Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

christian harbulot - Page 4

  • Le poids de l'impôt...

    NRH 75.jpg

    La Nouvelle Revue d'Histoire est en kiosque (n° 75, novembre - décembre 2014).

    Le dossier central est consacré à l'impôt, à sa perception par l'état et aux réactions qu'il a pu suscité au fil de l'histoire. On peut y lire, notamment,  des articles de Emma Demeester ("Aux origines de l'impôt royal" ; "La dîme, un impôt millénaire"), de Philippe Conrad ("Soulèvements paysans contre l'impôt" ; "1789 : la tyrannie du fisc" ; "Juillet 1914 : naissance de l'impôt sur le revenu"), de Jean-Joël Brégeon ("Gabelle, faux-sauniers et gabelous"), de Martin Benoist ("La Dîme royale de Vauban"), de Jean Kappel ("Les fermiers généraux"), de Virginie Tanlay ("Napoléon et l'impôt") et de Philippe Parroy ("1953 : Poujade, le rebelle contre le fisc").

    Hors dossier, on pourra lire, en particulier, deux entretiens, l'un avec Christian Harbulot ("La France détruit sa puissance") et l'autre avec Bernard Lugan ("Atlas des guerres africaines"), ainsi que des articles d'Emma Demeester ("Brantôme, de l'épée à la plume"), d'Henri Levavasseur ("Des Européens aux portes de la Chine"), de Rémy Porte ("1914 : la mêlée des Flandres"), de Tancrède Josseran ("1914 : l'impossible neutralité de l'Empire ottoman") et d'Aude de Kerros ("Conflits autour de l'art abstrait").

     

    Lien permanent Catégories : Revues et journaux 0 commentaire Pin it!
  • L'incantation, un art français majeur ?...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Christian Harbulot, cueilli sur Les influences et consacré à l'utilisation par nos dirigeants des grands discours incantatoires pour masquer l'absence de stratégie et d'action politique réelle...

    Hollande incatations.jpg

     

    L'incantation, un art français majeur

    L’incantation est-elle devenue un critère dominant dans la manière de gouverner la France ? Le thème du retour de la croissance en est l’illustration symbolique dans le discours des Présidents de la République. François Hollande est sans doute celui qui en a fait le plus grand usage pour masquer son absence totale de stratégie selon ses détracteurs.

    La parole de la France est de plus en plus perçue comme une incantation permanente. Les annonces d’intervention dans le conflit syrien, les mises en garde à la Russie dans le conflit ukrainien, les appels au cessez le feu dans le conflit entre l’armée israélienne et les groupes armés palestiniens dans la bande de Gaza : autant d’incantations non suivies d’effets. Le plus grave dans cette histoire est la manière dont le politique déteint sur les administrations. Le Quai d’Orsay est un peu le prototype de ce type de démarche rhétorique. Contrairement aux effets d’annonce, la prise en compte de la diplomatie économique n’a pas révolutionné le fonctionnement de ce Ministère. La création d’une direction des entreprises est accueillie avec méfiance par les énarques de la diplomatie française qui n’arrivent pas à passer de la fonction de représentation à une démarche proactive capable de contribuer à l’enrichissement de la France, donc de ces citoyens.

    Réclamer des patrons patriotes, c’est louable mais inefficace.

    Dans les faits, ce ministère fonctionne sur lui-même. Le ministre énonce des principes, les fonctionnaires les appliquent mais l’appareil tourne sur lui-même car personne ne veut s’atteler au changement vital de logiciel : passer d’une vision patrimoniale de la France à une approche dynamique de l’accroissement de puissance. Arnaud Montebourg a été un bon exemple de ce recours aux principes incantatoires. Réclamer des patrons patriotes, c’est louable mais inefficace. Lutter contre la mondialisation déloyale, c’est faire abstraction des réalités de la guerre économique où la compétition loyale est un non sens. Construire un modèle entrepreneurial solidaire, c’est d’abord comprendre les contradictions et les limites de l’économie sociale par rapport à l’économie de marché. Prôner l’interventionnisme étatique afin de préserver la souveraineté de nos entreprises est un aveu de faiblesse plus qu’une posture de combat.
    Le pouvoir politique français s’avère pour l’instant incapable de rentrer dans le monde du XXIe siècle. Les débats hexagonaux se focalisent sur l’éternel palabre sur la croissance, le respect de la démocratie et la défense des droits de l’homme. C’est louable mais ces incantations sont impuissantes pour se positionner dans un monde multipolaire dangereux dominé par des affrontements économiques (les économies les plus compétitives sont des économies conquérantes), territoriaux (Palestine, Ukraine), idéologiques (démarches totalitaires islamique en Irak et en Syrie), sociétaux (les ghettos sans mur aux Etats-Unis, la criminalité de masse au Brésil).

