Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2017

Mélenchon, un opposant factice fabriqué par le Système ?...

Nous reproduisons ci-dessous  un point de vue de Michel Geoffroy, cueilli sur Polémia et consacré au rôle de Jean-Luc Mélenchon, promu par le système, unique opposant à Emmanuel Macron...

michel geoffroy,système,mélenchon,immigrationnisme,superclasse

Opération Mélenchon , ou comment le Système fabrique une opposition factice à Macron

La promotion médiatique de Jean-Luc Mélenchon et de sa France insoumise a pris son essor à l’occasion des élections présidentielles de 2017. Mais depuis la victoire d’Emmanuel Macron elle n’a pas cessé, bien au contraire : au point que Jean-Luc Mélenchon fait figure d’opposition officielle de Sa Majesté, omniprésente dans les médias mainstream.

Pourquoi ? Parce que la promotion d’une alternative de gauche radicale et immigrationniste s’inscrit dans la stratégie européenne de la superclasse mondiale.

Deux mâchoires, un même piège

La superclasse mondiale a deux fers au feu en effet :

  • d’un côté, promouvoir, bien sûr, les hommes politiques qui s’affichent libéraux et libertaires, donc qui se rangent officiellement sous la bannière de son idéologie ; en France elle a donc assuré la promotion d’Emmanuel Macron ;
  • mais, d’un autre côté, elle s’efforce aussi de promouvoir une opposition de gauche à ces mêmes politiciens. De façon à empêcher l’émergence d’une véritable opposition patriote et alternative au mondialisme et au néo-capitalisme en Europe. C’est la fonction dévolue en France à Jean-Luc Mélenchon.

Ce sont les deux mâchoires du même piège destiné à museler les Européens.

Les précédents européens

Ce dispositif a déjà été expérimenté en Grèce, en Espagne et en Italie.

Le Système a assuré la promotion de Syriza en Grèce et de Podemos en Espagne, pour capter la colère populaire au profit de l’ultragauche altermondialiste et immigrationniste :

En Grèce, cela s’est d’ailleurs justement fait après avoir démantelé l’opposition de la droite patriote qui progressait à chaque élection en s’attaquant au mouvement Aube Dorée, opportunément présenté comme une organisation criminelle à caractère néo-nazi. Un grand classique de la diabolisation des dissidents en Europe !

En Italie, le Mouvement Cinq Etoiles de Beppe Grillo s’inscrivait dans un processus comparable, même s’il se positionnait moins nettement à gauche : il a surtout servi à concurrencer l’opposition de droite aux élections en captant à son profit le rejet des électeurs vis-à-vis des partis institutionnels.

Une opposition factice au Système

Or cette gauche et ces mouvements « alternatifs » présentent la caractéristique essentielle et commune de ne rien entreprendre de sérieux pour changer le Système : en Grèce, Syriza applique avec zèle le programme déflationniste défini par la « troïka » bruxelloise et, en Espagne, Podemos a surtout réussi à rendre le pays ingouvernable, en refusant toute alliance politique.

En outre cette gauche prétendument alternative se prononce toujours en faveur de l’ouverture des frontières et de l’immigration : elle ne gêne donc nullement la superclasse mondiale qui se sert du chaos migratoire comme brise-glace des nations européennes.

Et en Italie, les élus locaux « cinq étoiles » n’ont pas réussi grand-chose sinon démontrer « qu’ils ne savaient pas gouverner », selon le propos peu amène du président du Conseil Matteo Renzi : ils viennent d’ailleurs d’être largement sanctionnés par les électeurs aux élections municipales de juin 2017.

Voter pour ces formations ne menace donc en aucune façon l’oligarchie ! Elle permet en effet de neutraliser la révolte populaire.

Opération Mélenchon

En France, la promotion médiatique de Jean-Luc Mélenchon sert l’oligarchie de deux façons.

Lors de la campagne présidentielle, elle a d’abord servi à marginaliser la candidature de Benoît Hamon et surtout à concurrencer Marine Le Pen – l’objectif principal – en captant au profit de la France insoumise une partie de l’électorat populaire, séduit par les saillies du tribun Mélenchon. Le piège s’est refermé lorsque Marine Le Pen a essayé de concurrencer sur sa gauche le programme crypto-communiste de la France insoumise, ce qui a déçu ses soutiens de droite et favorisé par contrecoup l’élection d’Emmanuel Macron.

Depuis la victoire de ce dernier, la promotion de Jean-Luc Mélenchon a désormais pour fonction principale de rendre l’opposition de droite et patriote aphone. Les médias mainstream n’évoquent en effet cette opposition que pour s’étendre à l’infini sur ses divisions : que ce soit pour insister sur la pluralité de candidatures à la présidence des Républicains ou pour gloser à l’infini sur les luttes de tendances au sein du Front national. Mais jamais pour lui donner la parole comme opposition.

Champ libre, donc, pour les soliloques médiatiques de Jean-Luc Mélenchon !

Un repoussoir commode

Mais Jean-Luc Mélenchon ne menace nullement le Système comme il le prétend.

Son programme évoque, certes, une sortie des traités européens et de l’OTAN. Mais il reste écologiquement correct (il préconise même une planification écologique !), culturellement correct (il préconise la création culturelle émancipée…), juridiquement correct (il propose d’inscrire de nouveaux droits de l’homme dans la Constitution) et surtout correct sur les plans migratoire et communautaire : pendant la campagne électorale il a même organisé une minute de silence en faveur des migrants disparus en mer ! Et son programme économique est suffisamment ringard pour dissuader les milieux économiques.

La France insoumise sert donc de repoussoir commode à la France en marche ! Mais toutes s’accordent sur un point : faire taire l’opposition nationale et patriote par tous les moyens. Les « gros ballots », comme dit si aimablement Jean-Luc Mélenchon.

La superclasse mondiale s’appuie aussi sur la gauche extrême

Les poings levés des élus de la France insoumise et les drapeaux rouges et noirs de l’extrême gauche brandis devant les caméras, comme hier les cols Mao des bobos, ne tromperont que le public naïf des médias mainstream : cette extrême gauche n’est pas contre le Système, elle roule au contraire pour lui.

Car ces prétendus anticapitalistes combattent avant tout ceux qui… refusent la loi de l’argent, les patriotes et les identitaires. Comme durant la campagne présidentielle les candidats d’extrême gauche ont surtout attaqué Marine Le Pen et François Fillon, mais quasiment jamais Emmanuel Macron.

Comme ces prétendus « altermondialistes » ne militent pas contre le mondialisme : ils veulent seulement un mondialisme qui aille dans leur sens. Comme ces prétendus « antifascistes » font des risettes aux islamistes. Comme ces prétendus militants de « la cause animale » ne trouvent jamais rien à dire contre l’abattage hallal. Comme ces « féministes » estiment que le voile islamique libère les femmes. Comme les No Border, en favorisant par tous les moyens l’immigration en Europe, concourent activement à la constitution de l’armée de réserve du capital.

La superclasse mondiale s’accommode très bien, aujourd’hui comme hier, de l’extrême gauche, même si elle pense que le néo-libéralisme réussira là où la Révolution communiste a échoué. Car tout ce qui peut ébranler les nations européennes contribue à renforcer son pouvoir transnational.

La France insoumise et la France en Marche ne s’opposent pas : elles avancent au contraire main dans la main.

Michel Geoffroy (Polémia, 6 septembre 2017

 

09/09/2017

Eléction présidentielle de 2017 : une élection ordinaire ?...

Nous reproduisons ci-dessous  une réflexion de Michel Geoffroy, cueillie sur Polémia et consacrée à l'élection présidentielle de 2017. L'auteur revient sur cette élection en l'éclairant à la lumière des analyses formulées par Lucien Cerise dans son livre Retour sur Maïdan/La guerre hybride de l’OTAN (Le Retour aux Sources, 2017). Intéressant...

 

Macron_médias.png

L’élection présidentielle de 2017 a-t-elle constitué une révolution rose imposée à la France ?

La parution du livre de Lucien Cerise, Retour sur Maïdan/La guerre hybride de l’OTAN (1) peut conduire, en effet, à se poser la question.

Dans cet ouvrage très documenté, l’auteur détaille les différents aspects de la « révolution de Maïdan » intervenue en Ukraine durant l’hiver 2013/2014 à la suite de la décision du gouvernement ukrainien de ne pas signer un accord d’association avec l’Union européenne et qui a conduit au départ du président Viktor Ianoukovytch et à la mise en place d’une nouvelle équipe, cette fois définitivement pro-occidentale.

