Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2018

Quand l'Espagne bouge...

Le numéro 15 du mensuel conservateur L'Incorrect est arrivé en kiosque. On peut trouver à l'intérieur un dossier consacré à la première guerre mondiale et un autre consacré à l'Espagne, dans lequel on trouvera un entretien avec Santiago Abascal, le président de Vox, le nouveau parti populiste espagnol, ainsi que les pages "L'époque", "Politique", avec un entretien donné par Bruno Mégret, "Reportages", "Essais" et "Culture"...

Le sommaire complet est disponible ici.

Incorrect 15.jpg

 

 

 

29/11/2018

Cote 418...

Les éditions Edelweiss viennent de publier un roman de François Bert intitulé Cote 418. Ancien officier du 2e REP, François Bert a fondé un cabinet de conseil et est déjà l'auteur d'un essai, Le temps des chefs est venu (Edelweiss, 2017).

 

Bert_Cote-418.jpg

" « Je sors de mon abri, dont l’humidité m’est devenue insupportable. L’odeur du rat que j’ai écrabouillé à coups de godillots la nuit dernière y est encore prégnante, puisque je n’ai pu le balancer par-dessus les lignes que ce matin. Les tranchées sont un univers olfactif en elles-mêmes : entre la boue, la poudre, le sang, la merde et la charogne, toute l’humanité concentre en quelques toises ses pires sécrétions. Sans rien relâcher de ma posture de commandement mais sans interférer dans les ordres en cours, je passe sur les positions et j’observe. Je sens l’ambiance, tâte les éventuelles tensions, cherche à déceler les blessures camouflées ou les non-dits du commandement quotidien. Je passe. Je me tais quand le chef de groupe est à la manœuvre, lui parle quand il est en retrait. Je ne contrôle pas, je suis « à côté », dans la tension juste de l’exigence déjà transmise. C’est l’occasion aussi pour ceux qui sont au repos d’avoir un accès direct à leur chef de section. Besoin de confidence, message bloqué à l’échelon intermédiaire ou simple besoin de parler. Cela crée un lien humain qui épaissit la vie collective sans dévoyer la relation de commandement. Je remarque après trois passages dans la tranchée alpha que Kutasi… »

François BERT, saint-cyrien et ancien officier parachutiste à la Légion étrangère, crée en 2011 Edelweiss RH, un cabinet qui accompagne les dirigeants au « discernement opérationnel ». Après un plaidoyer en 2016 pour l’avènement des chefs naturels en politique (Le temps des chefs est venu, Edelweiss Editions), il donne à vivre dans ce premier roman, qui est d’abord un hommage aux combattants de 14-18, l’expérience intime des questionnements et des choix d’un jeune chef au cœur du chaos."

21/11/2018

L’hommage aux « Poilus » dévoyé par l’idéologie dominante...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Bernard Lugan sur les commémorations du centenaire du 11 novembre 1918. Historien et africaniste, Bernard Lugan a publié de nombreux ouvrages, dont dernièrement Osons dire la vérité à l'Afrique (Rocher, 2015), Histoire de l'Afrique du Nord (Rocher, 2016), Algérie - L'histoire à l'endroit (L'Afrique réelle, 2017), Heia Safari ! - Général von Lettow-Vorbeck (L'Afrique réelle, 2017) et, dernièrement, Mai 68 vu d'en face (Balland, 2018).

Poilus.jpg

L’hommage aux « Poilus » dévoyé par l’idéologie dominante

Pensée par le socialiste Joseph Zimet en charge de la Mission du centenaire de la Grande Guerre, à la ville époux de Madame Rama Yade ancien secrétaire d’Etat de Nicolas Sarkozy, la cérémonie du 11 novembre 2018 célébrée sous l’Arc de Triomphe laisse une impression de malaise.

D’abord, comment expliquer l’insolite relégation des représentants de la Serbie à l’extérieur de la principale tribune officielle alors que leur pays fut un des artisans majeurs de la victoire après avoir perdu 450.000 combattants tués et 134.000 autres blessés sur une population de 4,5 millions d’habitants ? Sans compter des pertes civiles s’élevant à 800.000 morts…

Ensuite, comment qualifier l’insulte personnelle faite au président Trump, obligé de subir la prestation-provocation de sa compatriote d’origine béninoise, la chanteuse Angélique Kidjo, l’une de ses plus farouches adversaires ? Il est en effet utile de rappeler que cette militante activiste avait manifesté contre son élection au sein de la Women’s March, et qu’elle le qualifie d’homme qui n’a « ni morale, ni valeurs humaines »... Un tel affront diplomatique restera dans les annales...

