Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2017

Cette année-là... (3)

 Dans Cette année-là, l'équipe de la revue Éléments, autour de Patrick Péhèle,  nous fait découvrir sur le plateau de TV Libertés des livres, des chansons, des films, des évènements qui ont marqué la société française en bien ou en mal et qui marquent encore notre présent. Un rendez-vous classé par année, sous le signe d’un retour sur notre passé, avec de la bonne humeur mais aussi un peu d'acidité ! Et on retrouve sur le plateau Nicolas Gauthier, François Bousquet , Thomas Hennetier et Christophe A. Maxime...

 

                                  

04/09/2017

La chasse aux statues ou le nouveau délire pénitentiel de l'Occident...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Matthieu Bock-Côté, cueilli sur Figaro Vox et consacré à la guerre contre le passé, au travers du déboulonnage de statues de personnages historiques, que vient de lancer le camp du Bien aux États-Unis et qui ne devrait pas tarder à gagner nos rivages européens... Québécois, Mathieu Bock-Côté est sociologue et chroniqueur à Radio-Canada et est déjà l'auteur de plusieurs essais comme Le multiculturalisme comme religion politique (Cerf, 2016) ou Le nouveau régime (Boréal, 2017).

 

Lee_déboulonnage.jpg

Matthieu Bock-Côté : «La chasse aux statues ou le nouveau délire pénitentiel de l'Occident»

Dans la suite des événements de Charlottesville, Bill de Blasio, le maire de New York, a envisagé publiquement de déboulonner la statue de Christophe Colomb, parce qu'elle serait offensante pour les Amérindiens. Elle serait susceptible de susciter la haine, comme la plupart des symboles associés à l'expansion européenne et à la colonisation des Amériques, apparemment. À peu près au même moment, au Canada, un syndicat d'enseignants ontarien proposait de rebaptiser les écoles portant le nom de John A. MacDonald, un des pères fondateurs du pays en plus d'avoir été son premier premier ministre. En Grande-Bretagne, on en a aussi trouvé pour proposer d'abattre la statue de Nelson, à qui on reproche d'avoir défendu l'esclavage. On trouvera aisément bien d'autres exemples de cette chasse aux statues dans l'actualité des dernières semaines.

Certains n'y verront qu'une énième manifestation du péché d'anachronisme, qui pousse à abolir l'histoire dans un présentisme un peu stupide, comme si les époques antérieures devaient être condamnées et leurs traces effacées de l'espace public. Mais il y a manifestement autre chose qu'une autre manifestation d'inculture dans cette furie épuratrice qui excite les foules, comme si elles étaient appelées à une mission vengeresse. Comment expliquer cette soudaine rage qui pousse une certaine gauche, au nom de la décolonisation intérieure des États occidentaux, à vouloir éradiquer la mémoire, comme si du passé, il fallait enfin faire table rase? Nous sommes devant une poussée de fièvre épuratrice particulièrement violente, qui témoigne de la puissance du réflexe pénitentiel inscrit dans la culture politique occidentale contemporaine.

On peut comprendre que dans un élan révolutionnaire, quand d'un régime, on passe à un autre, une foule enragée s'en prenne au statuaire du pouvoir qu'il confronte. L'histoire est violente et il arrive qu'on fracasse des idoles pour marquer la déchéance d'un demi-dieu auquel on ne croit plus. C'est ainsi qu'au moment de la chute du communisme, l'euphorie des foules les poussa à jeter par terre les statues et autres monuments qui représentaient une tyrannie dont elles se délivraient. Il fallait faire tomber les monuments à la gloire de Lénine pour vraiment marquer la chute du communisme. Il n'y avait rien là de vraiment surprenant. L'histoire n'est pas simplement un processus cumulatif: quelquefois, il faut détruire pour créer. Il en a toujours été ainsi. La vie est brutale. On ne se libère pas toujours avec la délicatesse d'un marchand de porcelaine.

