Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/03/2016

Quand la Goldman Sachs interfère, la démocratie s’oblitère...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Laure Ferrari, directrice exécutive de l’Institut pour la Démocratie Directe en Europe, cueilli sur le site de cette organisation et consacré à l’ingérence des banques d’investissement dans les affaires politiques européennes.

goldman-sachs_UE.jpg

Quand la Goldman Sachs interfère, la démocratie s’oblitère

Il n’est pas toujours aisé de diriger une fondation, notamment lorsque sa mission est de défendre et promouvoir la démocratie directe. Les contributeurs réguliers de notre site internet sont des experts en leur domaine et écrivent en connaissance de cause mais il m’arrive de leur rappeler que nous ne sommes pas un réservoir à solutions. Notre raison d’être est de provoquer la réflexion chez les lecteurs afin que ceux-ci trouvent eux-mêmes les réponses à leurs questions.

J’aimerais vous parler ce mois-ci d’un phénomène croissant et inquiétant, l’ingérence des banques d’investissement dans les affaires politiques européennes, nationales et internationales, et tout particulièrement de Goldman Sachs, pour ne pas la nommer.

Aux États-Unis, comme on le sait, la campagne présidentielle se résume à une histoire de gros sous. Pour paraphraser la Bible, il est certainement plus facile pour un pauvre de passer par le trou d’une aiguille que d’entrer à la Maison Blanche. Sur le vieux continent, les peuples n’ont souvent le choix réel qu’entre deux partis politiques qui n’ont aucune différence aux yeux d’un électorat qui doit donc choisir entre deux candidats aisés et bien introduits socialement, deux candidats issus du sérail.

Au-delà de toute caricature, l’importance de l’argent dans toute campagne électorale ne saurait être remise en question, il s’agit d’une réalité. Et lorsque Goldman Sachs, première banque d’investissement au monde, se mêle de politique, ça sent le soufre.

Je pense notamment à la récente donation en millions d’euros de la banque américaine au camp du “oui” au maintien du Royaume-Uni dans l’Union Européenne.

Pour tout dire, j’ai failli m’étouffer avec ma tartine en lisant la nouvelle le mois dernier, mais en regardant de près cela n’a rien d’étonnant, car au risque de décevoir les partisans de la théorie du complot, Goldman Sachs avance ses pions au vu et au su du grand public, avec la complicité des politiques que nous avons élus, et ce depuis quelques années maintenant.

J’aimerais donc revenir sur leur cas afin de vous exposer la liste non-exhaustive des actes d’ingérence directs ou indirects de Goldman Sachs dans les affaires politiques. Pour ce faire, et afin d’éviter le ton du réquisitoire, je voudrais simplement vous adresser une série de questions rhétoriques :

  • Savez-vous qui a participé au maquillage des comptes de la Grèce pour que celle-ci entre dans la zone euro avec les conséquences que nous connaissons aujourd’hui ?
  • Savez-vous pour qui travaillait Lucas Papadimos, bureaucrate imposé à la tête du gouvernement grec par la troïka en 2011, évinçant un dirigeant démocratiquement élu?
  • Savez-vous pour qui travaillait Mario Monti mis en place par Bruxelles à la présidence du conseil italien, dans des conditions similaires ?
  • Savez-vous où travaillait Mark Carney avant de devenir le grand patron de la Banque d’Angleterre ?
  • Savez-vous où travaillait Peter Sutherland, commissaire européen ayant fait pression pour que le Royaume-Uni rejoigne la zone euro ?
  • Enfin, savez-vous pour qui travaillait Mario Draghi, actuel directeur de la BCE ?

La France n’est malheureusement pas exemptée de l’influence néfaste de la Firme, telle qu’on l’appelle dans le milieu.

J’en veux pour preuve Alain Juppé, potentiel candidat à la présidence de la République, accessoirement condamné en appel à 14 mois de prison avec sursis et un an d’inéligibilité pour « prise illégale d’intérêt ». L’ancien premier ministre s’est récemment illustré dans une émission de radio en défendant Goldman Sachs face aux questions du journaliste qui l’interrogeait, arguant d’un sourire narquois « qu’il est à la mode d’accabler les banques ».

Quant au premier ministre en fonction, Manuel Valls, il a littéralement appliqué une directive de Goldman Sachs (via L’OCDE) qui conseillait la suppression ou la réduction du nombre de régions administratives françaises, dans le but de faire des économies considérables pour que la France puisse garder ses capacités de remboursement des bons du trésor.

Ne nous leurrons pas, la tendance européenne actuelle va en ce sens, et la marche vers le fédéralisme ne rendra que plus optimal l’asservissement de nos nations pour servir les intérêts de la finance. Le TAFTA n’en est-il pas le meilleur exemple ?

