Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2013

Tour d'horizon... (45)

enfants_belges (1).jpeg

Au sommaire cette semaine :

- sur Investig'actions, Bahar Kimyongür compare le discours des médias à propos de la Colombie et  à propos de la Syrie. Intéressant...

Syrie : la guerre des mots

dictateurs.jpg

 

- sur La voie de l'épée, le colonel Michel Goya dresse un constat accablant de l'état de nos armées...

De la crise à la faillite de l'outil de défense

soldats Mali.jpg




Les Français, champions de la natalité ?...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue grinçant de Joris Karl, cueilli sur Boulevard Voltaire et consacré aux cocoricos politiquement corrects des médias du système après l'annonce des chiffres de la natalité en France pour 2012.

Fécondité femmes immigrées.jpg

Démographie : que serait-on sans les mamas africaines ?

Jeudi soir, la télévision et ses journalistes ont encore bien mérité de la patrie. Il fallait entendre et voir l’imam Pujadas et consorts se « réjouir »de la « belle santé » démographique de notre pays. Au cours de son insupportable pensum, le président Hollande a pris lui aussi cet air ahuri devant les chiffres « exceptionnels »… La presse écrite est du même tonneau ; ainsi Le Figaro, imitant les autres canards subventionnés, pond un article de propagande euphorique dans lequel on lit que « la France évite un krach démographique ».

Pensez donc, bonne gens, les Françaises auraient un taux de fécondité de deux enfants par femme ! « Hourra » crient en chœur les perroquets de l’audience. Et comme à chaque fois, on se presse d’interroger des experts en expertise, des universitaires tout fripés qui peuvent gloser sur notre glorieuse vitalité… Sont-ils ignorants ou complices ?

Pourtant, l’étudiant en démographie le plus minable connaît au moins ça : il faut une moyenne de 2,1 enfants par femme pour assurer — d’extrême justesse — le remplacement d’une population ! Là, nous sommes en dessous. Miraculeusement, un Joseph Macé-Scaron avait eu l’honnêteté de le dire : « Ces chiffres sont essentiellement dus à l’immigration ! »

Au risque de choquer les âmes sensibles, sans les prolifiques mamans venues d’Afrique noire et du Maghreb, « notre » taux de fécondité s’effondrerait complètement. En réalité, les Françaises de souche européenne planent au ras du sol démographique, aux alentours de 1,6 enfant par femme peut-être. En gros, c’est une immense catastrophe. La France ne veut plus vivre et accepte un grand remplacement. Si vous n’y croyez pas encore, lisez les pages naissances de la presse régionale ou regardez les photos de classe de la plupart des communes au-dessus de 5.000 habitants. Ça vous réveillera.

Hasard du calendrier, le livre de Thilo Sarrazin, « L’Allemagne disparaît », est enfin traduit en français. Membre du Parti social-démocrate, il a dû démissionner de son poste à la Bundesbank suite au tollé provoqué par son opus, décrivant l’effondrement démographique allemand. Lequel a été vendu à plus de 2 millions d’exemplaires ! Les Allemands se l’arrachent, et le lisent religieusement, la gorge nouée. Probablement, l’Allemagne ne pourra jamais s’en sortir, le taux ayant sombré à un niveau « irréversible » si l’on en croit les thèses du démographe Alfred Sauvy.

Chez nous, après le regain de l’après-guerre, la fécondité a commencé à décroître en 1964. La baisse sera régulière jusqu’en 1972, « l’année charnière » de la révolution contraceptive (l’avortement est de factodépénalisé). Le « grand craquement » semble dater de septembre 73. La loi sur l’IVG de janvier 75 aura les mêmes conséquences que son homologue « testée » en RDA : la chute des naissances s’accélérera brutalement jusqu’à un point de non-retour. C’est au même moment que fut organisé le regroupement familial des immigrés. Vous avez dit bizarre ?

Joris Karl (Boulevard Voltaire, 29 mars 2013)

30/03/2013

Frontières invisibles...

Les éditions Apopsix viennent de publier Frontières invisibles, un roman d'anticipation de Jean Barret. L'auteur, avocat, s'est d'abord fait connaître par l'écriture de nouvelles de science-fiction...

frontieres-invisibles.jpg

" Peut-on s'attaquer au Système ? Peut-t-on le faire tomber ? Le héros de ce livre en est persuadé. Pour lui, les maux de la société tiennent à la dégénérescence du système social, religieux et économique et les oligarchies qui tiennent le monde en esclavage. Pour sauver l'homme et le libérer, il faut détruire la bête planétaire.

Loin d'une simple utopie, le héros va nourrir une réflexion globale et critique du monde actuel qui le conduira à mener un assaut d'une extrême violence contre toutes les structures en place, prenant en otage le pays tout entier dans une mise en scène cruelle et impossible à stopper. La manoeuvre est extrême, sans pitié. L'objectif : anéantir l'humain dans son mode de fonctionnement actuel, faire naître le chaos pour que fleurisse un monde nouveau, affranchie de toutes les routines et habitudes morbides qui sclérosent notre époque.

Plus percutant que le 11 septembre, plus définitif que Fight Club, plus activiste que les Anonymous, « Frontières invisibles » n'est pas un roman mais un livre d'anticipation sociale considéré comme le plus subversif de la littérature underground des trente dernières années.

Si vous ne supportez plus le système mondial injuste et décadent, le mensonge quotidien comme seule vérité, de vivre une existence ordinaire sans avenir... Si vous êtes prêts à changer radicalement et définitivement le cours de votre vie, bienvenue au delà des frontières invisibles. "  

 

Une rencontre avec Alain de Benoist...

