Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2013

La rue abattra les tyrans !...

Nous vous signalons la parution de la revue Rébellion (n°58, mai-juin 2013). Vous pourrez notamment lire dans ce numéro des articles de Thibault Isabel et de Xavier Eman ainsi qu'un entretien avec Arnaud Bordes et un article de fond sur les positions de Jean-Claude Michéa.

 

Rébellion 58.jpg

Au sommaire :

ÉDITORIAL
La critique moralisante

RÉFLEXION
La rue abattra les tyrans !
Découragement ? par zentropa 

INTERNATIONAL
Venezuela. Viva Chavez !
Elections Italiennes. Entre populisme et paralysie par Xavier Eman 


Le Printemps arabe change-t-il la géopolitique du Proche-Orient ? par Terouga 

Chine. Le XVIIIème Congrès du PCC. Fantômes dans la brume. par

ENTRETIEN

Rencontre avec Lucien de Gouverner par le chaos. Ingénierie sociale et mondialisation.

IDÉES

Perspectives Michéennes. La triple transformation libérale par Charle Robin

PHILOSOPHIE

L'esquisse d'une éducation non conformiste dans la pensée de Confucius par Thibault Isabel.

FIGURE
Alexandre Douguine. Révolte contre le monde post-moderne.


CULTURE
Rap & Business. Qui veut la part du Ghetto ?
Rencontre avec Mathias Cardet. L'effroyable imposture du Rap.

Entretien avec Arnaud Bordes. Chroniques livres et musique.

Le livre noir du désarmement français...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue du général Vincent Desportes, cueilli sur Theatrum Belli et consacré au calamiteux Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale.

 

Hollande livre blanc.jpg

Livre blanc de la défense : le livre noir du désarmement français

Avalé le Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité Nationale ! Beaucoup d’émotion avant, belle levée de boucliers bipartisane, quelques récris le 29 avril jour de la révélation officielle … et puis plus rien. L’excellente manœuvre de communication gouvernementale a estompé, puis rapidement fait oublier, que c’était une grave dégradation de la défense de la France et de sa place dans le monde que ce Livre Blanc venait d’acter. Un nouveau mantra, pernicieux, anesthésie le monde de la défense : « Nous avons évité le pire … »

 

Décrochage stratégique

On a d’abord fait craindre l’apocalypse, « le modèle Z », pour que le décrochage apparaisse ensuite comme une bénédiction. Le 29 mars, notre Président s’engage et fait des promesses budgétaires … qui seront démenties par le Livre Blanc sans que nul ne s’en émeuve. Alors qu’il était impatiemment attendu, le Livre est présenté par le Président au milieu d’un « pont » de Mai, à l’Elysée certes mais juste avant une grande manifestation en faveur des entrepreneurs qui réunit tout le gouvernement … et qui fera l’ouverture des journaux télévisés. Efficace manœuvre de diversion. Dans le discours même de présentation du ministre, les chefs d’état-major sont nommément impliqués, comme pour contraindre chacun d’entre eux à l’acceptation silencieuse. Le tour est joué. Quelques discours apaisants encore. Nous serons bientôt à l’été dont nous reviendrons pour découvrir une Loi de Programmation Militaire qui entérinera le décrochage stratégique. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. A défaut d’avoir fait les choix indispensables, à défaut d’avoir même sanctuarisé les budgets nécessaires au modèle défini, le Livre Blanc nous réserve probablement l’effondrement que nous croyons avoir repoussé !

Depuis plus de deux décennies, la défense de la France se dégrade. Elle se dégrade de manière homothétique sans changer de modèle, celui d’une défense globale pour une puissance à vocation mondiale. Jusqu’ici l’exercice était difficile, mais il semblait possible. Le Livre Blanc de 2008 étirait pourtant déjà le modèle au-delà de ses limites, avec des capacités déconnectées des ambitions affichées. Son image emblématique et caricaturale est celle du porte-avions : à l’instar de cet unique porte-aéronefs auquel on décida alors de ne pas donner de sister-ship, la France avait déjà fait le choix de ne plus pouvoir qu’un peu, et pas tout le temps !

