Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2010

Nature sauvage d'Europe !

Les éditions de La Martinière viennent de publier Wild, nature sauvage d'Europe, un ouvrage magnifique réalisé par une soixantaine de photographes européens spécialistes de la photographie de nature qui ont parcouru les territoires encore préservés de notre continent.

Le site Wild Wonders of Europe permet de se faire une bonne idée du contenu du livre.

Un hymne à la beauté de la nature européenne à ne pas manquer !...

Wild.jpg

"Des ours polaires de Svalbard aux tortues de Méditerranée, des bisons de Pologne aux orchidées sauvages et aux glaciers enneigés, notre continent livre pour la première fois la beauté de ses paysages et l'immense richesse de sa faune.


Grâce à une politique de conservation de plus en plus influente, de nombreuses espèces ont été protégées et réintroduites dans leurs milieux naturels. Chaque année, de nouveaux sites viennent s'ajouter aux espaces protégés qui, dans l'Union européenne, représentent désormais environ 20 % du territoire.


Célébrant l’Année internationale de la biodiversité, cet ouvrage présente les résultats concrets de la protection et de la réintroduction d'espèces sauvages. Il rappelle aussi que des mauvais choix peuvent avoir des conséquences désastreuses sur un environement naturel qui demeure très fragile."

Loup.jpg

29/06/2010

La nature du pouvoir...

L'historien italien Luciano Canfora, spécialiste de l'antiquité et auteur d'une biographie de César intitulée Le dictateur démocrate, publie chez Les Belles Lettres un ouvrage de réflexion polémique sur la démocratie, intitulé La nature du pouvoir. Il dénonce, en particulier, l'existence, derrière le paravent démocratique, de groupes oligarchiques qui détiennent la réalité du pouvoir...

Canfora.gif
"Le livre fait se croiser des mythes classiques avec des événements et des personnalités de l'histoire contemporaine, en une démarche cohérente et raffinée. Se saisissant de Périclès, Staline, Démosthène, Napoléon et beaucoup d'autres, Canfora propose une vision de l'antiquité grecque et romaine qui forge des archétypes valables en tout temps, et aide à la compréhension de la dynamique politique contemporaine.
Son analyse commence par une question - où est le pouvoir ? Est-il véritablement incarné par des personnalités publiques connues de tous ou par d’autres cachées, invisibles ? Et, par conséquent, où nous mène l’affirmation de l'existence d'une dichotomie entre un pouvoir visible et un pouvoir occulte. C'est-à-dire, d’un côté, il y aurait la liturgie "de la démocratie», avec tous les styles, de propagande, de dialectique et de célébration des élections législatives, et de l’autre, le pouvoir des lobbyistes et d’une élite privée. Le principe qui imprègne la voie tracée par Canfora est que chaque État, qu’il soit tyrannique ou démocratique, est fondé sur la force et est, comme Gramsci l’a écrit dans son essai sur la mort de Lénine, «dictature». En outre, ajoute notre auteur, sous quelque forme de gouvernement et même en démocratie, le pouvoir réel est caché de la plupart des gens et est arbitré dans les coulisses, loin des projecteurs de la scène de la politique officielle, par certaines minorités mues par des intérêts particuliers .
Par conséquent, en citant la critique de la démocratie de Ugo Spirito, Canfora déclare qu '«il n’existe pas de régime démocratique, mais qu’il existe autant de types de démocraties qu'il y a de minorités capables de guider les majorités » : démocraties ploutocratique, démocraties cléricales, démocraties militaires, démocraties syndicalistes, jusqu’à un produit contemporain typiquement italien, la démocratie fondée sur la parole télévisuelle et la transformation du citoyen en "objet-consommateur-frustré» (pp. 62-63). La tyrannie, note Canfora, ne diffère pas beaucoup de ces démocraties élitistes : en effet, que ce soit un régime tyrannique ou démocratique, le pouvoir est de plus en plus la domination de quelques-uns sur tous. Les tyrans, dit l'auteur, ne sont pas des personnages isolés que la cupidité, l'ambition personnelle ou un désir effréné du pouvoir a conduit à dominer les autres. Ils sont plutôt le résultat et l'expression d'une élite - sociale, financière ou militaire qui le détient, et qui, en grande partie, l’utilise pour poursuivre ses intérêts particuliers. C'est pourquoi le tyrannicide continue Canfora, est totalement inutile et se révèle souvent contre-productif. « Le vrai problème est que le tyran est une invention, une création politico-littéraire. »
Quand sa puissance se révèle durable, on doit raisonnablement admettre que le «tyran» (terme imprécis et hyperbolique) a un poids plus ou moins grand sur la société. Donc le problème est de le vaincre politiquement et non de détruire l'individu. Le Tyrannicide est, à bien y regarder, un sous-produit du «culte de la personnalité», de l’évaluation disproportionnée d’une seule personne (p. 52).
A l’appui de sa thèse, Canfora cite deux exemples classiques du tyrannicide: le meurtre d'Hipparque, qui est devenu un mythe fondateur de la rhétorique démocratique athénienne, et le complot contre Jules César. Dans les deux cas, l'élimination physique du tyran présumé n'a pas comblé les attentes des conspirateurs, ni n’a permis à l'état de revenir aux conditions sociales et politiques qui ont précédé le début de la tyrannie. Lire l'essai de Canfora semble suggérer que la figure du tyran ne doit pas être considérée toujours et nécessairement comme «négative», de même que la démocratie parlementaire, en tant que forme possible d'une élite, ne doit pas être considérée toujours et nécessairement comme «positive» . C'est un argument fort, à bien des égards problématique, qui a donné et continuera de donner lieu à des réactions et des débats, et qui, par conséquent, a le mérite de stimuler, une fois de plus, la réflexion et l'échange d'idées."