Une révolution organisée

L’auteur démonte les différentes techniques de déstabilisation mises en œuvre dans le cadre de cette « révolution » ukrainienne : en particulier l’action de groupes armés formés à l’étranger et pratiquant une stratégie de la tension vis-à-vis du pouvoir en place, l’organisation de manifestations de rues très minoritaires mais très médiatisées, l’usage d’Internet comme caisse de résonance internationale ou l’instrumentation de groupuscules extrémistes et islamistes comme troupes de choc.

Cette révolution n’aurait donc rien de populaire comme le suggèrent les médias de propagande : au contraire, elle aurait été imposée au peuple par le truchement de minorités agissantes dont l’action n’aurait rien de spontané.

Théorie du complot ?

Pourtant cet « EuroMaïdan » présente indéniablement de nombreux traits communs avec les différentes « révolutions de couleur » et les « printemps arabes » qui sont apparus ici et là (2). Des révolutions qui ont curieusement eu pour effet de déstabiliser les gouvernements considérés comme hostiles aux projets des Occidentaux et des Etats-Unis, notamment celui de poursuivre l’encerclement stratégique de la Russie et de semer le chaos islamiste au Proche-Orient.

En outre l’auteur fonde sa démonstration sur une profusion de références américaines et otaniennes et notamment la théorisation de la guerre hybride comme moyen de réduire à merci un adversaire.

Alors quel rapport avec les élections présidentielles françaises de 2017 ? Puisqu’à l’évidence ce ne sont pas des manifestations de rue qui ont porté Emmanuel Macron à la présidence !

D’étranges zones d’ombre

On peut se poser la question parce que la dynamique créée autour de la candidature d’Emmanuel Macron comporte d’étranges zones d’ombre, notamment :

-l’apparition ex-nihilo d’un leader et d’un mouvement politique surgi de nulle part, créé par Internet et aux financements exceptionnels (3) ;

-l’utilisation de techniques cognitives sophistiquées au service de la promotion du candidat et de la formalisation de son discours et de ses slogans ;

-des meetings organisés d’une façon extrêmement professionnelle comme des spectacles ;

-un soutien médiatique total et sans précédent dans notre pays par son ampleur ;

-l’action de l’extrême gauche – le service action de l’oligarchie – contre les seuls candidats de la droite ;

-enfin, compte tenu de la faible mobilisation populaire en sa faveur, l’élection d’Emmanuel Macron n’aurait certainement pu intervenir si la candidature de François Fillon n’avait pas fait l’objet d’une opération de déstabilisation médiatico-judiciaire soigneusement orchestrée, qui l’a écarté du second tour.

On ne doit pas oublier, en outre, que l’élection présidentielle française intervenait dans un contexte politique marqué par le vote britannique en faveur du Brexit et l’élection de D. Trump à la présidence des Etats-Unis. Un contexte considéré par conséquent comme extrêmement dangereux pour l’oligarchie qui ne voulait en aucun cas que la France lui échappe au surplus.

La démocratie, un risque pour le Forum de Davos !

Cette inquiétude figurait explicitement au cœur des débats du Forum de Davos de janvier 2017, autour du rapport Global Risk 2017.

Ce rapport pointait en effet comme risque le Brexit, l’élection de Donald Trump et l’échec du référendum de Matteo Renzi en Italie, en affirmant au surplus que les campagnes électorales de ces trois pays auraient « mis en évidence le phénomène de désinformation rapide » des opinions publiques, résultant « d’une fragilisation de la confiance des populations ».

Les participants au Forum soulignaient alors « le besoin de mieux protéger nos systèmes de contrôle qualité de l’information » et le rapport Global Risks 2017 concluait en affirmant que « les principaux facteurs de risque peuvent être endigués en créant des sociétés plus inclusives basées sur la coopération internationale et une vision à long terme (4) ».

Derrière ce pathos, on devait donc comprendre que la démocratie constituait un risque pour la superclasse mondiale qui se réunit à Davos, un risque qu’il fallait endiguer grâce à un meilleur contrôle – c’est-à-dire une meilleure censure – de l’information !

Jacques Attali, dans une tribune de l’hebdomadaire L’Express, proposera même une réforme constitutionnelle afin de déterminer quels « sujets qu’un seul vote majoritaire du peuple ne pourrait suffire à trancher » et qui « seraient sanctuarisés en les inscrivant dans la Constitution (5) ». Sa tribune s’intitulait d’ailleurs « Sanctuariser le progrès » : ce qui signifie, en novlangue, sanctuariser l’idéologie libérale libertaire et immigrationniste et surtout museler le peuple quand il vote mal.

Délégitimer toute opposition

Le Forum de Davos reprenait donc à son compte les accusations formulées par Hillary Clinton justifiant sa défaite par des opérations de désinformation (fake news) conduites par… la Russie.

Il s’agit, bien sûr, d’un classique processus d’inversion accusatoire puisque ce sont bien les médias mainstream – propriété des puissances d’argent et donc de l’oligarchie qui se réunit à Davos – qui en Occident trompent en permanence la population en imposant le politiquement correct.

L’idée selon laquelle la population aurait été déstabilisée par les fake news revient surtout à dénier toute légitimité aux scrutins lorsque les candidats de l’oligarchie se font battre. Le concept de fake news sert à supprimer tout ce qui va à l’encontre de l’idéologie dominante ou des candidats sponsorisés par le Système, en accusant ceux qui diffusent une information alternative d’être tout simplement des agents de Vladimir Poutine – ou des fêlés d’extrême droite voire maintenant, tout simplement, des néo-nazis, terme revenant à la mode médiatique.

Cette attitude d’esprit, assimilable à une véritable propagande de guerre, conduit donc à criminaliser toute dissidence et toute opposition en Europe, comme dans n’importe quel régime totalitaire.

Le coup d’Etat post-démocratique permanent

Les oligarques du Forum de Davos ont donc théorisé, avec la lutte « contre le populisme » et les « fake news », le coup d’Etat post-démocratique permanent contre la liberté et la souveraineté des Européens.

Ce coup d’Etat repose sur la conjonction du pouvoir médiatique et du pouvoir judiciaire car les deux marchent de concert. Le pouvoir médiatique sert à enfermer la population dans une réalité virtuelle, la réalité à laquelle l’oligarchie veut que l’on croie. Il sert aussi à diaboliser tous les dissidents politiques.

En 2015, le Forum de Davos avait d’ailleurs abordé la question de « l’utilisation des neurosciences comportementales pour améliorer les politiques publiques » et aussi pour « mieux diagnostiquer la pathologie mentale (6) ». Sans doute une démarche… désintéressée, lorsque l’on se rappelle que l’oligarchie affirme par exemple que les dissidents politiques souffriraient de « phobies » maladives ou que les terroristes islamistes seraient des « fous » ou des « déséquilibrés » ! Il s’agit, en clair, de mobiliser les neurosciences afin de mener une guerre cognitive contre les peuples, conformément à l’esprit de la guerre hybride.

Le pouvoir judiciaire sert de son côté à interdire de décrire le monde tel qu’il est, donc de sortir de la bulle médiatique dans laquelle on veut nous enfermer. Il sert aussi à criminaliser la critique de l’idéologie libérale libertaire et cosmopolite. Il sert enfin à mettre en tutelle les législateurs pour qu’ils ne dévient pas de cette doxa.

Une Révolution rose en France ?

Or, justement, l’élection d’Emmanuel Macron résulte de la mobilisation de ces deux leviers :

  • le levier médiatique pour forger son image de présidentiable après avoir forgé celle de « gendre idéal » lorsqu’il était ministre ; et pour censurer toute information pouvant nuire à sa candidature ;

  • le levier judiciaire pour briser la dynamique de ses concurrents de droite et d’abord celle de François Fillon. Même si ce dernier a effectivement commis différentes erreurs stratégiques dans ce contexte.

Ces deux leviers ont permis de confisquer l’élection présidentielle à son profit, alors même qu’en nombre d’électeurs inscrits il n’avait pas la majorité.

L’élection d’Emmanuel Macron a été saluée comme une victoire par la superclasse mondiale : car elle a endigué en 2017 le risque populiste en France. C’était la raison d’être de l’opération même si, par contrecoup, Emmanuel Macron n’est pas un président populaire, comme le montrent déjà les sondages.

