini. C’est que le type purement criminel ou terroriste sera bientôt voué aux musées du XXe siècle – ou aux bases de données d’archaïques “spécialistes” aveugles aux mutations du monde.

Voici donc venu le temps des hybrides, mutants, mimétiques ou dégénérés. Or détecter et comprendre ces évolutions est d’autant plus vital qu’on ne recherche que ce qu’on envisage déjà. Ainsi, penser les criminels et les terroristes de demain selon les critères, modèles et types d’hier, ranger gentiment les entités dangereuses de 2012 dans les petites boîtes de la guerre froide – aussi sûrement obsolètes que les stratégies de 1870 – garantit la guerre de retard, la bataille perdue d’avance. A monde nouveau, menaces nouvelles – et concepts neufs. Ouvrons l’œil, ces mutants et hybrides sont désormais répandus sur toute la planète et de types multiples :

- Guérillas vivant de trafics divers, dont celui des stupéfiants 

- “Marxistes” d’hier devenus trafiquants et blanchisseurs d’argent criminel

- Jihadis-braqueurs 

- Jihadis-pirates  

- Ex-terroristes reconvertis dans le crime 

- Paramilitaires devenus narcotrafiquants

- Sociétés militaires privées vendues aux cartels de la drogue

- Trafiquants d’armes au service de terroristes

- Motards criminalisés liés à des terroristes

- Sectes associées à des cartels de la drogue

- Escadrons de la mort mutant en “forces de sécurité”

- Entreprises licites au service de cartels de la drogue

- “Soldats de la Paix” devenant trafiquants ou proxénètes

- Guérillas mutant en armées à part entière

- Trafiquants d’êtres humains, actifs dans le narcotrafic

- Mélanges africains : milices-sectes-bandes armées…

Dans le registre des dangers et menaces, ces hybrides sont l’avenir.

Si l’on veut éviter la guerre de retard, c’est eux qu’il faut observer, étudier – et combattre.

Xavier Raufer (Le Nouvel Economiste, 22 octobre 2012)