Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2017

Lui coller une bonne droite ?...

Dissidence_3e forum.jpg

" Le 3e Forum de la Dissidence, organisé par Polémia, se tiendra le samedi 18 novembre, de 10h à 18h, au New Cap Event Center (Paris XVe).

Le salut ne viendra pas des partis politiques tant qu’ils resteront médias-dépendants. Il viendra des intellectuels, des militants, des réinformateurs, des médias alternatifs.
Y réfléchir. Ce sera l’un des objets du Troisième Forum de la dissidence le 18 novembre.

Lors de cet événement, nous évoquerons notamment quatre constats fondamentaux pour, enfin, prendre conscience que l'union est aussi naturelle que nécessaire.

Premièrement, le peuple de Droite existe.
Deuxièmement, les idées de Droite sont majoritaires.
Troisièmement, les intellectuels de Droite se réveillent.
Quatrièmement, LMPT, le plus puissant mouvement social récent, fut de droite.

Logiquement, il est donc temps de réunir la Droite autour d'un socle commun d'idées. "

Pour s'inscrire : 3e Forum de la Dissidence

 

                             

11/11/2017

Pour ou contre la souveraineté ?...

Dans ce nouveau numéro de l'émission de TV Libertés, « Les idées à l’endroit », Alain de Benoist reçoit le politologue Guillaume Bernard, le docteur en philosophie Guilhem Golfin, auteur d’un essai intitulé Souveraineté et Désordre politique, et Aristide Leucate, docteur en droit, journaliste et essayiste. Ils évoquent ensemble la question de la souveraineté.

 

                                     

16/11/2013

Une France en marche vers l'insurrection ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Guillaume Bernard, cueilli sur Valeurs actuelles et consacré à la révolte qui monte au sein du peuple français...

Hollande-Demission-Quimper.jpeg

Une France en marche vers l'insurrection ?

Au cours des temps, les crises se sont révélées multiformes : religieuses, institutionnelles, militaires, sanitaires, etc. L’Histoire enseigne que la conjonction des crises partielles peut entraîner des bouleversements d’envergure. Le cas de l’Empire romain, à partir du IIIe siècle, est édifiant : crise économique et fuite sociale vers les campagnes, crise identitaire et instrumentalisation de la citoyenneté à des fins fiscales, crise militaire et pression migratoire aux frontières, crise institutionnelle et accroissement du dirigisme étatique. Toute ressemblance avec une situation vécue devrait conduire à en tirer des leçons.

L’actuelle situation de la France est, pour le moins, inquiétante, car elle doit faire face à une pluralité de crises : insécurité physique et matérielle (depuis les incivilités jusqu’à la plus violente des criminalités), insécurité économique et sociale (chômage de masse, retraites incertaines), insécurité culturelle (multiculturalisme dû à une immigration non assimilée, déracinement en raison de la mondialisation, bouleversement des moeurs). L’aggravation possible de chacune de ces crises est naturellement anxiogène. Mais la crispation de l’opinion publique vient également de ce que nombre d’hommes politiques relativisent l’importance, voire nient l’existence, de certaines de ces crises, se contentant d’incriminer la fermeture à l’autre et le passéisme moralisateur.

L’incapacité des politiques à appréhender la réalité de la multiplicité et de l’interaction des crises procède essentiellement de leur idéologie matérialiste : ils réduisent les dysfonctionnements de la société à un trouble dans le domaine de l’avoir. Ils ne parviennent pas à identifier la nature profonde des enjeux, à déterminer le dénominateur commun de toutes les frictions. Ils ne saisissent pas qu’il y a, à leur racine, une crise de l’être : incertain quant à sa persistance en tant que puissance industrielle, militaire ou civilisationnelle, le corps social français vit une étape périlleuse et décisive dans son existence. La porosité des frontières extérieures de l’espace Schengen, les abandons de souveraineté à l’Union européenne, l’explosion de la dette publique, la baisse du niveau scolaire ou encore les émeutes urbaines sont autant de sujets qui illustrent, tant sous l’angle individuel que collectif, la perte des libertés, la dépossession de soi et la dilution de la maîtrise de son destin.

Deux facteurs principaux expliquent la force inhabituelle de l’actuelle exaspération. Premièrement, la conjonction de catégories socioprofessionnelles jusqu’ici distinctes, voire opposées (ouvriers, agriculteurs, employés et artisans) : la paupérisation économique, la spoliation fiscale, le déclassement social et la relégation spatiale dans la France périphérique les rendent solidaires. Deuxièmement, l’affaiblissement des partis politiques et des groupes d’influence (Églises, syndicats) : la contestation qui gronde n’est pas canalisée, comme jadis, par des corps intermédiaires susceptibles de la brider par stratégie ou par idéologie. Aussi, la docilité politique s’efface-t-elle progressivement devant la conviction que sa situation et surtout celle de ses enfants ne peuvent qu’empirer. Ceux qui perdent l’espoir d’une ascension sociale sont naturellement plus enclins que les autres à basculer dans la radicalisation politique.