Enfin, point d’orgue de la grande entreprise de réécriture de l’histoire de France, l’amplification du rôle de l’Afrique durant la Première Guerre mondiale, à travers un message plus que subliminal : les Africains ayant permis la victoire française, leurs descendants ont des droits sur nous et voilà donc pourquoi ils sont chez eux chez nous…

Je répondrai à ce troisième point en reprenant mon communiqué en date du 13 mai 2016 dont le titre était « La France n’a pas gagné la Première guerre mondiale grâce à l’Afrique et aux Africains ».

Laissons en effet parler les chiffres[1] :

1) Effectifs de Français de « souche » (Métropolitains et Français d’outre-mer et des colonies) dans l’armée française

- Durant le premier conflit mondial, 7,8 millions de Français furent mobilisés, soit 20% de la population française totale.

- Parmi ces 7,8 millions de Français, figuraient 73.000 Français d’Algérie, soit 20% de toute la population « pied-noir ».

- Les pertes parmi les Français métropolitains furent de 1.300 000 morts, soit 16,67% des effectifs.

- Les pertes des Français d’Algérie furent de 12.000 morts, soit 16,44% des effectifs.

 2) Effectifs africains

- L’Afrique fournit dans son ensemble 407.000 hommes, soit 5,22 % de l’effectif global de l’armée française.

- Sur ces 407.000 hommes, 218.000 étaient originaires du Maghreb (Maroc, Algérie et Tunisie).

- Sur ces 218.000 hommes, on comptait 178.000 Algériens, soit 2,28 % de tous les effectifs de l’armée française.

- Les colonies d’Afrique noire dans leur ensemble fournirent quant à elles, 189.000 hommes, soit 2,42% de tous les effectifs de l’armée française.

- Les pertes des Maghrébins combattant dans l’armée française furent de 35.900 hommes, soit 16,47% des effectifs, dont 23.000 Algériens. Les pertes algériennes atteignirent donc 17.98% des effectifs mobilisés ou engagés.

- Les chiffres des pertes au sein des unités composées d’Africains sud-sahariens sont imprécis. L’estimation haute est de 35.000 morts, soit 18,51% des effectifs ; l’estimation basse est de 30.000 morts, soit 15.87%.

Pour importants qu’ils soient, les chiffres des pertes contredisent l’idée-reçue de « chair à canon » africaine. D’ailleurs, en 1917, aucune mutinerie ne se produisit dans les régiments coloniaux, qu’ils fussent composés d’Européens ou d’Africains.

Des Africains ont donc courageusement et même régulièrement héroïquement participé aux combats de la « Grande Guerre ». Gloire à eux !

Cependant, compte tenu des effectifs engagés, il est faux de prétendre qu’ils ont permis à la France de remporter la victoire. Un seul exemple : l’héroïque 2° Corps colonial engagé à Verdun en 1916 était composé de 16 régiments, or, les 2/3 d’entre eux étaient formés de Français mobilisés, dont 10 régiments de Zouaves composés très majoritairement de Français d’Algérie, et du RICM (Régiment d’infanterie coloniale du Maroc), unité alors très majoritairement européenne.

Autre idée-reçue utilisée par les partisans de la culpabilisation et de son corollaire « le grand remplacement » : ce serait grâce aux ressources de l’Afrique que la France fut capable de soutenir l’effort de guerre.

Cette affirmation est également fausse car, durant tout le conflit, la France importa 6 millions de tonnes de marchandises diverses de son Empire et 170 millions du reste du monde.

Conclusion : durant la guerre de 1914-1918, l’Afrique fournit à la France 5,22% de ses soldats et 3,5% de ses importations.

Ces chiffres sont respectables et il n’est naturellement pas question de les oublier ou de les tenir pour secondaires. Prétendre qu’ils furent déterminants est en revanche un mensonge doublé d’une manipulation idéologique.

Bernard Lugan (Blog de Bernard Lugan, 14 novembre 2018)

02/11/2018

De l'hécatombe aux illusions de la victoire...