Mais sommes-nous vraiment dans une situation semblable? Le cas du sud des États-Unis, à l'origine de la présente tornade idéologique, est certainement singulier. La mémoire qui y est associée ne s'est pas toujours définie exclusivement à partir de la question raciale, mais elle a aujourd'hui tendance à s'y réduire. Surtout, ceux qui revendiquent explicitement son héritage sont souvent associés au suprémacisme blanc. Mais la manie pénitentielle, on le voit, frappe partout en Occident. Elle pousse à démanteler des statues, à réécrire les manuels scolaires, à prescrire certaines commémorations pénitentielles, à multiplier les excuses envers telle ou telle communauté, à pendre symboliquement certains héros des temps jadis désormais présentés à la manière d'abominables salauds et à censurer les représentations du passé qui n'entrent pas dans la représentation caricaturale qu'on s'en fait aujourd'hui.

Cette vision de l'histoire, terriblement simplificatrice, prend la forme d'un grand procès qui vise d'abord les héros longtemps admirés. Des grands personnages, on ne retient que les idées qui heurtent les valeurs actuelles. L'Occident en vient à se voir avec les yeux de ceux qui le maudissent. Tôt ou tard, on s'en prendra aux statues du général de Gaulle, de Churchill, de Roosevelt et de bien d'autres: d'une certaine manière, Napoléon a déjà été victime d'une telle entreprise lorsqu'on a refusé en 2005 de commémorer la victoire d'Austerlitz. Il ne s'agira plus seulement de réduire en miettes la statue de tel ou tel général qui a servi la cause de l'esclavagisme: tous finiront par y passer d'une manière ou d'une autre, comme si nous assistions à une nazification rétrospective du passé occidental, désormais personnifié par un homme blanc hétérosexuel auquel il faudrait arracher tous ses privilèges. À son endroit, il est permis, et même encouragé, d'être haineux.

On le sait, l'Europe ne sait plus quoi faire de son passé colonial, que plusieurs sont tentés d'assimiler à un crime contre l'humanité. En s'accusant, ils croient n'accuser que leurs pères, alors qu'ils excitent la tentation victimaire de certaines populations immigrées qui n'hésitent pas ensuite à expliquer leur difficile intégration dans la civilisation européenne par le système postcolonial qui y prédominerait. L'histoire de l'Europe serait carcérale et mènerait directement au système concentrationnaire. Dans le cadre américain, c'est l'arrivée même des Européens qu'il faudrait désormais réduire à une invasion brutale, que certains n'hésitent pas à qualifier d'entreprise génocidaire. On invite les jeunes Américains, les jeunes Canadiens et les jeunes Québécois à se croire héritiers d'une histoire odieuse qu'ils doivent répudier de manière ostentatoire. On les éduque à la haine de leur propre civilisation.

Nous sommes devant une manifestation de fanatisme idéologique s'alimentant à l'imaginaire du multiculturalisme le plus radical, qui prétend démystifier la société occidentale et révéler les nombreuses oppressions sur lesquelles elle se serait construite. Chaque représentation publique du passé est soumise aux nouveaux censeurs qui font de leur sensibilité exacerbée le critère à partir duquel ils accordent ou non à une idée le droit de s'exprimer. Comment ne pas y voir une forme de contrôle idéologique marquée par une intolérance idéologique décomplexée? On y verra une illustration de la racialisation des rapports sociaux dans une société qui se tribalise au rythme où elle se dénationalise. Chacun s'enferme dans une histoire faite de griefs, puis demande un monopole sur le récit collectif, sans quoi on multipliera à son endroit les accusations de racisme. Il faudra alors proposer une représentation du passé conforme au nouveau régime diversitaire.

Ce qui est frappant, dans ce contexte, c'est la faiblesse des élites politiques et intellectuelles, qui ne se croient plus en droit de défendre le monde dont elles avaient pourtant la responsabilité. On le constate particulièrement dans le monde académique. Très souvent, les administrations universitaires cèdent aux moindres caprices d'associations étudiantes fanatisées, pour peu que celles-ci fassent preuve d'agressivité militante. On l'a vu en juillet avec le King's College de Londres décidant de retirer les bustes de ses fondateurs «blancs» parce qu'ils intimideraient les «minorités ethniques». Encore une fois, l'antiracisme racialise les rapports sociaux. C'est un nouveau dispositif idéologique qui se met en place et qui contribue à redéfinir les contours de la respectabilité politique. Ceux qui s'opposent au déboulonnage des statues controversées sont accusés d'être complices des crimes auxquels elles sont désormais associées.