Les indignés de circonstance issus de partis ayant bâti cette Europe-là et qui prétendent vouloir la réformer sont des menteurs, et le plus tôt nous l’aurons compris, le plus tôt nous pourrons engager les démarches pour un retour à la souveraineté populaire. Il s’agit d’une condition nécessaire à la reconstruction de l’Europe, d’une Europe qui marche mais pas sur la tête.

Laure Ferrari (Institut pour la Démocratie Directe en Europe, 26 février 2016)

 

 

11/03/2014

Pour la démocratie directe !...

Vous pouvez découvrir ci-dessous un excellent entretien avec Yvan Blot, cueilli sur ProRussia.Tv et consacré à la démocratie directe. Président de l'association "Démocratie directe", Yvan Blot a récemment publié L'oligarchie au pouvoir (Economica, 2011), La démocratie directe (Economica, 2012) et Les faux prophètes (Apopsix, 2013).

 

Yvan Blot, président de "Démocratie Directe"

18/04/2013

La radicalité contre la dictature des minorités !...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Jean-Yves Le Gallou, cueilli sur Polémia et consacré au mouvement populaire et à sa nécessaire radicalisation s'il veut pouvoir ébranler les minorités qui nous gouvernent...

Jean-Yves Le Gallou dirige la fondation Polémia et a récemment publié aux éditions Via Romana un essai percutant intitulé La tyrannie médiatique.

 

Résistance.jpg

 

La radicalité contre la dictature des minorités

Chaud, chaud, chaud ! Le printemps sera chaud. Car les majorités se révoltent contre la dictature des minorités.

Minorités sexuelles

Il y a, selon l’INSEE, 100.000 couples homosexuels en France, soit 0,3% de la population ; et 10.000 enfants – 0,003% de la population – vivent au domicile de ces couples homosexuels. Une minorité de ces minorités réclame qu’on change des règles multimillénaires pour les adapter à leur situation individuelle ou à leurs caprices. Il est normal que cela suscite une forte exaspération des majorités ! En vérité les homosexuels devraient être reconnaissants aux familles traditionnelles qui défilent contre la dénaturation du mariage : ce sont leurs enfants qui paieront leurs retraites…

Minorités associatives subventionnées 

Les associations LGBT, minorité agissante de la minorité revendicative des minorités sexuelles, veulent régenter le débat public. Au nom de la lutte contre une prétendue « homophobie », il s’agit d’interdire toute prise de position jugée politiquement incorrecte ; en fait, d’empêcher toute critique du mariage homosexualiste à l’image de ce qu’ont réussi les associations « antiracistes » censurant tout débat sur l’immigration. Le tout avec l’argent des contribuables. C’est insupportable au pays de Voltaire.

Minorités ethniques et religieuses

Elles cherchent à imposer dans l’espace public comme dans l’espace privé leurs exigences vestimentaires et leurs interdits alimentaires : refus du porc, abattage hallal pour tous – ce qui suscite la réaction des amis des bêtes et de la France profonde. C’est à Guéret, dans la Creuse, qu’on se mobilise contre la construction d’un abattoir hallal voulu au nom de médiocres intérêts commerciaux, quoique contraire à la loi européenne, aux traditions françaises et à la sécurité sanitaire.

Minorités financières

Elles imposent des réglementations conformes à leurs intérêts mais non à l’intérêt général. Quand les banques, les grandes entreprises et les hyper-riches échappent à l’impôt (tout en bénéficiant des infrastructures techniques, des services publics et des systèmes de protection sociale des Etats), ce sont les classes moyennes qui payent. Ces classes moyennes sont doublement victimes : des excès de l’Etat-providence qu’ils payent mais aussi de la finance-providence qui échappe à l’impôt.

Minorités médiatiques

Moins de 50.000 journalistes, qui informent de moins en moins et qui conditionnent de plus en plus ; qui ne cherchent pas à distinguer l’exact de l’inexact, ni le vrai du faux, mais qui prétendent dire où est le « bien », où le « mal », en louant les « gentils » et en dénonçant les « méchants ». Avec un grand sens de l’à-propos, les personnes manifestant le 28 mars devant France Télévision, protégée par les forces de l’ordre, criaient : « CRS, retourne-toi, la racaille est derrière toi ! » Sans commentaire.