La victoire d’Emmanuel Macron a aussi permis de sauver une partie des politiciens rose bobo qui se trouvaient dévalués : à gauche, suite à la calamiteuse présidence de François Hollande, comme à droite pour leur impuissance.

Emmanuel Macron était l’homme du Système, poussé par le Système pour que justement on ne puisse pas changer le Système.

La radicalisation en marche

Le programme de la République en Marche ! correspond en effet, non pas au renouveau toujours promis aux électeurs à chaque scrutin, mais au contraire à la radicalisation du programme libéral libertaire et immigrationniste des prédécesseurs d’Emmanuel Macron, radicalisation dont on commence déjà à voir les prémisses :

 -Radicalisation dans la mise au pas des médias et dans la censure des journalistes faisant preuve d’esprit critique ;

 -Radicalisation libre-échangiste pour démonter en urgence le droit social, conformément aux vœux du grand patronat ;

 -Radicalisation pour « accueillir » encore plus d’immigrants (7) et avancer dans la voie sans issue de la société multiculturelle ;

– Radicalisation dans l’écologie punitive aux dépens des seuls Européens ;

-Radicalisation pour imposer le politiquement correct au prétexte de moralisation de la vie politique qui donnera aux juges et aux ligues de vertu communautaristes le pouvoir de décider qui aura le droit d’être parlementaire ou ministre, conformément à ce qu’avait demandé la Licra. Radicalisation dans la répression des propos dissidents, assimilés à des discriminations ou des provocations et même tenus désormais dans des lieux non publics (8).

-Radicalisation liberticide, enfin, résultant de l’introduction des dispositions exorbitantes de l’Etat d’urgence dans le droit commun.

C’est bien pourquoi la candidature d’Emmanuel Macron a été lancée, soutenue et célébrée par les puissances d’argent et par « l’Etat profond » qui constituent l’ossature de la superclasse mondiale. C’est bien pourquoi ils ont organisé cette révolution rose de 2017. Parce que le prrrrojet (9) d’Emmanuel Macron continuera de déconstruire la société française conformément à leurs seuls vœux et intérêts.

Michel Geoffroy (Polémia, 3 septembre 2017)

 

Notes :

  1. Editions Le Retour aux Sources, 2017.

  2. Comme les événements qui se déroulent actuellement au Venezuela d’ailleurs.

  3. Emmanuel Macron a été le candidat le plus dépensier de l’élection présidentielle française 2017 avec 16,8 millions d’euros de dépenses, selon les informations sur les comptes de campagne publiées au Journal officiel et qui restent encore à valider. Le candidat du mouvement En marche! a dépensé le plus d’argent pour organiser ses meetings de campagne (5,8 millions) et pour cibler ses électeurs : plus de 5 millions d’euros sont passés dans l’envoi de courriers, de textos, d’appels téléphoniques et dans la réalisation de sondages.

  4. Présent du 20 janvier 2017.

  5. L’Express du 20 juin 2016.

  6. Les Echos du 2 février 2015.

  7. « La France, sur le sujet des réfugiés, n’a pas toujours pris sa part », a déclaré Emmanuel Macron le mercredi 12 juillet 2017 à Trieste.

  8. Le décret n° 2017-1230 du 3 août 2017 relatif aux provocations, diffamations et injures non publiques présentant un caractère raciste ou discriminatoire étend la surveillance et la répression des propos décrétés discriminatoires à la fois à ceux qui sont tenus dans des lieux non publics et à toutes sortes de discriminations, parmi lesquelles la transphobie et l’handiphobie. Il prévoit que ces diffamations et injures non publiques constitueront, comme les provocations, des contraventions de la cinquième classe, punies d’une amende maximale de 1.500 euros ou 3.000 euros en cas de récidive, et non plus des contraventions de la quatrième classe punies d’amendes inférieures de moitié.

  9. Prononcer ce mot en criant et en levant les bras, pour faire plus vrai.

 

24/07/2017

La revue de presse d'un esprit libre... (31)

Veilleur.jpg

La revue de presse de Pierre Bérard

Au sommaire :

« Vous n’aurez pas ma haine ! ». Telle est la phrase rituelle et à tiroirs des victimes d’attentats que la presse s'efforce de privilégier modelant ainsi un type de commémoration destiné à brider une colère légitime. Excellente analyse de Laurence Maugest :

 
L’école aux prises avec le communautarisme musulman par André Murawski, conseiller régional Hauts-de-France :
 
 
Chronique du livre « Tarek, une chance pour la France ? » de Jean-François Chemain par Camille Galic :
 
 
Le burkini ne serait pas une affaire de simple police des vêtements mais un défi civilisationnel. Article d’Aurélien Marq  :
 
 
Recension par la courageuse démographe Michèle Tribalat du livre de Douglas Murray « The strange death of Europe : immigration, identity and islam ». c’est une analyse du déni des élites européenne face à l’immigration et à ses conséquences :
 
 
 
 
 
Face aux fondamentalismes, la réponse polythéiste. Le nouveau numéro d’Éléments parait le samedi 22 juillet (couverture et sommaire complet, première référence). Après un copieux numéro de Krisis consacré au paganisme (seconde référence):
 
 
 
Accompagnant la parution du dernier numéro d’Éléments (voir ci-dessus), Tv Libertés publie le deuxième épisode de l’émission « Le plus d’Éléments ». Animée par Olivier François, elle met en scène David L’Épée, Ludovic Maubreuil, Christophe A Maxime, Thomas Hennetier et Slobodan Despot dans un remarquable esprit de non conformisme tout azimut :
 
 
Elisabeth Lévy présente le dernier numéro de causeur aux lecteurs du Figaro. Style enjoué sur des sujets austères :
 
 
Réflexion judicieuse d'Alain de Benoist sur la morale et le politique :
 
 
Dans sa dernière émission « Les idées à l’endroit » Alain de Benoist évoque la grande personnalité de Carl Schmitt en compagnie des universitaires Aristide Leucate et Alexandre Franco de Sa.
 
 
Chronique du livre d’Alain de Benoist « Ce que penser veut dire » une anthologie bio-bibliographique des penseurs européens de Jean-Jacques Rousseau à Jean-Claude Michéa signée de Michel Geoffroy :
 
 
Tournant majeur dans la généalogie de l’homo sapiens qui laisserait deviner la fin de la théorie « Out of Africa » :
 
 
Éditorial de Philippe Conrad pour le hors série de la Nouvelle Revue d’Histoire consacré aux guerres de religion passées et présentes :
 
 
Dans l’émission « Passé présent » sur TV Libertés Philippe Conrad et André Posokhow font le point à propos de la défaite de 1940 et de ses suites :
 
 
Réformes Macron : 3 milliards d’impôts en moins pour les rentiers de la richesse qui ne représentent que 0,1% de la population. Article d’Emmanuel Lévy dans « Marianne » :
 
 
Avec Macron le programme est clair : poursuite du sans-frontiérisme commercial, migratoire et moral par Jean-Yves Le Gallou qui passe en revue les hauts fonctionnaires qui dirigeront, de fait, la politique du nouveau gouvernement. Éloquent :
 
 
L’élection Emmanuel Macron grâce au double appui de la haute fonction publique d’État et de l’oligarchie financière a été permise par la désaffection massive de l’électorat nous dit l'avocat Régis de Castelnau. Cette légitimité problématique expliquerait selon lui la grande désinvolture dont Macron, un godelureau dépourvu d’expérience, ferait preuve vis à vis de l’appareil d’État, et de citer à titre d’exemple son attitude vis à vis des armées et des organes judiciaires.
 
 
Le théologien Paul Thibaud réfléchissant sur le discours devant l'ex Vel d’hiv d’Emmanuel Macron, analyse plutôt finement l’amnésie sur la Shoah qui a précédé Jacques Chirac et l’hypermnésie qui lui a succédé. Il en tire une conclusion qui va à rebours des convictions exposées par l’actuel président de la République : 
 
 
Le vote confessionnel lors des élections de 2017 en France. Une analyse de Philippe Velilla pour le MAUSS :
 
 
Comment les États du Golfe ont financé l’opération Timber Sycamore organisée par le général David Petraeus. Article fort bien documenté de Thierry Meyssan sur la plus importante affaire de trafic d’armes des récentes décennies afin d’alimenter les groupes djihadistes en Irak et en Syrie. On comprendra aisément que Macron comme Hollande éprouvent de sérieuses difficultés à désigner l'ennemi :
 
 
Le général Dominique Delawarde est l’ancien chef du bureau « Situation-Renseignement-Guerre Électronique » de l’État-major interarmées de planification opérationnelle. Il étudie 
ici (en février 2017) les relations entre les États-Unis, la Russie et Israël et tire des conclusions sur l’élection d’Emmanuel Macron, non encore advenue à cette date.
 
