Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mussolini

  • Le cinéma italien sous le fascisme...

    Les éditions Vendémiaire publient cette semaine un ouvrage d'Allessandro Corsi intitulé Dictionnaire du cinéma italien - De la Marche sur Rome à la République de Salò 1922-1945 et préfacé par Jean Tulard. Alessandro Corsi est professeur de langue italienne et traducteur indépendant.

     

    Corsi_Dictionnaire du cinéma italien.jpg

     

    " Les combats héroïques de Garibaldi pour unifier l’Italie, le sacrifice exalté des légionnaires de Mussolini dans le désert de Libye, la vie quotidienne à Florence au temps de Dante… Mais aussi l’érotisme sulfureux des Amants diaboliques, les caprices des divas ou les crimes d’honneur napolitains. Le cinéma italien a fait preuve entre 1922 et 1945 d’une vivacité et d’une créativité qui n’ont rien à envier à ses homologues européens.

    Que l’on songe aux exploits du colosse Maciste, star mondiale des années 1920, aux superproductions comme Scipion l’Africain et sa troupe d’éléphants, à La Couronne de fer, étonnant film précurseur de l’heroic fantasy, et c’est un tout un continent oublié et poétique de l’histoire du septième art qui apparaît. Un cinéma de propagande aussi, mais non dénué de subversion, où la réalité et l’invention sont souvent bien plus fortes que tous les discours officiels.

    En plusieurs centaines d’entrées, ce dictionnaire propose pour la première fois au public français de découvrir une période fondatrice qui, de Luchino Visconti à Totò, en passant par Vittorio De Sica, Roberto Rossellini, ainsi que la création de Cinecittà et celle de la Mostra de Venise, porte en germe ce qui fera la gloire du cinéma italien d’après-guerre. "

    Lien permanent Catégories : Cinéma / Théatre, Livres 0 commentaire Pin it!
  • L'Amérique de Trump...

    Le nouveau numéro de la revue Réfléchir & agir (n°62 - Eté 2019) est disponible en kiosque. Le dossier est consacré à l'Amérique de Trump...

    Réfléchir&Agir 62.jpg

    Au sommaire :

    Tour d'horizon

    Antipasti

    FN-RN, la grande illusion, par Monsieur X

    DOSSIER : L'Amérique de Trump

    L'état profond étas-unien : le MIC, par Klaas Malan

    Les croisés de l'Amérique : la droite Born Again, par Klaas Malan

    Géopolitique de Trump, rupture et permanence, par Eugène Krampon

    Le régime le plus pourri du monde, par Georges Feltin-Tracol

    L'Amérique juive, par Eugène Krampon

    Entretien avec Alain Sanders

    Entretien avec Hervé Ryssen

    Grand entretien

    Michel Drac

    Réflexion

    Nietzsche, entre volonté de puissance et triomphe de la volonté, par Edouard Rix

    Histoire

    Le fascisme après Mussolini, par Christian Bouchet

    Ces lieux où souffle l'esprit

    Wewelsburg, par Edwige Thibault

    Un livre est un fusil

    Machiavel, Le Prince, par Aristide Leucate

    Notes de lecture

    Littérature

    Héros de papier, par Pierre Gillieth

    Disques

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Revues et journaux 0 commentaire Pin it!
  • Feu sur la désinformation... (234)

    Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours de Nicolas Faure.

    Au sommaire :

    • 1 : Coup de chaud écolo chez Pascal Praud
      Une discussion contradictoire sur le réchauffement climatique a provoqué la colère d’une invitée écologiste. Pascal Praud a été violemment attaqué.
    • 2 : Le Zapping d’I-Média 
      Sale temps pour les macronistes ! Christophe Castaner a utilisé un véritable bobard de guerre sur la prétendue attaque de la Pitié Salpêtrière et Daniel Cohn-Bendit ne peut plus prendre le métro sans se voir rappelé ses propos pédophiles passés.

    • 3: Petites annonces, gros racisme ?
      Les agents immobiliers et les propriétaires seraient d’infâmes racistes selon SOS Racisme et les médias relayant l’étude de l’association.
    • 4 : Les tweets de la semaine
      Le Monde fait la promotion du Ramadan et RTL compare subtilement Matteo Salvini à Benito Mussolini. Une semaine classique pour les médias français donc.
    • 5 : Facebook censure les dissidents politiques
      Plusieurs dissidents américains ont été bannis par Facebook. Une inquiétante dérive totalitaire.

     

     

                                     

    Lien permanent Catégories : Décryptage, Manipulation et influence, Multimédia 0 commentaire Pin it!
  • Vilfredo Pareto, génie et visionnaire...

    Les éditions Dualpha viennent de publier un essai de Jean-Pierre Blanchard intitulé Vilfredo Pareto, génie et visionnaire, avec une préface de Georges Feltin-Tracol. Pasteur, fondateur d'une association d'aide aux Français démunis, Jean-Pierre Blanchard est également l'auteur de L’Alternative holiste ou la grande révolte antimoderne (Dualpha, 2017).

