Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/04/2017

Rien ne se perd, rien se crée, tout se transforme...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Laurent Ozon, cueilli sur son blog Centurie News dans lequel il nous livre une synthèse de déclinologie inspirée par Thorstein Veblen, Joseph Tainter, Oswald Spengler et ... l'actualité.

 

devenir.jpg

 

Rien ne se perd, rien se crée, tout se transforme

Plus une société gagne en puissance, plus elle gagne en étendue, en nombre et doit accompagner cette évolution en se dotant d'institutions et d'infrastructures, d'idéologie et de moyens de contrôles, pour assurer la coexistence de ses parties. Dans un premier temps, l’accès à des ressources abondantes et peu chères (ressources issues de ses conquêtes et contrôlées par sa puissance militaire et technologique notamment), permet de ne pas faire peser le coût de cette complexification aux membres de la société. A ce stade, ce processus semble profitable à chacun. La société s’étend, procède à de nouvelles conquêtes, agrège ou soumet des populations de plus en plus différentes, et administre des territoires de plus en plus étendus. Le maintien des services publics (prise en charge des plus faibles, administration, éducation, puissance militaire, police intérieure, justice, etc.), dans une société étendue, hétérogène et complexe pèse de plus en plus lourd.

A mesure de l'accroissement de puissance et de l'augmentation de l'étendue des territoires et des populations à administrer, si la société ne trouve pas d’accès à de nouvelles ressources abondantes et à bas coûts (soit parce qu’elles sont épuisées, soit parce qu’elles sont inaccessibles), un mécanisme de dégradation des services et des avantages fournis par l’Etat et une augmentation de la pression fiscale se met en place. Logiquement, il faut faire peser sur le corps social et ses actifs les coûts de fonctionnement d'une société qui a changé de nature et est devenue progressivement et structurellement déficitaire. 

Cette augmentation de la pression économique par la diminution progressive des mannes des conquêtes, des énergies facilement accessibles à bas coûts (or, esclavage, pétrole, dette, etc.) et par l'augmentation des coûts de fonctionnement de la complexité sociale, entraîne la hausse des revendications corporatistes et suscite de plus en plus de comportements individualistes et asociaux. En réaction, le cœur du pouvoir renforce ses moyens de coercition, d’éducation ou de contrôle (armées, éducation, propagande) pour maintenir le "vivre-tous-ensemble", mater les révoltes fiscales et territoriales etc.  Ces efforts génèrent alors des coûts de fonctionnement supplémentaires qui pèsent à nouveau sur ses membres. Simultanément, les institutions encouragent l’hyper-sociabilité pour renforcer leur cohésion. Elles s'attaquent à leurs "alphas" pour assurer leur pacification interne de plus en plus menacée. Ce processus de domestication, assuré par des institutions de plus en plus maternantes et, de fait, de plus en plus liberticides, devient indispensable au fur et à mesure de la perte de cohésion ethno-culturelle.

L’État pratique alors une politique de population, visant à brasser, défaire ses parties encore différenciées pour prévenir les menaces sécessionnistes et garantir la cohésion et l’homogénéité de l'ensemble politique. C'est souvent à ce stade que les institutions, prélèvent dans des populations extérieures les ressources de travail ou les troupes de combat qu'elles ne peuvent plus constituer à l'intérieur en toute confiance, du fait de la progression de la communautarisation. Comme l’écrivait Michel Drac,"Les déplacements de population sont, depuis des millénaires, une stratégie des cœurs impériaux pour fragiliser leur périphérie. Il accompagne cette politique d'un éventail de justifications idéologico-religieuses pour promouvoir cet objectif et les intérêts de ses élites par une redéfinition des critères d'attribution de la citoyenneté ou de l'exercice des fonctions institutionnelles.

A un certain stade, des composantes de plus en plus nombreuses de la société n’ont plus intérêt à se maintenir dans l’organisation (pertes de liberté, pression fiscale, etc.) et aspirent à recouvrer leur autonomie dans des ensembles qu'elles espèrent plus homogènes, plus efficaces et plus conformes à leurs aspirations culturelles ou religieuses. L’État n’assure plus correctement ses missions régaliennes et perd progressivement le contrôle de la situation tout en tentant de maintenir à flot un système devenu structurellement déficitaire et en jouant sur la monnaie et la dette (dévaluation, dilution métallique, etc.). Un phénomène de dislocation lente se met alors en place (pertes de compétences, dégradation des infrastructures, perte d’autorité des institutions, etc.). Ayant fait la chasse aux « alphas » (pour renforcer l’obéissance sociale et le vivre-tous-ensemble) et aux normes fondatrices qui les ont fait naître, les sociétés complexes perdent progressivement leurs défenses immunitaires (préjugés vitaux communs) et s'effritent par l’incapacité à maintenir leur cohésion interne et leur capacité à faire face aux rapports de forces internes et externes.

L’État et les institutions chargées de la cohésion sociale et politique sont impossibles à réformer, faute d’une unité de vue et d’intérêts communs dans un espace politique perçu comme artificiel et en sursis, peuplé de groupes humains aux intérêts disparates. La société finit alors par se disloquer lentement en blocs qui cherchent à refonder leur cohésion plus ou moins affectée par des siècles de biopolitique. Bientôt, de nouveaux stress (guerres, famines, épidémies, invasions, révolutions technologiques, etc.) produiront de nouvelles réponses et de nouvelles alliances. L’apparition d’un nouvel ensemble reprenant les attributs de la puissance et de l’ordre engagera alors de nouvelles synergies historiques.

La France, épuisée, s'est fondue à la fin de la dernière guerre mondiale, dans un ordre politique suscité par une nouvelle puissance impériale : les Etats-Unis. Elle s’est occidentalisée, abandonnant son Empire pour devenir elle-même une banlieue militaire et culturelle du système occidental. 