 
Michel Drac chronique « Les blancs, les juifs et nous » d’Houria Bouteldja, porte-parole des indigènes de la République et en tire des conclusions peu amènes pour son auteur :
 
 
Emmanuel Leroy qui a fondé une association venant en aide aux enfants du Donbass s’entretient avec Tv Libertés :
 
 
Lucien Cerise reçu à Radio Sputnik pour son livre « Retour sur Maïdan, la guerre hybride de l’OTAN » (éditions Le retour aux sources) :
 
 
Chronique de l’ouvrage collectif paru sous la direction de Christian Harbulot : « Le nationalisme économique américain ».
 
 
Dans « La voie de l’épée », blog du colonel Michel Goya, celui-ci examine la décroissance continue des dotations de nos forces armées en moyens capacitaires et budgétaires depuis la fin des années 80 (première référence). Dans un article du Parisien où est cité le général Vincent Desportes, celui-ci confirme : « Un char sur deux est capable de rouler, un avion sur deux peut décoller, un bateau sur deux sortir en mer ! » (seconde référence) :
 
 
 
S’aidant des concepts du droit romain, Jacques Sapir voit dans la démission du chef d’État-major des armées Pierre de Villiers un grave précédant susceptible de mettre en 
cause la légitimité même du président de la République :
 
 
Réduite à une impuissance désastreuse au Proche-Orient notre diplomatie animée par des réseaux néo-conservateurs à l’américaine regarde passer les trains. Afin de mettre un terme à cette situation, Richard Labévière plaide pour une réouverture de notre ambassade à Damas :
 
 
Anecdote significative. On apprend que Jupiter au moment même où il se débarrasse d’Arès (son fils dans la mythologie...) visionne en compagnie de quelques happy few (BHL, Christine Angot et Fred Vargas) un médiocre documentaire sur la bataille de Mossoul, assurant surtout la promotion de son réalisateur. N’y a-t-il pas meilleur outil pour s’initier à la stratégie ?  :
 
 
À ce propos rappelons que Le Monde Diplomatique vient de mettre tous ses articles concernant Bernard-Henri Lévy en accès libre afin de dénoncer une imposture qui ne tient que par le réseau mafieux qu’il contrôle. Le « philosophe » en a pris ombrage dans les colonnes du Point par une tribune au vitriol où il fustige pêle-mêle comme à son habitude le fascisme, l’anti-sionisme, le conspirationnisme, les rouges-bruns et les fake news. Bref, rien de très neuf dans l'arsenal faisandé qu’il nous sert depuis des décennies : 
 

02/06/2017

Pour un nouveau souverainisme !...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Michel Geoffroy, cueilli sur le site de Polémia et consacré à la question du souverainisme...

Colleone.jpg

L’impasse du souverainisme nostalgique ? Pour un nouveau souverainisme

Force est de constater que les mouvements et les responsables dits populistes n’ont pas confirmé les espoirs placés en eux et qu’ils n’ont pas été capables de créer une nouvelle donne politique en Europe continentale. L’échec de Marine Le Pen face à Emmanuel Macron lors de la présidentielle de 2017 le confirme.

Si les populismes s’affirment comme force protestataire, ils restent écartés du pouvoir politique souverain en raison de leur impuissance à constituer des majorités. Certes, la superclasse mondiale « gouverne mal mais se défend bien ». Mais la propagande médiatique et la répression politique n’expliquent pas tout. Le populisme déçoit en lui-même aussi.

La déception souverainiste

Le populisme déçoit parce qu’en Europe il ne donne pas le sentiment de se positionner à la hauteur des enjeux civilisationnels auxquels notre continent se trouve confronté, dans un monde désormais ouvert.

Notamment parce que le rejet, justifié, de l’idéologie libre-échangiste, atlantiste et sans-frontières de l’Europe de Bruxelles a poussé le populisme dans la voie sans issue du souverainisme nostalgique.

Ce souverainisme, c’est-à-dire le mythe – au sens Sorélien du terme – de la restauration de la souveraineté perdue des Etats nations, demeure peu crédible pour la majorité de la population, sans même parler des acteurs économiques.

Pire : il apparaît dissuasif pour les classes populaires elles-mêmes, comme Marine Le Pen, empêtrée dans sa promesse de sortie de l’euro, en a fait l’amère expérience lors de la campagne présidentielle de 2017.

La nostalgie de la France gaullienne

En France le mantra souverainiste repose sur la nostalgie évidente d’un ordre gaullien largement idéalisé mais surtout révolu : notamment sur la nostalgie d’un « couple franco-allemand » composé d’une France forte et indépendante, face à une Allemagne vaincue, faible et divisée, trop contente de se voir octroyer, avec le Traité de l’Elysée, l’amitié française.

Mais de nos jours l’inverse prévaut : l’Allemagne réunifiée devient la puissance dominante en Europe, plus encore avec la perspective de sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, et la France décline. Et d’ailleurs, dès qu’il est élu, le nouveau président de la République française se doit d’aller immédiatement se présenter au chancelier allemand, ce qui revient à reconnaître sa vassalité de fait.

Le souverainisme nostalgique semble aussi oublier, en essayant de prendre modèle sur le Brexit, que l’Europe continentale n’est pas une île anglo-saxonne naturellement tournée vers le grand large ni réductible à l’exception suisse.

L’histoire ne repasse pas les plats

Le populisme nostalgique oublie aussi que le monde d’antan ne reviendra plus en Europe : l’individualisme libéral/libertaire et le Grand Remplacement l’ont tué.

Philippe de Villiers se demande à juste titre si les cloches sonneront encore demain (1) dans notre pays, compte tenu de la dynamique de l’islam.

Mais cette interrogation ne saurait faire oublier que la France des clochers qui figurait encore sur l’affiche de campagne de François Mitterrand de 1981 – La Force tranquille – est de toute façon déjà moribonde : la majorité de la population s’entasse désormais dans les banlieues, on a déserté les campagnes et « la fille aînée de l’Eglise », tout comme le prolétariat d’ailleurs, a perdu la foi.

Les cloches sonneront de moins en moins tout simplement parce que le nombre de catholiques pratiquants ne cesse de diminuer en Europe, au contraire de ce qui se passe ailleurs dans le monde.

Et il suffit de regarder des films français des années 1960 pour se rendre compte que le cadre de vie, la façon de parler et de penser ainsi que la population elle-même ne sont plus les mêmes.

L’oligarchie ne cesse de nous vanter le fait que « la France change » ; mais pour une fois elle dit la vérité : notre passé ne reviendra pas.

On peut le regretter, bien sûr, comme Ronsard déplorait que les roses finissent par se flétrir.

Mais « l’histoire ne repasse pas les plats », comme disait ironiquement Louis-Ferdinand Céline !

Les politiciens nous trompent en nous promettant des lendemains qui chantent. Mais les nostalgiques des années cinquante nous trompent d’une façon symétrique en nous promettant de remonter le temps des nations européennes et d’entrer en marche arrière dans le XXIe siècle.

Jeter le bébé européen avec l’eau du bain de Bruxelles

Le populisme européen combat l’oligarchie cosmopolite et l’Europe de Bruxelles sous l’étendard du souverainisme. Mais pour un Européen du XXIe siècle quelle est la crédibilité de cette réponse ?

A l’heure du retour sur la scène mondiale des grandes aires civilisationnelles, qui rassemblent chacune des centaines de millions, sinon des milliards, d’hommes et de femmes, l’avenir européen réside-t-il vraiment dans un retour des petites patries et des monnaies nationales ? ou dans une multiplication des sécessions sur le modèle du Brexit ou du groupe de Visegrad ? ou dans la duplication coûteuse des outils de défense ? ou dans les chicaneries sociales mettant en cause, comme en Grande-Bretagne, les travailleurs européens « détachés », alors qu’on laisse les « réfugiés » du tiers-monde s’installer en masse en Europe ?

La crise de migrants a, certes, démontré les faiblesses d’une Union européenne qui ne nous rend pas toujours plus forts comme elle le prétend. Mais elle a aussi démontré la solidarité de fait de tous les Européens face au risque migratoire ou islamiste, comme hier face au communisme : qu’une frontière soit poreuse et c’est toute l‘Europe qui tombe. Une prise de conscience salutaire.