    La gouvernance politique de la France en est restée à une approche caricaturale du monde : préservation des alliances stratégiques (notamment avec les Etats-Unis), maintien de la sécurité internationale (vœu pieux), préservation de l’ordre public intérieur (de plus en plus délicat compte tenu des tensions provoquées par les islamistes fanatiques et la montée des peurs induites par l’évolution démographique du pays). Sans oublier ce qu’il faut lire entre les lignes comme l’achat de la paix sociale que j’ai abordé dans une précédente chronique. Cette posture ne nous mène nulle part et les rentes de situation républicaines ont une durée de vie limitée dans le temps.

    Christian Harbulot (Les influences, 4 septembre 2014)

    Lien permanent Catégories : Points de vue 0 commentaire Pin it!
  • Les réalités stratégiques du Traité transatlantique...

    Vous pouvez découvrir ci-dessous un entretien avec Christian Harbulot, réalisé par l'Agence Info Libre et consacré aux enjeux du Traité transatlantique, que l'union européenne est en train de négocier discrètement avec les Etats-Unis. Fondateur de l'Ecole de Guerre économique, Christian Harbulot vient de signer un essai intitulé Sabordage - Comment la France détruit sa puissance (Bourin, 2014).

     

    Lien permanent Catégories : Entretiens, Multimédia 0 commentaire Pin it!
  • Sabordage ?...

    Les éditions François Bourin viennent de publier Sabordage - Comment la France détruit sa puissance, un essai de Christian Harbulot. Tenant du patriotisme économique, éventuellement à l'échelle européenne, et fondateur de l'Ecole de guerre économique, Christian Harbulot est notamment l'auteur de La France doit dire non (Plon, 1999) et de La main invisible des puissances (Ellipses, 2007) et le coordonnateur de l'ouvrage collectif Les chemins de la puissance (Tatamis, 2007).

     

    Sabordage.jpg

    " Dans un style vigoureux et d'une grande clarté, Christian Harbulot documente sur ce qui ronge peu à peu la position économique et politique de la France. Il raconte les coulisses et les logiques des nations qui n'ont rien à voir avec une assemblée de bisounours. Il dénonce l'ambiguïté historique des élites françaises par rapport aux États-Unis. Il faut une posture de combat pour faire face aux effets des coups de billards à trois bandes des « amis » américains et allemands, de la longue marche chinoise et de la paralysie européenne, tout un théâtre d'ombres insoupçonné.

    Non, la mondialisation n'est ni joyeuse ni heureuse. Oui, la France peut se réinventer. Mais pour cela, il faut que ce pays redescende sur terre et fasse son deuil des illusions économiques d'un marché faussement ouvert. "

    Lien permanent Catégories : Economie, Livres 0 commentaire Pin it!
  • Revue Conflits : le grand dessein de Poutine...

    Le premier numéro de la revue Conflits, dirigée par Pascal Gauchon et consacrée à la géopolitique vient de sortir en kiosque. Une belle initiative à soutenir !

     

    géopolitique,pascal gauchon,yves lacoste,xavier raufer,christian harbulot,russie,eurasie

    Présentation de la revue Conflits

    Pourquoi une nouvelle revue de géopolitique ?

    La géopolitique est à la mode. Peut-être trop. Peut-elle échapper au règne de l’immédiat et à la superficialité ?

    C’est ce que nous espérons faire à Conflits. Nous entendons apporter une réflexion de fond sur cette discipline qui constitue d’une certaine façon la culture générale de notre époque, ce qui nous permet d’avoir un regard synthétique sur le monde.

    Pour cela nous voulons faire de Conflits le carrefour de toutes les géopolitiques, celle des universitaires, celle des militaires, celle des hauts fonctionnaires, celle des entreprises, car la géopolitique ne se réduit pas aux relations entre Etats.

