Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2017

Heidegger, le philosophe qui dérange...

Le Magazine littéraire de février 2017 consacre son dossier à Heidegger. Sous-titré "Le philosophe et le nazisme - Que faire du grand penseur du XXe siècle", il revient bien évidemment sur la question de l'antisémitisme supposé du penseur de Todtnauberg et de son adhésion profonde aux thèses national-socialistes. Le débat provoqué par la publication des quatre premiers tomes des Cahiers noirs , carnets tenus par le philosophe à partir de 1931, et par la découverte dans ceux-ci de quelques passages ambigus, sur près de 2000 pages, est donc porté à la connaissance du grand public cultivé. On regrettera cependant que la rédaction, si elle publie les article de Stéphane Zagdanski et de Patrice Bollon, ainsi que ceux de quelques critiques  mesurés, fasse la part belle à la frange la plus délirante des adversaires de l'auteur d’Être et temps. Ainsi, Emmanuel FayeGeorges-Arthur Goldschmidt et François Rastier,  auteurs respectifs de Heidegger, l'introduction du nazisme dans la philosophie (Albin Michel, 2005), Heidegger et la langue allemande (CNRS, 2016) et Naufrage d'un prophète (PUF, 2015), nous livrent-ils quelques extraits de leur prose policière, accompagnés dans leur besogne par les exécuteurs des basses œuvres que sont Stéphane Domeracki et Sidonie Kellerer... On apprend, au moins, à la lecture du numéro que les deux premiers volumes des Cahiers noirs devraient être publiés en début d'année 2018, chez Gallimard, grâce au travail d'une équipe de traducteur coordonnée par François Fédier.

 

Magazine littéraire 576.jpg

" Que faire de Heidegger ? A-t-il été nazi de bout en bout ? Si c’est le cas, jusqu’à quel point cette adhésion a-t-elle été le mobile de sa pensée ? 

Il était public et notoire que le philosophe adhéra au Parti national-socialiste dès 1933 et qu’il fut élu recteur de l’université de Fribourg sous le IIIe Reich, avant de démissionner un an plus tard. Mais ses textes ne promouvaient nullement le nazisme. Et puis, comment tant de grands esprits auraient pu être charmés par une pensée potentiellement viciée ou dangereuse ? Comment en effet éluder l’empreinte majeure de Heidegger sur toute la pensée occidentale qui a suivi ? Le Magazine littéraire a posé cette question à des contributeurs de tous horizons, qui défendent à ce propos des positions diverses, contrastées, et parfois frontalement antagonistes. Il ne s’agit pas ici d’opposer les « pour » et les « contre », de seulement faire clignoter le déni dévot et le procès bien-pensant – plutôt de déployer le plus large champ de possibilités entre ces deux extrémités tant, si aveuglement il y a eu, il n’a pas de minces conséquences et doit être pensé. "

Sommaire du dossier :
 
Que faire de Heidegger ?
 
Repères biographiques
 
À la fois un symptôme et un antidote (Patrice Bollon)
 
Non un philosophe mais un propagandiste subliminal (Emmanuel faye)
 
Ne soyons pas intégristes sur son intégrisme (Simon F. Oliai)
 
Emporté par ce qu'il déplore (Jean-Luc Nancy)
 
Il faut lire et interpréter tout Heidegger (Stéohane Domeracki)
 
Prophète des derniers temps : une stratégie messianique (François Rastier)
 
Nazi dans le texte (Georges-Arthur Goldschmidt)
 
Qu'en faire ? Rien (Stéphane Zagdanski)
 
Une pensée ne visant que la domination (Sidonie Kellerer)
 
Heidegger, grand et médiocre (Luc Ferry)
 

08/04/2014

Le chemin de l'étoile...

Les éditions du Grand Est publient cette semaine un ouvrage de Heinrich Wiegand Petzet intitulé Le chemin de l'étoile - Rencontres et causeries avec Heidegger. Vous pouvez également découvrir la courte présentation qu'en fait François Fédier, grand défenseur et spécialiste du philosophe de Todtnauberg.

