Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mussolini

  • Vilfredo Pareto, génie et visionnaire...

    Les éditions Dualpha viennent de publier un essai de Jean-Pierre Blanchard intitulé Vilfredo Pareto, génie et visionnaire, avec une préface de Georges Feltin-Tracol. Pasteur, fondateur d'une association d'aide aux Français démunis, Jean-Pierre Blanchard est également l'auteur de L’Alternative holiste ou la grande révolte antimoderne (Dualpha, 2017).

     

    Blanchard_Vilfredo Pareto.jpg

    " C’est en 1916 qu’est paru à Florence l’œuvre majeure de Vilfredo Pareto, le Traité de sociologie générale. Il n’a été lu, pour autant qu’il l’ait été, qu’après la guerre de 1914-1918. Pareto devait mourir en 1922.Tout se passe comme si cette œuvre puissante avait été censuré en Europe. Elle fut honorée du bout des lèvres en Italie. En France, le Traité fut publié en 1917-1919 dans la traduction de Pierre Boven revue par l’auteur. Les professeurs de sociologie ne parlent pas de Pareto, ils ne le mentionnent pas dans les bibliographies.

    On explique cette censure, ce phénomène de résistance, par le fait qu’il était fasciste. On oublie que le fascisme, dans les années 1920, avait droit de cité et qu’il était couvert d’éloges par des hommes d’État de pays démocratiques. D’ailleurs quand Mussolini prit le Pouvoir, le Traité était déjà paru, et tout ce que Pareto avait à dire, il l’avait dit. Certaines attitudes vis-à-vis de lui ressemblent plus à des rites de conjuration, des entités sociales qu’il aimait bafouer, ce ne sont que des pratiques propitiatoires.

    Il est temps de réhabiliter cette pensée qui a vaincu l’oubli, on peut de moins en moins impudemment l’ignorer. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Musiques dans l'Italie fasciste...

    Les éditions Fayard viennent de publier un essai de Charlotte Ginot-Slacik et Michela Niccolai intitulé Musiques dans l'Italie fasciste  1922-1943. Musicologues, Charlotte Ginot-Slacik et Michela Niccolai enseignent pour l'une au   Conservatoire national supérieur de Musique et de Danse de Lyon et pour l'autre aux universités de Paris 3 et Paris 4.

     

    Ginot-Slacik et Nicolai_Musiques dans l'Italie fasciste.jpg

    " Plus de vingt ans séparent la marche sur Rome (1922) de la chute de Mussolini (1943), au cours desquels les instances politiques et culturelles de l’Italie sont refondées. Dans le domaine musical, les conséquences du fascisme s’avèrent décisives  : ambivalent à l’égard de la modernité européenne, désireux d’exalter la nation et ses mythes, le régime suscite d’abord l’intérêt de compositeurs en quête d’unité et de récit national. Aviateurs et tyrans de la Rome antique hantent alors les scènes d’opéra, tandis que musiques de film et chansons se font l’écho des conquêtes coloniales.
    Ni les musiques savantes ni les genres populaires ne sont étrangers au fascisme  : sans imposer de canons esthétiques, le régime accompagne la réforme des conservatoires et subventionne des événements majeurs tels la Biennale de Venise ou le Mai musical florentin. Si l’attitude des musiciens est dominée par une profonde ambiguïté liée aux contraintes imposées par l’État, pour la jeune génération, néanmoins, celle de Dallapiccola et de Petrassi, l’adoption des lois antisémites constitue une rupture existentielle dont des œuvres telles que Le Prisonnier portent trace.
    Entre analyse de trajectoires individuelles, mise en perspective de genres musicaux, focus sur des œuvres emblématiques, le présent ouvrage évoque une nation fascinée puis déchirée par le totalitarisme mussolinien.  "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Ezra Pound en enfer...

    Les éditions de L'Herne viennent de publier un essai de Pierre Rival intitulé Ezra Pound en enfer. Journalistes et critique gastronomique, Pierre Rival s’intéresse à l'auteur des Cantos depuis la fin des années soixante.

     

     

    Rival_Ezra Pound en enfer.jpg

    " De 1940 à 1945, le poète américain d’avant-garde Ezra Pound a participé de manière active à la propagande du régime de Mussolini et des forces de l’Axe. Ses émissions de propagande à la radio italienne empreintes d’un antisémitisme radical – dont certaines sont traduites ici pour la première fois – lui valurent une inculpation pour haute trahison ; il évita de justesse la peine de mort en étant déclaré inapte mentalement à être jugé, et fut interné durant treize ans dans un asile psychiatrique aux États-Unis.

    Ezra Pound en enfer retrace l’itinéraire politique et intellectuel du premier écrivain moderniste de la littérature anglo-saxonne dont il est aussi l’un des éditeurs les plus avisés, découvreur, notamment, de T.S. Eliot et de James Joyce. Ce récit tente de comprendre comment l’auteur des célèbres Cantos a pu adhérer à la cause du fascisme. Pierre Rival interroge ici le lien entre la radicalité politique et la radicalité esthétique. À travers l’exemple de Pound, il montre comment les attitudes de rupture, dans la littérature et les arts, lorsqu’elles sont déplacées dans le champ du politique, conduisent presque inéluctablement au choix du totalitarisme. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Retour à Curzio Malaparte...