 

Un pari intenable qui n’a pas été tenu

Le Livre Blanc 2013, pour sa part, bénéficiait de deux opportunités : celle de « devoir » choisir et celle de pouvoir politiquement s’inscrire en rupture avec les exercices antérieurs. L’occasion était donnée de penser un modèle de défense cohérent et autonome, adapté à notre situation de puissance régionale. C’était possible. Finalement, le modèle proposé n’est qu’une dégradation du précédent sans que sa cohérence ait été reconstruite, sans que notre autonomie stratégique ait été rebâtie.

Il fallait choisir. A budget en baisse, avec des coûts d’équipement qui ne peuvent que croître à chaque renouvellement, il était devenu impossible « d’assumer toutes les missions » (1), de préserver un « outil de défense complet ». Un pari intenable qui n’a pas été tenu : celui du maintien des ambitions avec une baisse sensible des moyens. En partant déjà d’un modèle très dégradé, « à l’os », il était impossible de faire la même chose avec sensiblement moins.

 

Les forces conventionnelles, la variable d’ajustement

Le premier arbitrage nécessaire concernait l’équilibre à rétablir entre dissuasion et capacités conventionnelles. Fallait-il maintenir à tout prix l’arsenal nucléaire en l’état, planifier même son amélioration, au risque de réduire très fortement nos capacités conventionnelles ? Ou bien fallait-il, à effet dissuasif inchangé, consentir des réductions raisonnables de l’arsenal pour préserver nos capacités d’action classiques, demeurer capables de faire face aux aléas du quotidien, aux guerres que l’on ne choisit pas, aux menaces et catastrophes sur le territoire national ? Réponse claire : pour ne pas toucher au nucléaire – alors même que d’importantes économies peuvent y être faites sans dégrader la dissuasion, cela mérite d’être répété – on fait des forces conventionnelles la variable d’ajustement budgétaire. Jusqu’à la caricature.

La France, grand pays de tradition militaire, forte de 65 millions d’habitants, ne sera désormais en mesure de participer à une opération majeure en coalition qu’à hauteur de 15.000 hommes et de 45 avions ! C’est-à-dire rien. Avant le Livre Blanc 2008, nous étions encore supposés nous engager avec 50.000 hommes et 100 avions ; depuis, nous étions tombés à 30.000 hommes et 70 avions. Le fait est là : dans les interventions conventionnelles en coalition, nous sommes revenus à nos capacités de la 1ère guerre du Golfe en 1991, capacités tant vilipendées alors pour leur insignifiance. Au sein d’une coalition, nous n’aurons plus désormais ni effet, ni influence stratégique. Nous ne serons plus à l’avenir qu’un partenaire mineur, une « proxy force ».

 

Une autonomie stratégique fortement dégradée

Le deuxième arbitrage relevait du dimensionnement de nos ambitions au regard de nos capacités, puis de l’adaptation de celles-ci aux premières. Ici encore, l’adéquation n’a pas été faite. Un des points positifs du Livre Blanc est d’établir des zones d’intervention prioritaires : territoire national, Europe, Méditerranée, Afrique du Nord et sub-sahélienne. Très bien. Il fallait dès lors doter la France d’une force expéditionnaire solide, en mesure de lui permettre d’exercer ses responsabilités et de protéger ses intérêts dans ces zones prioritaires. Il fallait reconstruire notre autonomie stratégique fortement dégradée aujourd’hui puisque, par manque de capacités de transport stratégique, de ravitaillement en vol, de renseignement et de mobilité opérative (hélicoptères lourds et de manœuvre) en particulier, nous ne sommes plus en mesure de conduire dans la durée que les opérations validées par les Américains. L’autonomie stratégique, la cohérence opérationnelle, sont revendiquées, à raison, tout au long du Livre Blanc, mais ce dernier ne prend pas les mesures indispensables pour les restaurer. C’est même le contraire qui se produit.

 

Les petits programmes condamnés

Le Livre Blanc défend l’industrie de défense intelligemment, mais de manière parfaitement théorique. A juste titre, il rappelle l’importance économique et sociale de l’activité industrielle, fait disparaître le concept pernicieux des « cercles technologiques » apparu dans l’exercice précédent, rappelle l’importance de la préservation des technologies clefs, souligne le besoin de financement étatique des recherches amont et la nécessité d’assurer la pérennité des bureaux d’études, ouvre davantage l’industrie au marché du maintien en condition des équipements, prône l’accompagnement à l’exportation. Mais, en même temps, il annonce des diminutions sensibles de cibles et des étalements de programmes.

