Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/06/2016

Euro 2016...

Vous pouvez découvrir ci-dessous une nouvelle chronique de Richard Millet, l'auteur de La confession négative (Gallimard, 2009) et de Tuer (Léo Scheer, 2015), cueillie sur son site personnel et consacrée à l'Euro 2016...

 

Richard Millet Liban 2.jpg

 

Euro 2016

J’ai fait comme tout le monde : j’ai regardé le match d’ouverture de l’Euro 2016, non point par panurgisme mais parce que le football est un excellent révélateur de ce qui porte encore le nom de peuple, alors que ce dernier n’en est plus tout à fait un. Passons sur le grotesque ballet précédant l’ouverture. Il me faut surtout parler de cette équipe de France, et d’un point de vue non pas technique (car on n’imagine pas les joueurs dépourvus de qualités) mais ethnique : si c’est là l’équipe nationale, je ne me reconnais nullement dans ce rassemblement de mercenaires fraîchement naturalisés ou nés dans une immigration non assimilée, ainsi qu’en témoignent les noms et les prénoms de nombreux joueurs – dont on a même vu l’un priant Allah sur la pelouse… On me dira que je ne fais qu’enfoncer là des portes dévergondées ; sans doute. Il m’importe néanmoins de répéter que je ne saurais être le concitoyen d’un Bacary Sagna, d’un Mamadou Sissoko, d’un Kingsley Coman ou d’un Adil Rami – desquels, encore une fois, je ne nie pas le talent. Mais enfin les tensions considérables engendrées par la composition ethnique de cette équipe où les Français de souche sont minoritaires ont démontré, si besoin était, que ce qui se passe avec l’équipe de France est la synecdoque de la France tout entière –c’est-à-dire d’une France malade de l’inassimilation d’une immigration extra-européenne qui a peu à peu détruit, avec le consentement des élites, les structures républicaines.

La puissance footballistique tente de ravauder la toile et de faire accepter cette nouvelle idée de la France, de la même façon que la clique médiatico-politique avait tenté de faire accroire, en 1998, que la victoire de l’équipe nationale était due à sa nature « black-blanc-beur » : dénomination qui à elle seule dit tout à la fois la décomposition ethnique de la France et celle de sa langue. Non seulement le football règne sur les esprits, comme le mauvais roman et les séries télévisées, mais encore un footballeur, Ibrahimovic, peut dire qu’il fait plus pour la France que François Hollande. Il n’a pas tout à fait tort, mais il joue sur du velours, tellement la nullité  du chef de l’Etat est patente… Il y a longtemps que ce dernier a rabaissé la dignité de sa fonction, en même temps, d’ailleurs, que l’ensemble de la classe politique : il suffisait de le voir, hier soir, interviewé par France 2, le cou ceint d’une écharpe aux couleurs de l’équipe de France, interpellé par une vulgaire journaliste qui lui donnait du « président », et non, comme il se doit, du « Monsieur le président », comme si elle s’adressait au président d’un club de football. Il est d’ailleurs possible que Hollande ne soit plus que ça : le chef d’une équipe de « foot » et de quelques centaines de supporteurs…

Cette décadence de la fonction présidentielle semble propre à tout l’Occident : on  a pu le voir à l’occasion des funérailles du boxeur musulman Mohammed Ali, où Bill Clinton côtoyait des acteurs de Hollywood et le sultan islamiste Erdogan, lequel a rappelé ce qui n’est évident que pour lui : « L’islam est une religion de paix. » On le voit en effet tous les jours, à Nice où une jeune Tunisienne, serveuse de son état, a été giflée par des barbus parce qu’elle servait de l’alcool à ses clients ; au Pakistan, où une jeune femme a été brûlée vive par sa famille pour avoir épousé un homme de son choix. Et on ne parlera pas de ce qui se passe dans les entreprises publiques françaises, de quoi le stalinien Martinez devrait s’inquiéter bien plus que de l’insignifiante loi « Travail. »

Richard Millet (Site officiel de Richard Millet, 11 juin 2016)

Enregistrer

Enregistrer

19/06/2016

Feu sur la désinformation... (94)

Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours d'Hervé.

