Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/12/2018

Macron et le système sont à bout de souffle...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Gabriel Robin, cueilli sur le site de L'Incorrect et consacré à la déclaration faite par Emmanuel Macron pour répondre à la révolte des Gilets jaunes...

Macron_Gilets Jaunes.jpg

Macron et le système sont à bout de souffle

Emmanuel Macron a désespérément besoin d’être aimé et reconnu. Malheureusement pour lui, il est aujourd’hui de plus en plus moqué, méprisé, et même haï par de nombreux Français, dont ces fameux Gilets Jaunes qui ont radicalement bouleversé l’échiquier politico-social lors des quatre dernières semaines. Pour Nicholas Machiavel, le prince devait tout faire pour éviter d’être méprisé, stade terminal atteint en paraissant « inconstant, léger, efféminé, pusillanime, irrésolu, toutes choses dont le prince doit se tenir loin comme d’un écueil ». Autant dire que la tâche dévolue à Emmanuel Macron hier soir était difficile, sinon impossible. Comment contenter autant de clientèles que de mécontentements ? Comment ne pas passer pour faible en donnant raison à un mouvement social horizontal après plusieurs graves émeutes sur tout le territoire hexagonal, soit en accordant une prime à la violence ? Comment se sauver de la fureur vengeresse d’un peuple en train de prendre de nouveau plaisir à l’épopée collective, renouant avec certains de ses mythes les plus puissants ? Comment redonner un nouvel élan à un quinquennat que d’aucuns disent déjà fini ?

Il faut le dire, les « Gilets Jaunes » représentent une forme d’impasse politique et de rupture historique, ou, au moins, un champ des possibles ouvert sur une série d’issues non idéales. La France subit de plein fouet les nouveaux grands équilibres mondiaux qui entraînent de très importants réajustements économiques à l’échelle planétaire. À mesure que les inégalités réduisent dans le monde, elles augmentent ou ne diminuent plus en Occident, ce qui provoque au mieux un sentiment de stagnation et au pire une impression (sûrement justifiée) de déclin. L’époque demande donc des efforts politiques considérables, soit bien plus qu’une réforme : une révolution. Emmanuel Macron avait d’ailleurs pressenti l’ampleur des travaux qui l’attendaient, intitulant son livre programme… Révolution. Ce qu’il n’avait pas anticipé, en dépit d’un assez bon diagnostic des difficultés présentes de la France et de l’Europe, est la capacité de révolte du peuple français. C’est, du reste, un élément central de la « crise des Gilets Jaunes » : les Français n’ont pas perdu leur caractère. La passion de la liberté, le désir d’égalité et le besoin impérieux de fraternité sont ainsi les grands axes des Gilets Jaunes.

Les Français veulent redonner du sens à l’impôt, donc savoir concrètement à quoi est employée leur contribution à l’effort budgétaire national, particulièrement important en 2018 du fait de la crise économique de 2008 et des contraintes de l’Union européenne. Pour cette raison précise, se sont ajoutées des demandes institutionnelles additionnelles dès la deuxième semaine de mobilisation, date de la première grande manifestation parisienne. Avec son air de petit garçon timide faisant pénitence, tout en manifestant trop ouvertement ses certitudes quant à sa propre intelligence, Emmanuel Macron prenait de gros risques. Ont-ils été payants ? Probablement dans l’opinion molle, c’est-à-dire parmi les soutiens modérés des Gilets Jaunes et les Français excédés par les week-ends agités que nous avons vécus. Le Président a voulu jouer l’apaisement, en présentant une liste de cadeaux de Noël, non sans avoir auparavant condamné les « violences intolérables » des derniers jours, tout comme les appels à l’insurrection.

Pas de quoi calmer les Gilets Jaunes les plus engagés, ceux qui ont basculé et dont la vie a été radicalement changée par la lutte. Eux attendaient bien plus qu’un tour de passe passe budgétaire pour « augmenter » le SMIC, ou plus précisément la « prime d’activité », ce qui exclura de nombreuses personnes au SMIC du dispositif, la défiscalisation des heures supplémentaires (qui recèle de nombreux dangers et qui avait été mise en place par Nicolas Sarkozy), l’exemption de la hausse de CSG pour les retraites inférieures à 2000 euros, des primes de Noël versées par les grands patrons les plus proches de la Macronie, ou bien encore des gentillettes et creuses déclarations d’intention sur la lutte contre l’évasion fiscale.  