Leur écoeurement se traduira, sans doute, à l’occasion des prochaines élections, par l’abstention ou le vote FN. Mais se réduira-t-il à cela ? Ce n’est pas être alarmiste que de poser la question. L’expérience montre que, lorsque la confiance des citoyens dans le personnel politique disparaît (à cause de l’impuissance ou de l’inconséquence de ses mesures), la légitimité du pouvoir est réduite à peu de chose. Par le passé, en 1848 comme en 1958, le régime s’est effondré en quelques semaines. Il suffit d’un événement, même anodin, pour cristalliser les mécontentements et révéler leur unité. Qu’elle arbore les drapeaux roses de la “manif pour tous” ou les bonnets rouges de la révolte contre l’écotaxe, c’est la même colère qui est en marche contre les promesses électorales sans lendemain et la condescendance des élites.


17/06/2013

Le déni de l'insécurité culturelle...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue intéressant de Guillaume Bernard, cueilli sur Valeurs actuelles et consacré à la question de l'insécurité culturelle.

 

Rue Roubaix.jpg

Le déni de l'insécurité culturelle

L’immigration (et sa forte concentration en certains endroits du territoire) conduit bien des Français — en particulier des classes populaires qui sont, plus directement que les autres, au front de la cohabitation — à se considérer dans une situation d’insécurité culturelle. Subissant par ailleurs une forme de déracinement dû, notamment, à l’uniformisation des modes de vie à cause de la mondialisation, ils se jugent acculés à défendre leur culture alors même qu’ils incarnent l’identité de référence, celle du lieu. Pourquoi une grande partie de l’élite politique et intellectuelle considère-t-elle cela comme une phobie infondée manifestant un manque d’ouverture d’esprit ?

La théorie du “creuset républicain” pose comme principe que, petit à petit, les populations d’origine étrangère se laisseront dépouiller de leurs particularismes culturels pour adhérer aux valeurs communes. Cette position repose sur l’hypothèse qu’il n’y a pas de différence entre le processus de francisation des provinces au cours des derniers siècles et l’actuelle situation des immigrés. Elle pose comme pétition de principe que toute culture est dissoluble dans la République ; si les immigrés sont encore des “minorités visibles”, c’est parce qu’ils ont subi le racisme des “Français de souche”. Il n’y aurait de rejet que subi par les immigrés et jamais commis par eux : aucune francophobie de leur part qui expliquerait, en partie, l’échec de l’intégration.

Quant à l’idéologie multiculturaliste, elle récuse l’objectif d’obtenir des immigrés qu’ils abandonnent leur identité d’origine et que, d’une certaine manière, ils se convertissent à la France. Elle admet qu’ils puissent continuer à vivre en étrangers et que l’identité française soit, à terme, transformée. L’intégration serait un processus à double sens supposant un compromis réciproque entre les immigrants et leurs hôtes. Cette position repose sur l’hypothèse que l’identité française aurait, par le passé, déjà évolué et ne serait donc pas restée globalement stable jusqu’à encore très récemment (les Trente Glorieuses). Le multiculturalisme rejette l’idée de l’assimilation, c’est-à-dire que ce soit au porteur de l’identité venue de l’extérieur

Ainsi, le déni de l’insécurité culturelle s’explique-t-il par le présupposé contractualiste de l’ordre social. En effet, il existe deux manières d’appréhender les corps sociaux. Ceux-ci sont soit conçus comme des entités naturelles inscrites dans l’ordre cosmologique des choses (position classique), soit considérés comme des constructions artificielles produites par la volonté des hommes (théorie moderne). L’appartenance à ces deux types de société se manifeste de manière radicalement différente. Dans le premier cas, elle consiste en une adéquation culturelle concrète ; la partie doit se soumettre à l’identité du tout-existant en tant que tel. Dans le second cas, elle se manifeste par l’adhésion à des principes politiques abstraits ; le tout, ainsi que son identité, sont le résultat de la conjonction des parties.

Par conséquent, des apports humains exogènes ne perturbent nullement l’identité de la société moderne, à la seule condition qu’ils ne remettent pas en cause l’existence du contrat social. À l’inverse, du point de vue classique, ils peuvent, en fonction de leurs actes, aussi bien être des facteurs de perpétuation du corps social que des causes de son délitement.

Pour les tenants de la sociabilité artificielle, considérer que certaines vagues d’immigration peuvent participer à la désagrégation sociale est analysé comme du racisme puisqu’il n’existe pas d’identité propre au tout (dépassant les nationaux du moment), mais seulement une juxtaposition de toutes les cultures particulières présentes, à un moment donné, sur le territoire d’un État. Cela les conduit à nier que la cohabitation d’identités divergentes puisse engendrer des conflits. L’insécurité culturelle n’existe pas puisque l’identité de la société est une construction en perpétuel mouvement. Et c’est ainsi que les théories intellectuelles de l’élite exacerbent les crispations sociales vécues par le peuple !

Guillaume Bernard (Valeurs actuelles, 14 juin 2013)

14/10/2011

Mensonges et vérités de l'histoire...