Nos sociétés n'ont pas à se reconnaître dans le portrait absolument avilissant qu'on fait d'elles. Surtout, elles doivent raison garder. Il faudrait voir dans ces statues tout autant de couches de sens à la fois superposées et entremêlées: elles témoignent de la complexité irréductible de l'histoire, qui ne se laisse jamais définir par une seule légende, et ressaisir par une seule tradition. C'est pour cela qu'on trouve souvent des statues et autres monuments commémoratifs contradictoires au sein d'une ville ou d'un pays. Ils nous rappellent que dans les grandes querelles qui nous semblent aujourd'hui dénuées d'ambiguïté, des hommes de valeur ont pu s'engager dans des camps contraires. Ils illustrent des valeurs et des engagements qui ne se laissent pas réduire aux idéologies auxquelles ils se sont associés. L'histoire des peuples ne saurait s'écrire en faisant un usage rageur de la gomme à effacer et du marteau-piqueur.

Matthieu Bock-Côté (Figaro Vox, 29 août 2017)

 

22/10/2015

Les migrants sont un cliché...

Nous reproduisons ci-dessous une chronique saignante de Richard Millet, cueillie sur son site et consacrée à la question des migrants.

Richard Millet vient de publier Tuer aux éditions Leo Scheer.

 

 

Accueil migrants.jpg

Les migrants sont un cliché

            À l’imbécile qui avait jugé bon de m’aborder, hier, dans le RER, afin de m’expliquer que je fais le jeu du « fascisme rampant » en déclarant que puisque je ne lis pas la presse ni ne regarde la télévision, je devrais dès lors m’abstenir de parler de façon « haineuse » de mon époque, et particulièrement des migrants, je n’ai rien répondu, réfrénant mon envie de gifler cette figure tout à fait représentative d’une belle âme de gauche, à tendance masochico-narcissique ou socialo-vertueuse, ce qui est presque la même chose. Ce crétin, qui portait Libération sous le bras comme un appendice sexué, a fait glousser un couple de jeunes homosexuels très branchés dont la conversation me distrayait un peu du morne voyage souterrain, et qui ne comprenaient pas l’ire du « vigilant », lequel appartenait à la génération qui a environ 35 ans : une génération perdue, car persuadée par la Propaganda Staffel que la culture se doit tout entière à l’expiation des fautes de nos pères, à l’antiracisme, au multiculturalisme, à la haine de soi relookée en cool attitude.

           J’aurais pu, si l’aversion qu’il m’inspirait eût été moindre et sa haine plus discrète, répondre à cet epsilon moins (pour reprendre l’utile classification d’Aldous Huxley) que les migrants sont devenus, sous ce label anglophone, le grand lieu commun de l’année, voire de notre époque, comme autrefois les boat people. Le prurit éthico-politique (on me pardonnera ces mots-valises, mais ce sont des cocktails Molotov utiles, en ce temps d’inversion générale) a trouvé là de quoi se gratter ad libitum. J’aurais aussi pu avancer que, nonobstant la répugnance que m’inspirent la tête des journalistes de télévision, je venais de regarder, par hasard, un reportage sur l’accueil de migrants irakiens dans je ne sais quelle petite ville de Seine-et-Marne, où un appartement flambant neuf était mis à leur disposition, le frigo rempli, le four à micro-ondes en état de fonctionnement. Ces braves musulmans avaient l’air bien nourris, vêtus à la dernière mode, tenant le minimaliste discours de remerciement à ceux qui les accueillaient sous l’œil vigilant de la Propagande et des humanistes athées, la femme m’intrigant néanmoins par le piercing qu’elle arborait à l’arcade sourcilière – ce qui m’a fait me demander s’il ne s’agissait pas d’intermittents du spectacle loués pour l’occasion. Car une musulmane enfoulardée avec un piercing, ça n’est pas très hallal, surtout en Irak. Même son de cloche, dans un récent numéro de la Pravda, avec des réfugiés syriens, cette fois, accueillis en grande pompe à Saint-Etienne, ville où un ami libanais me disait récemment avoir compris le drame de la France à travers le nombre de Maghrébins agressifs qu’il y avait croisés, et qui, cette ville, ne demandait pas mieux que d’accueillir encore plus de musulmans. Car le problème que posent ces migrants, c’est qu’ils sont, pour la plupart, des musulmans qui viendront s’ajouter au nombre déjà excessif de mahométans dans une Europe où ces derniers sont déjà trop nombreux pour s’assimiler, créant ainsi l’autre front de la guerre de cent ans qui s’est ouverte, il y a quarante ans, au Liban, et qui fait plus que jamais rage au Proche-Orient et en Afrique. 

