Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/04/2016

L'art de la guerre financière...

Les éditions Odile Jacob viennent de publier un nouvel essai de Jean-François Gayraud intitulé L'art de la guerre financière. Commissaire divisionnaire, Jean-François Gayraud a déjà plusieurs ouvrages à son actif comme Showbiz, people et corruption (Odile Jacob, 2009), La Grande Fraude. Crimes, subprimes et crises financières (Odile Jacob, 2011) et Le nouveau capitalisme criminel (Odile Jacob, 2014).

 

Art de la guerre financière.jpg

" Ce sont de vraies guerres qui tuent et paupérisent les peuples, comme on l’a vu en Grèce. Cette situation stratégique inédite s’explique par la nouvelle puissance des acteurs financiers : banques d’affaires, fonds d’investissements, milliardaires de Wall Street.
 
Depuis les années 1980, une finance dérégulée, mondialisée et en partie toxique s’est bâti de vastes principautés immatérielles, surplombant les économies et lançant des raids sur des États captifs et des populations tétanisées. Malgré sa responsabilité dans la crise de 2008, la finance-puissance continue d’étendre son emprise, dans l’ombre, usant de stratégies empruntant à l’art de la guerre.
 
Ce livre en décrypte les ruses et les tactiques. Au-delà, il donne au citoyen des raisons d’espérer : il existe des moyens pour libérer les États et les peuples de ce Léviathan d’un genre nouveau. Là où la Grèce a dû plier face aux banques, l’Islande a su s’extirper du joug de la haute finance par une insurrection démocratique. "

14/03/2016

Entrepreneuriat et justice sociale...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Xavier Eman, cueilli sur son blog A moy que chaut ! et consacré à la question de l'entrepreneuriat comme maillon essentiel d'une économie organique et localiste...

 

Travail 2.jpg

Entrepreneuriat et justice sociale

« Il y a une lutte des classes, évidemment, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène la lutte. Et nous sommes en train de gagner. »

Warren Buffet

 

Contrairement à ce que se plaisent à répéter les libéraux de tous poils qui constituent la quasi-intégralité de la classe politique contemporaine ( des libéraux-conservateurs (sic) aux post-socialistes gouvernementaux en passant par les libéraux-gaullistes et autres libéraux centristes), la « lutte des classes » n’est aucunement une notion périmée, un concept anachronique tout juste bon à ranger au musée des vieilles idéologies rancies d’avant la merveilleuse « fin de l’histoire ». Dans le contexte de crise globale que nous connaissons, elle est au contraire d’une totale actualité et d’une absolue acuité. Elle a simplement assez largement changé de forme. Elle se joue en effet aujourd’hui à front double, et son curseur interne s’est passablement déplacé. La lutte des classes de 2016 n’est donc évidemment pas la réplique fidèle et exacte de celle du 19e siècle, de Thiers et des maîtres des forges face au socialisme français proudhonien et aux marxisme révolutionnaire, mais elle n’en reste pas moins une réalité centrale et connaît même une intensité des plus importantes aujourd’hui, au moment où, en France, le Medef et ses domestiques gouvernementaux montent à l’assaut du Code du Travail et où, à l’échelle globale, une poignée de milliardaires accaparent une part toujours plus importante des biens et richesses de la planète.

Double front donc, car aujourd’hui, le travailleur doit faire face à deux ennemis presque aussi redoutables l’un que l’autre (même si le premier est instrumentalisé et cornaqué par le second) :

1) Le lumpen-prolétariat d’importation étrangère dans le but de casser les modèles sociaux avancés et de faire pression à la baisse sur les salaires et les revendications sociales tout en brisant l’homogénéité minimale nécessaire à la « décence commune ».

2) Les financiers internationaux et le patronat « hors-sol », dirigeants de multinationales sans autres attaches que le rendement pur et l’accumulation du Capital, actionnaires sans foi ni loi, obsédés par leur intérêt pécuniaire le plus étroit, oligarques sans devoir, se plaçant au-dessus des lois qu’ils édictent puis manipulent.