La souveraineté sans la puissance n’est rien

L’ambiguïté du souverainisme nostalgique tient au fait que la souveraineté sans la puissance ne conduit à rien. Or dans un monde multipolaire la puissance en Europe n’est plus nationale mais continentale.

On a oublié un peu vite pourquoi la France « indépendante » s’était dotée de l’arme nucléaire, d’une industrie de pointe et d’une diplomatie offensive sous l’impulsion de la Ve République (2). On a oublié que la souveraineté ne correspond pas à un fait de nature et ne résulte pas de simples discours : elle découle de choix politiques concrets, souvent difficiles, et surtout de rapports de force clairement assumés.

La souveraineté nationale dans une Europe impuissante, vassalisée ou islamisée reste une illusion. Un certain souverainisme peut s’analyser pour cette raison comme le retour, chez nous, du vieux paradigme maurrassien de « la France seule », dans un monde qui s’écroulerait autour d’elle. Illusion en 1940, illusion en 1947, illusion en 2017, illusion demain, illusion toujours.

Dans le monde multipolaire qui vient, l’Europe n’a pas d’autre option que celle de la puissance et de l’unité. Le souverainisme n’a donc de sens qu’au plan européen : au plan national il ne peut plus être une fin en soi, mais seulement le moyen du retour de la puissance et de la souveraineté de tous les Européens sur leur continent.

Le XXIe siècle sera continental et multipolaire

La constitution de grands blocs civilisationnels s’annonce comme un élément essentiel de la géopolitique multipolaire du XXIe siècle.

Faute de le comprendre, les souverainistes européens courent le risque de ne peser sur rien – comme on le voit déjà avec la fantomatique Union européenne, espace riche mais nain diplomatique et militaire.

Au plan géopolitique, les Européens se trouvent confrontés à une alternative simple s’ils veulent survivre dans ce nouveau siècle : soit se rattacher au monde « atlantique » dominé par les Anglo-Saxons et surtout par les Etats-Unis, comme ils l’ont fait depuis la Guerre froide : c’est la voie de la thalassocratie, pour reprendre l’expression de Carl Schmitt ; soit bâtir un destin européen indépendant et continental : c’est la voie des grands espaces terrestres. Mer ou Terre, il faudra choisir :

  • La première branche de cette alternative correspond à la direction prise jusqu’à présent par l’Union européenne et l’Otan. Elle débouche nécessairement sur une soumission économique, culturelle, militaire et stratégique à la surpuissance américaine et transforme les Européens en clients et en valets d’armes de l’Oncle Sam. C’est la voie de la « stabilité », comme le proclame la novlangue de la superclasse mondiale : par stabilité il faut, bien sûr, comprendre la perpétuation de la domination américaine sur l’Europe – une Europe découplée, en outre, de la Russie et, bien sûr, du reste du continent eurasiatique tout entier, conformément à l’intérêt stratégique des Etats-Unis qui s’en tient au vieux « Diviser pour régner » ;
  • La seconde branche de l’alternative reste à construire. Mais elle correspondait à la version initiale du projet européen avant qu’il ne soit dévoyé sous l’influence des Britanniques et des agents des Etats-Unis, dans un sens libre-échangiste et sans frontières. Elle découle aussi de la nouvelle cartographie du monde multipolaire : la vieille Europe se trouve naturellement dans l’orbite de l’Eurasie et non pas du côté du continent nord-américain.

Le péril transatlantique

Le destin transatlantique que l’oligarchie veut imposer à l’Europe comporte de très grands risques pour les Européens à l’âge du choc des civilisations.

En effet le reste du monde, en particulier le monde musulman qui nous est le plus proche géographiquement, perçoit de plus en plus les Européens comme des croisés de la superclasse mondiale, des Etats-Unis et d’Israël en particulier. Notamment à cause de leur prétention ridicule à vouloir imposer au Moyen-Orient leur idéologie, y compris par la force des armes et au nom, bien sûr, de la Paix et de la Démocratie, etc. Donc il perçoit les Européens comme des ennemis, comme l’illustrent d’ailleurs les attaques terroristes qui frappent désormais notre continent. Car il suffit d’être désigné par l’Autre comme son ennemi pour le devenir, rappelait le professeur Julien Freund, même si on ne le souhaite pas.

Contrairement à ce que prétend l’oligarchie, la voie transatlantique n’apporte donc pas la paix, mais le risque de contagion de la guerre en Europe. L’ Europe court le risque de se trouver engagée dans des conflits qui ne la concernent pas, à la suite des Etats-Unis, voire de redevenir un champ de bataille. En particulier via l’Otan, alliance défensive devenue carcan politique et stratégique depuis la fin du Pacte de Varsovie. D’autant que, depuis la fin de la Guerre froide, l’Oncle Sam regarde vers l’Asie et le Pacifique, et non plus vers l’Europe, pour sa sauvegarde. Plus les Etats-Unis deviennent un pays multiculturel, en outre, et plus leurs liens culturels et ethniques avec la vieille Europe s’estompent – et moins les nouveaux boys éprouvent de la sympathie pour le Vieux Continent.

Que gagneraient les Européens à une conflagration mondiale les engageant sous une direction américaine contre la Chine ? ou à un affrontement avec la Russie ? Qu’avons-nous d’ailleurs gagné à la prétendue lutte contre le terrorisme menée sous la direction étas-unienne ? Le chaos au Moyen-Orient, des flots de migrants et les attentats terroristes à répétition en Europe : un premier avertissement de ce qui peut nous attendre demain, en quelque sorte. La nouvelle carte du monde apporte la réponse : les intérêts géopolitiques et géostratégiques de l’Europe et des Etats-Unis ne convergent plus : ils divergent.

Pour un populisme conséquent

Dans cette perspective un populisme conséquent ne peut pas répudier le principe d’une Union européenne. L’actuelle Union a, certes, atteint ses limites parce que, par construction pourrait-on dire, elle a répudié les attributs de la souveraineté politique, comme le souhaitait l’oligarque Jean Monnet.

Le populisme conséquent doit donc reprendre la construction européenne là où l’oligarchie l’a volontairement arrêtée : faire de l’Union un instrument de la puissance et de l’indépendance de tous les Européens, un espace économique protecteur, une défense européenne autonome, libérée de la tutelle atlantiste de l’Otan (3), des frontières sûres, une diplomatie indépendante, une Europe qui en finirait aussi avec la repentance, c’est-à-dire la haine de soi. Le souverainisme n’a de sens aujourd’hui qu’au plan européen.

C’est donc prendre le contrepied de « l’Europe allemande » que la superclasse mondiale nous concocte actuellement en profitant de l’éclipse française : l’Europe de Mme Merkel, c’est-à-dire l’Europe réduite à l’économie et à l’équilibre des comptes, l’Europe alignée sur les Etats-Unis, l’Europe ouverte à tous les migrants de la planète et l’Europe confite en repentance et bien-pensance éternelles.

Le populisme, pour rester en prise sur la réalité, ne doit donc pas confondre la nostalgie du passé – exercice facile pour les vieux Européens – avec la défense de l’identité, qui suppose au contraire de s’incarner dans de nouvelles représentations adaptées à notre siècle.

Notre avenir ne peut être nostalgique mais plutôt archéo-futuriste, pour reprendre l’expression provocante de Guillaume Faye (4) : mettre la puissance, la science et la technique au service de la renaissance de nos valeurs ancestrales et de notre identité.

Utopie ? Non pas : un projet pour le XXIe siècle. Et le seul projet qui puisse contrer celui, mortel, que la superclasse mondiale veut nous imposer.

Michel Geoffroy  (Polémia, 29 mai 2017)

 

Notes :

1/ Philippe de Villiers, Les Cloches sonneront-elles encore demain ? Albin Michel, 2016.

2/ Et cela, faut-il le rappeler, malgré l’opposition farouche de la gauche, des libéraux et des centristes, qui tous préféraient l’atlantisme. Ce n’est sans doute pas fortuit si Emmanuel Macron a repris pour son mouvement le slogan de campagne de Jean Lecanuet, le candidat centriste opposé à De Gaulle en 1965 : En Marche !

