Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2016

Burkini : derrière la laïcité, la nation...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Mathieu Bock-Côté, cueilli sur le Figaro Vox et consacré à la polémique autour du burkini. Québécois, l'auteur est sociologue et chroniqueur à Radio-Canada et est déjà l'auteur de plusieurs essais. Il vient de publier Le multiculturalisme comme religion politique aux éditions du Cerf.

 

Burkini_France.jpg

Burkini : derrière la laïcité, la nation

Longtemps, devant la poussée de l'islamisme conquérant et la progression des mœurs qu'on lui associe, la France a cru que la laïcité était sa meilleure, et peut-être même sa seule ligne de défense. C'est en son nom que la France a cherché, sans trop y parvenir nécessairement, à contenir la progression du voile musulman, qui s'est d'abord présentée comme une revendication politique à l'école. Il fallait, disait-on, lutter contre les signes religieux ostentatoires et éviter le débordement des religions dans l'espace public mais on refusait plus souvent globalement de nommer l'islam, qui ne poserait pas de problèmes spécifiques. Tout comme la République avait remis le catholicisme à sa place en d'autres temps, elle se tournerait aujourd'hui vers l'islam. C'était le grand récit de la laïcité sûre d'elle-même.

Au fil du temps, toutefois, on a constaté que la laïcité était moins efficace que prévu devant une religion qui n'était pas simplement un double du catholicisme - toutes les religions ne sont pas interchangeables, d'ailleurs. Les mauvais esprits notèrent que la laïcité se montra à l'endroit de l'islam bien plus clémente qu'elle ne l'avait jamais été envers le catholicisme. Surtout, on a constaté que la laïcité laissée à elle-même, détachée de ce qu'on pourrait appeler les mœurs françaises, peut-être retournée contre les objectifs qu'on lui avait assignés. Ces dernières années, on a assisté à une redéfinition minimaliste de la laïcité, qui ne devrait plus chercher à contenir publiquement l'expression des religions. Et si un individu entend exprimer ses préférences spirituelles avec des vêtements particuliers, il devrait en être libre, même si la chose peut choquer une majorité vite accusée d'être frileuse et bornée.

On accusera surtout la laïcité de ne pas être neutre culturellement. La laïcité à la française serait d'abord et avant tout française. On lui reprochera même d'être le masque universaliste d'une culture particulière, qui chercherait, à travers elle, à maintenir et reconduire ses privilèges - c'est d'ailleurs le mauvais procès qu'on fait souvent au monde occidental, en oubliant que l'universalité n'est jamais immédiate et qu'elle a besoin, conséquemment, de médiations. Ceux qui souhaitent une société absolument universaliste, purifiée de son ancrage historique particulier, désirent en fait une société déracinée et désincarnée, délivrée de son expérience historique. Le modèle du patriotisme constitutionnel habermassien n'est pas adapté à l'homme réel. La culture n'est pas extérieure à l'homme, elle est constitutive de son identité.

Paradoxalement, il y a une part de vérité dans ce procès: la laïcité à la française est effectivement inscrite dans une culture particulière, mais elle n'a pas à rougir de cela. Elle en représente certainement un pan important: c'est à travers la laïcité que la France entend réguler politiquement les religions. On ne saurait toutefois faire de la laïcité la seule expression légitime de l'identité française, qui la transcende et la déborde. Mais les nations occidentales, et la France ici connaît le même sort que les autres, ont tellement de difficulté à penser et assumer leur particularisme historique et leur héritage culturel singulier qu'elles ne savent plus vraiment comment lui assurer une traduction politique. Dès lors qu'on ne définit plus la nation comme une réalité historique mais comme une communauté de valeurs, on tombe dans ce piège qui condamne la nation à l'impuissance parce qu'elle ne parvient plus à expliciter son identité.