Les éditions Studyrama, dans leur collection Kroniques, publient sous la direction de Guillaume Bernard et de Jean-Pierre Deschodt un ouvrage intitulé Mensonges et vérités de l'histoire, qui rassemblent des contributions d'historiens qui s'attaquent à ce qu'ils considèrent comme des mythes historiques... Stimulant !

 

Mensonges et vérités.gif

"Cet ouvrage reprend et compile les titres déjà parus dans la collection Studyrama perspectives, Mythes et polémiques volumes 1 et 2, en les complétant par de nouveaux articles.
Rassembler des textes de personnes aux options philosophiques et politiques différentes, voilà l'objet de cet ouvrage qui ne prétend nullement défendre une " thèse ". Dans cet ouvrage, chaque contributeur est l'égal d'un bretteur, libre de ses coups et de ses propos. Loin d'être un manifeste, ce travail restitue la libre critique, parfois polémique, que chaque auteur entend exprimer en traitant du mythe, de la légende ou de l'énigme historique qu'il voulait discuter : le Suaire de Turin, la chute de l'Empire romain, le roi Arthur, l'an mil, les croisades, l'Inquisition, les templiers, Jeanne d'Arc, l'assassinat d'Henri IV, la révocation de l'édit de Nantes, le masque de fer, la Révolution, les guerres de Vendée, la colonisation, le parti communiste et la résistance, Pie XII, le sionisme, l'idée européenne, l'information..."

22/08/2010

Mythes et polémiques de l'histoire...

Les éditions Studyrama ont publié en 2008 et 2009, sous la direction de Guillaume Bernard et Jean-Pierre Deschodt,  deux volumes de Mythes et polémiques de l'histoire. Il s'agit de réintroduire la dispute, le débat, en histoire, matière où les vérités officielles fleurissent... On trouvera, notamment, des contributions de Jacques Heers, Stéphane Courtois, Reynald Seicher, Rémi Kauffer ou Hervé Coutau-Bégarie... Une entreprise intéressante !

Mythes et polémiques de l'histoire 1.gif

"Rassembler des textes de personnes aux options philosophiques et politiques différentes, voilà l’objet de cet ouvrage qui ne prétend nullement défendre une « thèse ». Dans cet ouvrage, chaque contributeur est l’égal d’un bretteur, libre de ses coups et de ses propos.

Loin d’être un manifeste, ce travail restitue la libre critique, parfois polémique, que chaque auteur entend exprimer en traitant du mythe, de la légende ou de l’énigme historique qu’il voulait discuter: le Suaire de Turin, la chute de l’Empire romain, le roi Arthur, l’an mil, les croisades, l’Inquisition, les templiers, Jeanne d’Arc, l’assassinat d’Henri IV, la révocation de l’édit de Nantes, le masque de fer, la Révolution, les guerres de Vendée, la colonisation, le parti communiste et la résistance, Pie XII, le sionisme, l’idée européenne, l’information…"

Sous la direction de Guillaume Bernard et de Jean-Pierre Deschodt, cet ouvrage rassemble des articles de : Máté Botos, Hervé Coutau-Bégarie, Stéphane Courtois, Alix Ducret, Pascal Geneau, Éric Georgin, Pascal Gourgues, Rémi Kauffer, Sabine de La Goutte, Jacques Heers, Jean-Marc Joubert, Pierre Ravaille, Christophe Réveillard, Reynald Secher, Guillaume de Thieulloy, Gilles Vaillant, Régis Verwimp.

Mythes et polémiques de l'histoire 2.gif

 

"Vous avez été des milliers, l’année dernière, à lire le premier volume de Mythes et polémiques de l’histoire. Voici le deuxième ! A travers une quarantaine d’articles, ce sont des personnes et des organisations, des événements et des idées, des documents et des lieux qui sont passés au crible de la critique : les tombeaux égyptiens, Romulus et Remus, les druides, les frères de Jésus, Charlemagne, la papesse Jeanne, la ceinture de chasteté, la chute de Constantinople, Christophe Colomb, Nostradamus, la bête du Gévaudan, Louis XVII, Napoléon Ier, la chouannerie, Darwin, le droit d’asile, les maisons closes, De Gaulle, la sécurité sociale, les frontières…"

 

Sous la direction de Guillaume Bernard et de Jean-Pierre Deschodt, cet ouvrage rassemble auteurs prestigieux et jeunes enseignants-chercheurs : Gérard Bedel, Christophe Camby, Pierre-Edouard du Cray, Yannick David, François-Georges Dreyfus, Alix Ducret, Pascal Geneau, Eric Georgin, Olivier Guillot, Jacques Heers, Jacques Henry, Jean-Marc Joubert, Marc Levatois, Diane Nicolas, Alain Paucard, Guillaume Perrault, Pierre Ravaille, Yves Sassier, Reynald Secher, Serge Schweitzer, Guillaume de Thieulloy, Gilles Vaillant, Mǎdǎlina Vartejanu-Joubert, Régis Verwimp et Jean-Louis Voisin.