    Le « manifeste pour une géopolitique critique » que nous définissons dans le premier numéro fixe nos principes d’analyse :

    - géopolitique du temps long qui se méfie des émotions immédiates,

    - géopolitique du terrain qui assume ses liens de filiation avec la géographie,

    - géopolitique globale qui étudie l’ensemble des forces à l’œuvre, politiques, économiques, sociales ou culturelles,

    - géopolitique réaliste qui se méfie des bons sentiments,

    - géopolitique du soupçon qui cherche à déceler les intérêts à l’œuvre derrière les discours…

    Principes fondateurs : Fondée sur des principes solides, Conflits n’est cependant pas une revue destinée aux seuls spécialistes. Nous entendons attirer à la géopolitique non seulement les étudiants, mais aussi le grand public averti. Notre présentation en témoigne, mais aussi l’originalité de beaucoup de nos rubriques : « grande stratégie» qui présente la géopolitique d’un Empire ancien, «géopolitique fiction » qui imagine l’avenir à partir d’un événement possible (pour ce numéro, la tentative d’annexion de Taiwan par la Chine), « tourisme géopolitique» qui présente une grande ville sous l’angle de son rayonnement et de sa puissance, « polémique » qui défend une thèse inattendue voire paradoxale à laquelle nos lecteurs peuvent réagir sur notre site Internet.

    Conflits présente ainsi un visage original et attrayant de la géopolitique. Elle entend démontrer que la géopolitique est partout (une rubrique qui apparaîtra dès le numéro 2), que partout le rapport de forces structure l’espace, de la maison familiale à la Lune en passant par les stades comme par les musées. C’est une autre façon de voir le monde que nous proposons à nos lecteurs.

    L'équipe de Conflits:

    L’équipe des rédacteurs comprend une quinzaine d’auteurs permanents, pour la plupart jeunes enseignants auxquels s’ajoutent des militaires et des cadres d’entreprise. La moyenne d’âge de ce «noyau dur » est de 34 ans. Ils partagent la même conception de la géopolitique et sont en relation permanente. Plusieurs articles sont le fruit d’un véritable travail d’équipe, ainsi la chronologie qui figure au début de la revue.

    Conflits fait par ailleurs appel à des spécialistes pour des articles précis et interrogent des personnalités reconnues de la géopolitique.

    C’est ainsi qu’interviennent dans le numéro 1 Yves Lacoste, « père de la géopolitique » française, François Godement, spécialiste de la Chine, Pascal Marchand, spécialiste de la Russie, Xavier Raufer, spécialiste de la criminalité internationale, Pascal Lorot qui a popularisé la notion de «géoéconomie » ou Christian Harbulot, créateur de l’Ecole de guerre économique.

     

    Au sommaire du numéro 1 :

    Editorial

    Actualité 

    Enjeux

    Entretien. Yves Lacoste

    Polémique. Barack Obama, un grand président ! par Thomas Snégaroff

    Portrait. L’inconnue Xi-Jinping par François Godement

    Afghanistan. Les Américains ont-ils mieux réussi que les Russes ? par Mériadec Raffray

    Afrique. Guerres ethniques ou guerres religieuses ? par Mathieu Lhours

     

    Histoire et prospective

    Grande stratégie. La géopolitique des Chevaliers Teutoniques par Sylvain Gouguenheim

    Bataille. Koulikovo : la Russie sort du bois par Pierre Royer

     

    Encarté

    Dossier

    Eurasie. L’Europe doit-elle regarder à l’est ?

    Lu, vu, entendu, visité

    Le nouvel ordre américain

    Livres

    Revues, colloques, sites

    Cinéma, séries, jeux

     

    Géotourisme. Berlin et la nouvelle puissance allemande par Thierry Buron

    Lien permanent Catégories : Revues et journaux 0 commentaire Pin it!
  • Les leçons amères à tirer de l'affaire Prism...

    Nous reproduisons ci-dessous un point de vue intéressant de Christian Harbulot , cueilli sur Infoguerre et consacré à l'affaire Prism. Le comportement méprisable du gouvernement français avec l'avion du président bolivien Evo Morales, qui était susceptible de transporter le transfuge Edward Snowden, vient malheureusement confirmer toute la pertinence de son analyse...

    Spiegel.jpg

     

    Les leçons amères à tirer de l'affaire Prism

    La divulgation du système d’espionnage américain par l’ex consultant de la NSA Edward Snowden ouvre une brèche beaucoup plus importante que l’affaire Wikileaks dans le système de croyance édifié par les Etats-Unis aux lendemains de la seconde guerre mondiale.  L’affaire Prism a fait voler en éclats les fondements mêmes du credo sur la démocratie. On pourrait la résumer en trois actes d’accusation : violation de secrets d’Etats étrangers, accès illimité aux informations économiques de pays concurrents, lecture potentielle des données personnelles des citoyens du monde sur les réseaux sociaux.

