Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2017

Les populismes identitaires à l'assaut de l'Europe ?...

Les éditions L'Æncre viennent de publier un essai de Franck Buleux, préfacé par Georges Feltin-Tracol et intitulé L'Europe des peuples face à l'Union européenne. Enseignant, diplômé en histoire, en droit, en sciences politiques, Franck Buleux est l'auteur d'un essai intitulé L'unité normande (L'Harmattan, 2015).

 

Buleux_Europe des peuples.jpg

" Savez-vous que l’UE a déjà perdu plus d’un tiers de sa superficie ? Que les régionalismes identitaires européens sont proches des mouvements Verts ? Que les mouvements régionalistes européens sont souvent soutenus par l’Union elle-même ? Que les régionalistes écossais préfèrent l’Union européenne à l’Union Jack ? Qu’en Espagne, l’identité régionale puise son renouveau à l’extrême gauche ? Qu’en Italie, une région est germanophile ? Qu’un territoire français est aux mains des indépendantistes d’ultra-gauche unis à la droite locale ?

L’Union européenne comprend toujours 28 États. Certains sont au bord de l’implosion mais les dynamiteurs préfèrent parfois l’Union à leur cadre national, d’autres ne sont plus compatibles avec les « valeurs » de l’Union… Union faite de bric et de broc, qui a grandi trop vite sans véritable projet, sans ligne politique claire et commune, elle favorise tous les statuts possibles pour éviter l’amincissement territorial.

L’Union européenne est un territoire « à la carte » ou tout départ est possible, mais strictement encadré et qui est capable de soutenir des régionalismes face à un État-nation eurosceptique. Mais pas n’importe quel régionalisme ! Du populisme anti-fiscalité au populisme ethnique, les régionalismes européens ne se ressemblent pas… Un véritable tour du monde de l’Europe des peuples, présente sur tous les continents… Un clin d’œil à l’Europe aux cent drapeaux ! "

 

22/12/2016

Mesure de la France...

Les éditions Pardès viennent de rééditer le premier essai de Pierre Drieu la Rochelle intitulé Mesure de la France, avec une préface Franck Buleux. Après Socialisme fasciste, Avec Doriot , Ne plus attendre, et Chroniques politiques (1934-1942) réédités par les soins des éditions Ars Magna,  l’œuvre de publiciste de l'auteur de Gilles redevient accessible à tous.

 

Mesure de la France_Drieu.jpg

" Au retour de la Grande Guerre, le sous-officier d’infanterie Pierre Drieu la Rochelle s’interroge sur la victoire des Alliés, dans laquelle il ne voit qu’un trompe-l’oeil. Jeune auteur de 27 ans, issu d’une famille nationaliste et conservatrice d’origine normande, il s’émeut des faiblesses de la France, posant ainsi les limites du nationalisme intégral, cher aux partisans de Charles Maurras. Démontrant l’incapacité française à se régénérer humainement, il s’interroge, au-delà du fait national, sur le devenir de la puissance des nations. Dans la première partie de Mesure de la France, il consacre de larges développements à la dénatalité qui frappe son pays, véritable suicide (un « crime », dénonce-t-il). S’il a fallu la moitié de la planète pour vaincre l’Allemagne, qu’aurait pu la France seule ? Dans la seconde partie de l’essai, le déclin démographique français l’amène à s’interroger sur la puissance des nations, fondée sur la seule notion de Production, stade final du besoin économique. Il cherche les responsabilités des acteurs institutionnels, politiques et religieux de l’époque. Pour sauver la France, il en appelle à de véritables « Alliances », fruits d’unions nationales, consenties sur un pied d’égalité en temps de paix, et non issues de guerres mortifères pour le continent européen. Cet essai annonce les prochaines œuvres de Drieu, Le Jeune Européen et Genève ou Moscou, dans lesquelles il fera clairement le choix d’une « autre voie », celle de l’Europe. Mesure de la France, tout en proposant des pistes de réflexion, n’en délivre pas moins un message pessimiste : l’Europe n’a pas vécu la « der des der », comme certains, les plus nombreux, aimeraient à le croire, mais la «Première Guerre». La suite de l’Histoire, avec la Seconde Guerre mondiale, lui donnera raison. "