     

    Blanchard_Vilfredo Pareto.jpg

    " C’est en 1916 qu’est paru à Florence l’œuvre majeure de Vilfredo Pareto, le Traité de sociologie générale. Il n’a été lu, pour autant qu’il l’ait été, qu’après la guerre de 1914-1918. Pareto devait mourir en 1922.Tout se passe comme si cette œuvre puissante avait été censuré en Europe. Elle fut honorée du bout des lèvres en Italie. En France, le Traité fut publié en 1917-1919 dans la traduction de Pierre Boven revue par l’auteur. Les professeurs de sociologie ne parlent pas de Pareto, ils ne le mentionnent pas dans les bibliographies.

    On explique cette censure, ce phénomène de résistance, par le fait qu’il était fasciste. On oublie que le fascisme, dans les années 1920, avait droit de cité et qu’il était couvert d’éloges par des hommes d’État de pays démocratiques. D’ailleurs quand Mussolini prit le Pouvoir, le Traité était déjà paru, et tout ce que Pareto avait à dire, il l’avait dit. Certaines attitudes vis-à-vis de lui ressemblent plus à des rites de conjuration, des entités sociales qu’il aimait bafouer, ce ne sont que des pratiques propitiatoires.

    Il est temps de réhabiliter cette pensée qui a vaincu l’oubli, on peut de moins en moins impudemment l’ignorer. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Musiques dans l'Italie fasciste...

    Les éditions Fayard viennent de publier un essai de Charlotte Ginot-Slacik et Michela Niccolai intitulé Musiques dans l'Italie fasciste  1922-1943. Musicologues, Charlotte Ginot-Slacik et Michela Niccolai enseignent pour l'une au   Conservatoire national supérieur de Musique et de Danse de Lyon et pour l'autre aux universités de Paris 3 et Paris 4.

     

    Ginot-Slacik et Nicolai_Musiques dans l'Italie fasciste.jpg

    " Plus de vingt ans séparent la marche sur Rome (1922) de la chute de Mussolini (1943), au cours desquels les instances politiques et culturelles de l’Italie sont refondées. Dans le domaine musical, les conséquences du fascisme s’avèrent décisives  : ambivalent à l’égard de la modernité européenne, désireux d’exalter la nation et ses mythes, le régime suscite d’abord l’intérêt de compositeurs en quête d’unité et de récit national. Aviateurs et tyrans de la Rome antique hantent alors les scènes d’opéra, tandis que musiques de film et chansons se font l’écho des conquêtes coloniales.
    Ni les musiques savantes ni les genres populaires ne sont étrangers au fascisme  : sans imposer de canons esthétiques, le régime accompagne la réforme des conservatoires et subventionne des événements majeurs tels la Biennale de Venise ou le Mai musical florentin. Si l’attitude des musiciens est dominée par une profonde ambiguïté liée aux contraintes imposées par l’État, pour la jeune génération, néanmoins, celle de Dallapiccola et de Petrassi, l’adoption des lois antisémites constitue une rupture existentielle dont des œuvres telles que Le Prisonnier portent trace.
    Entre analyse de trajectoires individuelles, mise en perspective de genres musicaux, focus sur des œuvres emblématiques, le présent ouvrage évoque une nation fascinée puis déchirée par le totalitarisme mussolinien.  "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • Ezra Pound en enfer...

    Les éditions de L'Herne viennent de publier un essai de Pierre Rival intitulé Ezra Pound en enfer. Journalistes et critique gastronomique, Pierre Rival s’intéresse à l'auteur des Cantos depuis la fin des années soixante.

     

     

    Rival_Ezra Pound en enfer.jpg

    " De 1940 à 1945, le poète américain d’avant-garde Ezra Pound a participé de manière active à la propagande du régime de Mussolini et des forces de l’Axe. Ses émissions de propagande à la radio italienne empreintes d’un antisémitisme radical – dont certaines sont traduites ici pour la première fois – lui valurent une inculpation pour haute trahison ; il évita de justesse la peine de mort en étant déclaré inapte mentalement à être jugé, et fut interné durant treize ans dans un asile psychiatrique aux États-Unis.

    Ezra Pound en enfer retrace l’itinéraire politique et intellectuel du premier écrivain moderniste de la littérature anglo-saxonne dont il est aussi l’un des éditeurs les plus avisés, découvreur, notamment, de T.S. Eliot et de James Joyce. Ce récit tente de comprendre comment l’auteur des célèbres Cantos a pu adhérer à la cause du fascisme. Pierre Rival interroge ici le lien entre la radicalité politique et la radicalité esthétique. À travers l’exemple de Pound, il montre comment les attitudes de rupture, dans la littérature et les arts, lorsqu’elles sont déplacées dans le champ du politique, conduisent presque inéluctablement au choix du totalitarisme. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!