Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/07/2010

Les Nazis de l'espace !...

Iron sky, c'est le titre d'un film germano-finlandais qui, s'il ne s'annonce pas comme un chef d'oeuvre du cinéma mondial, devrait, néanmoins, rapidement faire parler de lui !... Réalisé par un certain Timo Vuorensola, qui s'était signalé jusqu'à présent uniquement par la réalisation d'un pastiche des films de la série Star Trek, il s'agit d'un film de science-fiction uchronique sur le thème du nazisme : les nazis qu'on croyait écrasés en 1945 ont conservé une base secrète en Antarctique, à partir de laquelle ils ont discrètement conquis la Lune à l'aide de soucoupes volantes, et en 2018, ils reviennent... On retrouve là des éléments classiques du "nazisme ésotérique" qu'a bien décrit l'historien anglais Nicholas Goodrick-Clarke dans Soleil Noir, publié aux éditions Camion noir, et qui constituent la matière des romans du nostalgique allemand Wilhelm Landig. Evidemment, on ne s'attendait pas à retrouver tout ces ingrédients dans un film dont l'esthétique kitsch risque de faire un peu tousser... et dont l'humour au deuxième degré ne sera peut-être pas compris par tous ! Pour se faire un idée, et rire un peu en imaginant l'article que Télérama publiera, on pourra utilement visionner les bandes-annonces ci-dessous et visiter le site du film...

 

Iron sky.jpg
"Alors que la Seconde guerre mondiale touche à sa fin, l'officier SS Hans Kammler fait une découverte scientifique majeure sur l'anti-gravité. A partir d'une base secrète en Antarctique, les premiers vaisseaux Nazis sont lancés sur la Lune à la fin 1945, dans l'espoir de trouver la base militaire baptisée "Schwarze Sonne", "soleil noir", située sur la face cachée de la Lune. Celle-ci fut construite pour servir de point de lancement à une puissante flotte aérienne d'invasion, lancée sur la Terre. 2018 : l'invasion Nazie peut enfin commencer, alors que le Monde court une nouvelle fois à la catastrophe... "


26/04/2010

Des souris dans un labyrinthe

Architecte et urbaniste, Elisabeth Pélegrin-Genel vient de publier Des souris dans un labyrinthe aux éditions La Découverte, une étude et un décryptage de l'organisation des espaces dans notre société libérale marchande, dans laquelle tout est fait pour surveiller et orienter les individus et les transformer en consommateurs dociles.

 

Des souris dans un labyrinthe.jpg
"Quand on va au MacDo, a-t-on conscience de faire la queue pour obliger le personnel à travailler plus vite ? Que les cuisines ouvertes permettent aux clients d'assurer la surveillance ? Au bureau de poste, les guichets ont disparu pour faire place à une boutique : la Poste est déjà privatisée... En se promenant dans des lieux apparemment banals, on peut décrypter les mises en scène, observer les usages que l'organisation des espaces encourage ou interdit, décoder les incitations à nous comporter de telle ou telle façon. Ce n'est pas un hasard si le client se transforme en manager, l'usager en client, le flâneur en consommateur. L'auteure s'intéresse aux « lieux communs » (restaurants, poste), aux espaces de la mobilité (routes, ronds-points), aux « bulles » dupliquées à l'infini, accessibles presque exclusivement en voiture (zones commerciales, lotissements). Elle étudie autant le brouillage des repères entre ville et campagne que la fabrication de ces univers enchantés clos sur eux-mêmes (du grand magasin aux boutiques, des parcs de loisirs aux villages de vacances en passant par Paris-plage) dont l'objectif est d'étourdir le consommateur. Elle se penche sur la disparition des murs et la passion de la transparence dont découlent de nouveaux modes de contrôle. C'est un véritable manuel du savoir regarder qu'elle nous propose."