Pour la majorité des Gilets Jaunes invités à la télévision, ainsi que ceux qui ont réagi sur les pages Facebook du mouvement, ces mesures sont insuffisantes. Elles auront pourtant un sérieux coût, déséquilibrant des budgets extrêmement tendus et précaires pour satisfaire aux sacrosaintes règles de la commission européenne, laquelle a d’ailleurs fait part de ses inquiétudes dès hier soir. Le dogme bruxellois doit être attaqué frontalement, sans quoi la France ne pourra pas avancer. Nous sommes tenus par des politiques décidées et voulues par la technostructure, sous domination allemande. Que fallait-il faire ? Revoir drastiquement le Crédit d’impôt et de compétitivité qui n’a pas créé d’emplois, rénover le dispositif Fillon d’allègement des cotisations patronales pour les petits salaires en sortant les très grosses entreprises de son champ d’application, etc.

La révolte des « Gilets Jaunes » est celle des personnes au SMIC, mais aussi des chômeurs et des Français qui sont tout juste au-dessus du salaire minimum et qui ne peuvent plus vivre décemment de leur travail. Dernier point : s’attaquer au gaspillage de fonds publics (immigration en premier lieu) et ne pas se contenter de mots pour lutter contre l’hyper fraude des hyper riches. En revanche, il faut absolument refuser les volontés macroniennes de s’attaquer aux détenteurs du patrimoine bâti. Les Français économisent pour transmettre un patrimoine à leurs enfants, le cadre du modèle français social-démocrate n’offrant que peu de mobilité économique et sociale. Un chantier pour le moins complexe.

Par leur mobilisation sans faille, les Gilets Jaunes ont redonné aux Français leur voix. Ils ont même accompli un véritable exploit en forçant l’enfant roi à faire amende honorable, à envisager qu’il ait pu blesser ses « sujets » par ses remarques brutales et souvent infondées. Ce qu’a proposé Emmanuel Macron n’avait, au fond, rien de bien différent avec ce qui est pratiqué depuis 1981, voire avant. Il ne s’est pas attaqué aux racines du mal. Père Noël, c’est mignon. Père la nation, c’est mieux. Il a donc manqué l’essentiel au président : du souffle ! Le cri qui s’est levé des profondeurs de la France est clair. Il dit : rendez-nous la France. La question excède largement les milliards négligemment jetés ce soir. Nous n’en sommes qu’au début de la reconquête nationale. 

Gabriel Robin (L'Incorrect, 11 décembre 2018)

12/10/2018

Voyage en terre illibérales...

Le numéro 13 du mensuel L'Incorrect est arrivé en kiosque. On peut y trouver un dossier consacré à l'Europe illibérale, avec, notamment, des textes de Hadrien Desuin et de Gabriel Robin, ainsi que les pages "L'époque", "Reportages",  "Les essais" et "Culture"... Dans la rubrique "Politique", on pourra lire un entretien avec Eric Zemmour, à l'occasion de la sortie de son livre Destin français (Albin Michel, 2018)...

Le sommaire complet est disponible ici.

 

europe illibérale,illibéralisme,hadrien desuin,gabriel robin,eric zemmour

19/09/2018

Quand l'Union européenne sanctionne le peuple hongrois...

Nous reproduisons ci-dessous une tribune de Gabriel Robin, cueillie sur le site de L'Incorrect dans laquelle il revient sur le vote du Parlement européen engageant une procédure de sanctions contre la Hongrie de Viktor Orban.

 

Orban_Parlement européen.jpg

Orban sanctionné par l’Union européenne : un vote majeur

« Demain aura lieu un vote décisif au Parlement européen : le déclenchement ou non d’une procédure concernant le respect de l’État de droit en Hongrie. Demain l’Europe sera confrontée à un choix simple : lutter ou se renier. Nous avons choisi », affirmait très directement Christophe Castaner mardi 11 septembre, veille d’un vote décisif au Parlement européen relatif à l’état de droit en Hongrie.

Le cinquième homme de la République, cumulant les fonctions de Délégué général de La République En Marche et de secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre Edouard Philippe en charge des relations avec le Parlement, s’est donc mué en donneur de leçons en pré-campagne des élections européennes de mai 2019. 