 

Chemin de l'étoile.jpg

" « Votre livre, cher ami, est quelque chose d’absolument nouveau dans la littérature sur Heidegger pourtant déjà bien volumineuse. D’un mot : pour la première fois, on peut lire un livre  où Heidegger lui-même apparaît sous la figure de l’ami. C’est dire qu’il ne s’agit ici ni d’un recueil d’anecdotes, ni d’une biographie au sens habituel du mot. Dans votre livre vient au jour ce que d’aucuns ont eu le privilège de voir de leurs yeux : l’être humain qu’était Martin Heidegger.» François Fédier 

 
H.W Petzet fait en 1929 la connaissance de Martin Heidegger dont il devient l’ami et qu’il côtoie intimement jusqu’à sa mort. C’est au fil de ces rencontres et causeries avec le penseur qu’il a écrit son livre : « À partir de souvenirs qui englobent sur une période de presque un demi-siècle, en bordure de son  chemin, des détails et des événements personnels, souvent même en apparence anecdotiques, et en leur associant des lettres, des notes, des transcriptions de  conversations, il s’est agi de rassembler les différentes facettes du philosophe, notamment celles de son âge avancé. » "

 

09/02/2014

Tour d'horizon : vers une nouvelle affaire Heidegger ?...

Heidegger 1927.jpg

 

Après la publication de la biographie accusatrice et diffamatoire de Victor Farias, Heidegger et le nazisme, en 1987, puis celle de l'essai absurde et malhonnête d'Emmanuel Faye, Heidegger, l'introduction du nazisme dans la philosophie, en 2005, une nouvelle « affaire » Heidegger commence à poindre avec la publication prochaine en Allemagne des Cahiers noirs d'Heidegger, dans lesquels résiderait la preuve tant attendue par certains de son antisémitisme...

Ces Cahiers noirs, dont la publication doit mettre un point final à l'édition allemande des œuvres complètes du philosophe, constituent un journal de pensée, tenu par le philosophe entre 1930 et 1970. Les trois premiers tomes, couvrant la période 1930 – 1941, qui sortent en Allemagne en mars prochain, comportent plus de mille pages. On a donc là un document exceptionnel appelé à rentrer en résonance avec l’œuvre publique d'Heidegger.

Mais las ! Il semblerait que, dans ce massif imposant, on ait découvert une quinzaine de passages dans lesquels l'auteur d’Être et Temps aborde la question juive. Il évoquerait ainsi l'esprit de calcul des Juifs et leur « déracinement hors de l’Être » et renverrait dos-à-dos nazisme, psychanalyse, judaïsme, christianisme et même antisémitisme... A priori, pas de quoi, donc, faire d'Heidegger un émule d'Edouard Drumont ou de Julius Streicher, et, a fortiori, pas de quoi remettre en cause les milliers de pages qu'il a écrits. Mais il n'en faut pas plus aux éternels contempteurs du philosophe pour relancer le procès en sorcellerie et pour reproduire inlassablement l'équation Heidegger = Nazisme = Shoah.

Car il est dangereux le philosophe qui écrit :

« La décadence spirituelle de la terre est déjà si avancée que les peuples sont menacés de perdre la dernière force spirituelle, celle qui leur permettrait du moins de voir et d'estimer comme telle cette dé-cadence (conçue dans sa relation au destin de " l'être "). Cette simple constatation n'a rien à voir avec un pessimisme concernant la civilisation, rien non plus, bien sûr, avec un optimisme ; car l'obscurcissement du monde, la fuite des dieux, la destruction de la terre, la grégarisation de l'homme, la suspicion haineuse envers tout ce qui est créateur et libre, tout cela a déjà atteint, sur toute la terre, de telles proportions, que des catégories aussi enfantines sont depuis longtemps devenues ridicules. »

ou

«Le commencement est encore. Il ne se trouve pas derrière nous comme ce qui a été il y a bien longtemps ; tout au contraire il se tient devant nous. En tant que ce qu'il y a de plus grand, le commencement est passé d'avance au-dessus de tout ce qui allait venir, et ainsi déjà au-dessus de nous-mêmes, pour aller loin au-devant. Le commencement est allé faire irruption dans notre avenir : il s'y tient comme la lointaine injonction à nous adressée d'en rejoindre à nouveau la grandeur (…) Nous nous voulons nous-mêmes. Car la jeunesse, la plus jeune force de notre peuple – celle qui, par-dessus nous, déjà tend au loin – la jeunesse a déjà décidé. La magnificence pourtant et la grandeur de cette rupture et de ce départ, nous ne la comprenons entièrement que si nous portons en nous le profond et ample consentement d'où la vieille sagesse grecque a puisé cette parole: Tout ce qui est grand s'expose à la tempête... »

Dossier :