Les éditions Dualpha viennent de publier une étude de Bernard Plouvier en deux tomes, L'hécatombe (septembre 1914 - mai 2017) et Les illusions de la victoire (juin 1917 - novembre 1919), consacrée à la première guerre mondiale. Médecin, Bernard Plouvier est, notamment, l'auteur de plusieurs études historiques décapantes, comme La ténébreuse affaire Dreyfus (Dualpha, 2010) et Faux et usage de faux en histoire (Dualpha, 2012), et d'une imposante Biographie médicale et politique d'Adolf Hitler (Dualpha, 2007).

 

Plouvier_L'hécatombe.jpg

" Les combats de l’été 14 ont clos le XIXe siècle. La guerre de position, qui débute à l’Ouest durant l’automne, marque l’entrée dans le XXe, celui de la propagande mensongère et des guerres de matériel, où l’abnégation et la résignation tiennent davantage de place chez le combattant que l’héroïsme, une vertu qui passe du domaine individuel au collectif, hors circonstances exceptionnelles.

Partis se battre, en une glorieuse parenthèse de quelques mois qui devait être un ilot d’aventures émergeant d’une vie morne et conventionnelle, les hommes de toutes les armées – du moins pour le front Ouest, puis l’italien – sont confrontés à des conditions de survie médiévales, voire préhistoriques. Ils s’aperçoivent bientôt qu’ils ne sont qu’un matériau de plus de cette guerre, et le moins onéreux, celui que des généraux inexperts, voire franchement criminels, sacrifient allègrement.

La guerre crée de profondes injustices sociales : l’on épargne de la tuerie et l’on surpaye ceux que l’on juge indispensables à l’effort industriel, en exposant la vie des paysans et des intellectuels. Le milieu des « affectés spéciaux en ateliers », petits mais authentiques profiteurs de guerre, se transforme dès 1917 en un groupe de perpétuels revendicateurs, adeptes de cette lutte des classes que les marxistes vont transformer en guérilla civile permanente.

Au mois d’août 1916, Erich Ludendorff devient le quasi-dictateur en matière d’opérations militaires, de propagande et d’économie de guerre, dans le Reich, où il ne parvient guère à calmer l’agitation des politiciens ambitieux ni à réduire les profits scandaleux des fournisseurs aux armées. Ces deux plaies se rencontrent d’ailleurs chez tous les belligérants.

Au printemps de 1917, Philippe Pétain devient enfin le chef des armées françaises de métropole. Avec ces deux stratèges, la guerre va changer de style. "

 

Plouvier_Illusions de la victoire.jpg

" De cette guerre qui se fait désormais avec du « million d’hommes », deux noms émergent : Erich Ludendorff, le dernier grand stratège traditionnel ; Philippe Pétain, le tacticien qui, le premier, a compris que le matériel utilisé en abondance épargne des vies, et le stratège visionnaire qui emploie simultanément, lors des attaques, l’aviation, les chars et l’artillerie mobile en soutien de l’infanterie.

Le coût en vies (1,4 million pour les Français) est à la fois immense et d’effet retardé : ce sont surtout des hommes jeunes qui sont morts et cela fait autant de géniteurs en moins. Le coût en argent est jugé prohibitif : 7 années de revenu national pour la France et un endettement équivalant à 5 autres années. De créditeur général de la planète, l’Europe devient débitrice des USA, le grand gagnant économique du premier épisode de la « guerre civile européenne. »

Les Traités de paix, concoctés à Paris et signés dans les châteaux de la région parisienne, sont gros de tant de conflits, petits et grands, qu’on doutera toujours des motivations de leurs concepteurs. La sottise et l’ignorance expliquent-elles seules l’abjection profonde de ces traités ou, chez ces hommes manipulés en coulisses par des conseillers intimement liés aux industriels et aux financiers, a-t-il existé la volonté sournoise et cynique de préparer une prochaine guerre, si utile au Big Business ?

Dans l’immédiat après-guerre, et dans chaque pays belligérant ou nouveau-né, débutent un chômage massif, la croissance accélérée de la Dette publique et la course-poursuite des salaires et des prix, puis la valse des dévaluations monétaires. Les valeurs morales sont ridiculisées par les théoriciens de l’amour libre et de la subversion, par les canailleries des affairistes et par les revendications permanentes. La quête du beau disparait des motivations du milieu de l’art. Il devient de bon ton de tourner en dérision les notions d’honneur, de travail, de famille et de patrie.

