Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/12/2017

Le soleil reviendra !...

Bonne fête de Noël aux lecteurs de Métapo infos !...

 

Bougie_Noël.jpg

Le soleil revient toujours, et avec lui la vie sur la terre.

Au cœur de l’hiver, c’est le feu qui remplace le soleil. Il chauffe et éclaire. Il est la vie.

Aujourd’hui encore, le feu garde son éternel symbole. Au plus profond de l’hiver, il reste une image du soleil, une image du rythme des saisons et du rythme de la vie.

Christianisée sous le nom de Noël, la fête nordique de JUL n’est pas limitée à une seule journée. Le solstice d’hiver n’en représente que le point culminant, la nuit sacrée entre toutes. Noël n’est pas la fête de la vieillesse et du désespoir, mais celle de l’enfance et du devenir.

Fête du combat contre les ténèbres et fête des graines invisibles, Noël appartient à ceux qui luttent dans le silence, l’ombre et la solitude. Noël est la fête de l’invincible espérance.

Les hommes d’aujourd’hui, s’ils ignorent le véritable sens de ces jours de fête, n’en devinent pas moins qu’il s’agit d’une tradition plongeant ses racines dans le plus sacré de nos peuples.

Noël, c’est la vieille fête du solstice d’hiver. Dans la nuit la plus longue de l’année, alors que l’hiver, le froid, la neige, le gel, ne semble jamais devoir finir, dans cette nuit unique et terrifiante, nos ancêtres ont refusé de croire à la mort du soleil. Ils portaient au cœur la certitude du printemps. Ils savaient que la vie continuait, que les fleurs allaient crever la neige, que les graines germaient sous la glace, que les enfants allaient prendre leur part d’héritage et que leurs clans et leurs tribus allaient conquérir toutes les terres dont ils avaient besoin pour vivre, toutes les mers dont ils allaient faire leur domaine sans limites.

Au moment où les glaciers allaient peu à peu reculer devant les forêts, voici des milliers d’années, une immense veillée d’armes nous réunissait autour des feux, à travers toute l’Europe alors sans nom. Nos ancêtres surgissaient des ténèbres et des brumes. Ils allaient découvrir la mer immobile et élever des pierres verticales, au soleil de la Grèce. Ils savaient qu’ils triompheraient de l’hiver, de la peur et de cette atroce sagesse des vieillards qui veulent paralyser les jeunes gens impatients.

Notre monde est entrain de naître. Invisible comme les fleurs et les blés de demain, il fait son chemin sous la terre. Nous avons déjà nos racines, solidement enfoncée dans la nuit des âges, ancrées dans le sol de nos peuples, nourries du sang de nos anciens, riches de tant de siècle de certitude et de courage que nous sommes les seuls à ne pas renier. Nous sommes entrés dans un hiver intégral où l’on oblige les fils à avoir honte des hauts faits de leur père, où l’on préfère l’étranger au frère, le vagabond au paysan, le renégat au guerrier. Nous sommes entrés dans un hiver où l’on construit des maisons sans cheminée, des villages sans jardin, des nations sans passé. Nous somme rentrés dans l’hiver.

La nature meurt et les hommes deviennent tous semblables. Il n’y a plus de paysages et plus de portraits. Nous vivons dans des cubes. Avec un peu de chimie, nous nous éclairons, nous nous nourrissons, nous n’avons pas trop d’enfants, nous oublions la lutte, l’effort et la joie. Oui, malgré les lumières du néon, les vitrines et les images du cinéma, malgré les fêtes de noël, les guirlandes, les messes et les sapins, nous sommes entrés dans un très long hiver.

Nous sommes quelques-uns qui travaillons au retour du printemps.

Jean Mabire dans Les solstices - Histoire et actualité

 

01/01/2017

Feu sur la désinformation... (118)

Vous pouvez découvrir ci-dessous un nouveau numéro de l'émission I-Média sur TV libertés, consacrée au décryptage des médias et présentée cette semaine par Hervé.

Au sommaire :

  • 1 : Anis Amri portrait médiatique
    Portrait médiatique du terroriste de Berlin : Les médias ont dressé le portrait du terroriste abattu à Milan le 22 décembre dernier, à travers 2 angles médiatiques : « désislamisation » et "sentimentalisme inversée ". Bobard pour Jean Quatremer qui affirme que le « Front National s’est planté » puisque Anis Amri n’est pas un migrant, et Charles Consigny pour qui « le risque de terrorisme en « Europe est quasi nul »
  • 2 : Le zapping d’I-média
    Séquence de propagande à propos des "réfugiés" : sur France Culture dans une émission « #J’accueille un réfugié chez moi ». France 24 diffuse un grand reportage dans un centre d’accueil de "migrants" et ouvre le sujet sur des enfants alors que la plupart des "migrants" sont de jeunes hommes.