C'est tout cela que fait ressortir la querelle du burkini, qui ne porte pas que sur un morceau de vêtement, mais qui est un des signes visibles d'une forme d'agressivité identitaire à l'endroit des sociétés occidentales. La question du burkini, autrement dit, révèle l'impensé culturel de nos sociétés. C'est ce que disait à sa manière Henri Guaino en soutenant qu'elle posait moins un problème à la laïcité au sens strict qu'un problème de civilisation. En d'autres mots, on ne saurait se contenter d'une défense désincarnée de la civilisation occidentale, mais on devrait et on devra trouver une manière d'assumer politiquement la notion d'identité collective, chaque nation le faisant à sa manière, naturellement. De quelle manière conjuguer la citoyenneté avec les mœurs et inscrire l'identité dans la vie commune?

La chose n'est pas simple. Un certain libéralisme a complètement remodelé l'imaginaire démocratique en poussant à la privatisation complète des cultures, au point même de dénier leur existence. En parlant sans cesse de leur hybridité ou de la leur diversité, on en vient à croire qu'elles sont insaisissables et dénuées d'ancrages dans le réel. C'est faire fausse route. Si une culture n'est pas une essence, non plus d'une substance à jamais définie, comme si elle était dégagée de l'histoire, elle n'est pas sans épaisseur concrète non plus. Une culture, en fait, se noue dans un rapport à l'histoire et en vient à modeler l'expérience humaine de manière particulière. Elle s'exprime à travers des mœurs, qui lient une société au-delà des simples formes juridiques. Toutefois, car on ne saurait codifier juridiquement les mœurs sans les tuer ou les étouffer, de quelle manière conserver une culture sans pour autant l'enfermer dans un carcan juridique?

La thèse est proscrite dans la sociologie officielle, mais toutes les cultures ne sont pas faites pour cohabiter dans un même espace politique. Ce qui heurte autant le commun des mortels dans le burkini, c'est qu'il représente un symbole agressif et militant du refus de l'intégration au monde occidental par une frange de l'islam qui ne doute pas de son droit de conquête. Il est devenu emblématique d'un communautarisme qui se définit contre la société d'accueil et qui entend même contester de la manière la plus visible qui soit sa manière de vivre et ses représentations sociales les plus profondes. Si le burkini heurte autant, c'est qu'il symbolise, bien plus qu'un refus de la laïcité. Il représente un refus de la France et de la civilisation dans laquelle elle s'inscrit. C'est le symbole militant d'une dissidence politique hostile qu'un relativisme inquiétant empêche de voir.

Le burkini inscrit une frontière visuelle au cœur de l'espace public entre la nation et un islam aussi rigoriste que radical qui réclame un monopole sur la définition identitaire des musulmans, qu'il ne faudrait d'ailleurs pas lui concéder. Combattre le burkini s'inscrit ainsi dans une longue bataille qui s'amorce à peine contre un islamisme conquérant qui veut faire plier les sociétés européennes en imposant ses codes, et cela, en instrumentalisant et en détournant plus souvent qu'autrement les droits de l'homme, car il travaille à déconstruire la civilisation qui a imaginé les droits de l'homme. C'est dans une même perspective que la France a décidé d'interdire le voile intégral dans les rues ou les signes religieux ostentatoires à l'école. Il n'y a rien de ridicule à prendre au sérieux la portée politique de tels vêtements.

En un sens, il faut pousser l'islam à prendre le pli du monde occidental. Une pédagogie compréhensive ne suffira pas: il faut, d'une manière ou d'une autre, rappeler que la civilisation occidentale n'est pas optionnelle en Occident et que la culture française n'est pas optionnelle en France. C'est ainsi qu'à terme pourra émerger un islam de culture française acceptant d'évoluer dans un pays laïc de marque chrétienne. De ce point de vue, l'interdiction du burkini est légitime, même si certains peuvent préférer d'autres solutions. Les pays anglo-saxons qui se gaussent et ridiculisent la France en l'accusant de faire de la politique autour d'un maillot de bain témoignent d'un aveuglement politique effarant. En sermonnant la France, ils célèbrent leur propre vertu de la tolérance, sans se rendre compte qu'ils ont déjà capitulé en banalisant des pratiques ségrégationnistes.