Certains ont voulu voir dans la construction européenne une façon de construire la paix et d’assurer la puissance des nations européennes, exsangues du fait de leurs rivalités. En vain. Quelles que soient les aspirations contradictoires des artisans de la construction de l’Union Européenne, celle-ci elle a été sabotée puis annexée par l’État profond occidental et titube sous les coups de l’affaiblissement de son empire. 

"Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles" grondait Paul Valery au lendemain d'une guerre qui marqua la fin d'un monde. Pourtant, l'histoire nous l'a montré, les peuples survivent souvent aux civilisations, pour peu que l'on ne les définissent pas comme des sociétaires mais comme des substances historiques et sensibles. Entre déconstruction, communautarisation, dé-compétence et apparition de nouvelles communautés politiques activées par les éternels stress historiques (territoire, ressources, reproduction), "rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». 

Laurent Ozon (Centurie News, 3 avril 2017)

02/04/2017

Tour d'horizon... (125)

Observateurs_première guerre mondiale.jpg

 

Au sommaire cette semaine :

- dans Communication & Influence, Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, revient sur l'influence en tant qu'arme dans la guerre économique...

 Penser l’influence dans les rapports de force de la guerre économique

Bruno Racouchot.png

 

- sur Centurie News, Laurent Ozon évoque la notion d'immunité, qui, au travers son rôle central en biologie comme en psychologie évolutionniste, pourrait être considérée comme la clé de lecture des marqueurs politiques et idéologiques dans les sociétés occidentales...

 

Menaces mortelles 2.jpg

29/03/2017

Les dernières années de la démocratie en Europe...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Laurent Ozon, cueilli sur son blog Centurie News et consacré à la question de la démocratie, du point de vue de sa capacité à assurer la continuité d’un projet civilisationnel ou d’une population...

vote.jpg

 

Les dernières années de la démocratie en Europe

La démocratie est un principe de gouvernement défini habituellement comme le « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ». « Gouvernement du peuple » signifie que le pouvoir tient sa légitimité du peuple qui l’incarne et est souverain. « Pour le peuple » signifie que les choix politiques sont dédiés aux intérêts du peuple ; et « par le peuple », qu’il exerce lui-même ce pouvoir par des mécanismes de décision, participation, délégation, contrôle, élection et de révocation. Dans les faits, cette définition, souvent invoquée pour définir le fonctionnement démocratique, est issue du discours de Gettysburg d’Abraham Lincoln. La démocratie athénienne accorde cette légitimité non au peuple mais au citoyen, qui ne l’est pas automatiquement du fait de son lieu de résidence ou de son appartenance à l’espèce humaine, mais le tient de son appartenance à la « Cité », c’est –à-dire à une institution politique selon des critères variables (naissance, fidélité supposée à l’institution, services rendus, âge, sexe, etc.). En synthèse, la démocratie est un processus de participation, de destination et de finalité politique. Elle définit les contours d’un acteur politique (le peuple, constitué par la somme de ses citoyens) qui est en lui-même la finalité de sa propre action et simultanément le moyen de la réaliser. Cet idéal est contraint par les compétences réelles des acteurs (peuvent-ils, par l’expression de leur volonté, réaliser leurs intérêts ?), leur nature (selon quels critères sont-ils admis à en être acteurs et donc décisionnaires et à en déterminer les finalités) et leurs moyens (par quels moyens exercent-ils leur volonté).

Le système démocratique présente un certain nombre de défauts. Le premier d’entres eux est son caractère irrationnel dans la mesure où il institue le pouvoir d’une majorité, non d’une compétence, ou d’une connaissance. D’autre part, les confrontations de pouvoir et d’influence, la recherche de l’assentiment des citoyens, évoluent logiquement vers la démagogie et/ou la trahison des promesses faites en période de campagne pour se faire élire. 

Enfin, comme les autres formes de gouvernement, sa corruptibilité introduit de nombreux biais dans son mode de fonctionnement. La démocratie ne fonctionne pas non plus de la même façon dans une société simple, homogène et de petite taille que dans une société complexe pour des multitudes hétérogènes. Dans une société complexe, la multiplication des institutions, des contre-pouvoirs, des lois et des règles rend l’exercice des institutions inaccessible au plus grand nombre et entraîne une professionnalisation de l’exercice du pouvoir et de fait aussi, un ralentissement de la prise de décision et de la mise en œuvre de ces décisions.

Mettons de côté le fait que les systèmes démocratiques cumulent fréquemment d’autres formes de gouvernement (oligarchie élective, ploutocratie, etc.) sans en compenser toujours les inconvénients et qu’ils ne sont pas plus efficaces pour en contenir les effets néfastes. Regardons ce principe de gouvernement, non comme un dogme, mais avec pragmatisme, comme un outil dont des collectivités se dotent pour assurer leur survie, leur adaptation aux aléas de l’histoire et leur continuité historique. C’est en effet sur la capacité du système démocratique à assurer ces dernières fonctions qu’il faut juger de l’intérêt de ce mode de gouvernement. C’est à ce stade qu’il reste deux arguments lourds à l’encontre des principes de gouvernement démocratiques. Le premier est d’ordre fonctionnel : la démocratie est une synergie dotée de boucles rétroactives lourdes qui valide un état existant sans se donner la capacité d’assurer la continuité d’un projet civilisationnel ou d’une population initiale.

Chaque critère (essence : qui est le peuple ? projet : quelle est sa volonté ? méthode : comment réalise-t-il cette volonté ? outils : via quelles institutions ?) rétroagit sur l’autre. Par exemple, l’inclusion au « peuple » politique d’une population modifiant sa composition transforme la nature de ses besoins, de sa volonté et les moyens d’y parvenir. Le changement de définition de ce qu’est le peuple (par exemple, la substance historique sensible ou la somme des habitants d’un espace géographique et politique) agit sur sa nature et modifie l’expression de sa volonté et les moyens de l’exercer. C’est dans ce processus de rétroaction facilité que se situe la spécificité du système démocratique.