Heidegger, la preuve du nazisme par le « Cahier noir » ?, par Nicolas Weil

Heidegger et l'antisémitisme, par Peter Trawny

Heidegger : une pensée irréductible à ses erreurs, par Hadrien France-Lanord

"Ni accuser ni défendre", par François Meyronnis

Du nouveau sur Heidegger et les « Cahiers noirs », par Nicolas Weil

Heidegger ensorcelé, par Stéphane Zagdanski

Faire face à l'ouverture des "Carnets noirs" d'Heidegger, par Gérard Guest

Pour suivre l'évolution de l'"affaire", on pourra suivre le blog heideggerien : Sur l'antisémitisme de Martin Heidegger

Nouvelle Ecole 37.jpg

Pour découvrir Heidegger et sa pensée, on pourra lire ou consulter :

- l'article de Robert Steuckers dans le dernier numéro de Réfléchir et Agir (n°46, hiver 2014), Heidegger - La tradition, la révolution, la résistance et l'"anarquisme" ;

- d'Alain de Benoist, l'article Heidegger critique de Nietzsche

- le numéro 37 de la revue Nouvelle Ecole, Lectures de Heidegger (passionnant mais difficile à trouver...);

- de Silvio Vietta, Heidegger critique du national-socialisme et de la technique (Pardès, 1993) ;

- de Georges Steiner, Martin Heidegger (Champs, 2008) ;

- de François Fédier, Entendre Heidegger (Pocket, 2013) ;

- le Dictionnaire Martin Heidegger (Cerf, 2013) ;

- de Heidegger, Essais et conférences.

 

11/12/2013

Heidegger en dictionnaire...

Les éditions du Cerf viennent de publier Le Dictionnaire Heidegger - Vocabulaire polyphonique de sa pensée, un ouvrage sous la direction de Philippe Arjakovsky, François Fédier et Hadrien France-Lanord. Comportant plus de  600 entrées dont :

Amitié, Arendt, Atome, Balzac, Beckenbauer, Cézanne, Christianisme, Communisme, Consommation, Critique de la raison pure, Descartes, Économie, Enfant, Enseignement, Éthique, Europe, Féminité, Génétique, Geste, Habiter, Humour, Japon, Joie, Keats, Langue française, Mai 1968, Mathématique, Mort de Dieu, Ordinateur, Parménide, Parti nazi, Pensée juive, Poésie, Pudeur, Racisme, Rhin, Sécurité, Sexualité, Shoah, Socrate, Stravinsky, Technique, Théologie, Tolstoï, Traduction, Utilité, Zvétaieva...

cet ouvrage est une introduction passionnante pour ceux qui veulent découvrir la pensée du philosophe le plus important du XXème siècle et commencer à cheminer dans ses livres.

 

Heidegger dictionnaire.jpg

 

" Il n’existe encore dans aucune langue de Dictionnaire de cette ampleur consacré à la pensée de Martin Heidegger.
L’originalité de ce livre peut être exposée selon trois axes principaux, mais il faut en souligner d’abord l’ambition philosophique. Comme le montre la grande variété des articles qui composent ce dictionnaire, philosophie ne veut pas dire difficulté insurmontable ou abstraction inabordable. La philosophie est ancrée dans l’existence de chacun. Quant au travail philosophique que ce Dictionnaire souhaite initier, il n’est pas synonyme d’érudition pour spécialistes. Ce travail, demande seulement de la patience dans la lecture, de la probité philologique, de l’endurance dans le questionnement, et avant tout : s’engager dans la pensée en ayant à cœur ce qui est à penser (c’est le sens même du mot philosophie). Pour tous ceux qui ont ce cœur, voici les trois axes principaux.

