Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

art

  • L'art et le sacré, remèdes à la modernité...

    Nous vous signalons la parution du nouveau numéro de Rébellion (n°92, Été 2021).

    Vous pouvez vous procurer la revue sur son site : Rébellion

     

    Rébellion 92.jpg

    Au sommaire :

    Editorial : Sur la route (Louis Alexandre)

    Le confinement et son impact psychologique : notre humanité en jeu ! (Camille Mordelynch et Maxence Smaniotto)

    Entretien avec Rodolphe Crevelle avant de se faire entrainer dans une tentative de coup d’état

    Etat des lieux de la contestation avec le groupe « service public libre » (entretien réalisé par Nikos Amilduki)

    Dossier Art et Sacré :

    Défendre le sacré : stratégie d’autodéfense face au monde moderne (Holy Mane)

    Regards croisés : Pier Paolo Pasolini/ Andreï Tarkovski (Nikos Amilduki)

    Entretien avec Rémi Soulié : Hermés messager du sacré dans le monde moderne (Entretien Louis Alexandre)

    Environnemental art : Ecologie de l’être et origines (Carl-Hugo Pinto-Sendra)

    EcoPhilo

    Pourquoi mangeons-nous de la viande ? (Camille Richard)

    D’une pensée stérile à une pensée fertile : l’Agroforesterie (Camille Richard)

    L’âme dans l’expérience extatique plotinienne (Camille Mordelynch)

    Mircea Eliade : un regard sur ses années portugaises (José Almeida)

    Evola et Eliade : cheminement commun et divergences (Louis Alexandre)

    Lien permanent Catégories : Revues et journaux 0 commentaire Pin it!
  • La nature, inspiratrice du génie artistique européen...

    Vous pouvez découvrir ci-dessous une vidéo diffusée à l'occasion du VIIe colloque de l'Institut Iliade le 19 septembre 2020 à Paris, dont le thème était « La nature comme socle, pour une écologie à l'endroit ».

     

    la nature comme socle, pour une écologie à l’endroit
    la nature comme socle, pour une écologie à l’endroit
    la nature comme socle, pour une écologie à l’endroit

                                           

    " « La Nature est un temple… » nous enseigne Baudelaire. Depuis la nuit des temps, cette Nature, belle et sauvage, inspire le génie européen dans tous les domaines. À travers cette vidéo, l’Institut Iliade souhaite montrer plus précisément la place et l’influence de la forêt, berceau de l’homme et symbole omniprésent de l’imaginaire européen, sur notre architecture. Lieu de l’expérience du sacré par excellence, la forêt est le modèle qui assure une continuité entre les temples païens et les édifices chrétiens. "

    Lien permanent Catégories : Multimédia, Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • La Déshumanisation de l'art...

    Les éditions Allia viennent de rééditer un essai de José Ortega y Gasset intitulé La Déshumanisation de l'art. Philosophe et publiciste espagnol, partisant d'un conservatisme libéral, José Ortega y Gasset (1883 - 1955) est particulièrement connu en France pour son essai de 1929, La révolte des masses (Le Labyrinthe, 1986), dans lequel il annonçait l'apparition de l'« homme moyen » , qui « n'a que des appétits »  et qui « ne se suppose que des droits ». Plusieurs de ses essais ont été récemment réédités, comme Méditation sur la technique (Allia, 2017), Autour de Galilée - Du christianisme au rationalisme, du monde moderne à la post-modernité (Perspectives libres, 2018) ou encore Sur la chasse (Atlantica, 2019).

     

    Ortega y Gasset_La déshumanisation de l'art.jpg

    " « Si le nouvel art n'est pas intelligible à tout le monde, cela signifie que ses ressorts ne sont pas ceux du genre humain. Ce n'est pas un art pour les hommes en général, mais pour une classe très particulière d'hommes qui, même s'ils ne valent pas plus que les autres, sont de toute évidence différents. »

    Jean Cassou disait d'Ortega y Gasset qu'il ne craignait pas la frivolité, voire la recherchait. Ce n'est pas le moindre des paradoxes, quand on lit ce texte-ci, mélange de critique "sérieuse" et de fascination-répulsion pour un art désormais futile aux yeux de l'auteur. Ortega y Gasset s'attaque en effet à une tendance de l'art de l'époque (ce texte est publié pour la première fois en 1925) à éliminer la figure humaine de ses sujets au point de devenir autocritique, voire un jeu entre artistes. Cela conduit à le rendre impopulaire. Dégagé du sérieux et de tout pathos, l'art perd sa transcendance au profit de la superficialité, du divertissement. Il est désormais élitiste, il exclut les masses. Il est le symptôme d'une crise culturelle, qui annonce la décadence d'une société de plus en plus tournée vers le spectacle. En effet, l'art finit par se vider de tout contenu : « Tout comme dans un système de miroirs qui se réfléchissent indéfiniment les uns dans les autres, aucune forme n'est la dernière. Toutes sont moquées et réduites à pure image. » "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • La place de la femme dans l'art européen...