Et encore une fois, la gauche multiculturaliste se laisse prendre dans un piège qui l'amène à embrasser une pratique communautariste objectivement régressive qu'elle dénoncerait vigoureusement si elle se réclamait de la religion catholique. Mais elle est tellement habitée par le fantasme d'un Occident néocolonial et islamophobe qu'elle embrasse systématiquement tout ce qui le conteste. La sacralisation des minorités et de leurs revendications, quelles qu'elles soient, repose d'abord sur une diabolisation des majorités, toujours accusées d'être frileuses, portées au repli identitaire et animées par une pulsion xénophobe qu'il faudrait étouffer. Le burkini devient alors paradoxalement le nouveau symbole du combat pour les droits de l'homme, désormais associé aux revendications d'un islam qu'on s'imagine persécuté en Occident.

On me permettra une dernière considération. Pour peu qu'on reconnaisse qu'une civilisation, fondamentalement, noue ses premiers fils anthropologiques dans la définition du rapport entre l'homme et la femme, on peut croire que c'est la grandeur du monde occidental d'avoir mis de l'avant l'idée d'une visibilité de la femme, appelée à prendre pleinement ses droits dans la cité. Le burkini témoigne d'un tout autre rapport au monde: la femme, dans l'espace public, doit être voilée, masquée, dissimulée. Elle est ainsi niée et condamnée à l'effacement culturel. La question du burkini témoigne moins d'une querelle sur la laïcité que d'un conflit des anthropologies et d'une contradiction des codes les plus intimes qui les définissent. Quelle que soit la solution politique ou culturelle retenue, le monde occidental ne doit pas céder aux illusions humanitaires qui l'amèneraient à banaliser un symbole aussi ouvertement hostile à son endroit.

Mathieu Bock-Côté (Figaro Vox, 18 août 2016)

05/02/2016

Dur d'être féministe...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Sylvain Pérignon, cueilli sur le site du Cercle Aristote et consacré à la pitoyable réaction des milieux féministes face aux très nombreuses agressions sexuelles commises par des "migrants" dans les divers pays d'Europe...

Haas_Féminisme.jpg

« Dur d'être féministe... »

Tout allait bien sur le front des luttes féministes. Lors de la COP 21, Ségolène Royal affirmait sans rire que l’égalité hommes-femmes était une des conditions indispensables à la réussite de la lutte contre le réchauffement climatique. Le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes publiait un « Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe », bible de la nouvelle police du langage. L’Assemblée Nationale avait fini par voter une TVA réduite sur les protections périodiques, après une campagne militante contre la « taxe tampon ». Par contre, les mousses à raser pour les hommes restaient soumises au taux maximal de TVA, soit 20 %. La direction du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, après avoir sélectionné trente nominés tous mâles pour son Grand Prix, avait fait machine arrière et regretté cette bourde sexiste, car « la culture doit être exemplaire en matière de parité et de respect de la diversité », ainsi que le rappelait Fleur Pellerin, ouvrant d’intéressantes perspectives à la logique des quotas. Bref, le système hétéro-patriarcal faisait eau de toutes parts.

Mais cette marche tranquille vers la cité radieuse où seront bannies toutes les discriminations sexistes s’est heurtée à quelque chose de sidérant : À Cologne et dans d’autre villes d’Allemagne ou d’Europe, la nuit de la Saint-Sylvestre s’est transformée en cauchemar  pour des centaines de femmes  subissant exactions  et agressions sexuelles de masse, de la part de  jeunes migrants. En une nuit, toutes les niaiseries sur les beautés du multiculturalisme forcément heureux et du vivre-ensemble-qui-nous-enrichit-de-nos-différences ont été balayées par un vrai choc de civilisation.

On sait que la fraction la plus radicale du féminisme n’a qu’un ennemi, l’homme blanc, naturellement sexiste, colonialiste, esclavagiste et raciste , contre lequel doivent se liguer en un même combat ses victimes, les  femmes et les migrants anciens colonisés.

Difficile d’appliquer cette grille de lecture aux événements du 31 décembre 2015 ! On a  d’abord eu droit au silence, puis au déni, puis à l’édulcoration, et enfin au n’importe quoi.  Quelques tweets méritent de passer à la postérité : « La manipulation nationaliste des crimes de Cologne est dangereuse pour les femmes » (Anne-Cécile Mailfert , présidente d’Osez le féminisme ) ; « Ceux qui me disent que les agressions sexuelles en Allemagne sont dues à l’arrivée des migrants : allez déverser votre merde raciste ailleurs » (Caroline de Haas ) ; « Entre avril et septembre 1945,environ 2 millions d’Allemande ont été violées par des soldats : le faute à l’Islam ? » (Clémentine Autain ).