Il est aussi amusant que triste et révélateur que des personnages éminents de notre gouvernement s’emportent ainsi contre la Hongrie de Viktor Orban, régulièrement réélu avec des scores très confortables, plébiscité et conforté par son peuple lors du référendum contre le plan de l’Union européenne sur l’accueil des réfugiés en octobre 2016, quand, dans le même temps, Richard Ferrand est devenu Président de l’Assemblée nationale en remplacement de François de Rugy, alors que ses ennuis judiciaires le rendaient indigne de la fonction de ministre il y a un peu plus d’un an. Au fond, que reproche-t-on à la nation magyare, l’une des rares utilisant un idiome finno-ougrien en Europe ? De ne pas respecter l’état de droit ? Ou, plus prosaïquement, de mener la révolte contre l’Europe multiculturelle irénique, contre le totalitarisme mou de l’Union européenne, ce règne absurde du conformisme et du politiquement correct, genre d’ONU au rabais semblable à un camp de la mort de la tolérance gigantesque, pour faire référence au dessin animé South Park ?

Ce mercredi 12 septembre avait donc lieu à Strasbourg un vote du Parlement européen qui a déclenché une procédure visant à faire « respecter l’Etat de droit en Hongrie », comme le permet l’article 7 des traités de l’Union européenne utilisable en cas de « risque clair de violation grave ». Résultat ? La Hongrie a été sanctionnée à la majorité des deux tiers d’extrême justesse, par 468 voix pour (il en fallait 462) contre 197 réfractaires et 48 abstentionnistes. Si le PPE n’avait pas donné de consigne de vote, de nombreux élus du grand parti européen de droit ont voté pour la sanction d’un membre de leur groupe. Il faut dire que l’Allemand Manfred Weber, président allemand du PPE, déclarait juste avant le vote que son groupe « (avait) toujours soutenu l’action du Parlement européen pour suivre la situation en Hongrie » et que « sans volonté du gouvernement hongrois d’entamer un vrai dialogue, il (faudrait) déclencher la procédure ». Limpide !

Parmi ces 468 votes favorables à la sanction, une dizaine d’eurodéputés français du PPE et les eurodéputés Front de Gauche (GUE) ! Seuls trois eurodéputés des Républicains ont voté contre avec l’ensemble des élus du Rassemblement National : Nadine Morano, Angélique Delahaye et Franck Proust. Ce vote aura donc des conséquences sur la vie politico-politicienne française, révélant les fractures profondes chez Les Républicains. Quel sera le visage des Républicains lors du scrutin de mai 2019, alors qu’ils ne sont même pas capables d’adopter une ligne cohérente sur un vote aussi majeur que celui du mercredi 12 septembre 2019 ? Si Laurent Wauquiez joue les matamores sur la question migratoire, neuf eurodéputés français de sa famille politique (dont cinq actuellement membre de LR, et les trois autres au PPE) ont voté le déclenchement de la procédure de sanction prévue à l’article 7 des Traités de l’Union européenne, sur la base d’un rapport rendu par l’eurodéputée des Verts Judith Sargentini. Cette procédure avait été imaginée en 2000 … après l’arrivée au pouvoir du FPÖ. Principal grief formulé à l’encontre d’Orban ? Ses atteintes supposées aux « libertés individuelles et aux droits des réfugiés ».

Dans un discours extrêmement vif prononcé à Strasbourg mardi 11 décembre, le chef du gouvernement hongrois s’est défendu : «?Vous avez décidé que notre pays ne pouvait pas refuser d’être un pays d’immigration. Nous ne céderons pas au chantage et notre pays défendra ses lois, contre vous s’il le faut ». S’il ne faudrait pas idéaliser la pratique du pouvoir d’Orban, force est de constater que ce dernier dérange énormément depuis qu’il est le chef de file des partisans d’une Europe forteresse en matière migratoire. D’autres avant lui ont nommé des proches à la tête de médias publics. Nous-mêmes, Français, n’avons peut-être d’ailleurs pas de leçons à donner en matière de pluralisme… Refuser la répartition des « migrants » clandestins pour que la Hongrie ne ressemble pas, demain, à certaines zones du territoire belge ou français, ne revient pas à ne pas respecter « l’Etat de droit », mais à se donner la chance de pouvoir le maintenir dans l’avenir lointain. Les Hongrois ont parfaitement le droit de rester seuls maîtres chez eux, de rester souverains.