En préservant tous les programmes « à effet majeur », il condamne nombre de « petits programmes » ceux qui assurent justement la « cohérence opérationnelle » revendiquée par ailleurs. La diminution des budgets ne pouvant porter (au moins au début, avant le « pay back » des diminutions d’effectifs) que sur les investissements conventionnels, des calculs simples montrent que ceux-ci, selon les hypothèses, pourraient diminuer immédiatement de 30 % à 40 %. Ce qui condamne pour longtemps ceux qui n’ont pas encore été lancés, dont le programme Scorpion* pourtant vital pour l’efficacité des forces terrestres. L’industrie de défense est sanctuarisée théoriquement, mais elle devrait pourtant perdre mécaniquement entre 10.000 et 20.000 emplois, selon le sort réservé à la « trajectoire budgétaire ». Dans cette destruction, l’industrie terrestre et les PME seront inévitablement les premières concernées.

 

Un effort budgétaire de deux à trois milliards d’euros par an

Pour que l’on s’en tienne là, encore faudrait-il que les budgets prévus soient bien alloués par la LPM, que les lois de financement soient votées, puis qu’elles soient exécutées. Encore faudrait-il aussi que les fragiles hypothèses de construction ne s’effondrent pas : que la conjoncture économique soit au rendez-vous, que la croissance reprenne, qu’il y ait eu retour à l’équilibre des finances publiques, que l’exportation de matériels majeurs se concrétise enfin, que les frais de démantèlement des infrastructures militaires du CEA ne soient pas imputées au ministère de la Défense… Encore faudrait-il aussi que soient engrangés les six milliards de ressources exceptionnelles nécessaires au respect des engagements budgétaires, ce qui – même sans procès d’intention – est très improbable.

Contrairement à ce qui a été dit, l’effort budgétaire devrait se situer annuellement en moyenne entre deux et trois milliards en dessous de ce qu’il était en 2013. En 2019, fin de la LPM, nous serons donc loin du compte. Non seulement le Livre Blanc prévoit d’emblée une diminution de l’ordre du quart de nos moyens d’action conventionnels, mais il porte aussi en lui la certitude de prochaines coupes claires dans les équipements et les effectifs. D’autant que dès la fin de la décennie, si les indispensables décisions ne sont pas prises, les lancements des programmes du « nouveau » renouvellement des armes nucléaire vont venir écraser de leur poids budgétaire ce qui restera encore de nos forces conventionnelles.

 

L’armée de Terre suisse surpassera en format et équipements l’armée de Terre française

Le désarmement massif de l’Europe avait fait émerger la « France militaire » et lui avait donné, d’un même souffle, une responsabilité, un rôle et une chance historiques. L’opération Serval au Mali aura été le marqueur de cette brève époque. Avec ce Livre Blanc, nous nous banalisons et perdons cet avantage comparatif majeur. Alors qu’elle est déjà la plus grande puissance économique de l’Europe, l’Allemagne ressort grandie de cet exercice comme sa plus grande puissance conventionnelle ; avant la fin de la LPM, l’armée de Terre suisse surpassera en format et équipements l’armée de Terre française !

Façonné d’emblée par les contraintes budgétaires, bâti sur des trajectoires financières ambiguës et incertaines, le Livre Blanc 2013 conduit au déclassement stratégique. Que l’on parle ou non de « décrochage», en une décennie, de 2008 à 2019, les réductions d’effectifs et d’équipements auront affaibli de plus de la moitié nos capacités de combat ! Le modèle proposé constitue une dégradation homothétique du modèle précédent déjà très affaibli. En l’absence de vision et de choix clairs, n’abandonnant rien, il saupoudre les moyens pour donner à la France une armée qui peut de moins en moins dans chacun de ses domaines d’emploi. Il affaiblit partout, sans chercher à rétablir notre autonomie stratégique en comblant les trous capacitaires qui se multiplient, s’agrandissent et la minent. Ce livre noir est celui du désarmement français.

Général (2s) Vincent Desportes (Theatrum Belli, 28 mai 2013)

 

Notes :

(1) : Discours de Jean-Yves Le Drian, Ecole Militaire, lundi 29 avril 2013

* Programme Scorpion : programme visant, notamment, à moderniser les véhicules blindés de combat (transports de troupe protégés, chars légers et chars lourds) et à améliorer la protection des combattants et des matériels. (note Métapo)

30/05/2013

Hommage public à Dominique Venner...