Au sommaire :

  • 1 : Orlando récupération LGBT d’un attentat islamiste

    Attentat d’Orlando le terroriste Omar Mateen tue 50 personnes dans une boite de nuit gay. Pour les médias c’est un homme déséquilibré et homophobe.
    Entre récupération du lobby LGBT et incrimination de la NRA. I-Média décrypte.

  • 2 : Le zapping d’I-Média.

  • 3 : Magnanville c’est l’islamisme qui tue

    Magnanville le terroriste islamiste Larrossi Abballa tue 2 policiers. Les médias occultent le caractère islamique de l’attentat ainsi que sa déclaration d’allégeance à DAESH.
    I-Média Réinforme.

  • 4 : Tweets d’I-Média.
  • 5 :  Foot arme de conditionnement massif

    Euro 2016 de Football, c’est l’arme de conditionnement massif des médias. C’est l’information qui occulte tout. Décryptage du foot et des débordements de supporters.

 

06/07/2014

Feu sur la désinformation... (10)

Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours d'Hervé.

Au sommaire :

  • Partie 1 : Le football, la peste du mondial.

  • Partie 2 : Festival de la novlangue.

  • Partie 3 : Victoire footballistique de l'Algérie, déni de réalité des journalistes.

 

27/06/2014

Mondial du Foot : ça suffit !...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue décapant de Michel Geoffroy, cueilli sur Polémia et consacré au football, comme instrument de manipulation de masse...

S'agissant du dopage, qu'évoque rapidement l'auteur, on lira avec intérêt un article du quotidien Le Monde, signé par Rémy Dupré  et intitulé La machine bleue tourne à plein régime, qui évoque avec insistance les performances physiques étonnantes des joueurs de l'équipe de France en ce début de compétition...

 

Hollande football.jpg

Mondial du Foot : ça suffit !

Le conditionnement par le sport

L’abrutissement sportif constitue un rouage important du conditionnement des populations occidentales par le Système. Que ce soit par la promotion individualiste du faire-du-sport-pour-rester-en-bonne-santé (mais à condition d’acheter des chaussures Nike et des sacs Adidas, bien sûr) ou par la promotion collectiviste du sport de masse.

Le sport de masse permet en effet de créer des foules psychologiques, comme disait Gustave Le Bon. Le Mondial vampirise les médias – c’est-à-dire les recettes publicitaires – et donc l’attention de chacun. On soupèse et commente ainsi les moindres faits et gestes des joueurs, comme s’il s’agissait des oracles de notre temps. Un tel a fait un doigt d’honneur, tel autre a donné un coup de boule. Tel joueur a « marqué ». Un autre a plaqué sa petite amie ou bien a insulté son entraîneur. Les médias s’en donnent à cœur joie pour nous « informer », c’est-à-dire pour nous submerger de cette grotesque insignifiance !

Dans le métro on nous annonce même les résultats des matchs. Pas question de rester indifférent ne serait-ce que l’espace d’un déplacement ! L’indifférence au foot devient suspecte. Presque un signe de fâââchisme…

 

Le foot mondialisé c’est un patriotisme débile

On agite les drapeaux comme s’il s’agissait de saluer une victoire militaire ou un grand événement national. Le foot serait-il le dernier refuge du patriotisme ?

Mais ces héros que l’on nous fait célébrer ne sont que des mercenaires et, leurs combats, des spectacles factices, sinon truqués ou dopés.

Les supporteurs s’arrogent pourtant le droit de « manifester leur joie » à chaque match en faisant un tintamarre de tous les diables, en hurlant pour chaque but marqué, en bloquant la circulation ou en cassant tout.

Les municipalités et les préfectures recommandent maintenant aux braves gens de ne plus circuler les soirs de matchs : couvre-feu obligatoire pour les autochtones les soirs de foot ! On voit combien ce « sport » adoucit les mœurs et l’intégration… Le mieux ne serait-il pas finalement de rester scotché devant sa télé en priant sainte Pub ?

 

La grand-messe du déracinement planétaire

Le Mondial du foot c’est aussi la grand-messe du déracinement planétaire : celle qui sert à raffermir périodiquement la foi cosmopolite. Voilà pourquoi le foot intéresse tant le Système.