De fait, les transformations affectant l’un de ces quatre paramètres (essence, projet, méthode et outils), modifient les autres et justifient des adaptations permanentes sous la pression des rapports de forces. Cette capacité d’adaptation des formes de gouvernement démocratiques à leurs contraintes historiques (épidémies, transformation de la composition de la population, évolution culturelles, économie, etc.) peut être perçue comme une force mais forge par ailleurs une instabilité de nature particulière. Aucun système démocratique ne peut constituer un système de gouvernement stable pour la population qui l’institue pour la raison simple que la majorité et les rapports de forces électoraux qu’ils déterminent peuvent redéfinir ce qui constitue le peuple, la nature des pouvoirs sur lesquels il a prise, et les moyens de l’exercice de ceux-ci par les outils que constituent ses institutions. Les redéfinitions de ce qui constitue le « peuple », les « nationaux » ou « citoyens » sont permanentes, soit du fait de l’évolution naturelle de sa composition, soit du fait des manipulations par des représentants politiques de la composition de la population en attribuant le statut de citoyen ou « national » selon leurs objectifs électoraux ou leurs visions idéologiques. La démocratie est en définitive le dispositif de légitimation de l’existant plus que la façon d’assurer la continuité d’un état initial. La démocratie est la mise en œuvre pragmatique du droit du plus fort (les plus riches et / ou les plus nombreux) et non un mode de gouvernement conservateur capable d’assurer la continuité d’un projet civilisationnel, d’une culture ou d’une population initiale.

Trop contraint, notamment par l’agenda électoral, le système démocratique actuel ne produit plus d’élites capables de décision ou d’action à long terme. Il est devenu un mécanisme d’adaptation et de légitimation de l’état des rapports de forces subit à un instant déterminé par le corps social. Incapable de contrer le découragement de la participation sous l’effet de la distance, de la complexité et de la dilution du principe de responsabilité, le système démocratique est, de plus, structurellement trop adaptatif et rétroactif pour assurer la continuité d’un projet civilisationnel ou d’une population.

La surdétermination des pouvoirs médiatiques, économiques ou technoscientifiques, soumet les citoyens à des rapports de force contre lesquels les lois, polices ou armées sont largement inopérantes. La transformation des sociétés est le fait de pouvoirs non-démocratiques et les systèmes démocratiques s’adaptent à des contraintes sur lesquelles ils n’ont pas prise mais qui ont prise sur la source de la légitimité : le peuple. De fait, l’impératif de souveraineté à la base du principe démocratique (peuple souverain) est vidé de sa substance. Si la somme des pouvoirs qui impriment leurs capacités de transformation sur notre société ne sont pas démocratiques, la société démocratique, ne pouvant plus compenser ses faiblesses endogènes (loi du nombre, corruptibilité, lenteur, irrationalité, compétences, démagogie) expose les « citoyens » à toutes les expérimentations sociales, économiques, culturelles ou normatives.

Il existe dans les faits au moins sept types de pouvoirs. Le premier est institutionnel (exécutif, législatif et judiciaire), le second est basé sur la proximité (acteurs et influences liées), le troisième est associatif (lobbies, groupes d’opinions, etc.). Le quatrième est médiatique (réseaux, presse écrite, audiovisuel, etc.). Quatre pouvoirs auxquels il faut ajouter le pouvoir idéologico-religieux (églises, sectes, cultures et traditions normatives), technoscientifique (innovations qui bouleversent les rapports de forces, découvertes qui influencent notre regard sur le monde ou la vie sociale, etc.) et économico-financier. Chacun de ces pouvoirs peut s’exercer de façon simultanée sur les autres (une association prosélyte ou un média politique, une économie stratégique pour un État ou une culture influencée par la télévision ou internet).

Pour définir le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple, encore faut-il définir ce qui fait pouvoir. La population votante est aujourd’hui travaillée par des pouvoirs sur lesquels elle n’a pas prise. De fait, le « pouvoir » évoqué par Lincoln est devenu une partie de plus en plus faible des formes de pouvoir en concurrence dans la société complexe industrielle moderne. La plupart des autres formes de pouvoir ne subissent pas la contrainte des principes démocratiques. Les régimes démocratiques sont en principe organisés selon le principe de la séparation des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire, théorisé par Montesquieu, afin d’éviter leur concentration entre les mains d’une seule personne. Certaines Constitutions privilégient la stricte séparation des pouvoirs ; d’autres leur permettent, tout en étant distincts, de disposer de moyens de contrôle les uns à l’égard des autres. Ces trois pouvoirs se neutralisent d’ailleurs souvent entre eux.

Le second argument contre la démocratie est contextuel. La démocratie dans une société complexe impliquant la représentation et la délégation, ne donne pas d’autre pouvoir au peuple que celui de choisir des représentants triés par d’autres pouvoirs et chargés d’adapter les lois et les populations à des contraintes sur lesquelles elles n’ont presque plus prise. Elle est la courroie de transmission des véritables pouvoirs, de ceux qui les détiennent, et des objectifs de ceux qui les déterminent.

La forme de gouvernement démocratique est simultanément la plus lente, la plus inefficace, la plus corrompue par les influences des pouvoirs non-démocratiques et la moins conservatrice sur le plan des fondamentaux anthropologiques, civilisationnels et culturels. Sapée par l’élargissement et la complexification des sociétés, elle ne pourra retrouver sa pertinence comme mode de gouvernement que dans des formes d’organisations relocalisées et simplifiées. Compte-tenu de la nature des enjeux prioritaires auxquels nombre de peuples devront faire face en Europe dans les années à venir, la démocratie, comme cybernétique sociale de la « mégamachine » techno-économique occidentale laissera probablement la place à des formes de gouvernement plus adaptées aux enjeux. 

Laurent Ozon (Centurie News, 21 mars 2017)

 

09/03/2017

OGM, le temps du politique...