3/ Comme l’expliquait sans ambages Zbigniew Brzezinski, l’Otan permet en effet aux Etats-Unis « d’exercer une influence politique et d’avoir un poids militaire directement sur le continent » ; et, de fait, « si l’Europe s’élargissait cela accroîtrait automatiquement l’influence directe des Etats-Unis », in Le Grand Echiquier, Pluriel, 2016, page 88.

4/ Guillaume Faye, L’Archéo-futurisme, L’Æncre, 2011.

15/05/2017

Au-delà d'une défaite...

Nous reproduisons ci-dessous une analyse sobre et équilibrée de Michel Geoffroy, cueillie sur Polémia et consacrée à la défaite de Marine Le Pen à l'élection présidentielle...

 

Présidentielle 2017.jpg

Une présidentielle pas si perdue que cela ?

La victoire d’Emmanuel Macron lors de la présidentielle du 7 mai 2017 déçoit, bien sûr, les patriotes de conviction. Et comme toujours les critiques fusent contre l’adversaire malheureux : Marine Le Pen, son équipe de campagne et sa stratégie.

Les Grecs auraient accusé les Dieux, les Romains, la Fortune. Mais en France, on est toujours coupable de perdre. Vae Victis !

On retiendra cependant cinq enseignements de cette élection présidentielle qui devraient nuancer le « noircissisme » ambiant.

1) D’abord on ne doit pas oublier que la victoire d’Emmanuel Macron résulte d’une mobilisation sans précédent de l’oligarchie en sa faveur :

Médias, institutions, puissances d’argent, patronat, lobbies, classe politicienne, chefs d’Etat étrangers, Union européenne. Du jamais vu en France depuis la Libération ! Et à vrai dire du jamais vu dans le monde occidental !

Le Forum de Davos de janvier 2017 nous avait prévenus : pour éviter un nouveau Brexit ou l’élection d’un nouveau Donald Trump en Europe, il fallait un meilleur contrôle de la « qualité de l’information », donc une plus grande propagande. C’est exactement ce qui s’est passé au service d’Emmanuel Macron. La présidentielle de 2017 a ainsi permis de s’attaquer ouvertement à la liberté de diffusion de l’information pluraliste, c’est-à-dire à la liberté d’expression tout simplement. Donc à la démocratie.

La victoire d’Emmanuel Macron incarne pour cette raison, non pas le « pari gagné d’un couple » (*) comme nous le serinent les médias serviles, mais le retour des candidats officiels du Second Empire confisquant l’expression démocratique à leur profit, mais à la puissance mille.

Face à un tel déploiement de pouvoir, d’argent, de pressions et de propagande, que Marine Le Pen rassemble près de 11 millions de voix au second tour ne semble donc pas une mince performance.

2) Malgré toutes les critiques que l’on peut toujours formuler sur sa stratégie ou sa communication, Marine Le Pen a réussi à dédiaboliser le courant populiste et identitaire.

Si le second tour a conduit, comme il fallait s’y attendre, à un « front républicain » contre elle, il ne s’est pas accompagné d’une diabolisation outrancière ni efficace comme dans le passé. En clair, il ne fonctionne plus. Si Marine Le Pen n’a pas réussi à faire un meilleur score au second tour cela tient avant tout à son positionnement sur l’euro, dissuasif pour beaucoup de Français, sans même évoquer les milieux économiques.

Croyant surfer sur le Brexit, Marine Le Pen a effectivement commis l’erreur de faire de la politique monétaire – sujet abscons au plus grand nombre – un axe majeur de sa communication politique. Mais elle a, par contre, incontestablement réussi à désenclaver politiquement et moralement le courant patriote et identitaire. Ce qui rouvre le champ des opportunités politiques.

3) L’élection présidentielle consacre l’élimination des partis politiques institutionnels, de droite comme de gauche, des Républicains au Parti Socialiste, dès le premier tour avec notamment un très mauvais score de Benoît Hamon.

Ce que les médias nomment pudiquement une « recomposition du paysage politique » correspond en réalité à son explosion pure et simple. Une explosion que les patriotes avaient prévue et souhaitée.

La débandade pitoyable des politiciens « de la droite et du centre » se ralliant à Emmanuel Macron, inaugurée par François Fillon lui-même dès 20h15, après avoir perdu l’élection imperdable, achève en outre de discréditer cette famille politique.

Elle ouvre par là même la possibilité d’une recomposition à droite.

4) L’élection présidentielle s’est progressivement focalisée autour de l’opposition entre les patriotes et les mondialistes,

même si Emmanuel Macron a tenté une ultime diversion en essayant d’opposer les patriotes aux « nationalistes » et en faisant brandir des drapeaux tricolores dans ses meetings, hold-up sémantique cependant peu crédible quand on flirte avec le communautarisme.

Il s’agit donc d’une victoire idéologique de la dissidence politique qu’on ne doit pas négliger, car elle formalise le cadre de l’opposition au nouveau pouvoir pour les années qui viennent. Nommer son adversaire principal reste en effet un acte politique fondateur : l’assigner à résidence politique en quelque sorte.

5) Malgré ou à cause de tous ses soutiens, Emmanuel Macron se trouve dans une situation délicate.

Emmanuel Macron a réussi à capitaliser sur sa candidature, grâce à un tour de passe-passe médiatique, le besoin de renouveau de l’électorat, alors même qu’il représentait le Système mondialiste et oligarchique que la majorité des Français rejetait : une équation difficile à résoudre dans la durée quand on n’est pas un vieux routier de la politique !

L’élection d’Emmanuel Macron résulte en outre au moins autant du rejet du programme économique de Marine Le Pen que du soutien à son projet d’ailleurs très évanescent. Le taux d’abstention et de votes blancs et nuls est aussi très élevé pour cette présidentielle : du jamais vu depuis 1969. Son image d’homme nouveau – ni droite ni gauche – cadre mal, en outre, avec l’afflux de soutiens socialistes et en provenance des Républicains et du Centre, dont il aura cependant besoin en partie pour constituer une majorité au Parlement. Enfin, son programme économique prend à contrepied les attentes des classes moyennes et populaires. Les ânes retraités qui, chez les Républicains, ont voté pour lui vont le regretter ! La déception risque d’être bientôt aussi… en Marche !

*  *  *

La superclasse mondiale, en faisant élire Emmanuel Macron le 7 mai 2017, a incontestablement gagné une bataille, en engageant de très gros moyens pour cela. Mais a-t-elle pour autant gagné la guerre idéologique et politique qui s’annonce ?

Car la confrontation entre les patriotes et les mondialistes n’est pas seulement franco-française. Elle ne fait que commencer. Il ne faut pas perdre de vue en effet qu’elle se déroule aussi au plan européen et mondial. Car un monde désormais de plus en plus multipolaire s’accommode de moins en moins de la prétention de la superclasse mondiale à le gouverner. A Paris comme ailleurs.

Michel Geoffroy (Polémia, 10 mai 2017)

(*) Expression de David Pujadas sur France 2 le 23 avril 2017 à 22h17

25/04/2017

La revue de presse d'un esprit libre... (29)

Veilleur.jpg

La revue de presse de Pierre Bérard

Au sommaire :