28/06/2010

L'affaire de l'Humanité...

Collaborateur de la revue Communisme, dirigée par Stéphane Courtois, et auteur d'un livre sur les listes noires du PCF, Sylvain Boulouque revient dans L'affaire de l'Humanité, publié aux éditions Larousse, sur les démarches entreprises par le parti communiste "français" à l'été 1940 auprès des autorités d'occupation allemandes pour faire reparaître l'Humanité en zone occupée. Un livre utile qui apporte un éclairage intéressant sur la réalité de la ligne politique de ce parti pendant la guerre. 

L'affaire de l'Humanité.jpg
"Durant l’été et l’automne 1940, alors que se met en place l’occupation allemande en France, le Parti communiste envoie un émissaire à Paris auprès des autorités de la Wehrmacht pour négocier la reparution du journal l’Humanité. On est alors en plein pacte germano-soviétique… Cette démarche n’aboutira pas, mais cinq ans plus tard, à la fin de la guerre, le PCF, devenu le « parti des fusillés » et voulant effacer les errements de sa ligne avant d’être entré en résistance, fera porter la responsabilité de cette tentative, au seul émissaire, qui aurait agi de son propre chef. Maurice Tréand, jusqu’alors militant exemplaire, est ainsi lâché par son Parti. Trahi, abandonné, il sombre dans la dépression et meurt peu après. Pour la première fois, une biographie est consacrée à celui qui a, comme tant d’autres, sacrifié sa vie entière au communisme depuis sa jeunesse à Besançon jusqu’à sa mort dans le dénuement, en passant par Moscou et son école des cadres…."

27/06/2010

La crise de l'homme moderne...

La revue Rébellion publie son numéro 42 sur le thème "La crise de l'homme moderne". On pourra y lire un entretien avec Michel Maffesoli et un autre avec Thibaut Isabel ainsi des recensions de Comment peut-on être païen ? d'Alain de Benoist et de La matière mutilée d'Arnaud Bordes.

A noter que la revue dispose d'un site : Rébellion

Rébellion 42.png
Au sommaire : 

EDITORIAL

Peuples d’Europe, soulevez-vous !

ALTERNATIVE

Des communautés alternatives centenaires

Sol Veritas Lux

SOCIETE

L’ombre de Dionysos

Entretien/La pensée sauvage de Michel Maffesoli

Tatouages, piercings et autres modifications corporelles.

La fabrique du corps

Entretien/Les réflexions sur la violence de Thibault Isabel

Suicide et mal de vivre à l’ère de l’hypermodernité.

La crise est dans l’homme

CULTURE/LIVRES

Comment peut-on être païen ? Alain de Benoist

La matière mutilée Arnaud Bordes

------------------------------------------------

Rébellion disponible contre 4 Euros

A commander à RSE BP 62 124

31020 Toulouse Cedex 2

Rebellion_larevue@yahoo.fr

 

26/06/2010

Cinq cents mots pour la dissidence

La Fondation Polémia a publié sur son site, au cours du premier semestre 2010, un Dictionnaire de la réinformation - Cinq cents mots pour la dissidence pour lutter contre la novlangue stérilisante du système. Ce dictionnaire est accessible sur le site, en version complète, ici.