« La tradition est un murmure des temps anciens et du futur. Elle me dit qui je suis. Elle me dit que je suis de quelque part.

Je suis du pays de l’arbre et de la forêt, du chêne et du sanglier, de la vigne et des toits pentus, des chansons de geste et des contes de fées, du solstice d’hiver et de la Saint-Jean d’été, des enfants blonds et des regards clairs, de l’action opiniâtre et des rêves fous, des conquêtes et de la sagesse. Je suis du pays où l’on fait ce que l’on doit parce qu’on se doit d’abord à soi-même. »

Dominique VennerLe Cœur Rebelle

 

Un hommage publique sera rendu à Dominique Venner à Paris, le 31 mai 2013 à 16 heures

Espace Equinoxe

18/20 rue du Colonel Pierre Avia

15e arrondissement

Métro Balard.

 

Hommage Dominique Venner.jpg

 

 

 

21:58 Publié dans Infos | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dominique venner |  Facebook | Pin it! |

Les mémoires de Blake et Mortimer...

Les éditions Gallimard Jeunesse rééditent Un opéra de papier, les mémoires d'Edgar-P. Jacobs, que l'auteur avait initialement publié en 1981. Le grand maître de la ligne claire, créateur des personnages de Blake, Mortimer et Olrik apporte un éclairage passionnant , et abondamment illustré , sur la genèse de son oeuvre...

 

Opéra de papier.jpg

 

" Le père de Blake et Mortimer nous ouvre les portes de ses archives personnelles et retrace ici le parcours de sa vie. Un incroyable itinéraire qui le mène des Beaux-Arts à l'opéra, des premiers pas en bande dessinée à la collaboration avec Hergé...

À travers anecdotes et souvenirs, Edgar-P. Jacobs se raconte. Page à page, son univers se dessine, son œuvre se contruit, impérissable. "

Il faut en finir avec les droits des crapules !...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue tonique d'Etienne Lahyre, cueilli sur Boulevard Voltaire et consacré à l'impossible intégration de l'immigration afro-musulmane et à ses conséquences les plus frappantes...

 

Londres-assassin.jpg

 

Il faut en finir avec les droits des crapules !

Panique à bord chez les immigrationnistes : depuis plusieurs jours, de Paris à Londres, en passant par Stockholm, il devient de plus en plus difficile de dissimuler aux peuples d’Europe les méfaits de l’immigration de masse.

Le député PS Yann Galut, faussaire en chef, aurait bien aimé nous faire croire que les meurtriers du soldat britannique étaient des militants d’extrême droite, tout comme ceux qui avaient, selon lui, dévasté le quartier du Trocadéro, mais l’ignoble vidéo où l’assassin se met en scène ne laisse guère planer le doute.

L’hystérique Houria Bouteldja se voyait déjà interprétant son numéro favori de couscous-cosette expliquant les violences des populations afro-musulmanes comme la continuation légitime et logique des luttes en faveur de la décolonisation. Las ! Même dans les manuels d’histoire falsifiés par les inspecteurs généraux de l’Éducation nationale, on ne trouve aucune trace d’une quelconque tentative de colonisation de l’Afrique par les braves Suédois qui pourrait servir de prétexte aux émeutes urbaines qui transforment Stockholm en un vulgaire Clichy-sous-Bois depuis près d’une semaine.

Heureusement pour nous, Le Monde qui, il est vrai, déçoit rarement, nous explique dans son éditorial du jour que « la montée d’un parti d’extrême droite, les Démocrates suédois, a eu l’effet pervers de légitimer certains propos et attitudes racistes, ainsi que des méthodes policières brutales et discriminatoires » (sic). L’ex-« quotidien de référence » parvient à être encore plus têtu (sans jeu de mot « homophobe », je tiens à rassurer le vigilant Pierre Bergé…) que les faits : l’extrême droite est la cause unique et exclusive de tous les maux. Le simple fait que sa progression soit la conséquence, et non la cause, de ce chaos ne venant même pas à l’idée des folliculaires du Monde.