La Grande Guerre accumula morts, ruines et déréliction, mais elle accoucha aussi d’un demi-siècle d’explosions techniques et de grandes expériences politiques. C’est l’histoire de cette mutation qu’on a voulu exposer de façon aussi complète que possible et d’une manière résolument non conventionnelle. "

28/05/2018

L'as des as oublié...

Les éditions Privat viennent de publier, sous la signature de Damien Accoulon, René Fonck - As des as et pilote de la Grande Guerre, une biographie du pilote français aux 75 victoires homologuées, sans compter les 69 probables... Agrégé d'histoire, Damien Accoulon s'est spécialisé sur les pilotes de chasse de la première guerre mondiale.

 

Accoulon_René Fonck.jpg

" Qui donc, aujourd'hui, connaît René Fonck ? Tombé dans un relatif oubli, cet aviateur, as des as de la Première Guerre mondiale, " vengeur de Guynemer ", semblait tout avoir pour figurer en bonne position dans le roman national. Son rôle trouble sous le régime de Vichy aurait occulté la mémoire de ce pilote et député de la IIIe République. Mais est-ce aussi simple ? Mettant à jour des documents jamais étudiés jusqu'alors, Damien Accoulon tente de saisir l'ensemble des facettes de ce personnage complexe que fut René Fonck, dans un ouvrage qui nourrit finalement une réflexion plus large sur ce qui forge, ou non, les héros nationaux. "

16/12/2017

Heia Safari !...

Sous couvert de sa revue L'Afrique réelle, Bernard Lugan vient de publier Heia Safari ! - Général von Lettow-Vorbeck - Du Kilimanjaro aux combats de Berlin (1914-1920). Historien et africaniste, Bernard Lugan a publié de nombreux ouvrages, dont dernièrement Osons dire la vérité à l'Afrique (Rocher, 2015), Histoire de l'Afrique du Nord (Rocher, 2016) et Algérie - L'histoire à l'endroit (L'Afrique réelle, 2017). Il avait déjà abordé la figure remarquable de Paul von Lettow-Vorbeck, chef invaincu des forces allemandes en Afrique orientale pendant la première guerre mondiale, dans Le safari du Kaiser (La Table ronde, 1987), récit romancé très enlevé, écrit avec le journaliste Arnaud de Lagrange.

 

Lugan_Heia Safari.jpg

" De 1914 à 1918, loin des fronts d’Europe, dans l’est africain, coupés de toute possibilité de ravitaillement, et commandés par le colonel puis général Paul von Lettow-Vorbeck, quelques milliers d’Allemands et d’askaris résistèrent à 300 000 soldats britanniques, belges, sud-africains et portugais.
Au mois de mars 1916, après deux années de victoires remportées au cri de « Heia Safari », l’arrivée de plusieurs dizaines de milliers de soldats sud-africains contraignit von Lettow-Vorbeck à changer de tactique.
Il choisit alors celle du repli offensif, se dérobant devant des forces trop nombreuses pour les attaquer ensuite par surprise. De novembre 1917 à septembre 1918, sa retraite offensive le conduisit jusqu’au Mozambique où il enchaîna les victoires.
Au mois de septembre 1918, alors qu’il lui restait moins de 200 Allemands et environ 2 000 askaris, le général von Lettow-Vorbeck décida d’envahir la colonie britannique de Rhodésie. Le 13 novembre, il y apprit qu’un armistice avait été signé en Europe. Il refusa de se rendre, déclarant au commandement britannique qu’il pouvait encore combattre durant deux années.
Finalement, le 25 novembre 1918, en Rhodésie du Nord, l’actuelle Zambie, et alors que l'armistice était signé depuis 14 jours, 155 Allemands, officiers, sous-officiers, rappelés et volontaires, ainsi que 1156 askaris et 1598 porteurs se formèrent en carré face aux forces britanniques. Devant eux, le chef admiré auquel les askaris avaient donné le nom de « Bwana mukubwa ya akili mingi » (le grand homme qui peut tout).
Rentré en Allemagne, le 1er juillet 1919, sur ordre du gouvernement, le général von Lettow-Vorbeck écrasa le soulèvement communiste à la tête d’un corps de volontaires, le « Lettow-Korps ».
Du Kilimandjaro aux combats de Berlin, cette épopée méconnue qui mériterait d’être enseignée dans les académies militaires, est ici racontée dans un livre abondamment illustré. "