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue stimulant de Laurent Ozon, cueilli sur son blog Centurie News et consacré à la question des OGM. Agitateur d'idées, tenant d'une écologie localiste et identitaire, Laurent Ozon est l'auteur de l'excellent essai intitulé France, années décisives (Bios, 2015).

 

OGM.jpg

OGM, le temps du politique

Les OGM sont des organismes vivants dont les gènes ont été modifiés par intervention humaine avec des techniques de biologie moléculaire. Elles consistent à attribuer des caractéristiques génétiques d’une espèce à une autre espèce ou d’un sujet génétique à un autre sujet génétique. De ce fait, les OGM sont des organismes transgéniques fabriqués pour conformer leurs caractéristiques à des objectifs déterminés par ceux qui les réalisent. Cette pratique a débuté au début des années 70 au nom de visées thérapeutiques. La première application commerciale sera celle de la production de l’insuline dite « recombinante » en 1982 par l’introduction d’un gène humain dans une bactérie qui déboucha sur la production d’insuline à l’origine de la plupart des traitements actuels du diabète. La même année, le transfert du gène d’une hormone de croissance du rat sur une souris aboutit à la naissance d’une souris géante, le premier animal génétiquement modifié. A partir de cette période, les modifications visant à modifier des plantes (1983) puis progressivement l’ensemble des organismes vivants seront utilisés par l’industrie à des fins diverses : résistance aux maladies ou à des insectes et nuisibles, résistance à des traitements chimiques, stérilisation de semences, digestibilité des aliments,  amélioration de productivité, adaptation à des écosystèmes, amélioration de caractéristiques esthétiques ou gustatives, et d’une façon générale, toute modification susceptible de servir des objectifs définis par les chercheurs.

Loin de se justifier pour des questions de productivité agricole, les études de productivité comparées à l’hectare entre les productions OGM aux Etats-Unis et celles des agriculteurs européens (sans OGM) font apparaître que si les gains de productivité de l’agriculture américaine sur ces denrées grâce aux OGM lui ont permis d’approcher les rendements (sans OGM) des cultures similaires des européens, elles ne leurs ont pas permis de les dépasser. Les plantes OGM sont cultivés depuis 1996 aux États-Unis, en Argentine et au Canada. En 2013, les PGM sont cultivées sur 175 millions d’hectares dans 27 pays (sur 197). Toutefois, 87% des surfaces GM sont concentrées sur le continent américain (nord et sud).

Malgré la volonté d’encadrer, de limiter, voire d’interdire ce type de pratiques, le développement de la modification génétique du vivant se généralise et ses répercussions aboutissent progressivement à la conformation du vivant dans son ensemble (directement ou par contamination) aux  objectifs déterminés par les acteurs de celles-ci. Les arguments des opposants à ces pratiques sont à classer en cinq catégories parfois utilisés de façon croisées :

1/ Le principe de précaution à cause des risques liés à une connaissance imparfaite des effets induits par les transferts génétiques, de la contamination de l’ensemble du vivant et des déplacements de pouvoirs induits par la brevetabilité des organismes créés.

2/ Le principe naturel au nom d’une vision conservatrice d’un vivant à préserver en l’état des modifications « aveugles » d’une humanité qui bricole et veut « jouer à Dieu ».

3/ Le principe politique dans la mesure où ces pratiques engendrent la privatisation et la marchandisation du vivant au nom d’intérêts privés engageant l’arraisonnement et la conformation du monde à leurs objectifs et leurs pouvoirs.

4/ Le principe sélectionniste porté par ceux qui considèrent que le « Génie Génétique » est non viable dans la mesure où il ne peut reconstituer les conditions de la sélection naturelle du fait de l’impossibilité des chercheurs et acteurs de ces techniques à mathématiser les effets de leurs « innovations » et des interactions qu’elles génèrent.

5/ Le principe de liberté. De ce fait, les OGM viseraient à court-circuiter les processus de sélection naturelle et à imposer des modifications à des organismes sur la base d’anticipations utilitaristes (obtenir un effet à un instant T), ce qui engagerait l’humanité à résoudre les difficultés qu’elle se crée en poussant toujours plus loin l’ingénierie génétique, comme elle sera tentée de le faire avec l’ingénierie sociale, climatique, etc.

Cette révolution engendrera un effet domino à trois dimensions qui aboutira à la conformation totale du vivant, de ses manifestations, de ses comportements et attributs afin de limiter l’impact des expériences précédentes sur la société.

Si ces arguments sont largement recevables, la probabilité pour qu’ils puissent empêcher la généralisation de ces pratiques est nulle. Les arguments des acteurs de la transformation génétique seront humanitaires (nourrir le monde, soigner les maladies, lutter contre les effets de telle ou telle évolution climatique, environnementale, etc.) et l’argument darwinien (si nous ne le faisons pas, nous laissons aux autres le soin de le faire et de nous imposer leurs règles, leur puissance et leur compétitivité) est et sera le meilleur moteur de la généralisation des OGM. L’apparition de technologies BioGM visant par exemple à attribuer des caractéristiques de résistance à des organismes afin de se dispenser de l’utilisation d’intrants chimiques, achèvera de fragmenter le camp des opposants aux technologies de modifications géniques.

Plus encore, avec les technologies du type CRISPR-Cas9, les outils disponibles pour intervenir sur les gènes deviennent accessibles à des budgets de plus en plus faibles et l’on peut prévoir que ces manipulations deviendront tout aussi accessibles au grand public dans le futur qu’une simple analyse de sang. Les politiques n’ont plus à déterminer s’il faut ou non utiliser ces techniques, mais quels types d’objectifs leur assigner, quels objectifs poursuivre et quels acteurs limiter en fonction de leurs objectifs propres ?