    Interdiction des châtiments corporels finalement adoptée par le Parlement. France info tv fait une comparaison des législations européennes « la Suède est le premier [pays] à les avoir bannis ». La chaine du canal 27 illustre le sujet avec des images d’un parc d’attractions. Une manière d’exprimer que l’interdiction des châtiments corporels amène au bonheur.

  • 3 : Noël médiatique : entre déni et dénigrement
    Zoom sur le traitement médiatique de la fête de Noël, Noël ce mot interdit. France inter champion hors catégorie du dénigrement cathophobe avec les « humoristes » Guillaume Meurice et Antoine Bueno. Jean-Pierre Pernault reste le gardien des traditions en lançant 2 sujets sur les crèches, dans son journal « au cœur des régions ».
  • 4 : Les tweets de la semaine
    Bobard par occultation pour BFMTV : En Allemagne, 6 syriens et un libyen tentent d'incendier un SDF. BFMTV va cacher les nationalités : « Allemagne : sept individus tentent de mettre le feu à un sans-abri ».

 

 

                                   

24/12/2016

La fête immémoriale...

Jul.jpg

Métapo infos

souhaite

un bon Noël

à tous ses lecteurs !

Noël 2.jpg

Le Noël 1915 de Jünger en Artois...

24 décembre 1915, près de Douchy

"C'est le soir de Noël. Je suis assis à mon bureau au-dessus duquel Auguste, mon ordonnance a suspendu une toile de tente, et je me fais préparer un grog. Une branche de sapin est posée sur la table. Oui ! C'était bien différent il y a deux ans ! J'étais vers cette date au fort Saint-Jean à Marseille, attendant les papiers pour rentrer à la maison. Aujourd'hui au moins, il y a une branche de sapin sur la table, et même si les balles sifflent au-dessus de l'abri, les mitrailleuses cognent et l'artillerie lourde n'observe pas la trêve de Noël, j'ai bien d'autres espoirs en perspective. En pensée, je vois le grand fleuve au milieu de vastes espaces ; d'imposantes régions couvertes de sombres forêts, et des étendues où poussent des herbes gigantesques.

A l'instant , quelques uns de nos braves fusiliers chantent « Stille Nacht, heilige Nacht » et d'autres chants de Noël. Une mitrailleuse anglaise tente de couvrir leur voix, mais ils tiennent bon."

Ernst Jünger, Carnets de guerre 1914-1918 (Bourgois, 2014)

10/12/2016

Rites païens et sacrés de Noël...

Les éditions Oracom, qui publient déjà la revue Mythologie, viennent de sortir un premier numéro de Contes & légendes consacré à Noël... Une revue dont il est possible de découvrir le sommaire ici.

 

Contes et légendes.jpg

" Noël tire son enchantement des multiples récits qui l'animent. Son histoire millénaire, les traditions villageoises, les personnages de légende, les contes populaires et les nouvelles littéraires qui l'explorent composent un tableau imaginaire infini. Vous apprendrez combien nous devons cet imaginaire débridé à nos régions. Des géographies qui dessinent les contours d'une France bercée par son patrimoine folklorique, religieux et féérique. A la rencontre des ancêtres du père Noël, des fées et sorcières, des lutins et animaux légendaires qui visitent les foyers, vous découvrirez les coutumes et les légendes qui se rattachent à ce moment unique du passage de l'ombre à la lumière auquel ce nouveau magazine vous invite. "

10/11/2016

Le bouquin de Noël...

Les éditions Robert Laffont viennent de publier dans leur collection Bouquin, Le bouquin de Noël,  un recueil rassemblé par Jérémie Benoit et consacré à Noël... Historien d'art et conservateur des châteaux du Trianon à Versailles, Jérémie Benoit a également publié plusieurs essais sur les traces de la cultures indo-européenne, comme Les origines mythologiques des contes de Grimm : des mystères du nord aux forêts de l'enfance (Porte-glaive, 1997) ou Le chamanisme : origine et expansion de la culture indo-européenne, (Berg International, 2007).