La Hongrie a d’ailleurs toujours été europhile, plutôt bonne élève de l’Union européenne. En déterrant la hache de guerre pour châtier et humilier excessivement la rebelle magyare, les eurodéputés prennent un gros risque qui pourrait s’avérer peu payant. Pour priver la Hongrie de ses droits de vote au Conseil de l’Union, il faudra que l’unanimité des pays qui le composent consentent à cela. Il est évident que la Pologne, elle-même menacée depuis l’arrivée au pouvoir du PIS, s’y opposera ; de même, peut-être, que d’autres pays d’Europe centrale et de l’est, ainsi qu’un autre membre du groupe dit de Visegrad. La situation est donc très complexe, puisque les partis de la droite européenne se déchirent, les Autrichiens de l’ÖVP et les Allemands du CSU s’étant désolidarisés d’Orban. Dans ce capharnaüm, la voix d’Orban apparaît comme étant la plus claire, lorsqu’il dit défendre « (sa) patrie parce que ces valeurs sont des questions d’honneur pour les Hongrois » et que le rapport bafoue « l’honneur des Hongrois?», ou qu’il fustige les eurodéputés qui prétendent «?mieux savoir que les Hongrois eux-mêmes ce qui est bon pour eux?».

Ces propos sont ceux d’un homme qui, à la tête d’une puissance pourtant moyenne, y compris en Europe, n’a pas renoncé à faire valoir sa souveraineté, la spécificité de son pays et son identité culturelle. Un grand politique n’a nul besoin de centaines de millions d’habitants, d’armes nucléaires ou de géants du net pour résister dans le monde globalisé. Nous l’avons oublié, mais une armée de bergers peut triompher d’une armée moderne équipée de chars, pourvu qu’elle choisisse habilement le champ de bataille et fasse preuve d’une détermination sans faille.

Gabriel Robin (L'Incorrect, 12 septembre 2018)

14/09/2018

De la rue des Poissonniers à Chemnitz...

Nous reproduisons ci-dessous une tribune de Gabriel Robin, cueillie sur le site de L'Incorrect dans laquelle il aborde les manifestations de Chemnitz contre la multiplication des violences commises par les migrants, en faisant d'abord un détour instructif par la rue des Poissonniers à Paris et par le quartier de Perseigne à Alençon...

Chemnitz.jpg

De la rue des Poissonniers à Chemnitz

Migrants, migrants, migrants. Migrants partout. L’Europe s’entredéchire sur la question des « migrants », pudique terme qualifiant des immigrés clandestins économiques bien plus que de véritables réfugiés de guerre. A-t-on tort de réduire les migrations modernes à de simples faits divers ? Oui. Par là, on s’interdirait toutes les réflexions les plus stimulantes ; anthropologiques, historiques, culturelles ou démographiques.

Reste que faire vibrer la corde de l’émotion est une arme politique essentielle à l’heure où elle est bien la seule à se faire entendre dans des débats qui ressemblent furieusement à des séances de thérapie collective pour personnes atteintes d’un stress post-traumatique. On câline. On cajole. On comprend. On dialogue. On entend « toutes les souffrances », « toutes les interrogations », « tous les parcours de vie ». Tous ? À la vérité, pas vraiment.