On a compris comment est noyé le poisson. Surtout ne pas laisser entendre qu’il pourrait y avoir un quelconque lien entre les scènes de chasse à la femme en Rhénanie et une culture arabo-musulmane qui a quand même un léger problème avec le statut de la femme, surtout lorsqu’elle n’est pas voilée. Affirmer bien fort qu’il n’y a rien de culturellement spécifique dans les comportements des agresseurs de la Saint-Sylvestre, mais une simple manifestation de la culture du viol présente dans toutes les sociétés, y compris les nôtres, une scène ordinaire de la prédation patriarcale.

Un petit dérapage néanmoins de la part de Clémentine Autain, qui rappelle que viols et pillages ont toujours été les menus plaisirs des guerriers vainqueurs. Oserait-elle insinuer, de façon subliminale, que les migrants sont une armée conquérante ? On comprend que son tweet  ait été promptement retiré de la circulation.

L’essentiel est de retomber sur ses pieds et d’accuser l’extrême droite islamophobe qui nous rejouerait « touche pas à la femme blanche ». «C’est comme si ces fachos défendaient un « cheptel » qui leur reviendrait face à la « concurrence » nouvelle que représentent les demandeurs d’asile», s’indigne Martha, une sexagénaire venue participer à la contre-manifestation. «Ces hommes ne s’intéressent pas à la situation des femmes ! Moi, je dis non aux violences sexuelles, qu’elles soient le fait d’Allemands, d’étrangers ou de réfugiés !» renchérit-elle ». C’est dans Libération du 10 janvier 2016.

Les femmes d’Europe pourront quand même compter sur la solidarité active de leurs compagnons : Le 16 janvier, à Amsterdam, des hommes ont manifesté en minijupes pour protester contre l’agression des femmes. Doit-en en rire ou en pleurer ? On laissera le mot de la fin à Denis Pessin, qui légende « Pour le prochain carnaval de Cologne, choisissez bien votre déguisement » un dessin représentant une joyeuse farandole d’hommes et de femmes, les premiers en costume de fantaisie, les secondes voilées et longuement de noir vêtues… (Slate.fr, 7 janvier 2016).

Après tout, c’est pratiquement ce que conseille aux femmes Henriette Reker, maire de Cologne.

Soumission, disait Houellebecq…

Sylvain Pérignon, (Cercle Aristote, 19 janvier 2016)

02/12/2015

La domination masculine n'existe pas !...

Les éditions Anne Carrère viennent de publier un essai de Peggy Sastre intitulé La domination masculine n'existe pas. Docteur en philosophie des sciences, spécialiste de Nietzsche et de Darwin, elle a écrit plusieurs essais sur les questions sexuelles dans une optique biologique et évolutionniste.

 

Domination masculine_Sastre.jpg

 

" L’homme (avec un petit h et un pénis de taille variable) est une pourriture : c’est lui qui vole, viole, tape, tue, refuse de laver ses slips et préférerait crever plutôt que de vivre dans un monde où des bonniches ont le droit de devenir PDG. Voici la « version officielle » de notre histoire. L’histoire humaine est, dit-on, l’histoire d’une domination masculine, faite par et pour des hommes prêts à tout pour tenir les faibles femmes à leur botte.

Sauf que cette histoire est fausse. Du moins en partie.

Si les hommes ont le pouvoir, c’est parce que les femmes l’ont bien voulu, tout au long des 99,98 % de l’histoire de notre espèce. Et ces millions d’années qui nous ont vus devenir lentement ce que nous sommes, elles les ont passés à frétiller du derche au moindre indice de force, de puissance et de brutalité. Pourquoi ? Parce lorsque votre organisme renferme des ovaires et un utérus, que votre reproduction vous fait courir un danger vital aussi extrême qu’indispensable, et que vous vivez dans un environnement hostile, de tels attributs sont encore les meilleurs pour vous protéger, vous et le fruit de vos entrailles, et vous aider à transmettre vos gènes aux générations suivantes.