PANÉGYRIQUE D’EMMANUEL MACRON

Frédéric Lordon pulvérise Emmanuel Macron, candidat du flou et du rien, symptôme à lui seul d’un système parvenu à sa phase terminale. Signe de sa fin imminente, tout d’abord l’effondrement de toutes les régulations qui lui assuraient un minimum de viabilité. Elles laissent libre cours à ses tares affranchies de toute décence d’une part, et d’autre part ses lignes de fracture ne parviennent plus à être accommodées par les institutions en place et, toutes les failles tectoniques étant réactivées, les plaques se remettent en mouvement. Dans ces circonstances Macron est celui qui exprime le mieux les affres d’une époque mourante mais qui ne veut pas mourir. Ce monde subclaquant a trouvé son porte-voix, parfaitement vide et dangereusement plein du rêve de l’oligarchie : durer. Bref, Macron auto-proclamé « anti-système » en est la quintessence parfaite, le havre de tous ses rebuts de droite et de gauche, pour qui l’heure est suffisamment grave pour ne plus jouer la comédie de l’alternance (unique).
Sa compagne Aude Lancelin, collaboratrice depuis plus de 15 ans du Nouvel Observateur, avant d'être virée sans ménagement de cet hebdomadaire sous la pression de ses actionnaires  (Claude Perdriel et Xavier Niel), racontait en 2016  dans « Le Monde libre » (Éditions Les liens qui libèrent) les circonstances de son éviction qu’elle généralise à juste titre comme une « dérive du système médiatique français » gardien de la pensée unique et vigie « démocratique » soumis manu militari  au monde de l’argent. Dans cet article très imagé elle assimile le candidat Macron, si sensible aux doléances du capital et entièrement fabriqué par les médias à « un putsch du CAC 40 ». Et, c’est vraiment convaincant. 
Pour l’essayiste Roland Hureaux, ancien élève de l’ENA, si le candidat Macron a la possibilité d’appliquer son programme, les classes moyennes seront laminées. Au delà du flou ou de l’insignifiance des propositions il y décèle parmi bien d’autres éléments le moins d’impôts pour le haut et le bas de l’échelle mais encore plus pour 58% des Français des classes moyennes. Bref au terme d’un examen méticuleux des diverses aspects de son programme, le verdict tombe comme le hachoir du boucher : Macron c’est Hollande en pire.
À propos de Macron toujours, cet article de l’essayiste suisse Claude Paschoud publié par Polémia. Macron est au monde politique ce que Trissotin fut au théâtre de Molière: un rhéteur bavard et inculte, capable néanmoins d’éblouir les imbéciles décervelés par des formules ampoulées et absconses. Réjouissante démolition d’un bateleur de vide, pur produit marketing lancé par l’oligarchie.
Michel Geoffroy (Fondation Polémia) rend compte des diverses stratégies utilisées par les médias, les sondeurs et l’extrême gauche « anti-fasciste » pour promouvoir par tous les moyens le candidat Macron. Bonne analyse.
 
 
Jacques Sapir dézingue un éditorial moralisateur du Monde qui voudrait morigéner les électeurs, pauvre pécheurs, qui se détachent en masse des « partis de gouvernement » tous faillis. Il voit dans ces oukases à répétition la décomposition du journal que l’on qualifiait, il y a bien longtemps de cela, le quotidien de référence et qui est devenu un simple outil de propagande au service de la pensée unique. En faisant perdre leurs nerfs aux médiatiques de la nouvelle « Pravda » les tensions liées aux présidentielles sont  l’illustration emblématique d'une nouvelle trahison des clercs. 
 
Dire n’importe quoi et changer de discours selon les contextes, telle semble être la démarche de certains candidats à l’élection présidentielle et de leurs soutiens. Exemple probant pour François Bayrou, ci-devant ancien professeur de français et de latin-grec. En réponse aux déclarations de Macron sur l’inexistence d’une culture et d’un art français, il avait déclaré lors du Grand Rendez-vous Itélé-Europe1-Les Echos : « Il y a une culture française. Je suis un défenseur de la culture et de la langue française » Mais, le dimanche 2 avril il fait montre d’une grande souplesse et exécute un rétropédalage doublé d’un double salto-arrière et démontre que son ralliement à la candidature Macron n’a strictement rien à voir avec l’opportunisme… Invité du Grand Jury RTL il se prononce sans embage   « Non, il n’y a pas de culture française, il n’y a pas de littérature française ou de rock français… Dans les arts, heureusement que nous ne sommes pas enfermés dans un cadre national. La littérature française a été extraordinairement enrichie par la littérature des caraïbes francophones »(première référence). Le béarnais aura vraiment tout fait pour être admis au club, lui qui déclarait encore en septembre 2016 que le projet macronien de société n’était pas les sien, entre autre par ses « liens tenus avec la finance ». Et de lancer cette formule choc : « Je suis pour la séparation de l’État et de l’argent ». Sans doute l’intérêt rend-il amnésique ? (Pot pourri de ses interventions avant rétractation, deuxième référence)
 
Réjouissante chronique de Jean-Paul Brighelli sur les masques d’Emmanuel Macron.
 
Alain Finkielkraut réagissant au discours de l’ondoyant Emmanuel Macron qui célébrait à Marseille l’agrégat de minorités à quoi se réduirait le peuple français. Il revient sur le nouveau récit national administré par la propagande d’État. Celui-ci s’efforce de camoufler l’homogénéité démographique de la France entre les grandes invasions du V siècle et le dernier tiers du XIX siècle. La bien pensance niant l’existence des « Français au carré », expression de Michelle Tribalat qui désigne ainsi les autochtones « invisibles et innommables », cherche à tromper au mépris de la vérité scientifique en forgeant la fable du brassage perpétuel. Le passé est réécrit à la lumière d’un présent lui même fictif, celui de la diversité heureuse. Cette pratique de falsification, digne des pires régimes totalitaire n’est que le résultat de l’oubli de la transmission et du mensonge du parti des médias. L’élection d'Emmanuel Macron parachèverait la victoire de l’empire du faux.
 
Émission de C News consacrée à la culture française en réponse aux propos de Macron. Un plateau d’invités inhabituels avec François-Xavier Bellamy, Frédéric Mitterrand et Charlotte d’Ornelas. Pour cette dernière il est évident que Macron par sa phrase controversée sur l’inexistence de la culture française a voulu que les nouveaux arrivants, auxquels il entend ouvrir toutes grandes les portes de notre pays, ne se sentent pas froissés par une affirmation par trop « nationaliste »… On notera les propos d’une rare sagacité du philosophe et mathématicien François-Xavier Bellamy de même que ceux de l'animateur Pascal Praud si différents de ce que ses collègues des médias ont conçu désormais comme une routine détestable.

Soleil noir.png

DIVERS
Excellente émission de Radio Méridien zéro consacrée à la pensée métapolitique de Patrick Buisson animée par François Bousquet auteur de « La droite buissonnière » parue aux Éditions du Rocher. François Bousquet y développe avec une grande intelligence les idées essentielles de son livre remarquant que si Buisson s’est trompé de cible en devenant le principal conseiller de l’américanomorphe Sarkozy (qui avait d’ailleurs été le chercher), il a néanmoins réussi à désinhiber la pensée alternative en libérant une parole jusqu’alors cadenassée dans les pièges du politiquement correct.
 
Entretien de Daria Douguine avec Alain de Benoist sur le populisme et le paysage politique de l’Europe future. Sont abordées successivement les raisons de la crise de l’Europe moderne qui se manifeste dans tous les domaines, les anciens repaires ayant été effacés (épuisement des récits, des doctrines et de tout ce qui donnait du sens) sans être remplacés, encore, par des angles nouveaux d’analyse. Ce phénomène rencontre celui de l’anémie de l’ancienne classe politique, celle qui se partageait horizontalement entre une droite et une gauche, et qui tend de plus en plus à être supplantée par une nouvelle polarité, celle qui oppose verticalement le haut de la pyramide sociale, constituée de ceux qui trouvent leur intérêt dans la mondialisation, et du « peuple » qui se trouve rejeté et confiné au bas de la pyramide et représente plus de 60% des citoyens. Ces gens là sont de plus en plus défiants vis à vis de leurs élites et se réfugient soit dans l’abstention soit dans le vote « populiste » (appellation à caractère méprisant répandue par les prescripteurs d’opinion). Les difficultés rencontrées par Jean-Luc Mélenchon pour représenter un populisme de gauche tiennent pour la plupart à sa notoire sous-estimation des pathologies sociales liées à l’immigration qui affectent une population qui préfère se tourner vers Marine Le Pen. Le populisme comme style et comme appel au peuple peut se combiner avec tout le registre idéologique. Procédant à sa rapide généalogie, de Benoist remonte jusqu’à Rousseau qui faisait remarquer que dans la démocratie représentative le peuple n’était souverain que le jour de l’élection, les représentants pouvant choisir par la suite des options contraires à ses souhaits. Les antipopulistes sont ceux qui adhérent à l’idéologie dominante marquée avant toute chose par le refus des limites (libéralisme, individualisme contre toute forme de holisme, droits de l’homme proliférants suivant les désirs de chacun, économisme contre le primat du politique, fétichisme de la marchandise) au nom du toujours plus. Uniformisation de la planète au nom de la loi « universelle »  du marché qui assimile les différences à des obstacles à son expansion. Alors que l’aspiration populiste revendique le local au dépens du global et donc la souveraineté sur les conditions de sa propre reproduction. De Benoist conclue sur la richesse historique de notre héritage et de notre identité qu’il envisage, à l’encontre des restaurationnistes, non comme une essence immobile mais comme ce qui change tout le temps tout en nous permettant de rester semblable.
 
