Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2018

Plaidoyer pour une nature sauvage et libre...

Les éditions Actes Sud viennent de publier un essai de Gilbert Cochet et Stéphane Durand intitulé Ré-ensauvageons la France - Plaidoyer pour une nature sauvage et libre. Naturaliste, conseiller scientifique de Jacques Perrin pour le film Les Saisons, Gilbert Cochet est attaché au Muséum national d'histoire naturelle et préside l'association Forêts sauvages. Biologiste et ornithologue, Stéphane Durand participe comme conseiller scientifique aux aventures cinématographiques de Jacques Perrin depuis 1997 : Le Peuple migrateur, Océans et Les Saisons.

 

Cochet-Durand_Ré-ensauvageons la France.jpg

" Le XXe siècle a vu la défaite du sauvage. Nous avons fait le vide autour de nous. Pourtant, malgré tout ce que nous lui avons fait subir, la nature résiste. Mieux, elle revient! Notre pays est le mieux placé pour être en tête de la course pour la plus belle nature européenne, grâce à sa très riche biodiversité. Passant en revue tous les grands milieux naturels. de la montagne à la mer, cet ouvrage propose un éventail de solutions simples afin de ménager une place pour le bien-être et l'épanouissement de tous, hommes, plantes et animaux. Favoriser le retour de la nature sauvage est un excellent facteur de développement. Cette richesse naturelle est renouvelable et non délocalisable. C'est l'enjeu économique de demain. "

02/05/2016

Penser comme un animal...

Les éditions Wildproject viennent de publier un essai de Baptiste Morizot intitulé Les diplomates - Cohabiter avec les loups sur une autre carte du vivant. Agrégé et docteur en philosophie, maître de conférences à l'université d'Aix-Marseille, Baptiste Morizot mène un travail singulier de réflexion sur le vivant, nourri des sciences et de sa pratique du pistage de loups.

 

Diplomates.jpg

" Il s'agit avant tout d'un problème géopolitique : réagir au retour spontané du loup en France, et à sa dispersion dans une campagne que la déprise rurale rend presque à son passé de « Gaule chevelue ». Le retour du loup interroge notre capacité à coexister avec la biodiversité qui nous fonde – à inventer de nouvelles formes de diplomatie.

Notre sens de la propriété et des frontières relève d'un « sens du territoire » que nous avons en commun avec d'autres animaux. Et notre savoir-faire diplomatique s'enracine dans une compétence animale inscrite au plus profond de notre histoire évolutive.

Guidé par Charles Darwin, Konrad Lorenz, Aldo Leopold… et de nombreux autres « diplomates », Morizot propose ici un essai de philosophie animale.

Comme un incendie de prairie, ce livre traverse et féconde les grands sujets de la philosophie de l'écologie, de l'éthologie, jusqu'à l'éthique. Il esquisse un monde où nous vivrons « en bonne intelligence avec ce qui, en nous et hors de nous, ne veut pas être domestiqué ». "

23/02/2016

Philosopher à l'arc...

Les éditions Lignes viennent de publir un essai de Jean-Paul Curnier intitulé Philosopher à l'arc. Philosophe, écrivain, Jean-Paul Curnier est l'auteur d’essais et d’un grand nombre d’articles sur l’actualité, l’image, l’art, les médias.

 

Philosopher à l'arc.jpg

" Chasser à l’arc, c’est apprendre à disparaître. La portée courte des flèches obligeant à s’approcher au plus près des bêtes, il faut impérativement connaître d’elles tout ce qui peut s’en apprendre et en tirer toutes les conclusions pour se rendre pratiquement inexistant à leurs yeux. Mais à cela il y a une conséquence : à force de se rendre insignifiant, de quitter toute apparence humaine, on cesse aussi d’être soi. On devient, pour partie au moins, ce que l’on traque. Se tenir au plus près des bêtes c’est aussi fréquenter au plus près l’animalité, sa propre animalité originelle ; enfouie et pourtant toujours si proche.

Confondu avec l’arc, avec la cible et avec tout ce qui l’entoure, livré à la seule vision et à la seule sensation pour toute prise avec le monde, l’archer n’est plus seulement un individu qui pense, qui raisonne et tente de maîtriser ce qui advient, il devient le théâtre de combinaisons de sens et de significations jusqu’alors tenues pour étrangères les unes aux autres. Il se fait lui-même scène d’un collage, d’un rendez-vous imprévu de significations et de décisions qui semblent se prendre hors de lui et de sa volonté.

« Philosopher à l’arc » c’est, en somme, laisser se développer les pensées qu’appelle et mobilise cette expérience à la fois physique et mentale, archaïque et actuelle, de la présence au monde. Expérience où défilent et se côtoient une succession de visions, de présences et de réminiscences, où rôde la sensation d’une origine retrouvée. "

13/03/2015

Le retour du sauvage ?...