            Le Spectacle, c’est une supercherie qui trouve dans la sensiblerie un argument politique ; c’est aussi une ruse du capitalisme mondialisé qui, au nom de l’universel « humain », refuse de voir la destruction de l’universalisme catholique en ses particularismes nationaux. Le migrant est irréfutable, comme l’éléphant de Vialatte. C’est qu’il est un lieu commun, un cliché spectaculaire : une épiphanie du déni. Il est le stade suprême et trendy de la mauvaise conscience post-européenne. Le migrant-migrant (car, une fois immigré, il n’intéresse plus personne, demeurât-il dans la misère de l’exil) n’est en réalité qu’un envahisseur d’écran, autant dire un emmigreur, me disait un ami qui fait profession d’être l’ennemi du genre humain et qui ne comprend pas pourquoi on n’ouvre pas, par exemple, le dernier vendredi du mois, le tunnel sous la Manche afin de laisser ce grand collecteur aspirer les migrants-migrants en direction du paradis britannique, où ils sont attendus avec impatience.

            J’ai souvent dit qu’il faut vivre, en France, sur le mode de l’apartheid volontaire pour ne ressembler ni à un epsilon moins ni à un migrant-migré ; je crains néanmoins que cette position soit devenue intenable et que la seule solution soit de migrer à mon tour, oui, de devenir un migrateur et me réfugier hors du grand cliché : en France, c’est-à-dire dans le territoire qui commence après les banlieues des grandes villes.

Richard Millet (Site officiel de Richard Millet, 13 octobre 2015)

27/09/2015

Feu sur la désinformation... (59)

Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et dirigée par Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, avec le concours d'Hervé.

Au sommaire :

  • 1 : Syrie, la 1ère victime de la guerre est la vérité.
  • 2 : Le zapping d’I-Média.

  • 3 : Delphine Ernotte, racisme d’état à France Télévision.
  • 4 : Tweets d’I-Média.
  • 5 : Migrants, la grande trouille des médias officiels.
  • 6 : Le bobard de la semaine.

 

21/09/2015

Vers une africanisation de l’Europe...

Nous reproduisons ci-dessous une tribune percutante de Julien Rochedy, parue dans Valeurs actuelles et consacrée à la menace qui pèse sur l'Europe d'une africanisation à moyen terme, provoquée par l'immigration massive et incontrôlée venue du sud de la Méditerranée...

France africaine.jpg

Vers une africanisation de l’Europe

Pour qualifier le changement de population qui s’opère en France et en Europe, la locution “grand remplacement” a fait florès parmi tous ceux que l’optimisme béat de la néomodernité ou l’ethnomasochisme flagrant de l’antiracisme n’ont pas embrumés de leurs poisons. Pourtant, ce n’est qu’un emballage lyrique, un doux surnom pour qualifier une réalité beaucoup plus brute et crue. Après tout, cela se comprend : il s’agit d’un mot d’écrivain. Mais regardons les choses en face : ce que l’on appelle le “grand remplacement”, c’est tout bonnement l’africanisation de l’Europe.