    Les éditions de l'Herne viennent de publier un Cahier Malaparte, consacré à l'auteur de Kaputt. Journaliste, essayiste et fasciste dissident, Malaparte est l'auteur de plusieurs ouvrages célèbres comme Technique du coup d'état, Kaputt ou La peau. 

     

    Malaparte.jpg

    " Curzio Malaparte est l’un des plus grands écrivains italien du xxe siècle, ses livres Kaputt et La Peau sont considérés comme des chefs-d’oeuvre de la littérature mondiale. Prisonnier d’une réception ambivalente et polémique, Malaparte mérite qu’un regard objectif éclaire désormais son œuvre à travers laquelle, tantôt protagoniste ou témoin, tantôt observateur ou critique impitoyable, il a redonné vie aux événements traumatiques de la première moitié du XX ème siècle : les deux guerres mondiales, les totalitarismes européens, la libération et l’Europe de l’après-guerre.

    La mosaïque proposée ici met en relief des moments emblématiques de sa vie et de son écriture qui permettent d’accéder à des recoins secrets, souvent ignorés, de sa personne comme de son oeuvre. À travers les perceptions qu’en ont eues aussi bien ses contemporains que les écrivains et chercheurs d’aujourd’hui : tels que Benjamin Crémieux, Giuseppe Ungaretti, Gabriele D’Annunzio, Frédéric Vitoux, Dominique Fernandez, René de Ceccatty, Elio Vittorini, un Malaparte méconnu et passionnant se profile en filigrane.

    De nombreux et précieux textes inédits sont proposés ici pour donner à découvrir l’homme dans son intimité. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Le fascisme, une révolution avortée ?...

    Les éditions Perrin publient cette semaine une Histoire du fascisme signée par Frédéric Le Moal. Docteur en histoire et professeur au lycée militaire de Saint-Cyr, Frédéric Le Moal est spécialiste de l'histoire contemporaine de l'Italie.

     

    Le-Moal_Histoire du fascisme.jpg

    " Qu'est-ce que le fascisme ? Fut-il un mouvement réactionnaire, conservateur ou révolutionnaire ? Se situait-il à gauche ou à droite ? Et bien entendu : quelle place occupa Mussolini dans les débats idéologiques et dans le fonctionnement du régime ?
    Le présent ouvrage donne non seulement des réponses à ces questions cruciales, mais porte sur le fascisme un regard nouveau et inhabituel chez les historiens français. Réaffirmant avec force le caractère totalitaire du régime, il replace l'idéologie qui le fonde dans sa nature révolutionnaire tout en la rattachant à la Révolution française et au socialisme. Si les fascistes cherchèrent à détruire par la violence la modernité libérale de leur temps, ce ne fut pas au nom d'un âge d'or révolu et dans une démarche passéiste, mais avec la volonté farouche de construire une société et un homme nouveaux. Cette ambition imprégnait aussi bien les pensées et les actes du Duce que ceux de ses disciples, y compris dans la radicalisation sanglante de la république de Salò. Pour toutes ces raisons, l'histoire du fascisme, ici racontée de la prise de pouvoir de Mussolini jusqu'à sa mort, est celle d'une révolution avortée. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • L'art d'écrire de Machiavel...

    Les éditions du Cerf viennent de publier un essai de Philippe Bénéton intitulé Niccolò Massimo - Essai sur l'art d'écrire de Machiavel. Agrégé de sciences politiques et professeur à l'université de Rennes, Philippe Bénéton est l'auteur de deux essais importants,  Les Fers de l'opinion (PUF, 2000) et Le dérèglement moral de l'Occident (Cerf, 2017). Il a également rédigé quatre entrées pour le Dictionnaire du conservatisme (Cerf, 2017).

     

    Bénéton_Niccolo Massimo.jpg

    " Les lecteurs de Machiavel forment une troupe nombreuse où se mêlent les philosophes et les rois, les empereurs et les tyrans. Le Prince est de toutes les oeuvres de la pensée politique la seule qui ait durablement accroché l'intérêt des hommes de gouvernement : Charles-Quint en avait fait un de ses livres de chevet, Frédéric II s'efforça de le réfuter, Napoléon voulut qu'il fût dans ses bibliothèques successives, Mussolini en écrivit une préface. Staline l'annota. Hitler dit l'avoir lu et relu. Du côté des écrivains et philosophes, la liste est longue et prestigieuse : Bodin, Bacon, Marlowe, Spinoza, Montesquieu, Rousseau, Hegel, Nietzsche... Mais qu'y a-t-il donc dans ce livre ambigu, écrit avec brio et semé de contradictions ? Pour tenter d'y voir clair, Philippe Bénéton mène une vaste enquête sur l'art d'écrire du Florentin : des explications de texte serrées, une analyse systématique des sources, la confrontation du témoin Machiavel avec l'histoire de son temps. D'étape en étape, les brouillards se dissipent. Machiavel apparaît comme un maître dans l'art de la rhétorique. Quant à son intention profonde, il s'avère qu'elle n'est guère au diapason de ce que dit la doxa contemporaine. Il y avait une énigme Machiavel : voilà sa solution machiavélique. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!