Le Mondial célèbre le déracinement européen d’abord, puisque nos équipes « nationales » se composent principalement désormais de joueurs cosmopolites, dont beaucoup proviennent d’Afrique. Hier « espagnol », aujourd’hui « français », demain « anglais » peut-être par la magie des contrats en or, le joueur de foot incarne le héros aux semelles de vent, celui qui n’est nulle part chez lui.

Le Mondial souligne aussi le déracinement immigré, à l’instar de ces supporteurs « franco-algériens » qui sifflent la Marseillaise et ne brandissent que le drapeau de leur vraie patrie : l’Algérie, démontrant par là même qu’ils ne se sentent pas chez nous chez eux.

Le foot c’est enfin le déracinement programmé pour tous ces petits Africains ou descendants d’Africains que les clubs et les manageurs achètent comme une vulgaire ressource humaine à faire fructifier.

Et tout cela pour que ce beau monde des « sportifs » achète force maillots, ballons et portraits de ces héros frelatés : les joueurs de foot ! Heureux consommateurs de produits dérivés qui allez enrichir l’oligarchie du sport et des médias, le Système vous remercie !

Car le sport ne peut plus exister sans publicité ni sans sponsors, c’est-à-dire sans se soumettre à Mammon. Ultime déracinement. Ultime décadence.

 

Décadence du sport ou sport de la décadence ?

Les saturnales du Mondial offrent enfin l’avantage de détourner l’attention des tristes réalités du moment.

Hier, Jacques Chirac s’appropriait la Coupe du monde pour tenter de sauver sa présidence stagnante en vantant les vertus sportives du métissage, en réponse au Front national. Aujourd’hui, François Hollande commente les buts des autres à défaut de commenter son propre désastre.

Dans la Rome décadente on offrait du pain et des jeux, pour calmer la plèbe de plus en plus agitée. Mais cela n’a pas empêché la chute finale.

Dans l’Europe décadente et désindustrialisée on offre le foot télévisé aux chômeurs. Cela ne durera pas non plus.

 Michel Geoffroy (Polémia, 23 juin 2014)

24/06/2014

Racaille Football club...

Les éditions J'ai lu viennent de rééditer Racaille football club, l'enquête critique de Daniel Riolo sur le football professionnel en France, parue en 2013. Un bon moyen de prendre un peu de recul et de conserver sa lucidité sur les prestations de la sélection nationale au Brésil, pour la Coupe du monde... Daniel Riolo est journaliste sportif sur RMC.

 

Racaille Football club.jpg

" Juin 2012 : la France est éliminée de l'Euro. Pour la troisième fois consécutive, les Bleus quittent une compétition internationale têtes basses. Outre ces piteux résultats sportifs, l'équipe de France de football se retrouve au coeur de polémiques qui vont alimenter les chroniques bien au-delà des pages sportives. On reparle de maillot français sali, d'hymne national pas chanté, bref d'une sélection nationale que les Français n'aiment plus.
L'attitude des joueurs est au cœur du problème. Et la récupération politique est là, en embuscade. Les racailles, la culture racaille. Fantasmes et réalités se côtoient. 80 % des footballeurs sont originaires de banlieue et ce n'est pas sans conséquence. Oui, l'islam est la première religion du foot hexagonal. Et oui, la formation "à la française" est coupable, entraînant de nombreux débats où tout se mélange : banlieue, intégration, respect ou irrespect, immigration, communautarisme.
Les Bleus reflètent un problème social. Et sur l'échiquier politique, le dossier de l'accusation est plus ou moins lourd selon qu'on déplace le curseur de l'extrême droite vers l'extrême gauche... Mais est-il permis d'aller au-delà des discours politiques convenus et caricaturaux ? Le foot français est-il vraiment devenu un "Racaille Football Club" ? "

22/06/2014

Les snipers de la semaine... (87)

Archère et cheval.jpeg

Au sommaire cette semaine :

- sur Boulevard Voltaire, Pierre Cassen mouche les médias qui font preuve d'un unanimisme un peu étonnant vis-à-vis du joueur de football Karim Benzema...

La France sommée d’idolâtrer Benzema

Benzema.jpg

- sur Figarovox, Laurent Obertone, à propos de l'affaire Darius, dézingue les médias et les politiques qui font preuve d'une indignation très sélective...

Rom lynché, l'indignation indécente

Indignation sélective.jpg