Changement de curseur également puisque, aujourd’hui, une bonne part du patronat et de la bourgeoisie se retrouvent du même côté de la barricade (ou en tout cas devraient se trouver…) que les ouvriers et les employés, partageant d’indéniables intérêts communs et faisant face aux mêmes ennemis (dérégulation, concurrence sauvage, dumping social, abus de situations de monopole…). Il est ainsi évident que les artisans, tout comme les patrons de TPE ou PME/PMI, partagent beaucoup plus de préoccupations et d’aspirations, de difficultés aussi, avec leurs employés, leurs ouvriers, mais aussi les travailleurs précaires ou les chômeurs de leur ville, de leur région, qu’avec des PDG du CAC 40 ou des traders internationaux pour qui ils ne sont que des variables d’ajustement au sein de vastes plans de rémunération des actionnaires.

La lutte des classes, ce n’est donc plus « le patron contre l’ouvrier » mais le « travailleur contre le parasite (du haut comme du bas) », le « créateur contre l’usurier », « l’artisan contre le banquier », « l’entrepreneur contre l’actionnaire », « le paysan contre Monsanto »… Ce sont les classes laborieuses, du prolétariat jusqu’à la moyenne bourgeoisie, classes sédentaires et enracinées, contre les nomades de l’hyper-classe mondialisée et le lumpen-prolétariat apatride.

C’est pourquoi, s’il est impératif de combattre l’hyper-finance et ses chiens de garde du Medef, s’il est vital de réduire les inégalités à une proportion décente, justifiée et acceptable par chacun, il serait vain, et même mortifère, de sombrer dans un « ouvriérisme » angélique ou une « chasse au riche » (qu’il faudrait déjà définir…) dans le cadre d’une vision des rapports sociaux et économiques pour le coup totalement désuète et improductive, une vision sclérosée et impuissante dans laquelle finissent de s’enterrer des syndicats de prébendiers et de professionnels de la connivence.

Ainsi, s’il est urgent et indispensable de taxer les transactions financières internationales, de plafonner les primes et rémunérations indécentes et autres « parachutes dorés » de certains hauts-dirigeants, de criminaliser les « patrons-voyous » (délocalisation sauvage, emploi de main d’œuvre clandestine…) et de mettre en place une politique d’augmentation salariale, il l’est tout autant de totalement refonder le RSI, d’alléger la fiscalité des PME/PMI ainsi que les arcanes administratives entravant la création d’entreprise, de revaloriser la figure de l’entrepreneur comme maillon fondamental de la communauté, d’assurer un protectionnisme économique européen et la défense de nos savoir-faire, de nos labels, de nos techniques et de nos patrimoines. Bref, il convient de promouvoir une économie organique et localiste, axée sur la proximité et l’implication de tous ses acteurs, la participation et la juste rémunération de chacun, sous le contrôle d’un Etat fort, garant et arbitre, mais laissant s’appliquer la plus complète subsidiarité et le respect de l’initiative privée tant qu’elle ne contrevient pas à l’intérêt général. Viendra alors, peut-être, le temps de la paix des classes.

Xavier Eman (A moy que chault, 10 mars 2016)

02/03/2013

Dernières nouvelles de la piraterie financière...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Xavier Raufer, cueilli sur le site du Nouvel Economiste et consacré aux menées criminelles de certaines grandes banques d'affaires...

 

xavier raufer, piraterie financière, finance globalisée, finance mondialisée

 

Banques et blanchiment, dernières nouvelles de la piraterie financière

 

Dans les grands aéroports du monde, les passerelles d’accès aux avions affichent, sous forme de publicités gentillettes, le roman-photo de la mondialisation heureuse. Issues (bien sûr) “de la diversité”, les demoiselles des affiches sont les souriantes vestales de ce temple de l’imminent bonheur.

