Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2013

Tour d'horizon... (54)

Gardes frontières soviétiques.jpg

Au sommaire cette semaine :

- sur Valeurs actuelles, Yves de Kerdrel revient sur la question de l'immigration au travers du cas de l'île de Lampedusa.

Les éclaireurs du Camp des Saints

Lampedusa 2.jpg

 

- sur le Point, Nicolas Guégan enquête sur la question des demandeurs d'asile...

Comment l’État cache les demandeurs d'asile

Demandeurs d'asile.jpg

- sur Boulevard Voltaire, le critique de cinéma Arnaud Guyot-Jeannin prend la défense d'Alain Delon...

Alain Delon sous le feu de la Sainte Inquisition médiatique

immigration,droit d'asile,camp des saints,politiquement correct,bien-pensance

10/09/2013

Les vies du feu follet...

Les éditions Pierre-Guillaume de Roux viennent de publier Maurice Ronet - Les Vies du feu follet, un essai de Jean-Pierre Montal consacrée à l'inoubliable interprète d'Ascenseur pour l'échafaud.

Maurice Ronet.jpg

 

" Maurice Ronet est une énigme dans le cinéma français des années 50 à 70. Avec son interprétation inoubliable du Feu Follet, dans le film de Louis Malle, il a marqué la mémoire de plusieurs générations de spectateurs. Ses rôles dans Ascenseur pour l’échafaud, Plein Soleil, Raphaël le débauché ou La femme infidèle ont imposé son subtil alliage de charisme et de dandysme inquiet. L’élégance et l’insolence de Ronet impressionnaient jusqu’à Delon, Jean-Louis Trintignant ou Paul Gégauff, pas spécialement des débutants en la matière

Mais le métier de comédien n’est que la partie visible de Maurice l’obscur. Tout en menant une intense vie nocturne dans le Paris des années 50 avec ses amis Roger Nimier, Antoine Blondin ou Roger Vadim, Ronet est aussi peintre, écrivain et réalisateur. Son adaptation de Bartleby, d’Herman Melville reste une réussite, saluée par toute la presse. Dans les années 70, il choisit l’aventure et part filmer les varans de l’île de Komodo puis, cap vers le Mozambique, pour un documentaire sur la guerre avec Dominique de Roux. Un parcours accidenté, chaotique, imprévisible comme si Ronet voulait faire tenir trois existences en une.

L’auteur a découvert Maurice Ronet par hasard à la télévision, à l’âge de  dix ans. Cette passion ne l’a pas quitté et il n’a jamais cessé de revoir ses films, d’amasser des interviews. Ce livre va plus loin que l’image du noctambule de chez Castel pour donner un portrait vivant de Ronet, réalisé à partir de nombreux entretiens avec ceux qui l’ont connu (Anouk Aimée, Jean-Charles Tacchella, Alexandre Astruc…) et de souvenirs personnels de cinéphile. Une biographie tombeau pour Ronet ? Non, plutôt un toast à sa mémoire…. "