Les éditions Buchet-Chastel publient cette semaine Le retour du sauvage, un essai de Pierre Athanaze. Forestier de métier, ancien administrateur de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage, Pierre Athanaze a créé l'Association pour la protection des animaux sauvages.

 

Retour du sauvage.jpg

" Le loup et le lynx, l’élan, le tarpan et le bison, l’esturgeon et le saumon Nombreuses sont les espèces qui, après avoir disparu de nos territoires, font aujourd’hui leur retour.

Ces réapparitions sont parfois naturelles, comme celles du loup et du phoque, ou résultent de programmes volontaires et organisés comme pour le vautour, l'ours ou l'esturgeon.

Spontanés ou suscités, ces retours provoquent presque toujours des levées de boucliers : non seulement le sauvage fait peur et réveille de multiples fantasmes, mais il remet en cause certaines pratiques traditionnelles, notamment dans les domaines agricole et pastoral. Cette difficile cohabitation est pourtant nécessaire et la réapparition d’espèces sauvages ne peut pas s’envisager sans la restauration d’espaces sauvages.

Au final, le retour d’une faune sauvage et diversifiée représente un espoir pour résoudre certains problèmes actuels : érosion de la biodiversité, dérèglement climatique, crise économique. "

 

04/07/2012

A l'écoute du monde sauvage...

Les éditions Albin Michel viennent de publier À l'écoute du monde sauvage - Pour réinventer notre avenir, un livre-enquête de  Karine-Lou Matignon. Journaliste et écrivain, l'auteur, dont la relation de l'homme à la nature est le thème de prédilection, a rencontré pour écrire son ouvrage des artistes, des poètes, des écologistes, des hommes de foi ou des chercheurs comme Yves Christen, Gilles Clément, Matthieu Ricard, Jean Malaurie, Kenneth White ou Henri Gougaud. Le livre est préfacé par l'éthologue, mais aussi psychiatre et psychanalyste, Boris Cyrulnik. 

A l'écoute du monde sauvage.jpg

"Nous rendre attentifs à la nature sauvage, à la créativité des mondes animaux, réinventer avec eux de nouveaux liens, éprouver ce sentiment profond d'un environnement partagé, c'est résister au rouleau compresseur de nos sociétés et conserver en nous une part de liberté. C'est rester vivant. Voilà vingt ans que Karine Lou Matignon affirme cette idée à travers ses reportages et ses livres. 
Douze ans après son premier essai dans la collection Clés, Sans les animaux, le monde ne serait pas humain, récompensé par le prix littéraire 30 Millions d’amis 2000, elle va de nouveau à la rencontre de scientifiques et d’écologistes, mais aussi de philosophes, d'aventuriers et d’artistes, hommes et femmes passionnants, pour qui l’animal et la nature sont devenus les supports d’expériences humaines transformatrices, les fondations d’une pensée fertile. 
Tous sont convaincus que mieux comprendre les bêtes et la nature n'est pas incompatible avec le progrès, bien au contraire, que l'évolution même de l'humanité doit en passer par là. « Va prendre tes leçons dans la nature », recommandait Léonard de Vinci. S’en inspirer pour construire de nouvelles technologies, d’autres modes de consommation, d'éducation, d’existence. Chacun nous dit pourquoi et comment, ce qui fait de ce livre à la fois un voyage au coeur du sauvage et un traité de philosophie pour réinventer notre avenir."

06/04/2012

La figure du sauvage...

Les éditions Thames & Hudson viennent de publier un superbe ouvrage du photographe Charles Fréger, intitulé Wilder Mann ou la Figure du sauvage. Un voyage fascinant dans les dernières survivances païenne de l'Europe...

Figure du sauvage.jpg

"Chaque année, dans toute l'Europe, de la France à la Bulgarie, de la Finlande à la Sardaigne, du Portugal à la Grèce en passant par la Suisse et l'Allemagne, des hommes, le temps d'une mascarade multiséculaire, entrent littéralement dans la peau du " sauvage ".
En devenant ours, chèvre, cerf ou sanglier, homme de paille, diable ou monstre aux mâchoires d'acier, ces hommes célèbrent le cycle de la vie et des saisons. Leurs costumes, faits de peaux de bêtes ou de végétaux, sertis d'ossements ou ceinturés de cloches, chapeautés de cornes ou de bois de cerfs, sidèrent par l'extraordinaire diversité et la prodigieuse beauté de leurs formes. Les portraits photographiques d'hommes sauvages de Charles Fréger subliment cette suspension provisoire de la normalité qu'est la mascarade et révèlent une tradition méconnue d'une étonnante richesse.
Toutes les figures photographiées sont décrites, en fin d'ouvrage, dans le contexte du rituel auquel elles se rattachent. Ces textes ont été rédigés en collaboration avec le Musée international du Carnaval et du Masque situé à Binche en Belgique, et sont illustrés des silhouettes créées pour l'occasion par Geneviève Gauckler."

 

Wilder Mann 3.jpg