L’avenir globalisé ? tonique, positif – que du bon. Sauf que. Passons outre le décor. Outre le conte de fées des lendemains (mondialisés) qui chantent. Là, on dégringole sec de Mary Poppins au Cartel du Golfe et autres machines à tuer ravageant divers continents.

Car le promoteur du radieux roman-photo mondial, c’est la super-banque HSBC dont voici, preuves à l’appui, les crimes les plus récents. Précision : ci-après, nulle minime filouterie ou entourloupe mais de graves crimes, passibles pour le vulgum pecus d’années en prison. Loin du vague tuyau ou de l’info douteuse, nos preuves proviennent d’institutions renommées : Sénat des Etats-Unis, agences majeures de régulation et de contrôle, etc.

Ainsi, la HSBC est-elle récemment compromise ou condamnée dans des affaires criminelles, ce sur la terre entière : Mexique : virement incontrôlé de 670 milliards (bien : milliards) de dollars (USD) du Mexique aux Etats-Unis et transfert entre ces deux pays de 9,4 milliards USD en espèces. “Plus que toute autre banque mexicaine, dit un procès-verbal… mais elle n’a pas jugé cela suspect.” Les liens entre les cartels mexicains de la drogue et la HSBC sont tels que, selon un rapport, “les narcos déposent leur cash en paquets à la taille précise des guichets de caisse des agences HSBC”. Transferts de fonds ? Change de devises ? Montages financiers tel l’achat aux Etats-Unis d’un avion “Super King 200”, transportant ensuite des tonnes de cocaïne du Venezuela au Mexique ? La HSBC est là. Une disponibilité louée par les narcos : sur écoute téléphonique, l’un d’eux, enthousiaste, affirme à un “collègue” : “Pour blanchir notre argent, pas mieux que la HSBC.”

Au-delà du Mexique, l’activité illicite de la HSBC dessine un fascinant atlas de la finance grise ou carrément noire : Russie, Iran, Libye, Soudan, Birmanie, Cuba…

Europe : fin 2012, la police française démantèle l’énorme réseau de blanchiment franco-maroco-israélien des frères El-Maleh. Ses acteurs récupèrent l’argent du trafic de drogue, puis donnent par compensation du cash aux titulaires de comptes suisses, des notables peu soucieux de passer les frontières avec des sacs d’espèces… Une myriade de sociétés-écrans entre les Bahamas, Israël, Panama, les Emirats Arabes Unis, l’Espagne, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, etc. En son cœur, en Suisse, les comptes sont à la HSBC. Idem en Espagne. Les transactions “liées à la mafia chinoise” visent à rapatrier en douce l’argent criminel en Chine. Pour la compensation, voir ci-dessus. Les banques en cause ? Des comptes ouverts “chez HSBC et Lombard Odier”. Et ainsi de suite, de quoi emplir un volume.

Ajoutons qu’il ne s’agit pas d’une dérive solitaire et de pratiques extravagantes, nombre des méga-banques mondiales étant convaincues d’activités tout aussi illicites. Un vrai gotha financier : ING Bank… Bank of America… Standard Chartered… JP Morgan Chase… Barclays… UBS… Royal Bank of Scotland… Deutsche Bank… Lloyds… A leur palmarès d’activités “malsaines et malhonnêtes” dit la Réserve fédérale américaine : transactions illicites pour des pays sous embargo, Iran, Corée du Nord, etc. Liens avec des banques arabes finançant des terroristes…

Manipulations frauduleuses de taux d’intérêt de référence, Libor, Euribor, etc. Blanchiment d’argent criminel… Absence de contrôles sur des clientèles dangereuses, etc. Bien sûr, la réprobation est universelle. Et même, les Etats et instituts régulateurs ont fini par réagir, les amendes et confiscations s’abattant désormais par milliards de dollars sur les banques-pirates.