Trois cas extrêmement différents montrent à quel point l’accueil des « migrants » irrite les populations. Deux se sont produits en France, ne générant qu’une très faible couverture médiatique. Et pour cause, ils contredisent bien des préjugés. Jeudi 30 août, la préfecture de Paris annonçait renoncer à la création d’un « centre d’accueil temporaire de migrants » au rez-de-chaussée d’un immeuble HLM dans le 18ème arrondissement de la capitale. Très virulents, les riverains et les habitants de l’immeuble se sont mobilisés avec efficacité. Une fois n’est pas coutume, on leur a donné gain de cause. Un vrai petit miracle à l’heure où de minuscules « villages de paysans racistes » reçoivent sans broncher l’équivalent de la moitié de leur population en « migrants », venus d’on ne sait où. Mieux, ces ruraux qu’on dépeint en affreux jojos arcboutés sur leurs traditions archaïques manifestent parfois leur joie, font preuve d’un zèle sidérant pour aider leur prochain clandestin. « On va pouvoir reformer une équipe de foot ! Ces gens vont donner une nouvelle vie à notre bourg ! », peut-on lire ci et là dans les titres de la presse quotidienne régionale.
Dans le 18ème arrondissement parisien, on n’essaye même pas de donner l’impression d’être généreux, ouvert à l’autre, partisan forcené du « vivre ensemble » ; parce qu’on n’y a pas subi des décennies de culpabilisation, d’ethno-masochisme. En effet, les opposants aux migrants y sont eux-mêmes très majoritairement des immigrés extra-Européens de fraiche date, soit qu’ils aient été récemment naturalisés, soit qu’ils comptent pouvoir l’être dans l’avenir. Même scénario à Alençon, où des « jeunes » du quartier de Perseigne ont fini par tuer un Afghan et faire de nombreux blessés. Une bataille rangée a opposé un gang de migrants afghans – comme on en voit parfois rôder autour des gares des grandes villes, souvent héroïnomanes -, à une bande d’habitants « calibrés ». Agacés par la présence de ces immigrés clandestins, des immigrés maghrébins ou des enfants d’immigrés de seconde ou troisième génération ont donc fait parler la poudre. Ces tensions interethniques ne sont que les manifestations d’une atomisation générale du corps social que l’arrivée massive de jeunes hommes, venus d’Afrique ou du Proche-Orient, ne feront qu’augmenter exponentiellement.

Si le cas d’Alençon a été pudiquement relaté dans la presse, il n’en a pas été de même pour celui de Chemnitz (Saxe) en Allemagne, autrement moins meurtrier. Les manifestants qui ont rendu hommage aux victimes de migrants des dernières années, révoltés par l’assassinat à coups de couteau d’un jeune allemand par deux « demandeurs d’asile » syrien et irakien il y a quelques jours, ont été immédiatement décrits en « fascistes », extrémistes de droite assoiffés de sang, ou bien encore « hooligans ». D’aucuns, journalistes, ont même osé accoler des guillemets au terme victimes, pour décrire les propos qui étaient écrits sur les pancartes que portaient les citoyens de Chemnitz durant leur marche silencieuse. Rappelons néanmoins que les monstres avaient osé défiler derrière des drapeaux allemands ! Quant au gouvernement, il a apporté son soutien à une contre-manifestation pro migrants par la voix d’Heiko Maas, actuel ministre des Affaires étrangères : « La Seconde Guerre mondiale a commencé il y a 79 ans. L’Allemagne a causé des souffrances inimaginables à l’Europe. Si à nouveau des gens défilent aujourd’hui dans les rues en effectuant le salut nazi, notre histoire passée nous oblige à défendre résolument la démocratie ». Un mensonge éhonté au vu des vidéos du défilé, montrant des Allemands tout à fait normaux, du genre à porter des chaussettes avec leurs claquettes. Cette image du plouc « allemand » raciste est à peu de choses près celles qu’on donne du beauf raciste sous nos latitudes. Gageons que le plouc-émissaire teuton soit comme le cave : qu’il se rebiffe !

Gabriel Robin (L'Incorrect, 2 septembre 2018)

10/09/2018

Bienvenue dans un monde sans père...

Le numéro 12 du mensuel L'Incorrect est arrivé en kiosque. On peut y trouver un dossier consacré à la question de la procréation médicalement assistée (PMA), avec, notamment, un texte de Gabriel Robin et un entretien avec le professeur Jacques Testart ainsi que les pages "L'époque", "Monde", dirigées par Hadrien Desuin, "Reportages",  "Les essais" et "Culture"... Dans la rubrique "Politique", on pourra lire un entretien avec Diego Fusaro, un des inspirateurs des populistes italiens du Mouvement 5 étoiles...

Le sommaire complet est disponible ici.

pma,gabriel robin,jacques testart,diego fusaro,populisme,conservatisme

16/07/2018

Ces Français qui ont fait la France...

Le numéro 11 du mensuel L'Incorrect est arrivé en kiosque. On peut y trouver un dossier consacré aux Français qui ont fait la France, avec, notamment, des textes de Frédéric Rouvillois, de Christophe Boutin, de Vincent Coussedière et de Gabriel Robin, ainsi que les pages "L'époque", "Monde", dirigées par Hadrien Desuin, "Reportages",  "Les essais" et "Culture"... A ne pas manquer, la chronique toujours grinçante de Yrieix Denis, "Vous n'aurez pas ma haine"...

Le sommaire complet est disponible ici.

Incorrect 11.jpg