 

Bouquin de Noël_Benoit.jpg

" Si chaque année paraissent au moment des fêtes de fin d'année de petits recueils rassemblant quelques contes de Noël, jamais encore il n'a été produit une véritable anthologie rassemblant les récits des plus grands écrivains de tous les temps et de tous les pays. De même, jamais encore il n'a été tenté une explication des thèmes les plus souvent traités dans ces contes, où l'on rencontre des revenants, des spectres, des morts surtout, et particulièrement des morts d'enfants.
C'est que le sujet, en vérité, relève plus encore de l'anthropologie et de la mythologie, que de la stricte littérature. Rassemblant ainsi des contes, récits et poèmes, aussi bien français qu'allemands, anglais, américains, scandinaves et russes, espagnols ou italiens, l'ouvrage calque son discours sur le calendrier de la fin d'année, évoquant " la mort de l'année " et sa résurrection au moment du solstice d'hiver.
Partant de la Toussaint, que suit l'Avent, il glisse ainsi vers Noël, le jour de l'An et l'Epiphanie, éclosion finale de l'année nouvelle. C'est la raison pour laquelle on trouvera des contes relatifs à saint Nicolas, par le belge Camille Lemonnier, ou à sainte Lucie, par Selma Lagerlöf, ainsi que des textes sur la nuit de la Saint-Sylvestre, par Hoffmann ou Andersen. Mais c'est naturellement Noël même qui a le plus inspiré nos écrivains.
Or, soit ils ont écrits dans la tradition, d'origine préchrétienne, ainsi qu'on peut le voir avec d'étranges textes médiévaux, soit ils ont évoqué la Nativité du Christ, substitut chrétien de la lumière recouvrée, soit encore ils ont évoqué la fête, le sapin, la crèche, les lumières, ou bien encore le sentiment toujours émouvant de la fête familiale, prétexte à établir un bilan de vie en cette fin d'année.
Il faut attendre le XIXe siècle pour voir la littérature de Noël renouer avec l'esprit du Moyen Age. Grâce au romantisme, l'éclosion littéraire de l'Europe provoqua la résurrection des cultures ancestrales, auxquelles chaque écrivain contribua en fonction de sa nationalité. Certains récits sont aujourd'hui devenus très célèbres, comme le Chant de Noël de Dickens, Les Trois Messes basses de Daudet ou La Petite Fille aux allumettes d'Andersen, mais d'autres, trop méconnus, méritaient d'être redécouverts, et il est de petits bijoux ciselés par l'émotion que l'on peut considérer comme des chefs-d'oeuvre.
C'est le cas de la Fleur-de-Blé de Lemonnier, des Sabots du petit Wolff de Coppée ou de La Noël de Marthe d'Anatole Le Braz. Nul doute que le lecteur ne sera remué par de tels contes, quand au contraire il sera certainement étonné par les récits médiévaux comme La Chasse sauvage d'Orderic Vital ou l'anonyme Sire Gauvain et le Chevalier vert, bien éloignés des Noëls chrétiens et du mercantilisme ambiant aujourd'hui.
C'est l'âme enfouie de Noël que nous rapportent ces écrivains anciens, relayés au XIXe siècle par Hoffmann, Gogol ou Erckmann-Chatrian. A l'opposé, certains incroyants, comme Louis Mullem, ne se sont pas privés de moquer Noël, ouvrant ainsi la voie à un XXe siècle déchristianisé, parce que matérialiste. "

25/12/2015

La flamme...

 

Bonne fête de Noël aux lecteurs de Métapo infos !...

 

Afficher l'image d'origine

La Flamme

Ce feu résume une vivante tradition. Non pas une image inconsistante mais une réalité. Une réalité aussi tangible que la dureté de cette pierre ou ce souffle de vent. Le symbole du solstice est que la vie ne peut pas mourir. Nos ancêtres croyaient que le soleil n’abandonne pas les hommes et qu’il revient chaque année au rendez-vous du printemps.

Nous croyons avec eux que la vie ne meurt pas et que, par delà la mort des individus, la vie collective continue.

Qu’importe ce que sera demain. C’est en nous dressant aujourd’hui, en affirmant que nous voulons rester ce que nous sommes, que demain pourra venir.

Nous portons en nous la flamme. La flamme pure de ce feu de foi. Non pas un feu de souvenir. Non pas un feu de piété filiale. Mais un feu de joie et de gravité qu’il convient d’allumer sur notre terre. Là nous voulons vivre et remplir notre devoir d’hommes sans renier aucune des particularités de notre sang, notre histoire, notre foi entremêlés dans nos souvenirs et dans nos veines…

Ce n’est pas la résurrection d’un rite aboli. C’est la continuation d’une grande tradition. D’une tradition qui plonge ses racines au plus profond des âges et ne veut pas disparaitre. Une tradition dont chaque modification ne doit que renforcer le sens symbolique. Une tradition qui peu à peu revit.

Jean Mabire, in Les solstices, histoire et actualité (GRECE, 1975)