Une exception, toutefois. Sur cette finance criminelle, un lourd silence règne du côté des “sociologues critiques” et partisans de la “culture de l’excuse”. Pas un mot. Une crise criminelle provoquée par “les vampires de Wall Street” ? De 80 à 100 millions de Terriens jetés dans la misère (disent le FMI et la Banque mondiale) depuis le désastre new-yorkais de 2007-2008 ? Pourtant peuplée de parangons d’une gauche austère vomissant les injustices de classe, la sociologie critique regarde ailleurs. Dédain ? Ou pire ? En 2009 bien sûr, deux éminents “sociologues critiques” ont réalisé une étude sur les “contrôles au faciès” pour la “fondation humanitaire” du notoire prédateur financier qu’est M. Soros. Et si cette initiale coopération avait tourné à la sympathie réciproque ? Les admirateurs de ces sociologues espèrent bien sûr qu’il n’en est rien. Cependant…

Reste le cas désolant des losers de la mondialisation que sont les cinq familles de la mafia de New York. Des ratés n’ayant rien compris aux lois de la société-mondialisée-de-l’information.
“Diversité” ? Zéro : que des Ritals.

“Showbiz” ? Bonnet d’âne ! Confieraient-ils la famille Genovese à une aborigène transexuelle albinos qu’ils seraient tranquilles pour vingt ans.

Mais non. Résultat, alors que nul des pirates financiers, patrons des méga-banques ci-dessus évoquées, n’a passé une seule nuit au poste, Pat Truglia, associé de la famille Colombo proche du consigliere Thomas Farese, vient d’écoper de deux ans de prison ferme, pour avoir “blanchi 40 000 dollars”. Etait-il banquier et pas mafieux, qu’il pillait mille fois plus dans l’impunité, depuis la suite d’un cinq-étoiles, au lieu de croupir en taule. Son premier milliard de dollars planqué aux îles Caïman, lui restait à financer l’étude “antiraciste” de quelque sociologue critique, pour jouir de la considération de l’intelligentsia…. La couverture des Inrockuptibles peut-être…. Le titre ? facile : “Le bad boy de la finance mondiale”.

Mafieux de New York, reprenez-vous ! Sinon, le pire est à craindre.

Par Xavier Raufer

26/06/2012

Le capitalisme hors la loi...

Les éditions du Seuil publient dans leur collection de poche Point, Le capitalisme hors la loi, un essai de Marc Roche. Correpondant du quotidien Le Monde à Londres, pour couvrir la City, Marc Roche a déjà publié une enquête fouillée sur la banque Goldmann Sachs, intitulée La Banque - Comment Goldmann Sachs dirige le monde (Albin Michel, 2010).

 

Capitalisme hors la loi.jpg

"Un capitalisme de l’ombre s'oppose désormais au capitalisme réglementé. Contournement massif des règles, paradis fiscaux… les interdits ont explosé. Ce système retient en otage États et consommateurs, salariés et petits actionnaires. Est-on impuissant face à ce pouvoir occulte que la classe politique n'ose pas affronter ? Une extraordinaire enquête, de Paris à Hong Kong, de Genève à Washington.

« Ce livre propose une immersion au cœur de cette face cachée du capitalisme qui dirige la planète en toute impunité. »"

25/10/2011

La finance pousse au crime...

Les éditions Choiseul viennent de publier, sous la direction de Xavier RauferLa finance pousse au crime, un recueil de textes consacrés à la pénétration du monde de la finance mondialisée par celui du crime organisé. Parmi les contributeurs, on trouve le commissaire divisionnaire Jean-François Gayraud, Charles Prats, magistrat et membre du Conseil supérieur de la formation et de la recherche stratégique, Pascal Junghans, journaliste et spécialiste de l'intelligence économique, et Noël Pons, conseiller au Service Central de Prévention de la Corruption.