Mais une version papier est également disponible et peut être commandé au prix unitaire de 15 euros port compris à :

  • Polémia
  • 60 ter rue Jean-Jacques Rousseau
  • 92500 Rueil-Malmaison

 

réinformation.jpg
 

Les mots sont des armes.

La Novlangue orwellienne est, avec la diabolisation des mal pensants, l’arme principale du Système dominant pour stériliser les intelligences et priver les âmes de courage. Polémia y a consacré une première étude.

Mais en contrepoint de la Novlangue, le franc-parler politique est une arme pour libérer les esprits et leur donner des outils pour mieux comprendre le monde.

C’est le but de ce dictionnaire de la réinformation, de ce lexique de la dissidence.

Il ne comprend qu’un peu plus de 400 mots : il ne prétend donc pas à l’exhaustivité ni même à l’impartialité, encore moins à l’unicité de points de vue exprimés : car tout ce qui peut nourrir de forces la dissidence est bienvenu.

Dissidents de toutes sensibilités, unissez-vous !

Aussi, nul besoin d’être d’accord avec chacune de ces 464 définitions pour participer à la bataille. Il s’agit juste ici pour Polémia d’ouvrir la réflexion et d’inciter chacun à la poursuivre pour ouvrir des brèches dans le mur de l’idéologie unique… avant de le faire tomber !

Dans cette première ébauche le lecteur trouvera :

- des mots libérateurs, pour dévoiler ce que le politiquement correct et la censure médiatique veulent cacher ;

- des mots accusateurs, pour comprendre les ressorts du Système mondialiste dominant qui conduit les Européens sur la route de la servitude et de la décadence, afin de mieux le combattre ;

- des mots oubliés, qu’il faut invoquer pour retrouver notre identité et la voie du renouveau de notre civilisation ;

- des mots clés, pour interpréter les réalités et les forces de domination en oeuvre.

A chacun de poursuivre ! Car « Chaque Philoctète sait que sans son arc et ses flèches Troie ne sera pas conquise ».

 

25/06/2010

Ce qu'on ne vous a jamais dit sur la guerre d'Espagne !

Après La guerre d'Espagne et ses lendemains de Bartolomé Bennassar ou Le temps de Franco de Michel del Castillo, Christophe Dolbeau s'attaque à son tour dans Ce qu'on ne vous a jamais dit sur la guerre d'Espagne, publié aux édition de l'atelier Fol'Fer, à l'histoire "pieuse" de ce conflit. Un utile contrepoint aux ouvrages "classiques" toujours assez hypocritement favorables aux "Républicains"...

Guerre d'Espagne.jpg
"Nombreux sont encore les dupes et les niais qui tiennent la IIe République espagnole pour un paisible État de droit, gouverné par une gauche libérale, progressiste, bienveillante et démocratique, et la droite nationale pour un ramassis de réactionnaires obtus, bigots et haineux. Ressassé sans relâche depuis 70 ans par une armée de menteurs professionnels, ce cliché trompeur a la vie dure. Oubliés les incendies d’églises et de couvents, les confiscations de biens, les grèves permanentes, les mutineries, les émeutes, les pillages, les meurtres et les attentats ! Oubliée la cohorte de médiocres et de malfaisants, de terroristes, de tricoteuses et de maçons, qui s’empare du pouvoir et proclame à tous vents qu’elle veut faire au plus vite de l’Espagne une «démocratie populaire».
Légitime réflexe d’auto-défense de l’Espagne éternelle, le soulèvement national n’est pas sans soutien à l’étranger où les bonnes volontés se mobilisent en grand nombre. En France, la droite nationale fait activement campagne pour les insurgés et quelques centaines de militants vont même faire le coup de feu de l’autre côté des Pyrénées. D’autres pays, dont l’Irlande, dépêchent eux aussi des volontaires qui apportent une contribution symbolique à cette nouvelle Croisade. Cet engagement n’a rien d’infamant, bien au contraire, et il est plus que temps d’en parler : nous nous y employons également dans ce petit livre.
Il y a plus de 70 ans, l’Espagne, au prix d’une guerre terrible et de sacrifices immenses, s’arrachait aux griffes d’un gang de «cruels imbéciles», de «crétins criminels» et de « scélérats » (selon les termes mêmes de deux Pères de la République, Pérez de Ayala et le Dr Marañon). Ce sursaut est tout à son honneur, il est juste d’y rendre hommage et nous espérons y contribuer un tant soit peu par ce modeste ouvrage."