Vous pouvez découvrir ci-dessous un court entretien entre Piero San Giorgio, auteur de Survivre à l'effondrement économique (Retour aux sources, 2011) et de Rues barbares (Retour aux sources, 2013), et Alain de Benoist, à propos de deux de ses livres, Demain, la décroissance ! (E-dite, 2007) et Au bord du gouffre ( Krisis, 2011).

 

29/03/2013

Un florilège pour tous et pour personne...

Les éditions Le passeur viennent de publier Nietzsche au jour le jour - Un florilège pour tous et pour personne. Cette anthologie a été établie par Jean-Yves Clément,  qui a soutenu une thèse de philosophie sur Nietzsche, et qui doit prochainement publier aux éditions Autrement, La raison des sortilèges,  un livre d'entretiens sur la musique avec Michel Onfray.

 

Florilège Nietzsche.jpg

" Cette anthologie présente un Nietzsche à plusieurs facettes. Un Nietzsche moraliste, dans le sens où l’étaient les frappeurs de maximes du XVIIIe siècle que le philosophe appréciait tant : Chamfort, La Rochefoucauld… Certaines de ses pensées suggèrent ainsi une ligne de conduite : "Que votre amour de la vie soit amour de votre espoir le plus haut : et que votre espoir le plus haut soit la pensée la plus haute de la vie".
Mais également un Nietzsche psychologue qui, avant Freud et à la même époque que Dostoïevski, jette un regard aigu sur les profondeurs de l’âme humaine. Il affirme par exemple que "ce n’est pas le doute, c’est la certitude qui rend fou". Le pourfendeur de la religion laisse ici la place à un créateur inspiré et pénétrant, sage solitaire pour notre temps. Ainsi, à travers de nombreux thèmes, l’amour, la liberté, la santé, l’art, la solitude, la pensée, la vertu, se dégage la vision, peut-être inattendue, d’un Nietzsche spirituel. "

Étrangleurs et réactionnaires...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue mordant de Christian Combaz, cueilli sur son blog. Ecrivain, Christian Combaz a récemment publié Gens de Campagnol (Flammarion, 2012), une chronique de la France des invisibles...

 

Etrangleur.jpg

Etrangleurs et réactionnaires

Nombre d'entre nous se souviennent du temps où leurs amis les plus lâches ou les mieux intentionnés leur suggéraient de surveiller une fâcheuse tendance à la Réaction.

Le temps où la Réaction sera elle-même assez tendance est pourtant imminent. En effet, les bêtises accumulées par les donneurs de leçons font croître la gêne et la réprobation chez leurs partisans selon une courbe tellement exponentielle que des voix commencent à s'élever sur le thème : cette cacophonie, ce manque de coordination, ces réformes superflues "vont finir par donner raison aux réactionnaires".

Les réactionnaires, personnages honnis entre tous, pourraient donc avoir raison, mais sans que le mérite leur en revienne, puisque ce sont leurs adversaires, à en croire les commentaires, qui perdent des points dans l'opinion, et non leurs idées qui en gagnent.

Mais le plus grave, s'ils parviennent un jour à séduire le Peuple, est qu'ils ne s'excuseront pas. C'est fini.  Tout semble indiquer que la précaution liminaire du style "Je sais que je vais passer pour réactionnaire, mais j'aimerais souligner que...", cette ultime politesse du débatteur qui mesure la vanité de ses efforts avant d'affronter la meute, cette concession permanente faite à l'esprit du temps et qui commence par "au risque de faire vieux réac ", appartiennent à une époque révolue.

Avant d'évoquer celle qui nous attend, il n'est  pas inutile de rappeler les caractéristiques de celle que nous quittons. Depuis 1917 et singulièrement en France depuis 1968, le mot réactionnaire s'emploie pour désigner celui qui prétend échapper à la fatalité révolutionnaire. La Réaction est ce réflexe petit-bourgeois qui consiste à vouloir tordre le bras de celui qui vous étrangle. Si vous ne voulez pas rejoindre le camp des étrangleurs, si vous ne voulez pas étrangler les autres en leur nom, vous perdez vos privilèges, vos amis, votre charme. Fonctionnaire, vous végétez sans avancement. Militaire, vous êtes coiffé par un vrai démocrate. Journaliste, vous êtes voué  à la rubrique auto-moto. Ecrivain, cinéaste, vous n'avez plus de talent.  Chanteur, vous êtes interdit de plateau ou livré à quelque animateur payé trente fois le smic pour vous étrangler en direct sur Canal Plus. Ce système s'est tellement généralisé que pour surnager, les hommes politiques les moins révolutionnaires ont dû donner des gages aux étrangleurs, ont dû les nommer partout, leur laisser nombre de leviers, et se plier à leur vocabulaire.

C'est là que nous voyons ressurgir le mot réactionnaire dans le pire contexte, celui d'une crise généralisée, où les étrangleurs continuent à patrouiller la vie sociale comme des drones,  mais en vain,  car le stratagème qui consiste à jeter l'opprobre sur les réacs ne fonctionne plus. Pendant que l'on réforme tout et n'importe quoi, le mariage, le vocabulaire, la famille, l'histoire, et pendant que les révolutionnaires créent des SCI pour échapper à l'impôt sur la fortune, le Peuple vient de se rendre compte qu'il aura mille euros par mois de retraite et quand on lui parle de Réaction, pour la première fois depuis la Guerre, il a envie d'étrangler quelqu'un.

Christian Combaz ( Blog de Christian Combaz, 7 février 2013)