finance crime.jpg

"Et si, dans le monde de l’après-Guerre froide, la finance globalisée était devenue plus qu’un objet de convoitise, l’épicentre même d’une prédation géante et largement impunie ? Avec la crise des subprimes, Wall Street a révélé un visage inquiétant : celui d’élites « en cols blancs » certes cupides et arrogantes, mais aussi truqueuses et fraudeuses. Profitant de la dérégulation, la finance américaine a importé dans l’univers policé de la haute finance les pires méthodes du banditisme classique, celui des « cols bleus ». Elle s’est transformée en véritable « scène de crimes » dont les auteurs resteront largement impunis. Les États appelés à la rescousse de banques irresponsables ont vu leur dettes souveraines plonger, la croissance stagner, l’inflation et le chômage augmenter. Pourtant, deux ans après cette crise majeure, tout semble presque oublié et revenu à la « normale » : business as usual. Les grands financiers ont repris leurs mauvaises habitudes puisqu’aucune réforme essentielle de la finance internationale n’a réellement vu le jour. Une certitude donc : la prochaine crise financière à forte dimension frauduleuse n’est plus désormais qu’une question de date."
 
 
 
Sommaire

Avant-propos

Xavier RAUFER 

La Société humaine, la finance, le crime

Xavier RAUFER 

L’affaire Madoff

Xavier RAUFER, Jean François GAYRAUD 

Subprimes : crise innommable, donc incurable ? Ou comment récompenser les fraudeurs…

Jean-François GAYRAUD 

Mystères et ruses de la « corruption douce »,

Noël PONS 

Prédation financière au préjudice de l’État

Charles PRATS 

Les ADR non parrainés, nouveau trou noir de la finance mondiale,

Pascal JUNGHANS 

Chronologie d’une tragédie. D’une crise de l’endettement privé à une crise de l’endettement public

Jean François GAYRAUD 

Glossaire. Les dix mots/maux de la crise

Jean François GAYRAUD 

Bibliographie commentée

Jean François GAYRAUD 

À propos des auteurs



 

19/05/2011

Vers un capitalisme coopératif ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue d'Hervé Juvin, publié sur son blog Regards sur le renversement du monde et consacré à la construction d'un capitalisme coopératif, local et enraciné comme réponse à la finance mondialisée... Stimulant, comme toujours !

localisme coopération.jpg

 

 

 

Vers un capitalisme coopératif ?

Faut-il crier : attention, danger ? A la recherche éperdue d’un autre modèle, d’un autre système, ceux qui ont dû faire leur deuil du communisme et du socialisme d’Etat, ceux qui n’ont jamais aimé l’entreprise privée comme ceux qui sont pris de vertige devant les dérives de l’entreprise financiarisée, annoncent avoir trouvé la solution ; le capitalisme coopératif ! Le mot fleurit chez les candidats à la candidature du Parti socialiste comme chez ceux de la nouvelle gauche, et s’il manque encore dans le discours national de la droite libérale comme de la droite nationale, il est bien présent parmi les multiples entités locales et régionales où se joue le combat politique. C’est qu’il revient de loin, le vieux mot de coopération, c’est qu’il trouve de nouveaux accents et une nouvelle portée au moment où la peur de manquer, le spectre du déracinement et le sentiment d’impuissance recréent partout en Europe, et particulièrement en France, certaines des conditions morales et sociales qui ont présidé à la naissance et au succès du mouvement coopératif à la fin du XIXè siècle ! Exode rural, affaiblissement des institutions et du lien social, recul de la foi religieuse et des identités exclusives, perte des repères et des structures traditionnelles, plus directement encore, confrontation à la pauvreté, au manque et plus encore, à l’indignité des conditions de vie ouvrière ; fantasmés ou réels, ces caractères liés à la première révolution industrielle ne sont pas sans rapport avec la situation des sociétés européennes en crise. Et le combat du XIXè siècle contre les usuriers, contre les profiteurs et les accapareurs, contre un capitalisme industriel et financier, colonial et brutal, n’est pas sans actualité au moment où les prédateurs qui ont provoqué la crise de 2007-2008 affichent une insolente santé, s’emploient à liquider les résistances des sociétés qu’ils n’ont pas achevées de coloniser à la loi du rendement financier, la loi de leur intérêt, et exercent à nouveau leur capacité de nuire sur ces sociétés désarmées.