De fait, l’opposition parfaitement légitime des opposants aux modifications génétiques a empêché une approche pragmatique et politique de la question de l’utilisation du génie génétique, laissant à des intérêts privés le soin d’investir massivement des champs de recherche pour leurs propres profits et d’accumuler des compétences et des moyens qu’aucune politique d’endiguement n’empêchera durablement de proliférer. Il nous faudra probablement, face à la prolifération incontrôlable des technologies de manipulations génétiques et sans méconnaître les arguments solides des opposants aux OGM, opérer une distinction entre OGM nuisibles aux mains des transnationales de l’agrochimie et de futurs BioGM souverains. Jamais dans l’histoire, une technologie n’a disparu de la surface de la terre sans avoir été dépassée en puissance ou en efficacité ou sans  l’élimination de ses utilisateurs.

Laurent Ozon (Centurie News, 9 décembre 2016)

27/03/2016

La revue de presse d'un esprit libre... (7)

Veilleur.jpg

La revue de presse de Pierre Bérard

Au sommaire :

• Pour Didier Beauregard de Polémia les attentats de Bruxelles viennent de provoquer une victime collatérale : la campagne parodique dite "antiraciste", lancée à grands frais par le gouvernement. N'en déplaise aux vidéos obscènes du pouvoir socialiste, si la haine a un visage ce n'est pas majoritairement celui des petits Blancs bêtes et méchants que met en scène la propagande d'État. Il est grand temps de remballer ces sermons manichéens que nos médias dévident à longueur de temps.
 
• Sur son blog amoyquechaultXavier Eman persifle à propos de la campagne de communication lancée sur les chaines de télévision par le gouvernement. "Tous unis contre la haine" est une série de clips de propagande qui met en scène selon les schémas ordinaires et manichéens de la doxa des minorités toujours en butte à la malveillance cogneuse de "français de souche". Ces clips orwelliens  ("la paix c'est la guerre") sont à ce point éloignés de la réalité tangible, celle à laquelle nous sommes confrontés chaque jour, qu'ils seront reçus avec l'ironie du désespoir par ceux auxquels ils sont destinés. Tout ceci au moment même où Manuel Valls propose dans son discours du 23 mars à Bruxelles de renoncer à "l'angélisme" guimauve... Xavier Eman publie dans chaque numéro d'Éléments une Chronique d'une fin du monde sans importance jouissive à l'humour singulièrement décalé.
 
 
• Le témoignage particulièrement précieux d'Alain Destexhe, ancien secrétaire général de "Médecins Sans Frontières" et sénateur belge à propos de la fracture ethno-nationale qu'illustre, comme d'autres communes de l'agglomération bruxelloise, l'exemple de Molenbeek-Saint-Jean.
 
 
• Après les attentats qui ont frappé Bruxelles Mathieu Bock-Côté, sociologue québécois, est exaspéré par l'esprit séraphique qui se dégage des nombreuses manifestations d'amour à la terre entière que les Européens opposent à ceux qui se sont déclarés leurs ennemis et qui entendent bien les rayer de la carte ou les soumettre à leur Dieu. Les cérémonies d'hommage, les minutes de silence, les bougies, les démonstrations compassionnelles et toutes les niaiseries où s'affiche comme indice de supériorité morale de l'occident la dégringolade de la "tenue" de nos nations sont la marque d'un cabotinage pathétique. Pour lui la paix ne se déclare pas et l'attente de la parousie moelleuse est une maladie morbide.
 
 
• Dans le même esprit Éric Zemmour déclare que "les foules sentimentales ne veulent pas rentrer dans l'histoire", jusqu'à ce que parfois une réalité massive les y pousse et les métamorphose en peuple. Il poursuit "ces foules sentimentales ont une idéologie humaniste, un succédané abâtardi et laïcisé du vieil universalisme chrétien, un tous les hommes sont frères..." Bien vu tant il est vrai qu'un amas de slogans débiles n'a jamais pu constituer une réponse adéquate au tragique de l'histoire.
 
 
• Le criminologue Xavier Raufer, conseiller d'Europol pour les affaires de criminalité et de terrorisme, livre son point de vue au micro de Charlotte d'Ornellas de Boulevard Voltaire. D'après lui nos gouvernements sont tétanisés par ce qui arrive tels des lapins dans les phares...
 
 
Alain Chouet, ancien chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE pointe, dans un bref entretien avec Le Bien Public, la responsabilité de nos responsables politiques qui ont joué la carte de l'islam dans les banlieues et se sont alliés avec les pétromonarchies sponsors du djihadisme.  
 
 
Hugues Lagrange a réhabilité dans son livre Le déni des cultures (Seuil 2010) le rôle des soubassements culturels dans les conduites délinquantes observées en France chez les jeunes issus de l'immigration. Ceci en réaction à une analyse certes hégémonique mais erronée mettant en avant les seuls phénomènes d'ordre socio-économique (excuse sociale). Il récidive dans une opinion du Monde. Si la tribune est subtile, voire sibylline, nous prévient Gil Mihaely, c'est que l'aveuglement est largement majoritaire chez les décideurs qu'il convient de ne pas braquer inutilement si l'on veut se ménager une part de leur écoute. Hugues Lagrange s'en prend à la thèse confusionniste d'Olivier Roy qui affirme que le djihadisme n'est pas une forme radicale de l'islam mais relève en fait d'une islamisation de la radicalité. Pour Lagrange les victimes de la "discrimination, du racisme et de la stigmatisation" sont en réalité mues par un mélange de culture et de religiosité qui trouve sa source dans l'islam. Une réaction fort bien venue qui ne donne pas dans la narrative des serpents à sonnette du Tous unis contre la haine
 
 
• Sur le site Le comptoir une intéressante tribune s'élève contre les appels incantatoires à la République qui font suite aux attentats djihadistes. Ces appels sont symbolisés aujourd'hui par la création, sous les auspices de Laurent Bouvet, d'une énième initiative : Le Printemps républicain qui incarnerait selon Le comptoir "un républicanisme mou, voire bourgeois". Le rédacteur en tient, lui, pour la République sociale "porteuse de beaucoup plus d'espoir pour les classes populaires". Pour cela il opte pour le principe de la préséance de la société sur l'individu. Cette offensive contre Le Printemps républicain est suivi de l'estimation beaucoup plus positive de Causeur qui y voit une occasion "de muscler un peu un discours laïque bien mal en point en ces temps de communautarisme religieux échevelé". Les lignes bougent, c'est un fait !
 
