Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2018

Cette année-là... (4)

Dans Cette année-là, l'équipe de la revue Éléments, autour de Patrick Péhèle,  nous fait découvrir sur le plateau de TV Libertés des livres, des chansons, des films, des évènements qui ont marqué la société française en bien ou en mal et qui marquent encore notre présent. Un rendez-vous classé par année, sous le signe d’un retour sur notre passé, avec ce qu'il faut de passion et d'impertinence... Et on retrouve sur le plateau Pascal Esseyric, David L’Épée , Olivier François et Christophe A. Maxime...

Au sommaire ce mois-ci :

– le live Aristote au Mont Saint-Michel, de Sylvain Gouguenheim (2008)

– le film Calmos, de Bernard Blier (1976)

– La série Le prisonnier, de Patrick McGoohan (1967)

 

                                   

 

En complément :

- un extrait du film Calmos

                               

- le célèbre générique de la série Le prisonnier

                                    

20/02/2016

L'appel aux Dieux...

Les éditions du lore viennent de publier un recueil de Collin Cleary intitulé L'appel aux Dieux - Essais sur le paganisme dans un monde oublié de Dieu. Docteur en philosophie, Collin Cleary est un penseur indépendant qui vit à Sandpoint dans l’Idaho. Il est l’un des fondateurs avec le musicien et publiciste Michael Moynihan de la revue américaine TYR: Myth—Culture—Tradition.

 

Appel aux dieux_Cleary.jpg

" Le néo-paganisme est la tentative de faire revivre les religions polythéistes de la vieille Europe. Mais comment ? Peut-on simplement inventer ou réinventer une foi vivante et authentique ? Ou les néo-païens modernes sont-ils simplement engagés dans des jeux de rôles sophistiqués ?

Dans L’appel aux dieux, Collin Cleary affirme que les dieux ne sont pas morts ou ne nous ont pas oubliés, dans la mesure où nous ne sommes pas morts pour eux ou que nous-mêmes ne les avons pas oubliés. La civilisation moderne – incluant une grande partie du néo-paganisme moderne – vient d’un état d’esprit qui aliène l’homme du divin et nous piège dans un monde de nos propres créations. S’inspirant de sources allant du taoïsme à Heidegger, Collin Cleary décrit la manière dont nous pouvons atteindre une attitude d’ouverture qui pourra permettre aux dieux de revenir.

Dans ces neuf essais diversifiés, Collin Cleary explore aussi la tradition païenne nordique, le tantrisme, les écrits d’Alain de Benoist, Karl Maria Wiligut et Alejandro Jodorowsky, et la fameuse série TV Le Prisonnier de Patrick McGoohan. Les essais de Cleary sont des modèles de la manière de combiner la clarté et l’esprit à la profondeur spirituelle et la sophistication intellectuelle.

L’appel aux dieux établit Collin Cleary comme l’un des principaux intellectuels du néo-paganisme contemporain. "

08/04/2013

Sommes-nous tous des numéros ?...

" – Qui êtes-vous ?
  – Je suis le nouveau Numéro 2.
  – Qui est le Numéro 1 ?
  – Vous êtes le Numéro 6.
  – Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre ! "

 

Nous vous signalons la parution aux PUF d'un essai de Pierre Sérisier intitulé Le Prisonnier - Sommes-nous tous des numéros ? et consacré à l'inoubliable et géniale série télévisée de Patrick McGoohan... Journaliste, auteur et traducteur de romans policiers, Pierre Sérisier anime le blog Le Monde des séries.

 

Prisonnier.jpg

" Le Prisonnier est d’abord l’oeuvre d’un homme, Patrick McGoohan, qui livre à la postérité un chef d’oeuvre inégalé. Jamais une fiction télévisée n’a été à ce point étudiée, disséquée et documentée depuis l’apparition du petit écran. Acteur, réalisateur, scénariste, producteur, directeur de casting et finalement maître d’oeuvre habité par une ambition, McGoohan a tenté un pari que l’on peut juger fou et livré en seulement 17 épisodes une contribution majeure à la culure populaire.
Le Prisonnier est également une série inscrite dans le temps. Elle est à la fois le témoin de son époque, la fin des années 60, et prophétique par bien des aspects en dénonçant l’aliénation de la société de consommation, la tyrannie du pouvoir, la fascination pour la médecine, la surveillance croissante de l’individu et la perte des repères de l’identité de chacun d’entre nous dans un phénomène croissant d’isolement. "