Et pourtant, on ne peut pas imaginer un terreau plus favorable que la Suède à l’idéologie immigrationniste : la Suède, c’est le paradis post-historique de l’indifférenciation généralisée. De la « tyrannie de la faiblesse », pour reprendre le titre de l’excellent essai de François-Xavier Paoli, où le mâle autochtone subit une émasculation permanente, quand l’allogène bénéficie d’une mansuétude sans limite au nom d’un relativisme culturel poussé à l’extrême, que la logomachie orwellienne nomme « tolérance ».

Assimilation à la française, communautarisme à l’anglo-saxonne, xénophilie suédoise : toutes les tentatives destinées à intégrer les immigrés d’origine afro-musulmane ont échoué. C’est un fait.

Les peuples d’Europe sont tous favorables à un contrôle plus strict de l’immigration. C’est un fait.

Comme l’a proposé la ministre de l’Intérieur britannique, il faut dénoncer la Convention européenne des droits de l’Homme qui, du fait de la perfidie des juges de Strasbourg, a créé dans les pays signataires un ordre juridique établissant les droits des crapules et les devoirs des honnêtes gens. Il faut réformer en profondeur le Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile en mettant fin au regroupement familial et en systématisant l’expulsion des délinquants étrangers assortie d’une interdiction définitive de retour sur le territoire national. Les tenants du juridisme nous disent que le Conseil constitutionnel s’y opposerait. Soit. Mais celui-ci ne se reconnaît pas compétent pour statuer sur la conformité d’une loi référendaire à la Constitution, au motif — principal — qu’une telle loi constitue l’expression directe de la souveraineté nationale (décision du 6 novembre 1962, confirmée par la décision du 23 septembre 1992). Alors, à quand un tel référendum ?

À l’instar de la consultation de 2005 sur la Constitution européenne, celui-ci constituerait un affrontement décisif entre l’oligarchie et le peuple. Le cynisme de la droite libérale et la bien-pensance de la gauche libertaire contre les 70 % de Français qui estiment qu’il y a trop d’étrangers en France : et une fois encore, les défenseurs de la démocratie balaieraient dans les urnes les gardiens de la démocrature. Voilà la vraie raison pour laquelle ce référendum n’aura sans doute jamais lieu…


Etienne Lahyre (Boulevard Voltaire, 23 mai 2013)

29/05/2013

Comprendre le monde avec la géopolitique...

Les éditions Argos viennent de publier un essai d'Olivier Zajec, intitulé Introduction à l'analyse géopolitique. L'auteur, saint-cyrien, agrégé d'histoire et diplômé de Sciences-po, est directeur d'un cabinet de conseil et publie régulièrement des articles de géopolitique et de relations internationales  (Le Monde diplomatique, la Revue de Défense nationale, Monde chinois, Stratégique, Défense et Sécurité internationale). Il est, par ailleurs, le fondateur des éditions Argos.

Géopolitique.jpg

" La « géopolitique » passionne. Autour d'un fleuve, d'un massif montagneux, d'une plaine fertile, d'un gisement de matières premières, d'une île bien placée, d'un détroit, les ambitions s'affrontent, les stratégies se confrontent, parfois jusqu'à la guerre, de siècles en siècles. Ossétie du sud, Iles Kouriles, Tibet, Ogaden, Cachemire, Iles Spratly, Kosovo, Pays basque...l'actualité est pleine de conflits déclarés, sourds ou larvés, « points chauds » parsemant le globe et remplissant les journaux télévisés. Révolutions arabes, montée en puissance chinoise, tensions sur les ressources rares...
Devant les soubresauts de l'actualité et les drames d'un monde instable, chacun souhaite comprendre les racines et la dynamique des conflits intra et inter-étatiques. Maîtriser la grille de lecture de ces enjeux apparaît essentiel. La méthode géopolitique prétend y aider.
Pourtant, la discipline géopolitique proprement dite demeure méconnue : Pourquoi et comment s'est-elle imposée? Qui sont les fondateurs de cette grille d'analyse ? Quels outils indispensables met-elle à notre disposition pour comprendre les permanences et les ruptures du monde contemporain ? C'est ce que nous fait découvrir cette introduction claire, synthétique et richement illustrée de cartes originales en couleur. "
Sommaire
I - L'histoire et les fondateurs
II - Les acteurs : formes politiques dans l'histoire
L'État et la Nation
L'Empire
III - Outils d'analyse géopolitique
IV - La géopolitique à l'heure des mutations du contexte géostratégique