Lorsque j’étais jeune et que j’apprenais l’Histoire chez les grands maîtres, je n’étais pas choqué de lire, par exemple, entre les lignes de Michelet, que la victoire d’Octave sur Marc Antoine était la victoire de l’Occident sur l’Orient ; ou encore, chez Grousset, que Byzance fermait l’Europe au déferlement asiatique, etc. Les grands historiens n’hésitaient pas à parler en termes de civilisation, de dynamisme des continents, de victoires ou de défaites de l’un sur l’autre — bref, ils embrassaient l’Histoire entière pour juger selon des critères qui, s’ils ont disparu de nos consciences néomodernes, n’en demeurent pas moins les seuls qui s’appliquent vraiment à la compréhension des expériences historiques.

Or, que constate-t-on aujourd’hui ? Que le continent africain, qui longtemps a stagné démographiquement, est en plein boum. Grâce aux techniques et à la médecine européennes, les Africains sont passés de 100 millions en 1900 à plus de 1 milliard en 2015. Selon les projections démographiques, ils seront environ 2,5 milliards en 2050 puis 4,4 milliards en 2100. Face à ce continent, l’Europe, elle, décline considérablement. Entre le vieillissement de ses populations, le non-renouvellement des générations et la disparition de ses anticorps mentaux (patriotisme, conscience identitaire, volonté de se défendre), elle s’apprête à être submergée petit à petit. Les milliers de clandestins qui se pressent sur nos côtes en ce moment, couplés à l’immigration légale déjà extrêmement forte (et sans parler de tous les Africains qui déjà sont entrés en Europe depuis quarante ans) font que l’Europe est, qu’on le veuille ou non, en voie d’africanisation.

Alors, bien sûr, les néomodernes, qui ne font pas de différences entre les hommes, ne le voient pas de cette façon. Pour eux, un Africain arrivé sur le sol européen devient un Européen dans la minute. Or, les leçons des grands historiens nous montrent plutôt que chaque continent détermine une ou des civilisations particulières et que l’avancée démographique de l’une d’entre elles signifie l’avancée de celle-ci dans le monde. Actons donc que nous assistons à l’avancée des civilisations africaines dans le monde, avec l’Europe en première ligne.

L’islamisme, qui effraie aujourd’hui nos populations et nos gouvernements, n’en est qu’une conséquence. Ce vecteur idéologique n’est qu’un aiguillon qui opère sur des mouvements bien plus profonds, qui auront seuls une véritable incidence. Ce n’est pas le drapeau qui compte : c’est le bataillon qui le porte. En somme, à nous arrêter exclusivement sur les dangers que nous font courir les extrémistes islamistes, nous nous concentrons sur l’écume quand il faudrait voir la vague.

La vérité est celle-ci : si l’Europe ne se ferme pas dès maintenant à la progression africaine — ce qui nécessitera, certes, beaucoup de dureté — alors, dans cinquante, cent ou deux cents ans, nos petits-enfants se réveilleront dans des campagnes et des faubourgs qui seront africains. Peut-être d’ailleurs seront-ils eux-mêmes africains. Certains de nos enfants s’y réveillent déjà aujourd’hui, mais demain, ce sera le cas de tous.

Je me garderai bien de juger, mais il faut avoir conscience de cette réalité et ne surtout pas se voiler la face. Au moins, afin de rendre le dernier écot possible à notre civilisation européenne, c’est-à-dire à celle qui, avant toutes les autres avec Hérodote, a découvert que l’Histoire existe.

Julien Rochedy (Valeurs actuelles, 14 septembre 2015)

13/09/2015

Les snipers de la semaine... (110)

panzerfaust.jpg

 

Au sommaire cette semaine :

- sur Boulevard Voltaire, face àla politique migratoire délirante de l'Allemagne Thierry Todinor flingue les élites de ce pays et leur névrose masochiste...

L’Allemagne, épicentre de la névrose européenne

Merkel_migrants.jpg

 

- sur son blog, Julien Rochedy, à la suite du viol commis par un migrant sur une jeune Allemande à Chemnitz, allume lui aussi l'Allemagne et son ethnomasochisme...

A la petite fille allemande violée par un migrant

Jeune fille.jpg