I. La pensée de Heidegger en elle-même.

Le but du livre est d’offrir un accès au chemin de pensée de Heidegger dans son entier, chose qu’il est désormais possible de faire de manière entièrement neuve, au vu des ouvrages parus dans le cadre de l’édition intégrale (une cinquantaine de volumes depuis 25 ans, dont une majorité inconnue du public français, car ils ne sont pas encore traduits). Le livre marque à cet égard une étape importante dans la réception de la pensée de Heidegger : ses 615 entrées permettent de voir sous tous ses aspects l’unité de ce chemin, à travers les nombreuses inflexions qu’il a suivies sans pour autant entamer son caractère foncièrement unitaire. Il est important ici de ne pas figer les choses à propos d’une pensée qui s’est chaque fois déployée selon un mouvement qui a justement trait à ce qu’il s’agit de penser.
Au sein de chaque article, il a été fait grand cas de cette mobilité propre à la pensée de Heidegger, à travers notamment l’écoute précise des mots et de leur sens.
À l’échelle du livre entier, cette mobilité se perçoit dans son aspect polyphonique, le seul qui sied à une véritable interprétation .
Les articles sont de taille et de difficulté diverses : à côté de nombreux articles introductifs figure également un certain nombre d’articles de fond. De manière générale tout le livre est animé par un double souci : offrir une clarification élémentaire, mais sans négliger la possibilité d’ouvrir la voie à l’approfondissement et à l’étude (grâce notamment au grand nombre de références données).
Ces articles correspondent à plusieurs rubriques de l’index thématique : « Art et poésie », environ 120 articles ; « Le divin », environ 50, « La science », environ 30, « Le chemin de Heidegger », plus de 200 articles.

II. La question politique. Il faut ici distinguer deux ordres de choses :

1. Ce qui relève des faits. Il y a d’une part des contre-vérités pures et simples qui continuent d’être mises en circulation, surtout auprès du grand public qui est la plupart du temps soumis à une “information” systématiquement unilatérale. Exemples : le prétendu antisémitisme, la prétendue interdiction faite à Husserl d’accéder à la bibliothèque de l’université de Fribourg en 1933, le prétendu « silence de Heidegger » après la Shoah (voir par exemple les articles Antisémitisme, Extermination, Husserl, Shoah, « Silence de Heidegger »). Il y a d’autre part des choses qui sont souvent évoquées de manière biaisée, faute de vérification relative à ce qui s’est vraiment passé, par exemple le sens et les limites de l’adhésion au parti national-socialiste, ou le déroulement de la procédure de dénazification (voir par exemple les articles Dénazification, Parti nazi). Sur tous ces points, il est désormais loisible, au moyen de faits, de documents et de témoignages de s’informer complètement. Le Dictionnaire Martin Heidegger donne à tout un chacun les moyens d’aller vérifier par soi-même ce qui s’est véritablement passé.

2. Mais il y a d’autres questions, qui sont en général traitées de manière parfois spectaculaire et sensationnelle, alors que ce sont des questions philosophiques qui ne peuvent pas être réglées de manière expéditive en faisant l’impasse sur une connaissance approfondie de la pensée de Heidegger, c’est-à-dire, sans un travail de longue haleine. Le Dictionnaire ne prétend ni dispenser de ce travail ni y mettre un terme en se contentant de réponses toutes faites, mais vise tout au contraire à en ménager la possibilité. Il s’agit ici de quitter enfin une bonne fois le plan de « l’affaire Heidegger » afin d’ouvrir la voie à un travail qui atteigne la rigueur philosophique que réclame la pensée de Heidegger. En sortant de l’agitation de « l’affaire Heidegger », il s’agit de commencer par situer avec la précision philosophique qui leur revient des questions souvent réglées jusqu’ici dans une atmosphère de rumeur. Il s’agit donc de sortir de la vaine alternative entre accusation et défense pour s’inscrire dans l’exigence de la lecture attentive de textes souvent difficiles et mettre un véritable travail en chantier, à savoir selon deux axes majeurs :
A) Cerner le sens de l’erreur de Heidegger au moment où, entre 1933 et 1934 il s’engage, dans le cadre de l’université, en faveur d’Hitler, sans jamais cautionner le biologisme antisémite et raciste propre à l’idéologie nazie (voir par exemple les articles Allemand, Kolbenheyer, Hitler, Nazisme, Peuple, Rapport Jaensch, Rectorat). Erreur qui ne va pas, à partir de sa reconnaissance en 1934, sans une honte que Heidegger n’a jamais cachée.
B) Dégager la manière dont, après l’erreur, la pensée que Heidegger développe au sujet du nihilisme et du règne de l’efficience technique totale, livre une interprétation historiale du nazisme, mais aussi du communisme, et du libéralisme planétaire (voir par exemple les articles Bâtir, Brutalité, Extermination, Führer, Génétique, Gigantesque, Nihilisme, Organisation, Racisme, Sécurité, Shoah, SS, Totalitarisme, Utilité, Violence). Au vu de la manière dont « l’affaire Heidegger » occupe le devant de la scène en faisant le plus souvent écran aux véritables questions, il est intéressant de se demander pour quelle raison on ne veut pas prêter l’oreille à la manière dont un grand penseur de son temps a bel et bien pensé les catastrophes humaines sans précédent qui ont marqué son époque (en plus des articles précédents, voir aussi Atome, Communisme, Lénine). Il apparaît également que cette pensée du nihilisme et de la technique n’a rien perdu de son actualité et même qu’elle est de grande utilité pour appréhender notre monde actuel, ses dérives – mais aussi ses possibilités inouïes.
La rubrique thématique intitulée « Politique, technique et Temps nouveaux » comprend environ 80 articles.