 
Alain de Benoist dans deux tribunes de Boulevard Voltaire évoque la "mixité sociale" dont la véritable raison d'être est de conduire à une "mixité ethnique" à laquelle la plupart des gens se refusent. Puis il aborde le prochain krach financier du à la prolifération des bulles financières, boursières, obligataires et immobilières. La dynamique d'accumulation du capital fonctionne, nous dit-il, sur des bases fictives.
 
 
 
Christian Harbulot dont nous avions mentionné la récente conférence tenue devant l'auditoire du Cercle Aristote est interviewé à l'issu de celle-ci par Tv-Libertés. Il livre dans cet entretien tout un ensemble d'avis et de jugement très intéressants auxquels nous ne pouvons que nous rallier.
 
• Illustration de la précédente information, nous apprenons qu'Airbus Group va céder au fond américain KKR ses activités d'électronique de défense. Cette dépossession par les européens eux-mêmes d'un actif hautement stratégique montre à quel point les nations du vieux continent perdent de vue les nécessités d'une défense qui leur soit propre.
 
• Y-a-t-il un malheur français ? C'est sous ce titre que l'émission Répliques du 19/03/2016 animée par Alain Finkielkraut opposait deux penseurs : Gilles Finchelstein, directeur de la Fondation Jean Jaurès, et Marcel Gauchet, historien et philosophe, rédacteur en chef de la revue Le Débat. Thème de l'émission : comprendre le malheur français.
 
 
• Dans l'émission L'esprit de l'escalier Alain Finkielkraut prend la défense des animaux de boucherie contre les fermes-usines. Il y développe une magnifique méditation philosophique s'appuyant sur la notion grecque d'hubris et citant Horkheimer et Claudel. Enfin il voit dans les modalités de l'arrestation de Salah Abdeslam (la police s'est heurtée à de vigoureuses protestations de la population) l'indice d'un séparatisme de plus en plus profond. Tous les trois mois, dit-il, parait un livre nous expliquant que l'on s'acharne aujourd'hui contre les musulmans comme on s'acharnait hier contre les juifs. Le dernier en date étant celui de Shlomo Sand, La fin de l'intellectuel français, avec lequel Finkielkraut rompt quelques lances. Il termine enfin avec une merveilleuse citation de Simone de Beauvoir.
 
 
• Dans une enquête diligentée par le CNRS apparait nettement la coupure civilisationnelle entre collégiens se disant musulmans et ceux qui se disent agnostiques ou catholiques. Vision rigoristes et communautaire d'une part, conception libérale et individualistes d'autre part.
http://fr.novopress.info/198909/ados-pratique-religieuse-...
 
• Bistro liberté, émission produite par Tv-Libertés recevait récemment Laurent Ozon qui a pu exprimer toute la fermeté de sa pensée dans des domaines aussi variés que l'écologie radicale, le localisme (une des formes du souverainisme profond des peuples, contrairement au souverainisme des États), la remigration, et de ce qu'il appelle pertinemment les "médias d'occupation mentale". Il tient que la remigration ne saurait être d'actualité tant que le "système" présent tiendra bon et qu'il pourra compter sur l'emprunt pour remplir les frigorifiques. S'exprimant sur le Front National, il y voit bizarrement une fracture sociologique d'ordre sexuel qui empêcherait ce mouvement d'aller au bout de ses potentialités au moment où précisément le parti fondé par Jean-Marie le Pen apparait pleinement  rejoindre les aspirations les plus profondes de la population. À propos de la suppression de la célébration annuelle de la fête de Jeanne d'Arc il rappelle avec pertinence l'importance du symbolique pour un peuple en état de stress. La séance se termine avec de justes observations sur le rôle de la Russie dans le monde, puis sur le tabou du réchauffement climatique.
Au cours du débat il exprime l'opinion paradoxale (et contradictoire) que la guerre des idées serait une "fumisterie" parce que l'on ne peut gagner sur le plan des idées contre des gens (il parle du pouvoir qui maîtrise tous les moyens de mise en forme de la population) qui changent d'opinion selon les circonstances et qui sont pro-féministes quand cela leur permet de détricoter la famille et se dévoilent anti-féministes quand des femmes se font violer par des immigrés. Bien, mais qu'a fait d'autre Laurent Ozon durant l'émission que de donner dans la "fumisterie", comme il dit ? On a beaucoup de mal à comprendre une opinion si cinglante qui réduit à néant de nombreuses formes d'opposition à commencer par celle qu'il cultive.
 
 
• Tribune de Vincent Coussedière sur Figaro-Vox. Il y décrypte le "populisme" comme une résistance des vieux peuples politiques à leur dissolution dans les eaux glacées de la mondialisation. Éric Zemmour dans une critique du livre de Coussedière Le retour du peuple An I,  parue le 24 mars 2016 dans Le Figaro, cite Rousseau, Péguy et Tarde pour qui la République était d'abord une nation et un peuple. Ce lien, oublié de nos jours au profit de la lutte des classes (à gauche) ou des droits de l'homme (à droite), explique que le "peuple tambourine à la porte" selon le titre judicieux de la chronique zemmourienne.
 
 
Jacques Le Goff analyse le refus angélique du tragique qui caractérise les sociétés occidentales, réfléchit sur les deux types d'individualisme, autocentré et désaffilié source de faiblesse ou l'individualisme marqué par la libre réflexion, qui peut être une force. Il se prononce enfin pour la ré-appropriation de notre héritage, examiné à nouveaux frais.
 