     

    Les preuves fournies par le citoyen américain Edward Snowden remettent en cause le discours que les Etats-Unis affichent depuis leur création sur la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes. Si l’affaire Wikileaks a fait de la diplomatie américaine une référence mondiale qui faisait passer au second plan les autres discours diplomatiques, l’affaire Prism ramène les Etats-Unis à la case départ de la Real Politik. Suite à ces révélations, la démocratie américaine ne peut plus prétendre être un modèle pour les autres peuples du monde car elle fait le contraire de ce qu’elle dit, ne serait-ce qu’en ne respectant pas le secret de correspondance qui fut une des libertés élémentaires arrachées aux régimes absolutistes ou totalitaires.
    Cette situation nouvelle a déjà des conséquences spectaculaires. Elle mine la légitimité populaire des élites politiques des démocraties occidentales qui s’étaient habituées silencieusement depuis des décennies à assumer le poids et le prix de la surveillance américaine de leur comportement. Il n’est pas étonnant que les premières réactions politiques de rejet de l’attitude américaine viennent d’Allemagne par la voix du gouvernement fédéral. A cette posture diplomatique s’ajoute la publication par le magazine Der Spiegel de nouveaux éléments sur le ciblage par l’espionnage américain de l’Union Européenne mais aussi de la France. Contrairement à la France, l’Allemagne a une stratégie de puissance qui lui permet aujourd’hui de s’affirmer de manière beaucoup plus mature sur la scène internationale. L’absence de réaction de l’Elysée au début de l’affaire et le motus bouche cousue de la classe politique, de gauche comme de droite pendant la première période de la crise, en dit long sur notre attentisme à l’égard des Etats-Unis d’Amérique.
    L’affaire Prism a pris tout ce petit monde à contrepied. La France a du mal à se penser en dehors de son statut de petite moyenne puissance aux marges de l’empire dominant, position parfois ô combien inconfortable comme le démontre l’affaire Prism. Le fait que nous soyons incapables d’élever la voix aux côtés de l’Allemagne, « redimensionne » la valeur de nos attributs de puissance militaire et diplomatique. Sans armes nucléaires, sans fauteuil au conseil de Sécurité de l’ONU, l’Allemagne fait mieux que nous. Puissance bridée depuis 1945, elle a renversé son statut de vaincu en statut de puissance assistée (économiquement et militairement) au cours de la guerre froide pour maintenir l’équilibre des forces entre l’Est et l’Ouest. La chute du Mur et la réunification lui ont donné un nouvel élan au sein de la dynamique européenne. Berlin, contrairement à Paris, sait jouer le double jeu. Plus proche des Etats-Unis par le lien transatlantique hérité de la guerre froide, sa voix porte d’autant plus fort lorsqu’elle est la première à demander des comptes aux Etats-Unis.
    L’absence de réaction française jusqu’à l’intervention officielle de Laurent Fabius ce dimanche est l’instrument de mesure parfait de notre véritable place dans le concert des nations. Contrairement à Berlin, Paris semblait attendre patiemment la fin de cette tempête informationnelle. Mais les dernières révélations sur l’espionnage de l’Union Européenne et même de la France ont brisé le mur du silence, du moins à gauche car la droite a encore du mal à se faire entendre sur ce dossier. Les images d’un Barack Obama qui essaie de substituer à l’image dégradante de son empire, celle du premier Président noir des Etats-Unis en voyage en Afrique du Sud, ne suffisent plus à masquer ce scandale à rebondissement. Certes, on peut toujours rêver dans l’hexagone en se demandant qui osera revenir un jour sur ce statut instable de vassal de l’empire, jamais assumé devant l’électorat. Le seul dirigeant politique français à s’être démarqué de cette dépendance à l’égard des Etats-Unis fut le général de Gaulle. Et il n’est pas inutile de rappeler qu’il était à l’époque très isolé dans son propre camp sur ce dossier majeur.

    Christian Harbulot (Infoguerre, 1er juillet 2013)
    Lien permanent Catégories : Géopolitique, Points de vue 0 commentaire Pin it!