    Vous pouvez découvrir ci-dessous une vidéo de l'Institut Iliade consacrée à la représentation de la femme dans l'art européen.

     

                                        

    " Par delà la contingence des époques qui se succèdent demeurent des permanences esthétiques qui nous rappellent ce que nous sommes. L’art européen porte un regard anthropologique sur la femme qui lui est propre. Aucune autre civilisation n’a autant célébré la féminité dont les expressions sont multiples. Que la femme soit représentée comme figure cosmique, divinité, muse, miroir de sagesse, maîtresse du foyer ou encore combattante, nous faisons le constat que la tradition européenne a toujours donné un rôle central à la femme."

    Lien permanent Catégories : Multimédia, Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • Terre natale...

    Les éditions Gallimard viennent de publier un nouveau tome du journal de Jean Clair intitulé Terre natale - Exercice de piété. Conservateur des musées de France, Jean Clair est l'auteur d'essais sur l'art, comme Considérations sur l’État des Beaux-Arts (Folio, 2015) ou Hubris (Gallimard, 2012) Conservateur des musées de France, Jean Clair est l'auteur d'essais sur l'art, comme Considérations sur l’État des Beaux-Arts (Folio, 2015) ou Hubris (Gallimard, 2012) mais c'est également un contempteur impitoyable et talentueux de notre triste époque, comme dans son Journal atrabilaire (Folio, 2008), dans L'hiver de la culture (Flammarion, 2011) ou dans La part de l'ange (Gallimard, 2016).

    Clair_Terre natale.jpg

    " «J’habite un corps qui m’est si étranger que je ne sais plus comment en sortir – ni comment y rentrer. »
    Avec ces "Exercices de piété", Jean Clair continue son œuvre de diariste, en se penchant d’abord sur lui-même. Il évoque de nouveau son enfance en Mayenne, ses parents dont il dresse des portraits émouvants, presque déchirants, la campagne des années quarante et cinquante qui a disparu comme les haies qui la scandaient, revenant ainsi à des thèmes dont ses lecteurs sont familiers.
    Souvenirs et réflexions s’égrènent le long de séquences aux titres mystérieux et évocateurs comme "L’intrus", "Les papillons", "Le suaire", "L’assassin"… dans des pages éblouissantes, sur le corps vieilli, les absences, les insomnies, l’Italie, le souvenir des femmes aimées. Jean Clair a un don étonnant pour faire ressentir le tactile, les paysages, et aussi les émerveillements de l’enfant qu’il fut et que nous, lecteurs, fûmes. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!
  • La civilisation et ses ennemis...

    Les éditions Perspectives libres viennent de publier un essai de Kostas Mavrakis intitulé La civilisation et ses ennemis. Docteur en philosophie, Kostas Mavrakis est, notamment, un critique du non-art contemporain. Il a publié plusieurs articles dans Krisis, Éléments et Nouvelle École...

     

    Mavrakis_La-civilisation-et-ses-ennemis.jpg

    " Qu’est-ce que la civilisation, l’art, la culture ? En quoi ces questions nous éclairent-elles sur ce que nous sommes ou devrions être ? Suspectes de populisme parce qu’elles touchent au tabou de l’identité, elles sont aujourd’hui tenues pour illégitimes. Si on ose, cependant, les affronter, on sera conduit  à reconsidérer l’art comme composante principale de la civilisation. Comment subsisterait-elle alors qu’à l’art s’est substitué le non-art, effet de la mondialisation, qui, comme elle, n’admet aucune friction dans les flux planétaires de marchandises, d’hommes, d’informations ? Sa vacuité (il n’a pas de style) lui interdit toute appartenance à une tradition et son universalisme nihiliste l’enferme dans la négation de toute particularité, rien n’étant plus universel que le néant. A l’intersection de l’histoire et de la philosophie, cet ouvrage prolonge sans manichéisme sa réflexion sur le terrain de la prospective. Il engage, dans cet esprit, le débat avec les champions du libéralisme, de l’islamisme ou du prétendu « art contemporain, en mettant en lumière le lien paradoxal qui les unit. "

    Lien permanent Catégories : Livres 0 commentaire Pin it!