 
• I-Média, émission de Tv-Libertés animée par Jean-Yves Le Gallou, traite successivement de la pseudo affaire Barbarin, développe son zapping commenté, évoque les multiples points Godwin du traitement médiatique de la semi victoire de l'AfD en Allemagne, rappelle la manifestations des Identitaires à Calais puis, succinctement, la dernière cérémonie des bobards d'or et, enfin, distribue un coup de chapeau à la récente livraison d'Éléments
 
 
Jean-Yves le Gallou est un spécialiste reconnu des questions migratoires qu'il étudie depuis les années 80. Il vient de publier un ouvrage dense et référencé intitulé : Immigration, la catastrophe, que faire ? En plus de 500 pages l'auteur produit un travail difficilement réfutable sur un sujet qui suscite systématiquement polémiques et contre-vérités. Fort de son expérience politique d'ancien député mais aussi administrative en qualité de haut fonctionnaire, l'auteur affirme que la France a besoin d'une grande loi de rétablissement identitaire et préconise la mis en place d'une véritable préférence de civilisation. Un entretien très convaincant enregistré par Tv-Libertés.
 
 
• Au delà des aspects indéniablement folkloriques de sa candidature la "nazification" du bateleur Donald Trump par tout l'establishment américain (Démocrates et Républicains réunis) suivi en meute par tous les chasseurs de dahuts "anti-fascistes" n'est-elle pas l'indice le plus sûr qu'il pourrait s'agir pour nous Européens du meilleur prétendant à la présidentielle de novembre prochain ? Son programme de politique extérieure qui seul retient notre attention ici est en tous cas beaucoup plus prometteur pour le "reste du monde" que celui d'Hillary Clinton qui laisse présager un surcroit de chaos aux frontières de notre continent. Encore faudrait-il qu'une fois élu, ce qui est à dire vrai peu probable tant le verrouillage oligarchique de la "démocratie représentative" est puissant, il puisse donner à ses vue isolationnistes ou non-interventionnistes un début de réalisation, ce qui apparait des plus problématiques compte tenu de la puissance de "l'État profond" qui fait en cette matière la pluie et le beau temps. Ci-joint l'avis éclairé du scientifique belge Jean Bricmont puis une opinion approchante et très juste de Jean-Michel Quatrepoint cueillie sur Figaro vox. Enfin l'avis pessimiste mais assez réaliste  de Jean-Paul Basquiat selon qui même si Donald Trump était élu, l'État profond américain ne changerait pas.
 
 
 
 
• A contrario on peut sans peine imaginer ce que donnerait une victoire finale d'Hillary Clinton, candidate du "Big Business", prisée aussi bien par les néoconservateurs que par George Soros. Ici  dans un article paru dans l'hebdomadaire autrichien  zur Zeit  qui n'oublie pas de rappeler les nombreux faits d'arme de l'ex première dame.
 
 
• Sur le site "Pour une Europe intelligente. Solidarité et puissance" cette bonne mise au point de son animateur Jean-Paul Basquiat à propos de la dénomination populiste destinée à disqualifier plus qu'à désigner certains partis ou mouvement qui n'entrent pas dans la doxa du politiquement correct, au point que l'auteur en vient à revendiquer fièrement sa propension à se vouloir "populiste". On trouve une  semblable analyse chez Pierre-Henri Taguieff.
 
 
Gérard Dussouy auteur, entre autres, d'un essai roboratif intitulé Contre l'Europe de Bruxelles, Fonder un État européen (Tatamis 2013, voir la critique de Pierre Le Vigan sur Métamag )regrette dans une tribune donnée au site Le blanc et le noir l'arrimage de la plupart des mouvements identitaires européens sur un repliement national, frappé selon lui d'une impuissance mortifère. Le véritable niveau où leur message pourrait obtenir une véritable pertinence étant continental. Son européisme qui est loin d'être libéral et américanophile serait la métamorphose des formes pour préserver l'essentiel, à savoir notre substrat civilisationnel. Excellente démonstration en ce qu'elle souligne les faiblesses programmatiques du Front national et de ses semblables. 
 
 
Olivier Zajec publie aux Presses universitaire de la Sorbonne une épaisse biographie intellectuelle de Nicholas John Spykman. L'invention de la géopolitique américaine. Maître de conférence en sciences politiques à l'université Lyon III, Zajec est également enseignant de géopolitique à l'École de guerre et ancien Saint-cyrien. Il collabore notamment au trimestriel Conflits.
 
 
• Discours prononcé par Viktor Orban, Premier Ministre Hongrois, à l'occasion de la fête nationale le 15 mars. Son thème : Le temps est venu d'empêcher la destruction de l'Europe. Hélas, nous n'avons trouvé que le site de Deuz.info pour en rendre compte.
 
 
• La bête noire de Bernard-Henri Lévy et de Raphaël Glucksmann, s'exprime devant la camera de Tv-LibertésAlexandre Douguine, intellectuel polyglotte fait preuve à la fois d'une grande retenue et d'une grande sagesse. Il parle d'abord de la dualité identitaire de l'Ukraine qui n'a pu jouer son rôle de pont entre le centre européen et le mole russe à cause du coup d'État du Maïdan inspiré et soutenu par des puissances occidentales qui jouent contre leurs peuples. A propos de l'action de Poutine en Syrie il évoque le pragmatisme de Moscou qui l'aurait poussé à agir afin de conserver certains atouts stratégiques et du même coup se porter à l'avant, comme malgré lui, des représentations continentalistes et eurasistes qui sont en opposition frontale avec le bloc mondialiste américanocentré. Il insiste sur la vision d'une Russie apôtre d'une conception du monde poly-centrique. Enfin il confie son admiration pour Alain de Benoist.
 
 
• La Russie dessine-t-elle les futurs contours d'un État fédéral syrien ? 
 
 
• Le point sur l'imbroglio syrien avec le quotidien libanais L'Orient le jour (21 mars).
 