Entretien réalisé en mars entre la journaliste russe Daria Douguine et David L’Epée en marge du colloque de l’Institut Iliade. Au programme : les élections présidentielles française, la signification de la crise identitaire européenne, l’enjeu de la transmission, le phénomène Macron comme expression du libéralisme intégral, la mutation du Front National, la naissance d’un féminisme « patriote » et l’importance d’une dissidence puissante face aux intérêts mondialistes.
Fabien Niezgoda, professeur d’histoire vient de cosigner avec Antoine Waechter, président du Mouvement Écologiste Indépendant (MEI) « Le sens de l’écologie politique » aux Éditions Sang de la Terre. Il est interrogé ici par Radio Sputnik afin de clarifier l’identité politique de l’écologisme qu’il relie à une empathie pour l’enracinement et l’attachement au patrimoine, d’où il s’ensuit une critique du parti Ecologie Les Verts engagés derrière le corbillard progressiste du PS militants pour un surcroit de désastre 
utilitariste et productiviste. Excellent entretien.
 
Patrick Buisson est devenu la bête noire des médias, mais en même temps il est reçu sur tous les plateaux de télévision. Selon François Bousquet il est bien difficile de se soustraire à l’intelligence du diable même quand on fait profession d’angélisme, ce qui est le cas de trop nombreux journaliste, car l’homme fascine, son savoir éblouit, sa capacité d’élucidation ensorcelle. Très bon entretien avec la revue Rébellion.
 
Interrogé par Polémia  sur le candidat Fillon François Bousquet répond, son rival c’est Macron, son ennemie c'est Marine Le Pen.
 
Parution des mémoires de Michel Marmin ("La République n’a pas besoin de savants", chez Pierre-Guillaume de Roux). Pilier de la revue Éléments depuis ses débuts. Cette parution suscite nombre de commentaires élogieux. Parmi ceux-ci, ceux d’Alfred Eibel (première référence) et de Nicolas Gauthier (deuxième référence)
 
 
Vincent Coussedière, professeur agrégé de philosophie était devant les caméras de TV Libertés pour présenter son dernier ouvrage « Fin de partie, requiem pour l’élection présidentielle » paru aux Éditions Pierre-Guillaume de Roux. Distinguant et hiérarchisant trois niveaux de l’activité politique à savoir l’archi politique, la grande politique et la politique ordinaire, il regrette que cette dernière soit devenue dominante dans la perception commune. Il y voit la cause du délitement du peuple et de la guerre de tous contre tous. Il considère que le populisme du peuple incarne l’instinct de conservation du peuple « old school » résistant à la dislocation que veut lui imposer la mondialisation et les oligarchies qui la promeuvent.   
 
Michel Drac s’étant donné pour mission de lire tous les livres des candidats à l’élection présidentielle il plonge à ce titre pour notre plus grand plaisir dans la « sous culture de la gauche contemporaine » en analysant « Pour la génération qui vient », l’ouvrage de campagne de Benoît Hamon. En bref c’est un tweet de Christiane Taubira étiré sur 125 pages, c’est à dire une accumulation d’idées creuses en même temps qu'un faire part de décès du Parti Socialiste. Décryptage lumineux du décès de l’idéologie socialiste dont on trouvera de nombreux échos dans le dernier numéro de la revue « Le Débat » (numéro 194, mars- avril 2017) sous le plume de Bernard Poulet qui le traite dans son article « De quoi le socialisme est-il encore le nom ? ».
 
Se penchant sur les deux livres publiés par Marine Le Pen, Michel Drac explique de manière très convaincante qu’elle est une « nationaliste de gauche ». Après avoir balayé rapidement quelques remarques de bon sens sur l’ancien Front National, conglomérat des vaincus de la seconde guerre mondiale et des conflits de la décolonisation, il en vient au nouveau Front, celui qu’incarne Marine, plus tourné vers l’avenir que vers le passé, et compare ses qualités en terme de programme à celles ses trois challengers Macron, Mélenchon et Fillon. Au terme d’un scorsing au cours duquel il attribue des notes à chacun d’entre eux sur six thèmes importants allant de l’euro à la politique étrangère il en déduit son vote pour Marine Le Pen. Explication lumineuse d’intelligence.
 
L’avis gaullien de Michel Drac sur la polémique relancée à propos de la rafle du Vel d’Hiv. Approuvant la déclaration de Marine Le Pen, il se range parmi ceux qui furent dès 1944 partisans d’une réconciliation nationale alors qu’une partie de sa famille fut elle même victime de cette arrestation massive.  
 
Entretien de Charlotte d'Ornelas avec Bérénice Levet auteur du livre récemment parue « Le crépuscule des idoles progressistes ». Un peuple, dit-elle, défendra toujours plus ses moeurs que ses lois. Elle soutient le droit des peuples à la continuité historique, à cultiver leur singularité et pour les Français à prendre en charge notre génie singulier. Un héritage fait de culture et de traditions. Autant de propos que l’on a pas l’habitude d’entendre dans les médias de grand chemin.
 
Pascal Gauchon, directeur de la revue trimestrielle de géopolitique «Conflits » présente le dernier numéro consacré à ce qui reste de la puissance française après un quinquennat désastreux. 
 
Dans son émission « Répliques » sur France culture Alain Finkielkraut recevait le 15 avril Pierre Manent, directeur d’études à l’EHESS, et Olivier Rey, mathématicien et philosophe professeur à l’Université Paris I. Réfléchissant au règne désormais sans frontière de la statistique, Finkielkraut nous rappelle cette parole prémonitoire mise par Labiche dans la bouche d’un de ses personnages, secrétaire d’une hypothétique société de statistique à Vierzon « La société, madame, est une science moderne et positive, elle met en lumière les faits les plus obscurs. Ainsi, grâce à des recherches laborieuses, nous sommes arrivésà connaître le nombre exact de veuves qui ont passé le Pont Neuf durant le cours de l’année 1860 ». Le rire de Labiche comme réponse à l’ère du quantifiable et du prestige du chiffre ? Passionnant, notamment sur le lien entre les communautés en voie de désagrégation  avec le fait de l’interchangeabilité de chacun en fonction du règne du nombre.
Les Matins de France culture du 18 avril avaient pour invité Alain Finkielkraut dans le cadre d’une série d'émissions sur les ultimes réflexions de personnalités avant les élections présidentielles.
 
François-Bernard Huyghe ne croit pas à une influence décisive des pseudos manipulations russes sur le résultat des élections présidentielles aux États Unis comme en France. La thèse soutenue par les dénonciateurs de cette manipulation repose sur un arrière plan qui voudrait que le public soit vulnérable aux mensonges des démagogues ou aux manœuvres d’agents stipendiés et serait égaré quand il ne vote pas comme le souhaite l’oligarchie. En ce qui concerne la France il conclue par cette remarque ironique : l’idée que les agents de Moscou puissent semer le chaos dans l’élection présidentielle est superfétatoire. En effet, nous nous débrouillons assez bien sans eux.
 
Bernard Lugan était en conférence à Moscou et à cette occasion il a accordé une intervuew à la chaîne de télévision Russia Today. Il y revient sur la situation désastreuse de la Libye d’où pourraient embarquer des dizaines de millions d’immigrés à destination du havre européen maintenant que grâce à l’action du président Sarkozy le goulot d’étrangement qui avait nom Khadafi.
 
 
« Y a-t-il encore une diplomatie des droits de l’homme » ?  Sur France culture avec Bertrand Badie, Rony Brauman et Caroline Galactéros. Au cours de cette émission Caroline Galactéros s’interroge sur le bilan désastreux de la politique internationale menée par les puissances occidentales au nom des droits humains : des États détruits, des populations civiles fortement malmenées. Elle voit dans les frappes récentes des Tomahawk en Syrie un encouragement aux groupes djihadistes locaux tandis que Rony Brauman affirme qu'elles n’ont infligé, volontairement, que des dégâts insignifiants à l’appareil de guerre du président Assad. Ce coup de politique intérieure n’a aucunement été guidé par les exigences morales que veulent lui prêter les pontifiants théologiens du droit international. Il pense, de manière générale, qu’historiquement les droits de l’homme ont toujours été instrumentalisés par les puissances hégémoniques et conclue qu’il n’y a jamais eu dans les faits de diplomatie des droits de l’homme, même si ceux-ci ont souvent servi de prétexte aux aventures les plus hasardeuses. Sachant que l’histoire est tragique, Il récuse la version angélique d'une politique internationale qui s’appuyant sur une règle universelle viendrait punir les méchants afin de sauvegarder les innocents.
 

Soleil noir.png