Vieille rengaine, ou idée neuve ? L’entreprise coopérative serait la forme du capitalisme du XXIè siècle, réconciliant la société et la performance économique, le marché et le lien, la production et la répartition. Il vaut la peine d’y aller voir de plus près, tant la coopérative est comme l’iceberg ; connue pour sa surface parfois agitée, lors d’accidents ou de dérives, elle est inconnue pour l’essentiel, son fonctionnement, son activité, les services qu’elle rend, son idéologie. Que ceux qui choisissent la coopération sachent ce qu’ils choisissent, pour l’utiliser, pour l’inventer, ou pour la refonder ! Car la coopération a été une arme, pas seulement pacifique, pour faire entendre raison ou pour mater les prédateurs, les usuriers ou les négociants ; les dirigeants coopératifs qui se laissent séduire par les banquiers d’investissement et serrent la main de leurs pires ennemis devront s’en souvenir. Car la coopération est forte d’un enracinement dans un territoire, dans une communauté professionnelle, dans un collectif identifié, déterminé et circonscrit ; la coopération instaure et nourrit une relation exigeante au collectif, à l’opposé de l’individualisme souverain, des droits inconditionnels et de la déliaison instituée par les Droits de l’homme. Car la coopération est discriminante dans l’espace; seuls, ceux qui participent au projet commun et se sont engagés dans le combat collectif en retirent les fruits, et aussi bien dans le temps ; chaque génération de sociétaires sacrifie d’autant plus volontiers une part du rendement financier de l’entreprise coopérative, qu’elle considère que ses enfants, et les enfants de ses enfants, bénéficieront.

Perte des limites, du bon sens et de la raison ; la crise économique récente est la crise d’un modèle d’entreprise qui a dévoré la société, privatisé l’espace public et ignoré la gratuité, l’identité et la frontière. L’opinion ne s’y trompe pas, qui plébiscite les PME mais juge durement les sociétés du CAC 40, salue les entrepreneurs mais ne pardonne pas aux financiers de faire passer la rentabilité du capital avant leur territoire, leurs voisins et leur Nation. Même les représentants américains évitent désormais de se faire photographier en compagnie de dirigeants de banque ! Autre chose doit venir, autre chose va venir, mais quoi ? Des candidats à la candidature à l’élection présidentielle française, de jeunes et moins jeunes entrepreneurs, des communautés en quête d’autonomie, espèrent avoir trouvé la réponse avec la coopérative. Version 2012 de la nationalisation, version post-moderne de la propriété collective des moyens de production, ou bien version correcte du corporatisme, du localisme  et du régionalisme, la coopérative serait la réponse qu’on n’attendait pas à des questions qui taraudent les élus et, de plus en plus, les Français, et dont la moindre n’est pas la reprise de contrôle par la société d’une système économique et financier qui lui échappe. Tôt ou tard, la coopération serait au cœur de la révolution identitaire qui va conquérir l’Europe, au cœur de cette insurrection de la différence qui marquera la démondialisation engagée. Peut-être, mais attention ! Le danger de récupération est considérable, à un moment où certains de ceux qui ont détruit le socialisme en le convertissant à l’individualisme des Droits universels et du libéralisme intégral, entendent formater la coopération selon leurs intérêts ou leurs ambitions. Et le mouvement coopératif doit redevenir radical, c’est-à-dire retrouver ses racines, qui sont territoriales, communautaires, identitaires, et sa logique d’appartenance, qui fait passer les fins avant les moyens et les nôtres avant les autres. Ceux qui ont promu un sans-frontièrisme délétère, refusé l’application de la préférence nationale et développé un socialisme de l’assistance qui débouche sur l’isolement individuel n’ont rien à faire avec la coopération, sinon pour parasiter, polluer et dégrader un modèle qui a existé sans eux, qui existera après que les Français et les Européens en aient fini avec eux.

Hervé Juvin (Regards sur le renversement du monde, 12 mai 2011)