 
• Au moment où l'armée nationale syrienne est en train de reconquérir Palmyre, faisant ainsi la preuve de sa réelle utilité dans la guerre contre Daech la philosophe Françoise Bonardel dans un très belle évocation rappelle tout ce que peut apporter à notre culture le riche réservoir des civilisations disparues. Cette ville détruite pierre par pierre par les iconoclastes de l'État islamique ouvre aux forces loyalistes à Assad les portes de l'est syrien en direction de Deir ez-Zor où résiste depuis des années une garnison ravitaillée par les airs. Un nouvel Alcazar...
 
 
• La laïcité dont se réclame officiellement l'État français se porte de mieux en mieux selon Éric Zemmour... Dans sa dernière chronique du Figaro Magazine il se penche sur un article de la loi El Khomri passé inaperçu et sur une loi votée le 8 mars. Et si le grand remplacement loin d'être un fantasme était un véritable projet, conclut-t-il.
 
 
• Le Groupe Plessis, pseudonyme d'un peloton de hauts fonctionnaires, publie dans Figaro vox une tribune dans laquelle il met en garde les peuples européens à l'encontre d'un mouvement migratoire   qui pourrait les ensevelir rapidement. D'autant que parmi les "réfugiés", surtout masculins, se glissent des milliers de djihadistes prêts à tout pour nuire à la sécurité de nos sociétés. Question : qui tient la main de cette arme de destruction massive ? Ce texte qui ne dit rien que l'on ne sache déjà est cependant doublement révélateur. Il émane en effet d'un groupe de hauts fonctionnaires qui brillent rarement par leur acuité à reconnaitre des problèmes d'ordre anthropologique. Dans cette mesure c'est un nouveauté. Mais d'autre part ce groupe préfère se protéger derrière l'anonymat, ce qui en dit long sur les libertés dans notre République qui cultive, parait-il, la tolérance comme une seconde nature. Comme aime à le répéter Éric Zemmour, les idées de cette avant garde si elles sont majoritaires sont très loin d'être dominantes.
 
 
• Dans sa chronique de la modernité tardive Éric Werner nous adresse une petite leçon sur la notion d'ennemi prioritaire. Cite Carl Schmitt et pense comme Julien Freund... Werner est édité en Suisse par la maison Xenia de Slobodan Despot.
 
 
Aristide Leucate prend acte de la condamnation de Radovan Karadzic par le tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie et relève, à cette occasion, que l'ingérence américaine et de ses suppôts européens ont été un laboratoire de la manipulation médiatique.
 
 
• Une turquerie drôlement commentée par Jean-Paul Brighelli.
 
 
• Le même Jean-Paul Brighelli dans un court entretien réalisé par Boulevard Voltaire rappelle que la culture des Lumières est remplacée en Europe par une culture de substitution depuis les années 70. Cette culture de remplacement qui est celle des amis du désastre commence à se faire jour avec la french théorie, pure entreprise de destruction imposée progressivement en France depuis les réformes scolaires de Valery Giscard d'Estaing (pédagogisme, culpabilisation historique, religions exogènes) jusqu'au protocole de Lisbonne pour instaurer finalement de nouveaux préjugés et de nouveaux fanatismes. IL prône pour finir le remplacement des "experts" par des praticiens chevronnés à la tête de l'Éducation Nationale.
 
 
• Redistribution des cartes au Proche-Orient. Une analyse du site Breizh-info.com
 
 
• Pour être un authentique antifasciste, ne soyez jamais ponctuel... C'est en tous cas ce que semble recommander Le Progrès de Lyon dans un article de sa correspondante allemande. De là à penser que l'anti-fascisme est retardataire...
 
 
• Nouvelle publication aux éditions Kontre Kulture de deux ouvrages de Maurice Bardèche en un seul volume. Il s'agit de Nuremberg ou la terre promise (1948) et de Nuremberg II ou les faux monnayeurs (1950) qui avaient valu à son auteur une peine de prison ferme. Le jugement de Nuremberg qui fait aujourd'hui fonction de vache sacrée ouvre la voie à ne reconnaitre dans toute guerre qu'une opération de police internationale visant à faire de l'adversaire un criminel hors humanité.
 
 
Emmanuel Todd, naguère chantre de l'immigration heureuse, met désormais beaucoup d'eau dans son vin. Dans cet entretien avec L'Obs il déclare notamment que la France est sortie de l'histoire contrairement à l'Allemagne pourtant sénescente. Il affirme que la politique migratoire d'Angela Merkel est dans la continuité exacte de ce qui s'est fait en Allemagne depuis les années 60 sans se dissimuler les difficultés qu'il y aura pour elle d'intégrer des populations dont la structure familiale (plus que l'islam) est à l'opposé de celles, exogame, des populations accueillantes. Selon lui ce devrait déboucher sur une société policière ou militarisée ! Sous-entendant que Gilles Kepel ne sait pas de quoi il parle quand il évoque l'extension du salafisme dans notre pays, il s'emploie à décrire notre société politique comme étant nulle et Hollande comme un fantasme collectif derrière lequel chacun des Français se planque pour ne pas avoir à se juger eux-mêmes. Pour cette fois on ne lui donnera pas tort...
 

Soleil noir.png

 

26/03/2016

Laurent Ozon prend un verre au Bistrot Libertés !...

Le 18 mars 2016, Laurent Ozon (chef d'entreprise et essayiste) était l'invité, aux côtés de Caroline Parmentier (rédactrice en chef de Présent), de Pierre Gentillet (militant associatif), de Béatrice Bourges (militante associative), de Nicolas Gauthier (journaliste) et de Philippe Randa (écrivain et éditeur), du Bistrot Libertés, l'émission de débats diffusée par TV Libertés et animée par Martial Bild.

Au sommaire des échanges :

- la remigration, est-ce du bidon ?

- le FN connaît-il un coup de mou ?

- la Russie va-t-elle devenir la nouvelle amie de la France ?

- une jeunesse dans la rue mais pour quoi faire ?