En d’autres termes, il n’y a pas de domination masculine. Un tel système oppresseur, vertical et unilatéral n’existe pas. Ce qui existe, c’est une histoire évolutive qui aura poussé les deux sexes à des stratégies reproductives distinctes.

En décortiquant les principaux territoires de la « domination masculine » – les inégalités scolaires et professionnelles, le harcèlement, les violences familiales et conjugales, le viol et les violences sexuelles, la culture de l’honneur, l’agressivité, la guerre et le terrorisme –, cet ouvrage non seulement les éclaire d’une lumière radicalement nouvelle dans notre paysage intellectuel, mais il permet surtout de mieux les comprendre et de les expliquer, quitte à risquer de saisir, au passage, que les femmes ne s’en sortent vraiment pas si mal… "

03/04/2015

Être française ?...

Après nous avoir amenés à réfléchir sur ce que signifiait "être français", la fondation Polémia nous livre une belle réflexion sur l'identité des femmes françaises ou européennes...

 

10/11/2012

Touche pas à mon sexe !...

Les éditions Jean-Claude Gawsewitch viennent de publier, dans leur collection "Coup de gueule", un essai de Gérard Zwang intitulé Touche pas à mon sexe ! - Cette féminité qu'on assassine. Chirurgien-urologue, Gérard Zwang, bien connu des lecteurs des revues Eléments et Nouvelle Ecole, est l'auteur de nombreux ouvrages de sexologie, mais aussi de musique, et possède d'indéniables talents de polémiste...  

 

Touche pas à mon sexe.jpg

Près de 45 ans après son fameux Le Sexe de la femme qui avait provoqué une énorme sensation et une quasi unanimité d'éloges venus des deux sexes (jusque chez les féministes les moins complaisantes), Gérard Zwang reprend sa plume pour dénoncer les outrages, petits ou grands, à l’encontre du sexe de la femme. Dans un style flamboyant, avec une grande culture et une passion communicative, le chirurgien qui ne cache pas son amour de l’anatomie féminine part en croisade contre les exciseurs, mutilateurs et autres massacreurs qui s’en prennent aux « merveilles de la nature féminine ». Assurément polémique et souvent drôle, Touche pas à mon sexe ! passe ainsi en revue, du réversible quotidien au tragique irrémédiable, tout ce que l’on a commis, tout ce que l’on commet encore à l’encontre du sexe des femmes. De l’épilation à l’excision, en passant par les diverses « rectifications esthétiques », Gérard Zwang dresse un réquisitoire jubilatoire contre les agressions morales, culturelles ou plastiques faites aux sexe des femmes, le plus souvent pour satisfaire des principes misogynes. Pour en finir avec la répression de la sexualité féminine ! Contre la standardisation de l’intime !

14/06/2012

Reflets dans un oeil d'homme...

Les éditions Actes Sud viennent de publier Reflets dans un oeil d'homme, un essai personnel de l'écrivain franco-canadien Nancy Huston. Cet ouvrage, qui s'attaque vigoureusement à la théorie du genre a déjà déclenché une violente polémique dans la presse de gauche (un ouvrage "qui ne peut que susciter la consternation", d'après Eric Aeschimann sur le site du Nouvel Observateur)...

 

Nancy Huston.jpg

"Un dogme ressassé à l'envi clans la France contemporaine : toutes les différences entre les sexes sont socialement construites. Pourtant les humains sont programmés pour se reproduire comme tous les autres mammifères, drague et coquetterie étaient originellement liées à la perpétuation de l'espèce. Partant de ce constat simple mais devenu anathème, Nancy Huston explore les tensions contradictoires introduites 
dans la sexualité en Occident par deux phénomènes modernes : la photographie et le féminisme. Dans ce livre sensible et vibrant d'actualité, puissant et brillamment dérangeant, sur un ton personnel, drôle et pourtant informé, évoquant sans détours sa propre expérience comme celle des hommes qui l'entourent, Nancy Huston parvient à nous démontrer l'étrangeté de notre propre société, qui nie tranquillement la différence des sexes tout en l'exacerbant à travers les industries de la beauté et de la pornographie."