Minorités parlementaires

Moins de 1.000 personnes prétendent avoir le monopole de la fabrication de la loi sans tenir compte du peuple. C’est, certes, la logique de la démocratie représentative mais celle-ci est, hélas, de moins en moins représentative :

-En raison des lois et du calendrier électoral, une partie importante de l’opinion n’est pas représentée ; et les socialistes qui ont, à eux seuls, la majorité de l’Assemblée nationale n’ont recueilli que 16% des électeurs inscrits, lors du premier tour des élections législatives de juin 2012. Un peu court comme majorité pour transformer un homme en femme !

-Le Sénat a voté le projet de loi Taubira à la sauvette. Une loi dont la garde des Sceaux a dit qu’elle portait un « changement de civilisation » mais dont, faute de scrutin public, on ne sait pas individuellement qui l’a votée et qui l’a refusée. Un formidable déni de démocratie voulu par tous les groupes politiques de la majorité comme de l’opposition. Une belle manœuvre qui permet de faire adopter la loi, qui autorise les sénateurs à se faire passer pour « progressistes » auprès des médias parisiens tout en leur permettant individuellement de dire à leurs électeurs d’outre-mer ou des campagnes françaises qu’ils n’ont pas approuvé le « mariage gay ». Belle manœuvre, vraiment, mais qui indigne à juste titre les adversaires de la loi Taubira et tous les démocrates sincères.

-Plus généralement, les hommes politiques les plus en vue représentent de moins en moins leurs électeurs car ce sont des médiagogues, des hommes et des femmes qui cherchent à plaire aux médias plus qu’au peuple, à coups de surenchère politiquement correcte. Telle est la principale cause du discrédit de la démocratie représentative.

Or toutes ces minorités se tiennent et se soutiennent. C’est contre elles que la révolte gronde. Moins d’un an après l’élection de François Hollande la probabilité d’une crise politique majeure est devant nous : la dissolution de l’Assemblée nationale ou la démission du président de la République ne changeraient pas grand-chose. Ce qu’il faut c’est rendre la parole au peuple. Par le référendum d’initiative populaire national et local. A partir de la demande de 500.000 électeurs au plan national et ce sans censure prétendument constitutionnelle. A partir de 7,5% des électeurs au niveau local, sous la seule réserve qu’il s’agisse d’une délibération locale. Bien sûr, ceci devrait s’accompagner d’un rétablissement de la liberté d’expression, de l’arrêt des subventions aux grands lobbys politiquement corrects et du retour au pluralisme des médias.

Le printemps français doit trouver un débouché politique autour de thèmes forts : référendum et démocratie directe ; liberté d’expression et pluralisme des médias ; dénonciation de la dictature des minorités et respect de la majorité populaire. Quant aux manifestants ils ne doivent pas avoir peur de la radicalité car seule la radicalité s’attaque aux racines du mal et propose un ressourcement créateur.

 Jean-Yves Le Gallou (Polémia, 14 avril 2013)

02/06/2011

L'oligarchie au pouvoir...

Les éditions Economica viennent de publier L'oligarchie au pouvoir, d'Yvan Blot, un plaidoyer en faveur de l'instauration en France d'une démocratie directe, à la suisse. Fondateur du Club de l'Horloge, Yvan Blot, qui préside actuellement l'institut néo-socratique, est l'auteur de L'héritage d'Athéna ou Les racines grecques de l'Occident (Presses bretonnes, 1996) ainsi que d'un essai consacré à Herbert Spencer, Herbert spencer, un évolutionniste contre l'étatisme (Les Belles Lettres, 2007).

 

Oligarchie Yvan Blot.jpg

"Tout le monde en France croit vivre en démocratie. Et pourtant, aucun citoyen ne pense que son bulletin de vote va changer quelque chose. Le pouvoir réel est oligarchique, c'est-à-dire dans les mains d'un petit groupe d'hommes. Le Parlement n'a plus guère de pouvoir : l'élu de la majorité doit voter pour les projets de lois du Gouvernement. Qui rédige ces projets ? Les hauts fonctionnaires non élus. De plus, des intérêts organisés font pression : grand patronat, grands syndicats, groupuscules qui se disent autorités morales, médias politiquement corrects. L'oligarchie tient le pays en mains en dépit des tentatives de réformes. Mais il y a de plus en plus de résistance. Elle vient des victimes du système, victimes de l'immigration, de l'insécurité, de la spoliation fiscale, de l'arrogance des dirigeants. Comment réconcilier les Français avec leur régime ? En écoutant le peuple et sa vérité vécue, grâce aux référendums d'initiative populaire. Cette vérité est différente de celle des «experts», car vécue, «existentielle». Qui suivra cette ligne ? La gauche ? L'UMP ? Le FN ? Si la classe politique s'obstine à ne pas comprendre, seule la démocratie directe pourra délivrer les Français du pouvoir oligarchique en rendant la parole au citoyen."