III. Les indications biographiques (gens, lectures, lieux), parfois agrémentées d’anecdotes ou de souvenirs (plusieurs auteurs ont connu et côtoyé Heidegger), ne sont pas traitées de manière purement factuelle, mais à la lumière de la pensée de Heidegger, et dans le but de l’éclairer.
L’ensemble du livre est émaillé d’articles souvent très simples, parfois très courts, qui contribuent à rendre vivante la figure d’un penseur au sein de son époque et parmi ses contemporains. Ces articles concernent : des lieux en rapport avec sa pensée et sa vie, des auteurs ou des lectures particulières qui ont nourri sa pensée et les personnes, parmi ses contemporains qui ont trouvé chez Heidegger une résonance ou une inspiration dans sa pensée.

De manière générale, il faut souligner que la présentation faite de Heidegger pour le grand public à partir de son seul engagement a tendance à réduire l’ensemble de sa pensée aux questions politiques (qui sont de surcroît souvent mal posées), en occultant la multiplicité des directions dans lesquelles cette pensée s’est orientée et a trouvé des échos – multiplicité parfois pleine de surprise, que les 615 entrées du Dictionnaire entreprennent de refléter.

En Annexes du livre figurent : une chronologie de Martin Heidegger, et, pour la première fois en France : la liste complète de ses cours et séminaires ainsi que le plan de l’édition intégrale répartie en 102 volumes.

24 Auteurs, presque tous professeurs de philosophie, ont eu à cœur de travailler à ce livre : Massimo Amato, Philippe Arjakovsky, Ingrid Auriol, Guillaume Badoual, Stéphane Barsacq, Maurizio Borghi, Jean Bourgault, Pascal David, Cécile Delobel, Guillaume Fagniez, François Fédier, Hadrien France-Lanord, Adéline Froidecourt, Jürgen Gedinat, Jean-Claude Gens, Gérard Guest, Pierre Jacerme, Fabrice Midal, Florence Nicolas, Dominique Saatdjian, Alexandre Schild, Peter Trawny, François Vezin, Stéphane Zagdanski. "

 

26/09/2013

Entendre Heidegger...

Nous vous signalons la réédition, dans la collection de poche Pocket, d'Entendre Heidegger - Et autres exercices d'écoute, de François Fédier. Professeur de philosophie, élève de Jean Beauffret, lui-même disciple français d'Heidegger, François Fédier est l'auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la pensée du grand philosophe allemand. Il s'est aussi attaché à répondre aux détracteurs malhonnêtes de celui-ci dans Heidegger - Anatomie d'un scandale (Robert Laffont, 1992) ou dans l'ouvrage collectif Heidegger à plus forte raison (Fayard, 2007).

 

Entendre Heidegger.jpg

" C'est grâce à Jean Beaufret que j'ai pu entendre. Sans lui, je n'aurais sans doute pas été capable de porter attention au propos de Heidegger : il est au premier abord presque inaudible, tant ce qui y est dit demande qu'on ouvre grand les oreilles. Le renom du philosophe ne vient pas faciliter les choses. La gloire elle aussi est faite de malentendus. Dissiper les malentendus est une entreprise fastidieuse : rien n'est plus obtus qu'un homme qui ne veut rien entendre. Le présent livre ne se propose donc pas ce but. Il lui suffit amplement de mettre autant que possible les lecteurs au contact de ce que montre Heidegger, cette contrée si proche, niais que nous avons les plus grandes peines du inonde à percevoir, et où tant de richesses dorment à notre insu. Les textes ici rassemblés, dont la moitié sont inédits, ont été écrits de 1983 à 2007. Mon souhait le plus cher est que ce livre puisse donner envie d'écouter : un peu comme lors de ces instants d'attente joyeuse - quand, une fois le la donné à l'orchestre, chaque instrument se met pour lui-même à s'accorder dans sa tessiture, au milieu d'un brouhaha croissant, jusqu'a ce que s'installe soudain le silence où le concert peut commencer. "